Audit interne

-

Livres
320 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'audit interne, fonction clé de l'entreprise
L'audit interne est devenu un acteur majeur du dispositif de maîtrise des risques, du contrôle interne et de la gouvernance des sociétés. La fonction en elle-même est de plus en plus large et la valeur a

L'audit interne, fonction clé de l'entreprise


L'audit interne est devenu un acteur majeur du dispositif de maîtrise des risques, du contrôle interne et de la gouvernance des sociétés. La fonction en elle-même est de plus en plus large et la valeur ajoutée des missions des auditeurs internes leur confère une véritable force de proposition et de conseil. Cette évolution, qui s'est accélérée à la suite de la promulgation du Sarbanes-Oxley Act (2002) et dans un contexte d'internationalisation croissante des entreprises et de multiplication des fusions-acquisitions, engendre de nouvelles problématiques.


Cet ouvrage donne une vision très complète des spécificités et des enjeux de l'audit interne en contexte international. Outre l'actualité du sujet, son intérêt réside dans le large éventail des thèmes traités :



  • la démarche et les dimensions organisationnelles et comportementales de l'audit interne ;

  • l'audit des processus qui présentent des spécificités à l'international ;

  • l'impact des évolutions réglementaires récentes et prévisibles sur la fonction d'audit interne.


Les lecteurs trouveront là une culture complémentaire, des éléments de méthodologie, une prise de recul et des pistes de réflexion, relatifs à l'exercice de l'audit interne à l'international.


Avec la contribution de :



  • Valérie Berche

  • Christian Eertheuil

  • Elisabeth Berlin

  • Patricia Coutelk-Brillet

  • Eustache Ebondo wa Mandzila

  • Florence Fradin

  • Christophe Godowski

  • Éric Lamarque

  • Francis Lamarque

  • Christine Pochet

  • Noël Pons

  • Christian Prat dit Hauret

  • Alessandro Reitelli

  • Julie Tixier

  • Louis Vaurs

  • François Vidaux



  • Préface

  • Remerciements

  • Introduction générale

  • L'organisation et la conduite de l'audit interne en environnement international

  • La contribution de l'audit interne au processus de gouvernance de l'entreprise en environnement international

  • La mise en oeuvre d'audits spécifiques en environnement international

  • Conclusion générale

  • Bibliographie générale

  • Présentation des auteurs

  • Index

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juillet 2011
Nombre de visites sur la page 544
EAN13 9782212862430
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0240 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
C o l l e c t i o n F i n a n c e
S o u s l a d i r e c t i o n d e É l i s a b e t h B e r t i n Préface de Louis Vaurs Audit interne
Enjeux et pratiques à l’international
Audit interne : enjeux et pratiques à l’international
Sous la direction d’Élisabeth Bertin
Audit interne : enjeux et pratiques à l’international
Préface de Louis Vaurs
Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris cedex 05
www.editions-eyrolles.com
er Le Code de la propriété intellectuelle du 1 juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans l’enseignement provo-quant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correcte-ment est aujourd’hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou par-tiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53970-7
Préface
’audit interne, défini officiellement comme une activité, est avant tout L une fonction de l’organisation et c’est avec des ressources appropriées de celle-ci que l’audit interne est susceptible d’apporter le plus de valeur ajoutée. L’audit interne doit vivre l’entreprise, être imprégné de sa culture, se sentir concerné par tout ce qui la touche, ses succès comme ses difficultés ou ses échecs. En conséquence, l’externalisation du service d’audit interne, « association insolite de termes contradictoires » diraient d’aucuns, est à ban-nir. En revanche, le recours ponctuel à des ressources et à des compétences externes, lorsque la nécessité s’en fait sentir, est à recommander.
L’audit interne est une fonction qui présente de grandes spécificités et ne peut être comparée à aucune autre. Elle dispose en fait des caractéristiques d’une profession normée à l’échelle internationale:même définition, mêmes standards professionnels, même code de déontologie ; un examen mondialement reconnu, le CIA (Certified Internal Auditor), auquel est venu s’ajouter pour les pays francophones le DPAI (Diplôme Professionnel de l’Audit Interne) ; une évaluation régulière enfin de son bon fonctionnement par des organismes indépendants.
Contrairement à une idée reçue, l’audit interne n’est pas une fonction comptable et financière ou du moins n’est pas que cela. En effet, sa mission consiste à analyser les risques, tous les risques, qu’ils soient opérationnels, financiers ou de conformité, susceptibles d’affecter la réalisation des objectifs fixés par l’organisation, puis à s’assurer qu’il existe un dispositif de contrôle interne parfaitement adapté à sa situation et, si tel n’est pas le cas, à faire toutes les propositions nécessaires pour y pourvoir.
Le problème de son rattachement fait l’objet, depuis des années, de grandes controverses. Dans la mesure où l’audit interne s’est, au fil des ans, éloigné du domaine comptable et financier, le rattachement à la direction financière doit être abandonné au profit d’un rattachement à la Direction générale.
Cette évolution peut être clairement observée en France, où 77 % des servi-ces d’audit interne sont rattachés à la direction générale ou au président du
© Groupe Eyrolles
6Audit interne
Conseil si l’on en croit l’enquête effectuée par l’IfAcI en 2005, contre 15 % à la direction financière. Elle est beaucoup moins marquée dans d’autres pays, aux États-Unis notamment, où le rattachement à la direction financière concerne encore 45 % à 50 % des entreprises.
Les normes professionnelles sont très prudentes en ce domaine. Elles indi-quent seulement - avec raison - que « le responsable de l’audit interne doit relever d’un niveau hiérarchique permettant aux auditeurs internes d’exercer leurs responsabilités ». Les modalités d’application des normes sont plus expli-cites et penchent plutôt en faveur d’un rattachement au comité d’audit, posi-tion qui n’est soutenue ni par les entreprises françaises ni par l’Institut français des administrateurs, ni par l’IfAcI. Nous croyons pour notre part que seul un rattachement hiérarchique à la direction générale, doublé d’un rattachement fonctionnel au comité d’audit peut donner à l’audit interne efficacité et indé-pendance, tout en facilitant un champ d’investigation le plus large qui soit.
L’audit interne est une fonction en perpétuelle évolution, au rythme des besoins changeants des organisations, et sa mutation n’est pas achevée. En France, si l’audit interne est à présent bien implanté dans les grandes entreprises, l’on observe encore de fortes différences selon les secteurs d’acti-vité. La banque, par exemple, en raison essentiellement de ses caractéristi-ques propres, mais aussi du règlement 97/02 et des contrôles stricts exercés par la Commission bancaire, a développé un audit interne puissant, reconnu et respecté, ce qui n’est pas encore tout à fait le cas pour l’audit interne des secteurs de l’industrie, du commerce et des services. En ce qui concerne le secteur public, beaucoup de progrès restent encore à faire, notamment au niveau de l’administration centrale de l’État, même si la mise en place récente de la LOLF (loi organique relative aux lois de finance) devrait être très bénéfique à l’implantation de véritables services d’audit interne en son sein. Si l’audit interne est une profession normée, elle n’est pas réglementée, sauf dans quelques pays et parfois pour certains secteurs d’activité de ces pays. Il n’en demeure pas moins vrai que certaines lois peuvent avoir indirectement une influence considérable sur l’audit interne. Ce fut vrai en particulier avec la loi Sarbanes-Oxley (SOX) de juillet 2002, qui conduisit beaucoup de ser-vices d’audit interne, appartenant à des sociétés cotées à NewYork, à recentrer leurs activités sur des aspects de contrôle interne comptable et financier au détriment de tous les autres. Ce phénomène conjoncturel ne devrait pas perdurer.
© Groupe Eyrolles
Préface7
1 Sur le plan international, grâce certes aux initiatives de l’IIA , mais aussi à 2 celles des organisations telles que l’ECIIA pour les pays européens et du 3 bassin méditerranéen ou l’UFAI pour les pays francophones, l’audit interne a fait de formidables avancées, mais tous les pays ne le pratiquent pas de la même façon et les comparaisons sont parfois difficiles, même entre les pays considérés comme les plus avancés. Comme en toute chose, il n’y a pas de vérité absolue sur la façon dont l’audit interne doit être pratiqué et bien souvent, l’idéal, c’est le possible. En consé-quence, les entreprises qui ont des filiales à l’étranger doivent éviter tout dogmatisme. Et tout en restant fermes sur les grands principes, elles doivent impérativement tenir compte des cultures, des usages, de la réalité de la «corporate governance »et de la façon dont le rôle de l’audit interne est perçu. Ce n’est qu’en agissant avec prudence et doigté que les meilleures pratiques en audit interne y seront peu à peu implantées.
Louis Vaurs, Délégué Général de l’IfAcI
1. Institute of Internal Auditors : association internationale qui fédère les instituts d’audit interne nationaux. 2. European Confederation of Institutes of Internal Auditing: Confédération Euro-péenne des Instituts d’Audit Interne. 3. Union Francophone de l’Audit Interne. © Groupe Eyrolles
8
Remerciements
1 es remerciements les plus vifs s’adressent à l’IfAcI , plus particulière-M mentàLouisVaurs,déléguégénéraldelIfAcI,ainsiquà Florence Fradin et Béatrice Ki-Zerbo, respectivement ancienne et actuelle directrice de la recherche à l’IfAcI, pour l’accueil chaleureux qu’ils ont réservé à ce projet d’ouvrage, ainsi que pour leur soutien sans faille.
Élisabeth Bertin
1. Institut de l’Audit Interne, auparavant dénommé Institut Français de l’Audit et du Contrôle Internes.
© Groupe Eyrolles
Sommaire
Préface . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Remerciements8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Introduction générale11. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Partie I L’organisation et la conduite de l’audit interne en environnement international Chapitre 1 Organisation et méthodologie de l’audit interne. . . . . . . . . . . . .17 Approches historique et théorique17. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Approches organisationnelle et méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
Chapitre 2 Une comparaison des principaux référentiels de contrôle interne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 La portée du contrôle interne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Les composantes du contrôle interne62. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les acteurs du contrôle interne et leur responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
Chapitre 3 Audit et contrôle interne bancaire : la gestion de multiples référentiels en contexte international95. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’affirmation du rôle clé du contrôle interne dans la banque96. . . . . . . . . . . . . . . Une analyse comparative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Chapitre 4 Les difficultés de communication liées à la pratique de l’audit interne à l’international. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 La communication dans les activités d’audit interne116. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La communication écrite au service des auditeurs internes118. . . . . . . . . . . . . . . . La communication orale au service des auditeurs124. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le comportement comme véhicule de communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Partie II La contribution de l’audit interne au processus de gouvernance de l’entreprise en environnement international Chapitre 5 L’objectivité de l’évaluation de la corporate governance par l’audit interne137. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’audit interne comme mécanisme decorporate governance. . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Les conditions de compatibilité des missions de l’audit interne avec lacorporate governance150. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . © Groupe Eyrolles
10
Audit interne
Chapitre 6 La loi Sarbanes-Oxley et la coopération audit interne/ audit externe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161. La coopération audit interne/audit externe : pour une plus grande efficacité du processus de gouvernance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Les déterminants de l’ampleur de la coopération audit interne/audit externe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172. . Chapitre 7 Éthique et audit interne : la problématique duwhistleblowing. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Un dilemme éthique pour les auditeurs internes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 Une gestion maîtrisée des situations par les auditeurs internes. . . . . . . . . . . . .192 Chapitre 8 Fusions-acquisitions : le rôle de l’auditeur interne. . . . . . . . . . . . . . 197 Les fusions-acquisitions : opportunités et risques associés. . . . . . . . . . . . . . . . . 199 L’auditeur interne dans le processus d’achat : un atout pour la maîtrise des risques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
Partie III La mise en œuvre d’audits spécifiques en environnement international Chapitre 9 L’audit des fraudes dans les filiales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221 Les évaluations liminaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 Les fraudes génériques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226 La fraude des employés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .231 Chapitre 10 L’audit des fraudes sur les systèmes d’information. . . . . . . . . . .243 Enjeux, objectifs et univers de l’audit sur les systèmes d’information. . . . . . . . 244 Détection et prévention de la fraude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253. . . . Chapitre 11 Audit social : fondements, méthodologie et évolutions stratégiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .269 L’audit social : fondements, rôles et composantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269 L’audit social dans un contexte international. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283 Chapitre 12 L’audit stratégique : positionnement, démarche et risques. . . . .289 Le positionnement et les rôles de la stratégie dans l’entreprise internationale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290. . . La démarche de l’audit stratégique : l’établissement d’une performance durable295 Les risques associés à l’audit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301. . Conclusion générale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305 Bibliographie générale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307 Présentation des auteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315 Index . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
© Groupe Eyrolles