le Prince de Machiavel à l'usage de mon patron, de mes collègues... et de moi-même

-

Livres
174 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Lire (ou relire) Le Prince à la lumière d’aujourd’hui est passionnant. L’appliquer au travail tel qu’il se vit actuellement est plus qu’instructif. Et ceci d’autant plus que l’auteur de cet ouvrage a choisi de suivre le déroulé du chef d’œuvre de Machiavel pour accentuer la cohérence des conseils fournis.


Ecrit par un chef d’entreprise érudit et pragmatique ce livre montre que la gestion « politique » des affaires conseillée par Machiavel s’adapte parfaitement la gestion des entreprises... et que ceux qui la pratiquent ont toutes les chances de réussir.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 33
EAN13 9782818808719
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0097€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Hatim Ben Ahmed, ingénieur ESTP, titulaire du DESCF et diplômé du programme GMP de la Harvard Business School, est l’un des fondateurs de Mediterrania Capital Partners, une firme de capital-investissement dédiée à l’investissement en Afrique. Après avoir travaillé au au sein du cabinet d’audit Arthur Andersen à Paris puis en conseil financier chez Accuracy sur de nombreuses acquisitions et cessions pour le compte de groupes industriels et financiers en Europe et aux USA notamment, il investit, depuis 2008, dans de nombreuses sociétés en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne dans des secteurs variés (distribution informatique, logistique, microfinance, transfert d’argent, agroalimentaire, télécoms, construction, santé et éducation). Il est aujourd’hui administrateur de plusieurs sociétés sur le continent africain où il contribue à leur processus de création de valeur.
L’auteur Hatim Ben Ahmed peut être joint à l’adresse : hatim.ben-ahmed@maxima.fr
www.maxima.fr Rejoignez-nous : facebook.com/EditionsMaxima.ViePrivee/ facebook.com/EditionsMaxima. VieProfessionnelle/ Twitter :@maximaediteur LinkedIn :Maxima Editions
8, rue Pasquier, 75008 Paris. Tél. : + 33 1 44 39 74 00 –infos@maxima.fr
© Maxima, Paris, 2019.
ISBN : 978-2-8188-0871-9
Maquette de couverture : Agnès Szynkier pour Maxima. Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
À Bassim et Leyth qui, je l’espère, trouveront ici la réponse à leur question posée quotidiennement tout au long de l’écriture de cet ouvrage : « papa, ça parle de quoi ton livre ? »
Introduction
l y a quelques mois je m’étais décidé à relireLe PrinceMachiavel et j’ignorais à de I ce moment-là dans quelle formidable aventure j’allais m’engager. Je m’étais tout d’abord lancé dans cette entreprise pour le plaisir de relire une œuvre environ vingt années après l’avoir découverte, pensant être mieux outillé pour la comprendre à la manière de ces livres étudiés au collège ou au lycée et dont on ne peut percevoir tout le sens sans l’ouverture d’esprit et le recul qu’offre l’expérience de la vie. Dès les premières pages, stupéfait par la justesse des analyses de Machiavel sur le plan politique je n’ai pu m’empêcher de les lire, par déformation professionnelle, à travers le prisme de mon expérience du monde de l’entreprise. Au fil des pages, certains passages me faisaient réfléchir à des situations, des attitudes, rencontrées dans le cadre du monde de l’entreprise. Je m’amusai donc à souligner et à annoter certaines phrases du livre, tout en essayant de les relier à la gestion des affaires : le leadership, les ressources humaines, les fusions acquisitions, etc. Tout cela de manière assez informelle et sans objectifs précis. L’idée d’y consacrer un livre a germé plus tard lorsque je me rendis compte qu’il n’y avait pas un seul chapitre où je n’avais pas identifié dans une réflexion de Machiavel un élément qui pourrait être source d’inspiration pour un dirigeant d’entreprise. Bien évidemment, de nombreux ouvrages ont été écrits sur et autour du Prince, et notamment sur les liens possibles de cette œuvre avec le monde de l’entreprise mais chaque auteur privilégie sa propre grille de lecture, en se focalisant souvent sur un point précis : la stratégie, la négociation ou la gestion des ressources humaines, sans vraiment prendre le temps d’expliquer le texte original dans sa dimension première, à savoir politique. Enfin, si la bibliographie est abondante, les livres en langue française sur ce sujet particulier ne sont...
Chapitre I.
Combien de sortes de monarchies il y a, et comment elles s’acquièrent
L'autorité dans l'entreprise
1 e premier chapitre duPrinceest très court. En fait, il tient sur une demi-page et L il est, à l’image du style d’écriture de Machiavel, très direct. Machiavel débute son livre en établissant les modes de gouvernance d’un État et mentionne ainsi trois niveaux d’analyse. Le premier se rapporte aux modes de gouvernance qu’il réduit en fait au nombre de deux : la monarchie et la république. Encore une fois, gardons à l’esprit que Machiavel est un pragmatique : il se concentre donc sur des systèmes politiques qui fonctionnent et qui lui sont familiers. Il ne perd pas de temps à énumérer d’autres modèles de gouvernance d’un État, les suffixes « cratie » ou « archie » s’accolant bien à des dizaines de formes de gouvernement différentes. Il ne cherche pas non plus à élever l’analyse de ces formes selon un autre angle comme a pu le faire bien plus tard 2 Max Weber qui suggère trois formes de gouvernements, le charismatique (religieux), le traditionnel (féodal) et le légal (État moderne).
Deux formes donc à retenir : la monarchie et la république.
Le second niveau d’analyse concerne l’origine de la monarchie et Machiavel nous dit dans ce chapitre que, selon lui, les monarchies peuvent être soit héréditaires soit nouvelles...
Chapitre II.
Des monarchies héréditaires
Les transmissions héréditaires d'entreprises
ans ce chapitre, guère plus long que le précédent, Machiavel précise qu’il ne D1 traitera pas le cas des républiques (il abordera ce sujet dans un autre ouvrage, Discours sur la première décade de Tite-Live, où il s’intéresse en particulier à la République de Rome) et se concentrera sur les monarchies et sur la manière dont on doit les diriger pour les conserver. Machiavel affirme qu’il y a beaucoup moins de difficultés à conserver des Etats héréditaires que des nouveaux, compte tenu de l’accoutumance à la lignée du prince, et qu’il suffit donc au prince régnant de ne pas remettre en cause l’ordre existant. Nul besoin d’être extraordinaire pour un prince héréditaire afin de se maintenir dans son État, et quand bien même ce prince fût mauvais, et qu’il perdit son État, il pourrait le récupérer au moindre faux-pas du nouvel occupant car il bénéficie d’une bienveillance naturelle de son peuple. Il conclut ce chapitre en mentionnant que plus un pouvoir est ancien, plus les raisons d’un changement s’amenuisent. Même si ces affirmations peuvent sembler cohérentes, il y a bien entendu des limites à ce raisonnement. S’il ne reste aujourd’hui qu’une...
Chapitre III.
Des monarchies mixTes
Lesfusions-acquisitions et l'internationalisation
’est avec ce troisième chapitre sur la monarchie mixte, c’est-à-dire un État Cdécouvrir sa réflexion sur le pouvoir. annexé, comme possession, à un État ancien, que Machiavel nous fait La monarchie mixte est confrontée à la difficulté intrinsèque à toute monarchie nouvelle : les hommes veulent changer de souverain car ils pensent toujours pouvoir avoir mieux, alors qu’en fait, selon Machiavel, très souvent leur sort s’est dégradé. En effet, par le recours à la force et aux humiliations, le nouveau maître lèse dans la plupart des cas ses nouveaux sujets, lesquels deviennent les ennemis du prince conquérant et rendent son maintien au pouvoir très difficile. Cette remarque souligne d’ailleurs, même si ce n’est pas l’objet de son livre, à quel point Machiavel est conscient des limites de la monarchie tout en étant convaincu de sa nécessité dans son Italie contemporaine. Pour faire face à cette difficulté, il est donc fondamental selon Machiavel d’avoir le soutien des habitants lorsque l’on conquiert un pays. Mais cette condition nécessaire est rarement suffisante pour se maintenir au pouvoir. Machiavel introduit alors une notion importante, celle de proximité culturelle du territoire conquis, qu’elle soit de langue, de nation, d’institutions ou de coutumes. Selon lui, lorsque cette proximité existe, il est beaucoup plus facile de maintenir ses conquêtes dès lors que le nouveau prince aura anéanti la lignée de l’ancien souverain et préservera les conditions de vie (notamment les lois et les impôts) de la population. En revanche, lorsque cette proximité n’existe pas, tout se complique et il faut alors « avoir grand bonheur et grande habileté ». Machiavel propose trois « remèdes » pour aider le nouveau prince à surmonter les difficultés qui émergeraient. Le premier et le plus important selon lui est que le nouveau prince s’installe dans le royaume conquis. Cela lui permettra d’identifier plus aisément les troubles et donc de les gérer rapidement mais également d’être plus proche de la population et par là 1 réussir à être aimé ou craint, ces deux sentiments aidant au maintien au pouvoir . Le second « remède » est l’établissement de...