228 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Communication des organisations : recherches récentes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
228 pages
Français

Description

L'objectif de cet ouvrage en deux volumes est d'offrir au lecteur un panorama des recherches actuelles en sciences de l'information et de la communication, traitant de problématiques de communication et d'organisation. Ces recherches s'inscrivent dans des thématiques reliées à l'espace public, aux usages des technologies, à la culture, aux innovations, à l'information ou encore aux réseaux sociaux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2010
Nombre de lectures 328
EAN13 9782296262638
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

COMMUNICATIONDES ORGANISATIONS: RECHERCHES RÉCENTES
TOME1 Les publications renvoient au colloque « LA COMMUNICATION DES ORGANISATIONS EN DÉBAT DANS LESSIC : QUELS OBJETS,TERRAINS ET THÉORIESqui s’est tenu à l’Université Européenne de BretagneRennes 2 les 11 et 12 juin 2009
Du même groupe de recherche
LE MOENNE, Christian (dir.),Communications d’entreprise et organisation, Presses Universitaires de Rennes, 1998. DELCAMBRE, Pierre (dir.),: objets, pratiques,Communications organisationnelles dispositifs, Presses Universitaires de Rennes, 2000. BOUZON, Arlette, MEYER, Vincent (dirs.),La communication organisationnelle en question : méthodes et méthodologie, L’Harmattan, 2006. BOUZON, Arlette, MEYER, Vincent (dirs.),La communication des organisations : entre recherche et action, L’Harmattan, 2008.
Sous la direction de CATHERINELONEUXetBERTRANDPARENT
COMMUNICATION DES ORGANISATIONS: RECHERCHES RÉCENTES
TOME1
Avec les contributions de : Catherine LONEUX, Bertrand PARENT, Françoise BERNARD, Sonia JEDDI, Bessem BOUBAKER, Dominique BESSIERES, Aurore SCHRAMM, Marcela PATRASCU, Thomas MARTINE, Audrey BONJOUR, Nolwenn HÉNAFF, Florence THIAULT, Nisrine ZAMMAR, Julie BRUSQ, Alexandra LENAYBLASON, David DOUYÈRE, Amaïa ERRECART, Bruno CHAUDET, Audrey KNAUF et Stéphane GORIA, Consuelo VASQUEZ, Sylvie BOURDIN et Pierre DELCAMBRE.
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296124974 EAN : 9782296124974
PREAMBULE
LA COMMUNICATION DES ORGANISATIONS EN DEBAT DANS LESSIC :QUELS OBJETS,TERRAINS,THEORIES?Colloque « Jeunes chercheurs et recherches récentes »
Catherine LONEUX PREFics Université Européenne de Bretagne - Rennes 2
Bertrand PARENT PREFics et Ecole des Hautes Etudes de Santé Publique, Rennes
Il s‘agissait par ce colloque de continuer le travail de structuration du champ de la communication organisationnelle en France et d‘en évaluer la pertinence et l‘actualité.En effet, la production littéraire concernant les phénomènes communicationnels des entreprises et des organisations est restée longtemps réservée aux professionnels, directeurs de la communication, consultants ou autres experts. Peu d'universitaires se sont aventurés à problématiser les processus communicationnels de l'entreprise, à décrypter les contenus idéologiques des différents discours de et sur l'entreprise, à comprendre à quels types de problèmes et de crises ces discours renvoient, ou encore, peu ont cherché à analyser les changements structurels profonds que « la révolution informationnelle » induit dans les organisations. Comme le rappelle Christian Le Moënne, on peut comprendre en partie le nombre réduit d'études universitaires sur ces problèmes par la difficulté d'accéder au terrain - l'entreprise prend un risque lorsqu'elle rend possible ce type de mise en visibilité, cette compréhension élaborée et indépendante - mais aussi et surtout par laproblématiques d'analyse des organisations et« faiblesse des 1 des phénomènes de communication organisationnelle » proposées par les chercheurs en SIC. S'intéresser à des phénomènes de communication ne suffit pas à produire une approche communicationnelle pertinente de ces phénomènes. De nombreuses autres disciplines, la sociologie des organisations, du travail, les sciences de gestion... s'appliquent avec leurs propres outils conceptuels, à analyser les mêmes processus.
1 LE MOENNE C., ouvrage collectif, La communication des entreprises et des organisations, PUR, 1998
8
Catherine LONEUXetBertrand PARENT
Un domaine de recherche ne naît pas par génération spontanée et ne se développe pas seulement en vertu de ses contradictions internes. Il baigne dans l'air du temps et répond à des demandes sociales. La pensée scientifique a un lien évident avec les conditions historiques de son apparition. L'objet des sciences sociales répond à la demande de certaines catégories sociales et est porté par des chercheurs qui ont certaines visées sociales. Ainsi, la communication organisationnelle émerge au moment où l'entreprise s'inscrit au cœur du fonctionnementnos sociétés. Mais au risque de paraître de emporté plus ou moins volontairement par une certaine « dérive managériale », il apparaissait nécessaire d'assumer en plein le rapport historique avec l‘objet et de mettre au point un programme de recherche critique, qui ne laissait pas aux seuls professionnels la possibilité d‘analyser ce domaine.
Dans cette perspective, le colloque « la communication organisationnelle en débat dans les SIC » avait pour objectif de faire dialoguer, sur des questions de communication et d‘organisations, les jeunes chercheurs se situant en sciences de l‘information et de la communication, de favoriser l'expression de travaux récents en communication organisationnelle, de réunir les forces vives du champ et de contribuer à la transmission et l'échange scientifique entre générations sur des thématiques resserrées et partagées. Il était ouvert principalement aux doctorants et jeunes docteurs spécialisés en communication des organisations, mais débordait ce cadre pour viser l‘ensembledes chercheurs du champ des SIC. Ainsi par ce colloque orienté « jeunes chercheursrecherches récentes », il s‘agissait d‘approfondir la réflexion sur la spécificité du champ de la communication des organisations, mais surtout d‘identifier les pistes derecherches actuelles et innovantes. Les communications se sont attachées à présenter un projet théorique en mettant l‘accent sur son caractère innovant, et en détaillant les méthodes de recherche utilisées pour mener à bien cette construction scientifique. Elles ont chaque fois montré en quoi tel ou tel questionnement est susceptible d‘alimenter, voire de renouveler, le champ des études portant sur les communications organisationnelles. Leur objectif était aussi d‘expliciter les principaux points de contact et de rupture avec les travaux menés par les chercheurs en SHS, qu‘ils soient des SIC ou d‘une autre discipline.Faire dialoguer jeunes chercheurs et chercheurs confirmés en SIC : On voit dans les 39 textes retenus que nous sommes bien dans un équilibre entre « recherches récentes » et « chercheurs récents ». Les communications reçues sont le fait de doctorants en majorité, mais également de collègues plus confirmés qui ont apporté leur contribution. Elles présentaient soit des travaux de thèses en cours, soit des recherches sous contrats. Les communicants viennent du champ des SIC en général
Catherine LONEUXetBertrand PARENT
9
mais ne sont pas nécessairement identifiés « communication des organisations ». Ce point démontre combien la question organisationnelle travaille de plus en plus les SIC. Identifier les ancrages théoriques actuels : Pour rendre compte de la complexité des phénomènes organisationnels et communicationnels, les auteurs empruntent à de nombreuses disciplines. Si nous devions établir une généalogie thématique des communications, il est possible de repérer des filiations théoriques en SHS et en SIC. Certains auteurs s‘inspirent d‘une orientation de recherche tournée vers le langage, et manifestent ainsi un attachement au « texte ». Des secteurs variés sont ainsi étudiés, tels que les médias, les organisations marchandes, associatives, les bibliothèques, les stratégies de patrimonialisation des collectivités. D‘autres chercheurs s‘inscrivent plutôt dans une approche philosophique,et portent un regard plus directement épistémologique sur leurs objets de recherche. Les textes proposent ainsi de penser la discipline, les nouvelles manières de produire de la recherche, ou théorisent la recherche action. Enfin, les communications sont parfois proches de l‘économie, des sciences degestion, ou de la sociologie critique. Les travaux traiteront alors des médias, des industries culturelles, des communications d‘entreprises, proposant des analyses portant sur la culture, les TIC et leurs usages, les chartes, le travail collaboratif. Pour ce qui est des ancrages en SIC, à proprement parler, nous pouvons repérer trois tendances fortes: l‘innovation, l‘inspiration socio cognitiviste, la tendance philosophico politique.
Le premier pôle de rattachement à identifier dans les textes est celui de l‘innovation, porté par les travaux du Centre de Sociologie de l‘Innovation (CSI). Une approche anthropologique des techniques et des sciences propose de relativise des thèses trop fonctionnalistes, et interroge des problématiques de coordination de l‘action par les TIC, avec une focalisation sur des aspects symboliques des phénomènes informationnels. Ceci porte sur les écrits, les situations de travail, et interroge «l‘agir social», le souci partagé consistant à vouloir interpréter les pratiques sociales.
Le deuxième pôle serait d‘inspiration socio-cognitiviste, proche de la psychologie sociale. La question du groupe et de la place de l‘individu dans ce groupe apparaît, il est vu comme objet de croyances, se forgeant dans l‘interdépendance de ses membres. Les textes intègrent dans leur analyse sur les organisations l‘ensemble des sentiments humains, des relations humaines, ils relativisent la notion de contrôle, pour penser plutôt les représentations, les attitudes, les jugements et les comportements des récepteurs à l‘intérieur des groupes.
10
Catherine LONEUXetBertrand PARENT
Le troisième pôle est celui qui reste marqué par une tendance philosophico-politique plus forte, par une sorte de reglobalisation des questions par le politique, qui serait le moyen de penser le social. Dans les références citées en bibliographie, on voit que le courant de la « sociologie du travail » continue, dans son versant critique, à être cité. Il apporte des éléments intéressants au SIC depuis les années 1990 pour voir comment une forme de communication inter compréhensive pourrait constituer la source de la productivité des organisations.
Ainsi, le domaine d‘étude qui caractérise la communication organisationnelle apparaît assez large : des sujets et problématiques très diverses font l‘objet de travaux. A cetteétape de l‘analyse, la communication organisationnelle peut alors se comprendre comme un champ de recherche constitué en réponse à des préoccupations managériales et sur l‘acceptation de l‘évidence de phénomènes sociaux ou techniques repérés dans les organisations et les entreprises. Ce champ émergeant a suivi alors les évolutions majeures de la discipline information-communication : interdisciplinarité, constructivisme, adoption du paradigme critique en opposition au paradigme fonctionnel. Il s‘est ainsiétendu et complexifié, agrégeant des recherches au contenu théorique de plus en plus élaboré et spécifique. La lecture des articles qui suivent pourra en attester. Ces deux livres reprennent la quasi-totalité des contributions présentées au colloque international organisé par l‘équipe d‘accueil PREFIcs en juin 2009 à l‘université de Rennes 2.