Parlons Karen

Parlons Karen

-

Livres
197 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le peuple karen est une très ancienne ethnie, venue de la lointaine Mongolie. De nos jours, près de six millions de personnes parlent encore le karen entre le Myanmar et la Thaïlande. Cet ouvrage présente la grammaire, très riche, et expose un nombre appréciable de phrases de la conversation courante. Un lexique comportant plus de cinq cents mots de vocabulaire complète la présentation de la langue. Enfin la culture karen est présentée sous ses aspects géographique, historique, religieux, politique et social.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 décembre 2006
Nombre de lectures 436
EAN13 9782296160217
Langue Français
Signaler un abus

A Françoise, Paule et Jean

Avant-propos
Le peuple Karen est une très ancienne ethnie, venue de la lointaine Mongolie et ayant probablement transité par les rives du Fleuve Jaune et la province du Yunnan en Chine. De nos jours, près de six millions de personnes parlent encore le karen et sont dispersées entre le Myanmar (anciennement Birmanie) et la Thaïlande, souvent hélas dans des camps de réfugiés. La connaissance, même sommaire, de la langue karen aidera le lecteur à rencontrer les Karen en dehors de tout circuit touristique et à découvrir en profondeur le mode de vie de ce peuple si attachant. De nombreux Français travaillent dans des organisations internationales auprès des Karen résidant dans les camps de réfugiés tout le long de la frontière birmano-thaïe et trouveront donc utile d’acquérir quelques notions de la langue usuelle. Dans l’ouvrage, de nombreuses phrases de la conversation courante sont traduites pour faciliter la communication avec cette ethnie. Avant que les Karen n’abandonnent les traditions ancestrales pour vivre dans les grandes villes et adopter un mode de vie de style occidental, il est urgent de conserver le savoir de ce peuple. Parlons karen tente modestement d’apporter sa petite pierre à cette entreprise de sauvegarde de la culture karen. Plusieurs cartes, schémas et photographies illustrent les propos.

Première partie

Le cadre géographique

Localisation du peuple Karen au Myanmar et en Thaïlande

10

Répartition géographique
Les Karen vivent au Myanmar (anciennement Birmanie) et en Thaïlande. Au Myanmar ils sont localisés dans l'Etat Karen, dans la région montagneuse de Toungoo. Il n'existe pas de chiffre officiel, mais on estime qu'il y a près de six millions de membres de cette ethnie dans le pays. Les ethnies Kachin, Shan, Chin, Rakhine, Karenni et Mon occupent également des Etats particuliers au Myanmar. En Thaïlande, les Karen sont arrivés par différentes vagues successives. La première migration remonte à plus de trois cents ans. Ces Karen habitent les villages de la région montagneuse du nord-est du pays. On estime qu'ils y sont près de 300 000. Depuis vingt ans, des vagues incessantes de réfugiés du Myanmar se dirigent vers les camps implantés sur 960 km de frontière du côté de la Thaïlande. On estime que près de 150 000 personnes de tribus différentes résident dans les camps de réfugiés dont près de 100 000 Karen. La tribu Karen est répartie en trois groupes, en relation avec les différences de langues ou de dialectes, à savoir les Sgaw, les Pwo et les Bwe. Le groupe des Sgaw est le plus important. On le trouve en Thaïlande et au Myanmar dans le delta de l’Irrawaddy, depuis la zone proche de Prome en descendant vers le sud, et depuis la côte d’Arracan vers l’Est jusqu’au voisinage de Lakong en Thaïlande ainsi que vers le Sud.

Origine et migration du peuple
Les Karen sont considérés comme la première vague de TibétoBirmans, établis vers le Vème siècle de notre ère. Des chercheurs pensent que le peuple Karen provient du bassin supérieur du "Fleuve Jaune" en Chine. De ce foyer primitif, les Tibétains ont migré vers l’ouest, les premières tribus d’Indo-Chine vers le sud, et les Chinois vers le sud-est. Dans cette hypothèse, les ancêtres

11

Principales divisions et Etats du Myanmar

12

des Karen auraient probablement fait partie de la migration vers le sud et, à un certain moment de la migration, se seraient arrêtés sur les rives du "Fleuve Jaune". Ensuite ils se sont dirigés très probablement vers ce qui est actuellement le Yunnan (province du sud de la Chine), où ils ont élu domicile jusqu’à ce qu’ils en soient chassés par des populations migrantes venues du nord. Depuis ce foyer primitif, la route suivie par les Karen emprunta probablement le Mékong ou la Salween dans la partie nord de ce qui constitue actuellement l'Etat Shan. De là ils se répartirent vers le sud (l’actuel Etat Karenni), puis dans la partie sud de la Birmanie et le Tenasserim. En conclusion, il semblerait que les Karen aient migré vers la Birmanie en provenance d'un foyer d'anciennes tribus habitant la Chine, avec lesquelles ils sont apparentés par des liens tribaux, linguistiques et probablement religieux.

Mythe originel

Les traditions karen prouvent que ces populations n’ont pas toujours vécu sur leur territoire actuel. L’histoire la plus saisissante est celle de "Htaw Meh Pa" qui aurait vécu avec sa nombreuse famille dans un certain pays inconnu du nord, où les champs ont été saccagés par un énorme sanglier. Le patriarche sortit de chez lui et tua le sanglier ; mais lorsque ses fils allèrent chercher la carcasse, ils ne trouvèrent qu’une défense qui s’était brisée durant la lutte. Le vieil homme en fit un peigne qui étonna tout le monde en raison de sa capacité à assurer une éternelle jeunesse à ceux qui l’utilisaient. Bientôt leur territoire fut surpeuplé, obligeant la population à chercher des terres nouvelles plus riches. Le peuple voyagea ainsi jusqu’à une rivière nommée "Hti Seh Meh Ywa". Puis le patriarche continua son chemin, emmenant avec lui le peigne magique qui n’a jamais été retrouvé depuis.

13

Deuxième partie

Description de la langue

La langue
Généralités L'ordre des mots dans la phrase est identique à celui des langues française, chinoise et siamoise, à savoir: sujet, verbe (ou prédicat) et objet. La langue était à l'origine monosyllabique et a évolué vers le multi-syllabisme. Toutes les syllabes ont une signification propre ainsi qu'une relation grammaticale avec une ou plusieurs autres syllabes pour former un élément de phrase. Chaque racine est utilisable pour former des noms, adjectifs, verbes ou adverbes en ajoutant une particule appropriée ou en se combinant avec d'autres racines.

L'écriture originale L’écriture Karen originale est appelée Le-Hsaw-Weh, ce qui signifie: écriture de la poule. Cette écriture ressemble, en effet, aux traces des poules laissées sur le sol après leur passage. Maintenant, peu de Karen comprennent cette forme d’écriture.

Ecriture originale

17

L’alphabet karen Le Karen comprend trois branches principales : le Sgaw, le Pwo (Pwo-Est et Pwo-Ouest) et le Bwe qui inclut un certain nombre de dialectes de moindre importance. Il y a donc trois formes d’écriture basées sur trois dialectes différents, un Karen parlant le Pwo-Est ne comprendra pas un Karen parlant le Sgaw... Le dialecte Sgaw est le plus répandu et il est communément employé dans de nombreux sous-groupes. Ce sera donc la langue Sgaw qui fera l'objet de notre étude. Le Karen a été transcrit en 1832 par un missionnaire baptiste, le Dr Jonathan Wade qui utilisa l’alphabet birman pour traduire la grande majorité des sons et compléta à l’aide de symboles pour les lettres qui n’avaient aucun équivalent en Birman. De cette manière, on a pu créer un alphabet phonétique parfait. Le karen comporte vingt cinq consonnes et neuf voyelles affectées de cinq tons ainsi que plusieurs abréviations. Il s’écrit de la gauche vers la droite, et cette règle prévaut également dans le tracé des lettres.

18

Transcription phonétique des consonnes Il n'existe pas de système de transcription uniforme adapté au Karen Sgaw, chaque auteur utilise sa version. La transcription a été réalisée à partir de la prononciation la plus répandue, celle des Karen du Myanmar. Les Karen arrivés en Thaïlande depuis les années quatre-vingt utilisent également cette prononciation.

u
[k]

c
[kh]

*
[r]

C
[rh]

i
[ng]

p
[s]

q
[hs]

&S
[chr]

n
[gn]

w
[t]

x
[ht]

'
[d]

e
[n]

y
[p]

z
[ph]

b
[b]

r
[m]

,
[y]

&
[R]

v
[l]

0
[w]
Notes:

o
[th]

[
[h]

t
[e]

{
[hr]

[ng] (i ) correspond à la prononciation anglaise de "King". [gn] (n ) correspond à celle de "montagnard". [p] se prononce comme dans "père". [R] est roulé . [th] ne correspond pas à la prononciation anglaise de "th" mais à un "t" avec une aspiration.

19