Chroniques d'un naufrage économique mondial (2008 : La débâcle)

-

Livres
110 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La faillite de la Banque Lehman Brothers le 15 septembre 2008 a été un évènement majeur et d'une grande portée économique, politique et aussi symbolique. Au niveau économique, elle a été le moment de cristallisation de ce qui sera la plus grande crise dans l'histoire du capitalisme depuis la grande dépression des années 1930. Au niveau politique, cette crise annoncera la fin de l'hégémonie de l'Occident et l'avènement des puissances émergentes dans la gouvernance globale.
Cette crise a eu aussi une dimension symbolique majeure avec la remise en cause du nouveau modèle de développement que l'Occident cherchait à structurer depuis la fin du modèle du fordisme triomphant et de l'Etat-providence des trente glorieuses.
Ce projet est composé d'une série d'essais chacun d'entre eux se rapportant à une année spécifique pour saisir sa dynamique et sa spécificité dans le déroulement de la crise. Cette série d'essais se propose d'analyser le déroulement de la crise à travers une étude des enchaînements et des développements qui ont marquée l'économie mondiale durant ses années de crise. Nous consacrerons un livre pour chaque année pour analyser au mieux les dynamiques en cours.
Parallèlement à cette lecture critique des évolutions en cours, chaque essai sera doté d'une chronologie des faits les plus saillants de l'évolution économique au cours de l'année et qui constitueront autant des éléments nécessaires à l'analyse qu'une documentation utile au chercheur sur l'histoire récente de la crise ainsi que son déroulement.
Le premier sera consacré à l'année 2008 qui est l'année zéro dans le déroulement de la crise. Il s'agit de l'année de tous les dangers où la crise mettra le monde au bord du précipice.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9782849243503
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0098 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Chroniques de l’économie mondiale
2008 : la débâcle
© Éditions du Cygne, Paris, 2014
www.editionsducygne.com ISBN : 978-2-84924-350-3
Hakim Ben Hammouda
Chroniques de l’économie mondiale
2008 : la débâcle
Éditions du Cygne
Du même auteur :
L’économie du Burundi, Revue Mondes en Développement,numéro spécial, tome 21, n°82, 1993. Burundi, Histoire politique et économique d’un conit,L’Harmattan, 1995. Contrainte externe et croissance durable au Maghreb,Revue Mondes en dévelop-pement,Numéro spécial, tome 23, n°89-90, 1995. Tunisie, Ajustement et difîculté de l’insertion internationale,L’Harmattan, 1995. Afrique et monde arabe : échec de l’insertion internationale,L’Harmattan, 1995. Le Maghreb : enlisement ou nouveau départ,L’Harmattan, 1996. Les pensées uniques en économie,L’Harmattan, 1997. Afrique : Pour un nouveau contrat de développement,L’Harmattan, 1999. L’économie politique du Post-ajustement,Karthala, 1999. L’avenir de la zone franc. Perspectives africaines,Karthala, 2001. Repenser Bretton Woods –Réponses africaines,Karthala, 2002. Les économies de l’Afrique Centrale 2002,Maisonneuve & Larose, 2002. Crise globale, un regard du Sud,Maisonneuve & Larose, 2002. Le NEPAD et les enjeux du développement en Afrique,Maisonneuve & Larose, 2002. 100 Mots pour comprendre le développement,Maisonneuve & Larose, 2003. L’intégration régionale en Afrique Centrale, Enjeux et perspectives,Karthala, 2003. Les économies d’Afrique Centrale 2003,Maisonneuve & Larose, 2003. Bagdad, année zéro,Maisonneuve & Larose, 2003. Rapport économique sur l’Afrique 2004,Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Addis-Ababa, Éthiopie 2004. Les transports et l’intégration régionale en Afrique, Maisonneuve & Larose, 2004. La décision de Yamoussoukro et le transport aérien en Afrique,Maisonneuve & Larose, 2004. Financer l’intégration régionale en Afrique,Maisonneuve & Larose, 2005. L’Afrique et les négociations agricoles,Maisonneuve & Larose, 2005. L’Afrique, l’OMC et le développement, Maisonneuve & Larose, 2005. L’Afrique et l’OMC. Les 100 mots clés, Maisonneuve & Larose, 2005. Rapport sur l’intégration régionale en Afrique 2006,Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Addis-Ababa, Éthiopie 2006. Un meilleur accès aux marchés pour l’Afrique,Maisonneuve & Larose, 2007. Rapport économique sur l’Afrique 2004,Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Addis-Ababa, Éthiopie 2007.
Rapport économique sur l’Afrique 2004,Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, Addis-Ababa, Éthiopie 2008. La crise : origine et perspectives,Édition Ellipses, mars 2009. Crise et naufrage des économistes,De Boeck, mai 2010. Crise globale et émergence. Vers un nouveau modèle de développement ?, Revue Mondes en développement,Numéro spécial, 2010. Banquiers et économistes face à la crise, De Boeck, 2010. Le G20 et les déîs de la gouvernance globale,De Boeck, 2011. La Tunisie : L’économie politique d’une révolution,De Boeck, 2011. Basculement du monde, émergence de nouveaux acteurs dans l’économie mondiale,Revue Mondes en développement, Numéro spécial, 2012.
Introduction
La faillite de la Banque Lehman Brothers, le 15 septembre 2008, a été un évènement majeur ayant une grande portée écono-mique, politique mais aussi symbolique. En effet, au niveau économique, la faillite de cette banque globale a été le point de cristallisation de ce qui sera la plus grande crise dans l’histoire du capitalisme depuis la grande dépression des années 1930. Mais, avant cette crise ïnancière, l’économie mondiale était rentrée dans une ère de grandes turbulences.
Le retour du grand tumulte et le fracas de l’ordre global
La grande modération du début du siècle avec la maîtrise de l’ination, la stabilisation des grands équilibres macroécono-miques et la poursuite d’une croissance marquée n’est plus qu’un lointain souvenir. Désormais, la ïn de la dernière décennie va connaître un grand retour des évolutions erratiques des grandeurs économiques et des prix. Le temps économique n’est plus un long euve tranquille comme nous l’avait expliqué les héritiers de Friedman et de Keynes tout heureux qu’ils étaient par leur retrou-vaille et le rejet du radicalisme en économie au nom du sacro-saint pragmatisme ! Ces turbulences et l’instabilité vont d’abord se présenter sur les marchés agricoles provoquant d’importantes hausses des prix des produits agricoles. Cette évolution est partie de quelques évènements ponctuels, notamment la multiplication des sécheresses chez les grands producteurs mondiaux du fait des changements climatiques dont on commence à mesurer l’impact, pour devenir une évolution structurelle qui va peser sur les grands équilibres mondiaux.
7
Parallèlement aux conséquences sur les populations pauvres avec une multiplication des émeutes de la faim, la ambée des prix des produits agricoles inaugure une ère nouvelle au niveau international, et particulièrement dans le domaine de la sécurité alimentaire. L’accélération des inves-tissements agricoles à l’étranger, notamment en Afrique, n’est que l’expression de cette exacerbation croissante de la question alimentaire et de cette quête d’une nouvelle sécurité alimentaire globale. Mais l’instabilité des marchés agricoles n’est pas la seule responsable de cette rupture. En effet, les marchés des matières premières ont été également touchés par ces turbulences qui ont pris d’assaut ces marchés qui semblaient jusque-là avoir gardé leur calme et échappaient aux grands mouvements erratiques et à la grande ination des années 1970. Désormais, les mouvements chaotiques sur ces marchés sont de retour et la plupart des prix des matières premières ont connu une grande volatilité sur des périodes relativement courtes. En particulier, les cours de l’or noir ont atteint des niveaux historiques et ont lourdement pesé sur les grands équilibres économiques des pays et notamment sur les pays en développement les obligeant à les subventionner pour assurer l’accès des populations pauvres. Certes, cette effer-vescence et ce bouillonnement des cours des matières premières trouvent leur explication dans une hausse exceptionnelle de la demande des pays émergents pour répondre à l’emballement de leurs appareils productifs et tenir leur rôle de nouvelles puis-sances économiques en devenir. Cette frénésie des cours des matières premières exprime également la rupture d’un ordre économique mondial et la gestation d’une nouvelle ère marquée par une hausse de la demande d’un Sud qui cherche à échapper à sa marginalisation dans l’ordre global et à la volonté de sortir de l’ordre énergétique hérité du fordisme productiviste pour prendre en compte les impératifs de la lutte contre le réchauf-fement climatique et prendre en considération les impératifs du développement durable.
8