Management et contrôle de gestion environnemental

-

Livres
200 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Face aux mutations environnementales (telles que les changements climatiques, l’épuisement des ressources naturelles, les pollutions marines, la perte de la biodiversité...), la préservation de l’environnement naturel est un défi pour l’organisation du XXI e siècle. Comment intégrer les enjeux environnementaux dans le management des organisations ? Comment définir et déployer une stratégie verte ? Qu’est-ce que le contrôle de gestion environnemental ? Comment mesurer la performance environnementale ? Quels sont les rôles du contrôleur de gestion et de l’auditeur dans le domaine environnemental ? Comment dialoguer avec les parties prenantes ? En répondant à ces questions, cet ouvrage a pour objectif d’aider les managers actuels et futurs à définir une stratégie verte, à la mettre en œuvre et à mesurer ses résultats de manière concrète .


Illustré par de nombreux exemples et cas d’entreprise et de collectivités territoriales, cet ouvrage analyse les enjeux environnementaux et leurs prises en compte dans le management, la stratégie et le contrôle de gestion. L’accent est mis sur le contrôle de gestion environnemental, qui est décrit comme une opportunité pour repenser et décliner la stratégie verte dans les organisations. De nombreux outils de contrôle sont étudiés : analyse de cycle de vie (ACV), bilan carbone, plans d’actions environnementaux, budgets verts, calcul des coûts environnementaux, tableaux de bord verts, sustainability balanced scorecard, reporting environnemental... Il explore aussi les métiers en émergence tels que le contrôleur de gestion environnemental et l’auditeur vert.


Cet ouvrage est destiné aussi bien aux managers et contrôleurs de gestion d’organisations marchandes ou non marchandes qu’aux enseignants-chercheurs et aux étudiants dans le cadre de leurs formations en gestion.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 10
EAN13 9782847696721
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0112 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
INTRODUCTION
Loin des préoccupations des organisations, l’environnement naturel a long temps été considéré comme une source inépuisable et dont la conservation constituait un frein au développement. Malgré les signaux d’alerte lancés par les organisations non gouvernementales (comme le Club de Rome en 1972), il a fallu attendre les conclusions de la Commission Brundtland en 1987 et le Sommet de la Terre en 1992 organisés par les Nations unies pour comprendre que l’environnement naturel est résolument l’un des piliers du développe ment durable. En effet, un développement à long terme, permettant d’amélio rer le bienêtre de l’humanité, ne sera atteint qu’à travers la gestion durable des ressources naturelles (eau, air, sol, flore, faune…). Avec l’ancrage média tique des crises écologiques à répétition (Bhopal, Tchernobyl, ExxonValdès, Erika, AZF, BP, Tepco…), l’humanité s’interroge enfin sur les conséquences des activités économiques et demandent des comptes aux organisations, no tamment du secteur privé, qui ne sont pas étrangères à la dégradation des écosystèmes.
Si la protection de l’environnement naturel apparaît désormais comme une nécessité pour la survie des organisations, elle est aussi une formidable oppor e tunité pour l’entreprise du XXI siècle. En effet, comme le stipule le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), les mutations environne mentales – telles que les changements climatiques, l’épuisement des ressources naturelles, les pollutions marines, la perte de la biodiversité – ont certes des impacts sur les activités économiques et la réputation des entreprises, mais ces changements représentent aussi des opportunités majeures pour les entre prises qui savent gérer efficacement les risques correspondants et tirer parti de la demande mondiale croissante de technologies, investissements et services durables (PNUE, 2013). C’est dans ce nouveau contexte où la préservation du capital naturel est devenue une préoccupation des dirigeants, voire une priorité, que le management environnemental émerge pour permettre aux organisations de contrôler et de réduire leurs impacts environnementaux (Gendron, 2004). Mais cette nouvelle pratique de gestion s’inscrit dans une démarche stratégique dont les objectifs ne sauraient se réduire à des préoccupations strictement éco logistes (Boiral, 2000).
– 11 –
Management et contrôle de gestion environnemental
Le management environnemental (encore appelé gestion environnementale ou management vert) ne sert pas à gérer l’environnement naturel, qui demeure sous la responsabilité des pouvoirs publics, mais plutôt à intégrer aux fonctions traditionnelles de la gestion des organisations de nouveaux paramètres écolo giques définis dans le cadre de politiques publiques de gestion de l’environne ment (Gendron, 2004). En d’autres termes, il s’agit de favoriser la prise en compte des questions environnementales du sommet de l’organisation jusqu’aux activi tés opérationnelles (Boiral, 2006). Ceci suppose l’instauration d’un ensemble de dispositifs visant à assurer la cohérence entre les décisions prises par les diri geants et les actions quotidiennes réalisées par les opérationnels. Il semble alors nécessaire de concevoir un système complet de contrôle de gestion adapté aux problématiques environnementales. À l’instar de Bouquin (2010), nous situons le contrôle de gestion au cœur du management, car toutes ses problématiques, techniques, humaines et désormais environnementales, le touchent.
1 Cet ouvrage traite précisément du contrôle de gestion environnemental (CGE) . Il étudie cette thématique sous différents angles (historique, théorique et pratique) afin de tirer les enseignements nécessaires pour les organisations, marchandes ou non marchandes. À notre connaissance, il s’agit du premier ouvrage de réfé rence sur le sujet en France. Il répond ainsi à une quasiabsence de la littérature académique sur un phénomène qui pourtant prend de l’ampleur dans les orga nisations. En effet, les études sur le CGE sont relativement rares et peu étayées empiriquement alors que les dispositifs de contrôle tels que le bilan carbone, l’analyse du cycle de vie (ACV), le calcul des coûts environnementaux, le budget carbone, les tableaux de bord verts sont régulièrement utilisés dans les organisa tions afin de décliner leur stratégie verte et de rendre compte des résultats obte nus aux parties prenantes (qui ne se résument plus aux seuls propriétaires).
Cet ouvrage s’adresse aussi bien aux lecteurs avertis qu’aux noninitiés soucieux de la responsabilité environnementale des organisations. Destiné aux diri geants, managers, contrôleurs de gestion et responsables développement du rable, il vise à les aider à mettre en place ou à améliorer un système de contrôle de gestion environnemental au sein de leurs organisations. Nous espérons qu’il répondra à leurs attentes quel que soit le type d’organisation : multinationales, entreprises intermédiaires, PME, collectivité locales ou ONG. L’ouvrage peut également servir de support de cours aux enseignants qui souhaitent intégrer les problématiques environnementales dans leurs enseignements de manage ment ou de contrôle de gestion. Illustré par de nombreux exemples tirés des pratiques des organisations, cet ouvrage s’adresse aussi aux étudiants des universités et grandes écoles désireux de se familiariser avec le management environnemental et ses dispositifs de contrôle. Sont particulièrement visés, les étudiants de master contrôle de gestion et de master CCA (comptabilité contrôleaudit), car les questions environnementales tendent à modifier subs tantiellement leurs futurs métiers.
1 Nous distinguons le contrôle de gestion environnemental du contrôle de gestion envi ronnementale. Le premier concept s’inscrit dans une perspective managériale selon laquelle le CGE est une extension du contrôle de gestion traditionnel vers le manage ment environnemental, tandis que le second concept renvoie à une conception écolo giste de la gestion.
– 12 –
Introduction
Cet ouvrage est structuré en sept chapitres. Le premier chapitre décrit le contexte général dans lequel s’inscrit le CGE, à savoir le management environ nemental. Plus précisément, il initie d’abord les lecteurs aux enjeux environne mentaux, puis il décrit comment ces enjeux sont intégrés dans le management des organisations sous l’influence de dispositifs réglementaires et normatifs et enfin, il explique les rôles des parties prenantes internes et externes dans ce nouveau management. Le deuxième chapitre aborde les relations complexes entre la stratégie verte et le CGE. Après avoir analysé les principales typologies de stratégies vertes relevées dans la littérature, ce chapitre décrit le processus de déploiement de ces stratégies au sein des organisations. Le troisième chapitre présente la genèse du CGE et définit ce concept en soulignant les nombreuses interprétations et confusions qui l’entourent. Le quatrième chapitre fournit un éclairage théorique sur le CGE et permet aux lecteurs de comprendre notre che minement scientifique tout au long de cet ouvrage. Il mobilise le cadre théorique des leviers de contrôle et de la théorie des parties prenantes pour mieux appré hender les divers rôles du CGE dans les organisations. Le cinquième chapitre présente les différents outils du CGE en les illustrant à travers des cas concrets. Le sixième chapitre explore le rôle des contrôleurs de gestion dans le domaine environnemental et s’interroge sur l’émergence d’un nouveau métier en la ma tière. Enfin, le septième chapitre traite de l’audit environnemental, une pratique qui permet d’évaluer les résultats du CGE. Ces différents chapitres comportent une ou plusieurs annexes visant à compléter ou illustrer certains propos tenus dans le corps de l’ouvrage.
– 13 –