//img.uscri.be/pth/eae6803b7fcdddc9a9c5c12d123477b3b8b43139
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Tourisme et innovation

188 pages
Le tourisme est désormais traité par les politiques et les entrepreneurs comme une source intarissable de croissance économique et de profit. Les auteurs analysent comment, d'un besoin individuel, on est passé à un besoin suscité, cultivé, démocratisé, amenant nouveaux marchés et nouveaux profits, pour un tourisme d'élite ou de masse combinant loisirs, éducation et santé. L'innovation touristique est-elle à même de régler les problèmes liés à l'occupation de l'espace, la gestion de l'environnement ?
Voir plus Voir moins

TOURISME

ET INNOVATION

La force créative des loisirs

Marché et Organisations Cahiersd'Economieet de Gestionde la Côte d'Opale
Cahiers d'économie et de gestion thématiques dont le but est de promouvoir la recherche originale sur les relations de plus en plus étroites qui se tissent entre le marché et les organisations. Les acteurs économiques de taille, de puissance et de pouvoir différents dont les intérêts peuvent être convergents, complémentaires ou, le plus souvent, antagoniques, ont tendance à organiser les marchés. La raison du marché, pourtant, est la référence stratégique pour l'entreprise ainsi que pour les institutions publiques de décision économique. Marché et Organisations. Cahiers d'Economie et de Gestion de la Côte d'Opale questionne l'actualité entrepreneuriale et révèle les liaisons inter temporelles qui font évoluer la formation économique. Les articles proposés: - 45000 signes, espaces, notes, bibliographie, tableaux, figures et annexes compris, soumis en deux exemplaires à Dimitri Uzunidis Maison de la recherche en sciences de l'homme, Lab.RII, 21, Quai de la Citadelle, 59140 Dunkerque. Sont acceptés pour évaluation des articles mono ou multidisciplinaires... Economie, Gestion, mais aussi Droit, Sociologie, Histoire selon le thème du Cahier.

-

Marché et Organisations. Cahiers d'Economie et de Gestion de la Côte d'Opale est une publication sous la responsabilité éditoriale du Laboratoire de Recherche sur l'Industrie et l'Innovation de l'Université du Littoral Côte d'Opale (EA 3604) Direction: Sophie Boutillier, Gérard Dokou, Blandine Laperche, (directeur de publication), Eric Vernier Dimitri Uzunidis

Comité Scientifique et Éditorial Economie: Sophie BOUTILLIER, Gilles CAIRE, Anne-Marie CRETIENEAU, Claude FOURNIER, Alban GOGUEL d'ALLONDANS, Henri JORDA, Blandine LAPERCHE, Pierre LE MASNE, Serge LE ROUX, Eric Thosun MANDRARA, Irina PEAUCELLE, Marlyse POUCHOL, Dimitri UZUNIDIS, Rémy VOLPI Gestion: Amen ABIASSI, Patrick AUDEBERT-LASROCHAS, Alioune BA, Jean-Lin CHAIX, Michèle CLOTILDE, Marie-Chistine DEGHAYE, Jean-Marcellin FANKAM, Marc GARCIA, Hela GHARBI, Maud HERBERT, Pierre GHE~ Jean-Marie HAZEBROUCQ, Godefroy KIZABA, Gérard DOKOU, Joel MARCQ, Joel MOULHADE, Eric VERNIER Droit: Marc RICHEVAUX, Clotaire MOULOUNGUI Politique/Histoire: Evgénia MADELAINE, Maria Giuseppina VITALI-VOLANT, Patrick MATAGNE Suivi de publication: Philippe CHAGNON, Nicole PERIGNON, Dimitri UZUNIDIS

téléphone: 03.28.23.71.35 - email: labrii@univ-littoral.fr URL : http://rii.univ-littoral.fr

Alioune BA Michèle CLOTILDE

TOURISME

ET INNOVATION

La force créative des loisirs

L'HARMATTAN

@ L'HARMATTAN,2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

75005 Paris

http://www.Hbrairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1<@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-03211-8 EAN : 9782296032118

Marché et Organisations
Une publication du Laboratoire de Recherche sur l'Industrie et l'Innovation Avec le concours de L'Association pour la Promotion de la Société de l'Innovation et de la Connaissance Knowledge and Innovation Society - KIS http://rii.univ-littoral.fr

LABOIt.4.TO[8E .:JaiiOI ;~.

UlI

Vui"lUl':lliii u Littu...J d

Déjà paru N°] : Artisanat: la modernité réinventée, 2006. N°2 : La petite entreprise, elle a tout d'une grande, 2006.

création typo-graphique de la couverture: Nicole Pérignon nicole.perignon@free.fr

SOMMAIRE

INTRODUCTION L'INTERACTION L'INNOVATION

GÉNÉRALE.

. . . . . . . . . . . . . . . .13

COGNITIVE DANS TOURISTIQUE. .. ... ... . .. . Par Michèle CLOTILDE et Alioune BA 1. L'innovation touristique: une donnée essentielle pour les entrepreneurs. ....................... 2. L'interaction cognitive ou la mise en commun des savoirs disponibles. .......................... 3. Histoire d'un lieu touristique: Malo les Bains. . . .
Co nc I us ion.

.19

.22 .25 .28

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

LES INNOVATIONS FINANCIÈRES DANS LE DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS TOURISTIQUES DE L'ÉTAT SÉNÉGALAIS ET DANS LE CADRE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35 Par Alioune BA et Oumar FAYE 1. Les enjeux socioéconomiques du tourisme au Sénégal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37

2. Les innovations en matière de financement mises en œuvre par l'état sénégalais. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38 3. Les sources de financement inhérentes à la coopération décentralisée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 4. Les modes de financement utilisés par les opérateurs touristiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 Co nc Ius ion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49

ÉLABORATION D'UN OUTil DE VEillE STRATÉGIQUE SUR lES MARCHÉS TOURISTIQUES ÉMETTEURS: CAS DU SÉNÉGAL ET DE lA FRANCE. . . . . . . . . . . . . . . .53 Par Alioune BA et Michèle CLOTILDE 1. Démarche méthodologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 2. Mise en œuvre de la démarche touristique, 55 3. Les résultats actuels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 ConcIusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60

lA MESURE DES EFFETS ÉCONOMIQUES
DU TOURISME INTERNATIONAL SUR lES PAYS DE DESTINATION. . . . . . . . . . .63 Par Gilles CAIRE et Pierre LE MASNE 1. L'intérêt des Comptes Satellites du Tourisme. . . . . .65 2. CST et dépense touristique totale d'un voyageur international. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 3. Les fuites touristiques: concept, typologie et limites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 4. Peut-on parler de dépendance touristique des pays en développement? 81 ConcIusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82 TOURISME SOLIDAIRE, CAPACITÉS ET DÉVELOPPEMENT SOCIALEMENT DURABlE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89 Par Gilles CAIRE 1. Le tourisme international, un " tremplin vers le développement "pourl'OMT .91 2. Les risques de la mondialisation touristique. . . . . .94

10

3. L'intégration du principe de solidarité au cœur des processus de production et de consommation touristiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 4. Développer les capacités individuelles par l'action collective. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103 Co nc Ius ion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 09 DESTINATIONS INNOVANTES ET DÉVELOPPEMENT DU TOURISME. . . . . . . . .117 Par Jean-Marie HAZEBROUCQ 1. L'innovation: une nécessité pour les destinations touristiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 2. Problématiques de l'innovation dans les destinations touristiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120 3. Destinations touristiques: des innovations re latives ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 3 7 Co nc Ius ion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146 DU TOURISME DE MASSE AU TOURISME SITUE: QUELLES TRANSITIONS? . . . . . . . . .155 Par Hassan ZAOUAL 1. Les nouvelles dynamiques touristiques. . . . . . . . . .157 2. Les fondements du tourisme situé. . . . . . . . . . . . .165 Co nc Ius ion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177

RÉSUMÉS.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .183 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187

LES AUTEURS.

Il

INTRODUCTION

Le tourisme, activité humaine, est la réponse qui satisfait la personne et ses valeurs, la société et ses objectifs, l'Etat et ses ambitions budgétaires. Cette activité humaine s'est institutionnalisée au fil des générations depuis son émergence au 1ge siècle, passant d'un besoin individuel partagé d'une classe sociale (l'aristocratie anglaise) à un besoin suscité, orienté, cultivé, démocratisé. Tout cela explique l'intérêt grandissant des petites et grandes entreprises, des Etats, pour cette source de revenus non négligeable. D'où la nécessité d'anticiper les besoins et les désirs exprimés par les touristes potentiels, bref, la nécessité d'innover. L'innovation en matière touristique, traitée dans ce recueil, reflète les préoccupations des auteurs à l'intérieur de cadres socioéconomiques divers résultant: 1 : de l'historicité 2 : du niveau de développement économique 3 : de la vision stratégique du rôle alloué au tourisme 4 : de la synthèse géostratégique de l'impact de ce secteur A ce titre, elle traduit la mise en perspective locale d'une réflexion qui se veut globale, à l'image de la globalisation actuelle d~s économies et des interactions entre pays.

1. Perspective historique: C'est à cela que nous renvoie l'article de Michèle Clotilde et d'Alioune Ba, article qui nous relate la démarche cognitive d'un acteur du 1ge siècle, en prise sur son environnement, au double niveau social et territorial. Socialement « intégré» parce qu'auréolé de son statut de fils de corsaire, dans la mouvance de Jean-Bart et autres Surcouf, Monsieur Malo investit dans la luzerne et acheta des dizaines d'hectares de dunes pour la cultiver. Son échec dans ce secteur et son désir de « rebondir» l'amenèrent à s'intéresser à l'immobilier; une conjonction d'opportunités dans un arrière plan socioéconomique et territorial évoluant vers les loisirs: attrait des aristocrates anglais pour la Côte d'Azur, ouverture d'une ligne de chemin de fer Paris-Nice, mode américaine des bains de mer et apparition des congés payés, donna naturellement au site une orientation touristique. Si bien qu'on peut dire que c'est l'interaction cognitive de l'acteur avec son environnement qui détermine non seulement les choix de secteurs d'activités mais aussi celui des productions innovantes lui permettant d'assurer l'évolution auto poïétique de son entreprise. 2. Le niveau de développement économique: Le concept de tourisme ayant émergé en Occident est très vite récupéré par les PVD comme voie et moyen de leur stratégie de développement tout en demeurant un secteur de plus en plus important de l'économie des pays développés. Et c'est sur le rôle social de ce secteur qu'un riche débat s'amorçe, par articles interposés, entre d'une part une vision du Sud véhiculé par Oumar Faye et Alioune Ba, et d'autre part, la vision nordiste qu'incarne Jean-Marie Hazebroucq. A partir du constat d'un développement asymétrique du secteur avec, d'un côté les grands groupes et, de l'autre, une multitude de petits opérateurs, Messieurs Ba et Faye défmissent de nouveaux enjeux économiques du secteur, en mettant l'opérateur privé local au cœur du débat sur la lutte contre la paupérisation et pour le développement durable, voire au cœur de ce que 14

devrait être la politique des autorités en matière de tourisme. Il s'agit d'un parti-pris qui leur semble plus à même d'assurer l'appropriation des problématiques du tourisme pour les populations avec tout ce que cela implique en termes de motivation, de formation et d'accompagnement des acteurs locaux et en matière d'innovation financière dans le développement équitable des activités d'un secteur aussi vital pour l'économie nationale. Dans le même ordre d'idées, A. Ba et M. Clotilde interrogent la relation client dans une démarche de CRM (Consumer Relationship Management) qu'il serait judicieux d'insuffier aux autorités des PVD. Selon eux, une France qui reste le premier marché émetteur vers un Sénégal qui est la première destination touristique en Afrique noire, méritent bien l'élaboration d'un outil de veille stratégique qui serait en même temps une source d'innovations en matière de communication et de marketing. Mais, comme nul ne peut se déclarer plus royaliste que le roi, leur louable tentative est venue buter contre le mur du silence érigé par les autorités dûment sollicitées. A la décharge de ces dernières, notons néanmoins que, de même que « noblesse oblige », on pourrait dire aussi que « période électorale oblige. .. au gel des projets». Au constat d'un développement asymétrique fait écho l'article de Gilles Caire et Pierre Le Masne sur « la mesure des effets économiques du tourisme international sur les pays de destination» . Nonobstant la confiance que les institutions internationales comme l'UNESCO, la Banque Mondiale, L'Union Européenne, l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) accordent au tourisme international comme moyen de favoriser le développement et comme outil de lutte contre la pauvreté, les critiques font état de la trop faible partie de la dépense touristique des voyageurs qui reviendrait en fin de compte aux pays en développement. Le CNUCED ferait état d'un taux de « fuites » qui friserait les 80 % dans les PMA d'Afrique. La méthodologie émergente des comptes satellites du tourisme (CST) permettrait, si elle était généralisée, de connaître l'impact réel du tou15

risme international sur l'économie des PVD. En dernière analyse, ce sont l'écotourisme et le tourisme d'aventure qui seraient le moins des sources de fuites, par comparaison au tourisme balnéaire et à ses forfaits séjours. C'est dire que ces deux créneaux constituent des axes majeurs d'un tourisme durable dont bénéficieraient en priorité les populations locales. Et l'un des auteurs de se faire l'avocat d'un tourisme solidaire : Gilles Caire nous le présente à la fois comme un instrument de lutte contre « la pauvreté d'accessibilité» et un projet de développement humain intégré porté par une collectivité le plus souvent villageoise. En intégrant des idéaux à forte résonance cosmique dans un processus économique mutualisé, le tourisme solidaire, en mettant l'homme et la rencontre au cœur de sa démarche, s'inscrit résolument dans une perspective de développement durable et d'interactions pacifiques entre les peuples. Né dans les années 1990 dans la mouvance du commerce équitable, ce type de tourisme constitue une « niche» dont le développement futur est indissociable de l'implication altruiste d'acteurs du Nord (ONo, institutions décentralisées) et de l'intégration de projets de développement propres à l'économie solidaire (construction d'écoles, de postes de santé et autres infrastructures). Il constitue à la fois un défi et un contre feu au libéralisme intégral dans un contexte globalisé en lui substituant le paradigme novateur du « faire richesse ensemble ». Intégration et concentration au nord, atomisation et créneaux balbutiant au Sud, c'est sur cet arrière - plan que s'inscrit l'article de Jean-Marie Hazebroucq intitulé « Destinations innovantes et développement du tourisme ». La méthode, le partispris technocratique et le souci d'efficience refont surface non sans légitimité avec cet article et nous ramènent à la nécessité d'une gestion rigoureuse des projets touristiques tant le poids économique du secteur est important pour une France devenue une destination majeure en concurrence avec d'autres. A ce titre la singularité du « système tourisme» repose sur la triple spéci16

ficité 1) de ces « matières premières» en l'occurrence les territoires des destinations, 2) de ces « nouveaux produits» ou la notion même de produit cause problème 3) et de ces acteurs qu'ils soient entrepreneurs ou touristes-consommateurs. Elle nécessite la rigueur de la démarche de gestion de projets pour en gérer la complexité. C'est justement à cette complexité que s'attaque l'article de Hassan Zaoual : « Du tourisme de masse au tourisme situé: quelles transitions », mais avec les méthodes interdisciplinaires et interculturelles de la théorie des sites symboliques. Hassan Zaoual fait une relecture des tendances du tourisme, tantôt à l'aide de constats empiriques, tantôt à l'aide d'arguments logiques et théoriques ouvrant la voie à un approfondissement de l'analyse par les sites symboliques. Nous espérons que la lecture de cet ouvrage favorisera la réflexion d'acteurs aussi divers que les institutions décentralisées, les candidats entrepreneurs, les autorités ministérielles de pays en développement ainsi que les opérateurs économiques du Nord et du Sud dans leur souci de trouver des gisements de croissance pour leur entreprise ou des opportunités de création dans ce secteur dont la vitalité n'est plus à démontrer. Alioune BA Michèle CLOTILDE

17

L'INTERACTION L'INNOVATION

COGNITIVE TOURISTIQUE

DANS

MICHÈLE

CLOTILDE ALIOUNE

ET BA

Dipi god' a bété momo sasso amaka1 (Aller lentement, c'est mieux que de choisir le hamac) (Plutôt que de rester sans rien faire, il vaut mieux faire ce qu'on peut)

Introduction Embarqué malgré lui dans un environnement construit pas toujours avec son accord, l'homme d'aujourd'hui ne se pose guère la question de savoir comment les hommes ont occupé et occupent un espace géographique donné. Les enseignements qu'il reçoit de la géographie et des sciences de l'environnement semblent lui suffire et le satisfaire ne retenant souvent que ce qui correspond à ses expériences empiriques: « les hommes sont déterminés par leur environnement géographique physique: des pêcheurs en bord de mer, des agriculteurs en plaine, les

administratifs en ville etc. » Il est évident aussi pour lui qu'il a, dans ses activités de production individuelle, des moments de repos que le progrès technique permet d'organiser. Le salarié, en fonction de son statut, de ses possibilités choisit le lieu, le moment, le contenu de ses vacances seul ou avec l'aide d'un voyagiste. Les résultats obtenus en psychothérapie quant aux effets bénéfiques du changement et de la rupture semblent aussi validés dans les pratiques ordinaires. Changer, c'est rompre avec des habitudes généralement sclérosantes, peu rentables pour l'employeur, et souvent facteurs de mal-être pour l'employé. Changer, c'est pouvoir prendre du recul pour mieux agir, c'est rompre. Le repos ou les vacances sont d'autant plus efficaces pour la personne qu'ils se réalisent dans une zone géographique locale ou extérieure où les conditions climatiques sont favorables ou porteuses d'air vivifiant. Notre contemporain, candidat au changement accepte difficilement de se passer des outils et techniques qui lui assurent le confort. Changer oui, mais conserver et surtout jouir de cadres qui confortent l'habitus ou la font dépasser. Rares sont les voyageurs qui partiront en vacances en saisons de pluies dans une zone tropicale. Combien d'occidentaux individuellement, accepteraient de dormir dans un hamac en pleine forêt vierge en compagnie d'une tribu indienne ou d'une tribu d'Aloukou. Le changement ou la rupture a des limites, que l'on soit homme ou animal. En effet: « Chaque être vivant aménage son propre espace avec ses zones de sécurité et d'insécurité, de dépendance et d'indépendance, constitue un espace social médiatisé, qui « s'organise» lui-même autour d'axes dominant/dominé, autorisé/interdit. .. L'animal humain, quant à lui, ne se constitue vraiment homme que dans la conscience spatiale de son propre schéma corporel »2. De cette situation, nous déduisons que l'homme se réserve des espaces qui lui sont propres personnellement, qu'il partage avec d'autres par nécessité ou pas, de façon permanente, épisodique ou ponctuelle. Et s'il se déplace en dehors des espa20