Maman d
44 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Maman d'enfants aux pieds bots

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
44 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Une maman partage ses joies et ses peurs de la naissance de son fils né avec un pied bot, à la naissance de sa fille, onze ans plus tard, avec le même pied atteint.
Elle y explique les différents traitements de ses enfants et l'évolution, argumentés par des photos, ainsi que l'embolie pulmonaire qu'elle a faite entre ses grossesses, qui a été une grande épreuve pour la suite de sa vie.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 11
EAN13 9791034805884
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Maman d’enfants
aux pieds bots
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Jocelyne Tribot
 
 
 
 
Maman d’enfants
aux pieds bots
 
 
 
Couverture  : Néro
 
 
 
Publié dans la Collection Electrons Libres,
 
 
 

 
 
 
 
© Evidence Editions 2018

 
 
 
Le pied bot est une malformation du pied, détectée le plus souvent lors des échographies, mais il arrive parfois que les médecins le découvrent à la naissance.

De plus en plus de familles sont confrontées à l’annonce d’un pied bot. Il peut se passer jusqu’à sept générations avant d’avoir un autre cas dans la descendance. Dans ce livre, c’est mon expérience de maman, mes doutes, mes peines, mes joies et surtout le bonheur qui est de voir son enfant évoluer malgré cette malformation, qui aujourd’hui est très bien soignée.
 
À cette femme courageuse, qui restera à jamais dans mon cœur.
 
 
 
 
Mon fils
 
 
 
Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours rêvé avoir une grande famille. À l’adolescence, je gardais les enfants de mes proches dès que j’en avais l’occasion. Les promener, les changer, les faire marcher et les surveiller était pour moi un ravissement. J’avais hâte d’avoir les miens dans les bras, pour les pouponner.
J’avais vingt ans lorsque j’ai rencontré mon futur mari. La belle vie en somme et très vite je suis tombée enceinte, confirmé par une prise de sang positive. Le bonheur et la joie d’attendre un bébé m’avaient fait pousser des ailes. Les nausées, la fatigue. Les joies de la grossesse, mais, c’était une bonne nouvelle pour moi.
C’est alors que j’ai connu réellement ce qu’était le pied bot, puisqu’il y avait déjà eu des cas dans mon entourage parenté. Je gardais un petit bonhomme, de ma famille, quelques heures par semaine. J’avais grande peine, juste à voir ses deux petits pieds, mais il avait déjà eu énormément de séances de kinésithérapie pour les redresser avant que je sois sa nounou. Je n’avais pas vu ses pieds dès la naissance, mais déjà je pouvais remarquer qu’ils n’étaient pas formés comme ceux des autres enfants. Et c’est avec mon petit bidon que je venais le garder. Je le portais dans mes bras et ses parents me disaient qu’à force d’être appuyé sur mon ventre, mon bébé aurait le nez tout tordu… On en rigolait bien…
Pour moi, le pied bot n’avait sa place que dans mes souvenirs d’enfant ; des personnes âgées portant une grosse chaussure à un pied et qui se déplaçaient en boitant. Voilà ma réelle image quand on m’a informée sur cette malformation. On m’a donc rassurée sur le traitement qu’il allait avoir, et je fus soulagée de savoir qu’il n’aurait pas de gros bottillons plus tard !
 
 
 
 
Chapitre 1
 
 
 
Comme toute grossesse suivie, nous nous rendons à l’échographie du premier trimestre. La joie de pouvoir voir le petit bout d’être qui s’est logé en moi, c’est un moment précieux. Nous attendons sur les chaises qui sont dans le couloir juste à côté de la salle. Les battements de mon cœur s’étaient accélérés, j’avais hâte de voir ce bébé pour la première fois. Le gynécologue arrive et nous fait entrer dans son petit bureau. Plus que quelques minutes me séparent de cette joie. Il me demande de m’installer, je m’allonge sur la table puis remonte mon pull. Le médecin vient s’asseoir à côté sur un tabouret et dépose un peu de gel sur ma peau puis avec un petit appareil le fait rouler de part et d’autre afin de bien voir le fœtus. Pour mesurer tout ce qu’il lui faut pour savoir l’âge approximatif de ma grossesse, il passe en revue mon bébé de la tête aux pieds. Quelle est notre joie d’entendre son petit cœur battre la chamade, nous sommes aux anges ! Après quelques vérifications, c’est en arrivant à la mesure de ses petits pieds que le médecin reste silencieux.
Ce silence m’effraye. Il appuie sur mon ventre d’un côté puis de l’autre pour pouvoir mieux voir, mais en vain. Je ne regarde plus l’écran devant moi, mais son visage. Il plisse ses yeux et s’approche du moniteur pour bien regarder. J’ai peur de ce qu’il peut bien ne pas voir. Il se redresse et me regarde un peu gêné. « Madame, il y a un pied qui n’est pas dans l’axe, et je ne peux pas vous affirmer d’où cela provient, j’en suis désolé… »
Mon regard se tourne vers mon conjoint. Notre cœur s’est arrêté un instant. Mais c’est alors que je repense à ce petit de la famille. « Est-ce que ça pourrait être un pied bot ? Des personnes de la famille ont eu cette malformation ! »
Le médecin n’a pas l’air d’être convaincu par cette hypothèse… « Je ne peux pas vous affirmer que c’est bien cela, il faut tout d’abord voir avec un autre échographe qui aura un matériel plus adapté. Il faut aussi que vous passiez une amniocentèse pour être sûr qu’il n’y a pas de maladie grave, je vous prévois donc un rendez-vous au plus vite pour passer l’examen. Je vous enverrai tous les papiers nécessaires pour en prendre connaissance, vous devez les remplir et me les ramener à la prochaine consultation que je vais vous donner. Par contre, n’oubliez pas d’aller consulter un autre médecin et rapportez-moi les clichés. »
Nous sortons du bureau, main dans la main, à ne savoir quoi penser. Nous n’avons pas plus d’informations, et bien entendu pas d’ordinateur et encore moins internet pour s’informer sur la possibilité que le pied bot soit héréditaire. J’ai les échographies en main, je les regarde et cherche pourquoi le pied gauche sur l’image est différent du droit.
C’est donc avec la boule au ventre que l’on prend rendez-vous, sur les conseils de mes proches, dans un centre d’échographie privé avec du matériel plus performant. En ce moment, je suis souvent dans mes pensées, la main sur mon ventre, en espérant que ce ne soit qu’un pied bot. J’aimerais qu’il n’ait rien bien sûr, mais je sais que cela se traite et qu’il pourra vivre normalement.
Nous voilà dans le cabinet d’échographies, nous sommes vraiment apeurés de ce qu’il peut nous apprendre sur notre bébé. Je suis allongée sur la table, prête pour que l’échographe observe de plus près mon bébé. À notre grande surprise, le médecin se veut positif pour le pied bot varus équin et nous affirme qu’il n’y a pour l’instant, aucun signe d’une autre malformation. Nous ignorions qu’il existait plusieurs formes de pied bot, donc il a pris le temps de nous expliquer ce que voulaient dire ces mots. Varus, est la position tournée vers l’intérieur et équin correspond à une flexion plantaire. Un grand soulagement regagnait notre cœur, même si l’amniocentèse 1 n’avait pas encore été faite, mais le rendez-vous était pris pour la semaine suivante.
Les jours passent à une vitesse, que je ne vois pas la semaine défiler. L’examen est aujourd’hui, j’attends dans le couloir pour être accueillie dans une salle. J’angoisse tellement. Au bout de quelques minutes qui m’ont paru très longues, une sage-femme vient me chercher pour me faire installer. Je me retrouve sur la table pour l’examen, je ne suis pas rassurée… On m’a parlé d’une grande aiguille qu’ils passent au travers du ventre, pour arriver dans le placenta et prendre un peu de liquide amniotique afin de l’analyser. Ils me badigeonnent de produit de couleur marron sur tout mon ventre rond. Mon angoisse c’est que le bébé bouge au moment où ils me piquent. Ils me montrent donc qu’avec l’échographie, ils ne peuvent pas toucher le bébé. Les papiers sont signés pour reconnaître les risques de cet examen 2 . C’est la main crispée sur celle de ma cousine qui m’a accompagnée et qui s’est assise à côté de moi, que je passe cette épreuve sans la moindre douleur. L’examen est très rapide, ils ont fini, mais je dois rester allongée pour éviter le moindre souci. Quand j’ai enfin l’autorisation de me relever de cette table et sortir de cet endroit, c’est là que je réalise ce que je viens de subir. Je me sens fière et courageuse de l’avoir accompli ! Tout s’est bien passé, je rentre chez moi en ayant pour recommandation de me reposer et de ne pas trop forcer au risque d’avoir des contractions.
Une attente interminable avant d’avoir les résultats… Les jours passent lentement cette fois. J’essaie de m’occuper l’esprit en préparant la chambre de mon petit bout. Les baisses de moral sont plus fréquentes. Puis un jour, un appel de mon gynécologue. Au bout du fil, je suis en stress en entendant sa voix : « Mademoiselle, je viens de recevoir les résultats de l’examen et votre enfant n’a aucune maladie. Je vous confirme donc que c’est bien un pied bot. Vous attendez un petit garçon, félicitations ! Vous allez recevoir le papier prochainement. »
Le soleil retourne dans nos yeux larmoyants de parents ! Le fait que ce ne soit qu’un pied bot nous a soulagés, nous ne savions pas exactement comment et pour combien de temps nous allions devoir le faire soigner, mais une chose est sûre, nous étions deux et bientôt trois pour continuer cette aventure.
Les rendez-vous s’enchaînent tous les mois. Nous récoltons toutes les informations que nous pouvons avoir pour nous préparer à l’arrivée de notre petit bout.
Mes proches me conseillent de prendre des habits ouverts par de petites pressions entre les jambes et sans pied pour faciliter le change ainsi que la pose d’attelle.
C’est avec les informations d’une proche que nous décidons de faire suivre aussi notre petit bout par une kinésithérapeute, qui a déjà fait des massages sur son enfant ; une dame douce et très gentille. Ses coordonnées en poche, nous n’attendons plus que l’arrivée du bébé…
 
 
 
 
Chapitre 2
 
 
 
Je suis presque à terme, et la fatigue se fait sentir. J’ai perdu un peu de liquide et je dois me rendre à la maternité pour savoir si c’est du liquide amniotique et les résultats tombent, c’est bien cela. Mais je n’ai aucune contraction pour modifier le col. Je dois donc rester à l’hôpital pour éviter les infections, en attendant que l’accouchement se déclenche. Mais rien ne se met en place…
Une perfusion m’est posée après quarante-huit heures, pour que le travail se mette en route. Au bout de quelques heures, les contractions se font sentir de plus en plus fortes, je suis à présent dans la salle d’accouchement, mon col décide enfin de se modifier. Mon mari est à mes côtés et prêt à me soutenir pour devenir pour la première fois « papa et maman ».
La péridurale est posée, le col est ouvert, je commence à pousser, mais je n’arrive pas à faire sortir mon bébé. On me soutient que je peux le faire. Dans ma tête passe une pensée « Et si c’était son pied qui bloquait ? » il est vrai que je n’avais pas abordé ce sujet avant, ni avec les médecins ni avec les échographes… J’étais vraiment dans l’ignorance en ce qui concernait l’accouchement d’un enfant avec un pied bot, était-ce le même ? Je reste quand même muette, ne voulant pas être la risée des sages-femmes si jamais cela n’avait aucun rapport avec la difficulté de pousser.
Après plusieurs souffrances, la tête de mon petit bout fait son apparition, pour enfin être déposé sur mon ventre, nous sommes tous les deux comblés. Je n’ai pas vraiment regardé son pied, mais plutôt sa petite bouille d’amour. Il est emmené dans une autre salle pour faire les soins et revient tout vêtu de son pyjama et bonnet. Au travers de ses vêtements, je peux constater que son pied n’est pas réellement dans l’emplacement du pied du pyjama, mais pour le moment j’admire ce petit bébé parfait.
Quelques heures plus tard, arrivés dans ma chambre, épuisés tous les deux, même tous les...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents