//img.uscri.be/pth/e7d8686610ceef583e65e78076d8a9ddbc25e164
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La psychologie du collaboratif

De
222 pages
Dédié à la psychologie du collaboratif, cet ouvrage retrace l'état de l'art du lien groupal à partir du désir de collectif créatif que chacun éprouve dans l'entreprise et dans la société. Il s'agit pour l'auteure de souligner les ressources naturelles humaines, pour trouver un destin partagé. Il s'accompagne donc de retours d'expérience de la conduite de groupes et de l'accompagnement individuel. Il ouvre à la réflexion, au moyen de carnets à personnaliser et à dessiner.
Voir plus Voir moins
EvaMATESANZ
La psychologie du collaboratif « Dessinemoi nous »
La psychologie
du collaboratif
Eva MatesanzLa psychologie du collaboratif
« Dessine-moi nous »
Du même auteur L’art du lien, le nouvel humanisme connecté, Éditions Kawa, 2014 100 secrets de managers qui réussissent, avec Henri Kaufman, Éditions Kawa, 2012 © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10647-2 EAN : 9782343106472
Introduction
PREMIERE PARTIE
SOMMAIRE
Qui suis-je ensemble ?
De l’empreinte de la famille d’origine en soi, à la signature personnelle dans le collectif original
Carnets d’individu-actions
DEUXIEME PARTIE
La reliure entre les hommes est cousue de leurs mains toujours prêtes à repriser
Carnets de self-défense
Les points de fixation d’un groupe
Le groupe à l’œuvre
Carnets des appartenances
EPILOGUE
Des hommes centrés sur eux feront l’avenir ensemble
Remerciements
Carnets d’art-partances
7
11
21
43
77
 91
121
133
157
181
195
203
205
« La société des hommes se tient et se coud, à quelque prix que ce soit : en quelque assiette qu'on les couche, ils s'appilent, et se rangent, en se remuant et en s'entassant : comme des corps mal unis qu'on empoche sans ordre, trouvent d'eux-mêmes la façon de se joindre, et de s'emplacer, les uns parmi les autres : souvent mieux que l'art ne les eût su disposer. » Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9