//img.uscri.be/pth/c0a76ac292fdf0e51d1054cb5e7d89740f773883
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI - PDF

sans DRM

Dans les yeux de Bossou

De
42 pages

« Soigneur animalier, je m'occupe en particulier des primates. Souvent les gens me posent des questions sur mon métier. Qui pourrait mieux leur répondre qu'un chimpanzé ?!
Derrière les vitres de sa cage, Bossou, un vieux singe, observe les visiteurs, les soigneurs et ses congénères. Il nous raconte le déroulement de ses journées et nous livre ses pensées. »


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-93763-6

 

© Edilivre, 2015

Dédicaces

 

à mes amis poilus…

1

Je passe tellement de temps dans cette cage vitrée que j’en connais chaque recoin. En contre-bas, au plus proche du public, l’espace douillet où nos soigneurs apportent souvent de la paille et des couvertures mais je n’en profite guère car la proximité avec les dépoilés (les humains si vous préférez) me donne de l’eczéma ! À moins que ce ne soit la paille ?? L’espace surplombant cette partie est plus vaste, avec au centre une imposante structure de bois, entourée de part et d’autre par de grands pneus accrochés au plafond grâce à des cordes, le sol étant recouvert d’écorce. En vérité c’est depuis ma planche que je vois tout et c’est là que je m’installe pour une grande partie de la matinée. Mes congénères ont eux aussi une couche comme la mienne, contre un des murs de la cage, sur une sorte de stèle en béton recouverte de bois, ou plutôt d’un matériau ressemblant à s’y méprendre à du bois.

Sur un des côtés c’est la place de Lucy, une jeune femelle, plutôt sexy et tellement maligne. Elle arrive tout juste d’un zoo de l’Est. Elle est de ceux qu’on appelle les enfermés, nés en captivité. Elle a l’air assez contente de ses nouvelles conditions de vie. Il faut dire que son précédent enclos était recouvert de carrelage, sans rien pour s’accrocher à part de grandes tiges en métal. J’en ai les poils du dos qui se dressent rien que d’y penser ! Aussi elle n’avait que très peu l’occasion de profiter du soleil car les places les mieux exposées étaient réservées aux individus dominants et elle n’était que courtisane. Pour ça elle sait s’y prendre !! Dès son arrivée elle est venue se soumettre auprès de Dédé et de moi-même. Elle en passe du temps à nous cajoler !

Dédé, c’est notre chef, il occupe un trône sur le pan de mur entre celui de Lucy et le mien. Cette bonne place il l’a gagné car il a su détourner les outils des dépoilés en sa faveur. En même temps c’est normal c’est un dépoilé qui l’a élevé. Sa mère, Chita, n’a pas su s’en occuper et il a donc grandi dans une maison avec jardin. Il est ce qu’on appelle un faux-poilu, un individu imprégné si ça vous parle mieux. Dans sa jeunesse ses parents...