188 pages
Français

L'Afrique en discours

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis plusieurs décennies, les discours publics francophones utilisent un ensemble de lieux communs et de stéréotypes pour présenter l'Afrique comme un continent en crise. Les auteurs de ce livre s'interrogent sur les modalités historiques, anthropologiques, linguistiques et littéraires de ces discours afin de mieux comprendre pourquoi les idées reçues sur l'Afrique en crise s'inscrivent dans la longue durée. Comment les lieux communs parviennent-ils à établir des normes culturelles dans les sociétés francophones, et comment l'opinion est-elle marquée par les stéréotypes de la crise ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 août 2015
Nombre de lectures 13
EAN13 9782336389363
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

L&G
Sous la direction de Michael Rinn & Nathalie Narváez Bruneau
L’AFRIQUE EN DISCOURS Lieux communs & stéréotypes de la crise
Local & Global
L’Afrique en discours Lieux communs & stéréotypes de la crise
ème Ce livre est le 36 de la
Créée en 2012 & dirigée par Gilles Rouet & François Soulages Comité scientifique international de lecture Argentine(Silvia Solas, Univ. de La Plata),Belgique(Claude Javeau, Univ. Libre de Bruxelles),Brésil(Alberto Olivieri, Univ. Fédérale de Bahia, Salvador),Bulgarie(Ivaylo Ditchev, Univ. de Sofia St Clément d’Ohrid, Sofia),Chili(Rodrigo Zuniga, Univ. du Chili, Santiago),Corée du Sud(Jin-Eun Seo (Daegu Arts University, Séoul),Espagne(Pilar Garcia, Univ. Sevilla),France(Gilles Rouet, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica et GEPECS, Univ. Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, & François Soulages, Univ. Paris 8),Géorgie(Marine Vekua, Univ. de Tbilissi),Grèce(Panayotis Papadimitropoulos, Univ. d’Ioanina),Japon(Kenji Kitamaya, Univ. Seijo, Tokyo),Hongrie(Anikó Ádam, Univ. Catholique Pázmány Péter, Egyetem), Russie(Tamara Gella, Univ. d’Orel),Slovaquie(Radovan Gura, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica),Taïwan(Stéphanie Tsai, Unv. Centrale de Taiwan, Taïpei) 1 Gilles Rouet & François Soulages (dir.),Frontières géoculturelles & géopolitiques2 S. Dufoulon & M. Rostekova (dir.),Migrations, Mobilités, Frontières &Voisinages 3 H. Balintova & J. Palkova (dir.),Productions et perceptions des créations culturelles4 Gilles Rouet (dir.),Citoyennetés et Nationalités en Europe. Articulations et pratiques 5 Serge Dufoulon & Jacques Lolive (dir.),Esthétiques des espaces publics6 A.Galabov & J.Sayah (dir.),Participations & citoyennetés depuis le Printemps arabe7 Gilles Rouet (dir.),Nations, cultures et entreprises en Europe8 Serge Dufoulon (dir.),Internet ou la boite à usages9 Gilles Rouet (dir.),Usages de l’Internet. Educations & culture10 Dominique Berthet,Pratiques artistiques contemporaines en Martinique. 11 Gilles Rouet (dir.),Usages politiques des nouveaux médias12 Radovan Gura & Natasza Styczynska (dir.),Identités & espaces publics européens13 Gilles Rouet(dir.),Quelles frontières pour quels usages ? 14 Anna Krasteva (dir.),e-Citoyenneté 15 Gilles Rouet(dir.),Actions citoyennes. Esthétisation de l’espace public16François Soulages (dir.),Géoartistique & Géopolitique, Frontières17 Serge Dufoulon & Gilles Rouet (dir.),Europe partagée, Europe des partages 18 Marc Veyrat (dir.),Arts & espaces publics19 Isabelle Moindrot & Sangkyu Shin (dir.),Transhumanités20 Anna Krasteva & Despina Vasilcu (dir.),Migrations en blanc. Médecins d’est en ouest21 Thierry Côme & Gilles Rouet (dir.),Esthétiques de la ville. Équipements & usages 22 David Sudre & Matthieu Genty (dir.),Le sport. Diffusion globale et pratiques locales 23 Ivaylo Ditchev & Gilles Rouet (dir.),La photographie : mythe global et usage local 24 I. Saleh, N.Bouhaï & H. Hachour (dir.),Les frontières numériques25 François Soulages (dir.),Biennales d’art-contemporain & frontières La suite des livres publiés dans la Collection Local & Global à la fin du livre Publié avec le concours de
Sous la direction de Michael Rinn & Nathalie Narváez Bruneau L’Afrique en discours Lieux communs & stéréotypes de la crise
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06956-2 EAN : 9782343069562
Introduction
Plusieurs décennies après les indépendances, les discours publics sur l’Afrique ne cessent de brosser le tableau d’un continent dans la tourmente économique, sociale ou culturelle. On ne peut que s’interroger sur les raisons de l’invariabilité ces discours qui fondent sur des préjugés aussi figés que péjoratifs de l’Afrique, mais également sur leurs modes de fonctionnement. En effet, comme le montrent les recherches dans le domaine des sciences humaines et sociales, les crises que le continent traverse trouvent des explications historiques, culturelles, sociales multiples et complexes. Aussi faut-il savoir quelles sont les situations susceptibles de produire un changement de cette perception unilatérale adoptée par les discours publics, comme la révolutions des Tunisiens et des Egyptiens contre leurs régimes autocratiques au printemps 2011, afin de montrer à l’opinion que l’Afrique et les Africains contribuent pleinement à l’essor du monde contemporain. Ce livre veut savoir comment il faut penser à la fois les impératifs de la cohésion sociale générale auxquels répondent les préjugés, et la nécessité, tout aussi impérative, de dépasser les idées reçues pour établir entre rapport le moi et à l’autre, rapport qui ne peut exister que dans la singularité. Pour dégager la complexité de cette interrogation, nous interrogeons deux concepts théoriques hérités de la rhétorique antique qui sont aujourd’hui
7
largement actualisés par les sciences des discours : les lieux communs et les stéréotypes. Nous définissons les lieux communs comme des principes régulateurs qui régissent les discours auxquels ils 1 confèrent une autorité et une cohérence . Ils fournissent un cadre d’application qui aspire à la fois à l’universalité et à l’atemporalité. En cela ils sont proches des maximes idéologiques, soutenant des raisons qui paraissent évidentes 2 pour une communauté de locuteurs donnée . Ainsi, l’analyse des lieux communs menée dans ce livre montre comment les discours sur l’Afrique relèvent d’une structure argumentative biaisée. Il faut alors se demander sur quelle forme se construit la cohérence discursive, la validation de l’autorité qui s’adresse aux récepteurs des discours, la pertinence contextuelle et la démonstration des preuves partagées. Cette réflexion sur les lieux communs en usage dans nos sociétés actuelles conduit à l’élaboration d’une topique des discours sur l’Afrique. Par topique, nous entendons la méthode de collecter des informations et d’en faire émerger la nature des arguments. Ainsi, notre livre analyse systématiquement les schèmes explicatifs des invariants culturels et historiques dominants à l’œuvre dans la représentation discursive du continent africain afin de critiquer leurs représentations narratives, figuratives, esthétiques, ainsi que leurs normes éthiques. Quant aux stéréotypes, appréhendés ici comme des images toutes faites qui médiatisent le rapport de l’individu à la réalité sociale, leur problématique provient de leur 3 fonction bivalente . D’une part, l’usage courant souligne la 1 Pour les références bibliographiques, nous recommandons de consulter les différents chapitres du livre. Voir également ANSCOMBRE J.-C. « De l’argumentation dans la langue à la théorie des topoï », in J.-C. Anscombre,Théorie des topoï, Paris, Kimé, 1995, pp. 11-47, AMOSSY R., L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin, 2006, pp. 110-126. 2 ANGENOTM.,La parole pamphlétaire, Paris, Payot, 1982, pp. 179-181. 3 Dans son livrePublic Opinion(1922), le journaliste et critique américain Walter LIPPMANNle premier le concept de stéréotype comme théorise des images toutes faites. Selon cette approche, la médiatisation entre l’individu et le monde réel est souvent prise en charge par des moyens de propagande qui cherchent à présenter au citoyen une vision simplifiée et
8
fonction destructive, ou du moins réductrice, de l’image collective figée. Cette approche péjorative souligne le danger d’un jugement non critique - source de tous les préjugés qui font largement l’objet de ce livre, et d’une valorisation du savoir de seconde main à l’égard du continent africain. D’autre part, le modèle théorique attribue au stéréotype une fonction constructive qui répond à un besoin anthropologique d’avoir recours aux modèles interprétatifs préexistants pour affronter les multiples 4 réalités de la vie socio-culturelle . Comme la majorité des concepts et des croyances, le stéréotype soulève ainsi la question du rapport entre la culture que nous recevons en héritage et les discours qui nous construisent en tant qu’êtres sociaux. Cependant, une thèse majeure soulevée par le livre consiste à penser que si l’analyse des stéréotypes vise à recenser le décalage entre la représentation discursive et la réalité sociale, il ne faut pas céder à l’illusion d’une vision inversée, voire “neutre”, d’une culture autre. Notre analyse de l’Afrique en discours permet justement de comprendre que ni la vision embellie d’une réalité représentée, ni l’absence même de tout stéréotype est susceptible de lever les frontières entre le nous et les autres. Cela nous permet de soutenir que vouloir dépasser les stéréotypes ne se fait qu’au prix d’un dialogue critique avec les autres. La problématique historique, culturelle et politique du livre, la diversité des formes discursives qui font l’objet de nos discussions, ainsi que les méthodes théoriques nécessaires à l’examen des lieux communs et des stéréotypes sollicitent des approches interdisciplinaires. Celles-ci s’interrogent sur la construction d’une identité culturelle des lieux communs et des stéréotypes ethniques. Par ailleurs, elles montrent la relation entre stéréotypes et préjugés, influant sur les attitudes cognitives, affectives et comportementales à l’œuvre dans la transmission des
idéologiquement orientée de la réalité. Plusieurs chapitres du livre discutent largement cette approche. 4 Cf. AMOSSYR. et HERSCHBERG-PIERROTA.,op. cit, pp. 43-50.
9