220 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

La formation professionnelle pour adultes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre revient sur la longue histoire sociale et juridique de la formation professionnelle en France. Depuis la mise en place d'initiatives corporatistes, ouvrières ou associatives, jusqu'à l'organisation par les pouvoirs publics d'une offre censée répondre aux évolutions des besoins d'une société en pleine mutation industrielle, ce sont les finalités de l'apprentissage et le rapport au savoir et à l'éducation qui s'en trouvent ici questionnés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2013
Nombre de lectures 31
EAN13 9782296531383
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

'H O·pGXFDWLRQ SRXU WRXV
j OD JHVWLRQ LQGLYLGXHOOH GHV FDUULqUHV

FH VRQW OHV ¿QDOLWpV GH O¶DSSUHQWLVVDJH HW OH UDSSRUW DX

VH GHVVLQH GpWDLOODQW FRPPHQW VH UHFRQ¿JXUHQW OHV

D¿Q GH FRPSUHQGUH FRPPHQW OH V\VWqPH IUDQoDLV GH

GpVLUHX[ GH VXLYUH XQ SURJUDPPH TXDOL¿DQW

Benjamin Saccomanno

La formation
professionnelle
pour adultes

'H O·pGXFDWLRQ SRXU WRXV
j OD JHVWLRQ LQGLYLGXHOOH
GHV FDUULqUHV

'H O·pGXFDWLRQ SRXU WRXV j OD JHVWLRQ LQGLYLGXHOOH GHV FDUULqUHV

Pour Comprendre

LA FORMATION PROFESSIONNELLE
POUR ADULTES

De l’éducation pour tous
à la gestion individuelle des carrières

© L’Harmattan, 2013
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-00376-4
EAN : 9782343003764

Benjamin Saccomanno

LA FORMATION PROFESSIONNELLE
POUR ADULTES

De l’éducation pour tous
à la gestion individuelle des carrières

L’Harmattan

Pour Comprendre
Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud

L’objectifde cette collectionPour Comprendrede présenter en est
un nombre restreint de pages (176 à 192 pages) une question
contemporaine qui relève des différents domaines de la vie sociale.
L’idée étant de donner une synthèse du sujet tout en offrant au
lecteur les moyens d’aller plus loin, notamment par une bibliographie
sélectionnée.
Cette collection est dirigée par un comité éditorial composé de
professeurs d’université de différentes disciplines. Ils ont pour tâche
de choisir les thèmes qui feront l’objet de ces publications et de
solliciter les spécialistes susceptibles, dans un langage simple et clair,
de faire des synthèses.
Lecomité éditorial est composé de: Maguy Albet, Jean-Paul
Chagnollaud, Dominique Château, Jacques Fontanel, Gérard Marcou,
Pierre Muller, Bruno Péquignot, Denis Rolland.

Dernières parutions

Xavier BOLOT,Comment représenter l’action. Le bonheur
d’appliquer les sciences de la vie aux arts du vivants, 2012.
Thomas SEGUIN,Le postmodernisme. Une utopie
moderne, 2012.
Nicolas BALTAZAR,La place des salariés dans l’entreprise
de demain. Que cache la rationalisation des entreprises
françaises ?, 2012.
Denis MONNEUSE,Les jeunes expliqués aux vieux, 2012.
Gérard PARDINI,Grands principes constitutionnels. Institutions
publiques françaises, deuxième édition, 2012.
Bernardin MINKO MVE,L’anthropologie, 2012.
Georges M. CHEVALLIER,Systèmes de Santé. Clés et
comparaisons internationales,nouvelle édition, 2011.
Charles KORNREICH,Une histoire des plaisirs humains,
2011.
Jean-Jacques TUR,Les nouveaux défis démographiques, 7
milliards d’hommes… déjà !, 2011.
Iraj NIKSERESHT,Kant et la possibilité des jugements
synthétiquesa priori, 2011.
Adriana NEACùU,Histoire de la philosophie ancienne et
médiévale, 2011.

Pour leur aide à la réalisation de ce livre, je remercie

Fanny Saccomanno et Claire Hugonnet.

Pour leur panorama inspirant, je salue

Caroline Datcharry et Luc Bidard.

Pour l’existence de son sourire, je remercie Céline Gimenez.

INTRODUCTION

Sommaire

1800Ͳ1945:
NAISSANCEETSTRUCTURATIONDELAFPA
Desbienfaitssociétauxdel’éducation

LeCnam:demuséeàstructured’enseignement

Laformationàl’initiativedelasphèrepublique

LaloiAstier,oulespremièresconvergences
verslemarchédutravail


11


19
22
23
25

28

1945Ͳ1959:
DÉVELOPPEMENTETINSTITUTIONNALISATIONDELA

FORMATIONPOURADULTES31
Lareconstructionautourd’unecoopérationtripartite33
LalégitimationdelaFPA38

1959Ͳ1970:
ORGANISATIONDUSYSTÈME,ENTREOBJECTIFS
ÉCONOMIQUESETLOGIQUESOCIALE
Laformationauservicedela«sociétépromotionnelle»
Lacentralisationprogressivedel’État

Delaformationaccéléréeàunepolitiquedeformation
professionnellepouradultes

Delamobilitésocialeàlamobilitéprofessionnelle


43
46
49

51
56

8

La formation professionnelle pour adultes

1970Ͳ1971:
ENTÉRINEMENTDUDROITÀLAFORMATIONET
STABILISATIONDEL’ARCHITECTUREDUSYSTÈME
Lesreconfigurationsdelaloide1971
CréationetsubdivisiondemarchésdelaFPA

Lapluralitédesoffresdeformation


61
63
68
71

1973Ͳ1993:
LAFORMATIONCOMMELEVIERD’ACTIONCONTRELE

CHÔMAGE77
L’organisationdesrôlesautourdesfinalités
delaformation80
L’Étatetlespopulationsvulnérables:
lecontexteetl’action84
Qualifierlesindividusauregarddesattentesdumarché87
La«promotionsociale»:lesavantagesd’unconceptflou90

ANNÉES1990:
LAFORMATIONCOMMEOUTILCOMMUNAUTAIRE
D’UNE«SOCIÉTÉCOGNITIVE»
Lesfondementsdel’éducationtoutaulongdelavie

Lacroissanceauservicedusavoir,lesavoir
auservicedelacompétitivité

Laredistributioncommunautaire

ANNÉES2000:
DISPOSITIFSD’UNEGESTIONINDIVIDUELLEDES
COMPÉTENCES
Rendrel’individu«acteurdesatrajectoire»

L’individualisationetlaresponsabilisation
parlesdispositifs


97
99

104
107


109
111

114

Leconceptd’«appétence»:débatautourd’une
normalisationdesbesoins

Sommaire

LeDIF:outilderesponsabilisationetd’adaptationdes
trajectoiresprofessionnelles

RÉGIONALISATIONDELAFPA:
DESLOGIQUESNATIONALESAUX
ENJEUXTERRITORIAUX
Émergenceetlégitimationentroistemps
Uneactionpubliquenégociéelocalement

Ladifficilearticulationdeséchelons

2003Ͳ2008:
LANOUVELLERHÉTORIQUEMOBILISATRICEDELA
«SÉCURISATIONDESPARCOURS»
Duparcoursàconstruireauparcoursàsécuriser

La«flexicurité»àlarecherched’uncompromis
économiqueetsocial?

Approchesetcritiquesdela«flexicurité»

9

119

126


131
133
140
142


147
151

154
157

2008Ͳ2009:

GESTIONDEL’EMPLOYABILITÉ163
Sécuritéetfluidité:ledifficilepassagedelathéorieàla
pratique165
Assouplirpourmoderniser?171
Réformerlesystèmeoupoursuivrelamarcheengagée?175

CONCLUSION

GLOSSAIRE DES SIGLES ET DES ACRONYMES

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES


181


189


195

INTRODUCTION







celui qui l’aborde, le système de la formation
professionnelle pour adultes se présente comme une
À
entité aussi complexe que composite. La multiplicité
d’acteurs, de structures, d’enjeux, mais aussi de formes
légales et organisationnelles, de modes de coordination, et de
niveaux d’action, rend impossible toute tentative
d’embrasser ce monde dans une quelconque unité.
Néanmoins, la forme actuelle de la formation
professionnelle est le résultat d’une longue constitution historique
et sociale d’un système organisé à part entière. Celui-ci se
décline en sous-univers, à la fois distincts et
complémentaires, mais qui se rejoignent autour d’une forme de bien
commun, à savoir l’accès à des savoirs utiles dans le monde
professionnel.
Si acteurs ou fonctions précises contribuent, à leur niveau,
à la réalisation de ce bien commun, chacun agit cependant
selon des logiques particulières, dont la coexistence produit
la complexité du système. Pourtant, la vivacité de la
formation professionnelle pour adultes n’a de cesse de
démontrer que l’action de ses professionnels consiste
justement à dépasser ces particularismes. Dans cet ouvrage,
nous allons donc nous intéresser à ces dynamiques continues
de conciliation des logiques en œuvre.

Ces logiques vont nous permettre de reconstruire les
dynamiques historiques du système de formation
professionnelle pour adultes. Cet ouvrage aborde l’émergence et le
développement de nombreux enjeux sociaux, portés tour à
tour –conjointement ou de façon plus conflictuelle– par
des groupes d’acteurs aussi hétérogènes que peuvent être les

14

La formation professionnelle pour adultes

objets de la formation. Ces logiques concernent les
représentants des salariés, les groupements d’employeurs, les
organisateurs politiques, les agents du service public de
l’emploi (SPE), sans oublier les adultes engagés dans des
processus de formation.

L’acteur public est au centre des négociations entre les
différentes logiques d’action. Il organise, coordonne, finance,
délègue, ou collabore avec ces multiples autres acteurs
collectifs. Cette pluralité des rôles (législatif, organisationnel,
et opérationnel entre acteurs hétérogènes) de l’action
publique nous enjoint à suivre plus particulièrement l’action
publique afin de comprendre la forme actuelle du système de
formation professionnelle pour adultes.

Par «logique »,nous entendons des systèmes de
représentations et de valeurs remplissant une fonction de
mobilisation et de renforcement d’un consensus autour des
modalités d’organisation de l’action (Nizet, 2009). La logique
accompagne l’action, dans la mesure où elle fait sens pour
celui qui en définit l’orientation, et où elle encadre l’activité
de celui qui la réalise. Argument à la fois rhétorique et
programmatique, la logique justifie l’action par un univers
sémantique marqué. Elle définit également les conditions de
son opérationnalisation (programmes, populations cibles,
objectifs et résultats attendus).

D’un niveau de généralisation parfois élevé, la logique fait
appel à des concepts et des registres. Elle renvoie à des
visions de la société et au rôle que peut –ou devrait– y
jouer la formation professionnelle pour adultes en ce qui
nous concerne. Ces concepts et ces registres représenteraient
les premiers niveaux cognitifs par lesquels la logique se
présente aux individus.

Introduction

15

Suivant Jean-Marie Barbier (2000), nous ne manquerons
pas de nous intéresser à la mise en place et à la diffusion de
« concepts mobilisateurs », dans les discours, justifications et
argumentaires. L’usage de ces concepts structure des
collectifs autour d’univers sémantiques, cognitifs et
positivement connotés. Par différents processus que nous allons
étudier, ces univers configurent et organisent l’action au sein
du système de formation pour adultes. Considérant ces
logiques comme des constructions sociales reflétant le point
de vue de leurs auteurs, et rendant compte des relations
entre les membres, nous appuierons particulièrement ce
travail sur un large corpus de documents institutionnels
exprimant ces logiques qui, en aval, interviendront dans la
concrétisation matérielle des actions de formation.

Par ailleurs, ces logiques sont ici considérées dans leur
fonction d’articulation, d’assemblage, entre les différentes
orientations que peut adopter l’appareil de formation
professionnelle. Nous ne verrons donc pas émerger un cadre
d’interprétation unique des politiques publiques. Mais,
apparaîtra plutôt une continuité dans les différentes tentatives des
acteurs concernés de mettre en perspective l’économique et
le social, c’est-à-dire de lier ces deuxgrands axes traités par
la formation professionnelle.

L’économique, car la formation professionnelle est un
outil d’adaptation de la main-d’œuvre aux évolutions des
modes de production. Le social, car elle a pour fonction de
fournir aux individus des savoirs et des qualifications qui
leur permettraient de mener à bien des projets de mobilité
sur le marché du travail (Sainsaulieu, 1985; Dubar &
Engrand, 1991; Kaddouri, 1996). L’articulation de ces
dimensions fait partie intégrante des dynamiques historiques
de la formation pour adultes. Les logiques en œuvre n’ont de
cesse de chercher à incarner un accommodement équilibré
entre elles. Les ajustements à leur égard rendent compte des

16

La formation professionnelle pour adultes

processus historiques de configuration du système de
formation.

Cet ouvrage retrace l’histoire du système de formation
professionnelle à travers la progressive organisation de son
action et les relations d’acteurs qui en orientent les contenus,
définissent les publics et mettent en œuvre les dispositifs. Il
se présente en grandes séquences qui sont le fruit de ces
relations, parfois coordonnées, d’autres fois en
contradiction. D’une séquence à l’autre se sédimentent des enjeux,
se reconfigurent des modes relationnels, se révisent des
logiques d’action, jusqu’à rendre compte des processus
actuellement en œuvre qui organisent la formation
professionnelle pour adultes en France (Reynaud, 1991; Laot &
Lescure, 2008). Les décideurs de concepts (de
l’employabilité, par exemple) utilisent de nombreuses expressions
comme «individualisation de la gestion des carrières»,
« sécurisationdes parcours professionnels», ou encore
« recourssystématisé ».Néanmoins, celles-ci recouvrent
avant tout des constructions sociales et politiques relatives à
des contextes sociaux et à des environnements d’acteurs bien
particuliers.

C’est dans cette optique que nous proposons ce panorama
historique aux inflexions sociologiques. Malgré la dimension
de bien social et commun de la formation professionnelle,
une voie unique ne peut en expliquer la dynamique
historique. Celle-ci, en effet, se décline peu à peu, se négocie, met
en lumière des appréciations de situations spécifiques à des
contextes et des groupes d’acteurs. Et, jusqu’à très
récemment, nous retrouvons des influences issues de cycles
antérieurs et de domaines que l’on ne le classifiait pas encore
en tant que formation professionnelle pour adultes. Ainsi, le
système de formation se comprend à l’intersection d’autres
univers que sont l’école et le travail.

Introduction

17

Enfin, nous verrons comment se sont développés puis
stabilisés les enjeux poursuivis par le système.
Progressivement, le travail a pris le pas sur l’éducation, tout en
maintenant, néanmoins, la poursuite d’objectifs à la fois
sociaux et économiques, individuels et collectifs. Constituée
en bien commun, la formation professionnelle en France est
utilisée en tant que levier d’action par ses producteurs,
euxmêmes évoluant dans une configuration mouvante des
rapports parmi les participants à la négociation. Des projets
de société se donnent ainsi à lire dans cet historique que
nous proposons de formuler, depuis l’élévation culturelle de
toute la population, jusqu’à des formes récentes
d’injonctions à la gestion individuelle de son propre stock de
compétences dans une logique de sécurisation des parcours
professionnels.

Nous pourrons alors conclure en dessinant les contours
des figures contemporaines de bénéficiaires que la formation
pour adultes formule par son action. Notre objet qu’est
l’intermédiation entre l’offre et la demande de travail par le
SPE, trouvera ainsi l’origine des modèles individuels que
l’action publique contribue à construire.

1800-1945 : Naissance et

structuration de la FPA







n 1792, dans un rapport sur l’organisation générale
E
de l’instruction publique, Condorcet relevait que
« l’instructionne devait pas abandonner les
individus au moment où ils sortent des écoles; qu’elle devait
embrasser tous les âges ; qu’il n’y en avait aucun où il ne fût
1
utile et possible d’apprendre». Dans la continuité de l’esprit
des Lumières qui encourageait la quête de nouveaux savoirs,
la question de la transmission des connaissances – en dehors
de l’école et de la formation initiale– n’a cessé d’alimenter
les réflexions quant à l’organisation de la société, aux
moyens de sa production et à ceux de sa reproduction. Avec
les années, les réponses apportées ont suivi des inflexions
produites par les évolutions des contextes
socio-économiques. En nous intéressant aux savoirs dispensés à des
adultes dans le but de les réinvestir au sein de la scène
professionnelle, nous allons voir de quelles manières les
dispositifs –plus ou moins organisés– rendent compte de
conceptions stabilisées chez leurs producteurs.




1 Condorcet,Rapport et projet de décret sur l’organisation générale de l’instruction
publique, présenté les 20 et 21 avril 1792, au nom du Comité de l’instruction
publique, cité par Léon, 1983, p. 189.