Le travail, ça s'apprend !

-

Livres
284 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Le travail ne va pas de soi, il faut l'apprendre
Ancré dans le quotidien de millions de personnes le travail semble chose banale. Il n'en est pourtant rien : d'aucuns soulignent les risques insupportables qu'il fait courir alors que tant


Le travail ne va pas de soi, il faut l'apprendre



Ancré dans le quotidien de millions de personnes le travail semble chose banale. Il n'en est pourtant rien : d'aucuns soulignent les risques insupportables qu'il fait courir alors que tant la société que les personnes ont besoin de ses fruits. Pour lever ce paradoxe il est aujourd'hui plus que jamais nécessaire d'élargir notre approche du travail en en examinant les aspects parfois occultés par le feu des projecteurs médiatiques.



Si le travail ne va pas de soi dans notre société, il faut donc l'apprendre. C'est l'idée de cet ouvrage qui propose une vision collective et sociétale du travail au-delà de la vision trop individuelle qui en est généralement donnée. Le travail reste une expérience à se réapproprier et cela demeure la responsabilité de chacun.




  • Des approches partielles du travail


    • Le travail comme phénomène individuel


    • Le travail et la tentation de la machine


    • Le travail, un monde à part




  • D'autres manières d'aborder le travail


    • Le travail est divers


    • Le vingt-cinquième heur : l'individuel autrement


    • Le travail comme expérience collective




  • Le travail, ça s'apprend !


    • L'institution de travail et Babel


    • Une autre approche des personnes


    • Le travail, ça s'apprend !



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 février 2012
Nombre de visites sur la page 60
EAN13 9782212028232
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
M AU R I C ET H É V E N E T
Le travail,
sapprend
Le travail ne va pas de soi, il faut l’apprendre ncré dans le quotidien de millions de personnes le travail semble chose isnosciuéAnateuqurf.stiednsessreooatolsbnsnesqeioutlnibfquetéperlpeps banale. Il n’en est pourtant rien : d ’a u c u n s s o u l i g n e n t l e s r i s q u e s ait courir alors t la Pour lever ce paradoxe il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire d’élargir notre approche du travail en en examinant les aspects parfois occultés par le feu des projecteurs médiatiques.
Si le travail ne va pas de soi dans notre société, il faut donc l’apprendre. C’est l’idée de cet ouvrage qui propose une vision collective et sociétale du travail audelà de la vision trop individuelle qui en est généralement donnée. Le travail reste une expérience à se réapproprier et cela demeure la responsabilité de chacun.
Maurice Thévenetest professeur au Cnam et à Essec Business School. Membre du Cercle de l’Entreprise et de la commission Repères des EDC, il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages et de très nombreux articles sur le management et la gestion des personnes.
barbarycourte.com
sapp ça
re
nd
Le travail,
Le travail, ça s’apprend !
Éditions d’Organisation Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05
www.editions-organisation.com www.editions-eyrolles.com
er Le code de la propriété intellectuelle du 1 juillet 1992 DANGER interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans l’enseignement, provoquant une LEbaisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité PHOTOCOPILLAGE même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les TUE LE LIVRE faire éditer correctement est aujourd’hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2011
ISBN : 978-2-212-55262-1
Maurice Thévenet
Le travail, ça s’apprend !
Sommaire
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Le travail en questions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Le paradoxe du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Lever le paradoxe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Partie I Des approches partielles du travail
Chapitre 1Le travail comme phénomène individuel . . . .37 L’éclatement des formes du travail . . . . . . . . . . . . . . . 39 Motivation, satisfaction, implication ou la mise en évidence de l’individualisation du travail. . . . . . . . . 50 La GRH comme renforcement de la vision individuelle du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Chapitre 2Le travail et la tentation de la machine . . . . .63 Tous bureaucrates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Le mirage des indicateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Les craquements de la bureaucratie . . . . . . . . . . . . . . . 79
Chapitre 3Le travail, un monde à part . . . . . . . . . . . . . .89 L’incompatibilité : les rapports entre le travail et le hors-travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 L’ignorance : travailleur et consommateur . . . . . . . . . . 99 L’innocence : le travail, monde de relations à part . . . 104
6
Le travail, ça s’apprend !
Partie II D’autres manières d’aborder le travail
Chapitre 4Le travail est divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 Le travail a-t-il changé ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Les 24 « heurs » du travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Chapitre 5Le vingt-cinquième heur : l’individuel autrement145. . . . . . . . . . . . . . . . Réhabiliter la valeur travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Promouvoir le « My-taf » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Détecter le potentiel unique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
Chapitre 6Le travail comme expérience collective. . . .167 Un travail plein de promesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 La coopération et ses trois clés . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Coopération ET compétition . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Partie III Le travail, ça s’apprend !
Chapitre 7L’institution de travail et Babel . . . . . . . . . .193 La Tour de Babel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Babel, un modèle pour nos organisations modernes . . 198 Babel et la fatalité du management . . . . . . . . . . . . . . 205 Les enseignements de Babel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
Chapitre 8Une autre approche des personnes . . . . . .219 Hérode comme modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224 Ce qu’Hérode dit aux managers . . . . . . . . . . . . . . . . 233
Chapitre 9Le travail, ça s’apprend ! . . . . . . . . . . . . . . .245 Le travail, une évidence ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246 L’entreprise et le métro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253 Le syndrome de la marmite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 Le travail, ça s’apprend . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
© Groupe Eyrolles
Sommaire
7
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275 Le travail c’est affreux… mais ce peut être autre chose 275 Le travail en quête d’élargissement du regard . . . . . . . 276 Le travail ne va pas de soi, il s’apprend . . . . . . . . . . . 277
Index279. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
© Groupe Eyrolles