Le financier, le juriste et le geek

-

Livres
326 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description




Cet ouvrage pionnier présente les actions engagées ou projetées par les financiers, les juristes et les geeks pour assurer l’avenir digital et collaboratif des métiers du conseil, du chiffre et du droit. Il soulève les principales questions que se posent ces métiers indépendants face à la révolution digitale.



Comment réorienter les stratégies et reconstruire les chaînes de valeur des cabinets d’expertise comptable, de commissaires aux comptes, d’avocats d’affaires, de gestion de patrimoine, d’expertise financière, de conseil en management... ?



Comment organiser les nouvelles plateformes de services aux entreprises ?



Comment concilier les statuts de tiers de confiance des professions libérales et les pratiques disruptives des start-ups de la fintech et de la regtech ?



Comment numériser les systèmes comptables des PME ?



Comment digitaliser les processus de notation et d’évaluation financière des start-ups ?



Comment mettre la finance et la justice prédictives au service des professions du chiffre et du droit ?...



L’ouvrage est destiné aux praticiens, aux enseignants et aux étudiants en comptabilité, finance et droit des affaires. Il éclairera également les entrepreneurs et les managers sur les nouveaux services apportés par les professions réglementées.



Les auteurs sont des experts financiers, des experts-comptables et des avocats membres de la Compagnie des Conseils et Experts Financiers et du cercle Turgot.



Avec les contributions de A-P. Bahuon,
M. Bodin Veraldi, J-C.
Busson, L. Canis, D. Chesneau, M. Danis, A. de Froissard, C. Lecocq, D. Molho,
J-J. Pluchart,
S. Tandeau de Marsac,
P. Sénicourt, M. Ternisien.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 13
EAN13 9782818807743
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0135 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Convertnre
Cet ouvrage a été conçu et rédigé principalement par des membres de la Compagnie des Conseils et Experts Financiers, qui représente les professions du conseil, du chiffre, de la finance et du droit : actuaires, avocats, conseils en diagnostic, conseils en épargne-retraite, conseils en évaluation et transmission d’entreprises, conseils en fusion-acquisition, conseils en gestion de patrimoine, experts-comptables, commissaires aux comptes, experts immobiliers, notaires… L’association réunit près de six cents membres répartis sur tout le territoire français et organisés en délégations régionales et commissions de travail, avec un conseil d’administration et un bureau exécutif.
La CCEF (www.ccef.fr) a notamment pour missions de développer, aux niveaux français et européen, l’inter-professionnalité et le dialogue avec les pouvoirs publics. Respectant un code rigoureux de déontologie, ses membres se livrent à des activités de veille réglementaire, méthodologique et prospective, ainsi qu’à des réflexions originales et décloisonnées sur des thématiques intéressant les métiers qu’elle représente. Ses travaux ont notamment porté sur la création d’un observatoire de la valeur des PME françaises non cotés, les retraitements et ratios clés en évaluation d’entreprises, le pacte Dutreil, les honoraires et la responsabilité du conseil, les fonds d’épargne de proximité, l’inter-professionnalité, l’évaluation et la transmission des entreprises, la digitalisation des métiers du conseil, du chiffre, de la finance et du droit…
www.maxima.fr Rejoignez-nous : facebook.com/EditionsMaxima.VieProfessionnelle/ twitter : @maximaediteur
8, rue Pasquier, 75008 Paris. Tél : + 33 1 44 39 74 00 – infos@maxima.fr © Maxima, Paris, 2018. ISBN : 978-2-81880 7743 Tous droits de reproduction, de traduction et d...
Préface
Introduction
Sommaire
e 1 PARTIE – LA TRANSFORMATION DIGITALE ET COLLABORATIVE DE L’ÉCONOMIE ET DE LA SOCIÉTÉ
Chapitre 1 – Révolution ou transition digitale et collaborative (J.-J. Pluchart)
Chapitre 2 – L’emprise des plates-formes digitales et collaboratives (J.-J. Pluchart)
Chapitre 3 – La digitalisation des services financiers (L.-A. de Froissard)
Chapitre 4 – La digitalisation des métiers de la banque et de l’assurance (D. Chesneau)
Chapitre 5 – Fintech et financement de l’entreprise (J.-C. BussonetC. Lecocq) e 2 PARTIE LA DIGITALISATION DES MÉTIERS DU CONSEIL, DU CHIFFRE ET DU DROIT
Chapitre 6 – La transition digitale des métiers du conseil, du chiffre et du droit (A.-P. Bahuon etJ-J. Pluchart)
Chapitre 7 – Technologies et numérisation des processus comptables (D. Molho)
Chapitre 8 – Legaltech et justice prédictive (M. Danis)
Chapitre 9 – Quel droit pour les fintechs (S. Tandeau de Marsac) e 3 PARTIE – FINTECH ET ÉVALUATION FINANCIÈRE DE L’ENTREPRISE
Chapitre 10 – Les apports des fintechs dans la notation et l’évaluation financière (L. Canis et P. Sénicourt)
Chapitre 11 – Fintech et valorisation du capital immatériel (M. Bodin Veraldi)
Chapitre12 Lesfintechs:l’appréhension
Chapitre 12 – Les fintechs : l’appréhension et la mesure du risque crédit...
Remerciements
es coordinateurs de cet ouvrage collectif remercien t les co-auteurs – spécialistes du conseil, du chiffre et du droit, me mbres de la Compagnie des L Conseils et Experts Financiers (www.ccef.fr) – qui ont contribué à sa conception et à sa rédaction. Ils expriment également leur rec onnaissance aux membres du cercle Turgot – et notamment à son Président, Jean-Louis C hambon –, ainsi qu’aux experts et aux universitaires qui se sont associés à ce...
Préface
Rien ne nous y avait préparés achine learning, assistant vocal, intelligence arti ficielle, big data, smartphones, cloud computing, réseaux sociaux, Bloc kchain, économie M 1 collaborative, ICO , smart contracts… Cet inventaire à la Prévert, mélangeant technologie s disruptives et nouveaux usages, ne nous donne qu’un aperçu de tout ce qui a ujourd’hui transforme profondément, durablement et avec une rapidité jama is observée jusqu’ici, notre société dans toutes ses composantes. « La Data », qui a d’ores et déjà conquis sa majusc ule, est le pivot de toutes ces mutations. La rapidité de collecte et de traitement , la capacité de stockage et de transport, la disponibilité en tout lieu et en tout temps, la nécessaire sécurité sans cesse challengée et donc renforcée, mettent bien en tendu les opérateurs de télécommunications au cœur de l’écosystème qui valo rise au sens propre La Data. Au-delà des volumes gigantesques à traiter, les tec hnologies maintenant disponibles savent surtout malaxer des données non formatées et d’origines multiples : chroniques de chiffres, images fixes ou animées, textes, sons, coordonnées GPS… Les relations entre tous ces éléments non structurés tissent un r éseau dont les algorithmes apprenants extraient la substantifique moelle. Parf ois de nouveaux concepts (par exemple dans des couches internes de réseaux neuron aux) apparaissent, bien réels, mais difficiles à interpréter pour nous, les humain s ! Des problématiques fondamentales nouvelles se posen t alors à nous : quelle est la nature profonde de ces concepts ? Doit-on en avoir peur ? Paradoxalement, si les machines deviennent intelligentes, c’est qu’elles d épassent le stade de l’application stricte de la consigne codée par des programmeurs. C’est donc aussi qu’elles peuvent se tromper. Mais comment se trompent-elles ? Certai nement pas comme nous puisqu’elles manipulent des notions totalement nouv elles. Mais alors quelle confiance leur accorder ? Quelle preuve pouvons-nous apporter de la validité de leur raisonnement et par là même de leur sécurité ? La question n’est plus de savoir si les systèmes in telligents nous comprennent, mais plutôt de comprendre les systèmes intelligents ! La culture traditionnelle du processus de gestion d irectement induite par les langages informatiques exécutant les instructions d ans un ordre bien défini est, elle aussi, mise à mal. Nous dépassons d’ores et déjà l’ère de la digitalis ation des processus pour entrer dans celle de nouveaux paradigmes où, à titre d’exe mple, la communication homme-machine prendra la forme d’une discussion orale et naturelle plutôt que celle d’un questionnaire administratif linéaire. Nous changeons de langage et donc de mode de pensée ! De la même manière, des principes économiques fonda mentaux comme la création de valeurs, la monnaie, la confiance doivent être r epensés en fonction des avancées technologiques et à l’aune de leurs usages. Quelle confiance dans une cryptomonnaie sous-tendue par la Blockchain et qui n’a plus d’éme tteur unique (banque centrale) ? Quelle comptabilisation des ICO dont l’émission n’e st pas régulée et qui n’a pas de contrepartie réelle ? Comment réconcilier le virtue l anonymisé, mais vérifiable par tout le monde avec le monde réel, celui où l’entreprise va acheter, embaucher, produire, vendre avec un niveau de transparence guidé par les marchés financiers et par les autorités fiscales ? Quel sera le rôle des tiers de confiance dans cette mise en
cohérence ? Comment la régulation peut-elle protége r le consommateur dans ces conditions nouvelles d’échanges de produits et de s ervices ? La théorie économique doit reconstruire une bonne p artie de son axiomatique ! Nouvelles technologies, nouveaux usages : autant de sujets inépuisables sur lesquels à ce stade il serait très présomptueux d’a voir des avis définitifs. Si l’on se replonge dix ans en arrière, qui aurait prédit ne s erait-ce que l’usage omniprésent du smartphone ? Bravo à André-Paul Bahuon, à Jean-Jacques Pluchart, ainsi qu’à tous les éminents contributeurs à cet ouvrage d’avoir réussi à nous d onner les clés pour appréhender l’intensité du changement et ses conséquences prati ques dans les métiers du conseil, du chiffre et du droit. Et surtout, merci à...