Tahiti : une économie sous serre

-

Français
196 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'auteur fait le bilan des efforts de Tahiti vers l'autonomie économique depuis 1995, des réussites et des échecs, et essaie de suggérer des pistes de développement à long terme. Tahiti n'est donc plus une économie de garnison, mais est devenu une économie "sous serre": les prix y sont maintenus artificiellement élevés à l'intérieur grâce à l'éloignement et à la politique protectionniste, qui isolent complètement l'économie du système de prix mondial.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2011
Nombre de lectures 41
EAN13 9782296462984
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

©L’Harmattan,2011
5-7,ruedel’Ecolepolytechnique,75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-55179-4
EAN : 9782296551794Tahiti : une économie sous serreIllustrationdecouverture
Avecl’aimableautorisationdeTahiti PacifqueMagazine
miseenpage
TotemInfographie| Tél:(687)795430 | toteminfo@mac.com
www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
© L’Harmattan,2011
TousdroitsréservésBernardPoirine
Tahiti :
une économie sous serre« Portesocéanes»
CollectiondirigéeparFrédéricAngleviel,
Professeurdesuniversitésenhistoire
ettecollectionestdédiéeenpremierlieuàunemeilleureconnaissance
de l’Océanie à partir de l’édition cohérentedes articles épars deC chercheursreconnusoudelamiseenperspectived’unethématique
àtraverslescontributionslesplusnotables.Lacollection«Portesocéanes»
a donc pour objectifde créer des ponts entre les différentsacteursde la
recherche etdemettre à ladispositiondetousdesbouquetsd’articlesetde
contributions,publicationséparsesméconnuesetsouventépuisées.Eneffet,
larecherchedisposantdésormaisdetrèsnombreusespossibilitésd’édition,on
constatesouventunefragmentationetunedisséminationdelaconnaissance.
Cesrééditionsencohérenceseveulentdoncunoutilauservicedessciences
humainesetsocialesappliquéesauxmilieuxinsulairesdel’airePacifque.
En second lieu, lacollection « Portes océanes» a pour ambition de
permettreladiffusionauprèsdupublicfrancophonedesprincipauxrésultats
delarechercheinternationale,grâceàunepolitiqueconcertéeetprogressive
de traduction. Toutnaturellement,ellepermettra aussi lapublication de
colloquesoudeséminairessanss’interdirelapublicationd’ouvragesmettant
àladispositiondupubliclesdernierstravauxuniversitairesoudesrecherches
originales.
Déjàparus
FrédéricAngleviel: Histoire de la Nouvelle-Calédonie.Nouvelles approches,nouveaux objets,2005.
Sonia Faessel: Vision des îles : Tahiti et l’imaginaire européen.Du mythe à son exploitation littéraire
e e(XVIII-XX siècles),2006.
AlainMoyrand: Droit institutionnel de la Polynésie française,2007.
MouniraChatti,NicolasClinchampsetStéphanieVigier: Pouvoir(s)etpolitique(s)enOcéanie–
eActes duXIX colloque CORAIL,2007.
SémirAlWardi: Tahiti Nui ou les dérives de l’autonomie,2008.
Frédéric Angleviel (dir.) : Chants pour l’au-delà des mers. Mélanges en l’honneur du professeur
Jean Martin,2008.
BenoîtCarteron: Identités culturelles et sentiment d’appartenance en Nouvelle-Calédonie,2008.
FrédéricAnglevielet Jean-MichelLebigre: De la Nouvelle-Calédonie au Pacifque,2009.
Dumas PascaletLebigre Jean-Michel(dir.): La Brousse,représentations et enjeux,2010.
MarcDebeneet Jean-Paul Pastorel: La « loi du pays » en Polynésie française,2011.
Àparaître
NathalieCartacheff: La vie quotidienne à Maré - Tome I : au temps des vieux.
MichelWauthion: Langues et identités à Vanuatu.
Collectif: Franconesia.Études anglophones.: FrÉtudes italiennes.
ClaireLauxetCélineBorello: Histoires religieuses d’Océanie.Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
CHAPITRE1
Lecoûtdelavieoutre-mer:legrandtrounoirdelastatistiqueenfncomblé .19
Ungrandtrounoir,enfncomblé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Undéputéàl’assautdestrousnoirsstatistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
Écartdeprixetmajorationdesfonctionnaires:uneétrangeconcordance . . . . . . . . . . . . .22
Deuxlanternesdansuntrounoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22
Décembre 2010:enfnlalumière! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22
Références. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Annexes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
CHAPITRE2
Labullepolynésienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
CHAPITRE3
Protectionnismeetbienêtre:attentionauxexperts!. . . . . . . . . . . . . . . . .41
Querellesd’experts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
HiroTefarere:HarosurlaTDL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
LesattraitsdelaTDL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43
Valeurajoutéelocaleouinternationale:toutestrelatif!. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
Leprixderéférence,c’estleprixmondial. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
Lecoûtduprotectionnismepourleconsommateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
Lesusinestournevissont-ellesdudéveloppement?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
Prospéritéfacticeetbulleprotectionniste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48
Lafuiteverslesecteurprotégé,conséquenceduprotectionnisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48
Discriminationtarifaire:commentsetireruneballedanslepied. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
Lesecretdudéfcitsanspleurs,etcommentendiminuerlesavantages. . . . . . . . . . . . . . . .50
Pourprotégerl’industrielocale,pourquoinepasobligerlesbateauxàfaireundétour? . .51
Annexe:l’analysedel’effetdelataxesurlesimportationsparlathéoriedusurplus. . . . . .52
7Tahiti : une économie sous serre
CHAPITRE4
Développement«endogène»etsubstitutiond’importation:20ansd’échec . .59
Lesconséquencesdelasubstitutiond’importationàcourttermeetàlongterme. . . . . . . .60
Îlesriches,îlespauvres:quellesstratégies? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
PactedeprogrèsetÉtatsgénéraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
Unproblèmedebaignoireetderobinet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66
Deuxstratégiespossibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71
Protectionnismeetcroissancedurable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72
Fétichisme industriel(tableau4.1etgraphique4.7) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76
Références. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78
Annexe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79
CHAPITRE5
Croissanceetautonomieen Polynésiefrançaise:de l’espoiràladésillusion . . .83
Lesespoirsdelachartedudéveloppement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83
Objectifsetréalisations,10ansaprès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83
L’échecdeladéfscalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
Ladépendance n’apasétéréduite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
Lacroissanceestàmoteurexterne:PIBetressourcesextérieuresenPolynésiefrançaise. . .85
Lacroissance…delapauvreté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
Annexe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91
CHAPITRE6
Richesdanseuses,pauvreservicepublic,oucomment jeter l’argentparlesfenêtres. . .97
Chèresadministrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
Générositéinfnieducontribuablemétropolitain? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99
Lesdanseusesdupays:lesdélicesdelaSEM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99
Richesdanseuses,pauvreservicepublic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102
Ce n’estpastoujourslaFrancequipaie,cen’estpastoujourslerichenonplus… . . . . . . .103
1 813000FCFPparménagepolynésien,telleestlavraiefacture . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106
CHAPITRE7
Letourisme: l’archipeldesespoirsdéçus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Unbilaninquiétant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109
Laplacedutourisme dansl’économiedelaPolynésiefrançaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
8Sommaire
Ladéfscalisationdesprojetshôteliersetdesbateauxdecroisière . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111
Évolutiondelacapacitéhôtelière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
Unproduitquivieillitmal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
Lehandicap deladistance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
Legoulotd’étranglementdestarifsaériens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117
Desconcurrentsmoinséloignésdesmarchésémetteursetmoinschers. . . . . . . . . . . . . . .119
ComparaisonentrequatredestinationsconcurrentesduPacifque:Hawaii,Guam,la
Polynésiefrançaise,laNouvelle-Calédonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
Lesenjeuxdudéveloppementtouristiquepourlacroissanceéconomique
delaPolynésiefrançaise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124
Référence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125
Annexe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126
CHAPITRE8
Letourisme:quelproduitpourquelsclients? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Lepositionnementactuelduproduitetlastratégiedepromotion . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129
Quelcréneau?Hautdegamme,basdegamme,ouniches?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
Ledéveloppementd’infrastructuresdetourisme,servantd’aimants
pourattirerlaclientèletouristique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132
Tourisme d’affairesetcongrès. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133
Tourisme dejeuxetcasinos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133
Desrésidencesderetraite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134
Tourisme golfqueet«golfsresorts». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134
Plaisance,plongéebouteilleetmarinasintégrées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136
Des« shopping-malls»horstaxe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
Interventionpolitique,investissementétranger,etréférendum populaire. . . . . . . . . . . . .138
Référence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .139
CHAPITRE9
L’émigrationdes jeunesdiplômésdespetitspaysinsulaires . . . . . . . . .143
CHAPITRE10
Lesyndromehollandais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
LesyndromehollandaisenPolynésiefrançaise:laformationdelabulledeprix,demarges
etdecoûtélevés,àl’abridelaserreprotectionniste. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
L’économiesousserre:unsystème quis’auto-entretient. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
Annexes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
9Tahiti : une économie sous serre
CHAPITRE11
Lemottabou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161
LasurévaluationduFCFP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161
L’exempleduFrancCFA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
Lesyndromehollandais:marasmedusecteurexposé,expansiondusecteurprotégé. . . .163
Avantagesetinconvénientd’unedévaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164
Ladévaluationsansinfation,oucommentdégonferlabullepolynésienne . . . . . . . . . . .165
CHAPITRE12
Insularitéetgouvernance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Lepoidsdesclans. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .174
Clientélisme etrèglessurmesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185
Référencesbibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .186
CONCLUSION
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Uneparabole? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .192
Leseulespoirestdanslajeunesse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .194
Laresponsabilitédel’État. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .195
10Introduction
La Polynésie française estun archipelde 121 îles, dont76 habitées, très
isoléaumilieudel’OcéanPacifqueSud,à 17000km et23 hd’aviondeParis,
6200km deLosAngeles,8800km deTokyo,5 700km deSydney.LaPolynésie
françaiseestà lafoistrèspetite(lamoitié delaCorse ensuperfcie deterres
2émergées:3 500km
)maisaussitrèsgrande(l’archipels’étendsurunesuperfcieocéanique delataille del’Europe, lazoneéconomiqueexclusive dépasse
25millionsdekm ).
C’estune collectivitéd’outre-mer(COM), dotéed’unstatutdetrèslarge
autonomie(unprésident,undrapeau,unhymne,uneassemblée,descompétences
élargies:seulslamonnaie,lecrédit,ladéfensenationale,lapolice,lajusticeet
l’enseignementsupérieurrestentcompétencesdel’État).
Au début des années soixantes, la population n’était que de 100000
habitants,dontlaplupartvivaientmodestementdepêche, delarécolte dela
nacreetducoprah,delacultureducaféetdelavanillepourl’exportation,et
del’extractionduphosphate(dansl’îledeMakatea).Aujourd’huilapopulation
compte250000habitants,leproduitintérieurbrutparhabitantestprochede
celuidelaNouvelle-Zélande(17 210euros), leSMIG atteint1 141eurosetla
grandemajoritédelapopulationtravaille danslesecteurtertiaire, dontune
grandepartie danslesecteurpublic, dansce qui ressemble à une économie
postindustriellemoderne.
Entre 1965et1985,enl’espacedevingtans,l’archipelestdoncpasséd’une
économiepréindustrielle,équilibrantsesimportationsdeproduitsmanufacturés
parsesexportationsdeproduitsdebase(huiledecoprah, nacre, phosphate,
vanille, café), à une économie postindustrielle. Une évolution qui ailleursa
demandé300anss’estproduiteenPolynésiefrançaiseenvingtansseulement.
Àl’origine de cette grande mutation en l’espace de si peu de temps, le
«boom » duCEP (Centre d’expérimentationsduPacifque), qui s’installeen
1964pourmenerdesexpériencesnucléairesaériennes,puissouterraines,dans
desatollsdésertsdesTuamotuetfermesesporteseffectivementen1996,avec
l’arrêtdéfnitifdesessaisnucléairesdécidéparJacquesChirac.
11Tahiti : une économie sous serre
Lessommesdépenséesparlesmilitairesétaienténormes,àl’échelledupetit
territoire peuplé de100000 habitantsque représentaitlaPolynésie française
àcetteépoque.En1966lesdépensesduCEPreprésentaientlesdeuxtiersdu
PIB.Cettemanneirriguaitl’économieàtraverslesnombreusesembauchesde
personnelscivilsetmilitaires,recrutéspourbâtirpuisentretenirlesinstallations
àTahitietsurlessitesd’expérimentationsdesTuamotu(Moruroa,Fangataufa,
etl’atolldeHaoquiservaitdebaselogistique).
L’arrivéeduCEPcoïncideavecl’ouverturedel’aéroportinternationaldeTahiti
Faaa,quivaouvrirlaPolynésieauxéchangesetautourisme,etavecl’épuisement
du phosphate de Makatea,qui marque ledébutd’une longue régression des
exportationstraditionnellesduTerritoire,tandisquelesimportationss’envolaient
avec l’apporténorme de pouvoir d’achatque représentaient les soldes des
personnelscivilsetmilitairesemployésparleCEPetl’armée.
Àpartirde 1974, lepremierstatutd’autonomie engendre une croissance
delafonctionpublique locale, enraisondesnouvellescompétencesdévolues
au Territoire. Le second statut d’autonomie renforcée de 1984 engendre
une croissanceencoreplusrapidedecette fonctionpublique locale, dontles
traitementsontété alignés, au milieu des années soixante-dix, surceux des
fonctionnairesexpatriés,quibénéfciaientàl’époqued’unemajorationde104%
deleurtraitementmétropolitain. Jusqu’en1996, onavaitdoncune économie
«degarnison»,laprincipaleressourceétantlesdépensescivilesetmilitaires
del’État, dontl’effetmultiplicateursurl’économie localeétaitmaximisépar
lerecoursàunepolitiquedeplusenplusprotectionniste,permettantàlafois
d’augmenter les recettes fscales du Territoire sans instituer d’impôtsur le
revenuou lafortune, etdeprotégerl’industrie localedelaconcurrence des
importations.Letauxmoyendestaxessurlesimportationspasseainside17%
en1974àunmaximum de42
%en1996,cequiconstitueàl’époqueunquasirecorddumonde (celasanscompterlesmesuresdeprotectionsquantitatives,
tellesquel’interdictiond’importationdelacharcuterie,ducafétorréfé,etles
quotasd’importationdefruitsetlégumes).
Avec ledépartdu CEP à partirde 1996, une nouvelleère s’ouvre, etla
Polynésiefrançaise,suivantlesobjectifsduPactedeProgrès,fruitdesréfexions
menéesauseindesateliersdelaCharteduDéveloppement,un«thinktank»
polynésien,dirigéparChristianVernaudon,PDGd’AirTahiti,vachercherà
réduiresadépendanceextrêmeenverslestransfertsmétropolitains,encherchant
àdévelopperessentiellementl’exportationdeperles,lapêcheetletourisme.
Dansmonpremierlivre,Tahiti,Stratégiepourl’après-nucléaire(1996),j’avaisfait
lebilandelapériode 1964-1996,etproposédespistespourlanouvellepériode
12Introduction
qui s’ouvraitaveclafndesessaisnucléairesetlafermeture duCEP. Enphase
aveclesréfexionsmenéesalorsparlaChartedudéveloppement,jeproposaisune
nouvellestratégie, tournée verslapromotiondesexportationsetdutourisme,
seulessourcesdecroissancesusceptiblesderemplaceràtermelarentenucléaire.
Je montrais lanécessité d’une réforme de lafscalité,pour éviter l’écueildu
protectionnismeetduhautniveaudesprixquil’accompagne.À l’époque,l’État
s’étaitengagéàpérenniserpendantdixansunepartiedestransfertsauparavant
affectésàl’activitémilitaire, 18milliardsdeFCFPparan,pourl’affecteràdes
projetsd’investissementfacilitantlareconversiondel’économie,enéchanged’une
promessedemodernisationdesafscalitéparleTerritoire.
La réforme fscalea bien eu lieu, partiellement,avecune suppression des
droitsd’entréeetdelataxenouvellepourlaprotectionsociale,compenséepar
l’instauration delaTVA, mais de nouvelles mesures protectionnistes étaient
instauréesparallèlement(instaurationdelaTaxedeDéveloppementLocalsurles
produitsimportésconcurrentsdeproduitslocaux),etlesdroitsdedouanerestaient
enplacesurlesproduitshorsCE.L’instaurationd’unedéfscalisationlocaledes
investissementsàpartirde1996,quis’ajouteàladéfscalisationnationalepour
l’investissementoutre-mer,combinéeàlabaissedesdroitsettaxesàl’importation
de1998à2001,sontàl’origined’unepériodedecroissancerapide,maisdepuis
2001 aucontraire, lesmoteursdelacroissancecalentlesunsaprèslesautres:
letourisme,laperle,lethon,lenoni(fruitauxvertusmédicinales)connaissent
tousunreculdeleursexportationsjusqu’àaujourd’huiparrapportà2000.Ilen
résulte unmarasme général, surfondd’instabilité politique chronique depuis
2004,quirenforceencorelatendanceàl’inactionfaceàlacrise.
Danscelivre,treizeansaprès,jefaislebilandeceseffortsversl’autonomie
économique depuis 1995, des réussites etdes échecs, etj’essaie de suggérer
des pistes pourune stratégie de développementcohérente à long terme, en
m’inspirantdesexemplesd’autreséconomiesinsulaires.Forceestdeconstater
que la stratégie appliquée réellement, fondamentalement protectionniste,
esttrès loin de celle qui étaitpréconisée en 1995 par lePacte de progrès,
qui mettaitclairementl’accentsurlanécessité de développeravanttoutdes
ressources extérieures propres, exportation ettourisme, pourcompenserla
baisseoulastagnationdestransfertsdel’Étatsuite audépartduCEP. Tahiti
n’estdoncplus une économie de garnison, mais estdevenue une économie
1«sousserre »: les prixy sontmaintenusartifciellementélevés à l’intérieur
1.J’empruntel’image delaserre à Aubourg, Naudet, Reboud« Une croissancesousserre»,
ConférenceAFD/Cerom,juin2007,Paris.
13Tahiti : une économie sous serre
grâceàl’éloignementetàlapolitiqueprotectionniste,quiisolecomplètement
l’économie dusystème deprixmondial.Ceci n’estpossible que dansune île
éloignéedetoutcontinent,oùilestimpossibledeprendreunevoiturepouraller
trouvermoinscherailleurs… Le consommateurs’acclimate progressivement
àlatempératureélevéedesprix,d’autantmieux,s’ilestfonctionnaire,queses
revenussontégalementplusélevésqu’ailleurs(majorationdestraitementsde
84%à Tahiti,étenduedefaitàlafonctionpubliquelocale).
Laserre profteessentiellementaudéveloppementdu«secteurprotégé»
qui s’adresse au marché intérieurcaptif: ellepermetde fortes marges dans
lessecteursdeladistribution,dubâtimentetdesservicesdestinésaumarché
intérieur (banque, assurance, transports, électricité, télécommunications,
internet),toutenrendantdeplusenplusdiffcileledéveloppementdusecteur
exposé qui souffre decette structure deprixélevés(industrie nonprotégée,
exportation et tourisme), malgré les incitations apportées par la double
défscalisation(nationaleetlocale)desinvestissements.
L’économiedeserreexistedanstouslesDOM-COM,commeledémontre
unrécentAvisdel’Autoritédelaconcurrence qui metenévidenceunécart
médiandes prixavec laMétropole variantentre 50% (la Réunion) et70%
(Martinique etGuyane). Maiselleestparticulièrementdéveloppée à Tahiti,
comme onleverraplusloin, enraisondesonisolement, desoninsularité,et
delapolitique protectionnistemenée depuis30 ansqui a rajouté aucoûtde
transportdéjà élevé desdroitsettaxessurlesimportationsetdesprotections
quantitatives(interdictionsetquotasd’importation).Cettepolitiqueaeupour
effetde rajouterà l’éloignementgéographique un éloignement«artifciel»
qui augmenteencoreplus lecoûtd’importerles ressources indispensables à
laproductionlocale, etdiminue doncpourl’économie lesgainspotentielsde
l’échangeinternational.
Sil’isolementestunhandicap,nousleverrons,l’insularitépeutêtreunatout,
sionsaitensaisirlesavantagesetnepasenaccroîtrelesinconvénients.Certains
des pays les plusriches dumonde, en fait, sontdepetitesîles ou presqu’îles
(telleSingapour). Petiteéconomie insulaire nerime doncpasforcémentavec
pauvreté,àconditiondechoisirunebonnestratégiededéveloppement.
14Introduction
15
Î
L
E
S
Î
S
L
O
E
U
S
S
L
D
E
U
V
MotuOne
Hatutaa
Eiao
HatuIti
UaHuka
NukuHiva
FatuHuku
UaPou
HivaOa
Motane FatuHiva
Tahuata
FatuHiva
Tepoto(nord)
Napuka
Manihi
Ahe
Takaroa PukaPuka
Takapoto
Mataiva
Arutua
Apataki
Tikehau
Aratika
Rangiroa
Fangatau
MotuOne Toau Takume
Kauehi
Fakahina
Kaukura
Raraka Taenga
Tupai Raroia
Niau
Makemo
Manuae
Katiu
Maupiti Fakarawa
Tahaa
Maupihaa Tuanake Nihiru
Rekareka
BoraBora Huahine
Hiti
Faaite
Tepoto(sud) Marutea(nord)
Tatakoto
Tahanea
Raiatea
Tekokota
Motutunga Tauere
Moorea Tahiti
Anaa
Haraiki Hikueru Amanu
Reitoru N
Mehetia
Pukarua
Maiao
Marokau Hao
Akiaki Reao
Vahitahi
Nengonengo Nukutavake
O E
Paraoa
Tavana
Vairaatea
Manuhangi
Pinaki
Ahunui
Hereheretue
S
Maria
Anuanuraro
0
Vanavana 100 km
Nukutepipi
Anuanurunga Tureia
Vahanga
Tenararo
Marutea(sud)
Tenarunga
Tematangi
Moruroa
Matureivavoa
Rurutu
Rimatara Fangataufa
Maria(est)
Mangareva
Morane
Tubuai
Taravai
Temoe
Raivavae
Akamaru
Rapa
Marotiri
(ÎlesdeBass)
Source:InstitutstatistiquedelaPolynésiefrançaise,Polynésieenbref,2009.
V
E
E
N
N
T
TChapitre 1Le coût de la vie outre-mer :
le grand trou noir
de la statistique enfin comblé
Un grand trou noir, enfin comblé
ToutlemondesaitquelecoûtdelavieestplusélevéenPolynésiefrançaise
etdansl’outre-merengénéralqu’enMétropole.Maisdecombienexactement?
20 %pluscher?40%pluscher?80%pluscher?
Personnenelesavait! Du moinsoffciellement: jusqu’endécembre2010
pasuneseuleétudestatistiqueoffcielle n’avaitétépubliéesurcesujet.
Etpourtant, c’estunsujetqu’ilétaiturgentd’éclaircir,aumomentoù les
projets du gouvernementcomportentnotammentlaremise en cause de la
majorationdesretraites,etprobablement,àterme,destraitementsdelafonction
publiqueoutre-mer!
Cesmajorationssont-ellesjustiféesparlecoûtdelavieplusélevé?
LesétudesstatistiquessurlePIBparhabitantparexemple,démontrentàla
virguleprèsquelaPolynésiefrançaiseaun«niveaudevie»semblableàcelui
del’Australie etdelaNouvelle-Zélande, età peineuntiersinférieurà celui
delaFrance,lorsqu’ontraduitcePIBparhabitanteneurosautauxdechange
offciel.Ainsiletableaudebordn°8publiéparleCEROMenjuin2007donne
lacomparaisonsuivante desPIB parhabitantdansl’outre-mer,quiestplutôt
fatteusepourlesdeuxCOMduPacifque,premierex-æquodevantlesDOM
surcecritère…LaPolynésiefrançaiseauraitalorsunPIBparhabitantégalà
62 %deceluidelamétropoleen2003-2004.
19