//img.uscri.be/pth/062c01f1576e8e202e55a67911cdd032de9c91dd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'organisation de la transgression

De
276 pages
Quel sens donner à la transgression, aux notions de formel et d'informel ? Peut-on organiser les activités économiques qui échappent au contrôle des autorités politiques ? Celles-ci participeront-elles à l'institutionnalisation de pratiques transgressives ou poussent-elles à la formalisation entendue comme possibilité de régularisation ? En s'appuyant sur des terrains d'Afrique et d'Europe, les auteurs en établissent une cohérence thématique certaine et permettent de saisir les fondements de l'organisation des transgressions.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de Sonny Perseil et Yvon Pesqueux
L’ORGANISATION DE LA TRANSGRESSION
PERSPECTIVES
ORGANISATIONNELLES
Formaliser l’informel ?
L’organisation de la transgression Formaliser l’informel ?
Perspectives organisationnelles Collection dirigée par Yvon Pesqueux et Gilles Teneau C’est depuis l’apparition de la grande organisation comme phénomène social suffisamment important que se pose la question de la construction d’un champ de savoir qui lui soit spécifique, celui des sciences des organisations, la grande entreprise en étant la manifestation concrète majeure. C’est l’action organisée dans cet endroit spécifique qui constitue le matériau empirique et conceptuel et l’enjeu de la création de savoir, ceci venant justifier l’existence de la collection « Perspectives organisationnelles ». L’organisation est à la fois organisée et organisante c’est-à-dire qu’elle cherche à maintenir la socialisation qui lui est inhérente ce qui lui permet en même temps de se maintenir; elle cherche à relier les agents organisationnels et à se relier, c’est-à-dire à relier les agents organisationnels avec les autres ; elle cherche à produire des biens et des liens ce qui lui vaut d’assurer sa pérennité. L’organisation matérialise l’existence d’un «équilibre »entre des logiques structurelles et celles des agents qui les animent. L’organisation est donc une construction sociale contingente qui prend en compte des objectifs, des conditions d’environnement et la mentalité des agents qui s’y trouvent. Dernières parutions Laurent CHIOZZOTTO, Dominique FAUCONNIER, Michel RAQUIN,Règles, Métier et Processus, Trois explorations, 2013. Gilles TENEAU &Nicolas DUFOUR,La gestion des risques, un objet frontière, 2013. Emmanuel CASTILLE (coord.),Une autre image de l’organisation. Mises en perspective analytiques, 2013. Isabelle PLOND-MORAND, L’employabilité. Ambiguïtés d’un concept, 2012. Lucile MAERTENS,Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) face aux catastrophes naturelles, Ce que le tsunami a changé, 2012.
Sous la direction de Sonny Perseil et Yvon Pesqueux Cnam / LIRSA (EA 4603)
L’ORGANISATION DE LA TRANSGRESSIONFormaliser l’informel ?
Actes de la journée d’études organisée au Conservatoire national des arts et métiers, le 29 mars 2013Ouvrage publié avec le soutien du Laboratoire interdisciplinaire de recherches en sciences de l’action (Lirsa - EA 4603)L’Harmattan
Des mêmes auteurs Perseil S.,Liberal la plural, Bucarest, Libertés, 2000. Perseil S.,Le factionnalisme partisan, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001. Perseil S.,Politique, mœurs et cannabis : rétablir le droit ?, Paris, Éditions Le Médiateur, 2003. Perseil S.,Le cadrage politique de la drogue - autour de Howard S. Becker, Paris, Editions Pepper, 2004 (codirection du livre avec Séverine Rinck). Perseil S.,Cadres de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2009. Pesqueux Y.,Management de la connaissance - Knowledge Management & Apprentissage organisationnel & Société de la connaissance, Paris, ème Economica, 2011 - 2édition (en collaboration avec Michel Ferrary). Pesqueux Y.,Imaginaires, Savoirs, Connaissance, Editions du CNAM -Pays de Loire, 2012 (en collaboration avec Georges Bertin). Pesqueux Y.,Le développement professionnel des cadres - apprentissage et gestion des connaissances(Ed.), Poitiers, Sceren / esen, 2012. Pesqueux Y.,Contrôle de gestion - Des outils de gestion aux pratiques ème organisationnellesédition, Paris, Dunod, 2013 (en collaboration avec, 4 Hélène Löning, Véronique Malleret, Jérôme Méric et avec la participation d’Andreù Solé). Pesqueux Y.,Épistémologie des sciences de gestion, Paris, Vuibert, collection "Fnege", 2013 (en collaboration avec Alain-Charles Martinet). Maquette et corrections :Confidens Illustration : Émilie P. © L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.frdiffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN :978-2-343-02830-9EAN :9782343028309
SOMMAIRE Introduction11 Première partie 15 SAISIR LINFORMEL ET LA TRANSGRESSIONDANS LORGANISATIONDe l’économie informelle 17 Yvon PESQUEUX (Cnam / LIRSA) La déviance comme forme particulière de comportement organisationnel : dimensions formelles et informelles 41 Anne SACHET-MILLIAT (ISC Paris)Organisation et transgression : l’apport de la pensée de l’érotisme de Georges Bataille 51 François DE MARCH (LIRSA / Cnam) Organiser la transgression ou formaliser l’informel ? 67 Liamidi Ojuola BANGBOLA (ISOR, Cotonou) Deuxième partie 75 MANAGER LINFORMEL? Quels sont les managements possibles de l’informel ?77 François GEOFFROY (Université de Picardie Jules Verne /CRIISEA)Formel et informel dans l’humanitaire: une question de frontière87 Pascal DAUVIN (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Transgression ordinaire et transgression organisée dans le sport contemporain97 Claude LEGRAND (Université de Poitiers / CEREGE)107 Khaoula BEN MANSOUR et Karim BEN KAHLA(ESC Tunis)
Les secrets du licenciement transactionnel121 Jacqueline de BONY (LISE / CNRS / Cnam)Troisième partie133 L’IMPORTANCE DEL’ÉCONOMIE INFORMELLE DANS LESPAYS DUSUD- études de cas en Afrique(Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo) Bonne gouvernance et économie de la corruption : le cas des entreprises publiquesdu Bénin135 Désiré YASSO(IAE Paris I Panthéon Sorbonne)L’essence « kpayo », bonne qualité149 Nicolas O. OLIHIDE (ISOR, Cotonou)Entre transgression et régulation: l’organisation du commerce informel à Kinshasa159 Sylvie AYIMPAM (CEMAF, Aix Marseille Université)Entre normes et normalisation d’une pratique. La vente des médicaments dans les cars de transport en commun au Cameroun 167 Estelle KOUOKAM MAGNE (Université Catholique d’AfriqueCentrale, Yaoundé)Le «clando »rural à ciel ouvert: là où la transgression est la norme 175 Vivien M. MELI (Université de Dschang) La vente de gibier en Côte d’Ivoire, de l’illégalité au formel : le cas des «maquis »de Kobakro dans la métropole abidjanaise 191 Kouamé Sylvestre KOUASSI (Université Alassane Ouattara, Bouaké) Quatrième partie 201 LES TENTATIONS DE LA FORMALISATIONLe travailleur, propriétaire informel de l’économie formelle : retour sur le modèle yougoslave 203 Karim MEDJAD (Cnam / LIRSA)
De la nounou à l’assistante maternelle agréée: une formalisation aboutie de l’activité ? Sonny PERSEIL (Cnam / LIRSA) Désorganiser le formel : légitimité, négociation et régulation Yoann BAZIN (ISTEC) etAmélie NOTAIS (RITM, Université Paris Sud) La redistribution à des fins sociales des biens confisqués aux mafias en Italie : de l’informel mafieux au formel citoyen Niccolò MIGNEMI (CRH-ERHIMOR) et Fabrice RIZZOLI (FLARE) Essai sur la régulation de l’informel au regard du trafic de drogue Fabrice RIZZOLI (FLARE) et Laurent APPEL (ASUD) Économie du Maroc: quelles issues et politiques pour rendre formel le secteur informel ? Abdelghani OUGAZZOU (LIRSA / Cnam) Conclusion
215 225 237 253 263 271