53 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Communication politique, le plus vieux métier du monde - Partie 2

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une deuxième partie qui s'intéresse au moment où le politique devient l'expression de la volonté de Dieu, jusqu'à celui où l'usage de l'imprimerie permet la diffusion d'idées nouvelles remettant en cause la vérité révélée de l'Eglise. Dans les deux cas, la communication politique s'adapte et poursuit son évolution.



Chute de l'Empire romain : c'est à ce moment que l'Eglise se voit investie de responsabilités politiques. Très rapidement, l'institution met en place sa communication politique qui gagne les villes et les coeurs : construction de cathédrales, d'églises, de paroisses ; développement de l'image afin de sensibiliser les populations majoritairement illettrées, etc.



Le VIIème siècle marque un premier tournant pour la communication politique de l'Eglise : la naissance de l'islam. En termes de communication politique, la troisième religion du Livre n'a rien à envier aux rois chrétiens : mosquées telles le Dôme du Rocher à Jérusalem construite par le calife omeyyade Abd al-Malik ; palais à l'instar de celui de la Porte d'Or à Bagdad, édifié par le calife abbasside al-Mansour ; calligraphies sunnites ; fresques et miniatures chiites, etc. L'islam va jusqu'à influencer l'Occident dans ses techniques de communication politique, en développant la pratique de l'écrit. C'est ainsi que les rois de la Chrétienté redécouvrent l'usage de la chronique comme outil de communication politique.



Les Croisades sont aussi le moment où chrétiens et musulmans érigent la communication politique en arme : les chrétiens l'utilisent pour présenter les musulmans comme des barbares sanguinaires qui font parvenir au calife la tête du vainqueur dans un coffre d'argent ; les musulmans pour affirmer que les chrétiens sont des cannibales mangeant le corps du Christ.



Le Moyen Age tendant vers sa fin, de nouvelles techniques de communication voient le jour, aussitôt accaparées par les politiques : la peinture à l'huile, l'art de la fresque, etc. Les rois, seigneurs, prélats et riches bourgeois aiment à s'entourer d'artistes. Leurs motivations ? Valoriser leur image, tant en les représentant à leur avantage qu'en édifiant de somptueux monuments.



Des artistes qui commencent aussi à développer leur propres idées à travers leurs oeuvres : c'est ainsi que les humaniste italiens du XIVème siècle (Dante, Pétrarque, Boccace, etc.) commencent à mettre en cause la vérité révélée de l'Eglise et son pouvoir politique. Désormais, l'homme est capable d'égaler la nature; Dieu n'est plus au centre de toute pensée humaine.



L'imprimerie est véritablement l'invention qui marque un tournant majeur dans la diffusion des idées et des connaissances. Répandant la Réforme protestante à travers l'Europe, elle remet ainsi en cause le monopole de l'Eglise sur la communication politique et met les souverains au défi : communiquer avec des peuples qui apprennent à penser et à s'exprimer hors du cadre déformant de l'Eglise.



Dans son A-book en six parties, Jean-Noël Dibie va à l'encontre des idées reçues : non, la communication politique n'est pas née au XXIème siècle !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 mai 2014
Nombre de lectures 30
EAN13 9782212251227
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0019€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.


Copyright

Groupe Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com

Talmont Media SAS
83, rue Crozatier
75012 Paris
www.atlantico.fr

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou
partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de
O·eGLWHXU RX GX &HQWUH )UDQoDLV G·([SORLWDWLRQ GX 'URLW GH FRSLH UXH GHV *UDQGV
Augustins, 75006 Paris.

© Groupe Eyrolles, Atlantico, 2014
ISBN : 978-2212-86931-6

Jean-Noël Dibie

COMMUNICATION
POLITIQUE,
LE PLUS VIEUX MÉTIER
DU MONDE

Partie 2 : Christianisme et islam

Sommaire

Avant-propos.................................... ..............................................................................4
Introduction...................................................... ................................................................5

/D FURL[ GX &KULVW HQVHLJQH G·XQ HPSLUH pFODWp......................6
/D FRPPXQLFDWLRQ SROLWLTXH GH O·eJOLVH URPDLQH JDUGLHQQH GHV
WUDGLWLRQV GH O·(PSLUH......................................................................... ........................6
/D UHSUpVHQWDWLRQ GH O·LPDJH GH 'LHX...............................................................8

/·LVODP XQ pWHQGDUG SRXU O·2ULHQW......................................................10
La genèse politique de la troisième religion du Livre......... ...................10
La symbolique du Coran.......................................................................................11
La transcription, une œuvre politique............................................................12
Les pratiques de communication du monde islamique.......................14

/·eJOLVH PDvWUH G·±XYUH GH OD UpVXUJHQFH GX SROLWLTXH
en Occident..............................................................................................................21
La renaissance carolingienne............................................................................21
/·eJOLVH HW OD IpRGDOLWp.............................................................................................23

/HV ODQFHV GHV FURLVpV HW OHV ÁqFKHV GHV FDWKpGUDOHV....26
Les images contrastées des croisades........................................................26
La symbolique politique des cathédrales gothiques..............................28
e
/D UpVXUJHQFH GH OD YLH SROLWLTXH GDQV O·(XURSH GX ;,,siècle........31

'H O·RULÁDPPH GX URL j OD EDQQLqUH GH )UDQFH.........................36
La communication politique du nouvel ordre monarchique chrétien..36

/H UHQRXYHDX GH O·DUW SLFWXUDO HW OD UpYROXWLRQ GH OD
JUDSKRVSKqUH.................................................................................................. ......39
/·DUWLVWH DX VHUYLFH GX SROLWLTXH.........................................................................39
/·LPSULPHULH RXWLO GH FRPPXQLFDWLRQ GH OD 5pIRUPH............................41

Conclusion................................................................................. ...................................47
/·DXWHXU............................................................................... ............................................48
Notes de lecture.................................................................... ....................................49

3

$YDQWSURSRV

Cet ouvrage est le deuxième d’une suite de six livres traitant de l’évolution des usages et
des supports de la communication du politique, dont la vocation est d’organiser l’exercice du
pouvoir temporel dans une société humaine.

Mon ambition n’est pas de faire œuvre d’historien, mais de sensibiliser le lecteur aux
périls induits par une dérive contemporaine consistant à présenter la communication,
devenue un produit marchand, comme une création de notre époque. Or, de tous temps, la
communication a supporté les mutations des sociétés humaines organisées ou orchestrées par
OH SROLWLTXH DUW GpGLp j O¶RUJDQLVDWLRQ HW DX JRXYHUQHPHQW GHV D̆DLUHV SXEOLTXHV WHOOHV TXH
perçues par chaque gouvernant.

Pour illustrer l’évolution des pratiques et des techniques de la communication politique,
je me suis arrêté sur quelques événements et personnages de notre histoire imprégnée de
l’héritage des antiques et des préceptes monothéistes des religions du Livre, ainsi que sur
quelques chefs-d’œuvre de la littérature, de l’architecture et de l’art pictural, qui sont autant
de vecteurs de communication.

Dans cette approche, j’ai retenu six étapes servant de trame aux six livres de cet essai. La
première, qui s’achève lorsque l’Empire romain institutionnalise le christianisme, est celle
GH O¶DSSDULWLRQ GHV WHFKQLTXHV HW GHV SUDWLTXHV GH OD FRPPXQLFDWLRQ SROLWLTXH EpQp¿FLDQW
successivement des langages, des écritures et des arts, dont l’art du politique. La deuxième,
durant laquelle le politique se veut l’expression de la volonté de Dieu, se termine lorsque
O¶XVDJH GH O¶LPSULPHULH SHUPHW OD GL̆XVLRQ G¶LGpHV QRXYHOOHV TXL UHPHWWHQW HQ FDXVH OD YpULWp
révélée de l’Église. La troisième est celle de la monarchie absolue qui va avoir à communiquer
avec un peuple apprenant à penser et à s’exprimer hors du prisme déformant de l’Église.
/D TXDWULqPH HVW GRPLQpH SDU OD ERXUJHRLVLH XVDQW GH OD FRPPXQLFDWLRQ SROLWLTXH DX[ ¿QV
d’établir la société industrielle. La cinquième, marquée par la médiatisation de l’information,
voit les marchands installer la société de consommation. La sixième, que nous vivons, débute
alors que les pratiques de communication politique sont bousculées par le chaos numérique.

4