Que ne ferait-on pas pour du pognon ! Essai

-

Livres
234 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Que ne ferait-on pas pour du pognon ! est un pamphlet contre une société qui a fait de la quête d'argent un style de vie. Cet outil d'échanges semble aujourd'hui justifier à lui seul les crimes les plus crapuleux et toutes sortes de bassesses. Pour étayer cette thèse, l'auteur organise son essai autour de cinq thématiques : la vie, la dignité, la morale, le pouvoir et la religion. Il veut ainsi montrer que l'argent a corrompu la société jusque dans ses fondements.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2015
Nombre de visites sur la page 28
EAN13 9782336366524
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Fodjo Kadjo ABO
Que ne feraiton paspour du pognon ! Essai
Que ne ferait-on pas pour du pognon !
Fodjo Kadjo ABO Que ne ferait-on pas pour du pognon !
Essai
L'Harmattan
Du même auteur Pour un Véritable RéflexePatriotique en Afrique : le cas ivoirien :paru aux Éditions L’Harmattan en 2001 et réédité en 2005 ; Lettres confessionnelles :rapioitLnsauuÉdxttmaarHan en 2005 ; Quand l’ambition fait perdre la raison :paru aux Éditions L’Harmattan en 2007 ; Que reste-t-il de l’autoritéen Afrique: paru aux Éditions L’Harmattan en 2008 ; La pratique de la terreur au nom de la démocratie: paru aux Éditions L’Harmattan en 2009 ; Vérités sacrilèges : paru aux Éditions Persée en 2011 et réédité par L’Harmattan en mai 2014 ; Que ne ferait-on pas pour le pouvoir !:paru aux Éditions Persée en 2012.© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04343-2 EAN : 9782343043432
À la mémoire de Kouamé Abo et d’Abenan Assuama, mes père et mère qui m’ont tracé la voie du bonheur ; Au général Gaston Ouassenan Koné qui ne cesse de me gratifier de son expérience littéraire ; À mes bien aimés frères Kalhil Zein et Étienne Kouakou qui m’ont tant soutenu dans mes écrits ; À miss Donatienne Affoué Édanou, mon assistante qui se dévoue tant pour moi ; Je dédie ce modeste essai.
Introduction L’Homme est parvenu à dominer la nature grâce à son génie créateur. Cela lui donne de bonnes raisons de se dire que, hormis Dieu, il n’a pas d’égal sur la planète. Cette prétention serait sans réplique s’il n’était pas, à son tour, tombé sous la domination de l’une de ses propres créations : l’argent. Par la force des choses, celui-ci en a fait son valet ou, pour mieux dire, son esclave : il lui fait faire ce qu’il veut. Voyez ces pères et mères de famille qui se bousculent dans les banques et devant les distributeurs automatiques au lendemain des virements de salaires ! Parmi eux, certains ne ratent pas la moindre occasion de clamer haut et fort qu’ils ne seront jamais esclaves de l’argent ; pourtant, c’est lui qui les a mis en rang depuis plusieurs minutes, voire des heures. D’autres passent pour des seigneurs, pour ne pas dire des demi-dieux : ils écrasent leurs voisins et subordonnés ; ils prennent plaisir à faire attendre leurs visiteurs durant des heures quand ils ne les refoulent pas avec dédain ; pourtant, ils ne se gênent pas de se rabaisser devant l’argent : il les déplace, les fait attendre ; il leur impose même des désagréments bien plus pénibles que ceux contre lesquels ils sont habituellement prompts à protester avec perte et fracas. Regardez ces jeunes gens et ces braves pères de famille en quête d’emplois dans les zones industrielles des capitales des pays en développement ! Depuis des semaines pour certains et des mois pour d’autres, ils campent dans ces lieux dans l’espoir d’avoir des offres. Délogés manu militari et pourchassés sans arrêt par des vigiles, ils reviennent aussitôt sur leurs pas. Parmi eux, il y en a qui ont la réputation d’être orgueilleux ; mais les voilà qui, à longueur de journée, jouent à cache-cache avec des
9