Parentés à la renverse

-

Livres
156 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Décomposées, recomposées, les familles d'aujourd'hui bouleversent nos représentations traditionnelles. Comment penser cette nouvelle donne ? En confrontant les modèles générés par notre raison consciente (données juridiques, culturelles, sociales...) à ceux produits par l'imaginaire collectif, relatant des situations connues à partir de son travail d'analyste, l'auteur propose de multiples approches permettant de comprendre les transformations d'un "roman familial".

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782130790723
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0120 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Claude de la Genardière
Parentés à la renverse
Représentations individuelles et
collectives de la parenté et structure du
renversement
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2003
ISBN papier : 9782130535065 ISBN numérique : 9782130790723
Composition numérique : 2016
http://www.puf.com/
Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est st rictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve l e droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle d evant les juridictions civiles ou pénales.
T a b l e
Des acrobates de la parenté
Histoires et images collectives
d e s
m a t i è r e s
Parentés en images d'aujourd'hui Histoires du passé ? Les contes merveilleux et les familles des héros Mises en jeu des parentés d'hier et d'aujourd'hui
Aventures du roman familial
Des usages du concept
Le roman familial sur le divan
Fantaisies anthropologiques et psychanalytiques de l'ascenseur
Romans de l'arbre
Famille, parenté, généalogie en débats Des parentés flottantes
Un travail psychique de représentation
Pour conclure à la renverse
Annexe
Bibliographie
Introduction
Des acrobates de la parenté
es parentés à la renverse aux fam illes décom posées se dessine un D parcours chaotique qui sem ble attendre aujourd'hui tout m em bre de notre société occidentale. Parcours d'acrobate, par cours de com battant, parcours d'enfant ? Les questions fondatrices sont toujours déjà form ulées par les enfants. Et les adultes, en y répondant, éprouv ent bien souvent leur em barras, leur m anque d'entraînem ent aux acrobaties m étaphysiques sur les origines, la vie et la m ort, la sexualité. Pourtant , ces questions sont aussi les leurs, m ais ils voudraient pouvoir y répondre avec des certitudes, opposer à la m obilité enfantine une solidité d'adulte et un m ode de pensée cohérent.
L'enfant-éléphant de Kipling, lui, a réussi, avec s es questions et ses pourquoi, à recevoir pour réponse des fessées de toute sa fam il le. Sa curiosité insatiable l'a doté cependant de ce qu'il faut pour envoyer finale m ent à son tour toute la fam ille « cul par-dessus tête »[1]. Qu'un enfant curieux ait ce pouvoir renversant dans la fam ille nous m et sur la voie d'u n autre rapport aux questions sur les origines et la fin et singulièrem ent aux bouleversem ents fam iliaux auxquels nous assistons aujourd'hui.
Il y aurait bien de quoi perdre et la tête et l'équ ilibre à reconsidérer de quoi est fait désorm ais notre univers en m atière de filiatio n, de procréation, de vie et de m ort, de « parentalité ». Face aux problèm es de déracinem ent culturel de populations im m igrées recom posant des form es de fam illes par défaut ou aux nom breuses fam illes vouées aux séparations et aux r enouvellem ents incessants d'alliances ; face aux m anipulations m éd icales avec la génétique et la biologie pour intervenir dans le processus de la vie et de la m ort, dans la procréation et la différence des sexes, et face enc ore aux propositions affriolantes de nom breuses associations de généalog ie voulant nous affubler de lignées ancestrales enracinées dans la profondeu r du tem ps, ne som m es-nous pas conviés à des exercices vertigineux de gra nds écarts psychiques par-dessus tous nos repères fondam entaux sur les origin es et la fin ? Faut-il voir dans ces m anifestations les signes d'une société en perdition ou plutôt ceux d'un m om ent de transform ation historique ? Com m ent penser tous ces bouleversem ents et avec quels supports ?
« Savoir d'où ça vient pour savoir où on va. » Cett e form ule n'est pas celle d'un m oraliste quelconque, d'un philosophe, d'un conseil ler dans la façon de conduire notre vie, ni m êm e celle d'un généalogiste . C'est une form ule
publicitaire. Cette publicité s'appuie sur notre ra pport traditionnel à la généalogie et accom pagne ici l'im age d'un arbre, no n pas tout à fait un arbre généalogique m ais un arbre porteur de pom m es. Le te xte qui l'accom pagne est en deux parties. En haut de l'im age : « Savoir d'où ça vient pour savoir où on va » ; en bas : « La vie. La vraie. Auchan. »
Et voici bien un trait caractéristique de notre soc iété que de livrer ses ressorts fondam entaux à travers des activités de prom otion, de com m unication, de m édiatisation. Ici, la prom otion com m erciale joue à la fois sur les repères scientifiques et sur la généalogie, m ais une généal ogie qui voudrait être étayée biologiquem ent. Cette publicité nous offre une sort e de rêve généalogico-scientifique sur le vrai, habillant la visée com m er ciale des m agasins Auchan.
C'est un des paradoxes auxquels j'ai voulu m 'attele r dans ce livre, en m ontrant com m ent se croisent dans notre culture occidentale, en m atière de parenté, de filiation et de procréation, des données scientifiq ues et juridiques, étayées solidem ent par la raison consciente, avec les effet s d'un im aginaire collectif. Celui-ci est continuellem ent sollicité et transform é au fil du tem ps m ais se nourrit aux sources de nos représentations « infant iles », au sens psychanalytique du term e, sur la vie, l'am our, le s exe, la m ort, le tem ps, les parents, la fam ille, la tradition. Or il s'avère qu e ces fondem ents individuels et collectifs de la structuration de la parenté relève nt, les uns com m e les autres, d'une structure de renversem ent.
Ces fondem ents et leurs représentations résultent p récisém ent de l'épreuve des questions cruciales par lesquelles passent les enfants et auxquelles ils exposent leurs parents : quant aux origines m ais au ssi quant à ce qui est vrai et faux, et notam m ent dans les propos parentaux. L' une des plus aiguës de ces questions, et qui ne concerne pas seulem ent les enf ants adoptifs, est précisém ent celle de la vérité de la filiation : es t-ce que les parents sont les « vrais » parents ou non. Interrogation aiguë et fo ndatrice. C'est ainsi que s'élabore pour le sujet ce que Freud a nom m é son « rom an fam ilial ». Ce rom an évolue avec les réponses que trouve l'enfant au cou rs de son investigation sur ses origines et sur le sexe et particulièrem ent ave c les réponses qui lui m anquent ou qui l'insatisfont. Le rom an fam ilial co nstitue alors une sorte de terreau vivant auquel se nourrissent tout au long d e la vie les représentations conscientes et inconscientes de la parenté. Et ce t erreau, nous le verrons, est fait de la capacité rom anesque de renverser l'ordre des choses, de retourner les évidences, d'inverser les places. D'où la propo sition que je fais ici de conceptualiser com m e « parentés à la renverse » cet te structure en m ouvem ent, individuelle et collective, subjective e t culturelle, du rapport à la parenté.
Monde de l'enfance, publicité, voici des dom aines b ien décalés du cham p de la
pensée supposée experte ou des disciplines requises pour répondre aux questions fondatrices sur nos origines. Celles-ci g agnent en effet, m e sem ble-t-il, à être repensées décalées des voies de l'éviden ce ainsi que des points de vue exclusifs d'experts. Notre univers quotidien, notre rapport aux objets ou à l'espace notam m ent, sont une source infinie d'ensei gnem ents sur notre m onde intérieur dès lors que nous pouvons prendre l e recul nécessaire pour les observer. Il s'agit en fait de décloisonner not re façon de penser pour prendre transversalem ent les dom aines m ultiples dan s lesquels se travaille, éventuellem ent à notre insu, notre rapport à la par enté.
Je prendrai ainsi plusieurs exem ples, dans ce livre , de ces figurations successives de la parenté élaborées dans notre soci été occidentale, aussi bien culturellem ent, à l'échelle collective et dans les usages sociaux, que subjectivem ent, dans le travail psychique propre à chaque sujet tel que nous le révèle l'expérience analytique. Nous nous exerceron s ainsi à décaler les points de vue sur les questions de fam ille et de parenté a ujourd'hui en nous repérant à partir d'objets rarem ent rassem blés dans ce type de recherche : la publicité, le ciném a, m ais aussi les contes, les jeux, les rom ans. Nous confronterons aussi nos élaborations contem poraines à celles de n os sociétés plus anciennes sur lesquelles reposent parfois encore une bonne pa rtie de notre étayage juridique en m atière de parenté. Et nous verrons co m m ent des fondem ents sym boliques, à l'échelle des sociétés com m e sur le plan psychique, sont tributaires de la capacité rom anesque, de la fictio n, du fantasm e.
Les écarts de pensée les plus grands sont peut-être ceux auxquels nous convient les œuvres de création, ainsi que les voya ges psychiques dans nos m éandres fantasm atiques concernant la filiation, l' alliance, la procréation, la différence des sexes. Les sujets en analyse en font état parfois bien m algré eux, notam m ent dans leurs rêves, et plus souvent avec la frayeur que ces im ages ou ces scénarios puissent avoir la m oindre concrétisat ion dans la réalité. En effet, il peut être difficile de se reconnaître soi-m êm e d ans ces productions aux frontières de la folie. Et les œuvres artistiques e lles-m êm es suscitent parfois tout autant ces sentim ents d'inquiétante étrangeté devant l'inconnu du fam ilier, l'inquiétant de l'intim e.
Cette exploration à travers les m ondes de l'im age, des fantasm es infantiles, et de la création expose à des renversem ents. De là pe uvent être établis de nouveaux liens susceptibles de nous éclairer sur la com plexité des enjeux redistribués aujourd'hui par les questions de fam il le et de parenté. Le bouleversem ent que nous en éprouvons n'est peut-êtr e pas seulem ent le fait d'une perte dom m ageable de repères ou d'une m ise en pièces des fondem ents sym boliques de notre société en m atière de filiatio n et d'alliance. Notre vertige est peut-être surtout un effet salvateur de notre n écessité psychique de renverser le m onde dans lequel nous vivons, de renv erser l'inéluctable
m ouvem ent de la vie vers la m ort, des origines vers la fin, de la succession des générations, de la différence des sexes. C'est du m oins ce que j'essaierai de m ontrer dans ce livre.
Cette perspective suppose, à l'appui de l'expérienc e analytique, un m ode d'approche associatif. Je ne déroulerai pas ici un program m e didactique de clarification des questions de parenté m ais bien pl utôt des éclairages possibles, des interprétations éventuelles à partir d'une m obilisation de l'activité psychique inconsciente autour de ces que stions. Mobilisation qui appelle celle du lecteur. La dynam ique de m a recher che est aussi celle qui a gouverné m on écriture et que je voudrais transm ettr e. Le travail associatif, ainsi que nous l'a m ontré Freud, n'est pas incom pat ible avec un travail scientifique. Il peut au contraire l'ouvrir, le nou rrir. Encore faut-il lui faire place. C'est la gageure que j'ai soutenue ici et à laquelle je convie m es lecteurs.
Notes du chapitre
[1]Cf.Histoires comme ça, trad. franç. de Jean Esch et André Divault, Hachette Jeunesse.
Chapitre I
Histoires et images collectives
Parentés en images d'aujourd'hui
e m onde de l'im age dans lequel nous vivons aujourd' hui est propre à L développer de nouvelles représentations im agées de la parenté. Mais figurer la parenté a été de tous tem ps une préoccup ation des êtres hum ains dans toutes les civilisations, en la représentant e t en la racontant. Nous en avons des exem ples avec les m ythologies, m ais aussi , dans notre m onde occidental, avec cette étonnante représentation de l'arbre généalogique qui a frayé son chem in depuis le Moyen Âge. Aujourd'hui, le m onde de la publicité et le m onde du ciném a, entre autres, continuent à p roposer de nom breuses représentations brassant l'ancien avec le nouveau[1].
Une généalogie publicitaire
La publicité Auchan évoquée plus haut sollicite che z chacun d'entre nous, concepteurs de la publicité, spectateurs et clients potentiels, notre rapport à la généalogie à travers des représentations collective s pour les transposer dans le dom aine de la consom m ation. Ces représentations reposent d'abord sur l'im aginaire de la pom m e. Nous pouvons y associer A dam et Ève, l'arbre de la connaissance et l'épreuve de la tentation. Mais nou s voyons qu'ici les pom m es ne sont pas celles des arbres de nos cam pagnes : el les se présentent en effet étrangem ent posées sur les branches, com m e s'il s'a gissait, dans cette im age, de prôner un contrôle exercé sur les productions na turelles pour rassurer les clients potentiels quant à la qualité de ce qu'ils vont m anger. Ces pom m es artificielles rejoignent ainsi l'artifice de nos ar bres généalogiques par rapport à l'arbre de la nature. Elles sont m étaphoriques, d isposées selon un ordre généalogique ascendant. Et c'est bien un couple de pom m es qui est posé en place d'ancêtre au pied de l'arbre...
Cette publicité m obilise aussi tout un im aginaire d e l'hérédité, latent depuis e les grands débats du XIX siècle, et le superpose à celui de la généalogie. U ne
partie du m essage est donc celui-ci : nous risquons de transm ettre génétiquem ent des m aladies, m ieux, du faux, de géné ration en génération si nous ne savons pas d'où vient ce que nous m angeons. Et ce ne sont pas seulem ent les questions d'hérédité qui se profilent , m ais encore leur transform ation contem poraine dans tous les débats s ur les cultures transgéniques, les m obilisations autour des m aladie s du type de « la vache folle » ou des épidém ies de fièvre aphteuse. La fin du m essage publicitaire serait plutôt celle-ci : la pureté et l'authenticit é sont du côté des cham ps, ceux de notre enfance m ythique, de ce tem ps où nous gam b adions innocem m ent et librem ent. Rêvons encore avec Auchan et payons notr e tribut en espèces sonnantes et trébuchantes !
Dans notre société bouleversée, l'avènem ent de l'ar bre généalogique com m e support publicitaire n'est-il pas anachronique ? Si aujourd'hui, une chaîne de superm archés peut créer une publicité sur la qualit é de ses produits en reprenant cette im age traditionnelle et sym boliquem ent si chargée, c'est que la quête généalogique est particulièrem ent porteuse pour notre im aginaire collectif contem porain. Ce qui pourrait apparaître com m e une désacralisation devient une sorte de consécration, s'approprier cet te im age proposée publicitairem ent revient en quelque sorte à sacrali ser un im aginaire du « vrai », dans lequel sont convoquées les référence s scientifiques, génétiques, et l'im aginaire de la parenté avec son organisation sym bolique.
Nous som m es bien, avec cette publicité, dans le m on de du rom an fam ilial, non pas directem ent avec ses vrais et ses faux parents, m ais avec les vraies et les fausses histoires en m atière de généalogie, avec « la vie, la vraie ». Et cet usage com m ercial de l'arbre reste singulièrem ent habité d e tout cet im aginaire infantile de la science, celle qui nous garantirait la vérité des origines. U ne publicité de ce type, on le voit, croise de façon t rès riche des registres divers de notre patrim oine culturel, de notre univers scienti fique et juridique, et de nos élaborations plus intim es, avec nos incertitudes, n os peurs et nos libertés d'aujourd'hui.
La mode de la généalogie au temps d'internet
Parallèlem ent aux bouleversem ents de la structure f am iliale m onte donc l'intérêt pour la généalogie et sa m ode, avec les p ropositions m ultiples de recherche d'ancêtres ou de racines, et les orientat ions thérapeutiques diverses où l'enquête sur les faits prom et parfois aux clien ts une guérison de leur m al-être. On peut m êm e parler d'une passion généalogiqu e, d'une fièvre qui se développe depuis les années 1970[2]. Patrice Cabanel, auteur du rapport