Conduire un projet de recherche

-

Livres
318 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Ce livre a pour vocation d'aider les chercheurs à construire leur projet, le conduire, le finaliser.



La conduite d'un projet - étude, mémoire, thèse - pose des problèmes particuliers lorsque le chercheur se place dans le cadre de recherches qualitatives.


L'ouvrage utilise largement des terrains d'analyse qui ont été mobilisés par les auteurs eux-mêmes ou bien par leurs étudiants. Les étudiants de DEA, de DESS, les doctorants, les professionnels qui font appel à des chercheurs et plus généralement tous ceux s'intéressent aux démarches qualitatives pour l'étude des organisations, y trouveront un guide d'accompagnement.


Les auteurs : Florence Allard-Poesi (Maître de Conférences à l'Université Paris XII) ; Christiane Demers (Professeur aux HEC Montréal) ; Yvonne Giordano (Professeur à l'Université de Nice-Sophia Antipolis) ; Nicole Giroux (Professeur à l'Université de Montréal) ; Carole Groleau (Professeur à l'Université de Montréal) ; Véronique Perret (Maître de Conférences à l'Université de Cergy-Pontoise) ; Linda Rouleau (Professeur aux HEC Montréal).


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782847695373
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0112 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
INTRODUCTION
En France, la recherche qualitative connaît un succès croissant dans les sciences sociales. À regarder le paysage de la recherche en sciences de gestion, et plus particulièrement en organisation, les vingt dernières années se caractérisent par une augmentation sensible des études et recherches se réclamant du qualitatif. Ce tournant date des années quatre-vingt lorsque certaines publications majeures ont vu le jour et ont été lar-gement diffusées en France (par exemple, Yin, 1984, pour la première édition ; Huberman et Miles, 1984, pour la première édition américaine). Les séminaires et les colloques se sont multipliés, certains ayant pour vocation de parfaire la formation des jeunes chercheurs. Porteur actif de ce développement, la FNEGE (Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion) organise chaque année depuis 1986 les séminaires du CEFAG (anciennement CEDAG) dans lesquels figure expressément une semaine de formation aux méthodes qualitatives. Ce premier constat pourrait laisser penser que leur légitimité est clai-rement établie en France. Or, si l’on regarde la situation outre-Manche et outre-Atlantique, on ne peut qu’être frappé par le contraste. Les for-mations aux recherches qualitatives sont reconnues, des collections entières leur sont dédiées ; elles intéressent aussi bien les universitaires que les entreprises publiques ou privées. Au pays de Descartes, la tradi-tion scientiste est loin de celle de l’École de Chicago, courant qui a lar-gement permis le développement desfieldwork methods. Aussi, n’est-il pas étonnant qu’en France, l’essentiel des ouvrages sur les recherches qualitatives concerne, aujourd’hui encore, davantage
10CONDUIRE UN PROJET DE RECHERCHE
la sociologie et les sciences de l’éducation. En gestion, même si le volume des publications augmente, un petit nombre de contributions leur sont explicitement dédiées (par exemple, Wacheux, 1996 ; Hlady-Rispal, 2002). Cet ouvrage, issu d’une collaboration franco-québécoise, vise aussi bien les jeunes doctorants attelés à leur thèse que les entreprises et ins-titutions souhaitant faire appel à des chercheurs. Pour les premiers, la définition d’un « cahier des charges » s’accompagne d’une collabora-tion étroite avec les seconds. L’ouvrage peut aussi intéresser les ensei-gnants qui encadrent leurs étudiants dans leurs projets d’étude, de mémoire ou de thèse. Il se veut un outil de dialogue entre « monde uni-versitaire » et « monde professionnel », univers que l’on a encore trop souvent tendance à opposer. Il suggère, à l’inverse, de concevoir un pro-jet comme une co-construction rigoureuse dans laquelle les deux parties sont parties prenantes. L’ouvrage est bâti selon une logique de construction de projet : il pré-sente différentes stratégies et méthodes en justifiant leur usage dans un processus de recherche d’ensemble. Chaque chapitre s’appuie sur des projets réalisés (ou en voie de réalisation), reconstituant l’ensemble du processus utilisé par l’auteur. Cette reconstitution permettra au lecteur de suivre les étapes qui composent tout projet qualitatif, en insistant sur le fait qu’elles ne sont jamais linéaires. Elles procèdent toujours de nom-breux allers et retours, itérations, qui font des projets qualitatifs des com-positions riches et difficiles. Ce livre cherche à apporter des réponses concrètes à celles et ceux qui se lancent dans un projet de recherche de cette nature et qui ont besoin de repères et de jalons pour le construire. Cet ouvrage n’aurait pas vu le jour si nous n’avions pas eu la chance de côtoyer, au quotidien, les jeunes chercheurs qui se trouvent confron-tés aux difficultés de bâtir leur projet. À côté d’autres lieux de débats, leCercle Doctoral Francophone de Gestiona constitué un cadre de dis-cussion privilégié avec l’ensemble des doctorants, collègues ensei-gnants-chercheurs et praticiens qui l’animent. Merci donc à toutes celles et tous ceux qui nous ont poussés à nous questionner en permanence sur notre propre position mais aussi sur celle de la communauté acadé-mique. Celle-ci ne parle pas d’une seule voix : il nous faut donc, sans relâche, discuter/disputer nos choix avec rigueur afin que les recherches dites qualitatives acquièrent une véritable légitimité.