//img.uscri.be/pth/b60c995d10bc02986a562cfc3b0f5aeb821a8864
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le tourisme des chinois taïwanais en France

De
201 pages
Consacré au tourisme des Chinois taïwanais en France, cet ouvrage étudie l'évolution et les causes de ce phénomène : bouleversement économique et sociologique de la société taïwanaise et son occidentalisation accélérée. Par ailleurs, cette évolution du tourisme taïwanais correspond de très près à celle de la Chine populaire et joue un rôle d'expérimentation permettant de prévoir l'essor du tourisme chinois en France.
Voir plus Voir moins

Le Tourisme des Chinois taiwanais en France

Points sur l'Asie

Collection dirigée par Philippe Delalande
Dernières parutions Jacques DUPOUEY, Passeport pour le Japon des Affaires, 2008. Agnès ANDRESY, Le Président chinois HU Jintao, sa politique et se réseaux. Who's Hu ? 2008 Christine LE BONTE, Le Cambodge contemporain. Quelles perspectives de développement compte tenu de la situation politique et économique actuelle ?, 2007. Philippe DELALANDE, Vietnam, dragon en puissance. Facteurs politiques, économiques, sociaux, 2007. Esmeralda LLADSER, Instantanés chinois, dans le nid du dragon,2007. Antony TAO, Dieu et le Tao, 2007. Nilsy DESAINT, Mort du père et place de la femme au Japon, 2006.
Asie 21 - Futuribles, La Chine à l 'horizon 2020, 2006.
PROCHEAS, Cambodge: Population et société d'aujourd'hui,

2005.
Lucas DOMERGUE, La chine, puissance nucléaire, 2005 Dominique LUKEN-ROZE, Cambodge: vers de nouvelles tragédies? Actunlité du génocide, 2005. Hervé CODRA YE, L'alliance nippo-américaine à l'épreuve du 11 septembre 2001,2005.

Chris REYNS, Images du Japon en France et ailleurs: entre
japonisme et multiculturalisme, 2005. J.P. BEAUDOUIN, Zen, Ie torrent immobile, 2005. Sabine TRANNIN, Les ONG occidentales au Cambodge. La réalité derrière le mythe, 2005. Stéphanie BESSIERE, La Chine à l'aube duXXlème siècle, 2005. Nathalène REYNOLDS, L'enjeu du Cachemire dans le conflit indopakistanais,2005. N. SIMON-CORTES et A. TEISSONNIERE (Textes réunis par), Viet Nam, une coopération exemplaire, 2004. Hua LIN, Tribulations d'un Chinois en Europe, 2004. Sang-chun JUNG, Les relations commerciales franco-coréennes,2004.

LIN Chi-Fan

Le Tourisme des Chinois taiwanais en France

L'HARMAITAN

<!JL'IIARMAITAN, 2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan I@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-06337-2 E~:9782296063372

INTRODUCTION

Le tourisme est, sur le plan des effets économiques, sociaux et culturels, dans les pays concernés, l'un des phénomènes les plus notables de notre monde actuel. L'ampleur de ce phénomène peut être constatée par les chiffres: plus de 100 millions d'emplois sont concernés ce qui représente 12% du PNB mondial! ; les recettes du tourisme international s'élèvent à 501,5 milliards d'euros en 20022. Le tourisme international, selon les prévisions concernant la période 1995 - 2010, réserve encore de forts potentiels et annonce un taux de croissance annuelle mondiale de 4,1%3. En matière de tourisme, la France est une destination désirée et enviée par les touristes; elle occupe une place incontournable sur la scène internationale. Aux yeux des spécialistes du tourisme international, la France est un modèle du genre et constitue un champ d'observation intéressant, puisque le tourisme international reste florissant sur le territoire français. La France est en effet la première destination touristique mondiale; c'est elle qui reçoit le plus grand nombre de touristes: 77 millions d'entrées, toutes origines confondues4. La prise en considération de l'ampleur du tourisme en France, de la grande diversité des pays d'origine des visiteurs mérite des analyses sectorielles pour apporter une meilleure compréhension de ce phénomène. Le but de notre recherche est de montrer les possibilités françaises auprès d'un tourisme taiwanais en pleine expansion. Nous analyserons essentiellement l'évolution du tourisme taiwanais en France, de 1979 à nos jours, ainsi que les différents impacts de ce phénomène sur la société taiwanaise. Nous étudierons à la fois l'offre et la demande du tourisme taiwanais à
]

2 Organisation Mondiale du Tourisme (O.M.T.), Faits sail/ants du tourisme, Madrid, a.M.T., 2003, p. 2. 3 W.T.O., International Tourism: A Global Perspective, Madrid, W.T.O., 1997, p. 30. 4 Organisation Mondiale du Tourisme (O.M.T.), Faits sail/ants du tourisme, op. cit., p. 2. 7

Vellas, F., Le tourismemondial,Paris, Ed. Economica, 1996,p. 5.

destination de la France. L'analyse des résultats nous permettra de mieux saisir les comportements des voyageurs taiwanais ainsi que leurs attentes. De plus, nous tâcherons de mesurer les difficultés rencontrées par les professionnels du tourisme taiwanais, en particulier des agences de voyages. Nous souhaitons que ces analyses puissent être utiles aux professionnels du tourisme français en vue d'une amélioration de la qualité de l'accueil et des services. Les agences de voyages taiwanaises pourront, elles aussi, utiliser nos résultats, pour mieux comprendre les besoins de leur clientèle et mettre en valeur les avantages touristiques français auprès du public taiwanais. Telle sera notre contribution au développement du tourisme sur le territoire français, par la clientèle taiwanaise. Le premier janvier 1979 a été choisi comme point de départ de l'étude, car c'est à partir de cette date, que les Taiwanais ont obtenu le droit de détenir un passeport pour des voyages de tourisme à l'étranger. Il s'agit par conséquent d'une date importante pour les habitants de Taiwan. Cette décision a marqué le début de l'essor du tourisme taiwanais à l'étranger. Les chiffres du tourisme taiwanais pour l'année 1994 donnent 4,74 millions de voyageurs à l'étranger, soit 22% de la population de Taiwan. Taiwan devient ainsi l'un des pays dont les habitants pratiquent le tourisme à l'étranger de façon extensive.5 Une autre statistique signale que, pendant la période de 1980 2002, le nombre de départs de Taiwanais vers l'étranger a fortement augmenté: on est passé de 484.901 en 19806 à 7.507.247 en 2002, avec une moyenne de croissance annuelle de 14,2%7.

5 Huang, C.-T., Yung, C.-Y., and Huang, J.-H., "Trends in Outbound Tourism from Taiwan", Tourism Management, Vol. 17, No.3, 1996, pp. 223-228. 6 Guanguangju )(j'. Yé (Bureau National du Tourisme de Taiwan), - fiij Zhonghua minguo 69 nian guanguang tongji nianbao r:p$~OO/\ +tLif )(j'.-YégJHtif* (Rapport sur les statistiques touristiques en 1980), Taibei, Guanguangju )(j'.-YéfiijBureau National du Tourisme de Taiwan), 1981, ( pp. 48-50. 7 Guanguangju )(j'. Yé (Bureau National du Tourisme de Taiwan), - fiij Zhonghua minguo 91 nian guanguang nianbao r:p$~OOtL+-if)(j'.-Yé 8

Un bref historique du contexte taiwanais sera utile pour mieux saisir l'évolution et avoir une vision globale sur le sujet. Avant 1979, la plupart des Taiwanais ne quittaient jamais l'île. Il existait une coupure avec le monde extérieur; les voyageurs taiwanais à l'étranger ne représentent qu'une minorité. Depuis 1949, pour des raisons politiques, le gouvernement taiwanais exerçait un contrôle sévère des entrées et des sorties. Pendant cette période, les procédures pour quitter le territoire étaient longues et compliquées. Dans certains cas, des agences de voyage pouvaient trouver un compromis à titre d'affaires commerciales, entre des clients et des entreprises. Cette situation a changé à partir de 1979. En 1989, à la suite de l'annulation de la loi martiale, le gouvernement a autorisé les Taiwanais à se rendre en Chine pour raisons familiales. Depuis, ces derniers ne sont plus limités dans le choix de leur destination touristique à l'étranger. De ce fait, les débuts du développement du tourisme taiwanais à l'étranger sont tardifs par rapport au monde occidental. Mais il faut souligner que la démocratisation de l'île a eu des influences considérables sur l'essor du tourisme à l'étranger. Cette ouverture a poussé de plus en plus de pays étrangers à accueillir favorablement les demandes de visa des Taiwanais. Les raisons économiques ne sont pas à négliger. En 1989, la moyenne du revenu annuel par habitant est d'environ 7.000 US$; en 1999, elle est de 12.000 US$; cela a presque doublé en 10 ans.8 Dans les années 80, le cours du change entre le dollar taiwanais et le dollar américain a connu une valorisation du dollar taiwanais ; ce qui a entraîné la baisse du prix des voyages, et a augmenté le pouvoir d'achat des Taiwanais à l'étranger. D'un côté, depuis 1990, la création de points de vols et de vols directs entre Taiwan et l'étranger, réduit considérablement le temps du voyage; d'un autre côté, la croissance du nombre des compagnies aériennes a développé la compétition et la
~* (Rapport annuel sur le tourisme en 2002), Taibei, Guanguangju j(J\.! :J'tftij (BureauNational du Tourismede Taiwan),2003, p. 147. 8 Xingzhengyuan zhujichu 17jfJl:I!Jt.1:il-!if(Bureau des Statistiques de Taiwan), Zhonghua minguo Taiwan diqu guomin suode tongji zhaiyao r:p *~OOB'r~:!:fuIROO~BT1~mit:tjiij~ (Résumé des statistiques du revenu des citoyens de la région taiwanaise de la République de Chine), Xingzhengyuan zhujichu 17 Jf& 1!Jt.1:t!if (Bureau des Statistiques de i Taiwan), 2004, Source d'Internet: http://www.dgbas.gov.tw/dgbas03/bs4/nis/p4 .xls. 9

concurrence; beaucoup d'agences et de compagnies aériennes se doivent de baisser leurs tarifs. Tous ces éléments favorisent les déplacements extérieurs. Ce développement du tourisme a permis la création de nouvelles agences de voyage dont il faut souligner le rôle de premier plan dans les informations générales pour les voyages à l'étranger, dans la position d'intermédiaire et dans l'obtention plus facile des visas. L'évaluation des fonctions de ces agences sera présentée ultérieurement. Jadis, la réalisation d'un voyage au long-cours signifiait l'accomplissement d'un rêve. Aujourd'hui, grâce à l'amélioration des conditions de vie et aux nouvelles possibilités de voyages à l'étranger, ce rêve est accessible aux Taiwanais. Parallèlement, une transformation des mentalités est en train de s'opérer dans la société taiwanaise en ce qui concerne les loisirs et les voyages. La collecte des sources pour la présente recherche s'est faite en deux parties. Tout d'abord, il a fallu réunir le plus grand nombre possible de documents existants, - une sorte de bibliographie -: les études, les recherches, les enquêtes, les imprimés, les articles, les publications officielles, les journaux, les livres, les périodiques, les revues, les ouvrages spécialisés, ainsi que les statistiques et les données fournies par les Gouvernements français et taiwanais, et par quelques autres institutions concernées. Parmi ces publications diverses, les organismes taiwanais qui publient les statistiques et documents peuvent être utiles, notamment les sources venant du Bureau National du Tourisme de Taiwan. De surcroît, la Maison de la France et l'Organisation Mondiale du Tourisme fournissent elles aussi les données importantes. Néanmoins, avec ces sources imprimées, nous n'avions pas assez de matériaux pour résoudre les questions posées auparavant. Pratiquer l'enquête de terrain pour recueillir les informations de première main, semble une méthode favorable, nous avons donc procédé à celles-ci nous-mêmes. Deux séries d'enquêtes ont été réalisées au cours de l'année 2002 et au début de 2003. Le premier questionnaire s'est adressé à un échantillon de 200 personnes achevant leur séjour en France et sur le point d'embarquer à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle, pour rejoindre leur pays. Ces deux cents voyageurs, sur un total annuel qui varie entre 30.000 et 160.000, comme on le verra plus bas, forme un panel complètement aléatoire, qui donc a une certaine représentativité et une certaine valeur. Le second questionnaire a porté sur 10

l'interrogation des 18 agences de voyages taiwanaises spécialisées à destination de la France, soit 90% du total des agences spécialisées concernées. Ce qui représente une sorte d'enquête générale pour l'étude du tourisme. Cette bibliographie et ces enquêtes de terrain constituent d'excellents outils de recherche. Cette recherche étudie le développement du tourisme taiwanais en France de 1979 à nos jours et se consacre à l'analyse de cet essor. Elle est constituée de trois chapitres. Le premier chapitre sera consacré au tourisme et à l'industrie touristique à Taiwan. Nous étudierons l'origine du tourisme en Occident et à Taiwan, ainsi que l'évolution de la notion de tourisme. Ensuite, nous étudierons l'organisation de l'industrie touristique à Taiwan et son évolution. Nous analyserons les destinations touristiques, leurs composantes, les éléments qui déterminent le choix de la destination touristique, et le potentiel de la destination France. Enfin, nous étudierons les facteurs essentiels liés à l'aspect de l'offre touristique. Le second chapitre analysera le rôle des agences de voyages spécialisées dans le développement du tourisme taiwanais vers la France. Il étudiera les caractéristiques de ces agences de voyages à travers les données fondamentales. Les stratégies de marketing des agences seront analysées ainsi que l'organisation des voyages de ces agences en France et en Europe. Le fonctionnement des agences spécialisées, le rôle d'Internet et ses applications dans ces agences seront également examinés. Puis, nous étudierons les éléments qui importent à ces agences, pour la conception des produits touristiques français et enfin les contraintes inhérentes à l'organisation des voyages en France. Le troisième chapitre sera consacré à un marché touristique taiwanais qu'on espère prometteur. Seront étudiées les caractéristiques socioprofessionnelles des touristes taiwanais, puis les caractéristiques des comportements des touristes taiwanais en France. Il importe également d'analyser l'image que les touristes taiwanais se font de la France, ainsi que les dépenses globales des touristes taiwanais. De même, il est révélateur de savoir quelles prestations de service préfèrent les touristes taiwanais dans les agences de voyages taiwanaises spécialisées. Nous étudierons les critères de choix des touristes taiwanais dans leurs destinations long-courrier, et le niveau de satisfaction au cours de leurs séjours en France. Nous analyserons les contraintes que ces voyages imposent aux touristes taiwanais en France, et comment ils font 11

l'usage d'Internet. Enfin, nous risquerons un aperçu des comportements des touristes taiwanais en France, dans les années à venir. La conclusion de notre recherche offrira des perspectives sur l'avenir du tourisme taiwanais en direction de la France.

12

CHAPITRE I TOURISME ET INDUSTRIE TOURISTIQUE

A TAIWAN

L'histoire du tourisme est profondément liée aux rapports humains et aux échanges entre les cultures. Depuis une vingtaine d'années, le tourisme taiwanais à l'étranger commence à prendre son élan, nous souhaitons étudier des éléments essentiels liés à ce phénomène. Dans le contexte taiwanais, il est évident que, l'industrie touristique, l'agence de voyage, en particulier, possède un poids important dans le développement du tourisme taiwanais en France. Dans ce chapitre, nous étudierons la notion du tourisme et illustrerons ses concepts. Nous travaillerons en particulier le concept du tourisme taiwanais ainsi que son évolution diachronique. En deuxième lieu, nous présenterons brièvement l'origine du concept "tourisme" en Occident. Ensuite, nous essaierons d'analyser les travaux sur l'origine du tourisme taiwanais, en précisant notre point de vue. En troisième lieu, nous nous intéresserons à l'organisation de l'agence de voyage taiwanaise, dont son avènement et sa classification seront spécifiquement étudiés. En quatrième lieu, nous allons étudier les destinations touristiques des Taiwanais, y compris du côté intérieur et du côté extérieur, ainsi sera mise en lumière la promotion de la France à Taiwan. Etant donné que les touristes évoluent dans un monde concurrentiel, leurs demandes relatives aux destinations touristiques sont souvent influencées par de multiples facteurs, telles que possibilité d'accès, condition de voyage, qualité de confort et de service, attraction de la destination, variétés de récréations, etc. Il est primordial pour chaque professionnel du tourisme de réfléchir à son offre et de bien maîtriser le marché des destinations, ainsi, construire une bonne image de la destination est une mission importante, car cela est favorable pour attirer des touristes. Enfin, à travers des perspectives historique, sociale, culturelle et touristique, nous souhaiterions proposer une analyse pertinente liée aux tendances du tourisme taiwanais à l'étranger, en particulier vers la destination France. 13

SECTION I LA NOTION DU TOURISME A TAIWAN

-

Dans l'article "Architecture pour touristes" l, England a souligné que le terme de "tourisme" est enrichi par des notions différentes dans le monde. Le tourisme signifie la culture instantanée pour les Américains; alors que pour les Japonais, il s'agit d'une pratique de masse; pour les Européens du Nord, le tourisme veut dire un endroit ensoleillé. L'essor du tourisme taiwanais à l'étranger, et en particulier vers la France, est lié à la notion du tourisme chez les Taiwanais. Avant d'examiner la notion du tourisme taiwanais, quelques observations générales sur le concept du tourisme sont nécessaires. Le mot "tourisme" apparaît en 1841 dans la langue française, une vingtaine d'années après l'arrivée du mot "touriste", en 18162. Le sens actuel de ces termes s'est enrichi par rapport à leur première apparition. En 1942, la première définition scientifique du tourisme est proposée par Krapf et Hunziker: "Ensemble des relations et des faits constitués par le déplacement et le séjour de personnes hors de leurs lieux de résidence habituelle, pour autant que ce séjour et ce déplacement ne soient pas motivés par une activité lucrative quelconque." 3 Nous voulons citer un passage d'une lettre de Dumazedier en 1978 : "à mon avis, la question des définitions du tourisme, ne surmontera la multiplicité des points de vue économiques, sociaux, culturels, professionnels.. .que si la réflexion repose d'abord sur une base scientifique. La base scientifique est utile, parce qu'elle est la science des moyens matériels du tourisme. Mais elle est insuffisante. Le fondement du tourisme est d'abord historico-sociologique. Il est un produit d'un type de société, la société industrielle et urbaine, à partir d'un certain moment de son développement. C'est de là qu'il faut partir, car c'est là que se situe la production du tourisme comme nouveau fait social".4
1 England, R., "Architecture pour touristes", in U.N.E.S.C.O., Revue internationale des sciences sociales, Paris, U.N.E.S.C.O., Vol. 32, No 1, 1980, pp. 50-53. 2 Urbain, J.-D., L'idiot du voyage, Paris, Payot, 1993, p. 28. 3 Hunziker, W, Krapf, K, Grundriss der Allgemeinen Fremdenverkehrslehre, Nr. 1 der Schriftenreihe des Seminars Für Fremdenverkehr an der Handels-Hochschule St GalIen, Zurich, 1942. 4 Boyer, M., Histoire de l'invention du tourisme, Paris, Aube, coll. Monde en cours, 2000, p. 5. 14

La langue chinoise a-t-elle un équivalent du mot "tourisme"? En République Populaire de Chine, on utilise les vocables "lüyou"s pour dire tourisme. . (lüyou Mfillf), tourisme, . (lü Mf) : MfqT,voyager, . (you iIIf) : iIIf'!iL,excursionner.6 7" A Taiwan, le vocable de "guanguang ~.!R.::l'ta été adopté pour dire tourisme. Cette expression est celle qui était utilisée en japonais à la fin du 19ème siècle pour désigner le tourisme, elle a été naturellement utilisée à Taiwan pour exprimer cette notion, car la langue chinoise n'avait pas encore de terme pour designer cette réalité européenne. Les Japonais avaient inventé l'expression guanguang en puisant dans les classiques chinois comme ils le faisaient pour créer des mots nouveaux destinés à designer un concept européen. Il importe de souligner que les auteurs taiwanais ne sont pas conscients qu'il s'agit d'un emprunt au Japon. Selon les chercheurs, l'origine du vocable guanguang, remonte à l'époque de Zhou Wenwang )11fJjCf. Wenwang de l'époque Zhou, environ 12ème ( siècle avant J.-c.), dans le Yijing Jj)~~ Guangua liu si yao ~.!R.!r lm /\ 3t (Le livre des transformations, diagramme guang, six à la quatrième place) : "Guan guo zhi guang, liyong bin yu wang ~.!R. Z ~ ::l't, ~UJiH~T.:E8 (Voir l'éclat d'un royaume; il faut pour cela être l'hôte du roi.9)", et que guanguang est une abréviation de "Guan guo zhi guang". JO
S

Unedifférenceentre la Chinecontinentaleet Taiwanpar rapport à l'usage

du vocabulaire dans la langue chinoise concernant le terme du tourisme. 6 Xia Zhengnong ~iïE;& (éd.), Cihai ~¥~, Shanghai J::.~, Shanghai cishu chubanshe J::.~~¥tHI:\~*J::, 1999, p. 4414.
7

Ibid., p. 1423. D'après l'explication provenant du dictionnaire Cihai,

Guanguang a deux sens, dont le premier est "admirer la gloire et la vertu éminente du pays" et le deuxième sens signifie "visiter des paysages d'autres lieux ou de l'étranger".
8

Wu zeyan ~¥f~,

Huang Qiuyun ~;fUi,

Liu Huaqiu ){IJl1ttk (éds.),

Ciyuan ~¥~, Taibei, Taiwan Shangwu yinshuguan É:î~~*fnt5m, 1989,p. 2860.
De Harlez, c., Le Yi-King, Paris, E. Leroux, Librairie-Editeur, 1897, pp. 34-35. 10 Nous souhaitons citer un passage du livre Guanguangxue de Tang Xuebin: Le vocable Guanguang xJ\!]Itparaît tout d'abord à l'époque de 15
9

Selon nous, le tourisme procure trois formes d'échanges:

.

. .

entrel'individuet lui-même,
l'individu et l'autre,

l'individuet l'environnement.

A travers le tourisme, l'être humain peut se libérer l'esprit, enrichir ses connaissances, purifier ses émotions, développer son potentiel et faire l'expérience de cultures différentes de la sienne. Dans le cadre de notre recherche, la période que nous voulons essentiellement étudier se situe entre 1979 et 2002. Avant 1979, la société taiwanaise était avant tout une société agricole et plutôt traditionnelle. II Les Taiwanais se référaient exclusivement aux traditions et surtout à l'éthique confucéenne. A l'instar de la fourmi de la fable de La Fontaine, ils accordaient une importance considérable au travail et à l'économie. Dans le passé, les Taiwanais considéraient les activités de loisir comme immorales. Leurs journées de travail étaient longues. Encore aujourd'hui, la durée moyenne de travail des Taiwanais par semaine est 45,4 heures.12

Zhou Wenwang )j!(] Jt I... Parmi les classiques chinois, le passage qui
adopte premièrement l'avant et l'arrière des mots "Guan guo zhi guang xJA!. 00Z-:lt" et invente le nouveau vocable, c'est "Guan guang shang guo xJli!-:It -.tOO"du Zuozhuan ir.1~. Voir Tang Xuebin m~~, Guanguangxue xJli!-:It ~ (Le tourisme), Taibei, Haofeng chubanshe ~~ili)\!Hi, 1991, p. 7. Plusieurs chercheurs taiwanais utilisent souvent ce passage pour expliquer l'origine de Guanguang, néanmoins, malgré des vérifications minitieuses à plusieurs reprises du texte complet du Zuozhuan, nous n'y avons pas pu trouver "Guan guang shang guo", nous sommes convaincus qu'il s'agit d'une erreur dans ce passage populaire. Grâce à l'aide du Professeur BASTID-BRUGUIERE, nous avons pu identifier que l'utilisation du vocable Guanguang était utilisé sous les Song (Voir Dictionnaire de Morohashi, p. 348). 11Wang Zuorong I1f5R, Women ruhe chuangzao Iejingji qiji ~fi'J~QfiiJ {~)Jji!i: ~~iJf~j2t (Comment avons-nous créé le miracle économique), 7 Taibei, Shibao wenhua a1*Jt1t, 1989, pp. 87-103. 12Xingzhengyuan zhujichu q-y J&~.3::it ~ (Bureau des Statistiques de Taiwan), Taiwan diqu shougu yuangong xinzi diaocha ~~:l:1!![R)l:JiE1J..! I if'8fiJ1'31t (Enquête sur le salaire des employés de la région taiwanaise), Xingzhengyuan zhujichu q-yJ&~ .3::it ~ (Bureau des Statistiques de Taiwan), 2002, Source d'Internet: http://www.dgbas.gov.tw/census~n/five/Y ear91.doc. 16

Dans la définition agricole de la société taiwanaise, si les Taiwanais ne travaillent pas, ils considèrent déjà cela comme loisir, ou bien nous pouvons dire que les repos pour eux sont des loisirs. En général, dans la société agricole, le travail et les loisirs n'ont pas de délimitation bien claire. Un rythme de travaillent, un lieu de travail isolé permettent aux gens de se reposer à tout moment, ou de s'arrêter pour faire autre chose.13 Dans ce contexte, parler du tourisme, c'est à dire une activité de loisir avec déplacement, n'a aucune pertinence. Cela va perdurer jusqu'au 1erjanvier 1979, date à laquelle le gouvernement taiwanais a autorisé les Taiwanais à quitter l'île, avec un titre de tourisme. En l'espace d'une vingtaine d'années, Taiwan a connu de nombreuses évolutions significatives: . la démocratisation du système politique, . l'ouverture du pays vers les pays étrangers, . l'augmentation du revenu des habitants,14

. .

l'élévation du niveau de l'éducation, l'achèvement de l'infrastructure de base,

. le progrès du système de transport. La société taiwanaise est en transformation. Le cheminement social de Taiwan s'enrichit de multiples évolutions. La notion du tourisme à Taiwan en fait partie. Dans le passé, réaliser un séjour à l'étranger était un rêve pour la grande majorité des Taiwanais. Seules les élites économique et intellectuelle, y avaient accès. A partir de 1979, Taiwan est entré dans une phase de transition, résultant du succès économique et de la démocratisation du pays, la société taiwanaise se modernisant très sensiblement. Cette modernisation redynamise tout l'environnement économique, par la rénovation des systèmes de fonctionnement et d'organisation.
13

Wen Chongyi X,*-,

Taiwanjumin

de xiuxian shenghuo

B'~m~1¥J

1*1*11:m (La vie de loisirs des habitants taiwanais) , Taibei, Dongda tushu *:;k:OO~, 1990, pp. 1-36. 14Xingzhengyuan zhuj ichu j[j[ 11' lmj: it ~ (Bureau des Statistiques de Taiwan), Zhonghua minguo Taiwan diqu guomin suode tongji zhaiyao t:p $ ~ IIIB'~!i!!.!R III~pfi1~~itm~ (Résumé des statistiques du revenu des citoyens de la région taiwanaise de la République de Chine), Xingzhengyuan zhujichu 11'11& j: it ~ (Bureau des Statistiques de lm Taiwan), 2004, Source d'Internet: http://www.dgbas.gov.tw/dgbas03/bs4/nis/p4 .xls. 17

Une vingtaine d'années après, les Taiwanais supportent de moins en moins la pression au travail et la vie quotidienne, au rythme désormais effréné. C'est dans cette période que sont nées les nouvelles mentalités, les nouvelles normes de comportements et les nouvelles pratiques, dont notamment les activités de loisirs. Aujourd'hui, la redistribution et la réorganisation du temps, et le développement touristique sont au cœur des préoccupations du gouvernement taiwanais : la jouissance du temps libre, du temps de loisirs et du temps de vacance devient indispensable. Le tourisme n'a jamais attiré autant d'attentions dans le passé, et son impact n'a de cessé de s'amplifier. A Taiwan, petite île densément peuplée 15, les routes en direction des sites naturels, culturels et historiques sont hebdomadairement synonymes d'embouteillages, à l'instar des voies métropolitaines occidentales. Les Taiwanais se pressent sur les quelques lieux touristiques disponibles: Taipei et ses espaces culturels, les plages et les parcs à thème répartis au sud de l'île.16 Les dispositions et équipements sont d'une qualité médiocre et manquent de diversité; aux yeux des Taiwanais, les sites et paysages gagneraient largement à être entretenus et mis en valeur. Les Taiwanais réclament du confort, une plus grande diversité et une meilleure qualité en termes de produits et de services touristiques.17
15En 2002, la densité de la population est 622,3 personne par kilomètre carré, parmi tous les pays du monde qui sont peuplés de plus de dix millions d'habitants, Taiwan se situe au deuxième rang mondial. Voir Xingzhengyuan zhujichu tf i& ~JG it ~ (Bureau des Statistiques de j: Taiwan), Zhonghua minguo shehui zhibiao tongji r:p$ R;II]tl:#:tl'f:fjf,~ht (Index social des statistiques de la République de Chine), Xingzhengyuan zhujichu ~Ti&Im.:Eit~ (Bureau des Statistiques de Taiwan), 2004, Source d'Internet : http://www.dgbas.gov.tw/dgbas03/bs2/93chy/table/sOOI.xls. 16Van Shengxiong FijîW, "Cong xianjin guojia de jingyan kan Taiwan guomin lüyou huodong zhi fazhan",)03IcJtt~*I¥J~.£~ft~'Éî1~~1%1*Wf rtiinz£Wk (Observer l'essor du voyage domestique de Taiwan à travers l'expérience des pays développés), Huwai youqi yarljiu P:9HÛfJ!1i1f~ (Recherche de recréation extérieure), Vol. l, No.2, pp. 41-50. 17 Xingzhengyuan zhujichu 1Ti&~JGj:it~ (Bureau des Statistiques de
Taiwan), 83 nian guomin xiuxian shenghuo diaocha J\

+ -=4001%{/fq*1~

rtii)i!jjj!t (Enquête de la vie de loisirs des citoyens de la République de Chine en 1994), Xingzhengyuan zhujichu ~Tj[~1m.:E ~ (Bureau des if 18

Les nouvelles générations de Taiwanais - nés après 1970, au moment du décollage économique de Taiwan, de l'apparition d'une mentalité des loisirs, et de la prise en considération des voyages - ont, dès leur plus jeune âge, été familiarisées aux voyages, le voyage devenant un facteur de souvenirs très important. Les jeunes Taiwanais ont plus de possibilités et de facilités pour se déplacer vers et à l'étranger. Avec les occasions croissantes pour se rendre à l'étranger, les jeunes Taiwanais possèdent une vision plus globale de la mobilité, intégrant le voyage dans leurs styles de vie. Ceci affecte directement la conception traditionnelle du travail, stigmatisant les écarts entre les générations.18 En se référant aux expériences des pays occidentaux, cette culture du tourisme est relativement récente Il nous paraît intéressant d'étudier et d'observer l'évolution de la mentalité des loisirs et l'appropriation de cette culture de tourisme par la société taiwanaise. Le tourisme taiwanais à l'étranger possède les critères favorables à son essor. De fait, réaliser un séjour à l'étranger ne représente plus un mythe pour la population taiwanaise, les contacts avec des pays étrangers se multiplient. La notion de déplacement à l'étranger évolue et se répand dans la société taiwanaise. Cette nouvelle conception et ces nouveaux comportements s'installent progressivement dans la vie et dans l'esprit taiwanais.

Statistiques de Taiwan), 1995, Source d'Internet: http://www.dgbas.gov.tw/census~n/four/ht4457.htm. 18 Li Shuhong Yinwei /üxing, suoyi cunzai -/üxing shiji de taiwan

*~*,

xin shidai

[!ljJJ1t1j,

PJTIj,1f:ft

- J1t1jtl:l:~28<JË~*JftJ:t1~

(Je voyage,

donc je suis - La nouvelle génération taiwanaise du siècle du voyage), Taibei, Mémoire de Master, Taiwan Daxue Ë~*~, 2000, pp. 1-38. 19

SECTION II - L'ORIGINE

DU TOURISME

De nos jours, le développement du tourisme est synonyme de mouvement de modernisation et de réforme de grande ampleur, qui n'est plus considéré comme un fait isolé, mais plutôt comme une des forces motrices dans le processus de transformations multiples de la société.19En suivant la méthode proposée par Marie-Françoise Lanfant pour la recherche sur le tourisme, nous aurons recours à une analyse multidimensionnelle, fondée sur le concept de phénomène social.20Pour aborder l'origine du tourisme taiwanais, il faut, au préalable, présenter brièvement l'origine du tourisme en Occident.

~ 1 - En

Occident

En ce qui concerne l'origine du tourisme en Occident, il existe de multiples formes du voyage. Au 18ème siècle, les Anglais ont commencé à pratiquer la visite de la France et de l'Italie, pour se divertir ou par curiosité. Néanmoins, une culture du voyage existait déjà à l'époque antique. Des circuits pour des voyageurs avaient été créés par les Grecs et les Romains; ces itinéraires relèvent du tourisme. Ce genre de voyage était considéré par les lettrés de l'époque comme un itinéraire spirituel et une autre manière d'observer les us et coutumes des populations visitées. L'origine du tourisme est donc l'histoire d'une transformation de mentalité, qui a touché des milieux divers: le tourisme ne se réduit pas à une histoire de transports.21 Le premier voyage organisé dans le monde est préparé par l'Anglais Thomas Cook (1808-1892) le 5 juillet 1841. Le groupe de voyageurs comprend un groupe de cinq cent soixante-dix personnes; les frais du voyage aller-retour s'élèvent à un shilling. On voyage en voitures découvertes de troisième classe, en empruntant le chemin de fer; et on se rend à Loughborough à un festival antialcoolique et
19Oudiette, V., "International Tourism in China", Annals of Tourism Research, Vol. 17, No.1, 1990, pp. 123-132. 20 Lanfant, M.-F., "Le tourisme international, fait et acte social: une problématique", in Université du Québec, Loisir et société, Trois-Rivières, La Presse de l'Université du Québec, Vol. 3, No 1, 1980, pp. 150-153. 21André, J.-M. et BasIez, M.-F., Voyager dans l'antiquité, Paris, Le grand livre du mois, 1999, pp. 11-76. 20