L'homme augmenté

-

Livres
135 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'homme contemporain vit dans un flot d'informations qui le rendent dépendant des nouvelles technologies. Le projet d'un homme augmenté permet d'espérer une rencontre des technologies du numérique et de celles des nanomondes pour un dépassement des limites biologiques du corps et de la pensée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2010
Nombre de visites sur la page 139
EAN13 9782336250267
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
L’homme augmenté
Cognition et FormationCollection dirigée par Georges Lerbet et Jean-Claude SallaberryLes situations de formation sont complexes. Elles s'appuient sur des processus cognitifs eux aussi complexes. Appréhender ces situations et ces processus signifie que les sujets (chercheurs, formateurs, "apprenants"...), leurs milieux et leurs relations sont considérés comme des systèmes autonomes en interactions. Cela conduit à mettre l'accent sur une nouvelle pragmatique éducative développée au fil des volumes de la collection. Déjà parus B. CLAVERIE,L’homme augmenté, Néotechnologies pour un dépassement du corps et de la pensée, 2010. B. CLAVERIE, J.-C. SALLABERRY, J.-F. TRINQUECOSTE, Management et cognition. Pilotage des organisations : questions de représentations, 2009. Guy BOY et Jean PINET,L’être technologique. Une discussion entre un chercheur et un pilote d’essais, 2008. Max PAGÈS,L’implication dans les sciences humaines. Une clinique de la complexité, 2006. Mylène ANQUETIL-CALLAC,L’accueil de l’expérience, 2006. Bernard CLAVERIE,Cognitique, 2005. Franck VIALLE,La construction paradoxale de l’autonomie en formations alternées, 2005. F. MORANDI et J.C. SALLABERRY (Coord.)Théorisation des pratiques,2005. Jean-Claude SALLABERRY,Dynamique des représentations et construction des concepts scientifiques, 2004. Yvette VAVASSEUR,Relation pédagogique et médiation de la voix, 2003. Martine BEAUVAIS,« Savoirs-enseignés » - Question(s) de légitimité(s), 2003. Christian GERARD, Jean-Philippe GILLIER (coord.),Se former par la recherche en atlernance, 2001. Pierre PEYRÉ,Compétences sociales et relations à autrui, 2000.
Bernard CLAVERIE
L’homme augmenté Néotechnologies pour un dépassement du corps et de la pensée
Nous sommes conscients que quelques scories peuvent subsister dans cet ouvrage. Étant donnée l’utilité du contenu, nous prenons le risque de l’éditer ainsi et comptons sur votre compréhension. Remerciements aux professeurs Marielle Reiss et Jean-Claude Sallaberry pour leur relecture constructive. À Vécéca – Biarritz, le 15 novembre 2010© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13361-7 EAN : 9782296133617
SOMMAIRE Introduction. Chapitre premier – Problématique Chapitre II – Convergence et innovation Chapitre III – Transhumanisme et singularité Chapitre IV – Changer les limites Chapitre V – Pervasion et diffusion Chapitre VI – Nanotechnologies Chapitre VII – Cognition hybride Chapitre VIII – Futurs ? Conclusion Bibliographie
9
13
17
23
37
59
77
85
97
119
123
INTRODUCTION Cinq ans après l’ouvrage sur "la cognitique", dans la même collec-tion, le paysage des nouvelles technologies a fondamentalement évo-lué. Cesnéotechnologies, jusqu’ici identifiées dans des champs distincts de la connaissance et des pratiques, subissent un mouvement de convergence, qui en fait les briques de grands projets transversaux. Elles sont ainsi au cœur de ruptures scientifiques et culturelles de la fin du siècle dernier et du début de celui-ci. Elles conjuguent deux dimen-sions du progrès, d’une part l'évolution des composants et des sys-tèmes, d’autre part les modifications fondamentales que l’on observe dans les usages. L’innovation n’est plus seulement du domaine tech-nique et économique, elle devient aussi biologique, psychologique et sociale. Ainsi, dans ce mouvement qui ne fait que commencer, l'innovation est guidée par les besoins des usagers, les pratiques qui en émergent et leurs conséquences individuelles et collectives. Deux démarches sont alors mobilisées par les acteurs industriels dans un tel contexte : repé-rer les ruptures technologiques et les valoriser pour l’intérêt que leur accordent les individus. L'homme augmentés’inscrit dans une telle trajectoire.Dans nos so-ciétés occidentales, l'homme naturel, seul et désarmé, n'existe plus que dans les rêves d'un retour en arrière, d’une certaine nostalgie voire d'une forme de décroissance. Les ruptures technologiques au service d’unhomme augmentéom-niprésent ont dans un premier temps été orientées par l’offre plus que par la demande. Les usagers se sont alors emparés du domaine pour ouvrir un deuxième temps, celui des choix individuels parmi une offre ouverte et concurrentielle. Une réflexion émerge aujourd’hui sur la né-cessité d’organiser et de savoir exploiter ces "technoruptures" pour
9
l’augmentation des capacités humaines par lesnéotechnologies, no-tamment lestechnologies numériquesetcognitiveset lesnanotechno-logies. La problématique, dite de l'homme augmenté, peut alors se définir comme étant celle de l'augmentation artificielle des performances hu-maines à des fins utilitaires de travail, de sécurité, de santé, de plai-sir… Elle est évidemment très ancienne mais elle prend aujourd’hui un aspect particulier, contingent de l’efficacité et de l’essor des disciplines que les Américains réunissent sous l'acronyme"NBIC". Il désigne la convergence entre lesnéotechnologies: nanotechnologies, biotechno-logies, informatique et cognitique. L’augmentation et l’amélioration des capacités de l’homme et le dépassement des limites inhérentes à sa biologie et sa cognition peu-vent être considérées selon trois voies. La première est caractérisée par une échelle de temps relativement courte ; c’est celle de l’action de substances artificielles mises au service d’hommes en situation excep-tionnelle. La deuxième s’inscrit dans des constantes de temps quasi in-temporelles ; c’est celle du clonage et du génie génétique, ouvrant même la porte du posthumanisme. Enfin la troisième voie est perma-nente, affranchie du temps. Elle correspond à une augmentation par des artefacts. Ce sont des produits manufacturés utilisant des matériaux de synthèse ou des métaux bio-implantables, des systèmes de compo-sants électroniques, mécaniques ou nanotechnologiques, que l’on ad-joint au corps ou au cerveau de l’homme ainsi augmenté. C’est de cette voie dont il est principalement question dans cet ouvrage. Cette augmentation des capacités sensorielles, cognitives et mo-trices par dessystèmes embarqués(c’est-à-dire portés, implantés, insé-rés ou en prolongement direct des organes humains) peut être traitée selon la distinction entre dispositifs anthropotechniques individuels et hybridité. Elle peut également être abordée par objectifs :
10