Le secteur privé sénégalais

Le secteur privé sénégalais

-

Français
140 pages

Description

Cet ouvrage cherche à répondre, à la lumière des instruments de la science économique et de la gestion, à un ensemble de questions : quelle est la structure entrepreneuriale et la forme d'entreprise la mieux à même d'exploiter toutes les opportunités d'investissement ? Dans quel secteur et à quel rythme se construisent les entreprises et les fortunes ? Quelles sont les contraintes majeures qui bloquent leur performance ? Quels sont les meilleurs instruments institutionnels de soutien au développement des PME, moteur mondial de la croissance ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 octobre 2018
Nombre de lectures 7
EAN13 9782336852270
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


Moustapha KASSÉ








Le secteur privé sénégalais
Jambe faible de l’Émergence, entre
entreprenants et entrepreneurs



























© L’HARMATTAN-SÉNÉGAL, 2018
10 VDN, Sicap Amitié 3, Lotissement Cité Police, DAKAR
http://www.harmattansenegal.com
senharmattan@gmail.com
senlibrairie@gmail.com
EAN Epub : 978-2-336-85227-0
À Mère Aston SARRE KASSEM, je te vouerai un amour immense, éternel et une admiration sans
borne. Infinies reconnaissances pour ton accompagnement sans faute sur un demi-siècle.
Continue de veiller sur nous du paradis où tu te trouves.
À mon fils spirituel, mon ami, mon distingué et éminent collègue Fulbert AMOUSSOUGA GERO
brutalement arraché à notre affection et à la communauté scientifique qu’il présidait avec
compétence, sérieux et dévouement.
À ces disparus bien-aimés, vous resterez à jamais présents dans ma mémoire.R E M E R C I E M E N T S
Je présente ma considération au Président de la République, Macky Sall et à son Premier
ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, aux Présidents Blaise Compaoré, Ibrahim Babacar
Keita, Denis Sassou Nguesso, Yayi Boni, Alassane Ouatara, Marc Christian Kaboré et Cheikh
Hadjibou Soumaré de la Commission de l’UEMOA. À la mémoire de mon étudiant, le patriote
intransigeant, Dr Salif Diallo.
J’exprime toute ma gratitude au ministre Amadou Ba et à ses collaborateurs de la DGPPE
particulièrement le DG. Pierre Ndiaye et le Professeur Abou Kane ainsi que tous les techniciens
ferrés de l’ANSD qui m’ont apporté à la fois soutien et critique de haute facture, au ministre Pape
Abdoulaye Seck, au DG Mamadou Ndione du COSEC et à Idrissa Diabira, Directeur de l’ADEPME.
Aux cadres de l’UEMOA en particulier à Iba Mar, Dossolo Diarra et Mme Fati Tchiombiano.
Mon hommage appuyé aux sommités des deux Académies des Sciences et Techniques du
Sénégal et Hassan 2 de Rabat et à leur Président respectif, le Pr Doudou Ba et le Pr. Omar
FassiFehri. À la mémoire du Recteur Souleymane Niang et du Pr Iba Mar Diop. Au Secrétaire perpétuel
de l’Académie, le Recteur Oumar Sock.
Toute ma gratitude à mon neveu, le ministre Cheikh Kanté toujours prompt à m’encourager
sans relâche dans mes recherches. À mes amis de l’École de Dakar au premier rang desquels
l’initiateur le Professeur Abdoulaye Wade, Dr Chérif Salif Sy, Madame le Ministre Gnounka Diouf,
Jean Pierre Noel et le Pr Jacques Mariel Nzouankeu. Mes remerciements à Pierre Goudiaby Atépa
pour son appui au LARED, à Mansour Kama et Mor Talla Kane de la CNES, Baidy Agne du CNP, à
mes amis de l’UNACOIS et à Ibrahima Macodou Fall.
Je voudrais exprimer ma reconnaissance à toutes les personnes qui m’ont soutenu et encouragé
tout le long d’une longue carrière et celles plus récentes qui m’ont poussé à publier cette réflexion
au moment où je traversais une énorme épreuve en la perte de ma sublime compagne d’un
demisiècle, Mère Aston Sarré Kassé.
N’eussent été la présence et le soutien appuyé et multiforme de toute ma famille, de mes
enfants et petits-enfants, certainement, je n’aurai jamais réussi à achever ce travail, mon infinie
reconnaissance à Cheikh Sarré et Diarra Mballo, au DG Mamadou Gankal Kassé et Daba Tall,
l’Omniprésente Ndèye Fatou Bousso Kassé et Papi Fal, Abdoul Aziz Kassé, Vieux Mamadou
Diodio Kassé, Ibrahima Sarré, Moussa, Alexandre, Mamadou Dénango, Tantie Aminata, Mamy Ass,
Bigué Seck, Masse Thiam, Dr Abraham et Patricia Amoussouga, au Maire Aly Mané, au Dr. Ndéye
Khoudia Diokhané, Madiama et Makhtar Tall, Mamadou Kassé mon frère, Marie Bakhoum et
Sombel Ngom. Grand merci à Tata Penda Sarré, Joséphine, Fatou Mbaye Kassé, Ass Kassé Mbaye,
Awa Kassé, Fatou Ndama, Ndéye Kassé, Dié Kassé et les inoubliables jumelles Yaye Khady Ndiaye
et Nana Sène. Aux mamans encore en vie, Yaye Soda Ndiaye, Yay Oumy Ndiaye, Yay Fat Tall et Yay
Say Tall. Merci à toute la famille Kassé, Sarré, Dioum, Tall, Diokhané, Diongue et en particulier à
notre aïeul Son Excellence Massamba Sarré, Daba Diokhané, Abdalah Sarré, Mamadou Kassé Tall.
Je serais coupable de négligence si je ne décerne une mention spéciale à mes deux médecins :
l’inégalable, en disponibilité et en compétence, le Pr Pape Pierre Ndiaye et le Pr Abdoul Aziz Kassé.
Je ne saurai oublier les fidèles amies de mon épouse Betty Ba, Bintou Ndiaye, Fatou Kiné Dallas et
Bineta Kane. À mes amis d’enfance qui ne m’ont jamais quitté, grand merci à Abdou Karim Aw,
Younoussa Diaw, notre grand frère T. Amath Dansokho, Madior Bouna Niang, Elhadj Sylla, Bangaly
Kaba, Pr Lamine Ba, Dr. Alpha Thiongane, Assane Dieng. À la mémoire de Issa Fall, Samba Mbaye,
Hamidou Sakho et Pr. Kané Karamoko. À maître Massokhna Kane et aux monuments du droit le Pr
Ibrahima Fall, maître Dossou Robert, Pr. Dény Ségui et Pr. Sérigne Diop.
À l’équipe qui perpétue le Manifeste du PAI du 15 septembre 1957, Makhtar Fofana, Alla
Kane, Abdou Kane, Nancy Kane, Babacar Sokhna, Sadio Kamara, Laya Diouldé (Niger), Anson
Georges (Lomé), François Lo, Ali Sabo (Niger), Mounkeyla Arouna, Samba Diouldé Thiam,
Mamadou Touré (Burkina), Ougouma, Ologoudou, Capochi Raymond et Gratien (Bénin), Anoma
Marcel (Côte d’Ivoire). Vibrant hommage aux précurseurs de la lutte de l’indépendance de notre pays
que l’on s’abstient à honorer : Seydou Cissoko, Majhemout Diop, Adama Diagne, Seyni Niang,
Tidiane Baidy Ly, Khalilou Sall, Maitre Babacar Niang, Dr. Albert Bachir, Malick Sow, AbdouMalick Gaye, le ministre Souty Touré et Mady Danfakha.
Mes remerciements aux Professeurs Maurille Agbobli, Chérif Sidy Kane, Hakim Ben
Hammouda qui sont dans ma proximité intellectuelle et familiale, les Recteurs Pr Abdou
Moumouni, Pr. Mary Teuw Niane, Pr Paul Desneuf, Pr Abdel Kader Boye, Pr Moustapha Sourang,
Pr Abdou Salam Sall, Pr Saliou Ndiaye, Pr Xavier Greffe, Pr Ngbo Aké, Pr Ona Ondo, Pr Bekolo
Ebbé, Pr Aimé Gogué, Pr. Safack Nanfosso, les Doyens Pr. Adama Diaw, Pr. Tuna Mama, Pr. Mama
Ouatara, Pr Bachir Wade, Pr. Aly Mbaye, Pr. Bouna Niang, Pr. Ballo Ziè, Pr. Igué Charlemagne, Pr.
Mathias Ninga, Pr A. Ngakosso, Pr. Sirpé Ndermane, Pr. Damien Agbodji, Pr. Chico Éboué, les
professeurs Ondo Ossa, Pr Géorges Kobou, Makhtar Diouf, Pr Mamadou Dramé, le ministre Dr.
Abdoulaye Baldé, Pr Abdoulaye Diagne, Pr. Abdoulaye Bathily, Pr. Seydi Ababacar Dieng, Pr Thione
Diop, Pr. Taladidia Thiombiano, Pr Pam Sahonogo, Pr Serge Bayala, Pr Malam Nafiou, Pr Ibro
Abdou, Pr François Cabral, Dr Suzanne Badji, Pr Aklesso Egbendewe, Pr Abdoulaye Elimane Kane,
Pr Mame Moussé Diagne, Pr Georges Gango, Pr. Mamadou Koulibaly, Pr Fatou Diop, Pr M.
Lamine Dial, Pr. Mbaye Diène, Dr. Marième Ndoye et tout le corps professoral des FASEG de
Dakar, Abidjan, Cotonou, Ouaga, Niamey, Lomé, Soa, Libreville et Brazzaville. Merci à Mireille
Gonzalvez et Ndèye Bana Dia.
Toute ma reconnaissance à Mame Sall, Lamine Sall et Pr. Lamine Ndiaye qui dirigent avec brio
l’IPG, au Dr. Pape Diallo de l’ISF et à la rigoureuse administration du GPE-Abidjan, du Directeur à
èmela cheville ouvrière Mme Yapo, aux stagiaires de la 7 Promotion et enfin aux rigoureuses et
dynamiques sœurs de l’ESAG-NDE de Lomé : Louise de Jesus Assivon, Pauline Suka, Marie G.
Johnson et M. Komela Ebri.
À la jeune et dynamique équipe d’enseignants chercheurs du LARED : Dr. Thierno Thioune,
Dr. Idy Diandy, Alioune Badara Seck qui sont engagés dans la carrière universitaire et aux doctorants
Viviane Mamno Wafo, Mame Mor Séne, Ibrahima Cissé et Mamadou Diouf qui nous donnent
entière satisfaction par leur dévouement, leur assiduité et leur rigueur.
Je voudrais remercier enfin les membres de l’équipe éditoriale de mon neveu, Dr Abdoulaye
Diallo de L’Harmattan pour leur professionnalisme et surtout pour leur part considérable dans la
relance dynamique de l’écriture dans un pays longtemps dominé par la parlotte et l’oralité sans fin de
nos élites.
Mes hommages appuyés aux imams, au président Momar Gueye, aux administratifs et aux
pratiquants de notre mosquée du Point E et de Mermoz. En reconnaissance à l’érudition des imams
Falilou Tall, Diabel NDiaye, Dr Khadim Mbacké et Ahmadou Makhtar Kanté. À mon frère Sérigne
MBakiou Faye et la dynamique équipe de Massalikoul Jinan.
Je rends grâce à la lignée de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimourassol et à ses disciples qui
sanctifient Touba la cité céleste pour laquelle le peuple des croyants s’instruit et travaille dans une
symbiose qui tient lieu, à la fois, de fonction de production, de création de richesses et de modèle de
société.PRÉFACE
Il y a des publications qui servent de marqueurs dans le temps d’une nation et l’histoire
d’une discipline académique. Ce sont des pépites de productions intellectuelles qui valent leur
pesant d’or, parce que bâties sur les fondements d’une grande expérience académique et une
expérience de vie. Le Professeur Moustapha KASSE est une référence au Sénégal et en Afrique en
matière de sciences économiques et de gestion.
Les plans quadriennaux de développement ont marqué les premières années de l’histoire du
développement économique de notre pays. Les plans structurels ont marqué un tournant de ce
passé. Le Plan Sénégal Émergent (PSE), référentiel de la politique économique et sociale du pays
sur la période 2014-2035, pose un changement de paradigme. Le secteur privé, moteur de la
croissance économique, occupe une place de choix dans le PSE et dans cet ouvrage du Professeur
KASSE.
Les questions que l’auteur aborde sur la fiscalité, l’efficacité des investissements publics, les
réformes et l’articulation entre les politiques sectorielles et la stratégie nationale, pour ne citer
que celles-là, interpellent au premier chef le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan que
je suis. En effet, l’émergence d’un secteur privé fort et compétitif au Sénégal, c’est mon combat au
quotidien.
Cet ouvrage traite de manière détaillée le cas du Sénégal, tout en ouvrant une large fenêtre
sur les économies émergentes et développées. Ce benchmarking a permis d’argumenter les
propositions de solutions susceptibles de lever les contraintes au développement du secteur privé
sénégalais. Historiquement plombé par des facteurs économiques (faible investissement, faible
productivité, rentabilité incertaine) et extra économiques (manque de confiance entre les acteurs,
croyances en des valeurs autres que le travail), le secteur privé a fait l’objet d’une attention
particulière dans le Plan Sénégal Émergent (PSE). Les nombreuses réformes visant à améliorer
l’environnement des affaires et à accroître la productivité devraient permettre de relever le défi de
la compétitivité du secteur privé pour favoriser une croissance inclusive.
Il est largement reconnu que le secteur privé joue un rôle essentiel dans la croissance
économique, la création de richesses et d’emplois. La promotion d’une culture entrepreneuriale et
le soutien aux initiatives privées constituent donc des voies privilégiées pour bâtir une économie
dynamique et résiliente. Ce livre s’adresse aux responsables politiques, aux chercheurs, aux
bailleurs de fonds et autres parties impliquées dans la mise en œuvre du développement des
capacités productives du secteur privé. Il aborde en profondeur le meilleur environnement de
l’entreprise à partir d’une réflexion à la fois complète, pratique et documentée qui s’efforce de
proposer des solutions innovantes au fonctionnement du binôme État stratège/ secteur privé
solide, pour relever les défis de l’émergence qui prend appui sur une politique industrielle
incontournable portée par des champions nationaux et des PME/PMI agencées en clusters.
Ce travail répond, à la lumière de la science économique qui fournit les infrastructures
théoriques et les instruments de la gestion, à une problématique d’ensemble.
Quelle est la meilleure structure entrepreneuriale et quelle est la forme d’entreprise à même
d’exploiter toutes les opportunités d’investissement ? Dans quels secteurs et à quel rythme se
créent les entreprises au Sénégal ? Quelle est la place faite aux femmes et aux jeunes ?
Quelles sont les contraintes majeures qui bloquent leur performance et quelles sont les
politiques pertinentes pour les lever ? Quels sont les meilleurs instruments institutionnels de
soutien au développement des PME, secteur moteur de la croissance.
C’est avec une approche didactique que le Pr KASSE aborde cette problématique. D’abord
il met en exergue les fonctions respectives du binôme État/Secteur privé dans une stratégie de
l’Émergence qui s’appuie sur une politique industrielle incontournable. Ensuite, il fait une
analyse radioscopique de la configuration entrepreneuriale hétérogène du secteur privé pour
fournir une vue d’ensemble du secteur privé, sa composition et ses caractéristiques principales.
Cette analyse et ce profilage débouchent sur une évaluation des contraintes résultant de
structures rigides qui limitent le dynamisme et hypothèquent le développement de l’entreprise
privée nationale sénégalaise. Ces contraintes sont multiples et variées ; elles sont analysées dansl’optique d’avoir des indications sur leur résolution par des politiques publiques idoines.
L’analyse de l’environnement du secteur privé se poursuit par un examen des politiques
publiques, des programmes des partenaires techniques et financiers en faveur du développement
et de la promotion du secteur privé dans les politiques économiques et sociales nationales. Ce
tour d’horizon permet alors d’aborder la stratégie d’émergence et les transformations
structurelles dans l’optique du PSE : les nouveaux habits de l’État et du secteur privé. Quelles
sont ces transformations structurelles pour atteindre l’Émergence ? Quels sont les rôles attendus
de l’État et du Secteur privé. Quels sont les meilleurs moyens institutionnels pour soutenir le
développement des PME ? L’aboutissement du processus doit permettre une émergence
industrielle dans laquelle les champions nationaux du secteur privé et les institutions publiques
de mise en œuvre sont les clefs de voûte de l’émergence. Il est bien établi que le Sénégal ne peut
réussir l’émergence sans s’industrialiser. Cette dernière partie répond à deux interrogations
majeures relatives respectivement aux outils et instruments de la politique industrielle ainsi
qu’aux institutions de pilotage et de gouvernance de la stratégie d’industrialisation.
C’est un livre d’une grande rigueur intellectuelle et tout aussi agréable à lire. L’auteur
utilise un style d’une simplicité déconcertante qui allie faits stylisés et développements théoriques
avec une approche pédagogique propre aux grands Professeurs.
« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément »
disait Nicolas BOILEAU. Je vous en souhaite une bonne lecture.
Amadou BA
Ministre de l’Économie, des Finances et du PlanListe des Acronymes et Abréviations
ACEP : Alliance de Crédit et d’Épargne pour la Production
ADEPME : Agence de Développement et d’Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises
AFAC : Association des Femmes d’Affaires et Commerçantes
ANPEJ : Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes
ANPME : Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise
ANSD : Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie
APIX : Agence de Promotion des Investissements
BCEAO : Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest
BEAC : Banque des États de l’Afrique Centrale
BHS : Banque de l’Habitat du Sénégal
BICIS : Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie du Sénégal
BNDE : Banque Nationale de Développement Économique
BNDS : Banque Nationale de Développement du Sénégal
BOA : Bank Of Africa
BOAD : Banque Ouest Africaine de Développement
CBAO : Compagnie des Banques de l’Afrique de l’Ouest
CDC : Caisse de dépôts et Consignations
CDE : Centre de Développement de l’Entreprise
CDES : Conseil des Entreprises du Sénégal
CDG : Caisse de dépôts et de Gestion
CEA : Commission Économique pour l’Afrique
CEDEAO : Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest
CFAO : Compagnie Française de l’Afrique Occidentale
CGEM : Confédération Générale des Entreprises du Maroc
CMS : Crédit Mutuel du Sénégal
CNCAS : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal
CNCR : Conseil National de Concertation et de Coopération Ruraux
CNES : Confédération Nationale des Employeurs du Sénégal
CNI : Conseil National de l’Industrie
CNP : Conseil National du Patronat
CNSS : Caisse Nationale de Sécurité Sociale
CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement
CPDS : Coordination Patronale Du Sénégal
CPI : Conseil Présidentiel de l’Investissement
CREA : Centre de Recherches Économiques Appliquées
CSPT : Compagnie Sénégalaise des Phosphates de Taïba
DPES : Document de Politiques Économiques et Sociales
DSRP : Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté
ENPME : Enquête nationale sur les petites et moyennes entreprises au Sénégal
FCE : Forum des Chefs d’Entreprises
FONGIP : Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires
FONSIS : Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques :
ICS : Industrie Chimique du Sénégal
IDE : Investissement Direct Étranger
IFACE : Institut de Formation en Administration et en Création d’Entreprise
IMF : Institutions de Micro Finance
INSEE : Institut National de la Statistique et des Études Économiques
LARED : Laboratoire d’analyse, de Recherche et d’étude du développement
MEDEF : Mouvement des Entreprises De France
NPA : Nouvelle Politique Agricole
NPI : Nouvelle Politique Industrielle
NSTS : Nouvelle Société Textile Sénégalaise
ONUDI : Organisation mondiale des Nations Unies pour le Développement Industriel
PAI : Parti Africain de l’IndépendancePAMECAS : Partenariat pour la Mobilisation de l’Épargne et du Crédit Au Sénégal
PAP : Plan d’Action Prioritaire
PAS : Programme d’Ajustement Structurel
PASA : Programme d’Ajustement du Secteur Agricole
PASCO : Programme d’Ajustement Structurel et de Compétitivité du Secteur Privé
PCCI : Premier Centre de Contact au Sénégal
PDER : Programme de Développement de l’Entreprenariat Régional
PDIG : Programme Doctorale Interuniversitaire de Gestion
PGF : Productivité Globale des Facteurs
PIDI : Programme Intégré de Développement Industriel
PME : Petites et Moyennes Entreprises
PPP : Partenariat Public Privé
PSE : Plan Sénégal Émergent
RGE : Recensement Général des Entreprises
ROES : Rassemblement des Opérateurs Économiques du Sénégal
SAR : Société Africaine de Raffinage
SBA : Small Business ACT
SCA : Stratégie de Croissance Accélérée
SFD : Services Financiers Décentralisés
SFI : Société Financière Internationale
SGBS : Société Générale des Banques du Sénégal
SNDES : Stratégie Nationale de Développement Économique et Social
SOBOA : Société des Brasseries de l’Ouest Africain
SOCOCIM : Société de commercialisation du ciment
SONACOS : Société Nationale de Commercialisation des Oléagineux du Sénégal
SONEPI : Société Nationale d’Études et de Promotion Industrielle
SOTEXKA : Société des Textiles Kaolackoise
SOTIBA : Société de Teinture Impression et Blanchiment Africaine
SSPT : Société Sénégalaise des Phosphates de Thiès
TER : Train Express Régional
TPE : Toute Petite Entreprise
UEMOA : Union Économique et Monétaire Ouest Africaine
UNACOIS : Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal
UPI : Unité de Production Informelle
ZES : Zone Économique Spéciale.Liste des Tableaux
Tableau 1 : Les courants théoriques en entrepreneuriat : Qui ? Quoi ? et Comment ?
Tableau 2 : Vision synoptique des caractéristiques de l’entrepreneur.
Tableau 3 : Principales institutions internationales (IFI)
Tableau 4 : Les 7 S. de McKinsey
Tableau 5 : Multidimensionnalité du développement durable
Tableau 6 : Les composantes du macro-environnement
Tableau 7 : Répartition des modes de financement du gap du PAP par secteur.
Tableau 8 : Les opportunités de financement de la PME marocaine
Tableau 9 : Situation des PME algériennes.
Tableau 10 : Besoin de financement et la forme d’exploitation et répartition du chiffre d’affaires des
entreprises selon la forme d’exploitation.
Tableau 11 : Résumé des difficultés structurelles des UPI
Tableau 12 : La distinction classique entre secteur formel et secteur informel
Tableau 13 : Présence de l’informel dans les secteurs
Tableau 14 : Le secteur informel dans l’agglomération de Dakar : performances, insertion et
perspectives ; Résultats de la phase 2 de l’enquête 1-2-3 de 2003, MEF DPS ; juin 2004.
Tableau 15 : Échantillon des entreprises informelles au Sénégal
Tableau 16 : Estimation du modèle
Tableau 17 : Évolution des émissions des bons et obligations du Trésor sur la période 2007-2012.
Tableau 18 : crédit intérieur fourni au secteur privé (% du PIB)
Tableau 19 : Les besoins financiers des PME
Tableau 20 : Différences entre Bâle 1 et 2
Tableau 21 : Niveau d’instruction de l’entrepreneur
Tableau 22 : Date de mise en œuvre des réformes proposées
Tableau 23 : Faible taux d’exécution des actions de la stratégie de développement du secteur privé
Tableau 24 : Les opportunités de financement
Tableau 25 : La contribution des secteurs et les possibilités de réallocation de la main-d’œuvre
Tableau 26 : Importations et exportations du Sénégal avec le reste du monde
Tableau 27 : Le développement industriel par la remontée des filières
Tableau 28 : La concentration des entreprises.
Tableau 29 : Carte ou feuille de route des actions et mesures