Le développement vu de Turquie
224 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le développement vu de Turquie

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
224 pages
Français

Description

L'objet de cet ouvrage est de comprendre et retracer, à travers ses représentations, l'évolution de l'idée de développement en Turquie, depuis son apparition jusqu'à la volonté d'industrialisation typique des années soixante-dix et la montée du libéralisme. Modernité, développement, économie libérale, islam, s'y télescopent et s'y structurent loin des clichés et des oppositions réductrices souvent formulées.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2011
Nombre de lectures 48
EAN13 9782296457119
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Le développement vu de Turquie
Questions contemporaines Collection dirigée par J.-P. Chagnollaud, B. Péquignot et D. Rolland
Série « Globalisation et sciences sociales » dirigée par Bernard Hours
La série « Globalisation et sciences sociales » a pour objectif d’aborder les phénomènes désignés sous le nom de globalisation en postulant de leur spécificité et de leur nouveauté relatives. Elle s’adresse aux auteurs, dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, susceptibles d’éclairer ces mutations ou évolutions à travers des enquêtes et des objets originaux alimentant les avancées théoriques à réaliser et les reconfigurations disciplinaires consécutives.
OUVRAGES PARUS DANS LA SÉRIE: Niagalé BAGAYOKO-PENONE, Bernard HOURS États, ONG et production des normes sécuritaires dans les pays du Sud,2005. Eveline BAUMANN, Laurent BAZIN, Pépita OULD-AHMED, Pascale PHÉLINAS, Monique SELIM et Richard SOBEL Anthropologues et économistes face à la globalisation,2008.L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes,2008. La mondialisation au risque des travailleurs,2007. Valeria HERNÁNDEZ, Pépita OULD-AHMED, Jean PAPAIL et Pascale PHÉLINAS Turbulences monétaires et sociales : l’Amérique latine dans une perspective comparée,2007.L’action collective à l’épreuve de la globalisation,2007. Pascale PHÉLINAS, Monique SELIM La crise vue d’ailleurs,2010.Jean PAPAIL & Jesus ARROYO ALEJANDRE Les migrants mexicains, créateurs d’entreprise, 2010.
Levent ÜNSALDI
Le développement vu de Turquie
L’Harmattan
© L’HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54387-4 EAN : 9782296543874
Sommaire
PRÉFACE(Bernard HOURS)9 LISTE DES SIGLES LES PLUS UTILISÉS 11 INTRODUCTION 13 PREMIÈRE PARTIE ÉVOLUTION DU DISCOURS DU DÉVELOPPEMENT EN TURQUIE CHAPITREPREMIER: Le développement comme projet de l’ingénierie sociale — L’irruption 21 — Le remodelage kémaliste 25 CHAPITREII : Le développement comme performance économique — La petite Amérique 29 — L’obsession de l’industrialisation 33 — Le consensus libéral 39 DEUXIÈME PARTIE TAXINOMIE DES REPRÉSENTATIONS Les conceptions du développement en Turquie 55 CHAPITREIII : Le développement comme entrée dans la modernité marchande — La représentation néolibérale 63 — La représentation musulmane modérée 123 — La représentation gauchisante 143 CHAPITREIV : Le développement comme rupture libératrice 155 — La représentation kémaliste 156 — La représentation musulmane radicale 163 CONCLUSION 173 BIBLIOGRAPHIE 177 NOTES 195
PRÉFACE
L’ouvrage de Levent Unsaldi aborde les représentations et conceptions du développement dans un pays particulièrement mal connu par les sciences sociales européennes. Comparée à d’autres pays émergents la Turquie occupe pourtant une position géopolitique d’une importance manifeste mais largement sous estimée. Ses performances économiques et financières sont remarquables et le pays a pris une place non négligeable dans le monde global. La situation géopolitique de la Turquie, entre Orient et Occident, sa candidature à l’entrée dans l’Europe, en font un acteur de premier plan, plutôt mal traité par des Européens qui n’ont pas encore mesuré la crise qui les frappe, économique et politique. Les débats sur l’islam et la laïcité trouvent en Turquie une histoire riche et participent d’une actualité planétaire dont l’impact est sous-évalué en Europe. Ces caractères donnent à l’ouvrage de Levent Unsaldi un intérêt particulier dans la conjoncture contemporaine. En effet, la modernité et le progrès sont une valeur ancienne dans ce pays. Le kémalisme a laissé des traces durables, aujourd’hui fragilisées, comme le sont tous les héritages à l’épreuve de l’histoire. L’auteur se garde bien, néanmoins, de mettre en face à face une lecture binaire et réductrice du progressisme kémaliste contre une arriération religieuse musulmane. En Turquie, comme ailleurs, l’islam est pluriel, et cohabitent des radicaux et des musulmans convertis au tout marché néolibéral. C’est pourquoi l’auteur, dont l’objet est le discours sur le développement, marque d’abord l’évolution de ce discours à partir de son irruption sur la scène turque. À cette époque il s’agit d’une représentation occidentalocentrée. Le kémalisme représente une
LE DÉVELOPPEMENT VU DETURQUIE10 entreprise d’appropriation et de « turquisation » du développement comme notion importée. L’après-guerre révèle le franchissement des mêmes étapes qu’en Europe à travers l’euphorie postconflit, puis la volonté d’industrialisation typique des années soixante et soixante-dix, enfin la montée du libéralisme. L’auteur identifie deux lignes de lecture qui sont appliquées dans des groupes identifiés par leur profil idéologique. La modernité n’est plus synonyme du progrès mais de marché et de marchandises. Trois types dereprésentations sont identifiés dans ce champ où prévaut l’orthodoxie économique libérale et néolibérale revisitée. Levent Unsaldi identifie enfin deux groupes porteurs d’une perception du développement comme rupture. Il s’agit d’une partie du kémalisme et des musulmans radicaux. Cet ouvrage présente l’intérêt d’articuler l’idéologie du développement et les modes suivant lesquels elle est « consommée » dans la société et l’histoire turque par des acteurs idéologiques typiques et spécifiés. Modernité, développement, économie libérale, islam, s’y télescopent et s’y structurent loin des clichés et des oppositions réductrices souvent formulées sur ces notions. D’une certaine façon, ce travail montre, si cela était nécessaire, que la Turquie est européenne dans la mesure où elle partage cette croyance occidentale que fut le développement tout au long de son histoire récente. Il suggère peut-être aussi que l’islam, sous toutes ses formes, fait bon ménage avec le marché et donc que finalement il n’est pas le problème unique de la Turquie dans le monde global d’aujourd’hui. Bernard HOURSParis, novembre 2010
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents