L

L'information Web 2.0

-

Livres
230 pages

Description

Dans son ascension fulgurante, le Web a désordonné un grand nombre de systèmes. Son histoire raconte une technique développée en amont d’usages ordonnés et dont l’utilisation est longtemps restée hors contrôle. Dans ses premières dynamiques, la technologie du Web a donc fait éclater les structures traditionnelles des médias en plusieurs systèmes autonomes. Chaque internaute pouvait, en dehors des pilotages massifs des médias traditionnels, produire et gérer des circuits d’information alternatifs. Mais l’Internet n’a pas terminé sa progression. Tel un support jeune, il doit encore apprendre à organiser sa dynamique, à maîtriser le chaos de ses interfaces. Ainsi, quelques années après la version participative du Web 2.0, de nouveaux canaux apparaissent. Portée par la sociabilité des réseaux socio-numériques généralistes, l’information de lien va enfin combiner, hiérarchiser et syndiquer la variété des mécanismes médiatiques présents sur la toile. Le Web entre alors dans une nouvelle ère qui fait transiter les fragments de son système chaotique vers un tout, un ensemble véritablement organisé.


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 16 mai 2016
Nombre de lectures 2
EAN13 9791030000962
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un problème
Table des matières
Introduction  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Informer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Évoluer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Complexifier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Questionner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Raconter. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CHAPITREI LE WEB, UN TERRITOIRE MARQUÉ D’ÉVOLUTIONS
I. De la gazette à l’Internet : Le Web 2.0 dans les usages médiatiques . .
1) La société numérique : un ordre informationnel revisité. . . . . . . . . . . . . . . . . Repères clés de la Web révolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nouvelle ère, nouvelle société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Caractériser le contexte d’information. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . Des dimensions techniques aux enjeux sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vers une convergence numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2) Le numérique, une révolution de l’information. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Introduction aux notions journalistiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un système de normes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les codes et fonctions des métiers de l’information. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une profession en crise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Multiple refonte des concepts médiatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3) Le compromis difficile entre médias et nouveaux médias. . . . . . . . . . . . . . . . Le numérique dans l’univers journalistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Réaffirmer les territoires de l’information. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des divisions qui persistent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II. La nouvelle information participative : We are the media. . . . . . . . . . . . . . . . . 1) Émergence de la participation  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une autre pensée des médias. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les origines du journalisme participatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vers un Web 2.0. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les principaux acteurs des médias numériques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7 7 8 9 10 11
13
13 13 14 16 18 20 23 27 27 29 32 34 39 42 42 46 49 52 52 52 55 57 60
2
2
6
L’information Web 2.0
2) Les premiers trous structurels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des professionnels face aux amateurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Apparition de nouvelles fractures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . III. Les avancées du modèle 2.0 : le journalisme de lien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1) Émergence du journalisme de lien  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’origine du flux et des agrégateurs de contenus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La syndication sociale devient informationnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le journalisme s’étend dans un réseau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les grands supports du journalisme de lien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2) Compromis, restructuration et évolutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les réseaux sociaux, une organisation sociale du Web ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La cohabitation de plusieurs modèles informationnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vers une négociation médiatique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CHAPITREIIAPPRÉHENDER LE WEB COMME UN SYSTÈME COMPLEXE
63 64 66 68 68 68 72 75 78 81 82 83 85
89
I. Du contexte aux problématiques : axer la recherche89 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1) Questionner le phénomène de l’information Web89 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Séparer les deux évolutions90 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Modéliser les changements92 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Internet, un terrain difficile93 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2) Mobiliser des méthodes scientifiques95 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’analyse par ancrage théorique95  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’analyse expérimentale participative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 97 II. Approche systémique : modéliser les systèmes d’information99 . . . . . . . . . . 1) La théorie générale des systèmes chaotiques99  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La pensée complexe100 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’approche globale de la systémique. . .104 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Instabilité et irrégularité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 Convection et attracteurs naturels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . 109 Le chaos déterministe111 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2) Coordination du modèle de la complexité114 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De la Science à la société114  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des mécanismes dynamiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118 L’organisation et le changement. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3) Modélisation d’un cybersystème turbulent123 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Instabilité et désorganisation des systèmes médiatiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123 La dynamique des Web systèmes126  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vers un chaos ou un équilibre systémique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 129
Table des matières
2
2
7
III. Modéliser l’interaction : acteurs et dynamique de l’information  en ligne132 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1) Les acteurs du système et communautés interactionnelles132 . . . . . . . . . . . . . . Penser la dynamique interactionnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 133 Profiler des groupes d’acteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .134 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Schématiser le jeu interactionnel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136 Quels cybertypes ?138 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2) Triangulation et analyse d’un système social complexe. . . . . . .141 . . . . . . . . . . . . . Circuit d’information, individu et communauté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141 Schématiser une dynamique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143 Simulation et prédictibilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
CHAPITREIIIÀ LA POURSUITE D’UNE MODÉLISATION
147
I. La participation : dispersion des formats de l’information147  . . . . . . . . . . . . . . . . . 1) Un système inassimilable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 . . . . . . . . . . . . . . . . . Une autre culture des médias148 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des techniques inédites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151 Des relations nouvelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153 2) Le Web 2.0 et ses systèmes d’information inégaux156 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des acteurs peu indentifiables156  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Gestions et pilotages imprécis159 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Modélisation dynamique de la participation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161 Un modèle général déséquilibré163 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’impossible gestion de la participation164 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . II. Acteurs et circuits du lien : un système organisé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167 . . 1) Des reformes de la participation à la reconstruction d’un modèle. .167 Les organigrammes des réseaux sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 167 L’interaction, le facteur manquant169  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D’autres agencements de l’information172 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une architecture nouvelle du lien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173 2) L’interconnexion des figures contributives. . . . . . . . . . . . . . . .175 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un format contributif simple176 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Indentification des sources177 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Infomédiaires et vastes communautés180 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Simulation d’un meilleur pilotage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181 III. Une finale maîtrise des médias en ligne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185 . . . . . . . 1) Les apports techniques et informationnels des médias sociaux. . . . .185 . Réconciliations et concordances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . 185
2
2
8
L’information Web 2.0
Une éthique retrouvée187 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’institutionnalisation progressive du Web. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .190 . . . . . . . . . . . . . . . . Le passage d’un cryptomédia au protomédia192 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2) Prédictibilité et évolutions des médias numériques195 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une fractalité caractérisée.195 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une histoire de connexions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197 Contenir une dynamique par l’intégration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200 3) Des figures médiatiques Web stabilisées203 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’information de lien comme régulation interactionnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203 L’intégration du journalisme dans des mécaniques sociales. . . . . . . . . . . . . . . . .205 Améliorer ou remplacer : quels vestiges de la participation ?. . . . . . . . . . . . . . . . .209
Conclusions213 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Succéder213 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Résister. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214 Intégrer215 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Répondre217 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bibliographie219 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .