« Il faut appréhender les projets avec plus de transversalité »

« Il faut appréhender les projets avec plus de transversalité »

Livres
9 pages

Description

« Il faut appréhender les projets avec plus de transversalité » Depuis le 12 juillet, Stéphane Aubarbier est président de Syntec-Ingénierie. Cette fédération représente environ 70 % d’une profession qui réalise 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuels et compte un peu plus de 350 000 salariés tous secteurs confondus. La moitié des entreprises représentées au sein de Syntec-Ingénierie sont issues du secteur de la construction. Lors de son mandat, Stéphane Aubarbier veut développer des actions en faveur des PME et des entreprises de taille intermédiaire. Il milite aussi pour plus de flexibilité au sein des entreprises et surtout pour plus de transversalité entre les différents secteurs de l’ingénierie. Un concept qui l’a amené à placer les 11 e s Rencontres de l’ingénierie, le 25 octobre à Paris-La Défense, sous le thème de « l’écométropole productive ». Un budget 2013 peu enthousiasmant Vous avez été élu, le 12 juillet, à la tête de Syntec-Ingénierie. Vous êtes issu du secteur de l’industrie. Quel regard portez-vous sur la construction ? Toutes les ingénieries, qu’elles travaillent dans l’énergie, l’industrie, le bâtiment ou les infrastructures, sont liées aux investissements, qu’ils soient privés ou publics. C’est le principal point commun. C’est ce qui fait que nous sommes également tributaires de la conjoncture du pays. Justement, comment se porte le secteur ? Il faut regarder la santé de l’investissement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 octobre 2012
Nombre de visites sur la page 38
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
« Il faut appréhender les projets avec plus de transversalité »

Depuis le 12 juillet, Stéphane Aubarbier est président de Syntec-Ingénierie. Cette fédération représente environ 70 % d’une profession qui réalise 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuels et compte un peu plus de 350 000 salariés tous secteurs confondus. La moitié des entreprises représentées au sein de Syntec-Ingénierie sont issues du secteur de la construction. Lors de son mandat, Stéphane Aubarbier veut développer des actions en faveur des PME et des entreprises de taille intermédiaire. Il milite aussi pour plus de flexibilité au sein des entreprises et surtout pour plus de transversalité entre les différents secteurs de l’ingénierie. Un concept qui l’a amené à placer les 11
es
 Rencontres de l’ingénierie, le 25 octobre à Paris-La Défense, sous le thème de « l’écométropole productive ».