InDesign CC 2014

-

Français
690 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Tout savoir sur In Design CC 2014



Véritable mine d'informations, de conseils pratiques et d'astuces de travail, cet ouvrage richement illustré dresse un panorama complet d'InDesign pour PC et Mac, des acquis fondamentaux jusqu'aux fonctions les plus pointues. Couvrant la version 2014 d'InDesign CC, il vous livre les meilleures méthodes et techniques pour réaliser vos publications sur papier, réseaux ou tablettes. Nourri par la très grande expérience de l'auteur, cet ouvrage constituera un excellent manuel d'apprentissage pour les débutants comme pour les professionnels.



Sur le site www.experts-graphiques.com




  • Retrouvez les ressources du livre


  • Dialoguez avec l'auteur




  • Les éléments de base d'InDesign


  • Le travail des objets


  • Le remplissage des blocs (texte et image)


  • La typographie avec InDesign


  • Les fonctions éditoriales et dynamiques


  • La gestion des contenus particuliers


  • La gestion des pages et des longs documents


  • Les exportations, les publications numériques et l'impression

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 novembre 2014
Nombre de lectures 451
EAN13 9782212267693
Langue Français
Poids de l'ouvrage 44 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0210€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

C
InDesign C2014
Pour PC et Mac

P i e r r e L a b b e

Auteur de nombreux livres sur InDesign, Photoshop et Illustrator,Pierre Labbel’un des est
formateurs les plus renommés dans le monde de l’infographie. Il participe en outre aux sites
experts-graphiques.com et wisibility.com, blogs de formation en ligne sur Photoshop et les
logiciels des métiers de l’image, qui présentent gratuitement des trucs et astuces sous forme
de séquences vidéo.

Tout savoir sur InDesign CC 2014
Véritable mine d’informations, de conseils pratiques et d’astuces de travail, cet ouvrage richement illustré
dresse un panorama complet d’InDesign pour PC et Mac, des acquis fondamentaux jusqu’aux fonctions les
plus pointues. Couvrant la version 2014 d’InDesign CC, il vous livre les meilleures méthodes et techniques
pour réaliser vos publications sur papier, réseaux ou tablettes. Nourri par la très grande expérience de
l’auteur, cet ouvrage constituera un excellent manuel d’apprentissage pour les débutants comme pour les
professionnels.

Au sommaire
Interface et gestion du travail —Outils et palettes•Environnement de travail•Mise en place du document
•Travail avec les calques• Gestion et enrichissement des objets —Dessin des objets•Remplissage des
blocs•Manipulations d’objets•Objets imbriqués et ancrés•Colorations•Transparences et effets•Styles
d’objet• Gestion du texte —Saisie et position du texte•Importation du texte•Chaînages de
blocs•Composition en colonnes•Textes sur des tracés• Gestion des images —Types d’images•Préparation des images
•Importations•Traitements d’images•Légendes et métadonnées•Habillages• Typographie —Sélection
du texte•Attributs et styles de caractère•Attributs et styles de paragraphe•Listes et lettrines • Filets de
paragraphe•tabulés Textes• Tableaux• Fonctions éditoriales et dynamiques — FonctionRechercher/
Remplacer•Recherches de type GREP, Glyphe ou Objet•Texte dynamique croisé•Notes et suivi des
modifications•Notes de renvoi et notes de bas de page•Textes conditionnels•Vérification de l’orthographe•
Gestion des contenus particuliers —Fusion des données•Bibliothèque•Contenus interactifs• Gestion
des pages et des longs documents —Gestion des pages•Gabarits•Numérotation des pages•Transferts
de pages et d’objets•Livre, table des matières et index• Exportation et publication numérique
—Exportation de fichiers•au format Folio avec DPS Publication• Publicationau format EPUB• Impression d’un
fichier —Préparation pour l’impression•Impression d’un document.

Sur le site www.experts-graphiques.com
• Retrouvezles ressources du livre
• Dialoguezavec l’auteur

Conception Nord Compo

Code éditeur : G13981
ISBN : 978-2-212-13981-5

CC
InDesign2014
Pour PC et Mac

CHEZ LE MÊME ÉDITEUR

P. Labbe. –Le grand cahier Photoshop.100 tutoriels.
N°13935, 2014, 368 pages.

P. Labbe. –Créer des magazines et des livres numériques avec InDesign.
N°13781, 2013, 196 pages.

P. Labbe. –Photoshop CS6.Pour PC et Mac.
N°13524, 2012, 800 pages.

P. Labbe.–Illustrator CS5.Pour PC et Mac.
N°12875, 2011, 472 pages.

V. audouin. –Cahier d’exercices InDesign CS6 – Débutants et initiés.
N°13554, 2012, 128 pages + CD-Rom.

É. Sainte-Croix. –Cahier d’exercices Illustrator CS5 – Spécial débutants.
N°12997, 2011, 132 pages + CD-Rom.

P. Curtil. –À la découverte de Photoshop – Spécial grands débutants.
N°12757, 2011, 128 pages.

E. CaniVet.–InDesign.De la créa à l’exé.
N°12122, 2008, 228 pages.

C. Breton-SChreiner.–L’essentiel de la PAO.Mise en pages, logiciels, polices, images.
N°12513, 2009, 206 pages.

D. Dabner.–Maquette et mise en pages.
N°11795, 2006, 128 pages.

D. Dabner.–Création graphique.
N°11566, 2005, 190 pages.

K.Cheng.–Design typographique.
N°11745, 2006, 232 pages.

P. PrÉVôt,F. RoCher.–Techniques d’impression.
N°11797, 2006, 96 pages.

J.PeterS. –Fabrication du document imprimé.
N°11509, 2006, 280 pages.

InDesign
Pour PC et Mac

CC
2014

P i e r r e L a b b e

ÉDITIONS EYROLLES
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage,
sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’exploitation du droit de copie,
20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2014, ISBN : 978-2-212-13981-5

Tous mes remerciements à
MadameStéphanie Saïssayd’Adobe Systems France,
MonsieurStéphane Barild’Adobe Systems France,
MonsieurLionel Lemoined’Adobe Systems France,
MonsieurDenis-Pierre Guidotd’Adobe Systems France.

Certaines photos et illustrations de ce livre m’ont été fournies
par Messieurs Adrien Labbe, Antoine Labbe et Yves Chatain,
je les en remercie vivement.

InDesIgnCC 2014

Avertissement
Mac et PC
nDesign fonctionne sur les environnements
I
Windows et Macintosh. Les différences de
fonctionnement entre les deux plates-formes sont
uniquement dues aux environnements respectifs. Ce
livre ayant été écrit sur Macintosh (mis en pages avec
InDesign, bien sûr), la majorité des copies d’écran a été
réalisée sur cette plate-forme. Les raccourcis clavier
(personnalisables) sont indiqués d’abord pour Mac
puis, entre crochets[…], pour Windows. De nombreux
menus contextuels sont disponibles; ils nécessitent le
bouton droit de la souris.

Quelques précisions sur la terminologie employée dans
cet ouvrage: cliquer signifie appuyer d’un coup sec
sur le bouton de la souris et glisser signifie
maintenir enfoncé le bouton tout en déplaçant la souris. Le
tableau ci-dessous indique les conventions utilisées
pour désigner les touches des claviers Mac et Windows.

Touche Mac

Commande
¢oucmd

Option (alt)

Majuscule

Contrôle

Aspect

¢

Ó

ctrl

Touche PC

Contrôle

Alt

ShiftouÓ

Aspect

Ctrl

Alt

Ó ou Ó

Sur PC, on utilise leclic droit.

Dernier point à signaler: dans certains paragraphes,
des encadrés gris présenteront une remarque, une
note, une astuce de travail ou un conseil.

VI

Introduction

e livre dresse un panorama complet d’InDesign
C
dans le domaine de création destiné à
l’impression et dans celui de la publication numérique
(avec les formats PDF, EPUB ou folio). Il vous montrera
qu’associé à Photoshop, Illustrator (voire Bridge ou
Mini Bridge), ce logiciel est incontournable dans le
domaine de la mise en pages. Cette version renferme
de nombreuses nouveautés, notamment au niveau
de la préparation pour l’exportation au format EPUB
qui évolue de jour en jour. Ces fonctionnalités
faciliteront votre travail aussi bien dans la gestion des blocs
(sélection, remplissage, aspect…) que dans celle des
textes (polices, tableau…) ou encore de l’interactivité.
Elles seront développées tout au long de cet ouvrage
et accompagnées de nombreuses astuces de travail.

Ce livre a pour but de vous proposer des méthodes et
des techniques pour préparer vos travaux en vue de
les publier (sur papier, sur les réseaux ou les tablettes),
depuis la préparation des éléments jusqu’à leur mise
en place dans le document prêt à être publié. Les
utilisations conjointes à d’autres logiciels sont indiquées
et exploitées tout au long du livre, ainsi que certaines
automatisations de tâches à l’aide de scripts.

Vous pouvez me poser des questions sur ce logiciel
à l’adresse suivante : pierrelabbe@yahoo.com, ou
découvrir sur mon blog experts-graphiques.com les
dernières astuces en date.

Et maintenant bonne lecture !

Pierre Labbe

Table des matières

Partie 1Les éléments de
base d’InDesign

1 -L’interface d’InDesign

Les outils et les panneaux2
Les outils........................................................................................2
Les panneaux................................................................................3
L’environnement de travail
5
L’aspect de l’interface..................................................................5
La Barre de l’application.............................................................5
La personnalisation de l’espace de travail...............................7
La personnalisation des raccourcis...........................................8
La synchronisation des paramètres.............................. ............9
La gestion de l’affichage...........................................................10

2 -La gestion du travail

Quelques étapes dans le travail11
De la maquette à la distribution.............................................11
Les enregistrements et annulations.......................................13
La mise en place du document15
La configuration du document...............................................15
Les repères et les grilles............................................................19
Le travail avec des calques25
La gestion des calques..............................................................25
Les types de calques..................................................................26
Le travail sur calques.................................................................26
Les manipulations de calques.................................................27

Partie 2Le travail des objets

1 -La gestion des objets

Le dessin des objets30
Les types d’objets..................................................... ..................30
La création de blocs géométriques........................................30
Le dessin à la plume...................................................................33
Le dessin au crayon....................................................................36
Le dessin de traits ou de filets.................................................37
Les conversions de formes et de traits...................................37

Table Des maTIères

Les blocs spéciaux......................................................................38
Les retouches de tracés.............................................................41
Le remplissage des blocs
44
Le placement par importation................................................44
Le placement par glissement de Bridge, Mini Bridge….....47
Le collage d’une image ou d’un texte dans un bloc...........47
Le placement dans plusieurs blocs..................................... ....48
Le texte de substitution............................................................48
Les manipulations d’objets49
Les traitements sans sélection : les déplacements..............49
Les sélections d’objets.............. .................................................50
Les déplacements d’objets.......................................................56
Les copies d’objets.....................................................................59
Les transformations d’objets....................................................60
La mise à l’échelle manuelle................................... ..................60
Les mises à l’échelle paramétrées...........................................66
La rotation d’objets....................................................................68
L’inclinaison et la déformation.................................................69
Les symétries...............................................................................69
L’outil Transformation manuelle..............................................70
La répétition d’une transformation........................................70
Les traitements particuliers72
Les combinaisons Pathfinder...................................................72
Les groupes d’objets..................................................................74
Les alignements et les répartitions d’objets.........................75
Les superpositions d’objets......................................................79
Le verrouillage des blocs..........................................................79
Les objets ancrés80
Le principe et les utilisations des objets ancrés...................80
L’obtention de l’objet ancré......................................................80
Les sélections et traitements
de l’objet ancré, du contenu…................................................ 84
Les changements de la position d’ancrage..........................84
Les options de positionnement de l’objet ancré.................86
Les imbrications d’objets93

2 -L’enrichissement des objets
et les styles d’objet

Les colorations95
L’affichage des couleurs............................................................95
L’affectation d’attributs de coloration....................................97

VII

InDesIgnCC 2014

La préparation d’une nuance de couleur..............................99
Les contours..............................................................................106
Les nuances de dégradés.......................................................110
Les transferts d’attributs de couleur....................................114
La transparence et les effets115
La destination des réglages...................................................115
La transparence........................................................................115
Les modes de fusion................................................................119
Les effets....................................................................................121
Les effets de flou.......................................................................126
Les problèmes liés à la transparence....................................126
Les arrondis d’angle.................................................................127
Les styles d’objet129
L’intérêt du style d’objet........................................................ ..129
La préparation d’un style d’objet..........................................129
L’affectation du style d’objet.. ................................................133
Les modifications d’un objet stylé........................................134
La gestion des styles d’objet..................................................136

Partie 3Le remplissage des
blocs (texte et image)

1 -La gestion du texte

La saisie d’un texte140
Le bloc de texte........................................................................140
La frappe au kilomètre............................................................140
L’insertion de signes particuliers...........................................141
L’insertion d’un texte de substitution..................................144
Le mode éditeur.......................................................................145
Les sélections
et les manipulations du texte................................................146
Les articles liés..........................................................................147
La position du texte149
Les marges à l’intérieur du bloc.............................................150
L’alignement vertical...............................................................150
Le décalage de la première ligne..........................................151
Le dimensionnement automatique......................................152
Les options du bloc
et les styles d’objet...................................................................153
L’importation de texte154
Les importations et les liens...................................................154
Les méthodes de placement du texte importé................. .158
Les chaînages de blocs162
L’intérêt du chaînage...............................................................162
La création d’un chaînage......................................................163

VIII

La modification d’un chaînage..............................................164
La rupture d’un chaînage.......................................................165
Le chaînage automatique
avec le bloc de texte principal...............................................165
Les compositions en colonnes168
Le document multicolonne...................... ..............................168
Les réglages de colonnes........................................................169
Le travail dans une composition en colonnes....................173
Les textes sur des tracés175
La création de textes curvilignes..........................................175
Les chaînages de textes curvilignes.....................................176
La position du texte sur le tracé............................................177
Les colorations des textes curvilignes.................................177

2 -La gestion des images

Les types d’images178
Les images pixellisées (bitmap).............................................178
Les images vectorielles...........................................................179
La préparation des images
180
Les résolutions.................................... ......................................180
Les formats d’images...............................................................181
La préparation du détourage dans Photoshop..................185
Le profil ICC des images..........................................................188
Les importations189
Les placements d’images........................................................189
Les options d’importation......................................................191
L’importation de fichier InDesign :
obtention et options d’importation.....................................197
L’affichage des images importées.........................................199
Les liens avec le fichier externe.............................................200
Les traitements d’images203
Les transformations.................................................................203
Les colorations.......................................................................... 207
Le masque de détourage........................................................208
Les images et les légendes213
Les légendes..............................................................................213
Les métadonnées.....................................................................213
La préparation des légendes.................................................215
La génération des légendes.................................................. .217
La légende avec une variable de texte................................220

3 -L’habillage d’un bloc par du texte

Les types d’habillages221
Le principe de l’habillage.......................................................221

Les réglages d’habillage.........................................................221
Le bloc sans habillage.............................................................222
Les habillages de blocs...........................................................223
Les habillages de formes........................................................226
Le travail de l’habillage...........................................................229

Les habillages particuliers232
L’habillage par un tracé ajouté..............................................232
L’habillage et l’objet ancré......................................................233
L’habillage et les gabarits.......................................................234

Partie 4La typographie
avec InDesign

1 -Les sélections de textes
Les textes sélectionnés ou non.............................................236
Les attributs par défaut............ ...............................................237
L’automatisation avec les styles............................................237

2 -Le formatage des caractères

Les attributs de caractère238
Les attributs typographiques................................................239
La police.....................................................................................239
Le corps ou la taille des caractères.......................................242
L’interligne.................................................................................243
L’aspect des caractères ............................................................244
Les approches...........................................................................245
Le changement d’échelle............................................. ...........247
Le décalage vertical.................................................................247
L’inclinaison...............................................................................248
Les effets sur les textes curvilignes.................... ...................248
La rotation de lettres...............................................................249
La coloration d’un texte..........................................................249
La copie d’attributs de caractère...........................................251
Les styles de caractère253
L’intérêt des styles de caractère............................. ................253
La préparation d’un style de caractère................................253
L’affectation d’un style de caractère.....................................255
La gestion des styles de caractère........................................256
Les modifications d’un texte stylé........................................259

3 -Le formatage des paragraphes

Les attributs de paragraphe262
Les alignements horizontaux.................................................262
Les retraits et alinéas...............................................................265
L’étalement sur plusieurs colonnes.......................................267

Table Des maTIères

Les listes
268
Le paramétrage des listes à puces et numérotées............268
Les listes numérotées..............................................................268
Les listes à puces......................................................................270
La conversion d’une liste........................................................271
La liste scindée sur plusieurs colonnes................................271
La composition des textes272
La composition verticale du texte........................................272
Les grilles de ligne de base.....................................................277
La composition horizontale du texte...................................281
Les lettrines286
Les différents types de lettrines............................................286
La création d’une lettrine en saillie.......................................286
La lettrine habillée au carré....................................................286
La lettrine par les styles imbriqués.......................................287
Les lettrines spéciales de type bloc......................................289
Le formatage programmé du texte291
Les styles imbriqués.................................................................291
Les styles de ligne imbriqués .................................................299
Les styles GREP.........................................................................302
Les filets de paragraphe
313
La création d’un filet................................................................313
Les réglages du filet.................................................................313
Les utilisations et traitements des filets..............................315
Les styles de paragraphe317
L’intérêt des styles de paragraphe........................................317
La préparation d’un style de paragraphe............................317
L’application classique d’un style de paragraphe..............320
L’application en cascade avec Style suivant.......................324
La gestion des styles de paragraphe....................................328
La préparation du texte avec des scripts.............................330
Les modifications d’un texte stylé........................................331

4 -Les tabulations et les tableaux

Le texte tabulé333
Les utilisations des tabulations.............................................333
Les tabulations et les taquets................................................333
Le panneau Tabulations..........................................................334
Les tableaux3
38
L’obtention d’un tableau.........................................................338
Le remplissage du tableau.....................................................340
La sélection des éléments du tableau..................................344
La gestion des éléments du tableau....................................346
La gestion des coupures dans un tableau
(enchaînement de cellulles).............................................. .....351
L’aspect d’un tableau...............................................................352

IX

InDesIgnCC 2014

Les styles de cellule et de tableau........................................357
La gestion des styles de tableau...........................................360
Des tableaux particuliers.......................................................365

Partie 5Les fonctions éditoriales
et dynamiques

1 -La fonction Rechercher/Remplacer

Les réglages de base370
La gestion de la recherche.....................................................370
Les critères de recherche........................................................371
Les recherches de type Texte373
Le contenu de la recherche....................................................373
Les remplacements avec « collage ».....................................374
L’enregistrement des requêtes..............................................375
Les recherches de type GREP376
Le contenu de la recherche....................................................376
Les métacaractères des regex.................................... ............376
Quelques commentaires.........................................................378
La mémorisation des regex....................................................379
La gestion des regex avec un script.....................................379
Exemple de recherche GREP..................................................379
Les recherches de types Glyphe et Objet381
Les requêtes de type Glyphe.................................................381
Les requêtes de type Objet....................................................382
Quelques exemples d’utilisation
383
L’application d’un style
de paragraphe (ou de caractère)...........................................383
Des utilisations typographiques...........................................383
La correction d’une saisie.......................................................383
Le changement de police localisé........................................383
La préparation d’un tableau..................................................384
La préparation d’un texte
pour une affectation de style............................................. ....384
L’ajout d’un bloc pour une photo.........................................384
L’enchaînement des remplacements
avec Multi-Find/Change.........................................................387

2 -Les textes dynamiques
et les éléments liés

Les références croisées391
L’utilisation de références croisées.......................................391
Les composants des références.................................... .........391
La gestion des références croisées.......................................395

X

Les variables de texte398
Le principe de la variable de texte.................................... ....398
La description des variables de texte...................................398
La gestion des variables de texte.......... ................................401
Les manipulations de variables de texte.............................402
Les articles et objets liés407
Le principe des objets liés......................................................407
Les outils d’importation avec liens.......................................407
La mise en œuvre de l’importation......................................407
Un exemple de variante de mise en page...........................411
Les éléments à transférer avec lien. ......................................412
Les mises à jour des objets liés..............................................414
Les codes QR416
La génération et les types de code QR................................416
Les mises à jour du code QR..................................................416

3 -Les notes

Les notes et le suivi des modifications417
Le principe des notes et du suivi........................................... 417
Les notes éditoriales................................................................417
Le suivi des modifications......................................................418
Les notes de renvoi entre pages420
Les notes de bas de page422
La création d’une note de bas de page...............................422
Les réglages des notes de bas de page...............................423
La mise en pages des notes de bas de page......................424
Les traitements particuliers de notes...................................425
L’importation de fichiers Word et RTF avec des notes......426
Les notes de fin de page d’InDesign....................................428
Les notes dans la marge..........................................................429

4 -Les textes conditionnels

L’utilisation de textes conditionnels431
Le principe des conditions.....................................................431
La redistribution de texte.......................................................431
Le contenu conditionnel.........................................................431
Les éléments particuliers : notes,
index et références croisées.................. .................................431
La création d’une condition432
La mise en œuvre d’une condition.......................................432
La gestion des conditions.......................................................434
Les ensembles de conditions.................................................434
Les manipulations de conditions..........................................435
La recherche et le remplacement
de texte conditionnel..............................................................435

Les conditions dans une table
des matières ou un index.......................................................436

5 -La vérification de l’orthographe

La vérification classique..........................................................437
La vérification dynamique......................................................437
La vérification automatique...................................................437

Partie 6La gestion des contenus
particuliers

1 -La fusion des données
et la bibliothèque

Les fusions de données440
Le principe de la fusion de données....................................440
La préparation du fichier source de données .....................441
La préparation du fichier cible...............................................441
L’obtention et le réglage de la fusion...................................444
La mise à jour des données (champs dans un gabarit)....444
Les scripts de Loïc Aigon pour les fusions de données....445

La bibliothèque4
47
Le principe de la bibliothèque..............................................447
La création d’une bibliothèque.............................................447
Le remplissage de la bibliothèque........................................447
L’utilisation de la bibliothèque..............................................448

2 -Les contenus interactifs

Les formulaires PDF4
49
La production de formulaires................................................449
La mise en pages du formulaire............................................449
La mise en place des champs de formulaire.......................450
Définition de l’ordre des tabulations....................................454

Les autres éléments interactifs
455
Les types d’éléments interactifs............................................455
Les animations..........................................................................455
Le minutage des animations..................................................459
Les boutons............................................................................... 459
Les états d’objet........................................................................462
Les éléments multimédias (vidéo, son)...............................466
Les hyperliens...........................................................................468

Table Des maTIères

Partie 7La gestion des pages
et des longs documents

1 -Les pages : formats, variantes,
gabarit, numérotation…

Les manipulations de pages472
Le panneau Pages....................................................................472
L’affichage de pages................................................................473
La création de pages................................................................474
La suppression de pages........................................................476
Le changement de format de la page..................................476
La réorganisation ou le déplacement de pages.................479
Les configurations particulières............................................479
L’ajout d’un rabat................................................ ......................479
Les variantes de mise en page482
La préparation des variantes
avec la mise en pages liquide................................................482
La création de variantes pour chaque rendu du folio.......488
La mise en pages avec un gabarit
492
Le principe du gabarit.............................................................492
La préparation d’un gabarit...................................................492
L’application d’un autre gabarit............................................496
Les manipulations dans les pages courantes.....................496
Les modifications dans le gabarit.........................................499
La création d’un nouveau gabarit................. ........................500
La copie et la suppression d’un gabarit...............................502
La numérotation des pages
503
Le principe de la numérotation.............................................503
La modification de la pagination..........................................504
Des numérotations particulières...........................................505
Les transferts de pages et d’objets506
Le transfert d’objets.................................................................506
Le transfert de pages...............................................................506

2 -Les longs documents : livre, table
des matières, index

La fonction Livre507
Le principe du livre..................................................................507
La création du livre...................................................................507
La préparation.. .........................................................................507
La constitution du livre...........................................................507
La gestion d’un livre................................................................508
Les tables des matières et listes511
Le principe des tables des matières.....................................511

XI

InDesIgnCC 2014

La préparation de la table des matières..............................511
La gestion de la table des matières......................................514
Les tables des matières avec un livre...................................515
Les remplacements de la table des matières......................516
Des exemples de tables des matières..................................516
L’index520
Le principe de l’index..............................................................520
La préparation de l’index........................................................520
Les fonctions du panneau Index...........................................522
L’importation d’un texte indexé............................................522
L’index d’un livre.......................................................................522
La génération ou compilation de l’index............................523
Les index particuliers.................................. .............................523

Partie 8Les exportations,
les publications numériques
et l’impression

1 -Les exportations de fichiers

Le format PDF
526
Les utilisations du format PDF...............................................526
La création du fichier PDF.......................................................526
Le format PDF Interactif..........................................................526
Le format PDF pour l’impression...........................................528
La création de paramètres prédéfinis Adobe PDF.............532
Les formats particuliers533
Le format InDesign Markup ou IDML...................................533
Les formats d’image (JPEG, PNG…)........ ..............................533
Les formats de texte................................................................533
Les formats Flash534
Le format HTML535
L’exportation au format HTML 4............................................535
L’exportation au format HTML5.............................................535

2 -La publication numérique
au format Folio (avec DPS)

La présentation et les étapes du travail536
Digital Publishing Suite et le folio............................... ..........536
La conception de documents....... .........................................537
L’interactivité avec Folio Overlays
541
La préparation des incrustations..........................................541

XII

Les hyperliens...........................................................................543
Le diaporama............................................................................546
La séquence d’images.............................................................562
Les incrustations audio et vidéo...........................................564
Panorama, Pan et zoom, Bloc défilant.................................567
L’incrustation de contenu Web..............................................573
Les documents, les articles et le folio581
Les documents d’un article....................................................581
La gestion des articles dans le folio......................................596
La gestion du folio avec Folio Producer......................... ......609

3 -La publication numérique
au format EPUB

La description de l’ePub
613
Le format EPUB.........................................................................613
Le format de travail du document........................................614
La gestion du texte6
16
Le formatage du texte.............................................................616
L’exportation du balisage des styles.................................... .623
Les notes de bas de page.......................................................624
Les hyperliens et les références croisées.............................625
Les types d’objet de l’ePub627
Les objets pour l’ePub.............................................................627
La préparation des images.....................................................627
Les autres objets (bloc de texte,
trait, graphique et groupe).....................................................627
Les blocs ancrés...................................................................... ..628
Les éléments multimédias......................................................629
Les objets et les options d’exportation632
Les options d’exportation par objet.....................................632
Les styles d’objet : exportation EPUB et balisage..............634
Le réglage global des options
d’exportation pour les objets.................................................635
La gestion de l’ePub637
L’ordre de lecture ......................................................................637
Les éléments de gestion de l’ePub.......................................639
L’obtention de l’ePub...............................................................645

4 -L’impression d’un fichier

La préparation pour l’impression647
L’aplatissement des transparences.......................................647
Les recouvrements et les surimpressions............................649
La gestion des encres..............................................................653
La préparation des fichiers pour le flasheur.......................654

L’impression d’un document660
Les options générales d’impression.....................................660
Les options de format.............................................................660
Les repères et les fonds perdus.............................................661
Les options de sortie...............................................................661
Les options graphiques................................. ..........................662

Table Des maTIères

Les options de gestion des couleurs....................................663
Les options de la rubrique Avancé.......................................663
Les fichiers PostScript..............................................................664
Les impressions prédéfinies...................................................664

Index

665 à 674

PARTIE1

Les éléments de
base d’InDesign

1 - L’interface d’InDesign
2 - La gestion du travail

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn
1 -L’interface d’InDesign

2

Les outils et les
panneaux

Les outils

Le panneauOutilsd’InDesign présente des similitudes avec
ceux de Photoshop et d’Illustrator. Les outils se répartissent
en plusieurs catégories : outils de sélection, outils de dessin
ou de création de bloc, outils texte, outil de transformation
et de coloration, outils de gestion de l’écran…

Le panneauOutilssur une colonne.

Arrondi

Polygone

Sélection directeA.

/Gomme

/Ellipse

EspaceU.

Trait§.

/CrayonN.

/RectangleM.

Transformation manuelle E .

Contour progressif dégradéÓG.

KMesure

/Pipette I .

Loupe (ou Zoom)Z.

Couleur par défautD.
Mise en forme appliquée au conteneur ou au texteJ.

La couleur,/Le dégradé./Appliquer Sans/.

Certains outils sont masqués et deviennent accessibles
lorsqu’on clique sur les outils du panneau dont l’angle
inférieur droit contient un petit triangle ou lorsqu’on tape
plusieurs fois une lettre associée à l’outil avec la touche
Ó(comme dans Photoshop et Illustrator). Les
fonctionnalités de ces différents outils seront développées au fur et à
mesure de leur découverte dans ce livre.

V escSélection.

ÓPPage.

BRécupération de contenu/ÓBImportation de contenu

TTexte/ÓTTexte curviligne

PPlume/–Plume –

.

/ÓCConversion

FBloc rectangulaire /Bloc elliptique

CCiseaux.

GDégradé.

Note.

HMain (ou défilement).

ÓXPermuter les couleurs.
XFond ou Contour.

WNormal/Aperçu/Fond perdu/
Ligne-bloc/ÓWPrésentation.

/=Plume +

/Bloc polygonal

.

.

.


5

3

4

3


2

Quelques aspects du panneauContrôle.
De haut en bas : optionCaractère optionParagraphe , avec un bloc, un tableau et l’outilPage .

1 23 45

1

le panneauConTrÔle
Il s’agit d’un panneau « contextuel » qui s’avère très
important car il regroupe les fonctions les plus utiles (accessibles
à partir de plusieurs panneaux).

Son aspect varie selon l’outil actif (flèche, texte…) et l’objet
sélectionné (texte, tableau, image…). Le nombre d’icônes
et d’éléments affichés dépend de la taille de l’écran et de
l’option activée dans le panneau (caractère ou paragraphe).

ASTUCE rcis (voir plus
Vouspouvez modifier ces raccou
loin) ou tapez systématiquementÓ¢A [ÓCtrl A] pour
désélectionner et ainsi rendre utilisables† [Ÿ]ouÓ†
[ÓŸ], lorsque vous travaillez dans un texte, sans faire
apparaître de caractère dans le texte.

L’opération s’effectue par le menuFenêtreet la commande
Enregistrer l’espace de travail dusous-menuEspace de
travail. Au clavier, vous pouvez afficher/masquer les
panneaux. Pour tous les masquer temporairement,
tapezTabulation † [Ÿ](attention de désélectionner tout texte) ; les
panneaux réapparaissent en tapant de nouveau† [Ÿ].
Pour cacher tous les panneaux sauf les panneauxOutilset
Contrôle, tapezÓ† [ÓŸ](avec un outilFlècheactif).

NOT un outil présente un petit triangle en bas à Quand
E
droite, c’est qu’il en cache d’autres. Vous pouvez accéder aux
autres outils par∏ clic [Alt clic]sur l’outil affiché.

À l’aide du menu local, le contenu est personnalisable en
fonction de vos besoins (voire de la taille de votre écran).

Le menu local du panneauContrôlepermet de définir l’aspect du
panneau en n’affichant que certains éléments.

Les panneaux
l’affIChage Des panneauX
Le nombre de panneaux affichés est variable. Les
panneaux s’affichent (ou se masquent) avec le menuFenêtre
ou le menuTexte. Comme dans Photoshop ou Illustrator,
quelques panneaux sont disponibles par défaut ; ils sont
affichés de manière réduite et calés contre le bord droit de
l’écran. À l’opposé, on trouve le panneauOutilsune (sur
ou deux colonnes). Quant au panneauContrôle, il se place
sous les menus de l’application. Si vous ouvrez tous les
panneaux pendant une séance, ils s’ouvriront tous lors de la
prochaine utilisation du programme. Vous pouvez
enregistrer leur position à un instant donné de manière à restaurer
l’espace de travail dans un état enregistré.

Cette opération permet de n’afficher que certains
panneaux à un stade du travail et d’autres lors d’une autre
phase de travail.

l’InTerfaCe D’InDesIgn
L
es outILs et Les panneaux

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn
la réorganIsaTIon Des panneauX
Tous les panneaux sont par défaut placés sur une colonne
contre le bord droit de l’écran. On retrouve la même
interface dans Photoshop ou Illustrator (la plupart des panneaux
ont la même icône). Leur taille horizontale est modulable
de manière à ne voir qu’une icône, une icône avec le nom
du panneau ou encore la totalité du panneau. Des petits
triangles() permettent de passer d’une configura- ou
tion réduite à une configuration étendue.

4

Les panneaux alignés
sur le bord droit de
l’écran montrent leur
icône avec leur nom.

ASTUCE Unclic droitsur l’icône d’un panneau donne accès
à un menu local qui permet le regroupement, la fermeture
automatique des panneaux ou l’affichage des préférences.

Quand vous cliquez sur une icône de panneau, celle-ci se
développe pour afficher son contenu. Elle se masque en
cliquant à nouveau sur son icône (ou sur celle d’un autre
panneau). Le panneau ouvert peut présenter plusieurs
onglets selon qu’il a été groupé ou non avec d’autres.

Les panneaux peuvent être développés ou ne montrer que leur
icône pour gagner plus de place.

En effet, certains panneaux sont associés par groupes
de deux ou trois. Vous pouvez modifier ces associations ;
cette opération s’effectue par glissement : une ligne bleue
montre « l’accrochage » du panneau. Celui-ci peut se
réaliser entre deux panneaux, en bas de la colonne ou contre
celle-ci (voire contre le panneauOutils) ; dans ce cas, il y
aura création d’une nouvelle colonne.

ASTUCE Pour q
u’un panneau reste ouvert en permanence,
détachez-le des autres pour le rendre indépendant, ou
placez-le seul sur une colonne et affichez-le de façon étendue
(développée) parclicsur les triangles. Dans les préférences
(rubriqueInterface), vous pouvez définir qu’un panneau
ouvert parclicsur son icône se referme automatiquement.

Vous pouvez également rendre le panneau complètement
indépendant ou fermer celui que vous n’utilisez pas ou
qu’occasionnellement. Pour cela, cliquez sur la croix située
à droite du nom dans l’onglet du panneau ouvert. Si le
panneau que vous fermez fait partie d’un groupe, c’est tout le
groupe qui sera fermé. Par la suite, les panneaux disparus
pourront être réaffichés par le menuFenêtre.

L’environnement
de travail

L’aspect de l’interface

Comme Illustrator ou Photoshop, la couleur de l’interface
peut être modifiée (du clair au foncé) dans les préférences à
la rubriqueInterface(menuInDesignouÉdition).

La Barre de l’application

Dans la version Windows d’InDesign, laBarre de
l’applicationse situe à droite des menus, alors que sur Mac, elle
se trouve sous les menus. Elle comporte différentes séries
d’icônes qui permettent de gérer l’affichage de
l’environnement de travail.

LaBarre de l’application.
l’aCCès ÀbrIDge eTmInIbrIDge
Après l’icône du programme, on trouve l’icônequi
permet une bascule rapide vers Bridge ou Mini Bridge (parÓ
clic). Comme nous le verrons plus loin, Bridge et Mini Bridge
(version réduite de Bridge sous forme de panneau)
proposent de nombreuses fonctionnalités.
les opTIons D’affIChage
Parmi les options disponibles dans laBarre de l’application,
certaines correspondent à des commandes figurant dans
différents menus.

Les taux d’affichage

LaBarre de l’applicationpropose des valeurs
de taux d’affichage (de 5 à 4000 %). On peut
également passer d’une valeur à une autre
avec les touches fléchées (ou la molette de
la souris) une fois que l’on a cliqué dans la
valeur en cours ; on peut aussi saisir une valeur
(qui peut être différente de celles proposées
par défaut).

Les extras

l’InTerfaCe D’InDesIgn
L’
enVIronnement de traVaIL

L’icône donneaccès à une liste d’extras (accessibles
viale menuAffichage), parmi lesquels on trouve l’affichage
des contours du bloc,des règles, des repères, de la grille…

À l’aide de ce menu, on accède
aux extras du menuAffichage.

la présenTaTIon Des DoCumenTs
La disposition des documents

Quand plusieurs documents sont ouverts, il est possible de
modifier leur présentation dans leCadre de l’application
afin de pouvoir les visualiser dans une fenêtre (comportant
éventuellement plusieurs onglets si elle contient plusieurs
documents). Le choix de cette présentation s’effectue dans
le menuRéorganiser les documents delaBarre de
l’application. Celui-ci propose d’autres commandes de
gestion de l’affichage ou encore de création d’une seconde
fenêtre du document actif (Nouvelle fenêtre).

Les documents peuvent être
réorganisés dans plusieurs
fenêtres réparties en colonnes
ou en rangées.
Pour faire un choix, il faut
impérativement cliquer sur
l’icône appropriée.

L’affichage en plusieurs fenêtres juxtaposées s’avère
pratique pour transférer des éléments entre documents ou
pour visualiser, côte à côte, les pages courantes d’un
document et le gabarit de ce dernier en utilisant préalablement
la commandeNouvelle fenêtre (décrite plus loin).

5

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn

6

ASTUCE Afin de passer rapidement d’un affichage sous
forme d’onglets (dans leCadre de l’application) dans
lequel on ne voit qu’un seul fichier, à un affichage par
juxtaposition des documents pour les voir tous, n’hésitez pas,
à l’aide de la commandeRaccourcis clavier dumenu
Édition, à ajouter des raccourcis à ces deux commandes
du menuFenêtre (Fenêtre/Disposition/Mosaïque et
Regrouper toutes les fenêtres). Elles correspondent
respectivement aux icôneset dupanneau de disposition
(visible en entier page précédente).

Les modes de présentation du document

On accède aux modes de présentation du document
par un menu local situé sur laBarre de l’applicationon ;
retrouve ces modes de présentation à l’extrémité inférieure
du panneauOutils.

Ce menu affiche les modes
écran du document.

Le gabarit du document et l’une
des pages courantes affichés par
juxtaposition dans leCadre de
l’application.

Cette icône a permis d’obtenir une
juxtaposition rapide.

ASTUCE Avec les différents modes écran et un
outilSélection actif,les panneaux peuvent être masqués en tapant
Tabulation †[Ÿ]. Pour conserver le panneauOutils
(si aucun autre panneau ne lui est attaché) et le panneau
Contrôlevisibles, tapezÓ† [ÓŸ]. Avec les panneaux
masqués, une bande verticale grise apparaît contre les
bords duCadre de l’application(ou de l’écran) ; son survol
réaffiche les panneaux temporairement.

Examinons les différents modes écran :
Normal
C’est le mode par défaut. Tous les éléments (repères,
contour de sélection, caractères masqués…) sont affichés.
Les objets placés sur le plan de montage autour de la page
sont visibles.
Aperçu (W)
InDesign n’affiche que les objets à l’intérieur de la page
dans un plan de montage gris. Les repères de marge, de
colonnes…, les contours de sélection de bloc et les objets
pour lesquels l’optionNon imprimablea été cochée dans
le panneauOptions d’objetne sont plus visibles. Les
panneaux restent affichés, mais ils disparaissent en
tapantTabulation(†[Ÿ]) et réapparaissent en tapant à nouveau cette
touche. On réactive le modeNormalen tapantW.

ATTENTION Au clavier, on passe du modeNormal au mode
Aperçu en tapantWréciproquement) ; cependant, si (et
l’outilTexte est actif et un bloc sélectionné, vous verrez
apparaître la lettre W dans le texte. Pour pallier ce problème,
vous avez deux solutions : tapez systématiquementÓ¢A
[ÓCtrl A] pourdésélectionner tout élément ; affectez un
raccourci à cette manipulation par la
commandeRaccourcis claviermenu duÉditionla zone du produit (àMenu
Affichage, puisMode écran), par exemple, sur Mac :ctrl W.

Avec le modeAperçules deux suivants), les contours (et
de sélection de bloc deviennent visibles quand on survole
un bloc avec l’outilSélection(en pointillé avec un groupe).
InDesign propose dans ses préférences, (rubriqueInterface)
une option pour désactiver cette surbrillance des contours.

Si cette option n’est pas cochée, InDesign n’affichera pas les
contours lors du survol du bloc (ou du groupe).
Fond perdu
Ce mode est semblable au précédent avec en plus
l’extension de la page jusqu’aux repères de fond perdu définis lors
de la création du document (ou par la commandeFormat
du documentdu menuFichier). Ce mode permet de vérifier
rapidement que les objets respectent l’étalement jusqu’au
fond perdu. On réactive le modeNormalen tapantW.
Ligne-bloc
Ce mode est semblable au modeAperçu aveccette fois
une extension de la page jusqu’aux repères ligne-bloc
définis lors de la création du document (ou par la commande
Format du document dumenuFichier). À partir de ce
mode écran, on réactive le modeNormalen tapantW.

ASTUCE On passe d’un mode d’affichage au suivant dans
la liste (jusqu’au modePrésentation) par∏ clic [Altclic]sur
l’icône du mode actif dans le bas du panneauOutils.

Présentation

Avec ce mode, qui s’active en tapantÓW, la barre de
menus et les panneaux disparaissent, la zone grise est
remplacée par une zone noire ; la page (sans fond perdu) reste
le seul élément visible. Il ne s’agit pas d’un mode de travail
car ici, on ne peut que se déplacer de page en page parclic
avec le curseur devenu(et sion enfonce la touche
Ó). En tapantÓW(ouesc [Échap]) on quitte ce mode pour
revenir au mode qui était actif avant le modePrésentation.

l’InTerfaCe D’InDesIgn
L’enVIronnement de traVaIL

ASTUCE Quandle modePrésentation estactif, si vous
tapez la lettreW, vous ne revenez pas au modeNormal(ou
autre), mais remplacez la zone noire autour de la page par
une zone blanche (white). En tapantG, cette zone devient
grise (grey) et en tapantB, elle redevient noir (black).

les espaCes De TraVaIl mémorIsés
LaBarre de l’applicationhorizontalement quelques liste
espaces de travail. Un menu local() est disponible à droite
du dernier espace de laBarre de l’application. Il
comporte tous les espaces de travail prédéfinis et permet d’en
mémoriser un nouveau ou d’en supprimer(voir ci-après). Ces
espaces englobent la position des différents panneaux, les
raccourcis clavier et l’aspect des menus.

La personnalisation de
l’espace de travail
l’enregIsTremenT De l’espaCe De TraVaIl
La position et le comportement des panneaux sur l’écran
peuvent être enregistrés par le menuFenêtre/Espace de
travailou par le menu local qui apparaît en cliquant sur le
triangle (àdroite du nom de l’espace actif) et qui s’affiche
dans la partie droite de laBarre de l’application. Cette
mémorisation permet de définir différents environnements
de travail, en affichant ou masquant certains panneaux, de
manière à les faire correspondre à diverses phases du travail.
C’est à partir du menu localEspace de travailde laBarre de
l’applicationque vous passerez d’un espace à l’autre. Vous
pouvez même envisager d’affecter un raccourci à chacun
des espaces pour passer plus rapidement de l’un à l’autre.

Par ce menu de laBarre de
l’application, on passe d’un
espace à l’autre.

L’espace peut être enregistré.
Vous pouvez même en créer
plusieurs selon vos différents
types de travaux.

7

InDesIgnCC 2014
Les éLéments de base d’IndesIgn
l’aspeCT Des menus

8

Lors de l’enregistrement de l’espace de travail, une fenêtre
permet d’associer ou non à cet espace une
personnalisation de l’apparence des menus. En effet, en plus de l’ajout
de raccourcis clavier (que nous verrons plus loin), InDesign
offre la possibilité de masquer ou de colorer certaines
commandes des menus afin de les personnaliser.

Cette opération se réalise à partir de la commandeMenus
du menuÉdition. Dans la fenêtre(voir ci-après), vous pouvez
visualiser les différents jeux de menus personnalisés (voire
les modifier) et créer vos propres jeux en modifiant les
commandes des menus ou des panneaux.

Le masquage de certaines commandes permet de créer
des menus plus courts et ainsi de faciliter l’accès aux
commandes qui vous semblent essentielles. De même,
l’affectation d’une couleur permet de repérer plus facilement une
commande que vous utilisez souvent et pour laquelle vous
n’avez pas affecté de raccourci.

Dans ce menuTexte,
on a masqué certaines
commandes (auxquelles
on accède le plus
souvent par raccourcis
ou par le panneau
Contrôle) et on en a
coloré d’autres.

vous avez supprimé des commandes des
ASTUCE Si
menus, celles-ci demeurent accessibles si le menu est
déroulé en enfonçant la touche¢ [Ctrl]. Si vous enfoncez
les touchesÓ∏¢ [ÓAlt Ctrl], toutes les commandes des
menus sont listées par ordre alphabétique.

Comme pour les espaces de travail, vous pouvez faire des
séries de jeux de menus correspondant à des phases de
travail. Par défaut, le programme en propose quelques-uns.

La personnalisation des raccourcis

En plus de la personnalisation des menus, vous pouvez
personnaliser votre environnement de travail en ajoutant
des raccourcis aux commandes qui n’en possèdent pas ou
modifier les raccourcis existants pour les mémoriser plus
rapidement. La plupart des raccourcis font appel à certaines
touches du clavier. Le tableau ci-après rappelle les noms
utilisés dans ce livre et les correspondances entre Mac et PC.

Touche Mac
Commande
cmd ¢
Option (alt)
Majuscule
Ó

Contrôle

Symbole

¢

Ó
ctrl
(= clic
droit)

Touche PC

Ctrl

Alt

Ó

Symbole

Ctrl

Alt

Ó

La touche n’existe pas sur
PC, on utilise le clic droit.

Pour consulter et éditer les raccourcis, dans le
menuÉdition, lancez la commandeRaccourcis clavier : une fenêtre
s’affiche. Vous pouvez visualiser, par liste, les différentes
rubriques et leurs raccourcis. Si vous voulez modifier ou
ajouter des raccourcis qui manqueraient à la liste, InDesign
vous invitera à créer un ensemble qui pourra être
enregistré. Le fichier ainsi créé est placé dans le dossierInDesign
Shortcut Sets (lui-mêmedansPréférences/Adobe
InDesign/Version 9.0 ou 10.0).

Pour créer le raccourci, sélectionnez la commande
souhaitée (si elle possède déjà un raccourci, elle le gardera à
condition qu’il n’ait pas été affecté à une autre commande),
tapez la séquence voulue dans la caseNouveau raccourci,
choisissez le contexte dans le menu local, puis cliquez
surAttribuer.

On choisit la commande, on tape le raccourci et on l’attribue.
Utilisez un contexte pour limiter le raccourci à un domaine.

Certains raccourcis proposés peuvent entraîner des erreurs,
il ne faut donc pas hésiter à les changer ou à affecter un
second raccourci. C’est le cas de celui qui active l’outil
Sélection(Flèche noire) : la lettreV, au lieu d’activer l’outil,
fait apparaître un «v »quand vous êtes en train d’éditer
un texte.

Pour éviter cela, affectez à cet outil la toucheF1. Il en est
de même avec bon nombre de raccourcis qui entrent en
conflit quand vous travaillez un texte (par exemple,Ipour la
pipette,† [Ÿ]pour cacher les panneaux, etc.). Voici donc
quelques propositions de raccourcis (pour Mac) :

Manipulation

Flèche noire

Flèche blanche

Pipette

Texte

Passer deà
(panneauContrôle)

Raccourci (Mac)

F1

F2

ctrl I(ctrl i)

ctrl T

ctrl Aouctrl P

Ancien raccourci

V

A

I

T

∏¢è

ASTUCE Vous pouvez aussi garder les raccourcis existants
et taperÓ¢A [ÓCtrl A] poursystématiquement tout
désélectionner avant de taper le raccourci (cependant, il
faudra resélectionner).

Si vous avez peur de ne pas mémoriser certains raccourcis,
vous pouvez affecter à la commande une série de
raccourcis ayant une touche commune : vous finirez bien par
retenir l’une des combinaisons choisies (il sera alors temps de
supprimer les autres devenues inutiles).

On peut affecter plusieurs raccourcis à une commande.

NOTE raccourcis indiqués dans ce livre sont ceux par Les
défaut. N’hésitez pas à les personnaliser.

La synchronisation des paramètres

InDesign CC propose une fonction de synchronisation de
vos paramètres à l’aide de Creative Cloud. Cette
synchronisation affecte les éléments suivants :
– –Espaces de travail ; Raccourcis clavier ;
– –Ensembles de menus ; Jeux de glyphes.
– Paramètres PDF prédéfinis ;

l’InTerfaCe D’InDesIgn
L’
enVIronnement de traVaIL

Elle permet, lorsque vous utilisez deux ordinateurs, de
conserver facilement les paramètres synchronisés sur les
deux ordinateurs ou, si vous remplacez votre ordinateur, de
réinstaller rapidement ces paramètres avec InDesign.

Pour réaliser la synchronisation, les ordinateurs doivent
être connectés à Internet et à votre compte Adobe
Creative Cloud. En effet, la synchronisation s’effectuevia votre
compte : tous les paramètres sont chargés sur Creative
Cloud, puis téléchargés et appliqués sur l’autre ordinateur.

La gestion de la synchronisation s’effectue à partir des
préférences (menuInDesignouÉdition, puisPréférences/
Synchroniser les paramètres) ou par l’icônesituée en
bas à gauche de la barre d’état du document.

Les options de gestionde synchronisation et son obtention.

Le panneau
affiché par l’icône
de
synchronisation de la
barre d’état.

Si vous modifiez un des éléments suivants : jeux de glyphes,
raccourcis clavier, espaces de travail personnalisés ou
paramètres prédéfinis de document PDF, vous devez lancer
la synchronisation avant de fermer l’application. L’état de
synchronisation est visible en cliquant sur
l’icôneSynchroniser les paramètres () dans la barre d’état (voir ci-dessus).

Des conflits de synchronisation apparaîtront si le système
ne parvient pas à déterminer si vous souhaitez conserver un
paramètre de Creative Cloud ou de votre ordinateur local
(les deux paramètres ayant été modifiés après la dernière
synchronisation). Par exemple, vous modifiez des paramètres
sur votre ordinateur du bureau, puis les synchronisez sur le
cloud, mais, une fois chez vous, vous modifiez ces paramètres
sur votre ordinateur personnel avant de l’avoir préalablement
synchronisé avec le Creative Cloud. Dans ce cas, bien que les
paramètres du nuage et de l’ordinateur personnel soient tous
deux mis à jour, un conflit se produira lors de la
synchronisation : un avertissement s’affichera pour le gérer.

Affichage des conflits
de synchronisation.

9

InDesIgnCC 2014
Les éLéments de base d’IndesIgn

La gestion de l’affichage
les TauX D’affIChage
Vous pouvez régler le taux d’affichage avec une valeur
comprise entre 5 et 4 000 %. Ce réglage peut s’effectuer :
– en tapant une valeur dans la case du taux d’affichage du
panneauContrôle(un menu local propose une série de
valeurs) ;
– en glissant la loupe (avec¢ Espace [Ctrl Espace]) ;
– en tapant plusieurs fois le raccourci d’agrandissement ou
de réduction.

En attendant de mémoriser les différents raccourcis
(d’affichage ou autre), pensez à utiliser les menus contextuels
(clic droit) ; cependant, l’outilFlèchedoit être actif ou, si ce
n’est pas le cas, aucun bloc ne doit être sélectionné.

La partie affichage du menu contextuel.
la naVIgaTIon Dans le DoCumenT
Le déplacement dans un document s’effectue de plusieurs
manières :
– avec l’outilMainaffiché en enfonçant la barreEspace(ou
∏ [Alt]si l’outilTexteest actif) ;
– avec la molette de la souris (avecÓle déplacement est
horizontal).

InDesign propose une option qui permet de se déplacer
dans le document et d’en modifier le taux d’affichage
directement sur le document. En effet, si vous enfoncez les
touches∏[Alt]etEspaceet maintenez le bouton de la
souris enfoncé un instant, InDesign affiche la planche entière
et un rectangle rouge. Ce dernier reste affiché tant que
le bouton est enfoncé (en revanche, les touches peuvent
être relâchées). La taille de ce rectangle définit la zone qui
occupera tout l’écran quand vous lâcherez le bouton de
la souris (il correspond donc au taux d’affichage en cours).
Vous pouvez déplacer le rectangle par glissement
(éventuellement, vers d’autres planches) et le redimensionner à
l’aide des touches fléchées : un agrandissement correspond
à un « dé-zoom », une réduction à un zoom. Dès que vous
relâchez le bouton de la souris, la zone dans le rectangle
occupe la totalité de l’écran.

10

Ce rectangle peut être déplacé, son contenu occupera tout l’écran.

UC
AST E Pour retrouver le zoom incrémenté ou continu
de certaines versions antérieures, vous pouvez utiliser le
script de Marijan Tompa (tomaxxi.com), téléchargeable à
l’adresse :http://expertsgraphiques.free.fr/public/SCRIPTS/
zoomTomaxi.zip.
Il se place dans le dossierScripts/Script panelpro- du
gramme. Une fois lancé, il affichera le panneau ci-dessous :

une nouVelle Vue
La commandeNouvelle fenêtre
(menuFenêtre/Disposition) permet de créer une seconde vue de votre
document. Vous pouvez retrouver cette commande directement
depuis laBarre de l’application: en effet, unclicsur l’icône
affiche un panneau qui montre cette commande.

La nouvelle fenêtre peut avoir un taux d’affichage différent ;
vous pourrez y visualiser un gabarit afin de voir la
répercussion de ses modifications sur les pages courantes. Pour
visualiser côte à côte ces fenêtres, utilisez l’une des
commandesMosaïqueou mieux encore, changez la disposition
des fenêtres à partir de l’une des icônes affichées parclic
sur l’icônede laBarre de l’application.

Par cette icône, on affiche le
panneauDisposition des
documents, puis une nouvelle
fenêtre par cette commande.
On change la disposition par les
icônes du panneau.

2

La gestion du travail

Quelques étapes
dans le travail

De la maquette à la distribution
la préparaTIon papIer
Avant de commencer un travail de mise en pages sur
l’ordinateur, il est préférable d’avoir une idée précise de l’aspect
que devront avoir les pages et même d’en ébaucher un
crayonné sur une feuille de papier. Ce petit travail
préparatoire permet de fixer quelques paramètres tels que la
valeur des marges, les positions des bandeaux de titre, des
illustrations, des légendes, la typographie employée (corps,
police, style, couleurs…), etc. Plus cette préparation papier
est élaborée, plus votre travail sur l’ordinateur sera facilité.

Une maquette crayonnée
permet de fixer les idées.

la mIse en pages
Sur la page affichée à l’écran, vous commencerez par placer
des repères — certains apparaîtront suite à la configuration
du document — ou vous définirez une grille de manière à
refléter l’aspect général de la composition. Ces éléments
constitueront une aide précieuse pour le placement et le
dimensionnement des objets que vous allez réaliser.

la gesTIon Du TraVaIl
queLques étapes dans Le traVaIL

La deuxième étape du travail consistera à disposer sur les
pages les différents blocs de façon à obtenir la mise en
pages voulue. Éventuellement, un bloc pourra être mis en
attente sur le côté de la page pour y subir des traitements
préalables avant d’être incorporé dans la page. Cette étape
comprend différentes phases : création et positionnement
des objets (bloc, trait, dessin…), transformation éventuelle
(rotation, mise à l’échelle…), enrichissement (coloration,
cadre…), etc.
le plaCemenT Des TeXTes eT Des VIsuels
Dans les réserves créées, placez les textes par saisie directe
ou par importation, ou encore par glissement depuis le
panneau de Mini Bridge. De même pour les images : les
plus simples d’entre elles pourront être réalisées avec les
outils de dessin d’InDesign, mais les plus élaborées seront
créées ou traitées dans Photoshop ou Illustrator, puis
importées ou glissées depuis le panneau de Mini Bridge.

À l’aide des
différents repères
de mise en pages,
on place les blocs
et on les remplit
avec les textes et
les images.

11

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn

ASTUCE Les images (et les textes) peuvent être importées
directement sur la page sans préparer de bloc pour les
recevoir : celui-ci sera dessiné avec le curseur d’importation.

les fInITIons

C’est l’étape qui demande le plus de temps, de minutie et
de connaissance des possibilités du logiciel. Elle consiste,
pour les textes, à régler la typographie, à vérifier les
encombrements de textes et leur comportement en présence
d’images ou d’un autre texte… ; pour les images, à affiner
les dimensions, le détourage et l’habillage.

On réalise la finition sur les textes…

…puis sur les
visuels. Ici, on
a ajouté des
ombres aux
photos.

les DIsTrIbuTIons

La distribution classique (papier)

Elle s’effectue souvent sous forme papier par une
impression des fichiers InDesign. Sa préparation nécessitera des
réglages de séparation, de recouvrements de couleurs et la
gestion des fichiers correspondant aux éléments importés
de manière à obtenir une impression de qualité optimale.
InDesign propose toutes les commandes nécessaires à la
mise au point de cette préparation (aperçu de la
surimpression ou de l’aplatissement des transparences, l’assemblage
des données…). L’impression à partir de pages PDF pourra
être envisagée ; celles-ci seront créées selon les
recommandations de l’imprimeur.

12

Une journée

inoubliable

en Champagne

Bayel,
du cris
tal
la citée

e r s 9 h e u r e s 3 0 , a r r i v é e à B a y e l l a
V
c i t é e d u c r i s t a l . L a i s s e z v o u s g u i d e r
à t r a v e r s l a v i s i t e d e l a c r i s t a l l e r i e a v e c s e s
s o u f f l e u r s d e v e r r e , s e s a t e l i e r s e t s o n
m u s é e d u c r i s t a l .

WEa c uhaetau.nidd 1


ois
n repas champen
u
de gourmet


à travers
voya
un ge

au château
les âges
dec
hacenay

V Å V ^W ] [ ^ Q^ ZM b ] V ^ u ZQ\I J TM ZM \W ] Z
E
d a n s le te m p s e n a ssista n t à la v isite
g u id é e d u ch â te a u d e C h a c e n a y. Vo u s se re z
é b lo u is p a r le ch a r m e d e se s d é p e n d a n c e s e t d e
sa ch a p e lle. Vo u s te r m in e re z p a r la v isite d u
m u sé e d u m a n u sc rit d a n s le s c ave s d u ch â te a u .

p r è s l a t r a v e r s é e d ’ u n e p a r t i e d u
A
v i g n o b l e d e l a C h a m p a g n e , v o u s
a r r i v e r e z v e r s 1 2 h e u r e s 3 0 a u c h â t e a u d e
Tarif
C h a c e n a y. D a n s l ’ e n c e i n t e d u c h â t e a u ,
v o u s a p p r é c i e r e z l e s s a v e u r s d e l a r é g i o n .
Menu
U n e d é g u s t a t i o n d e C h a m p a g n e D u m o n d
v o u s s e r a o f f e r t e a v a n t q u ’ o n v o u s s e r v e
u n r e p a s c h a m p e n o i s a u t h e n t i q u e .
Ce prix comprend la visite guidée de la cristallerie, la
visite ilbre de l’écomusée et del a boutique .
Le déjeuner au château avec café et une bouteille de
Champagne pour quatre personnes.Assiette fraicheur
La visite guidée du château et du musée des
o u
<MZZQVM LM ÅTM\ LM KIVIZL OMTuM
manuscrits.

I] ZI\IÅI LM KPIUXIOVM
Ce prix ne comprend pas le transport.
S ivous désirez recevoir plus di’nformations ,merc ide • •
Choucroute de Brienne saumon et crustacés
retourner ce coupon à ’ladresse suivante
au beurre de champagne

:
Jackie et Monique ENFERT
Cuisse de canard laquée au miel des Bruyères,
ou
11 rue des A.F.N.


10210 Maisons les Chaource
jus de pommes à cidre du pays d’Othe

T• •
Je souhaite recevoir une documentation
Fromage du terroir et bouquet de salades
complète sur les journées en Champagne.
T
• •
Je souhaite être joint par téléphone pour
plus d’information.
<IZ\M ÅVM I]` XWUUM[
Nom
:................................................................ ....................
.........................................• •
Organisme
:...............................
Adresse
:...............................................................................Café
Cer epas vouss er aprépar épar Jacik eet Moinqu eENFERT ,
.................................................................................................
trtiaeurs ,orgainstaeurs d erécepiton

.................................................................................................
Téléphone
:...... ..................................................................

W Eau chateau.nidd 2

…on imprime une épreuve.

On contrôle les séparations avant de fournir
les fichiers à l’imprimeur.

V

V

V

A

E

Une journée
A
inoubliable

en Champagne

BAY E L,
L A C IT É E D U C R IS TA L
A
e r s 9 h e u r e s 3 0 , a r r i v é e à B a y e l l a
V
c i t é e d u c r i s t a l . L a i s s e z v o u s g u i d e r
à t r a v e r s l a v i s i t e d e l a c r i s t a l l e r i e a v e c s e s
s o u f f l e u r s d e v e r r e , s e s a t e l i e r s e t s o n
m u s é e d u c r i s t a l .

E

E

UN R E PA S C H A M P E N O IS
D E G O U R M E T

12/0/30 8 :032:03

p r è s l a t r a v e r s é e d ’ u n e p a r t i e d u
A
v i g n o b l e d e l a C h a m p a g n e , v o u s
a r r i v e r e z v e r s 1 2 h e u r e s 3 0 a u c h â t e a u d e
C h a c e n a y. D a n s l ’ e n c e i n t e d u c h â t e a u ,
v o u s a p p r é c i e r e z l e s s a v e u r s d e l a r é g i o n .
U n e d é g u s t a t i o n d e C h a m p a g n e D u m o n d
v o u s s e r a o f f e r t e a v a n t q u ’ o n v o u s s e r v e
u n r e p a s c h a m p e n o i s a u t h e n t i q u e .

La distribution numérique : HTML, ePub,
folio (avec Digital Publishing Suite)

Une fois toutes
les pages
terminées…

10/230/ 8 :0 3:023

UN VO YA G E À T R AV E R S
L E S Â G E S A U C H Â T E A U
D ECH A C E N AY

nÅn vous vivrez un véritable retour
Edans le tem ps en assistant à la visite
guidée du château de C hacenay. Vous serez
éblouis par le char m e de ses dépendances et de
sa chapelle. Vous term inerez par la visite du
m usée du m anuscrit dans les caves du château.

De plus en plus, on trouve des distributions de livre sous
forme électronique (HTML, eBook, ePub…). Ces types
d’exportation pourront être traités directement depuis
InDesign, en respectant certaines règles, mais nécessiteront
le plus souvent des mises au point dans différents logiciels
selon le format envisagé.

Un aperçu dans une tablette (avec différentes orientations).

Des éléments
interactifs ont
été ajoutés.

Les enregistrements et annulations
les enregIsTremenTs
L’une des étapes importantes (et répétitives) du travail est
l’enregistrement du fichier sur le disque. InDesign met trois
commandes à votre disposition :Enregistrer,Enregistrer
sousetune copie Enregistrer. La première commande,
Enregistrer, s’utilise lors de la première sauvegarde: on
vous demandera un nom de fichier et un emplacement
sur le disque. Puis, régulièrement vous mettrez à jour ce
fichier après chaque étape importante du travail en tapant
¢S [Ctrl S]. La deuxième commande,Enregistrer sous,
permet de changer le nom du document ou son dossier
d’enregistrement et de le garder toujours ouvert à l’écran.
La troisième,Enregistrer une copie, est utile pour créer une
copie du fichier que vous ne souhaitez pas afficher à l’écran.

la gesTIon Du TraVaIl
queLques étapes dans Le traVaIL

Les enregistrements sont très importants pour garder des
traces du travail réalisé. InDesign dispose d’une fonction
intéressante ; en effet, si le programme bloque en cours de
travail, votre dernier document s’affiche au redémarrage
d’InDesign (même s’il n’a pas encore été enregistré) dans
un état légèrement antérieur au « plantage ». Le fichier
porte alors la mention Récupéré, qui disparaît lorsque
vous enregistrez le fichier de manière à le mettre à jour
sur le disque. Vous pouvez également revenir à la dernière
version enregistrée.
les annulaTIons
Pour terminer sur l’environnement de travail, rappelons que
les annulations sont multiples dans InDesign. Vous pouvez,
grâce aux deux premières commandes du menuÉdition :
Annuler(¢Z [Ctrl Z]) etRétablir(Ó¢Z [ÓCtrl Z]avec les
raccourcis par défaut d’InDesign), revenir en arrière dans
votre travail ou rétablir une opération qui vient d’être
annulée. La commandeVersion précédente (menuFichier) peut
également constituer une bonne méthode pour revenir en
arrière dans le travail.
l’hIsTorIque DansInDesIgn
Il n’existe pas d’historique dans InDesign, mais la
communauté des développeurs de scripts pour ce logiciel est très
productive, aussi, on trouve des solutions alternatives. L’une
d’elles est payante, il s’agit de l’une des options des Blatner
Tools (dtptools.com) ; l’autre est gratuite, il s’agit de deux
scripts de M. Bravac, modifiés par Harbs (in-tools.com). Je
les ai francisés, puis regroupés dans un panneau
personnalisé avec Adobe Configurator ; ce panneau comporte deux
boutons,Annuler etRétablir, donnant accès à la liste des
opérations à annuler ou à rétablir.

Le panneauHistorique: une fois développé, on clique surAnnuler
(ouRétablir) pour visualiser le panneau qui liste les manipulations.
Pour l’installation, téléchargez le fichier à l’adresse :
http://expertsgraphiques.free.fr/public/SCRIPTS/histo-
rique_panneau.zip. Un fois le fichier dézippé, vous
obtenez un dossier. Double-cliquez sur le fichierhistorique.
zxp(contenu dans le dossier) pour obtenir l’installation du
panneau qui deviendra disponible dans le menuFenêtre,
puisExtensions. Ce panneau peut être intégré dans votre
espace de travail.

13

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn
les InsTanTanés aVeC les eXTraITs(snIppeT)
Si vous souhaitez garder une étape intermédiaire d’une
page lors d’une phase de travail (sorte d’instantané), vous
pouvez créer un extrait en sélectionnant les éléments de
la page et en les glissant sur le Bureau ou dans un dossier
prévu à cet effet. L’extrait pourra être renommé dès qu’il
apparaîtra dans le dossier choisi.

On sélectionne les éléments et on les glisse dans un dossier ou sur
le bureau (on pourra alors renommer l’extrait obtenu).

L’extrait s’obtient également avec la commandeExporter
du menuFichier quipropose un export avec le format
Extrait InDesign(cela donne un fichier d’extension .idms).

Pour récupérer les éléments de l’extrait, il suffit, depuis Mini
Bridge (ou du Bureau), de glisser la vignette de l’extrait sur
la page. InDesign affiche un curseur de placement dont
l’aspect dépend du réglage des préférences d’InDesign (menu
InDesignouÉdition/Préférences/Gestion des fichiers).

14

En effet, si vous avez choisi l’optionEmplacement original,
le curseur prend cet aspect :, et le contenu de l’extrait se
place à l’endroit où il était lors de sa création ; si vous avez
choisi l’optionEmplacement du curseur, le curseur devient
etle contenu de l’extrait se place à l’endroit duclic sur
la page. Dans les deux cas, l’extrait garde sa taille originale.

ASTUCE On passe du curseurEmplacement original
au curseurEmplacement du curseuret réciproque- ,
ment, en enfonçant la touche∏[Alt].

Dans lespréférences, on règle laposition de l’extrait.

NOTE L’extraitpeut être placé en lançant la commande
Importerdu menuFichier.

La mise en place
du document

La configuration du document

Pour commencer un travail, dans le menuFichier lancez
la commandeNouveautapez ou¢ N [Ctrl N]. Une boîte
de dialogue apparaît pour configurer votre composition.
Indiquez certaines caractéristiques des pages que vous
utiliserez : nombre et format, marges… Afin de faciliter
les réglages, vous pouvez choisir un des modes prédéfinis,
Impression,WebouPublication numérique.

NOTE Un aperçu est désormais disponible, il montre
l’impact de vos choix et facilite la mise au point du document.

– Avec le modeImpression, le millimètre devient l’unité
active avec le format A4 et l’orientation portrait.

Le choix d’un
mode définit
l’unité active et
un format de
page.
L’aperçu reflète
ce choix.

la gesTIon Du TraVaIl
L
a mIse en pLace du document

– Avec le modeWeb, c’est le pixel qui devient l’unité par
défaut avec un format de 800 x 600.

Ici aussi, le
mode définit
l’unité active.

– Avec le modePublication numérique, le pixel est
également l’unité par défaut avec un format de page iPad.

Avec ce mode, ce
format de page
est sélectionné et
l’unité active est
le pixel. L’aperçu
reflète ce choix.

15

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn

En dehors du format de page qui est choisi dans le menu
local, vous devez entrer des valeurs dans les différentes
cases. Pour cela :
– cliquez sur le libellé à gauche de la case et tapez
directement la nouvelle valeur (sans préciser l’unité sauf pour
en changer) ;

– utilisez les petites flèches devant la case de valeur. Elles
incrémentent la valeur de 1 (ou de 10 avecÓ) ;

– passez d’une case à la suivante en tapant la touche†
[Ÿ](ouÓ† [ÓŸ]pour revenir à la case précédente).
Vous pouvez aussi taper la valeur ou utiliser les touches
fléchées du clavier pour augmenter ou réduire la valeur
en cours (avecÓ, l’incrément est de 10).

Avant d’entamer tout travail de mise en pages sur
l’ordinateur, il faut avoir une idée globale de votre future
publication (connaître le format des feuilles, les marges, le nombre
de colonnes, etc.). Nous allons à présent passer en revue les
différentes options de configuration du document.

les opTIons Des pages

Le nombre de pages

Vous pouvez définir le nombre de pages de votre
document ; cependant, il sera possible d’en ajouter ou d’en
supprimer à partir de la commandeFormat du document du
menuFichier(∏¢P [Alt Ctrl P]) ou par le panneauPages.

Le numéro de la première page

Par défaut, le document commence par la page n° 1. Vous
pouvez souhaiter commencer par une autre numéro ; par
exemple, par le n° 4 afin que la première planche affichée
soit une double page.

Les pages en vis-à-vis ou recto verso

Cette option permet, lorsqu’elle est activée, d’avoir le recto
et le verso côte à côte. Les rectos correspondent aux pages
impaires, ils se trouvent à droite sur l’écran ; les versos,
pages paires, sont situés à gauche sur l’écran. Cette option
est automatiquement désactivée avec les modesWeb et
Publication numérique.
le formaT De la page
Différents choix de format sont possibles :

– Pour l’impression, les formats courants sont le A4
(210 mm par297 mm,format par défaut) et d’autres
formats standards (Tabloïd, A3, A5…), ou une taille
quelconque (valeur maximale 5 486 mm ou 216 ").

16

– Pour le Web et les publications numériques, les
formats de page correspondent à des tailles d’écran ou de
tablette. Par exemple, le format 1 024 x 768 correspond à
l’écran de l’iPad (ou 1 280 x 800 pour Android).

Dans la boîte de dialogue de configuration du document
(comme dans toutes les boîtes de dialogue), vous pouvez
utiliser différentes unités (le tableau qui suit les récapitule),
ainsi que des opérations sur les valeurs en utilisant les
symboles suivants :+ pourl’addition,– pourla soustraction,
*pour la multiplication et/pour la division.

Unité
Point

Pica

Pouce

Symbole Valeuren mm
pt1 pt = 0,353 mm

Centimètre

1 p = 4,233 mm
p
(ou 12 pt)
1 po = 25,4 mm
po
(ou 72 pt)
cm1 cm = 10 mm

Remarque
On peut écrirepsuivi
du chiffre (p12 = 12 pt).
2p6 = 2 picas
+ 6 points.

Tapez :po,pouceou".

Tapez :cm.

L’orientation de la feuille s’effectue d’après les valeurs des
casesLargeur etHauteur, mais également en cliquant sur
le bouton correspondant à l’orientation voulue. Si vous
utilisez souvent un même format avec une orientation
particulère, vous pouvez enregistrer le format en déroulant la liste
des formats jusqu’à l’optionFormat de page personnalisé.

Pour tous les modes, la
dernère option permet
d’enregistrer un format
personalisé de page
(taille et orientation).

On peut enregistrer un
format de page (avec une
orientation) pour le retrouver
plus rapidement dans le
menuFormat de pagede la
fenêtreNouveau document.

le bloC De TeXTe prInCIpal
Quand vous cochez cette option, InDesign place dans la
page de gabarit un bloc de texte aux dimensions du
rectangle d’empagement défini par les marges et les colonnes
(voir ci-après). Ce bloc de texte principal est utilisé (de
manière transparente) lorsque vous importez un texte long
et que vous placez ce texte sur la page en cliquant sur
celleci avec la toucheÓenfoncée : il y a chaînage du texte vers
de nouvelles pages même si le document n’a pas été
configuré avec plusieurs pages (sans la toucheÓ, le texte ne
« coule » pas vers les autres pages).

Ligne-bloc.

Gouttière.

Marge de tête.

la gesTIon Du TraVaIl
L
a mIse en pLace du document
les marges
Les marges sont définies depuis les bords de la feuille et
sont très importantes pour l’équilibre et l’aération de la
page. Elles permettent de définir un rectangle
d’empagement dans lequel vous placerez les éléments de la mise en
pages. Dans le cas d’une publication numérique de type
folio destiné principalement aux iPad, par exemple, les
marges sont définies de manière à ce que les éléments de
la page ne soient pas cachés par les éléments de navigation
du lecteur dans la tablette (barre de navigation, menus,
ascenseur…). Dans le cas de l’ePub (publication HTML), ces
marges seront ignorées lors de l’exportation du document.

En fonction de l’option d’affichage des pages en vis-à-vis ou
non, les casesPetit fondetGrand fond, qui correspondent
respectivement à la marge de reliure et à la marge
extérieure, prennent les nomsGaucheetDroite.

Quelles que soient les valeurs entrées, vous pourrez
disposer des objets dans les marges, par exemple une photo à
fond perdu. Par défaut, les valeurs sont de 1/2 pouce, soit
12,7 mm.En cliquant sur l’icône(qui devient alors),
toutes les marges deviennent identiques.

Repère de colonne.

Marge de pied.

Fond perdu.

Marge de petit fond
(ou gauche).

Marge de grand
fond (ou droite).

17

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn

les Colonnes

Vous pouvez définir le nombre de colonnes de votre
publication (par défaut 1), ainsi que la gouttière (ou espace) entre
chaque colonne. InDesign placera des repères de colonne
dans lesquels vous pourrez par la suite dessiner ou placer
des blocs de texte (ou d’image).

Une fois toutes les options choisies, avant de cliquer sur
OK, contrôlez les différents éléments à l’aide de l’aperçu qui
affiche la page à la taille maximale pour l’écran. Vous
pouvez y voir les repères de marge en magenta et les repères
de colonne en violet. Les repères de marge constituent un
rectangle (empagement). Sur les côtés verticaux de la page
sont superposés les repères de colonne (voir plus loin la
description des repères).

L’aperçu reflète les
réglages et évite
les erreurs.

les réglages Du fonD perDu eT
De la Zone De lIgne-bloC
Le fond perdu définit la zone dans laquelle les objets
doivent déborder au-delà des bords du format de la page
pour assurer une rogne correcte lors de la fabrication de
la publication (la valeur est comprise entre 3 et 5 mm). Les
zones correspondant au fond perdu sont marquées par des
filets rouges.

18

La zone de ligne-bloc définit un espace dans lequel vous
placerez des informations (marques de pliure, date de
modification et nom du fichier gérés par des variables de
texte…) ou des instructions pour l’imprimeur (selon les
options d’exportation, cette zone est conservée lors de
l’export en PDF).

Tous les éléments (ou parties d’éléments) situés dans ces
zones disparaissent quand le document est rogné à sa taille
finale. Pour les définir, cliquez sur le triangle devantFond
perdu et ligne-blocet saisissez les valeurs souhaitées dans
les champs correspondants. Les zones correspondant aux
lignes-blocs sont marquées par des filets bleus. Ici aussi,
l’aperçu permet un contrôle des réglages.
la mémorIsaTIon Des réglages
Si vous créez souvent des documents ayant la même
configuration (même nombre de pages, même format de
page…), vous pouvez enregistrer chacun de ces formats de
document depuis la fenêtreNouveau document (parclic
sur l’icône) ou encore depuis le menuFichier,
puisParamètres prédéfinis du documentet enfinDéfinir.

En cliquant ici, on peut mémoriserles réglages et obtenir des
paramètres prédéfinis.

Dans le premier cas, le format enregistré aura la
configuration active (et le nom spécifié dans la fenêtre
d’enregistrement).

Dans le second cas, vous pourrez préparer plusieurs
formats prédéfinis qui deviendront visibles dans le sous-menu
Paramètres prédéfinis du documentdu menuFichier. Les
configurations enregistrées seront également disponibles
dans le menu localDocument prédéfinihaut de la du
fenêtreNouveau.

Les formats prédéfinis de document sontlistésici.

Quand vous créez un nouveau document, InDesign affiche
la fenêtreNouveau documentavec les derniers paramètres
prédéfinis utilisés (ceux par défaut, si vous n’en avez pas
mémorisés). Pour ne pas afficher la fenêtre de configuration,
vous pouvez taper le raccourci∏¢N [Alt Ctrl N].
la reConfIguraTIon Du DoCumenT
Si vous vous êtes trompé dans la configuration du
document, vous pouvez en modifier le format par le menu
Fichier et la commandeFormat du document. la Dans
fenêtre de dialogue qui s’affiche, vous aurez accès au
format de la page et à son orientation, au nombre de pages et
aux repères de fond perdu ou ligne de bloc. Pour modifier
les marges, il faudra opérer différemment comme cela sera
indiqué un peu plus loin.

Par le menuFichier/Format dudocument, on affiche ceci.

Les repères et les grilles

Les repères et les grilles offrent une aide précieuse à la mise
en place des éléments sur la page. En effet, ils constituent
non seulement un guide visuel, mais, grâce à leur
magnétisme, ils facilitent également le positionnement des objets.

la gesTIon Du TraVaIl
L
a mIse en pLace du document
les DIfférenTs Types De repères
Dans la page, InDesign propose trois types de repères : les
repères de marge (en magenta), les repères de colonne
(en violet) et les repères de règle (en cyan par défaut mais
modifiables à volonté,voir plus loin). À ces repères s’ajoutent,
si vous avez coché l’optionBloc de texte principal, les
lignes des blocs principaux (elles ont la couleur du calque,
par défaut bleu clair) et les repères commentés (de couleur
verte) qui apparaissent lors de la construction de blocs ou
lors de leur positionnement.
les lIgnes Des bloCs Types
Ces lignes ne sont pas magnétisées. Elles sont cachées
sous les repères de marge et ne deviennent visibles que si
vous modifiez (menuPage) ou masquez (menuAffichage
ou menu contextuel) les repères de marge. Ces lignes
délimitent le bord du bloc présent dans la page gabarit ; ce
dernier ne peut être modifié ou effacé dans une page
courante que s’il a été rempli. En effet, il ne s’agit pas de repères
mais d’un bloc de texte visible dans le gabarit qui s’affiche
viale panneauPages(ouF12). Ce bloc (ou ces blocs dans
le cas d’un document recto verso) a été obtenu lors de la
configuration du document en cochant l’optionBloc de
texte principal. Rappelons que ces blocs, aux dimensions
du rectangle d’empagement, sont utilisés dans les pages
courantes lors du placement automatique d’un texte.
les repères De marge
Les repères de marge définissent le rectangle
d’empagement ; ce dernier a les dimensions de la page, moins celles
des marges. Il détermine les dimensions du bloc de texte
qui sera créé quand vous cliquerez sur la page avec l’icône
de placement de texte importé.

Pour les modifier, lancez la commandeMarges et colonnes
dans le menuPage. Une fenêtre de configuration s’affiche
pour définir les nouvelles valeurs de marge. Si vous
effectuez cette opération dans la page courante, elle n’affecte
pas les autres pages ; en revanche, si vous modifiez les
marges à partir des pages de gabarits (affichées par un
double-clicsur leurs icônes dans le panneauPages), toutes
les pages courantes subiront les modifications. S’il y a un
bloc de texte principal dans la page de gabarit, il devra être
redimensionné séparément.

Dans cette fenêtre, on peut modifier les valeurs de marge.

19

InDesIgnCC 2014
L ’Id
es éLéments de base dn esIgn
La fenêtreMarges et colonnescomporte une
optionActiver l’ajustement de la mise en pages ; celle-ci permet un
meilleur repositionnement des éléments déjà présents sur
les pages quand vous en changez les marges. Pour que
certains alignements soient mieux respectés, les blocs doivent
être entourés de repères.
les repères De Colonne
Lors du placement automatique d’un texte, ces repères
provoquent l’écoulement du texte de colonne en colonne ;
cependant, le bloc démarre à la hauteur et depuis la
colonne où s’est effectué leclic, sauf si le Bloc de texte
principal a été défini à la configuration du document. Les
repères de colonne peuvent être manipulés à partir de
la commandeMarges et colonnes dumenuPageun —
changement des valeurs de marge entraîne un
changement des largeurs de colonnes, mais, si le texte a déjà été
placé, seuls les repères, et non pas les blocs, sont modifiés.
En déverrouillant les repères de colonne (menu contextuel
ou menuAffichage/Grilles et repères), vous pouvez les
manipuler directement sur le document par glissement des
lignes violettes (gouttières ou bords de colonne) et
visualiser leurs coordonnées dans le panneauContrôle.

On déverrouille les repères
de colonne par ce menu
contextuel pour le manipuler.

Ces manipulations permettent d’obtenir des colonnes de
largeur différente. Comme cela a été signalé, il conviendra
de les effectuer dans les gabarits si vous souhaitez voir le
changement dans toutes les pages courantes, mais aussi
d’adapter, puis de créer les blocs aux largeurs des colonnes.

On glisse les repères de colonne. On adapte le bloc et on en crée un.

20

ASTUCE retrouver les colonnes égales, lancez la Pour
commandeMarges et colonnes(menuPage) : le nombre
de colonnes est remplacé par « personnalisé » ; utilisez les
triangles pour rétablir le nombre initial de colonnes.

les repères De règle

Vous pouvez les obtenir de deux façons : par
programmation à partir de la commandeCréer des repèresdu menu
Pageou manuellement par glissement depuis les
graduations des règles pour un placement parallèle à la règle (ou
double-clicsur une graduation pour un placement
perpendiculaire au niveau de cette graduation). Avant de voir
comment les créer, examinons quelques propriétés.

Les propriétés des repères
Couleur et affichage des repères

Placés de manière paramétrée ou manuelle, les repères
apparaissent en couleur cyan ; vous pouvez changer cette
dernière à partir de la commandeRepères de règle du
menuPage. Ces réglages ne s’appliquent que sur les futurs
repères ; cependant, ils peuvent être spécifiés par repère
comme nous le verrons plus loin. La fenêtre permet de
définir à partir de quel taux d’affichage (Seuil) les repères
ne doivent plus être visibles ; cependant, si des repères ont
déjà été positionnés avec un seuil inférieur à celui que vous
programmez, ils resteront visibles même si le taux
d’affichage devient inférieur au seuil que vous avez fixé.

Les calques de repères

Cette valeur indique sous quel
taux les repères disparaissent.
Ces options ne s’appliquent
qu’aux repères sélectionnés ou
aux futurs repères placés.

Une fois déverrouillés, les repères de règle sont
manipulables à volonté (déplacement, copie, effacement…). Vous
pouvez créer un calque spécial pour les y placer. Pour
cela, depuis le panneauCalques, cliquez sur l’icône
en enfonçant la touche∏ [Alt] demanière à nommer le
calque (repères ou guides, par exemple). Par la suite, vous
pourrez cacher son contenu (donc les repères) en cliquant
sur l’œil() en regard du nom du calque, ou le verrouiller
en cliquant dans la case de la seconde colonne (le signe
apparaîtra).Pour continuer à travailler, il faudra activer
un autre calque en cliquant sur son nom dans le panneau
Calques. Vous pouvez aussi utiliser les options de calque
pour cacher ou verrouiller les repères sur un calque donné.

ASTUCE que déverrouillés, les repères placés sur un Bien
gabarit restent inaccessibles sur les pages courantes. Pour
sélectionner un repère du gabarit, à l’instar d’un bloc type,
enfoncez les touchesÓ¢ [Ó Ctrl]et cliquez sur le repère :
il apparaît alors avec la couleur du calque.

L’obtention paramétrée des repères

Si vous lancez la commandeCréer les repèresmenu du
Page, une fenêtre apparaît et permet de créer une grille
de montage qui découpe votre document de façon à
faciliter la création de blocs ou les placements d’objets. Cette
grille de lignes et/ou de colonnes est définie à partir des
bords (gauche et droit) de la page ou des bords de marge
(optionAux margesoula page À). En cochantAperçu,
vous contrôlez le positionnement de cette grille.

Cette commande permet de
créer une grille de repères (ici,
la gouttière des rangées est
nulle pour obtenir des zones
horizontales équivalentes).

Si vous relancez cette commande pour modifier un premier
réglage, cochez l’optionSupprimer les repères de règle
existants; vous pouvez aussi ajouter un autre calque pour
recevoir les nouveaux repères. Les repères de colonne qui
apparaissent avec cette commande n’ont aucune influence
sur le flux de texte lors de son placement automatique ; ils
ne constituent qu’une aide (magnétisée) à la mise en pages.

L’obtention manuelle des repères

Pour placer les repères manuellement, les règles doivent
être affichées. Leur placement s’obtient pardouble-clicdans
les graduations de la règle, ou par glissement depuis les
graduations jusqu’à l’endroit voulu. Avec cette technique, vous
obtiendrez un meilleur contrôle du placement en consultant
le panneauContrôle. Il existe quelques contraintes pour ce
placement, le tableau suivant les résume.

Touche

Ó

¢ [Ctrl]

∏¢
[Atl Ctrl]

∏ [Atl]

Contrainte sur le repère
Le repère se place sur une valeur juste
des graduations.
Le repère devient long et s’affiche sur la
double page (c’est le repère de planche).
En partant du croisement des graduations,
on obtient un croisement de repères.
Le repère vertical devient horizontal
ou inversement.

la gesTIon Du TraVaIl
La mIse en pLace du
document

Si les repères ont été déverrouillés (Verrouiller les repères
non cochée dans le menuAffichage/Grilles et repèresou
menu contextuel), un repère qui vient d’être placé (encore
sélectionné) peut être positionné en entrant ses
coordonnées dans la case X ou Y du panneauContrôle. Les
coordonnées sont définies à partir de l’origine des règles, qui par
défaut coïncide avec l’angle supérieur gauche de la page.
Pour déplacer l’origine, faites glisser la case de croisement
des règles à l’endroit voulu ; pour changer les unités, affichez
le menu contextuel dans les graduations de la règle.

ASTUCE le panneau DansContrôle, quand un repère est
sélectionné, on passe d’un repère à l’autre en cliquant sur
l’icône (ou).

Les manipulations de repères
La sélection des répères

Pour être manipulé, un repère (déverrouillé) doit être
sélectionné en cliquant dessus (l’outilFlèche devientou
quand le repère est pointé) ou en traçant avec l’outilFlèche
un cadre qui ne touche pas de blocs. Cependant, s’il a été
placé sur le gabarit, sa sélection sur la page courante n’est
possible que si vous enfoncez les touchesÓ¢[Ó Ctrl]et
cliquez sur le repère ; il apparaîtra alors avec la couleur du
calque et ne fera plus partie du gabarit.

Afin de sélectionner les repères pour les manipuler
(supprimer ou répartir), vous pouvez utiliser un petit script réalisé
par Harbs (in-tools.com) que j’ai francisé. Il est disponible
sous la forme d’un fichier zippé à l’adresse suivante :http://
expertsgraphiques.free.fr/public/SCRIPTS/SelectionRe-
peres.zip. Une fois dézippé, le fichier .jsx qu’il contient
(SélectionRepères.jsx), doit être glissé dans le dossier des
scripts ; celui-ci s’affiche à partir du panneauScripts (menu
Fenêtre) parclic droit surl’un des scripts pour afficher la
commandeFaire apparaître dans le Finder.

Les couleurs des repères

Avec le script SélectionRepères.jsx,
ce panneau s’affiche et permet une
sélection rapide des repères.

Quand un repère est sélectionné (ou qu’il vient juste d’être
placé depuis les règles), vous pouvez changer sa couleur
par la commandeRepères de règle affichéeparclic droit
(menu contextuel). Cette couleur ne sera visible qu’une fois
le repère désélectionné.

21

InDesIgnCC 2014
Les éLéments de base d’IndesIgn

Les déplacements et copies

Un repère d’une page courante peut être sélectionné (seul
ou avec d’autresvia Ó, s’ils ne sont plus verrouillés) en vue
d’être déplacé ou copié. Ce déplacement (avec ou sans
copie) s’effectue de multiples façons :
– par glissement pour un déplacement ;
– par la commandeDéplacer les repères (affichée parclic
droitou pardouble-clicsur l’outilSélection) ;
– par le panneauContrôle (pourune copie, validez en
tapant∏ ‚ (Entrée) [Alt ‚ (Entrée)]) ;
– par copier-coller s’il doit être placé sur une autre page
(ou un autre document de même format ; il y apparaîtra
à la même position que dans sa page d’origine).
La suppression des repères

Un repère sélectionné s’efface en tapant la toucheEfface.
Pour les supprimer tous, utilisez la commande
correspondante du menuAffichage, puisGrilles et repères
(obtenue également parclic droit dansles règles). Pour effacer
tous les repères de la planche, effectuez unclic droitdans
les règles (ou sur la page, sans élément sélectionné) et
lancez la commandeSupprimer tous les répères sur la
planche. Pour ne supprimer que les horizontaux (ou les
verticaux), utilisez le script indiqué précédemment et tapez
la toucheEfface.

Les répartitions de repères

Quand plusieurs repères sont sélectionnés, le panneau
Contrôle propose deux icônes de répartition verticale
et horizontale. Elles peuvent se réaliser entre les repères
eux-mêmes, entre les marges ou entre les bords de page.
Selon le cas, effectuez les opérations suivantes :

– Pour répartir entre les repères : sélectionnez les repères ;
dans le menu local() du panneau, choisissez l’option
Aligner sur la sélection ouet cliquez sur l’icône
:le repère le plus à gauche et celui le plus à droite
gardent leur position, les autres se répartissent entre les
extrêmes.

– Pour répartir entre les marges : sélectionnez les repères,
dans le menu local() du panneau choisissez l’option
Aligner sur les margesou :et cliquez sur l’icônele
repère le plus à gauche se place contre la marge gauche,
celui le plus à droite contre la marge droite et les autres
se répartissent entre les marges.

– Pour répartir entre les bords de page (ou de planche),
utilisez l’optionAligner sur la page (ouplanche), les
repères sélectionnés se répartiront alors contre et entre
les bords de la page (ou de planche).

22

NTE L’optionAligner sur l’objet cléne s’utilise que pour
O
gérer l’espacement entre les repères(voir ci-après).

Les espacements de repères

Pour définir un espacement entre les repères, cochez
l’optionUtiliser l’espacement, saisissezune valeur
d’espacement dans la case devenue active, choisissez la
référence d’alignement (marges, page…) du menu local() et
cliquez sur l’icône de distribution voulueou .

Pour espacer des repères par rapport à un repère
particulier, choisissez l’optionAligner sur un objet clé ;une fois
les différents repères sélectionnés, cliquez sur celui qui doit
conserver sa position afin de le définir comme objet clé (il
devient bleu et l’optionUtiliser l’espacement s’active), puis
cliquez sur l’icôneou :l’espacement s’effectue en
déplaçant les repères sélectionnés sauf l’objet clé.

Comme pour les blocs, on peut définir
des critères pour répartir les repères
sélectionnés.

les grIlles
InDesign met à votre disposition deux grilles. La première
joue le rôle de papier millimétré, c’est la grille du
document ; la seconde a une fonction typographique, c’est la
grille de ligne de base : elle permet les alignements des
lignes de texte (dans un bloc ou sur les pages). Nous
l’étudierons dans la partie consacrée à la typographie car il
s’agit d’un attribut de paragraphe. Pour afficher la grille du
document, lancez la commande correspondante du menu
Affichagedu menu contextuel (s’il n’y a pas d’objet ou
sélectionné).

Par le menu contextuel,
on peut afficher les
grilles d’InDesign.

Un quadrillage couvre l’écran, il se positionne en fonction
de l’origine des règles et deviendra millimétré en fonction
des réglages. Pour replacer l’origine à sa position initiale,
effectuez undouble-clicdans le croisement des règles. La
grille se place à l’arrière-plan des objets présents sur la page
mais peut être mise au premier plan (menuAffichage ou
menu contextuel).

La grille du document.

Le paramétrage de cette grille s’effectue avec la commande
Grilles des préférences (menuInDesign ouFichier). En
effet, une fenêtre permet de choisir la couleur et le pas —
espace entre deux lignes qui se règle séparément
horizontalement et verticalement —, ainsi que le nombre de
subdivisions. Pour obtenir un vrai papier millimétré, entrez une
valeur de 10 mm pour le pas et de 10 pour les subdivisions.

Le paramétrage de la grille.

Vous ne visualiserez correctement les graduations que si
le taux d’affichage est suffisamment grand ; dans le cas
contraire, les graduations seront placées selon des multiples
des valeurs de paramétrage.

Dans tous les cas, son magnétisme agit sur les lignes de
subdivision affichées ou non (à condition que l’option ne
soit pas désactivée dans le menuAffichage).

la gesTIon Du TraVaIl
L
a mIse en pLace du document

Les deux grilles (de ligne de base et du document) exercent
un magnétisme aussi bien lors du placement ou de la
création de blocs, que de celui de repères. Le magnétisme de la
grille du document est débrayable à l’aide de la commande
Magnétiser la grilledu menuAffichage. Lors d’un traçage
de bloc, le signeindique que le magnétisme de la grille
ou des repères est actif. Dans le cas de la grille du
document, le magnétisme reste actif même si la grille est cachée.
les repères CommenTés
Les repères commentés sont très pratiques pour mettre
en évidence de façon temporaire des dimensions, des
alignements, des espacements… d’objets pendant que
vous créez ou faites glisser l’objet. Ces repères sont actifs
par défaut, ils peuvent être désactivés au clavier en tapant
¢U [Ctrl U]ou par le menuAffichage/Grilles et repères. Ils
apparaissent en vert, mais cette couleur peut être modifiée
en affichant les préférences à la rubriqueRepères et table
de montage. Des repères de marge (en magenta) peuvent
également apparaître quand un alignement, par exemple
avec le centre des marges, est obtenu.

Par défaut, les repères commentés s’affichent en vert.

Les dimensions commentées

Des indications de dimensions s’affichent lorsque vous
créez un élément sur la page. Lors d’une rotation, un axe,
un angle et une valeur d’angle s’affichent pour vous faciliter
l’opération.

En dessinant l’objet, on voit
ses dimensions. Ici, le trait
vertical indique l’alignement
avec le centre des marges.

Pendant une rotation, des
éléments s’affichent pour
faciliter le travail.

De même, lorsque vous créez ou redimensionnez un objet
situé à côté d’un autre objet, un segment doté d’extrémités
fléchées s’affiche pour vous indiquer la coïncidence entre la
largeur ou la hauteur de l’objet adjacent.

Ces flèches indiquent
que l’objet en cours de
création a la hauteur
de celui déjà présent.

23

InDesIgnCC 2014
Les éLéments de base d’Indes
Ign

Les alignements commentés

Les options d’alignement intelligent des objets facilitent le
positionnement des objets par rapport au centre ou aux
bords d’un élément de page. En plus du magnétisme qu’ils
exercent sur les objets, les repères commentés indiquent
de manière dynamique l’objet en cours de positionnement.

Les espacements commentés

Cette fonction vous permet de disposer plus facilement des
éléments de page, grâce à l’affichage de repères
temporaires indiquant la position dans laquelle l’espacement entre
les objets est régulier.

24

Les flèches indiquent
l’alignement et l’égalité
d’espacement entre les
objets en place et celui
déplacé.

Les étiquettes de position

Le curseur affiche, dans un cadre gris, les coordonnées X
et Y lorsque vous déplacez des objets, les valeurs L et H
lorsque vous les redimensionnez(voir ci-après), ou bien une
mesure lorsque vous appliquez une rotation. Vous pouvez
activer ou désactiver ces étiquettes grâce à
l’optionAfficher les valeurs de transformation de la
rubriqueInterfacedans les préférences.

L’étiquette affiche les nouvelles valeurs du bloc.

De la même façon, lors du placement d’une image, si vous
créez le bloc à la volée, une étiquette de taille en
pourcentage apparaîtra lors du glissement du curseur de placement
(les valeurs s’afficheront avec l’unité active en enfonçant la
toucheÓ). Nous reparlerons de ces options dans la partie
du livre consacrée au placement d’images.

Le travail avec
des calques

La gestion des calques
la DémarChe De TraVaIl
Comme Illustrator et Photoshop, InDesign offre la possibilité
de travailler par superposition de calques. Certains d’entre
eux pourront recevoir les textes avec, dans le cas d’une
composition multilingue, un calque par langue ; sur d’autres
calques, vous placerez les illustrations; sur d’autres, les
repères et sur d’autres encore, les éléments types…

Vous aurez la possibilité de verrouiller ou de masquer les
calques sur lesquels vous ne travaillez pas. La gestion des
plans, des sélections et, d’une manière générale, du
travail de mise en pages s’en trouvera simplifiée. La plupart
des manipulations de calques s’effectuent à partir du
panneauCalques.

Le panneauCalques.

l’ajouT D’un nouVeau Calque
Il s’effectue en cliquant sur l’icônesituée en bas du
panneauCalques; l’emploi de certaines touches du clavier
augmente les possibilités. Le tableau suivant les résume.

Clic suravec :

Aucune touche

∏ [Alt]

¢ [Ctrl]

∏¢ [Alt Ctrl]

Ó¢ [ÓCtrl]

Ó∏¢ [ÓAlt Ctrl]

Particularités
Nouveau calque au-dessus du calque
actif avec nom et couleur imposés.
Nouveau calque au-dessus du calque
actif et affichage des options.
Nouveau calque sous le calque actif.
Nouveau calque en dessous du calque
actif avec affichage des options.
Nouveau calque au premier plan de
tous les calques.
Nouveau calque au premier plan avec
affichage des options.

la gesTIon Du TraVaIl
L
e traVaIL aVec des caLques

Vous ne pouvez travailler que sur le calque actif, repéré par
une petite plumeà droite de son nom. En revanche, il est
possible de sélectionner plusieurs calques en même temps
(parÓclics s’ilsse suivent dans la liste et¢clic [Ctrl clic]
dans le cas contraire), en vue d’en modifier les options ou
l’ordre de superposition ou encore les fusionner.
les opTIons Des Calques
Certaines options, comme le choix du nom, de la couleur
de sélection (c’est-à-dire des contours du bloc) et l’état des
repères ne peuvent se régler qu’en affichant la fenêtre
d’options par undouble-clicle nom du (ou des) calque(s) sur
sélectionné(s).

Les options du
calque actif.

D’autres options comme l’affichage, le verrouillage… se
manipulent par le menu du panneau ou encore par les
icônes ou cases situées à gauche du nom du calque du
panneau ; le tableau suivant les récapitule.

Touche

∏ ¢T
[Alt Ctrl T]

Affi∏ch [aAglte]

Aucune
touche

rrouillage
∏ [Alt]
Ve

Case cliquée

(

(

)

)

Effet sur les calques

Masquer/Afficher
le calque.

Masquer/Afficher les
autres calques.

Verrouiller/Déverrouiller
le calque.

Verrouiller/Déverrouiller
les autres calques.

NOTE Si le calque est masqué, l’icôn
e de l’œil est insivible à
gauche du nom du calque mais elle apparaît grisée pour les
éléments qu’il contient (objet, sous-calque…).

25

InDesIgnCC 2014
Les éLéments de base d’IndesIgn

Les types de calques

On distingue plusieurs types de calques : les calques
classiques (par défaut, il y en a un nommé Calque 1) qui vont
contenir tous les éléments, et les calques-objets (dont le
nom est entre < et >), qui renferme un objet tel qu’un texte,
un bloc image, une ligne ou encore un groupe (lui-même
constitué de calques-objets). Les noms des calques-objets
sont liés à leur contenu. Dans le cas d’un bloc de texte, le
nom correspond au début de la saisie ; dans le cas d’un bloc
image, c’est le nom du fichier du visuel importé.

Les calques classiques ;
le Calque 2 a été ajouté.

Quelques exemples d’objet et leur
calque correspondant.

Les calques-objets.

Les deux types de calques ont sensiblement les mêmes
propriétés au niveau de l’affichage et du verrouillage.
Cependant, les manipulations seront réalisables depuis le
menuObjet et,dans le cas du verrouillage d’élément, un
cadenas apparaîtra sur l’objet dans la page.

Sur la page, un cadenas apparaît
sur le bloc d’un élément verrouillé.

26

ASTUCE Il est possible de changer le nom d’un
calqueobjet, mais l’opération ne se réalise pas pardouble-clic. Il faut
d’abord activer le calque-objet en cliquant sur son nom,
puis cliquez une seconde fois sur le nom pour qu’il
apparaisse en surbrillance : on peut alors saisir l’intitulé voulu.

On peut changer l’intitulé
d’un calque-objetpar deux
clics(espacés) sur son nom.

Le travail sur calques

la CréaTIon D’objeT
Avant de créer un objet, si le document comporte plusieurs
calques, activez celui sur lequel vous souhaitez placer
l’objet. Pour cela, cliquez sur le nom du calque afin de faire
apparaître une plumeà droite de son nom : elle indique
le calque actif. Si l’objet que vous venez de dessiner ou
d’importer ne se situe pas sur le bon calque, transférez-le
sur le calque voulu(voir ci-après).
les séleCTIons sur les Calques
Dès que vous sélectionnez un objet, le calque qui le
contient s’active et un carré coloré apparaît en regard du
nom. Si plusieurs objets appartenant à différents calques
sont sélectionnés, plusieurs carrés colorés apparaîtront.

Cet objet sélectionné appartient à ce calque, ce carré coloré
l’indique. La couleur correspond à celle des contours du bloc.

Pour sélectionner tous les objets d’un calque, enfoncez la
touche∏ [Alt]et cliquez sur son nom : des carrés colorés
apparaîtront en regard des noms des objets sélectionnés
si le calque est développé (parclic sur). ParÓ∏ clic
[ÓAlt clic], vous pouvez ajouter des sélections (ou les
soustraire) et sélectionner le contenu de plusieurs calques.

On a sélectionné le contenu du
calque par∏clic [Altclic]sur le
nom du calque.

À partir du panneauCalques, il est possible de sélectionner
un élément de la page parclic droitsur le nom de l’objet.
InDesign propose également de l’afficher sélectionné au
centre de l’écran en utilisant la commandeSélectionner et
ajuster un élément. Ces commandes sont disponibles dans
le menu local du panneauCalquesmais dans ce cas, vous
devez d’abord cliquer sur le nom de l’objet dans le panneau
Calquespour avoir accès à ces commandes.

Avec cette commande, on sélectionne et on affiche l’objet
(on peut lui affecter un raccourci).
les repères eT les Calques
Quand vous placez des repères, ils appartiennent au calque
actif. Vous pouvez les masquer ou les verrouiller,
indépendamment de l’état du calque, à partir des options du
calque. Pour faciliter les manipulations des repères, vous
pouvez aussi les placer sur un même calque et le nommer
« repères ».
les TransferTs enTre Calques
Le déplacement d’une sélection d’objets vers un calque

Un bloc appartenant à un calque peut être transféré (ou
copié) vers un autre calque. Ces opérations sont utiles
lorsqu’un objet n’a pas été créé sur le bon calque ou
lorsque vous avez travaillé sur plusieurs objets d’un même
calque et que leur gestion devient trop délicate. Il devient
impératif de répartir les objets sur différents calques que
vous aurez pris soin de créer.

Quand l’objet est sélectionné, un carré coloré s’affiche dans
le panneauCalquesà droite du nom du calque contenant
la sélection. Pour transférer l’objet, glissez ce carré sur le
nom du calque de destination (vous verrez) ;dès que
vous relâchez, l’objet change de calque, son cadre de
sélection ou son tracé prennent la couleur du nouveau calque. Il
se place au premier plan de ce calque mais peut être glissé
pour être positionné selon un plan particulier(voir ci-après).

STUC
AE Si le calque vers lequel vous souhaitez transférer
un objet est verrouillé ou masqué, enfoncez la touche¢
[Ctrl]le glissement, cela évitera d’avoir à déver- pendant
rouiller ou réafficher le calque (dans le cas d’un calque
masqué, l’objet disparaîtra une fois transféré).

la gesTIon Du TraVaIl
Le traVaIL aVec des caLques

La copie d’une sélection d’objets vers un autre calque

Pour obtenir la copie d’une sélection d’objets, pendant son
transfert, enfoncez la touche∏ [Alt]). Pour(vous verrez
réaliser des effets de superposition de photos normales
et éclaircies, vous pouvez faire des copies par glissement
de calque.

Les manipulations de calques

Les manipulations s’organisent à partir du panneauCalques
mais certaines d’entre elles peuvent être réalisées à partir de
leur menu local : duplication, suppression, fusion…
le ChangemenT De l’orDre De superposITIon
Dans le panneau, le calque (ou calque-objet) situé en haut
de la liste correspond à l’élément au premier plan. En le
glissant dans la liste, vous pouvez modifier l’ordre d’affichage
des objets qui se superposent ou se chevauchent. Pour
obtenir le nouvel ordre, glissez le nom de l’élément (calque
ou objet) et amenez-le devant ou derrière le calque voulu.
Pour déplacer plusieurs calques, sélectionnez-les par¢ clic
[Ctrl clic](ouÓclic).

NOTE Cette manipulation est sans effet si les objets sont
dans un groupe ancré dans un texte (nous examinerons ce
type d’objet plus loin dans le livre). Dans ce cas, le
changement d’ordre s’effectuera par le menuObjet/Disposition.

la DuplICaTIon De Calque
Pour copier un calque, glissez son nom sur l’icônedu
panneauCalques. Le calque est copié avec son contenu, il
apparaît au-dessus du calque d’origine.
la fusIon Des Calques
Cette commande permet de convertir un ensemble de
calques en un seul contenant tous les objets. Pour obtenir
la fusion, sélectionnez les calques à fusionner en cliquant
(avec¢ clic [Ctrl clic] ouÓclic) sur leur nom. Une fois la
sélection des calques réalisée, activez le calque de
destination de la fusion en cliquant sur son nom (la
plumes’affichera à droite du nom), et lancez la commandeFusionner
les calquesdans le menu local du panneau.

NOTE Quand vous groupez des objets (menuObjet), ils
passent sur le même calque (celui contenant l’objet le plus
au premier plan).

27

InDesIgnCC 2014
Les éLéments de base d’IndesIgn
la suppressIon D’un Calque
La suppression d’un calque par glissement surentraîne
celle des objets qu’il contient ; un message vous l’indique,
sauf si vous effectuez l’opération avec la touche∏ [Alt]
enfoncée. Le menu du panneauCalques
comporteégalement une commande qui permet la suppression des
calques vides.
les Calques eT l’eXporTaTIonpDfpouraCrobaT
Lors de l’exportation du document InDesign, si vous
choisissez le format Acrobat 6 ou + (PDF 1.5 ou +), une option
permet de conserver la structure des calques d’InDesign. Dans
Acrobat, vous pourrez alors afficher ou masquer certains
calques et, ainsi, imprimer plusieurs versions d’une mise en
pages à partir d’un seul document.

28

Les calques d’InDesign récupérés dans Acrobat. On peut y définir
leur visibilité (ou leur impression).

PARTIE2

Le travail des objets

1 - La gestion des objets
2 - L’enrichissement des objets et les styles d’objet

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets
1 -La gestion des objets

Dans ce chapitre, nous allons aborder la gestion des objets sous tous ses aspects : depuis leur création, leur retouche, leur
manipulation (déplacement, copie ou transformation…), leur remplissage, leur coloration, jusqu’à leur gestion par des styles d’objet.

Le dessin des objets

Les types d’objets
les bloCs eT les fIleTs
Dans InDesign, on distingue quatre types d’objets
(également appelés blocs): les blocs de texte, les blocs d’image,
les blocs sans contenu et les traits ou filets. À n’importe
quel moment, il sera possible de passer d’un type à l’autre
(sauf pour les traits) et ceci de différentes manières: par
le sous-menuContenu dumenuObjetpropose trois qui
choix (disponibles également dans le sous-menu du menu
contextuel) ;lors d’une importation, la sélection d’un bloc
déjà rempli entraînera sa conversion dans le même type
que l’élément importé.
les ouTIls De DessIn
Vous disposez de nombreux outils pour dessiner les blocs:
un outilp, un pour les ovales (ouour les rectangles
ellipses) ,un pour lespolygones et étoiles, deux outils
de dessin libre (plumeet crayon), un pour les traits,

sans oublier l’outilTexte aveclequel il est possible de

tracer des blocs de texte rectangulaires.

La création de blocs géométriques
les formes sImples: reCTangles eT oVales
Pour créer un bloc rectangulaire (ou ovale), sélectionnez
l’outil() ou(). Amenez-le sur la page et glissez-le
pour dessiner l’objet voulu (ses dimensions s’affichent avec
les repères commentés).

30

À la création du bloc, les
dimensions s’affichent.

Tout objet dessiné avec les outils de création de graphiques
de type bloc de contenu non attribué(est doté, …)
d’attributs (contour noir 1 pt par défaut) et du style d’objet
[Bloc graphique standard]alors que les blocs d’image ou
blocs de texte(en sont systématiquement dépour-, )
vus, c’est le style[Sans]qui leur est affecté.

Les contraintes du traçage

Si vous n’avez pas relâché le bouton de la souris, en
enfonçant certaines touches, vous pouvez déplacer le bloc, le
transformer en carré (ou en cercle), etc. ; cependant, il ne
faudra relâcher cette touche qu’après avoir relâché le bouton
de la souris. Le tableau ci-après indique les manipulations
possibles ; elles sont communes à Photoshop et Illustrator.
Touches utiliséesAction sur le bloc
EspaceDéplacement possible.
∏ [Alt]Centrage du bloc.
ÓBloc carré ou circulaire.
Ó∏ [ÓAlt]Centrage du bloc carré.

ASTUCE Si, au lieu de glisser, vous cliquez sur la page (avec
ou sans∏ [Alt]), une fenêtre permettra de spécifier les
dimensions du bloc qui va être créé.

Les créations multiples

En cliquant avec l’outil
de création et∏ [Alt]
enfoncé, on affiche la boîte
de dialogue pour régler les
dimensions du bloc.

Directement par glissement, InDesign permet de créer
plusieurs blocs identiques et d’obtenir une grille de blocs.

La gestion du nombre de blocs

Pour réaliser la série de blocs, commencez par dessiner le
premier bloc avec l’outil désiré mais ne relâchez pas le
bouton de la souris, tapez une ou plusieurs fois la toucheFlèche
à droitepour obtenir une série de blocs horizontaux,Flèche
vers le hautpour une série verticale, ou successivement les
deux pour créer une grille de blocs. Pour réduire le nombre
de blocs obtenus, tapez la flèche opposée (Flèche à gauche
ouFlèche vers le bas).

En une seule étape, on crée une série de trois blocs.
La gestion de l’espacement
Les blocs apparaisssent avec un espacement
correspondant à la gouttière définie lors de la création du document
(fenêtreNouveau document) ou dans la fenêtreMarges et
colonnes du menuPage.

Dans cette fenêtre oudans celle-ci, la gouttière définit l’espace
entre les blocs.

Tant que vous n’avez pas relâché le bouton de la souris,
l’espacement peut être modifié. Pour cela, enfoncez la touche
¢ [Ctrl] ettapez une ou plusieurs fois la toucheFlèche à
droite(ouà gauche),Flèche vers le haut (ouvers le bas).
Pour modifier en même temps l’espace vertical et
horizontal, utilisez seule la touchePageDownouPageUp.

ASTUCE Pour définir un espacement différent de celui en
cours pour les prochaines créations multiples, vous pouvez
modifier les valeurs de gouttière de la fenêtreMarges et
colonnes du menuPage ;cependant, n’effectuez cette
opération que si ne vous ne travaillez pas dans un document
en colonnes.

L’utilisation des repères

la gesTIon Des objeTs
Le dessIn des objets

Dans la page, les repères de marge (ou de règle) sont
visibles. Vous pouvez mettre à profit leur présence pour
dessiner un bloc. En effet, quand vous placez l’outil de
dessin() sur le repère, son changement d’aspect() indique
la superposition avec le repère (s’il est magnétisé); de
même, lors du glissement de l’outil jusqu’à un autre repère,
le magnétisme des repères permet d’arrêter précisément le
glissement de l’outil sur le repère choisi.

Inversement, si la présence d’un repère vous gêne pour
positionner librement un bloc que vous allez créer, vous
pouvez désactiver le magnétisme temporairement en
enfonçant la touchectrl [Ctrl] pendantque vous dessinez
le bloc. Le magnétisme est réactivé quand vous relâchez
la touche.

Les réglages de position et de dimensions

Quand vous placez l’outil sur la page, vous pouvez repérer
ses coordonnées dans le panneauContrôle. De même,
pendant le traçage, vous contrôlez la taille du dessin dans
ce panneau (ou par l’étiquette grise des repères
commentés). La précision augmente avec le taux d’affichage. Quand
le bloc est dessiné, vous pouvez régler ses dimensions et sa
position (par rapport à l’origine des règles) à l’aide du
panneauContrôle(ou du panneauTransformation).

Avant d’entrer des valeurs dans les casesX,Y,LetH, il est
nécessaire de définir un point de référence sur l’objet en
cliquant sur l’un des neuf points visualisés dans l’icône
, située à gauche dans le panneauContrôle. En effet, les
coordonnées du bloc sont définies d’une part par rapport à
ce point de référence, et d’autre part c’est ce point qui reste
fixe quand vous changez les dimensions de l’objet.

Pour activer une case, cliquez sur son intitulé (X,Y,LouH)
et saisissez directement la nouvelle valeur (elle remplacera
l’ancienne). Passez d’une case à la suivante (ou à la
précédente) en tapant†[Ÿ] (ouÓ†[ÓŸ]). Dans chaque
case, vous pouvez employer n’importe quelle unité ou % et
faire des opérations sur les données (+, –, *, /). Quand une
valeur est saisie, n’oubliez pas de la valider en tapant‚
(Entrée) pour l’appliquer à l’objet ; pour la tester et garder la
case active, tapezÓ ‚.

ASTUCE Si vous n’avez pas cliqué sur l’icône, vous pouvez
cependant conserver les proportions du bloc (rapport L/H),
en saisissant la valeur de L (ou H), puis en validant par¢‚
[Ctrl ‚]. InDesign adapte la valeur de H (ou L) pour
conserver le rapport L/H constant (il y a homothétie). Pour obtenir
une copie, ajoutez la touche∏ [Alt]lors de la validation.

31

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets

Les rectangles arrondis

Ils ne s’obtiennent pas directement: une fois le rectangle
dessiné, lancezOptions d’arrondisdu menuObjetet choisissez
l’optionArrondis. Saisissez une valeur et contrôlez l’aspect
avec l’aperçu.

L’arrondi peut être identique à chaque angle (option par
défaut) ou différent si vous cliquez sur le maillon pour qu’il
apparaisse brisé. Les effets d’arrondis peuvent être définis à
partir du panneauContrôleou encore manuellement à partir
d’un carré jaune qui apparaît quand le bloc est sélectionné
avec l’outilSélectionreparlerons de ces options avec (nous
les enrichissements de bloc).

Le changement de contenu

Par la commande du
menuObjetou par
le panneauContrôle,
on règle les angles
du bloc.

Quand le bloc est dessiné, il apparaît sélectionné. Vous
pouvez passer d’un type de bloc à l’autre à l’aide de la
rubriqueContenumenu contextuel du(voir ci-dessous)
ou par le menuObjet. En effet, le sous-menuContenu
propose trois options:Image,TexteetNon attribué(sans
contenu). Quand vous changez le type du bloc, celui-ci
conserve ses attributs de coloration.

Vous pouvez obtenir un bloc de texte à partir d’un bloc
d’un autre type en cliquant simplement dessus avec l’outil
Texte. De même, lors d’une importation, le bloc sélectionné
prend le type correspondant à l’élément importé.

32

les bloCs De TeXTe aVeC l’ouTIlTeXTe
Quand vous souhaitez saisir un texte, vous devez
obligatoirement sélectionner un bloc à cet effet et activer l’outil
Texte. Si aucun bloc n’est disponible, utilisez cet outilTexte
pour le créer; en effet, celui-ci se manipule par glissement
comme dans le cas d’une création avec l’outilRectangle.

À l’issue du traçage, le point d’insertion clignote en haut
du tracé, vous pouvez alors commencer la saisie. Par
glissement et avec les touches fléchées, vous pouvez réaliser
une création multiple ; dans ce cas, les blocs seront chaînés
automatiquement, c’est-à-dire que le texte coulera de bloc
en bloc de gauche à droite, puis de haut en bas.

En utilisant les touches fléchées, on a créé troisblocs ; ceci indique
qu’ils ont été chaînés.

ATTENTION Si vous dessinez le bloc sur un bloc de texte déjà
présent, le curseur devient(et non pas). Il faut
commencer à dessiner à l’extérieur du bloc, puis, sans relâcher
la souris, ramener le tracé à l’endroit voulu en enfonçant la
toucheEspace.

Ici, on ne crée pas
de bloc, onactive
celui-ci.
Alors que là,on
peut créer un bloc,
puis le déplacer
avecEspace.

les formes polygonales:polygones eT éToIles
InDesign propose deux formes particulières de tracé: des
polygones et des étoiles. Avant d’utiliser cet outil, vous
pouvez le configurer pour qu’il dessine des polygones ou des
étoiles, en effectuant undouble-clic.l’outil ou dans
Une fenêtre s’affiche : par défaut, elle propose un polygone
à six côtés (hexagone).

Pardouble-clic, on définit
s’il s’agit d’un polygone
ou d’une étoile.

Pour dessiner des polygones autres que des hexagones,
ne changez que le nombre de côtés. Pour dessiner des
étoiles, réglez le nombre de côtés (il sera égal au nombre
de branches de l’étoile) et la valeurMarge en étoile. Cette
dernière définit le rayon intérieur de l’étoile en réduction par
rapport au rayon extérieur. Par exemple, une valeur de 50 %
donnera un rayon intérieur égal à la moitié du rayon
extérieur ;une valeur de 100 % donnera un rayon nul. Pour créer
le bloc, glissez l’outil sur la page ; si vous enfoncez la touche
Ó, le polygone (ou l’étoile) s’inscrit dans un carré.

Pardouble-clicsur l’outilPolygone, on accède à des réglages,
on peut ainsi dessiner des étoiles.

Il est possible de modifier le nombre de côtés et la valeur de
marge manuellement. Pour cela, tapez une ou plusieurs fois
la toucheFlèche vers le hautouvers le bas(pour le nombre
de côtés) etFlèche à droiteouà gauche(pour la marge).

Si l’utilisation de ces touches provoque des créations
multiples et non pas le changement de nombre de côtés ou la
marge, tapez une fois la toucheEspacepour passer dans le
mode d’édition du polygone. Tapez à nouveau cette touche
pour revenir dans le mode créations multiples et changer le
nombre de blocs avec les touches fléchées. Dans ce mode, il
devient alors possible de gérer l’espacement entre les
polygones ou les étoiles, l’opération se réalise comme pour les
autres types de blocs (avec¢ [Ctrl]et les touches fléchées).

Le dessin à la plume

Le travail de la plume est le même que dans Illustrator ; il
permet deux types de tracés: rectilignes et curvilignes. Les
premiers s’obtiennent en dessinant parclicssuccessifs, alors
que les seconds se dessinent par glissement de la souris. Le
tracé obtenu peut être ouvert et constituer un filet ou être
fermé pour recevoir un texte ou une image.
les TraCés reCTIlIgnes
Les tracés créés avec la plume peuvent être ouverts
(segment simple ou ligne brisée) ou fermés (polygones). Pour
créer un tracé rectiligne, cliquez à différents endroits de
la page: InDesign place un point d’ancrage à chaque
clic etles relie par une ligne. Pour arrêter le tracé,
enfoncez la touche¢ [Ctrl] etcliquez sur une zone vide de la
page (vous pouvez aussi cliquer sur l’outilPlumeou
changer d’outil).

Voici le principe en cinq images :

1

3


2

On active l’outil, on clique : unpoint
apparaît ; on s’écarte…


4

la gesTIon Des objeTs
Le dessI s ob
n dejets

…on clique, un trait apparaît ; on s’écarte,
on clique, un autre trait apparaît…

5

…on arrête par¢ clic [Ctrl clic]
ou en changeant d’outil.

Pour obtenir des traits verticaux, horizontaux ou multiples
de 45°, cliquez en maintenant enfoncéeÓ. Pour fermer un
tracé, amenez la plume sur l’origine du tracé (elle change
d’aspect )et cliquez dessus. La plume redevient.

ASTUCE Pendantle traçage, il faut cliquer pour placer un
point. Si, au lieu de cliquer, vous pressez sans bouger la
souris, le point apparaît et vous pouvez alors changer sa position
en maintenant la toucheEspaceDès que vous enfoncée.
relâchezEspace, vous devez relâcher le bouton de la souris
(ou ne plus la déplacer) sous peine de créer une tangente.

les aspeCTs De la plume
Quand vous utilisez la plume, son aspect vous renseigne sur
sa fonction en cours (voir le tableau ci-après).

Aspect


ou

Fonction de la plume
Prête à dessiner (pour créer un nouveau
tracé).
En cours de traçage.
Sur une extrémité (pour reprendre).

Sur l’origine du tracé (pour fermer).

33

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets
les TraCés Courbes
Ils s’obtiennent par glissements successifs de la plume et
non plus par desclics. Chaque segment d’une courbe est
défini par deux points d’ancrage ; entre ces derniers, le tracé
peut prendre des allures différentes. Les tangentes créées
en ces points lors du traçage indiquent la direction du tracé
au voisinage de chaque point.

L’allure de ces tracés est liée à l’orientationet à la
longueur des lignes directrices ou tangentes.

Pour obtenir ces points d’ancrage, appelés inflexions ou
points lisses, il ne faut pas cliquer aux différents points,
mais glisser dans la direction que doit prendre la future
courbe. En effet, quand vous glissez la souris, InDesign crée
une tangente dont vous pouvez changer l’orientation et la
longueur à volonté. C’est plus tard que le tracé apparaîtra
(quand InDesign reliera les points d’ancrage).

Voici le principe en quelques images :

1 2

A

B

Pour créer un segment entre
AetB: enA, on glisse la souris
pour créer une tangente.

3

A

B

EnB, on glisse la plume pour
créer une tangente.

A

On relâche et on place
la plume enB.

4

B

Quand on relâche, le tracé
apparaît, on peut alors aller
créer un autre point (enC).

C

Comme pour les traits rectilignes, pour arrêter le tracé sans
le fermer, enfoncez la touche¢ [Ctrl], écartez la plumedu
tracé et cliquez sur l’écran: la plume reprend l’aspect. En
revanche, pour fermer un tracé courbe, approchez la plume
du premier point du tracé (elle devient), glissez-la sur le
point pour faire apparaître les tangentes, puis relâchez quand
le tracé a l’aspect voulu.

34

ASTUCE Quand vous glissez la plume et que les tangentes
apparaissent, comme dans Illustrator, vous pouvez déplacer
le point d’ancrage en enfonçant la toucheEspace; dès que
vous relâchez cette touche, ce sont les tangentes que vous
modifiez à nouveau. De plus, pour obtenir des tangentes
orientées selon un angle multiple de 45°,
enfoncezÓpendant la modification des tangentes.

les TraCés aVeC sommeTs
Dans un tracé, on peut distinguer trois types de points
d’ancrage : les points simples, les inflexions (ou points lisses)
et les sommets (ou points anguleux). Chacun d’eux possède
des propriétés différentes.

Les points simples: ils sont obtenus avec l’outilPlumepar
unclic— un rectangle en contient quatre. Ce type de point
d’ancrage ne comporte pas de tangente.

Les inflexions: elles donnent un tracé aux courbures
régulières et plutôt arrondies (sans cassure). Elles s’obtiennent par
glissement de l’outilPlume; une ellipse en comprend quatre.

Les sommets: ils indiquent un changement de direction
(cassure) dans le tracé. Les tangentes ne sont pas alignées. Il
n’est pas possible d’obtenir directement un sommet avec la
plume. Il faut impérativement passer par une inflexion pour
avoir deux tangentes, puis changer l’orientation de l’une
d’entre elles par conversion.

Voici les détails de la méthode permettant d’obtenir le tracé
ABCci-dessous, le pointBest un sommet :

C
On désire créer ce tracé
avec un sommet enB.
A
B
1.Commencez par tracer le segmentAB. Quand la ligne
directrice enBdevient visible, enfoncez la touche∏ [Alt]
et glissez la souris pour réorienter la ligne directrice.

1

A

B

On crée le segmentAB,
avec ses lignes directrices enB.

2.Quand la ligne directrice a la direction voulue, relâchez la
souris et la touche∏ [Alt]: le segmentABse colorie et la
plume redevient, prête à poursuivre le dessin.

2
Avec∏ [Alt], on réoriente
la ligne directrice…
A B

Si vous n’êtes pas familiarisé avec le maniement de la plume,
vous pouvez, dans un premier temps, dessiner par desclics
successifs pour créer un polygone, puis, dans un second
temps, effectuer des retouches sur le tracé, c’est-à-dire
convertir les pointes pour adoucir les angles du tracé (voir
plus loin les retouches de tracé) ou utiliser le crayon, dont nous
allons examiner le principe dans les paragraphes qui suivent.

… on la glisse pour créer
la tangente.

B
B A
A
…on clique enB(suppression du point directeur), puis enC.

Si vous désirez poursuivre un tracé ouvert (pour le fermer,
par exemple), il faut impérativement partir d’une extrémité
de ce tracé et glisser la plume sur cette dernièrepour faire
apparaître des tangentes. Quand la plume() est placée
sur une extrémité, elle devientmême si les points du
tracé ne sont pas sélectionnés.

ASTUCE Si vous placez la plume sur une extrémité de tracé,
elle devientpour vous indiquer que le tracé se prolonge.
Si vous souhaitez démarrer un nouveau tracé indépendant,
enfoncez la toucheÓpour que la plume devienne.

La combinaison : droites et courbes

On veut créer le tracéABCci-dessous, la partieABest
rectiligne,BCest curviligne, voici la méthode en images.

Cette icône permet de
fermer un tracé ouvert.

On relâche et on place la plume enCpour la glisser
de nouveau et créer une inflexion.

uPathfinder,une icône : propose
NOTE Lepannea
pour fermer un tracé ouvert. On retrouve cette possibilité
avec l’optionFermer le tracé(menuObjet/Tracés).

Par glissement, on a créé
le point d’inflexion enC.

A


2

On veut dessiner le tracéABCla figure n° 1 ci-dessous. de
La partieABest curviligne, la partieBCest rectiligne, voici la
méthode en images.

C

De la courbe à la droite

La fermeture d’un tracé

On place la plume sur
l’extrémitéB…

A

C

B


2

la gesTIon Des objeTs
Le dessIn des objets

…on a relâché, onpeut alors
aller créer un autre point enC.

1

A

le TraVaIl Du TraCé
Le prolongement d’un tracé

3.Placez la plume enC poury créer un nouveau point :
glissez la souris pour dessiner les lignes directrices de la
nouvelle inflexion. Quand vous relâchez, le tracé se
dessine entreBetC.

3
C

L’aspect de la plumeindique s’il y aura continuité dansle tracé.

35

Pour obtenir la fermeture d’un tracé en cours, amenez la
souris sur l’origine du tracé (le curseur devient) : il y aura
fermeture si vous cliquez ou glissez la souris sur ce point. Si
vous enfoncez la touche∏ [Alt]et glissez la plume sur le
point de fermeture, vous obtiendrez un sommet (une
tangente indépendante apparaîtra).

B

4

A

On trace la courbeAB
par glissements…
4

C

C

3

C

C

B

On veut dessiner
ce tracéABC.

B

A


1

B

C

B

C

ASTUCE Sivous souhaitez que le pointB possèdedeux
tangentes (afin de pouvoir modifier ultérieurement la partie
BC), au lieu de cliquer surB, enfoncez la touche∏ [Alt] et
glissez la plume dans la direction deCpour faire apparaître
une tangente, puis cliquez enC.

3

A

De la droite à la courbe

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets

Le dessin au crayon
le prInCIpe Du DessIn
Pour activer l’outilCrayon, appuyez surN. Pour dessiner,
glissez sur la feuille, le crayon affiche un() :un tracé
*
pointillé apparaît, il se transforme en tracé continu dès que
vous relâchez le bouton de la souris. Ce tracé comporte des
petits carrés colorés (ce sont les points d’ancrage du tracé)
et l’intérieur du tracé se remplit de la couleur de fond
définie dans le panneauOutilsdans le panneau ouCouleur;
le contour prend l’aspect défini dans le panneauContour.
les réglages De l’ouTIlCrayon
L’aspect du tracé dépend du réglage de l’outil. En effet,
avant de commencer à dessiner, il convient de régler les
préférences du crayon (on y accède par undouble-clicsur
l’outil). La fenêtre des préférences comporte deux
catégories de réglages: la première,Tolérances, concerne l’aspect
du tracé, la seconde,Options, définit le comportement du
tracé et du crayon une fois le dessin terminé.

Les réglages pourles retouchesdu tracé.

L’aspect du tracé

Les réglages d’aspect.

Les réglagesFidélitéetLissageprédéterminent la précision
du tracé. Si la fidélité est faible, le tracé comporte beaucoup
de points de manière à être le plus proche possible du
chemin réellement suivi par le crayon, alors qu’avec une valeur
forte, le tracé s’en éloigne davantage et apparaît simplifié
avec des courbures adoucies.

De gauche à droite :Fidélité0, 2,5, 10 et 20.Lissage: 0, 0, 50 et
100. En pointillés, le chemin réellement suivi par le crayon.

36

Les réglages pour les retouches du tracé

Dans les préférences de l’outilCrayon, si l’optionConserver
la sélectionest cochée (elle l’est par défaut), le tracé réalisé
reste sélectionné, ce qui est indispensable pour le
retravailler en glissant à nouveau le crayon dessus, l’outil prend
l’aspect suivant: .Cependant, ceci n’est possible que si
Modifier les tracés sélectionnésest également cochée.
nouVeau TraCé ou reTouChes aVeC le Crayon?
Quand un tracé est sélectionné et l’option Modifierles
tracés sélectionnés despréférences de l’outilCrayon est
cochée, vous pouvez changer son aspect en repassant le
crayon lelong du tracé: un nouveau tracé remplacera
automatiquement le précédent. En opérant plusieurs
passages, vous pouvez ajuster l’aspect du dessin jusqu’à obtenir
l’effet souhaité.

ATTENTION glissement du crayon doit impérativement Le
démarrer à proximité du contour du tracé (le crayon perd son
x) et s’arrêter à un autre endroit mais toujours sur ce contour.
Si vous relâchez hors du tracé, une partie de ce dernier risque
de disparaître. Entre deux glissements, vous pouvez changer
le réglage du crayon (pour lisser davantage, par exemple).

les TraCés mulTIples rapproChés
Si vous souhaitez créer un second tracé proche du
premier, vous devez désélectionner le dernier tracé. Pour cela,
enfoncez la touche¢ [Ctrl]: une etcliquez hors du tracé
fois la touche relâchée, le crayon redevient.

Pour réaliser des tracés très proches les uns des autres,
décochez l’optionModifier les tracés sélectionnés afin
que l’outilCrayonactif reste() et ne dessine que de
nouveaux tracés sans retoucher celui qui vient d’être réalisé.
Il est possible de trouver un compromis en choisissant la
distance à partir de laquelle le crayon en « mode retouche »
se désactive au profit du crayon en «mode dessin». Cette
distance se définit dans la caseDans les limites de dans
l’optionModifier les tracés sélectionnés.
les TraCés fermés
Pour obtenir une coloration correcte d’un objet, son tracé
doit être fermé. Pour fermer lors de la création, enfoncez
∏ [Alt], le crayon devient, amenez-le alors sur le point
de départ du tracé. Si vous relâchez la souris avant le point
d’origine, InDesign ferme le tracé par une ligne droite.

NOTE Commeindiquéprécédemment, le panneau
PathfinderUnl’icône . proposeclicpermet de dessus
fermer un tracé par un segment droit. L’optionFermer le
tracé(menuObjet/Tracés) offre la même possibilité.

le prolongemenT D’un TraCé
Pour prolonger un tracé, il n’est pas utile de le sélectionner.
Amenez le crayon près d’une extrémité: quand il devient
(sans ),commencez à glisser le crayon, il y aura
prolon*
gement du tracé. Si le tracé n’était pas sélectionné, il
n’apparaîtra pas sélectionné à l’issue de l’opération.
le raCCorDemenT De DeuX TraCés
Pour relier deux tracés, inutile de les sélectionner : dessinez
depuis une de leurs extrémités,puis enfoncez la touche¢
[Ctrl]et glissez le crayon (devenu) sur une partie du second
tracé à raccorder: dès que vous relâchez la souris, les deux
tracés sont reliés et ne forment plus qu’un seul tracé ouvert. Pour
fermer ce tracé ouvert, vous devez maintenant partir d’une
des extrémités du tracé ouvert, puis, quand le tracé
apparaît, enfoncer la touche∏ [Alt](le crayon se transforme en
) et rejoindre l’autre extrémité.

On glissele crayondepuis une
extrémité de l’un des tracés.

Quand on lâche,lestracés
sont reliés, on a obtenu un
seul tracé (ouvert).

On enfonce¢ [Ctrl]et on glisse
jusqu’à l’autre tracé.

Pour le fermer, on glisse cette
fois depuis une extrémité,
puis on enfonce∏ [Alt].

l’effaCemenT D’un TraCé
Pour effacer un tracé que vous venez de terminer (encore
sélectionné), tapez la toucheEf face oulancezAnnuler
(menuÉditionou¢ Z [Ctrl Z]).
les préférenCes Des TraCés
Avant de créer un bloc avec la plume, le crayon ou un des
outils de dessin de forme vectorielle (rectangle, ellipse…),
définissez certaines caractéristiques du futur tracé (sauf
pour les blocsqui demeurent toujours sans fond
ni contour). Pour cela, activez l’outilFlèche noire(en tapant
V, par exemple), désélectionnez tous les tracés et définissez
dans le panneauOutils, le panneauCouleurle panneau et
Contourles attributs des futurs tracés.

la gesTIon Des objeTs
Le dessIn des objets

Il est possible d’englober dans ces attributs de coloration
d’autres réglages du panneauEffets(tels que l’ombre portée,
la transparence, le contour progressif…) ainsi que l’Habillage
(menuFenêtre/Habillage de texte).

Le dessin de traits ou de filets

Les traits ou filets s’obtiennent à partir de trois outils:
Plume,Crayon etTrait. Ce dernier ne crée que des
tracés ouverts et bénéficie d’options par l’ajout de certaines
touches du clavier :
Touches utiliséesAction sur le trait
EspaceDéplacement possible.
∏ [Alt]Centrage du trait.
ÓTrait selon un angle multiple de 45°.
Ó∏ [ÓAlt]Centrage et angle multiple de 45°.

Avant d’entamer le dessin du trait (quel que soit l’outil),
désélectionnez tous les tracés (en tapantÓ¢A [ÓCtrl A])
et réglez l’aspect du futur dessin dans le panneauContrôle
ouContoursi vous souhaitez ajuster certaines options des
traits (extrémité, sommet, type…). Ces réglages
deviendront les réglages par défaut des futurs dessins.

Les conversions de formes et de traits
les ConVersIons De formes
La forme d’un bloc quelconque peut être transformée en
une autre forme. Pour ce faire, cliquez sur l’une des icônes
de la deuxième ou troisième ligne du panneauPathfinder,
ou utilisez le sous-menuConvertir la formedu menuObjet.

La conversion de forme s’effectue
avec ces icônes ou ces commandes.

37

InDesIgnCC 2014
Le traVaIL des objets
Certaines conversions nécessitent un réglage de l’aspect
du futur bloc. En effet, le polygoneapparaît selon les
réglages définis dans la fenêtre de création du polygone
(affichée pardouble-clicle rectangle arrondisur l’outil) ;
ou en biseau(, et) prend l’aspect spécifié dans la
commandeOptions d’arrondis(menuObjet), mais il reste
modifiable en relançantOptions d’arrondis.
les ConVersIons De TraITs
En cliquant sur l’une des sept icônes de formes du panneau
Pathfinder, un tracé peut être converti en forme (sauf s’il
est vertical ou horizontal). De même, il peut devenir
rectiligne(vertical, horizontal ou oblique) en cliquant surou
sur .Ces conversions sont accessiblesviale sous-menu
Convertir la formedu menuObjet.

Les blocs spéciaux

La vectorisation avec l’outil Flèche : le tracé libre

Si vous effectuez la vectorisation en ayant sélectionné le
bloc de texte avec l’outilFlèche, le tracé correspondant au
texte vectorisé remplacera le bloc de texte. L’ensemble des
blocs obtenu est libre. En utilisant l’outilFlèche blanche, il
est alors possible de déformer le dessin des lettres.
les bloCs par VeCTorIsaTIon D’un TeXTe
InDesign est capable de vectoriser un texte pour le
transformer en tracé. Cette opération peut s’effectuer de deux
manières avec la commandeVectoriserdu menuTexte: à
partir d’une sélection avec l’outilFlècheà partir d’une ou
sélection avec l’outilTexte.

38

On sélectionne le
bloc et on vectorise.

On peut déformer certaines lettres, les colorer…

La vectorisation avec l’outil Texte : l’objet ancré

Si vous sélectionnez le texte (ou une partie d’un texte) avec
l’outilTexte, la vectorisation donnera un objet ancré dans le
texte. C’est un bloc (ou ensemble de blocs s’il y a plusieurs
lettres vectorisées) qui est « emprisonné» dans le bloc de
texte et dont la position reste la même par rapport au reste
du texte qui n’a pas subi de vectorisation.

Cette lettrine est constituée d’un bloc ancré obtenu par
vectorisation (on peut facilement le remplir d’une image).

Par la suite, ce bloc peut être déformé, se voir appliquer
certains attributs typographiques (alignement, marge, décalage
vertical…) ou être rempli par une image. Nous reparlerons des
objets ancrés à la fin de ce chapitre.

ASTUCE Si vous lancez la vectorisation en ayant enfoncé la
touche∏ [Alt], vous conservez le texte original.

les objeTs par TransferT DepuIsIllusTraTor
Si vous transférez un tracé d’Illustrator vers InDesign par
copier-coller ou par glisser-déposer, vous obtenez un
bloc complètement éditable comme s’il avait été réalisé
dans InDesign.

Cette technique peut être intéressante pour préparer dans
Illustrator des blocs difficiles à obtenir dans InDesign du fait
de l’absence de certaines fonctions de traitements de tracés
vectoriels, ou pour placer une illustration dans une mise en
pages sans qu’elle soit liée à un fichier.

ATTENTION collage et le glissement so Le
nt soumis à des
réglages dans les préférences des deux logiciels. En effet,
l’objet n’apparaît modifiable dans InDesign (c’est-à-dire
vectoriel) que si, dans Illustrator, l’optionAICBest cochée à la
rubriqueGestion des fichiers et presse-papiersdes
préférences du logiciel (valeur par défaut). En revanche, si l’option
PDFest cochée dans Illustrator, dans les préférences
d’InDesign (Gestion du presse-papiers), l’optionPréférer le PDF
au collagene doit pas être cochée (c’est le cas par défaut).

Les préférences
d’Illustrator et
celles d’InDesign.

Ce type de transfert permet d’avoir dans InDesign, une
forme particulière qui sera manipulable et pourra être traitée
(couleur, contour, effets, transparence…) sans être obligé de
repasser dans Illustrator.

Le dessin dans Illustrator et son collage dans InDesign : on obtient
un groupe dont on peut sélectionner chaque partie.

la gesTIon Des objeTs
Le dessIn des objets

Les constituants du collage
Les éléments transparents et mode de fusion

Lorsque le document Illustrator comporte des éléments
transparents ou auxquels vous avez affecté des modes de
fusion, l’aspect de l’objet collé dans InDesign dépend du
réglage des préférences d’Illustrator :
– si l’optionConserver les tracésest cochée, les réglages
de transparence ne sont pas conservés mais les tracés
restent intacts ;
– si c’est l’optionConserver l’aspect…est cochée, qui
l’aspect du collage dans InDesign reflète le réglage de
transparence d’Illustrator mais les tracés sont
redécoupés pour respecter les colorations de chaque partie (c’est
l’aplatissement des transparences).

On perd la transparence si on
transfère en conservant les tracés
mais on la rétablit facilement à
partir des tracés conservés.

On a réduit l’opacité
de cet élément.

Il y a découpe des tracés
si on conserve l’aspect.

39

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets

Pour pallier ce problème, il peut être souhaitable d’effectuer
un collage avec l’optionConserver les tracés, puis de
redéfinir pour certaines parties du dessin les réglages de
transparence dans InDesign et leur redonner l’aspect qu’elles
avaient dans Illustrator (voir la copie d’écran page précédente).

Les éléments bitmap

Si l’élément Illustrator contient des effets bitmap (ombre
portée, par exemple), lors du collage avec l’optionConserver
l’aspect et les surimpressions, les parties correspondantes ne
seront plus éditables dans InDesign, elles apparaissent en tant
qu’élément bitmap donc avec un fond blanc (sous le nom de
<graphique collé>). Pour obtenir une impression de qualité,
pensez à régler les paramètres de pixellisation d’Illustrator
avec une résolution suffisamment élevée (300 ppp). Vous
pouvez également supprimer ces ombres (en les
sélectionnant dans le panneauCalques) et les réaffecter dans InDesign
à partir du panneauEffets.

Dans Illustrator, on a affectéune ombre portée. Dans InDesign,
elle apparaît avec la résolution des effets pixellisés d’Illustrator.

On peut supprimerl’ombre et la réappliquer augroupe (ou à
une partie) par les effets d’InDesign.

40

ASTUCE Le transfert vers InDesign d’une forme créée dans
Photoshop n’est pas possible. Il faut d’abord faire un collage
de la forme dans Illustrator, puis un transfert de ce dernier
vers InDesign. Vous pouvez également utiliser la technique
d’importation du masque de détourage décrite ci-après.

Les couleurs du collage
Si les documents Illustrator et InDesign n’utilisent pas le
même modèle colorimétrique (RVB ou CMJN), les couleurs
des objets peuvent être différentes d’un logiciel à l’autre.
Pensez à synchroniser les couleurs avec Bridge.
la CréaTIon Du bloC lors De l’ImporTaTIon
Quand vous importez un texte ou une image, vous pouvez
le placer dans un bloc. Vous pouvez néanmoins dessiner un
bloc rectangulaire par glissement de l’icône de placement
( ou) qui apparaît lors de l’importation. En cours de
création, ce bloc peut être déplacé en enfonçantEspace.

Si, au lieu de glisser l’icône, vous cliquez sur l’écran, vous
obtiendrez un bloc qui prend la dimension exacte de
l’image dans le cas d’une importation d’image ou un bloc
qui prend les dimensions du rectangle d’empagement dans
le cas d’une importation de texte. Si vous souhaitez annuler
l’importation, cliquez sur l’outilFlècheavec l’icône de
placement ou mieux, tapez la toucheesc[Echap].
le bloC par ImporTaTIon
D’un DéTourage DephoToshop
Si vous avez réalisé un détourage dans Photoshop à l’aide
d’un masque de fusion ou vectoriel, vous pouvez utiliser ce
détourage pour obtenir un bloc ayant la forme du masque.
Voici les méthodes, elles varient selon la nature du masque.

Le bloc à partir du masque vectoriel de Photoshop

Dans Photoshop, effectuez les oéparation suivantes :

1.Créez un document détouré en utilisant un masque
vectoriel sur une photo ou à l’aide d’un calque de forme
vectorielle.

2.Affichez le panneauTracéset double-cliquez sur le tracé
pour le nommer (ce qui aura pour effet de le dupliquer).

3.Définissez ce tracé en tant que masque en lançant la
commandeMasque dumenu du panneauTracés et
enregistrez le document au format Photoshop.

Dans Photoshop, on nommele tracé du masque vectoriel
et on définit ce dernier comme masque avec cette commande.

4.Dans InDesign, importez le document Photoshop:
l’image détourée apparaît. Pour qu’elle se place dans un
bloc qui a la forme du tracé vectoriel de Photoshop,
lancez la commandeConvertir le masque en blocdepuis
le menu contextuel.

5.Par la suite, vous pourrez éventuellement effacer l’image
pour ne garder que le bloc.
On importe le document Photoshop dans InDesign.

On obtientle bloc avec cette
commande. On peut supprimer
l’image pour ne garder que le bloc
(ici, il est rempli avec un dégradé).

Le bloc à partir du masque de fusion de Photoshop

Si, dans Photoshop, vous n’avez pas renommé le tracé du
masque vectoriel ou si vous avez utilisé un masque de fusion
pour détourer l’image, vous pouvez néanmoins obtenir le
bloc qui aura l’aspect de la zone transparente du document.
Pour cela, effecturez les opérations suivantes :

1.Importez dans InDesign le document Photoshop.

2.Lancez la commandeMasquedu menuObjetet
choisissez le typeCouche alpha: l’optionTransparences’active
alors automatiquement; si des zones transparentes se
situent à l’intérieur de l’image détourée, cochez l’option
Inclure les contours intérieurs.

3.Une fois le masque créé, lancezConvertir le masque en
blocà partir du menu contextuel.

Les retouches de tracés

la gesTIon Des objeTs
L
e dessIn des objets

On crée le
masque (donc
le bloc) à partir
des zones
transparentes.

Les retouches se divisent en deux catégories: celles de type
plume réalisées sur un tracé en cours fait avec l’outilPlume,
un tracé terminé ou un bloc de forme prédéfinie, et celles
de type retouches spéciales avec l’outilCrayon. Nous
parlerons plus loin d’autres manipulations réalisables avec le
panneauPathfinder.
les reTouChes ClassIques aVeC l’ouTIlplume

Pendant l’élaboration d’un bloc avec l’outilPlume, vous
pouvez déplacer un point en cours de réalisation en enfonçant
la toucheEspace.

En revanche, si vous avez relâché la souris ou s’il s’agit d’un
point déjà dessiné, vous pouvez le déplacer sans changer
d’outil. En effet, l’outilPlumede fonction selon sa change
position ou en enfonçant certaines touches (¢ [Ctrl]ou∏
[Alt]), il permet d’effectuer certaines manipulations. Elles sont
résumées dans le tableau page suivante.

Les outils de retouches de type plume : ils sont accessibles
directement avec la plume et certaines touches.

Selon sa position, la plume
permet de supprimer
ou d’ajouter un point.

Dans tous les cas, avec¢ [Ctrl],
elle permet de le déplacer.

41

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets

Retouche

Outil ou
Plume + touche

Aspect selon la position
de l’outil sur le tracé

Position et action de l’outil

Flèche blanche
sur le fond du tracé.
Cliquez sur le tracé ou son fond (si le bloc a un
Sélection
sur un point.
fond coloré).
Plume et¢ [Ctrl]sur le tracé.
Flèche blanchesur un point.
1
Déplacement, la tangente ou le segment.Glissez le pointsur une tangente.
Plume et¢ [Ctrl]
sur un segment.
2
Plume +n’importe où.Cliquez sur le segment ou glissezl’outil sur
Ajout
3
de pointle segment.
Plume surle tracé uniquement.
Plume –n’importe où.
Suppression
Cliquez sur le point.
de point
Plume surun point uniquement.
1. Ilest possible de déplacer le point avec les touches fléchées du clavier. Ce déplacement, défini dansPréférences/
Unités et incréments, devient 10 fois plus grand avecÓ.
2. Sivous cliquez, le point apparaît ; si vous glissez l’outil sur le tracé, le point apparaît également mais ses tangentes
sont visibles et modifiables.
3. Sivous enfoncez la toucheEspace, vous pourrez glisser le point qui apparaît.

les reTouChes spéCIales De Type Crayon
À l’instar d’Illustrator, InDesign propose une autre série de
retouches de tracé applicables à tout type de tracé. Ces
retouches peuvent s’effectuer de trois manières : avec l’outil
Crayon, avec l’outilArrondiou encore avec l’outilGomme
s’il s’agit de supprimer une partie de tracé.

Les outils de
retouches.

Les retouches avec l’outil Crayon

Quand un tracé est sélectionné et l’optionModifier les
tracés sélectionnésdes préférences de l’outilCrayoncochée,
vous pouvez changer son aspect en repassant le crayon le
long de son dessin : un nouveau tracé remplacera
automatiquement le précédent ; en opérant plusieurs passages, vous
pouvez ajuster la forme du dessin.

42

On amènele crayon sur
le tracé à modifier.

On glissele crayon en terminant
son chemin sur le tracé.

Le bloc se modifie
automatiquement.

ATTENTION Leglissement du crayon doit démarrer sur le
contour du tracé et s’arrêter à un autre endroit mais toujours
sur ce contour. En effet, si vous relâchez hors du tracé, une
partie de ce dernier risque de disparaître ou le bloc peut
prendre un aspect particulier(voir ci-après).

Le bloc prend une allure correcte si on termine sur le tracé.

Il prend une allure imprévisible si on le termine hors du tracé.

ASTUCE Avant de retoucher le tracé, vous pouvez afficher
les préférences de l’outilCrayonchanger les valeurs pour
de tolérance ; ceci permet d’obtenir, sur un même tracé, des
parties plus ou moins lissées.

Les retouches avec l’outil Arrondi

Vous pouvez activer l’outilArrondi dedeux façons: depuis
le panneauOutilspar∏ [Alt] clicsur l’outilCrayonou sur la
page, à partir de l’outilCrayon(ou l’outilGomme) qui devient
outilArrondimaintenant en∏ [Alt]Ici aussi le enfoncée.
tracé doit être sélectionné, mais comme l’outil n’agit que sur
un tracé à la fois, vous pouvez le faire en tapant¢A [Ctrl A].

Cet outil s’utilise par glissements le long du tracé à
modifier, il permet un lissage du tracé par élimination de
zones anguleuses.

Son action est beaucoup plus douce que celle du crayon;
de plus, il n’est plus impératif d’arrêter le glissement de
l’outil sur le tracé. Vous pouvez paramétrer l’outil dans
sa fenêtre d’options (affichée pardouble - clicl’outil sur
Arrondi;) pour que le lissage soit plus ou moins important
cependant, l’influence des réglages est assez faible.

la gesTIon Des objeTs
L
e dessIn des objets

L’outil est peu sensible aux réglages spécifiés dans cette fenêtre.

Les retouches avec l’outil Gomme

L’outilGomme s’activepar∏ clic [Alt clic]l’outil sur
Arrondi. Si vous le glissez le long d’un tracé, il provoque un
effacement partiel de ce dernier. Cela peut s’avérer pratique
pour raccourcir un tracé ou pour créer un trou dans un
tracé fermé en vue de le raccorder avec un autre. Le tracé
doit être sélectionné pour que l’outilGomme;puisse agir
dans le cas contraire, enfoncez la touche¢ [Ctrl]et cliquez
sur le tracé ou tapez¢ A [Ctrl A]les tracés seront (tous
sélectionnés mais vous n’agirez que sur l’un d’eux).

On veut supprimer une
partie de ce tracé.

On glisse la gomme pour obtenir l’effacement de la partie.

ASTUCE L’outilGommeest sans action sur un tracé de texte
curviligne. Procédez par ajout de points (avec l’outilPlume +)
suivi de l’effacement de l’extrémité.

43

InDesIgnCC 2014
Le traVaIL des o jets
b

Le remplissage
des blocs

Quels que soient l’aspect et la nature du bloc, vous
pouvez le remplir de trois façons: par importation (simple ou
multiple), par glissement (depuis Bridge, Mini Bridge ou du
Bureau) ou par collage; dans le dernier cas, un bloc devra
impérativement être sélectionné et il n’y aura aucun lien
entre le fichier placé et le fichier externe.

Pour le texte, InDesign propose une méthode
supplémentaire qui consiste à remplir le bloc avec un texte de
substitution (cela peut s’avérer utile pour calibrer un bloc).

Le placement par importation

Les éléments importés

InDesign importe des textes (de différents formats), des
tableaux Excel, des images (également de différents
formats : .psd, .tif, .pdf, .jpg), et même des pages InDesign
(fichier .indd) ou encore des extraits de page (fichier .idms).

L’importation simple

Elle se réalise avec ou sans la présence d’un bloc
(sélectionné ou non). Pour importer dans le bloc que vous avez
sélectionné (en cliquant dessus avec un des outilsFlèche),
lancez la commandeImporterdu menuFichier(au clavier,
¢ D [Ctrl D]) : une fenêtre permet de choisir le fichier voulu.

Cochez cette
option pour
remplir le bloc
sélectionné.

Dans la fenêtreImporter, si l’optionRemplacer l’élément
sélectionnéest cochée, le fichier remplit automatiquement
le bloc sélectionné (ou remplace son contenu).

44

ATTENTION Si le curseur d’insertion clignote dans un texte,
l’élément importé se placera dans ce texte (avec une image,
il y aura ancrage). Il faudra annuler par¢ Z [Ctrl Z] pour
retrouver le curseur de placement et finir l’importation
manuellement comme indiqué ci-après.

Si l’option de remplacement n’est pas cochée, aucun bloc
n’est rempli ; il apparaît un curseur de placement muni d’une
vignette montrant le contenu du fichier image ou le début
du texte. Dans le cas d’importation d’image, l’aspect du
curseur varie selon son type :pour les images pixellisées
classiqles formats PDF ou AI (images vectorielles) etues, avec
pour un fichier InDesign. En enfonçant la touche∏ [Alt],
le curseur devient systématiquement(ou ),cela
signifie qu’il provoquera le remplissage du bloc sur lequel vous
cliquez (avec remplacement de l’image si le bloc en contient
une) ;quand il est(ou ),cela indique que vous devez
créer le bloc parclicou glissement sur la page.

Muni d’un aperçu,
le curseur change
d’aspect quand il
survole ou non
un bloc vide.

Si le bloc survolé a déjà
un contenu, le curseur
prend cet aspect.

Dans le cas où vous avez rempli un bloc par erreur, tapez
¢ Z [Ctrl Z]annuler le rem pourplissage du bloc actif et
retrouver le curseur de placement(). De même,, ou
pour vider le curseur sans placer son contenu (donc
interrompre le placement), tapezesc [Echap].

La fenêtreImporter proposeégalement l’optionAfficher
les options d’importation. Cette fonctionnalité ainsi que
des notions relatives aux formats de fichiers importés seront
développées dans les chapitres consacrés à la gestion du
texte et à la gestion des images.

Les importations multiples dans des blocs présents

InDesign permet d’importer simultanément plusieurs
fichiers (de types différents). En effet, dans la
fenêtreImporter, vous pouvez sélectionner plusieurs fichiers (parÓ clic
s’ils sont contigus, ou¢ clic [Ctrl clic]dans le cas contraire).

On a sélectionné
six images (dans
cette sélection, il
pourrait y avoir
des textes, des
documents
InDesign ou des
extraits InDesign).

Après validation, le curseur de placement apparaît sur la
page ;il affiche l’aperçu du premier fichier sélectionné et
un chiffre indiquant le nombre d’éléments à placer. Pour
passer d’un élément à l’autre de cette pile (ou visualiser les
différents éléments à placer), tapez une ou plusieurs fois les
touches fléchées.

Ce chiffre indique
le nombre de
fichiers importés.

On passe de l’un
à l’autre avec les
touches fléchées.

ASTUCE Lors d’un placement multiple, vous pouvez
éliminer l’élément dont vous voyez l’aperçu en tapantesc [Echap].

Le placement se réalise manuellement: parclicsur un bloc
vide, par∏ clic [Alt clic] surun bloc ayant un contenu. À
chaqueclic, le chiffre se réduit pour indiquer le nombre de
fichiers restant. Dans tous les cas, vous pouvez revenir en
arrière et annuler les placements en tapant plusieurs fois
¢ Z [Ctrl Z].

On placelesdifférentsfichiers parclicsur le bloc,le nombre se
réduit au fur et à mesure des placements.

la gesTIon Des objeTs
L
e rempLIssage des bLocs

ASTUCE Avant d’effectuer le placement des éléments
importés, vous pouvez relancer la commandeImporter
pour ajouter d’autres fichiers (le numéro des vignettes
s’incrémentera en conséquence).

Les importations multiples avec création
de bloc ou d’une grille de blocs

Quand le curseur de placement est chargé, vous
pouvez créer à la volée le ou les blocs nécessaires au
placement des éléments chargés. Cette opération se réalise de
différentes façons.

Le bloc automatique : image à 100 %

Si vous cliquez sur la page avec le curseur de placement
chargé d’une image, un bloc est créé avec une taille telle
que le contenu apparaisse entier (image à 100 %). Si le
curseur est chargé d’un texte, le bloc qui s’affiche s’étend de
la marge gauche à la marge droite de la page (si vous avez
cliqué à l’intérieur de la page) et sa hauteur dépend de la
position Y duclicsur la page (un signe + rouge apparaîtra
en bas à droite du bloc si le texte n’est pas visible en entier).

Le bloc personnalisé : image redimensionnée

Par glissement : quand vous glissez le curseur pour
dessiner le bloc, une étiquette grise indique en pourcentage, la
taille qu’aura l’image dans le bloc réalisé. Si vous enfoncez
la toucheÓ, l’étiquette indique des valeur en millimètres
(ou avec l’unité courante, px pour le Web) et l’image pourra
apparaître avec une mise à l’échelle non homothétique.

Ici, on a cliqué, l’image està 100 %.Ici, on glisse : on définitla taille
en %; l’image reste homothétique.

La grille de blocs et ses réglages

Pour dessiner une grille de blocs, commencez par
enfoncer les touchesÓ¢ [ÓCtrl] (lecurseur devient alors),
puis glissez le curseur et réglez le nombre de blocs (avec la
toucheFlèche à droiteles horizontaux et la touche pour
Flèche vers le hautpour les verticaux), ou commencez à
glisser l’outil, puis augmentez le nombre de blocs avec les
touches fléchées. Si vous faites plus de blocs que d’éléments
importés, InDesign ne créera que les blocs nécessaires.

ASTUCE Pour obtenir une grille, vous pouvez commencer
le premier placement et, sans relâcher le bouton de la souris,
taper les touches fléchées du clavier (vers la droiteoule haut)
pour définir le nombre de colonnes et de lignes de la grille.

45

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets

Par défaut, l’espace entre les lignes et les colonnes d’images
correspond à la valeur des gouttières du document
(spécifiée dans la fenêtreNouveau document ouMarges et
colonnes, par défaut 4,33 mm).

Pour modifier cet espace, quand la construction de grille
est encore visible et toujours sans relâcher le bouton de la
souris, enfoncez la touche¢[Ctrl]et tapez plusieurs fois la
toucheFlèche vers la droite(ou versla gauche) pour
augmenter la distance entre les colonnes etFlèche vers le haut
(ouvers le bas) pour augmenter (ou réduire) la distance
entre les lignes. Pour modifier les deux simultanément,
utilisez les touchesPageUpou( )PageDown( ).

On augmente(ou
réduit) avecFlèche
vers le haut(ouvers
le bas).

On augmente (ou
réduit) avecFlèche
vers la droite(ouvers
la gauche).

ASTUCE vous enfoncez les touches SiÓ¢ [ÓCtrl] et
cliquez sur la page (au lieu de glisser), InDesign crée une
grille de blocs ayant avec le même nombre de blocs que
celui de la dernière grille créée et dont l’encombrement total
correspond au format de la page.

L’ajustement des images importées dans leur bloc

Par défaut, les images apparaissent redimentionnées
homothétiquement dans les blocs (elles ne le remplissent
donc pas forcément complétement). Le
redimensionnement homothétique ou non des images, c’est-à-dire la
façon dont le contenu est ajusté au bloc, dépend du choix
préalablement fait dans la fenêtreOptions d’ajustement
du blocaffichée à partir du sous-menuAjustement (du
menuObjet).

Le réglage (sans effet sur les textes) doit être fait avant de
lancer l’importation mais il poura être modifié
ultérieurement par l’une des quatre commandes du
sous-menuAjustement(nous reparlerons de ces options plus loin dans le livre,
dans le chapitre consacré à la gestion des images).

46

Les ajustementsdes images importées se choisissent par ce menu
selon le point de référence spécifié.

Les types d’ajustement

En plus de l’ajustement par défaut (Sans), on distingue trois
autres types d’ajustement.
– Ajuster le contenu au blocl’image remplit compète- :
ment le bloc ; le plus souvent, le rapport largeur/hauteur
n’est pas conservé.
– Ajuster le contenu proportionnellement :l’image est
mise à l’échelle de manière homothétique à partir du
point de référence choisi. Selon les dimensions du bloc
par rapport à celles de l’image, une zone vide peut
apparaître, sa position dépend du choix du point de
référence. On retrouve ici, l’équivalent de l’optionSans(mais
avec cette option, il y a centrage).
– Remplir le bloc proportionnellementla largeur ou :
la hauteur de l’image s’ajuste à celle du bloc et l’autre
dimension est mise à l’échelle en conservant le rapport
largeur/hauteur. Le point de référence définit le point
fixe de l’image. Le bloc apparaît complètement rempli
mais une partie de l’image n’est plus visible (celle
opposée au point de référence).

Les quatre types d’ajustement (référence en haut à gauche).

Les valeurs de recadrage

Les valeurs de recadrage (sans effet sur l’option
d’ajustementSans) peuvent être positives ou négatives. Dans le
premier cas, l’image est décalée vers l’extérieur et agrandie
à partir du point de référence de manière à ce qu’elle
apparaisse rognée : l’image est agrandie et recadrée. Dans le
second cas, l’image est décalée vers l’intérieur et réduite (ou
ajustée) , comme si la taille du bloc avait été diminuée. Un
zone vide se place dans la zone de recadrage.

Recadrages (centrés) nuls, positifs et négatifs. Au centre, on voit
la limite de l’image (elle est agrandie et recadrée dans le bloc).

Le placement par glissement
de Bridge, Mini Bridge…

Dans Bridge, affichez le dossier contenant les éléments
à importer et sélectionnez ces derniers parclicleurs sur
vignettes (Ó clicsont contigus, ou s’ils¢ clic [Ctrl clic]
dans le cas contraire). Déroulez le menuFichier jusqu’à
Importeret choisissezDans InDesign. De retour dans
InDesign, vous obtiendrez le curseur de placement ou le
remplissage du bloc selon le nombre de fichiers sélectionnés.

Vous pouvez réaliser cette même opération à partir de Mini
Bridge dans InDesign. Cette fois, la manipulation présente
l’avantage de ne pas quitter InDesign. De plus, au lieu
d’utiliser la commande d’importation, vous pouvez plus
simplement glisser les fichers voulus vers votre mise en pages
InDesign (ce glissement peut se faire depuis le Bureau).

On sélectionne les fichiers, on les glisse sur la
page et on obtient ce curseur de placement.

la gesTIon Des objeTs
L
e rempLIssage des bLocs

Le collage d’une image ou
d’un texte dans un bloc

Si un bloc de la page contient une image que vous
souhaitez placer dans un autre bloc, vous pouvez la copier (ou la
transférer) par un collage spécial. Pour effectuer ce transfert,
réalisez les opérations suivantes.

On souhaite copier
cette image dans
ce bloc.

1.Amenez l’outilSélection (ouFlèche noire) sur le bloc ;
un anneau de sélection apparaît. Cliquez dessus pour
sélectionner l’image (vous pouvez également cliquer
directement sur le bloc avec l’outilSélection directe
(Flèche blanche).

On amène l’outilSélection
sur le bloc et on clique pour
sélectionner l’image.

2.Copiez l’image (¢ C [Ctrl C]) ou coupez-la (¢ X [Ctrl X]).

3.Sélectionnez le bloc de destination en cliquant dessus
avec l’outilFlèche noire. Collez dans le bloc à l’aide de la
commandeColler dedans dumenuÉdition
oucontextuel (au clavier,∏¢ V [Alt Ctrl V]).
On sélectionne le bloc.

LancezColler dedans
pour voir l’image remplir le bloc.

Pour créer des effets particuliers comme changer la couleur
d’une partie de texte, effectuez les manipulations suivantes.

1.Avec l’outilFlèche noire, sélectionnez puis copiez le
bloc de texte (si le texte fait partie d’un ensemble de
blocs chaînés, groupez les blocs avant de les copier).

47

InDesIgnCC 2014
Le traVaIL d
es objets

2.Dessinez sur le texte un bloc de forme particulière
(colorez éventuellement son fond).

Une fois le texte copié,
on dessine un bloc sur
le texte.

3.LancezColler dedans(menuÉditionou∏¢ V [Alt Ctrl V])
pour placer le bloc de texte dans cette forme colorée.

4.Parclic surpanneaul’icône duContrôle,
sélectionnez le contenu du bloc, donc du texte collé, puis
colorezle en ayant cliqué sur l’icônedu panneauNuancier.

48

Parclic ici, on colore
le texte collé dans le
bloc coloré.

Le placement dans plusieurs blocs

Pour remplir plusieurs blocs avec la même image afin qu’elle
s’étale dans la série de blocs, opérez ainsi: sélectionnez la série
de blocs et lancezAdditionpanneau duPathfinder, puis
effectuez l’importation de l’image ou son collage (avecColler
dedansdu menuÉdition∏¢ V [Alt Ctrl V]).

Le texte de substitution

Pour remplir un bloc avec un texte quelconque, cliquez sur
ce bloc avec l’outilTexte etlancez la commandeRemplir
avec le texte de substitution(menuTexteou contextuel).

Les manipulations
d’objets

Les traitements sans sélection :
les déplacements

Dans InDesign, certaines manipulations comme les
déplacements (de contenu, de contenant ou de points
de construction du bloc), sont réalisables sans
sélection préalable, à partir du moment où vous utilisez l’outil
Sélection (Flèche noire), l’outilSélection directe (Flèche
blanche) ou l’outilTexte (ouun autre) avec la touche¢
[Ctrl]enfoncée, et effectuez directement un cliquer-glisser
de l’élément voulu.
aVeC l’ouTIlflèChe noIre
Cas d’un bloc de texte

Si vous amenez le pointeur sur le bloc, il devient. Glissez
alors directement le bloc pour le déplacer ; il apparaît
sélectionné une fois le pointeur relâché.

Le curseur change pourindiquerlebloc survolé.

On glisselebloc survolé : il apparaît sélectionné une fois déplacé.

Cas d’un bloc d’image

Si le bloc est vide, le comportement est le même que pour
un bloc de texte. S’il comporte une image, son survol montre
un anneauappelésaisie du contenu. Le curseur prend la
forme d’une flèches’il est hors de cet anneau ; d’une main
s’ilest sur l’anneau. Dans le premier cas, un glissement
entraîne le déplacement du bloc (il apparaîtra sélectionné
à l’issue de son déplacement) ; dans le second cas, celui de
l’image (elle apparaîtra recadrée).

Outil hors du bloc.

la gesTIon Des objeTs
Les manIpuLatIons ’
d objets

Survol dubloc
(hors de l’anneau de
contenu) : bloc actif.

Survol del’anneau :
contenu actif.

Ici, on glisse le bloc : il apparaît sélectionnéaprès le déplacement.

Ici, on glisse l’image : elle apparaît recadrée après le déplacement.

aVeC l’ouTIlflèChe blanChe
Cas d’un bloc de texte

Le survol du bloc de texte, fait apparaître les points de
construction du bloc, vous pouvez glisser l’un d’eux en
agissant sur le point avec le curseur devenu, glisser deux
points en agissant sur le segment entre deux points avec le
curseur devenu, ou encore glisser tout le bloc en agissant
à l’intérieur du bloc avec le curseur devenu.

L’outil horsdu bloc.

L’outil sur le bloc, on voitles
points que l’on peut déplacer.

L’outil sur un segment (on déplacedeux points).

49

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets

L’outil à l’intérieur du bloc, on déplacel’ensemble.

Cas d’un bloc d’image

Le survol fait apparaître le bloc d’encombrement de l’image
(avec une couleur complémentaire de celle du calque) et le
curseur prend la forme d’une main ; le glissement entraîne
le déplacement de l’image à l’intérieur du bloc (on voit le
contenu au cours du glissement). Dans tous les cas,
l’élément déplacé apparaît sélectionné.

Hors du bloc et sur le bloc : on
voit l’encombrement de l’image.

On glissel’image (elle apparaît) pour la repositionner dans le bloc.

ATTENTION L’affichage du rectangle d’encombrement de
l’image ou des points de construction du bloc est lié à
l’activation de l’optionMettre en surbrillance l’objet
sélectionné par l’outil de sélection dans la rubriqueInterface
des préférences.

Le curseur hors du bloc et en survol sans et avec cette option.

50

ASTUCE S’il n’est pas utile de sélectionner un bloc d’image
pour le déplacer, il en est de même pour en remplacer le
contenu. En effet, si le curseur de placement() survole un
bloc et que vous enfoncez la touche∏ [Alt], il devient
pour vous indiquer qu’il y aura remplacement du contenu.

Ce bloc rempli n’est pas
sélectionné.
S’il est survolé avec∏[Alt]
enfoncée, le curseur
de placement change
d’aspect pour indiquer le
remplacement.

aVeC l’ouTIlTeXTe eT¢ [CTrl]enfonCée
Quand vous enfoncez la touche¢ [Ctrl], l’outilTexte (ou
l’outil actif, sauf les outilsEspace etPage) se transforme
temporairement enFlèche noireouFlèche blancheselon
la nature de l’outil qui avait été activé avant de passer à
l’outilTexte. Dans tous les cas, c’est le bloc complet qui est
déplacé lors du glissement.

Les sélections d’objets

Hormis les déplacements, pour réaliser les différentes
manipulations sur les blocs, ceux-ci doivent être
sélectionnés. Cette opération peut s’effectuer à l’aide de l’un des
outils de sélection :Flèche noire,Flèche blancheetFlèche
blanche +. Le choix de l’outil dépend de l’élément sur
lequel vous souhaitez agir (conteneur, contenu ou tracé
du bloc). On retrouve les mêmes particularités que lors des
manipulations précédentes sans sélection.

quel ouTIl,pour quelle séleCTIon?
La sélection du conteneur (bloc)

Elle s’effectue principalement avec l’outilFlèche noire par
unclic(dans le casle bloc avec le curseur devenu sur
d’un bloc d’image, cliquez hors de l’anneau de contenu). La
sélection peut également se faire en traçant un petit cadre
qui touche le bloc (nous verrons d’autres méthodes plus loin).

Quand le bloc est sélectionné, le curseur
devient(l’anneau de contenu disparaît pour un bloc d’image) et on
distingue huit poignées (case blanche) et deux cases colorées
(plus grandes) : l’une bleue, en haut du bloc, pour l’ancrage,
et l’autre jaune, sur la droite du bloc, pour les angles
dynamiques. Le bloc de texte affichera également deux ports
de chaînage : un port d’entrée (en haut à gauche) et un
port de sortie (en bas à droite). Dans le cas du bloc d’image,
l’anneau de contenu réapparaît si le curseur sort du bloc,
puis pénètre à nouveau dans le bloc.

Le curseur hors du bloc et après avoir cliqué
sur le bloc : on voit les poignées et lescases
d’ancrage et d’angles dynamiques.

Avec un bloc de texte, il y a également les ports
d’entrée et de sortie (ports de chaînage).

La sélection peut également se faire avec l’outilTexteet la
touche¢ [Ctrl]enfoncée, mais dans ce cas les deux cases
colorées (bleue et jaune) ne seront pas visibles. Pour les
afficher, il faudra taperVafin d’activer l’outilSélection.

Sélection avec l’outil
Texteet¢[Ctrl]
enfoncée (ici, on a
relâché la touche),
les cases d’ancrage
et d’arrondis ne sont
pas visibles.

Le bloc sélectionné peut subir différents traitements :
déplacement, transformation, remplissage, ancrage…

NOTE le menu ParAffichage etson sous-menuExtras,
il est possible de masquer l’anneau (saisie du contenu) et le
contrôleur d’angle dynamique (poignée jaune).

La sélection du contenu (texte ou image)

Le choix de l’outil n’est pas primordial ; la sélection peut se
réaliser avec les trois outils : outilFlèche noire, outilFlèche
blanche et outilTexte(avec¢ [Ctrl]pour une image).

Sélection du texte :avec l’outilFlèche noire ouFlèche
blanche et un bloc de texte, cette sélection s’effectue par
double-clicen revanche, un seul ;clic estnécessaire avec
l’outilTexte. À l’issue de cette manipulation, l’outilTexteest
activé, le point d’insertion clignote dans la ligne de texte sur
laquelle on a double-cliqué et les différentes poignées du
bloc sont masquées. Avec ce type de sélection, vous
pouvez saisir un texte ou en importer.

la gesTIon Des objeTs
L ’
es manIpuLatIons d objets

Pour un traitement typographique, il faudra réaliser une
sélection plus spécifique de texte ; cependant, s’il doit
s’appliquer à l’ensemble du texte, une sélection du conteneur
est suffisante.

Sélection de l’imageavec l’outil :Flèche blanche unclic
suffit ; de même avec l’outilFlèche noire si vous cliquez
sur l’anneau de contenu. Vous pouvez également
doublecliquer mais hors de l’anneau. Quant à l’outilTexte et¢
[Ctrl], il faudra faire un ou deuxclicsselon la nature de l’outil
activé quand vous enfoncez¢ [Ctrl]. Quand l’image est
sélectionnée, on voit ses poignées d’encombrement (avec
une couleur complémentaire de celle du calque) et le
curseur devient. L’image sélectionnée peut subir différents
traitements : déplacement, transformation, remplissage.

La sélection du tracé

Elle s’effectue principalement avec l’outilFlèche blanche
par unclicsur le bloc de texte et pardouble-clicsur un bloc
d’image (ou un seul, mais sur le tracé du bloc). La sélection
peut également se faire en traçant un petit cadre qui touche
le bloc. Les points de configuration du bloc sont alors
visibles et on peut déformer le bloc en glissant l’un d’eux.

Sélection par
encadrement qui
touche le bloc.

Sélection du tracé
et sélection du bloc.

le passage D’une séleCTIon
À l’auTre:ConTenu/ConTeneur

Les méthodes sont nombreuses, elles se réalisent avec ou
sans changement d’outil, au clavier, avec la souris
directement sur le bloc ou depuis les icônes du panneauContrôle.

Par un changement d’outil

Quand un bloc, ou son contenu, est sélectionné, le fait de
changer d’outil() peut modifier la nature de la, ou
sélection (contenu, tracé, conteneur). Ce changement d’outil
se réalise également au clavier en tapant respectivement :V
pour l’outilFlèche noire,Apour l’outilFlèche blancheetT
pour l’outilTexte. Dans le cas d’un bloc de texte, il est
préférable de ne pas utiliser ces raccourcis clavier (au risque de
voir apparaître la lettre saisie dans le texte).

51

InDesIgnCC 2014
L
e traVaIL des objets

On a obtenu la sélectiondubloc en
tapantV, celle du contenu (ou du tracé)
en tapantA; on voit les limites de
l’image si on la survole.

Avec une image, le panneauContrôle permet de distinguer
la nature de la sélection (image ou tracé…). Si l’image est
sélectionnée, les deux premières cases du panneau sontX+
etY+et les attributs de contour sont indisponibles, alors que
si c’est le tracé ou le bloc (conteneur) qui est sélectionné, les
cases sontXetYet un contour peut être affecté.

ATTENTION Les indications (X+ et Y+) n’apparaissent que si
l’optionAfficher le décalage du contenuest cochée dans
les commandes du menu local du panneauContrôle.

Image sélectionnée :X+etY+et attribut de contourindisponible.
Bloc sélectionnéXetYet on peut lui attribuerun contour.

ATTENTION Si le tracé est sélectionné et que vous essayez
de glisser le bloc avec l’outilFlèche blanche, c’est l’image
qui se déplacera : il y aura automatiquement sélection de
cette dernière (le curseur deviendraMainIl faut enfon- ).
cer la touche¢ [Ctrl] pourque ce soit le conteneur qui se
déplace.

Par le panneau Contrôle (bloc d’image)

Le panneauContrôlecomporte deux icôneset dont
l’une est active. Elles permettent en cliquant
surd’obtenir la sélection du contenu ou en cliquant sur, celle
du conteneur.

L’image est sélectionnée, parclicici, on passe au conteneur.
Lebloc est sélectionné, on sélectionne le contenu en cliquant ici.

52

Par le sous-menu Sélectionner ou
au clavier (bloc d’image)

Quand un bloc d’image est sélectionné, le menuObjet
(ou menu contextuel) propose le
sous-menuSélectionnerpour obtenir la sélection du contenu ou du conteneur
(selon la sélection initiale).

Selon la sélection active,
le sous-menupropose
différentes commandes.

Pour aller plus vite, vous retrouvez ces manipulations
directement au clavier :
– si vous tapezesc [Echap], vous passez de la sélection du
contenu à celle du conteneur ;

– si vous tapezÓesc [ÓEchap], vous obtenez la sélection
réciproque : passage du conteneur au contenu (nous
verrons plus loin d’autres possibilités dans un groupe).
Sélection du conteneur.Sélection du contenu.
esc [Echap]

Óesc [ÓEchap]

Dans le cas d’un bloc texte, seul fonctionne le raccourci
esc [Echap]passer du contenu pourau conteneur (l’outil
Flèche noire estalors activé). Le passage inverse
s’effectuera avec la souris comme indiqué ci-après.

Par action de la souris

On retrouve ici le principe des sélections de bloc ou de
contenu. Dans le cas d’un bloc de texte, on passera du
conteneur au contenu (intérieur du bloc donc point
d’insertion clignotant et outilTexteactif) pardouble-clicdans le
bloc ; pour le passage inverse, utilisez la toucheesc [Echap].
Selon l’outil initialement actif, il sera parfois nécessaire
d’enfoncer la touche¢[Ctrl].

Dans le cas d’un bloc d’image, on passe de la sélection
du contenu à celle du conteneur (et réciproquement) par
un ou deuxclicsselon que le pointeur se situe ou non au
centre du bloc, autrement dit au-dessus de l’endroit où
l’anneau de contenu devrait être visible.
De l’ouTIlTeXTe À l’ouTIlflèChe
Si vous enfoncez la touche¢ [Ctrl]que l’outil alorsTexte
est actif, ce dernier se transforme en outilFlèche blanche
ouFlèche noire selonla nature de l’outil qui était actif
avant l’outilTexte.

Tout survol de bloc fera apparaître temporairement ses
poignées : unclicpermettra sa sélection alors qu’un glissement
provoquera son déplacement sans que ce dernier
n’apparaisse sélectionné quand vous relâcherez la souris. S’il y a
des superpositions, il sera possible d’accéder aux blocs des
plans inférieurs, comme indiqué un peu plus loin.

ASTUCE Quandvous s
ouhaitez déplacer un bloc situé
audessus d’un autre bloc en utilisant l’outilTexteet la touche
¢ [Ctrl], il est préférable de partir d’une désélection (obtenue
en tapantÓ¢ A [ÓCtrl A]) car le glissement de la sélection
(avec¢ [Ctrl]) provoquera le déplacement du bloc inférieur.

les méThoDes De séleCTIon
Les sélections multiples

Pour sélectionner des blocs avec l’outilFlèche, vous pouvez :
– en partant de l’extérieur de tout tracé, dessiner (avec la
flèche) un cadre qui touche les objets à sélectionner ;
– enfoncer la toucheÓet cliquer sur les objets (ceux qui
sont déjà sélectionnés se désélectionneront) ;
– combiner les deux formules précédentes.

La sélection par le panneau Calques

Le panneauCalques d’InDesignse présente comme celui
d’Illustrator, aussi il est possible de réaliser des sélections.
La technique à utiliser dépend de l’étendue de la sélection
(l’outil actif n’a pas d’importance sauf pour la sélection de
tous les éléments du calque).

Sélection de tout le contenu d’un calque
Pour sélectionner tous les objets contenus dans un calque
(sur la planche active), activez l’outilFlèche noire, enfoncez
∏ [Alt] etcliquez sur le nom du calque ou directement
(sans∏[Alt]) sur la case à doite du nom du calque : celle-ci
se remplira d’un carré coloré (de la couleur du calque). On
désélectionne par la même méthode, mais en ajoutantÓ.

la gesTIon Des objeTs
L ’
es manIpuLatIons d objets

On a cliqué iciavecl’outilFlèche noire
pour sélectionner le contenu du calque :
si on développe le calque, on voit ceci.
Sélection de quelques éléments
Pour sélectionner un objet, cliquez avec∏ [Alt] surson
nom ou cliquez sur la case de la colonne de droite. Pour
en sélectionner plusieurs, cliquez sur leur nom avecÓ∏
[ÓAlt], ou seulementÓsi vous agissez parclicssur la case
de sélection. On désélectionne par la même méthode.

Avec∏ [Alt]enfoncée,
on a cliqué sur le nom du
calque pour sélectionner
un objet.

Sélection d’une série d’éléments
Pour sélectionner une série d’objets, activez leur calque
(leur nom apparaît alors en surbrillance), puis utilisez la
commandeSélectionner les élémentsmenu du pan- du
neauCalques. Pour l’activation de calques, cliquez sur le
nom du premier, puis sur celui du dernier avecÓ siles
calques sont contigus, ou¢ [Ctrl]les différents noms sur
s’ils ne sont pas contigus.

On a activé les calques,
puis lancé cette commande
pour obtenir cette sélection.

53