Le franc CFA instrument du sous-développement

-

Français
458 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre aborde les causes du sous-développement des pays africains de la zone franc. Il montre que le franc CFA et ses mécanismes agissent comme un virus qui détruit les structures sociales et productives des pays africains de la zone franc. Le franc CFA a conduit au sous-développement des structures financières de la zone franc et au retard économique. L'abandon du franc CFA et la construction d'un cadre théorique alternatif pour une monnaie décolonisée s'imposent.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2012
Nombre de lectures 201
EAN13 9782296505612
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
zone franc. Spécifiquement, il montre que le franc CFA et ses mécanismes agissent comme un virus qui détruit les structures sociales et productives
Pour ce faire, il nous a semblé important de présenter la zone franc,
permis de saisir les fondements des critiques à l’encontre du franc CFA. Le franc CFA a conduit au sous-développement des structures financières de la zone franc et au retard économique.
La monnaie, instrument de pouvoir, de souveraineté et de dimensionnement de l’économie, est au centre de tout processus de développement. Or le franc CFA est une monnaie rhizome traduisant l’extraversion des structures productives des pays africains de la zone
productives locales, du colonialisme monétaire, le franc CFA accentue le
L’abandon du franc CFA et la construction d’un cadre théorique alternatif pour une monnaie décolonisée s’imposent.
Prao Yao Séraphin
LE FRANC CFA
INSTRUMENT DE SOUSDÉVELOPPEMENT
Défense Stratégie & Relations Internationales
Le franc CFA instrument de sous-développement
CollectionDéfense,Stratégie &RelationsInternationales (D.S.R.I) (Dirigée parFrançois Manga-Akoa) Depuis la chute du Mur de Berlin le 09 novembre 1989 qui a entraîné celle du Bloc socialiste est-européen dirigé et dominé par l’Union soviétique, puis celle de l’URSS le 08 décembre 1991, signant ainsi la fin de l’affrontement entre les pays du pacte de Varsovie et ceux de l’OTAN, la guerre a pris plusieurs formes inédites jusqu’alors. Le terrorisme international, les guerres asymétriques, la guerre économique se sont exacerbés grâce au développement exponentiel des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Par ailleurs, la privatisation de l’usage de la force, jusqu’alors réservé à l’Etat, a rendu possible l’externalisation de plusieurs services de l’Etat. En effet, plus que jamais, se vérifie l’adage de Héraclite qui affirme que la guerre est la mère de toute chose. Tel un veilleur qui attend l’aurore, la collectionD.S.R.Iscrute l’horizon de ce nouveau siècle, décrypte et prospecte l’actualité internationale en ses aspects politiques, diplomatiques, stratégiques et militaires. Déjà parus Salim Oussène Sanka DANKORO,La scène internationale à l’heure des menaces terroristes, 2012. Kaïdar AYOUB et Mohi Eldine EL SHEIKH YAHIA, Comment venir à bout du conflit au Darfour ?, 2012. Mohamed Saleck OULD MOHAMED LEMINE,Mauritanie : l’espérance déçue. 2006-2008 : une démocratie sans lendemain, 2012. Victor HAMENI BIELEU,Politique de défense et sécurité nationale du Cameroun, 2012. Bernard FONTAINE,Les armes à énergie dirigée. Mythe ou réalité ?, 2011. Gabrielle FOY,L’influence de la communauté sur la géopolitique argentine, de 1850 à nos jours, 2011. Alphonse TONYE,: un homme, un peuple, unBarack Obama destin, 2011. Seddik LARKECHE,Épistémologie du risque, 2011. Sidi Mohamed SIDATY,Mémento des relations diplomatiques, 2010.
PRAO Yao Séraphin LE FRANC CFA INSTRUMENT DE SOUS-DÉVELOPPEMENTL’Harmattan
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00278-1EAN : 9782336002781
DÉDICACE
 Je dédie ce livre d’abord à ma fille PRAO AHMES qui a souffert de mes fréquentes absences en raison de mes nombreux déplacements. Ensuite, à mes parents et amis dont les encouragements ne m’ont jamais fait défaut. Enfin, à mes collègues de l’Unité de Formation et de Recherche des Sciences Économiques et de Développement de l’Université de Bouaké (Côte d’Ivoire).
REMERCIEMENTS
Ce livre, qui invite à une plus grande considération de la monnaie dans la lutte contre le sous-développement en Afrique, est le modeste produit de mes recherches sur le franc CFA. Il fait suite à de nombreux autres livres sur la question de la monnaie et de la souveraineté monétaire des Pays Africains de la Zone Franc (PAZF). Il m’aurait été impossible d’écrire un livre sans les conseils de plusieurs personnes et encouragements d’autres encore plus nombreuses. Je tiens particulièrement à exprimer ma reconnaissance et ma gratitude au seigneur Jésus Christ pour la grâce qu’il me fait de connaître l’aboutissement de ce travail. Je tiens aussi à remercier le Professeur Joseph Tchundjang Pouemi aujourd’hui disparu et dont je salue la mémoire. Son livre intitulé « monnaie, servitude et liberté : la répression monétaire de l’Afrique », est à l’origine de l’intérêt que je porte aux questions monétaires en Afrique. Ce livre voit le jour malheureusement trop tardivement pour que je puisse bénéficier de ses remarques et encouragements. Pour la réalisation de cet ouvrage, je dois beaucoup au Professeur Mamadou Koulibaly et à Nicolas Agbohou, dont les écrits antérieurs au mien, m’ont beaucoup édifié et apporté sur le sujet. Je suis très reconnaissant au Professeur Ramon Tortajada, de qui je garde l’essentiel d’un chercheur : la modestie de l’être humain face à la complexité des questions scientifiques, le grand travail, la persistance, la solitude, la rigueur et surtout l’indépendance d’esprit. Je voudrais aussi remercier Henri François Henner, Meizan Bellone et Koffi Yeboua François qui ont accepté d’être utiles à la révision de ce livre. L’un et l’autre m’ont fait profiter de leurs remarques et m’ont conduit à améliorer cet ouvrage. Je ne saurais terminer sans exprimer toute ma reconnaissance à mon épouse, à ma fille et à mes parents qui m’ont aidé à trouver le temps et l’isolement nécessaires à la rédaction de cet ouvrage. Ma gratitude va aussi aux dignes frères et sœurs africains qui œuvrent dans des conditions difficiles à l’indépendance réelle du continent africain. À tous, ce travail doit beaucoup.