//img.uscri.be/pth/d66cdd435a0e1b978da7eef7a78c10a5a25730e3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les espaces du travail

De
238 pages
En éclairant la théorie par des exemples concrets rencontrés durant son activité professionnelle, l'auteur montre comment l'espace en lui-même et les pratiques spatiales associées peuvent être révélateurs des tensions et des enjeux qui traversent toute entreprise. A partir de situations vécues, il révèle l'importance des spécificités du fonctionnement collectif et étudie leurs effets sur la santé au travail.
Voir plus Voir moins
vécues, il révèle l’importance des spéciIcités du fonctionnement collectif et étudie leurs effets sur la santé au travail.
entreprises et partagé le quotidien du personnel. En lien spéciIque avec leurs différents niveaux individuels et collectifs, il bénéIcie ainsi
Philippe Salignac
Les espaces du travail
& SOCIÉTÉ SCIENCES
Prévention et santé au travail
Les espaces du travail
Sciences et Société fondée par Alain Fuchs et Dominique Desjeux et dirigée par Bruno Péquignot Déjà parus Gérard ALLAN,Points de vue thermodynamiques sur notre quotidien, Société et thermodynamique, 2016. Xavier MOREAU,Vieillissement et vulnérabilité, Comment rendre moins difficile le retour de la vulnérabilité, 2016. Jacques JAFFELIN,Où va la civilisation ? Ethique pour un monde humain réconcilié avec ce dont il est issu, 2015. Anne CHATEAU et Odile PIQUEREZ,Le syndrome d’Angelman. Parcours de vie des adultes, 2015. Anne CHATEAU,Le syndrome d’Angelman. Regard sur une maladie neurogénétique rare, 2013. Laurence BRIOIS VILMONT,L’imagerie médicale. La fabrique d’un nouveau malade imaginaire, 2013.Olivier NKULU KABAMBA,L’assistance médicalisée pour mourir. Les soignants face à l’humanisation de la mort, 2013. Jean-Pierre BENEZECH,Une éthique pour le malade. Pour dépasser les concepts d’autonomie et de vulnérabilité, 2013. Suzy COLLIN-ZAHN et Christiane VILAIN,Quelle est notre place dans l’univers ? Dialogues sur la cosmologie moderne, 2012. Blanchard MAKANGA,Nature, technosciences et rationalité. Le triptyque du bon sens, 2012. Béatrice GRANDORDY,Charles Darwin et « l’évolution » dans les arts plastiques de 1859-1914,2012. Ali RECHAM,De la dialyse à la greffe. De l’hybridité immunologique à l’hybridité sociale, 2012. Simon BYL,La médecine à l’époque hellénistique et romaine. Gallien. La survie d’Hippocrate et des autres médecins de l’Antiquité, 2011. Simon BYL,De la médecine magique et religieuse à la médecine rationnelle. Hippocrate, 2011. Raymond MICOULAUT,Le Temps, L’Espace, La Lumière,2011. S. CRAIPEAU, G. DUBEY, P. MUSSO, B. PAULRÉ,La connaissance dans les sociétés techniciennes, 2009. François LAROSE et Alain JAILLET,Le numérique dans l’enseignement et la formation. Analyses, traces et usages, 2009.
Philippe SALIGNAC Les espaces du travail Prévention et santé au travail
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com ISBN : 978-2-343-11469-9 EAN :9782343114699
A Danielle avec deux L, pour mieux voler et éclairer la route .
5
Sommaire Introduction..................................................................................................... 9
I. Généralités théoriques ............................................................................... 19 II. Partie espaces de travail ........................................................................... 35 A. Typologie des espaces ........................................................................... 35 B. Pratiques spatiales.................................................................................. 89 III L’espace du travail et ses risques ........................................................... 183 Conclusion .................................................................................................. 219 Bibliographie .............................................................................................. 223
Table des matières....................................................................................... 227
7
Introduction «Nous façonnons des édifices qui à leur tour nous façonnent» (W Churchill) Lors de l’inauguration de la chambre des communes britannique, c’est l’argument que Winston Churchill avait avancé pour en défendre la reconstruction sous sa forme originale à la fois austère et peu pratique. Il y voyait là probablement le symbole du système parlementaire britannique aussi bien que les marques d’une certaine trempe de caractère, le reflet symbolique de l’opiniâtreté qui avait permis de vaincre l’ennemi pendant la guerre. Dans la tradition hippocratique, l’environnement physique avec ses composantes géographiques et climatiques est un élément principal qui détermine des types physiques humains adaptés à chaque milieu et qui joue un rôle majeur dans l'apparition des maladies. Pour l'historien anglais Toynbee, la civilisation progresse en fonction d'un processus dialectique continu qui balance entre des défis et les réponses qui y ont été apportées, chaque réponse étant elle-même porteuse des défis ultérieurs. Par sa comparaison classique entre le béotien et l'athénien, il a su montrer que les caractéristiques du milieu naturel pouvaient jouer un rôle majeur dans les orientations prises par une société à ses débuts, c'est ce qu'il a appelé ''lestimulant des terres ingrates''l'amène à postuler la proposition selon qui laquelle «Le stimulant de la civilisation croit en fonction de l'hostilité du milieu »Il n'y a pas d'espace vide et l'espace existe au minimum comme un contenant défini par son contenu, un espace vu comme un cadre où on déploie ses activités mais il ne s'agit pas d'un réceptacle passif. L'espace se définit par ce qu'il contient mais il n'existe pas seulement que par ce qu'il contient. Loin de n'être que le support de l'activité humaine, il apparaît comme un des éléments clés de son organisation. L’individu n’est pas une cire molle sur laquelle l’environnement vient marquer l’empreinte de ses différents éléments visuels, olfactifs auditifs, cénesthésiques ou autre. Le cerveau n’est pas non plus une photocopieuse qui restitue une image à l’identique. Il utilise un ensemble de dispositifs sensoriels et cognitifs afin d’élaborer de manière partiale et partielle une représentation de l’espace en adéquation avec ses objectifs. C’est avec l’ensemble de son corps et de son
9