Le développement : une question de procédure

-

Livres
83 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Réfléchir le développement en général et celui de l'Afrique en particulier, c'est se montrer à la hauteur des évolutions et adopter une approche innovante fondée sur un changement durable et transformateur. Le tout passe par un impératif : la prise de conscience des acteurs du développement, produit de la résurrection de l'éthique et de la morale africaines. Le développement de l'Afrique dépend aussi de l'éveil intellectuel capable de briser les relations de subordination dans les échanges mondialisés en s'orientant vers l'adaptation aux mutations liées à la marche universelle.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2017
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782336796949
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Max Auxence GANGALA Le développement :
une question de procédure
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN Epub : 978-2-336-79694-9
Remerciement
Que soient remerciés les dirigeants de kingdom chri stian university, pour les encouragements à la persévérance ; aux fidèles de l ’assemblée chrétienne les ressuscités ; à mon ami et frère le professeur Geor ges Avuh, vice-chancelier de l’université Kingdom ; aux membres de l’Amical, grâ ce à qui ce travail de réflexion prend le chemin de la contribution intellectuelle d es travaux, colloques et bien d’autres réunions sur le développement.
Mes salutations à la famille Gangala, Garou, Akplog an, Peya Mokamboké et mes enfants biologiques, pour leur foi à mon dévouement.
Introduction
Développer une nation c’est ajouter une valeur à so n état naturel. Il est relativement plus facile de distinguer les pays plus riches de c eux qui sont plus pauvres. Mais les indicateurs de richesse qui rendent compte du volum e de ressources dont dispose une société, ne fournissent aucune information sur la d istribution de ces ressources par exemple, sur la façon dont les revenus se répartiss ent plus ou moins équitablement d’un groupe social à l’autre, sur les parts de ress ources consacrées à des services gratuits d’éducation et de santé, ou sur les effets de la production et de la consommation pour les individus dans leur milieu qu otidien. Il n’est donc pas étonnant que des pays qui ont des revenus moyens similaires puissent présenter de sensibles différences lorsqu’on parle de la qualité de la vie des individus : l’accès à l’éducation et aux soins de santé, les possibilités d’emploi, la p ureté de l’air, l’accès à l’eau salubre, l’absence de criminalité, etc. Compte tenu de cela, comment détermine-t-on les pays développés et ceux qui le sont moins et comment com prendre la notion de développement durable ?
Le développement c’est aussi la volonté politique d e changer la forme d’un pays et cela s’accompagne généralement d’un certain nombre d’éléments artificiels et architecturaux, technologiques et culturels, tout e n manifestant le désir d’occasionner l’ascension du niveau de vie des habitants qui en f ont partie. La réalisation d’une si grande ambition passe, sans se tromper, par le coul oir de la réalité vraie, c’est-à-dire acclimater la nation aux exigences de la mondialisa tion. Développer une nation c’est aussi la sortir de la médiocrité. Cela exige de la rigueur et de la rationalité dans la gestion de la chose publique. C’est aussi manifeste r le vœu d’éradiquer la pauvreté du milieu humain, c’est également encourager le dévelo ppement dans les relations internationales et figurer dans le répertoire des É tats crédibles. Cela impliqueipso facto une pauvreté à éradiquer.
1 L’étude du développement, loin d’être une « doxa » ou un chapelet de théories, devrait se donner à comprendre comme moyen fiable p our l’effacement, le bannissement de la pauvreté dont souffrent plusieurs nations du monde.
Notre réflexion sur l’option du développement, s’in téresse à l’étude de la réalité en nous orientant vers une introspection de l’environn ement économique. Il y a donc leu de faire la lecture de la philosophie du développem ent qui, à notre avis, peut se comprendre comme procédé qui cherche la paix par la soumission au tribunal de l’environnement économique international : la diffi culté de ladite lutte. Une Philosophie qui doit tenir compte de tout ce qui empêche le dév eloppement de réfléchir sur l’insuffisance des théories de la croissance pour, ensuite, se lancer dans la grande aventure de la schématisation généralisée des théor ies, des méthodes et stratégies pour enfin, constituer le fondement d’une mondialis ation, rationnellement et humainement acceptable.
Définition étymologique concept développement
Étymologiquement, le développement vient du mot lat in « développements » qui 2 veut dire : « action de déplier ce qui était enroul é sur soi-même »