Conjonctures congolaises 2014

-

Livres
318 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La toile de fond de ce volume est la question de la profondeur ou de la superficialité du changement qui se manifeste en RDC depuis plus d'une décennie. Certaines ruptures avec le passé sont manifestes mais l'enracinement profond des comportements clientélistes dans le domaine politique est de nature à fragiliser les avancées. C'est surtout dans le champ économique que les changements sont réels. Mais cet essor économique est-il durable et signifie-t-il une rupture permanente avec le passé ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 avril 2015
Nombre de visites sur la page 78
EAN13 9782336374697
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
afrikastudies
africains
cahiers
86
Conjonctures congolaises 2014 Politiques, territoires et ressources naturelles : changements et continuités
Sous la direction de StefaanMARYSSEet JeanOMASOMBOTSHONDA
24/03/15 01:02
CONJONCTURES CONGOLAISES 2014
POLITIqUES, TERRITOIRES ET RESSOURCES NATURELLES : ChANGEmENTS ET CONTINUITéS
n° 86
2015
© Musée royal de l’Afrique centrale et© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05981-5 EAN : 9782343059815
Conjonctures congolaises 2014
Politiques, territoires et ressources naturelles : changements et continuités
sous la direction de Stefaan Marysse et Jean Omasombo Tshonda
n° 86
2015
Éditions L’Harmattan 5-7, rue de l’École-Polytechnique 75005 Paris
CahiersafriCains– afrikastudies
Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) Koninklijk Museum voor Midden-Afrika (KMMA) Section d’Histoire et Politique (anciennement Institut africain/Cedaf) Afdeling Geschiedenis en Politiek (voorheen Afrika Instituut-ASDOC)
Secrétaire de rédaction : Edwine Simons
Cet ouvrage a fait l’objet d’une procédure d’évaluation scientique.
Leuvensesteenweg 13, 3080 Tervuren, Belgique Tél. : + 32 2 769 58 47 Fax : + 32 2 769 58 20 E-mail : edwine.simons@africamuseum.be Site : http://www.africamuseum.be/research/dept4/research/dept4/africainstitute/index_html Conditions de vente : www.africamuseum.be/research/publications ; publications@africamuseum.be
Mise en page : F. Richard (Quadrato) Couverture : Mieke Dumortier (MRAC) Photo de couverture : Vue de Bukavu, 2014. Photo © Stefaan Marysse, 2014. Photos arrière : Exploitation artisanale d’or dans la concession de Banro, 2014. Photo © François Stroobant, 2014 ; Mine d’or à ciel ouvert de Banro à Twangiza, 2013. Photo © Stefaan Marysse, 2013.
Ce « Cahier » a reçu un appui nancier de la Loterie nationale et de l’E-CA – CRE-AC. http://www.eca-creac.eu
SommairE
I. Troisième RépUbliqUe : changements et continUités
De la Deuxième à la Troisième République. État et politique : continuités et changements Gauthier de Villers9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Croissance cloisonnée : note sur l’extraversion économique en RDC Stefaan Marysse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 . . . . . . . . . . . . . . . .
II. RessoUrces natUrelles : politiqUes et territoires
Quel développement agricole pour la RDC ? Philippe Lebailly, Baudouin Michel et Alphonse Roger Ntoto M’Vubu45 . . . . . . . . . . . . . .
Hydrocarbures : l’État afrme sa volonté d’exploiter la ressource François Misser65 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les concessions forestières des communautés locales : une avancée potentielle pour la foresterie sociale en RDC Cédric Vermeulen et Alain Karsenty. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
Le Katanga et la Zambie : une tradition de transnationalisme négligée Enid Guéné113 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conits réserve de Bombo-Lumenevscommunautés locales de Mbankana au plateau des Bateke. Analyses et perspectives pour une gouvernance participative Mavakala Kalunseviko Krossy. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
Viabilité économique de l’exploitation artisanale de l’or au Sud-Kivu face à la compétition des entreprises minières internationales Gabriel Kamundala, Stefaan Marysse et F. Iragi Mukotanyi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167
Autorité publique et implication des forces armées dans les dynamiques foncières au Sud-Kivu, à l’est de la RDC Emery Mushagalusa Mudinga et An Ansoms. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .197
Accaparement des terres dans la ville de Bukavu (RDC) : déconstruire le dogme de la sécurisation foncière par l’enregistrement Aymar Bisoka Nyenyezi et An Ansoms. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217
Les limites d’une « gouvernance par le bas » : les logiques des coopératives minières à Kalimbi, Sud-Kivu Anuarite Bashizi et Sara Geenen. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .239
III. ChroniqUe politiqUe
RDC 2014 : la èvre électorale s’empare du pays P. Bouvier et J. Omasombo. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261
I TroisièmE RépubliquE : changEmEnts Et continuités
DE la DEuxièmE à la TroisièmE RépubliquE. État Et politiquE : continuités Et changEmEnts
Gauthier de Villers
Ce chapitre a pour objet les continuités et changements dans le système éta-tique et politique du Congo-Kinshasa. Une analyse historique devrait remonter plus haut, mais on partira du régime de la Deuxième République qui a donné forme à un État postcolonial au Congo, en même temps qu’il en a provoqué le démantèlement. Une deuxième section discute la question de la greffe des modèles de la démocratie représentative et de la « bonne gouvernance », à la suite des interventions de la « communauté internationale » au cours de la période de transition politique. La troisième section cherche à saisir les lignes de force des évolutions sous une Troisième République encore dans sa genèse. L’accent est mis sur la poursuite du processus d’affaiblissement et de fragmentation de l’État, sur la reproduction aux différents niveaux du pouvoir d’un régime de nature patri-moniale et clientéliste, sur l’intervention de formes de négociation et de médiation dans l’exercice du pouvoir. Dans des considérations nales, on indique briève-ment l’importance décisive du processus de réinsertion du pays dans les rapports politiques et économiques internationaux.
1 DeUXîÈMe RULîQUe : de L’« Éâ dU eULe OU eNîe » À L’Éâ âîMONîâL e ŝON dMâNÈLeMeN
S’emparant du pouvoir suprême en 1965, Mobutu va entreprendre la construc-tion d’un État qui, en réplique à celui, oligarchique et discriminatoire, du colonisateur, incarnerait la Nation libérée et uniée. La Constitution zaïroise telle que révisée en 1974 dénit le Mouvement popu-laire de la révolution, le parti-État, comme « la Nation organisée politiquement ». Le 16 mai 1988, Mobutu rappellera, dans son discours d’ouverture à un congrès du MPR, quels sont, à ses yeux, et quels doivent être dans l’esprit de tout Zaïrois, les fondements du système politique : « C’est le Mouvement populaire de la révolution qui a fait le nouvel État zaïrois, après l’anéantissement des structures colonialistes. Ce nouvel État ne peut que s’identier au Parti qui a la primauté, en tant que
1  J’emprunte cette notion à la Constitution soviétique de 1977. L’« État du peuple tout entier » était censé prendre la relève de l’État de la « dictature du prolétariat ».