La communication interne en entreprise

-

Français
194 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La communication interne en entreprise peut évoquer aussi bien l'ensemble des messages émis au sein d'une organisation que l'action réalisée par un service particulier, ou encore faire surgir une constatation : « on ne communique pas assez ». En regard des théories classiques de la communication et de leur utilisation dans l'entreprise, cet ouvrage propose d'adopter l'approche communicationnelle de l'école de Palo Alto. Dans cette perspective, il revisite les concepts de communication et de relation et débouche sur une définition de l'organisation comme système de communication. Il nous convie ensuite à changer notre regard et à adopter un point de vue interactionnel et systémique sur l'entreprise, son fonctionnement et sa communication.



Comment, dans cette perspective, intervenir sur le système de communication? Quel objectif assigner à cette intervention interne? Quelles pratiques mettre en place, quand émergent des préoccupations d'équilibre dynamique et de régulation souple du système ? L’auteur répond : en d'adoptant une position qui privilégie l'attention aux interactions et à leurs logiques de fonctionnement.



Ce livre intéressera tout particulièrement les cadres d'entreprise, les managers et dirigeants ainsi que les représentants syndicaux, les formateurs, la direction et les gestionnaires des ressources humaines ou encore les consultants en entreprise.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 octobre 2016
Nombre de lectures 398
EAN13 9782356441430
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait

J’aurais pu commencer cette introduction par une déclaration comme : « ceci n’est pas un xe ouvrage consacré à la communication interne ». Outre le caractère paradoxal de l’affirmation en regard du titre, cela m’aurait permis d’expliquer combien il était important pour moi de poser d’abord un regard sur l’organisation comme système de communication, un ensemble de comportements en interaction, et de faire alors référence au sous-titre comme conducteur de la réflexion présentée.
e ne voudrais cependant pas renier aussi vite l’organisation générale de ce livre, ni le fait qu’il soit effectivement centré sur un ensemble de phénomènes qu’on peut raisonnablement regrouper sous le concept de communication interne. D’autant plus que ce dernier, largement mis en avant dans le monde de l’entreprise ces derniers temps – et plus généralement dans les réflexions sur l’organisation – me paraît à divers titres au centre de préoccupations actuelles assez fondamentales pour ceux et celles qui participent (bon gré mal gré) aux bouleversements en cours dans le monde du travail.Essayons donc d’avancer dans l’ordre et de présenter quelques points qui ont poussé ma réflexion, même si certains d’entre eux ne se retrouvent que disséminés et seulement visibles dans une lecture transversale des pages qui suivent.L’expression communication interne en entreprise se pose d’emblée comme ambiguë. De la communication interne, il en émerge nécessairement et constamment dans l’entreprise : depuis le « bonjour » du matin jusqu’à l’assemblée générale avec discours du PDG, en passant par les ordres et les discussions autour du café. En interne, « ça communique » bien sûr et l’expression se réfère en partie à cette évidence.

Elle se réfère aussi et de plus en plus ces dernières années à une dimension plus construite, une action volontaire au sein de l’entreprise : la gestion de l’information et, dans sa version la plus élaborée, la recherche de consensus autour de ce qu’on appelle habituellement la « culture d’entreprise ».À y réfléchir, la coexistence de ces deux significations frappe par l’ambivalence qu’elle met en jeu : d’un côté, un ensemble de phénomènes quasiment « naturels » dans un contexte de vie collective ; de l’autre, une prise en charge active de moyens et techniques pour influencer l’état résultant de l’existence de ces phénomènes « naturels ». Les efforts portés sur la communication en entreprise, les services qui sont créés de plus en plus souvent en son sein feront bientôt croire que cette communication n’existe que si on la gère.
Il y a là une confusion liée à la manière dont on définit ou simplement dont on appréhende la communication. Dans les faits, il est frappant de constater que ce sur quoi on met généralement l’accent, ce dont on s’occupe, c’est la gestion de l’information : ses processus, ses outils, sa construction et sa diffusion. Cette gestion s’opère actuellement sur deux niveaux principaux.D’une part, les « nouvelles technologies de l’information et de la communication » révolutionnent les capacités de stockage, de traitement automatique et de transmission de l’information autant en ce qui concerne les processus de travail que les informations d’ordre plus général (développement rapide des « intranet » dans les organisations, par exemple).D’autre part, la création quasi systématique de services de communication interne en entreprise (du moins dans les plus importantes de celles-ci) révèle la part de plus en plus stratégique que prend la gestion de l’information vers le personnel dans la dynamique des organisations.Dans le cadre général de la conduite « rationnelle » des entreprises, on peut comprendre que les phénomènes de communication soient approchés par leur composante la plus facilement objectivable, celle qui se prête à une manipulation par des outils : l’information. On voit alors apparaître le rêve un peu fantasmatique de contrôle de l’information dans l’objectif, louable certes, de limiter voire d’éliminer les manipulations et les erreurs d’interprétation (rumeurs, désinformation, fuites, etc.).

On perçoit alors clairement comment l’expression renvoie à deux significations quasiment opposées : la communication interne « naturelle » est source de rumeurs et potentiellement de dysfonctionnements dommageables pour l’entreprise ; la gestion de la communication interne instaurerait de l’ordre et de l’harmonie dans le collectif.Il convient dès lors de complexifier la notion de communication et de la sortir des conceptions réductrices liées à la seule transmission de l’information – sous peine de ne pouvoir en dépasser l’ambiguïté. L’approche de la communication par ce qu’il est convenu d’appeler « l’école de Palo Alto » va permettre cette complexification. À ce propos, quelques précisions s’imposent.