Santé gaie

-

Livres
301 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les gais sont bien vivants et créatifs. On pourrait sérieusement douter de la pertinence de cette affirmation si l'attention se focalisait simplement sur les politiques de lutte contre l'épidémie de VIH. Les cultures LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels) sont en renouvellement. Ce sont de nouveaux rapports au corps, à la sexualité, à la santé, qui sont en cours d'élaboration, de formulation, prenant en particulier pleinement en compte la culture de la fête et du plaisir, fondamentale dans la construction gaie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2010
Nombre de lectures 244
EAN13 9782296254442
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Santé gaie
Santé gaie Sous la direction de Olivier Jablonski Jean-Yves Le Talec Georges Sidéris L’Harmattan – Éditions Pepper
Collection Sexualité et sociétédirigée par Marie-Élisabeth Handman
À Eric Rofes 1954-2006
Sommaire PréfaceGeorges Sidéris, Olivier Jablonski ...................................................... 9
IntroductionLa santé gaie, une ancienne « idée neuve » Jean-Yves le Talec ............................................................................. 13
Histoire d’un conceptUne histoire de la santé gaie en France Georges Sidéris, Michael Sibalis ....................................................... 21 Gay Bodies, Gay Selves. Comprendre le mouvement de santé gaie américain Eric Rofes .......................................................................................... 45 Hommage à Eric Rofes, 31 août 1954-26 juin 2006 Tony Valenzuela ............................................................................... 67
Questionnements théoriquesLe concept de santé gaie répond-il à des inégalités sociales de santé liées au genre et à la sexualité ? Jean-Yves Le Talec ........................................................................... 73 La santé des hommes gais, est-ce le temps ? Bill Ryan et Michael Chervin ........................................................... 89 Minorités ethniques : impact de l’ethnicité sur la santé des hommes gaisSébastien Barraud ........................................................................... 105 VIH, santé sexuelle et cultures gaies contemporaines Michael Hurley ............................................................................... 117 Pour une promotion de la santé sexuelle gaie. Quelques réflexions à partir de l’exemple du sexe anal Rommel Mendès-Leite ................................................................... 143
Données de recherche Décrire et évaluer la santé des gais : les enquêtes et leur problématiqueJean-Yves Le Talec ......................................................................... 163 Santé lesbienne : un état des lieux Clotilde Genon, Cécile Chartrain, Coraline Delebarre ................. 181 Tentatives de suicide à travers l’enquête Presse Gay ANRS : enjeu de santé publique dans une société hétéronormée Annie Velter .................................................................................... 213
Expériences de terrain Pourquoi la santé gaie à Warning ? Olivier Jablonski ............................................................................. 231 Aides et la santé des gais : action, mobilisation… plaisir ! Jean-Marie Le Gall, David Monvoisin .......................................... 243 Le projet santé gaie de Dialogai : de la recherche à l’action Michael Häusermann, Jen Wang, Guillaume Mandicourt ............ 255 Séro Zéro : relier la santé et le mieux-être au développement de la communauté et au changement social Thomas Haig .................................................................................. 279
Conclusion Jean-Yves le Talec ........................................................................... 293
Liste des auteur-e-s.................................................................... 297
Préface 1 Georges Sidéris, Olivier Jablonski 2 Fin 2004, Warning publiait une interview du militant américain Eric Rofes, au titre prémonitoire « Les gays et le sida : un nouvel agenda de santé ». Warning, dont l’activité avait débuté au sein d’Act Up-Paris, tournait ainsi définitivement la page de ses origines pour s’inscrire pleinement dans l’esprit et l’action du mouvement de santé gaie initié par Eric aux États-Unis. C’est grâce à son amitié, à son ouverture d’esprit, au soutien qu’il nous a apporté, que notre initiative est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, une des principales associations communautaires françaises de lutte contre le sida et de promotion de la santé gaie, reconnue au niveau national et international. Il est utile de rappeler ici quelques uns des points fondamentaux qui animent Warning, qui ont motivé la tenue de la conférence de santé gaie organisée en 2005 et qui font que ce livre paraît aujourd’hui. Notre action s’ancre dans la conviction que s’engager dans la lutte contre l’endémie d’infections à VIH qui sévit parmi les gais, promouvoir la santé LGBT, c’est d’abord mener un combat « politique », c’est-à-dire qui questionne les préjugés, les stéréotypes, les idées acquises et dont l’enjeu fondamental est la capacité pour chaque personne LGBT de construire en connaissance de cause sa vie au quotidien dans la dignité et la fierté de son identité, sans exclusive. Ce combat s’inscrit donc dans une vision progressiste de l’individu LGBT, de la communauté et de la société. Pour Warning, la protection sociale universelle est un droit fondamental de l’individu, qui doit être accessible à tous. La liberté est une valeur à laquelle nous sommes particulièrement attachés. Il ne s’agit certes pas pour reprendre une formule célèbre de défendre le « renard libre dans le poulailler libre », qui consacrerait le pouvoir et l’arbitraire du plus fort, mais de respecter les choix de l’individu et d’être attentif aux effets induits par les normes. D’où l’attitude de non-jugement des comportements qui est la nôtre dans
1 Georges Sidéris, actuel président et Olivier Jablonski, an cien président, comptent parmi les co-fondateurs de lʼassociation Warning en 2004. 2  « Les gays et le sida : un nouvel agenda de santé », Entretien avec Eric Rofes, décembre 2004, http://www.thewarning.info/spip.php?article69
9
Santé gaie
notre conception de la politique de prévention. Cette approche privilégie la prise en compte des pratiques réelles des gais, l’écoute et la confiance dans la capacité des individus à construire une démarche conjuguant plaisir et santé. Il ne saurait donc être question à nos yeux d’essayer d’imposer aux gais une idéologie, notre conception trouvant plutôt sa pertinence dans cette formule que nous privilégions : « la communauté que j’aime ». Que signifie cette formule ? Tout simplement que la communauté LGBT « je l’aime, je m’y reconnais et j’accepte que la culture de plaisir en soit l’un des fondements », une dimension culturelle qui a permis aux personnes LGBT à travers l’histoire de se reconnaître, de créer des liens forts, de s’accepter et de se rassembler pour affronter la haine homophobe ou les violences de la vie, dont l’endémie de VIH/sida. Les Marches des fiertés, la culture de la fête ou desparties mettent en scène aujourd’hui cette affirmation qui est une manifestation de la force vitale LGBT. En ce sens, la conférence « VIH et santé gaie » a marqué un tournant. Alors que le débat sur la prévention et la réalité du bareback était jusque là dominé et stérilisé par la mise en scène publique de l’opposition violente entre Act Up-Paris et Aides, la conférence a montré que cette façon d’aborder la question était très franco-française. Les interventions successives, de militants, acteurs de prévention, chercheurs venant d’Australie, des États-Unis, de Suisse, du Royaume-Uni ou du Canada, et bien évidemment de France, ont fait découvrir à l’assistance que ces questions étaient abordées différemment et de manière beaucoup plus dépassionnée à l’étranger, permettant alors d’approfondir les réflexions, bref d’aller au-delà et vers la santé gaie, pour trouver une nouvelle dynamique associative. L’approche de réduction des risques sexuels, qui soulevait tant de polémiques en France, est apparue comme mise en pratique depuis des années, par des acteurs de santé disposant de nouveaux outils essentiels, comme le dépistage communautaire, l’existence de lieux d’accueil, d’écoute et de soins que sont les centres de santé gaie ou LGBT. On était loin du débat conflictuel extrêmement réducteur opposant en prévention le « tout préservatif » à la réduction des risques sexuels. Quelques années plus tard, en 2009, le Conseil national du sida puis la commission France Lert-Gilles Pialoux remettaient leurs 3 avis et rapport . Au cours de cette année ont été reconnus en 3 Avis suivi de recommandations sur lʼintérêt du traitement comme outil novateur de la lutte contre lʼépidémie dʼinfections à VIH, Conseil national du sida, Paris, avril 2009. Pialoux G. et Lert F.,
10