//img.uscri.be/pth/8c8f53d4ffb9abaa549e722a6578eabbfb933f32
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 28,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Gestion de l'entreprise d'assurance - 2e éd.

De
368 pages
Une entreprise d’assurance identifie les risques, leur donne un prix, les commercialise  : en un mot, elle les rend assurables. Comment le fait-elle  ? Comment est pilotée et gouvernée une entreprise d’assurance  ? Comment réalise-t-elle l’appréciation et la gestion de ses propres risques, encouragée par la réglementation Solvabilité II  ? Cet ouvrage aborde toutes les compétences que rassemble l’entreprise d’assurances, pour piloter des réseaux de distribution, concevoir des produits de qualité, connaître, tarifer et contrôler les risques, piloter des réseaux de distribution. Il est le fruit de l’expertise de professionnels et universitaires spécialistes du droit, de la comptabilité, du marketing, du contrôle de gestion, de la stratégie et de la finance dans le secteur de l’assurance. Il présente de façon claire et pédagogique le fonctionnement des marchés d’assurance.
 

Voir plus Voir moins
Coordonné par Philippe Trainar Patrick Thourot 2e edition Toutes les activites de lentreprise d’assurance Impact des nouvelles technologies sur la stratégie Nouvelles réglementations prudentielles et de conformité Gestion de l’entreprise d’assurance
Coordonné par Philippe Trainar Patrick Thourot 2e edition Toutes les activites de lentreprise d’assurance Impact des nouvelles technologies sur la stratégie Nouvelles réglementations prudentielles et de conformité Gestion de l’entreprise d’assurance

11 rue Paul Bert – 92240 Malakoff

ISBN 9782100768684

 

Table des matières


 

Les auteurs

Préface

 

Les auteurs


 

Amal Aouam est titulaire d’un diplôme en finance et comptabilité de l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE). Expert-comptable stagiaire, Amal est senior manager et membre de la fonction Doctrine Assurances de Mazars où elle intervient sur des missions d’audit et de conseil dans le secteur de l’assurance et de la réassurance. Elle a dix ans d’expérience dont trois ans chez CNP Assurances.

José Bardaji est diplômé de l’Ensae (École nationale de la statistique et de l’administration économique) et titulaire d’un DEA en économie de l’Université Paris I. Il a été chef de la division des études macroéconomiques à l’Insee et chef du bureau diagnostic et prévisions internationales à la DG-Trésor. Il est aujourd’hui directeur des études économiques et des statistiques de la Fédération Française de l’Assurance.

Gérard Bonnet, diplômé en droit privé (DEA), Certificats Sciences criminelles et Études judiciaires, à la faculté de droit de Poitiers. DGA retraité de GENERALI, il a été le directeur Indemnisation des Groupes MAAF, ALLIANZ, GENERALI, et directeur régional puis DRH-RS en tant que DGA d’ALLIANZ. Administrateur du Groupe Prunay, il est DG de sa filiale automobile AUTEXIA.

Daniel Boudin, docteur en droit privé, IAE Paris-CAAE, débute sa carrière dans le groupe Athéna où après un passage en souscription et sur le terrain, il devient directeur plan-budget et contrôle de gestion. Il poursuit ses missions de direction chez AGF, Zurich et Generali Dommages, aux directions production et contrôle de gestion. De 2005 à 2012, il est Chief Risk Officer d’Europ-Assistance.

Arnaud Chneiweiss a débuté au ministère de l’Économie et des Finances où il a notamment travaillé sur les questions européennes et internationales (conseiller de Dominique Strauss-Kahn et de Laurent Fabius, 1997-2000). Depuis 2001, il a poursuivi sa carrière dans le secteur de l’assurance, en tant que secrétaire général de la SCOR (2001-2005), puis comme directeur général adjoint à la Matmut (2006-2014) et secrétaire général du GEMA (2014-2016). Il est aujourd’hui délégué général de la Fédération Française de l’Assurance.

Nicolas Desombre est co-Head of Investment Banking France et Global co-Head of Insurancede Citigroup qu’il a rejoint en septembre 2014. Auparavant, il a notamment travaillé 16 années chez Credit Suisse où il a été Head of Financial Institutions Group France et Head of EMEA Insurance. Nicolas Desombre a participé à l’internationalisation du secteur de l’assurance en tant que conseil financier sur de nombreuses transactions M&A internationales dans le secteur financier au cours des vingt dernières années.

Renaud Dumora, diplômé de l’École polytechnique, de l’Ensae et membre de l’Institut des actuaires, a démarré sa carrière à la direction des études de la Compagnie Bancaire puis a rejoint en 1994 Cardif, où il a occupé diverses fonctions d’actuariat, de développement international, puis de finance et risques. Il est aujourd’hui directeur général de BNP Paribas Cardif et membre du Comité exécutif de BNP Paribas.

Denis Duverne est président du conseil d’administration d’AXA depuis septembre 2016. Après douze années au Ministère des Finances et quatre ans dans le groupe Crédit Lyonnais, il a rejoint AXA en 1995. Adjoint du directeur financier en 2000, il est devenu directeur financier en 2003 et directeur général délégué et membre du conseil d’administration en 2010. Il a participé à l’expansion internationale et à la structuration du groupe au cours des vingt dernières années.

Thomas Fossard, analyste financier, est titulaire d’un 3e cycle en finances de l’Institut Supérieur de commerce de Paris et de la SFAF (Société française des analystes financiers). Il commence sa carrière chez BNP Paribas en 1994 avant de rejoindre Exane en 2004 puis HSBC en 2008, où il couvre un large portefeuille d’assureurs européens.

Benoît Hugonin est diplômé de l’École polytechnique, de l’Ensae et de Sciences Po Paris. Il a travaillé au sein de la Commission européenne et de l’Autorité française de contrôle prudentiel pour le secteur financier (devenue ACPR). Il est aujourd’hui directeur des affaires prudentielles et réglementaires du groupe SCOR.

Marc-Philippe Juilliard, diplômé de l’Université Paris-Dauphine en finance d’entreprise, a réalisé l’essentiel de sa carrière à Paris et à Londres en tant qu’analyste crédit au sein de plusieurs grandes agences de notation, successivement en charge des secteurs banque et assurance. Il a aussi été analyste « buy side equity » responsable du secteur européen des assurances chez Allianz Global Investors. Il est aujourd’hui directeur au sein de l’équipe en charge de la notation des sociétés d’assurance chez S&P Global Ratings à Paris.

Denis Kessler est docteur d’État en économie, agrégé de sciences économiques et de sciences sociales et diplômé d’HEC. Il a été professeur à l’Université Nancy II, directeur d’études à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et directeur d’une équipe de recherche du CNRS. Il dirige depuis 2002 le groupe SCOR, société de réassurance globale. Il est l’auteur de plusieurs livres et articles scientifiques.

Patrick Liedtke est directeur général chez BlackRock, en charge du département Financial Institutions Group (FIG) pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Il est membre du Comité Exécutif Global FIG du groupe. Il a été précédemment directeur général de l’Association de Genève (2001-2012) après avoir été son directeur délégué. Il a commencé sa carrière dans la recherche économique et comme analyste des marchés de capitaux. Il est administrateur de Zwiesel Kristallglas AG, membre du Club of Rome, de la World Academy of Arts and Sciences ainsi que de l’International Advisory Board du China Centre for Insurance and Social Security. Il est ingénieur diplômé de l’université de Darmstadt. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’assurance, la finance et l’économie. Il est professeur invité à la Cass Business School de Londres.`

Gilles Magnan est titulaire d’une maîtrise des sciences et techniques comptables et financières. Après avoir débuté sa carrière chez AGF (maintenant Allianz) à Paris puis à Varsovie, il rejoint le cabinet Mazars en 1992 dont il devient associé en 2003. Expert-comptable et commissaire aux comptes, il exerce en tant que spécialiste dans les domaines de l’assurance et de l’immobilier. Membre du comité exécutif de Mazars en France, il supervise les activités audit et conseil des secteurs immobilier, banque, et assurance.

Amélie de Montchalin est vice-présidente des politiques publiques et prospective pour le Groupe AXA. Elle a été le bras droit du directeur de la stratégie, responsabilité d’entreprise et affaires publiques. Elle a développé une expertise sur le rôle économique de l’assurance, le risque systémique et la régulation financière, ainsi que sur la transition climatique et l’effet de la révolution numérique sur les activités assurancielles. Diplomée d’HEC et de la Harvard Kennedy School, elle a commencé sa carrière comme économiste en charge du suivi de la zone euro pour EXANE BNP Paribas, et a eu des expériences dans le secteur public et auprès de la Commission européenne.

Philippe Poiget est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de droit. En 1985, il entre à la FFSA dont il a été de 1999 à 2016, le directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence. Il est depuis le 1er juillet 2016 délégué général et directeur du pôle juridique, fiscal et de la consommation de la FFA. Il est également membre de l’Organisme du registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance (ORIAS) dont il a été le président, vice-président de l’Association internationale du droit de l’assurance (AIDA), membre du directoire du Fonds de garantie contre la défaillance des sociétés d’assurances de personnes (FGAP) et membre de plusieurs instances consultatives du secteur de l’assurance.

Marc Raymond, ingénieur des Mines de Nancy et actuaire, débute sa carrière chez AGF. Après un passage dans le conseil et l’audit, il a été directeur général de la Mutuelle nationale territoriale, directeur technique d’Aréas Assurances et directeur Actuariat Groupe de Groupama SA. Il est actuellement associé au sein du cabinet d’actuariat conseil FORSIDES.

Jean-Claude Seys est diplômé d’HEC et de l’Insead (Institut européen d’administration des affaires). Après avoir passé 18 ans au Crédit Agricole, dont il devient directeur général adjoint de la Caisse nationale, il prend la direction de MAAF Assurances puis de MMA. En 2003, il crée Covéa qui regroupe la MAAF et MMA, rejointe en 2005 par la GMF et AZUR. Il en est le président-directeur général jusqu’en 2008. Il est aujourd’hui vice-président et administrateur délégué de Covéa, et président de l’Institut Diderot. Il est chevalier de l’Ordre national du mérite et officier de la Légion d’honneur.

François Vilnet est ingénieur de l’École de physique-chimie de Paris, a une licence de sciences économiques et est diplômées de l’IAE Paris. Il a débuté comme ingénieur chez Air Liquide en 1973 puis a fait carrière dans la réassurance à partir de 1980 chez SCOR, Abeille Re, Axa Re, SAFR puis PartnerRe depuis 1997. Il a été Président de l’APREF (Association des réassureurs en France de 2006 à 2016) et vice-président de GAREAT (pool assurance terrorisme en France de 2002 à 2016). Il est depuis 2016 président de l’IFTRIP (Forum international de l’assurance et réassurance des pools terrorisme)..

 

Préface


 

La première édition de cet ouvrage comblait un vide éditorial important. Les assureurs parlent volontiers de la théorie du risque, du droit des contrats, des difficultés de modélisation, de la réassurance des catastrophes, de leur fréquence et de leur coût. Ils écrivent moins sur les entreprises qui conçoivent, tarifient, vendent, gèrent et comptabilisent des produits d’assurances adossés à des actifs qu’il faut gérer au mieux des intérêts des clients.

Parler des entreprises de façon pragmatique ou empirique, de leur organisation et des défis que le marché propose à leurs dirigeants et salariés, a été entrepris par François Ewald, en 2012, sous l’égide d’une collection de l’éditeur Dunod, dédiée à cette approche entrepreneuriale.

Il était temps de proposer une actualisation de ce tableau aux étudiants, au public et aux 250 000 personnes qui, de près ou de loin, s’occupent en France de la sécurité des biens et des personnes et de la protection des patrimoines. Les mutations majeures dans l’environnement économique et réglementaire, comme dans les structures et le fonctionnement des entreprises n’ont pas manqué au cours des quatre dernières années.

Cette démarche met l’entreprise au centre de cette description de la plupart des métiers, extrêmement divers, exercés dans nos organismes d’assurance. On voit ainsi les efforts constants et renouvelés d’adaptation de l’entreprise à un marché cyclique, concurrentiel et ouvert à l’entrée de nouveaux acteurs, tant au niveau du marketing et de la distribution que de la gestion des contrats. C’est l’ensemble des métiers, des structures et des technologies qui affrontent des mutations profondes et multiples. Ce n’est pas une médiocre constatation que celle de ces révolutions et de la capacité d’adaptation des entreprises, dans une industrie qui traîne une réputation d’immobilisme non justifiée de conservatisme. On ignore trop que le marché français de l’Assurance est l’un des plus dynamiques et des plus solides d’Europe et le quatrième marché mondial par le chiffre d’affaires. C’est le résultat de l’efficacité des entreprises d’assurance françaises et, disons-le, de leurs dirigeants et de leurs salariés.

Ce n’est donc pas un hasard si de nombreux dirigeants, parmi les plus respectés de la profession, ont accepté de collaborer à cet ouvrage. Nombre d’entre eux fondent leur propos sur l’expérience des actions efficaces qu’ils ont menées et des résultats qu’ils ont obtenus. C’est un transfert d’expérience important et utile pour les lecteurs de ce livre.

Cette seconde édition est fortement remaniée et augmentée. Cela témoigne de l’ampleur des changements intervenus au cours des quatre années écoulées depuis la première édition. La technologie, naguère seulement permissive du changement des produits, des services, des gains de productivité, devient la source même de l’évolution, peut-être même de la révolution, des produits, de la tarification, du marketing et du contact avec les clients. La « digitalisation » et la révolution des possibilités de gestion des données qu’ouvre le Big Data conduisent les changements dans tous les maillons de la chaîne de production. La réglementation connaît une prolifération considérable : règles européennes et françaises de protection du consommateur, bouleversement des équilibres commerciaux et techniques dans l’assurance santé lié à la conclusion de l’Accord national interprofessionnel (ANI), responsabilité environnementale, émergence de nouveaux risques (cyber), réglementations nouvelles en matière de protection des données. Les entreprises d’assurance doivent donc gérer un environnement réglementaire proliférant et volatil.

L’innovation majeure de la décennie, les Directives Solvency II et leurs multiples textes d’application, réalisent une révolution dans la mesure de la solvabilité de l’entreprise d’assurance. Ce changement majeur se traduit par un resserrement et une réorganisation sans précédent du contrôle des assurances qui pèse évidemment sur les entreprises, et désormais, sur toutes les entités d’assurance, quel que soit leur statut juridique, les porteurs de risques de toutes formes juridiques, mais aussi les distributeurs et sous-traitants, contributeurs souvent importants à la gestion des contrats et à la fourniture de services aux clients. Il était normal qu’un nouveau chapitre soit consacré à une réglementation aussi prégnante sur l’attitude et les stratégies des dirigeants, comme sur l’organisation des entreprises.

Pour autant, ces évolutions majeures n’épuisent pas la nécessité d’innovation qui s’impose aux entreprises d’assurance, comme le montre cet ouvrage. Le marché, au moins autant que la réglementation, impose des consolidations multiples aux entreprises. Et pourtant, le marché reste ouvert et les efforts de maîtrise du marché par les acteurs dominants sont peut-être moins sensibles qu’au début de la décennie. La technologie rebat les cartes des rôles respectifs des assureurs et des distributeurs. Elle permet des progrès sensibles du marketing et de la distribution, non sans inquiéter les divers superviseurs et régulateurs sur la protection des données personnelles. L’Assurance poursuit sa transformation en industrie de services, sous la pression de la digitalisation. Le mouvement ancien d’internationalisation des entreprises françaises continue, mais lance des défis complexes à l’organisation même des Groupes d’assurance, des Sièges Sociaux et des fonctions, au sein des entreprises.

Solvency II ouvre aussi d’énormes chantiers de formalisation des processus internes, de structuration du management autour d’« Officers » à l’anglaise, de réforme des Conseils d’administration, etc. Enfin, « last but not least », la gestion d’actifs, naguère heureusement protégée des événements par le principe de « la personne prudente », est sommée désormais de faire des miracles : produire du rendement dans un monde de croissance modeste, de taux d’intérêt bas, de marché actions volatils et presque interdits par Solvabilité II. Le tout, sous la menace de bulles et de krachs dont on a cru bien naïvement se protéger par des surcroîts de réglementations, illusoires mais très pesants sur la gestion.

Je suis heureux de préfacer cet ouvrage qui apportera à ses lecteurs une information solide, des réflexions souvent originales et la caution d’expériences professionnelles brillantes. Car chacun des auteurs s’est efforcé de respecter l’obligation de neutralité que leur imposait la forme d’un manuel. Mais ils ont su exprimer leurs opinions, parfois avec énergie, ce qui renforce l’intérêt de leurs textes, au-delà de la nécessaire pédagogie.

J’espère sincèrement qu’il contribuera à faire passer notre conviction unanime : le métier d’assureur est passionnant, innovant, porteur d’avenir et facteur de lien social. D’ailleurs il n’y a pas de développement économique sans assurance.

Éric LOMBARD
Président de Generali France,
Président de l’Université de l’Assurance