TERRITOIRES ET ENTREPRENEURIAT

-

Français
326 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ces contributions explorent les relations entre l'entrepreneuriat et les territoires, principalement les villes, exposent expériences et points de vue sur les dynamiques entrepreneuriales associées aux espaces urbains. La ville y est appréhendée comme lieu privilégié de l'effervescence des cultures entrepreneuriales dont le décryptage est indispensable pour une meilleure pédagogie d'accompagnement de la part des décideurs publics et des acteurs de la société civile locale.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2011
Nombre de lectures 201
EAN13 9782296462298
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
TERRITOIRES ET ENTREPRENEURIAT
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55042-1 EAN : 9782296550421
Sous la direction de Gérard A. Kokou DOKOU TERRITOIRES ET ENTREPRENEURIAT Les expériences des villes entrepreneuriales
RemerciementsMerci aux communicants, animateurs et participants, aux Parrains et partenaires, aux membres du comité organisateur. Merci aux Parrains et partenaires :Académie de l’Entrepreneuriat (AE), Maison de l’Entrepreneuriat Nord-Pas-De-Calais (ME), ECTI, EGEE, Observatoire des Pratiques Pédagogiques en Entrepreneuriat (OPPE), Je Crée, Ruche du Littoral, Flandre Création, Centre des Jeunes Dirigeants (CJD), MEDEF Littoral, CERFrance, Club FACE, Cigales Nord – Pas-de-Calais, Centre de Ressources sur le Métier de Dirigeant (CRMD – CCI Grand-Lille – CRCI), CréatiVallée, La Banque Populaire, UIMM, la CGPME., le Conseil Régional Nord-Pas-De-Calais et Ville de Dunkerque, Université Lille Nord de France (PRES), Conseil Général du Nord. Merci aux membres du comité organisateur :Composantes de l’Université du Littoral Côte d’Opale (Centre Entrepreneuriat du Littoral– CEL, Laboratoire de Recherche du CEL – CEL-LAB, CUEEP Littoral, IUT de Saint-Omer/Dunkerque, Institut Supérieur de Commerce International de Dunkerque – ISCID, Centre de Gestion Universitaire de Dunkerque), Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD) et Chambre de Commerce et d’Industrie de la Côte d’Opale.
PréfaceDepuis que les villes existent, c'est-à-dire, au moins, depuis la Mésopotamie, l’entrepreneuriat naît et prospère dans les villes et les métropoles. La ville est en effet le lieu de la concentration des personnes, des échanges internes et externes, des réseaux, des pouvoirs politique, économique, religieux et culturel. C’est là que sont amassées les plus grandes richesses et qu’y sont concentrés les plus grands marchés. La ville possède une culture et une image parfois projetée en des terres parfois lointaines, et au-delà des sous-territoires qui la composent. Avec une analyse qui sera ensuite bien féconde pour l’entrepreneuriat, la ville possède, au plus haut point, les trois catégories de capital qui, réunies, en font la mère de la création, et, singulièrement, de la création d’entreprise. Ces trois catégories de capital sont le capital économique, le capital culturel et le capital social. Le capital économique est d’abord le produit intérieur brut (PIB), l’ensemble des entreprises et équipements économiques et structurels, la diversité des activités et des professions, les moyens et institutions financiers, les réglementations et facilités institutionnelles, les organisations économiques, etc… Le capital culturel est d’abord la culture prégnante plus ou moins partagée par les habitants et notamment la culture entrepreneuriale, le niveau, la diversité des organisations d’éducation, le niveau scientifique, sa diversité, sa diffusion et les organisations de production de savoir. Le capital culturel contient aussi tout ce qui est lié à l’art et à la littérature, les femmes et les hommes qui y excellent, leur production et leur diffusion, les bâtiments, les lieux de production et de conservation, etc… Le développement économique et le développement culturel vont très souvent de pair. Le capital social recouvre en l’ensemble des réseaux entre les personnes et les institutions, les connexions entre les personnes et les réseaux, tant à l’intérieur de la ville qu’au-delà. Ces relations sont familiales, amicales, associatives, professionnelles, etc… La proximité géographique et la possession d’équipements spécifiques favorisent l’existence et l’intensité des relations entre membres d’un même réseau ou de réseaux différents. Le développement d’une catégorie de capital économique ou culturel, économique a un effet cumulatif sur les autres catégories et vice-versa pour son amoindrissement. Les développeurs économiques ne doivent jamais ignorer les bienfaits ou les méfaits de cette « loi », quand ils veulent favoriser l’essor de leur territoire. La ville dispose, de façon variée certes, de ces trois catégories de facteurs qui président à la création d’entreprises. Notons aussi que la création contribue
9
aussi à la création de la ville. Que l’on considère par exemple l’urbanisation du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, issue de la création des entreprises minières. Cette thématique de la relation entre la ville, la métropole et l’entrepreneuriat et la création d’entreprise est particulièrement importante, tant d’un point de vue scientifique, que pour l’action. Relativement récente, cette analyse n’en est pas moins appelée à un fort avenir de recherche, parce que le développement économique actif est le lot désormais de la très grande majorité des villes et métropoles du monde développé ou de celui qui veut aussi se développer parce que les meilleurs exemples sont analysés et que les effets d’imitation ne feront que croître. Ce sont toutes ces bonnes raisons qui ont fait choisir à l’Université du Littoral, pour thème de son colloque annuel sur l’entrepreneuriat, celui de la relation entre la ville, la métropole et la création d’entreprise, et cela, à l’occasion du Xème anniversaire du Colloque FACIL, l’âge de la maturité et du succès pour un colloque scientifique. Ce thème du Colloque FACIL est aussi développé à un moment important de la vie de l’Université du Littoral, qui crée son remarquable Centre de l’Entrepreneuriat (CEL), et où elle développe une stratégie de moyen terme d’une recherche sur l’entrepreneuriat, au premier rang de laquelle figure le présent thème. Les responsables du Xème Colloque FACIL ont voulu que les différentes grandes facettes de cette thématique soient ouvertes aux chercheurs nationaux, débattues lors des journées de Dunkerque et enfin diffusées par cet ouvrage. Quatre grandes thématiques ont été retenues et exposées : -D’abord l’élaboration d’une preuve de cette relation entre la ville et la création, -En second lieu, l’investigation des fondements théoriques -Au-delà, l’analyse des interactions dans les territoires qui favorisent la création -Enfin, une analyse comparative de présentation de différentes recherches de par le monde, permettant de différencier les approches et d’en rechercher les Invariants. La recherche des preuves de la relation repose sur un impératif scientifique : bien établir ce sur quoi ensuite on portera les analyses différenciées. La preuve peut en être recherchée directement ; ce sera l’analyse de J-P. DeBourse, G.Dokou et A.DeBourse, montrant de façon diversifiée l’effet de métropole dans la création d’entreprises des régions françaises et singulièrement de celle du Nord-Pas-de-Calais, la preuve par l’histoire de Roubaix-Tourcoing au XIXème siècle ou d’une très remarquable aventure entrepreneuriale familiale avec l’Association Familiale Mulliez. Ils montreront aussi, avec la stratégie de la Région Nord-Pas-de-Calais, qu’il est possible d’infléchir (positivement) untrendentrepreneurial.
1
0