//img.uscri.be/pth/3d7d0cbda2535ce59815f996ae463d570ddc9a3e

Tout sur le gros-œuvre

-

Livres
112 pages

Description

Le contenu des matières de cet outil de travail a pour but les connaissances des programmes pédagogiques de la formation professionnelle et des premières années de l’université.
Nous avons essayé de donner les matières essentielles du programme d'une manière pragmatique et dans un langage simple. Pour cela nous avons renforcé ces données par des exemples simples, des photos et schémas explicatifs. Les schémas sont classés dans les paragraphes concernés. C'est pourquoi une grande approche pédagogique est atteinte et la motivation renforcée.
Les remarques, résumés et questionnaires servent à donner une suite favorable à l'apprentissage.
Nous avons donné les dernières techniques connues et les normes actuelles en vigueur.


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 21 novembre 2016
EAN13 9782334228015
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-22799-5

 

© Edilivre, 2017

Préface

Le présent aide-mémoire est destiné aux praticiens du chantier (conducteurs de travaux, métreurs vérificateurs, techniciens supérieurs, entrepreneurs…)…

Il se propose de donner les directives de base et les connaissances les plus usitées sur les chantiers.

Nous terminons chaque chapitre par des résumés et un questionnaire pour faire une évaluation objective aux lecteurs.

Nous sommes ouverts à toutes suggestions, remarques ou recommandations devant parfaire cet ouvrage car c’est dans la conjugaison des efforts pour une meilleure documentation pour les générations montantes que nous sommes tous concernés.

L’auteur

 

Introduction

Le présent ouvrage s’occupe des connaissances de base dans les techniques du Bâtiment et des travaux publics notamment le gros-œuvre.

Le contenu de ces matières a pour but les connaissances des programmes pédagogiques de la formation professionnelle et des premières années de l’université.

Avec cet outil de travail, nous avons essayé de donner les matières essentielles du programme d’une manière pragmatique et dans un langage simple. Pour cela nous avons renforcé ces données par des exemples simples, des photos et schémas explicatifs. Les schémas sont classés dans les paragraphes concernés. C’est pourquoi une grande approche pédagogique est atteinte et la motivation renforcée.

Les remarques, résumés et questionnaires servent à donner une suite favorable à l’apprentissage. Nous avons donné les dernières techniques connue et les normes actuelles en vigueur.

Nous nous sommes basés surtout sur l’expérience d’un collectif d’auteurs.

 

1
Mortiers et bétons

Les mortiers et bétons sont fabriqués à partir d’un mélange de liant, agrégats et eau et seront mis en œuvre dans un état plastique.

Ils se durciront sous l’action des produits chimiques des liants.

1-1-Les liants

1-1-1-La chaux

La chaux de construction est utilisée comme liant pour la maçonnerie et le crépissage, comme pour l’amélioration du sol et durcisseur pour la construction de chaussée. On différencie entre la chaux aérienne (chaux blanche ou chaux dolomite) et la chaux hydraulique.

image001

La chaux blanche est extraite de la roche de calcaire. Sa composition principale est le carbonate de calcium (CaCO3). La chaux dolomite résulte de la roche dolomite (Calcium-Magnésium-Carbonate). Pour la fabrication de la chaux hydraulique on utilise la Marne.

– Cuisson des pierres de chaux (calcaire)

Expérience : Un morceau de calcaire sera cuit environ 10 minutes.

Observation : La roche devient blanche poreuse et cassante.

Résultat : Du carbonate de calcium (CaCO3) provient l’oxyde de calcium (CaO) et se dégage du dioxyde d’oxygène (calcium cuit).

image002

En usine la pierre de chaux sera cuite dans des fours en puits, circulaires et tournant dans une température de 900°C et sera finalement moulue.

– Solution de la chaux vive.

Expérience : La chaux sera diluée.

Observation : La chaux augmente en température et en volume.

Résultat : La chaux s’associe à l’eau pour donner l’hydroxyde de calcium.

image003

Le mortier de chaux se durcit sous l’action du dioxyde de carbone de l’air avec l’hydroxyde de calcium dilué du mortier et se combine en carbonate de calcium (durcissement du carbone). Delà résulte la formation d’eau (humidité de construction). Le durcissement du carbone est pleinement tributaire de l’air et peut durer plusieurs années, car l’air ne contient que 0,03 % de dioxyde de carbone. C’est pourquoi le mortier de chaux ne doit pas être mis sous une pièce de construction ou bien directement utilisé après fabrication. Le mortier de chaux retient pendant longtemps l’eau.

RESUME :

Si on cuit le calcaire dans une température de 900 ° C, alors le dioxyde d’oxygène s’expansie et l’oxyde de calcium résulte. Si on combine l’oxyde de calcium avec l’eau alors résulte l’hydroxyde de calcium.

image004

Le mortier de chaux se durcit quand l’hydroxyde de calcium et l’acide chlorhydrique se transforment en carbonate de calcium.

CHAUX HYDRAULIQUE

La marne est un ensemble de pierre de chaux et de terre avec les minéraux du sol. (dioxyde de silicium SiO2, oxyde d’aluminium AlO3 et oxyde de fer Fe2O3.

Si on chauffe la marne à 1200° C, alors les minéraux du sol ont des réactions possibles. La chaux se durcit hydrauliquement c’est-à-dire durcit après quelques jours et devient chimiquement insensible comme la chaux vive.

Les prescriptions de fabrication du mortier de chaux sont à observer scrupuleusement.

La prescription de durée donne combien de temps la chaux avec l’eau doit être malaxée avant de lui additionner du sable pour en faire un mortier.

Le temps pendant lequel le mortier doit être laissé avant l’utilisation après ajout d’eau.

Les chaux de construction qui ne sont pas diluées sont blanc fin, chaux blanche granuleuse et fine chaux hydraulique.

L’hydrate de chaux est similaire chimiquement à la chaux blanche.

RESUME

La chaux hydraulique résulte, lorsque le calcaire, la terre en mélange est cuite jusqu’à une température de 1200 °C. Ces chaux se durcissent après quelques jours sous l’action de l’air et de l’eau.

 

 

Caractéristiques commerciales

Contenance en %

Exposition
à l’air

 

CHAUX.

3……………………………

-chaux blanche

– chaux dolomite

– chaux carbide

Constant

«

«

3

Chaux Hydraulique

 

– chaux diluée

– chaux hydraulique

– chaux hautement hydraulique

10 à 15

15 … 30

Supérieur à 30

7 jours

5 jours

3 jours

Sortes de chaux

Sortes de chaux

Signe distinctif
sur l’emballage

Résistance à 28 jours (N/mm2)

Chaux aérienne

aucune

Non exigé

Chaux diluée

1 trait noir

Non exigé

Chaux hydraulique

2 traits noirs

 ≥ 2

Chaux hautement hydraulique

3 traits noirs

5 … 15

Caractéristiques de la chaux

1-1-2-LE CIMENT

Les ciments sont des liants hautement hydrauliques finement moulus qui servent aux mortiers et bétons et lesquels durcissent sous l’action de l’eau et de l’air.

Les matériaux bruts comme le calcaire et les terres contenant des sédiments telles que la marne, seront moulus après broyage, finement dosés et vivement mélangés au matériau brut du ciment (avec une contenance de chaux environ 3 pour 1).

image005

Dans le four rotatoire sera cuit la farine brute et granuleuse jusqu’au début de la liquéfaction à environ 1450 °C.

A travers le passage de cette cuisson vers un four rotatif penché qui peut avoir une longueur de 100 m.

• La totalité du calcaire sera chimiquement mélangée au silicium, aluminium et oxyde de fer.

Les sortes de grains du ciment Portland ont presque 1 cm de diamètre. Elles seront finement moulues avec 30 % de gypse.

Plus l’entonnoir de ciment est petit, plus gros sera la surface supérieure de réaction par l’action de l’eau pour avoir une haute résistance à 28 jours.

RESUME :

Calcaire et marne seront travaillés à l’aide de la farine brute de ciment puis cuits jusqu’au début de la liquéfaction puis mélangés avec environ 3 % de gypse finement moulue.

Plus le klinker sera finement moulu et plus haute sera la résistance à 28 jours.

image006

Pour la mise en œuvre des ciments avec de l’eau résulte le ciment colle, lequel enveloppe l’agrégat de coin. Les composants du ciment réagissent avec l’eau. Le ciment colle devient du ciment gel rigide. La réaction chimique avec l’eau est appelée hydratation et laisse la chaleur d’hydratation s’échapper.

La rigidité du béton ne commence pas avant une heure et doit se terminer après 12 heures. La rigidité sera retardée après ajout de plâtre.

image008

Le durcissement du béton résulte à travers la combinaison avec l’eau dans le gel de ciment. De cette manière les pressions minimes de durcissement sont atteintes à l’intérieur des délais (norme de dureté) la pierre de ciment résulte. Le durcissement n’est pas circonscrit temporellement et est souvent terminé après des années. L’hydratation a une assez bonne prévention. L’arrêt prématuré de l’humidification interrompt le processus de durcissement.

Les ciments portland les plus utilisés proviennent du ciment klinker portland.

Les ciments portland sont riches en calcaire (protection des aciers contre la corrosion) obtiennent rapidement une haute résistance (courte mise en œuvre) et développent relativement beaucoup de chaleur d’hydratation (bétonnage par basses températures)

Pour les constructions massives et celles dont les propriétés chimiques sont hautement exposées (Tunnels, construction dans l’eau et la mer), alors l’utilisation du ciment armé de chaux avec une basse chaleur d’hydratation est avantageuse. A cela appartiennent les ciments ferreux, ciments des hauts fourneaux et ciment volcanique.

Les ciments ferreux et les ciments des hauts fourneaux seront fabriqués avec du klinker avec ajout de sable métallurgique. Le sable métallurgique provient du laitier des hauts fourneaux, lequel est attaqué par un gain de fer brut.

Le ciment volcanique donne un appréciable béton hermétique. Le ciment volcanique est formé de roches volcaniques dont son origine est naturelle.

RESUME :

Les ciments commencent à se combiner avec l’eau lorsqu’ils sont mis en œuvre en tant que bétons (hydratation du ciment). La solidification du béton sera retardée avec l’adduction du plâtre, mais doit être atteint après 12 heures.

Béton et mortiers se durcissent à travers la combinaison avec l’eau en grain de ciment. Le béton frais doit être protégé de l’excès d’humidification. Par l’hydratation, est libérée la chaleur d’hydratation.

Dans les fiches techniques des ciments, la résistance minimum à 28 jours doit être indiquée. Les ajouts d’information doivent relever le temps de durcissement, la chaleur d’hydratation et la résistance aux sulfates.

1-1-3-Le plâtre

Le plâtre de construction sera utilisé comme liant pour le mortier de crépissage, pour les travaux de stuc aussi bien pour la production de pierres de construction en plâtre.

Les plâtres de construction proviennent des pierres de plâtre, qui sont des sulfates de calcium contenant des cristaux d’eau CaSO4.2H2O dit sulfate de calcium dihydrate car chaque paire de molécules H2O seront reliées chimiquement.

1-1-3-1-Cuisson des pierres de plâtre

image009

Expérience : Des pierres de plâtre sont mises dans un tube à essai et chauffées

Observation : la vapeur d’eau est chassée.

Résultat : La chaleur chasse l’eau des pierres de plâtre.

Durant la production de morceaux de plâtre, les pierres de plâtre moulues seront cuites à une température de 180°C. A travers cela 75 % des cristaux d’eau seront chassés.

Le stuc...