De Gaulle
702 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

De Gaulle

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
702 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Disparu en 1970, Charles de Gaulle a laissé un héritage politique inaltérable à la France. Cet ouvrage retrace tout son parcours, de son enfance jusqu'à sa mort : sa participation à la Première Guerre mondiale, l'appel du 18 juin 1940, son éléction à la présidentielle ou son implication dans la guerre d'Algérie. En 136 pages et plus de 300 illustrations, retrouvez toutes les facettes d'un personnage emblématique de l'histoire de France. La collection "Histoire" des Éditions Chronique regroupe toute une série d'ouvrages relatant le parcours des principales personnalités qui ont marqué leur époque à travers les siècles. Pour découvrir tous les autres ouvrages de notre collection et l'ensemble de notre catalogue, venez consulter le site des Éditions Chronique.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 23
EAN13 9782366020021
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

CHARLES DE GAULLE
Retrouvez toutes les facettes d’un personnage emblématique de l’histoire de
FranceBruno LAREBIERE
© Wissen Media Verlag Gmbh, pour le système Chronique
© 1997 - Éditions Chronique
© 2004 - Éditions Chronique - Dargaud SA pour la présente édition (…), pour la présente
édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit
d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera
susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366020021
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.comCHARLES DE GAULLE
S o m m a i r e
1210
1210
1406
1406
1415
Mercredi 25 octobre 1415
1418
1418
1794
Dimanche 27 juillet 1794
1832
Dimanche 15 avril 1832
1834
1834
1835
Jeudi 26 février 1835
1848
Mercredi 22 novembre 1848
1849
1849
1860
Samedi 28 avril 1860
1868
Dimanche 12 avril 1868
1871
Samedi 28 janvier 18711880
1880
erJeudi 1 janvier 1880
1886
Samedi 31 juillet 1886
1887
Lundi 14 février 1887
1889
Lundi 27 mai 1889
1890 à 1913
Hors chronologie
1914 à 1918
Hors chronologie
1919 à 1935
Hors chronologie
1936 à 1939
Hors chronologie
1940
Dimanche 21 janvier 1940
Mercredi 21 février 1940
Mai 1940
Vendredi 10 mai 1940
Vendredi 17 mai 1940
Samedi 25 mai 1940
Mercredi 5 juin 1940
Vendredi 14 juin 1940
Dimanche 16 juin 1940
Lundi 17 juin 1940
Mardi 18 juin 1940Mercredi 19 juin 1940
Jeudi 20 juin 1940
Vendredi 28 juin 1940
erLundi 1 juillet 1940
Mercredi 10 juillet 1940
Dimanche 14 juillet 1940
Samedi 20 juillet 1940
erJeudi 1 août 1940
Vendredi 2 août 1940
Samedi 31 août 1940
Mercredi 25 septembre 1940
Dimanche 27 octobre 1940
Mercredi 30 octobre 1940
Samedi 9 novembre 1940
Lundi 11 novembre 1940
Samedi 16 novembre 1940
Mardi 24 décembre 1940
1941 à 1942
Hors chronologie
1943
Janvier 1943
Mardi 12 janvier 1943
Jeudi 14 janvier 1943
Mardi 30 mars 1943
Mardi 6 avril 1943
Mercredi 21 avril 1943
Vendredi 4 juin 1943
Lundi 21 juin 1943Samedi 3 juillet 1943
Mercredi 14 juillet 1943
Samedi 31 juillet 1943
Lundi 9 août 1943
Dimanche 12 septembre 1943
Vendredi 17 septembre 1943
Vendredi 8 octobre 1943
Mardi 9 novembre 1943
Dimanche 12 décembre 1943
Jeudi 30 décembre 1943
1944
Janvier 1944
Mercredi 12 janvier 1944
erMardi 1 février 1944
Mardi 8 février 1944
Mercredi 15 mars 1944
Mardi 28 mars 1944
Mardi 4 avril 1944
Vendredi 21 avril 1944
Samedi 3 juin 1944
Mercredi 14 juin 1944
Dimanche 18 juin 1944
Vendredi 30 juin 1944
Mercredi 12 juillet 1944
Lundi 14 août 1944
Mardi 15 août 1944
Vendredi 18 août 1944Dimanche 20 août 1944
Jeudi 24 août 1944
Samedi 26 août 1944
Septembre 1944
Samedi 9 septembre 1944
Mardi 12 septembre 1944
Mercredi 13 septembre 1944
Mardi 19 septembre 1944
Dimanche 8 octobre 1944
Dimanche 22 octobre 1944
Lundi 23 octobre 1944
Samedi 28 octobre 1944
Jeudi 9 novembre 1944
Vendredi 10 novembre 1944
Samedi 18 novembre 1944
Jeudi 23 novembre 1944
Dimanche 10 décembre 1944
Samedi 23 décembre 1944
1945
1945
Janvier 1945
Mercredi 3 janvier 1945
Dimanche 7 janvier 1945
Dimanche 14 janvier 1945
Mardi 16 janvier 1945
Vendredi 2 février 1945
Mardi 6 février 1945
Dimanche 11 février 1945Jeudi 22 février 1945
Jeudi 12 avril 1945
Jeudi 26 avril 1945
Dimanche 29 avril 1945
Vendredi 4 mai 1945
Mardi 8 mai 1945
Samedi 2 juin 1945
Mardi 5 juin 1945
Mardi 26 juin 1945
Samedi 30 juin 1945
Mardi 7 août 1945
Vendredi 17 août 1945
Mardi 28 août 1945
Dimanche 2 septembre 1945
Mercredi 12 septembre 1945
Octobre 1945
Mardi 2 octobre 1945
Jeudi 4 octobre 1945
Lundi 15 octobre 1945
Jeudi 18 octobre 1945
Dimanche 21 octobre 1945
Mardi 13 novembre 1945
Vendredi 16 novembre 1945
Dimanche 2 décembre 1945
Mardi 4 décembre 1945
Samedi 15 décembre 1945
Vendredi 21 décembre 1945Mercredi 26 décembre 1945
1946
1946
erMardi 1 janvier 1946
Jeudi 3 janvier 1946
Dimanche 6 janvier 1946
Lundi 21 janvier 1946
Février 1946
Dimanche 17 février 1946
Dimanche 12 mai 1946
Lundi 20 mai 1946
Mardi 28 mai 1946
Jeudi 30 mai 1946
Dimanche 16 juin 1946
Samedi 22 juin 1946
Mercredi 28 août 1946
Dimanche 13 octobre 1946
Dimanche 10 novembre 1946
Samedi 23 novembre 1946
Jeudi 12 décembre 1946
Vendredi 20 décembre 1946
Samedi 28 décembre 1946
1947
1947
Jeudi 16 janvier 1947
Mercredi 22 janvier 1947
Lundi 10 février 1947erMardi 1 avril 1947
Lundi 7 avril 1947
Vendredi 18 avril 1947
Samedi 26 avril 1947
erJeudi 1 mai 1947
Samedi 31 mai 1947
Dimanche 29 juin 1947
Dimanche 27 juillet 1947
Lundi 18 août 1947
Jeudi 21 août 1947
Dimanche 5 octobre 1947
Lundi 27 octobre 1947
Mardi 28 octobre 1947
Jeudi 27 novembre 1947
Vendredi 28 novembre 1947
Lundi 29 décembre 1947
1948 à 1949
Hors chronologie
1950 à 1952
Hors chronologie
1953 à 1954
Hors chronologie
1955 à 1957
Hors chronologie
1958
1958
Vendredi 31 janvier 1958
Vendredi 11 avril 1958Mardi 15 avril 1958
Mardi 13 mai 1958
Vendredi 16 mai 1958
Lundi 19 mai 1958
Lundi 26 mai 1958
Mercredi 28 mai 1958
Jeudi 29 mai 1958
erDimanche 1 juin 1958
Lundi 2 juin 1958
Mercredi 4 juin 1958
Vendredi 6 juin 1958
Vendredi 13 juin 1958
Mardi 17 juin 1958
Vendredi 20 juin 1958
Jeudi 3 juillet 1958
Samedi 2 août 1958
Mardi 5 août 1958
Jeudi 28 août 1958
Mercredi 3 septembre 1958
Samedi 13 septembre 1958
Dimanche 14 septembre 1958
Mercredi 17 septembre 1958
Vendredi 19 septembre 1958
Mercredi 24 septembre 1958
Dimanche 28 septembre 1958
Vendredi 3 octobre 1958
Samedi 4 octobre 1958Vendredi 10 octobre 1958
Dimanche 26 octobre 1958
Jeudi 27 novembre 1958
Dimanche 30 novembre 1958
Mardi 9 décembre 1958
Vendredi 19 décembre 1958
Dimanche 21 décembre 1958
Samedi 27 décembre 1958
Dimanche 28 décembre 1958
1959
1959
erJeudi 1 janvier 1959
Mardi 6 janvier 1959
Jeudi 8 janvier 1959
Lundi 26 janvier 1959
Vendredi 6 février 1959
Jeudi 19 février 1959
Samedi 21 février 1959
Jeudi 5 mars 1959
Mercredi 25 mars 1959
Mardi 14 avril 1959
Mercredi 29 avril 1959
Samedi 27 juin 1959
Mercredi 8 juillet 1959
Jeudi 23 juillet 1959
Dimanche 30 août 1959
Jeudi 3 septembre 1959Mercredi 16 septembre 1959
Lundi 28 septembre 1959
Jeudi 8 octobre 1959
Mercredi 14 octobre 1959
Vendredi 16 octobre 1959
Mercredi 28 octobre 1959
Mardi 3 novembre 1959
Dimanche 8 novembre 1959
Jeudi 12 novembre 1959
Dimanche 15 novembre 1959
Vendredi 20 novembre 1959
Mardi 15 décembre 1959
Jeudi 24 décembre 1959
Samedi 26 décembre 1959
1960
1960
Janvier 1960
Mercredi 13 janvier 1960
Samedi 23 janvier 1960
Mardi 2 février 1960
Mercredi 3 février 1960
Samedi 13 février 1960
Dimanche 14 février 1960
Lundi 29 février 1960
Samedi 19 mars 1960
erVendredi 1 avril 1960
Mercredi 27 avril 1960Vendredi 29 avril 1960
Lundi 9 mai 1960
Mercredi 11 mai 1960
Mardi 17 mai 1960
Samedi 11 juin 1960
Samedi 18 juin 1960
Samedi 9 juillet 1960
Lundi 5 septembre 1960
Mercredi 7 septembre 1960
erSamedi 1 octobre 1960
Vendredi 4 novembre 1960
Mardi 22 novembre 1960
Lundi 28 novembre 1960
Lundi 12 décembre 1960
Lundi 19 décembre 1960
Mardi 20 décembre 1960
Mardi 27 décembre 1960
Samedi 31 décembre 1960
1961
1961
Dimanche 8 janvier 1961
Dimanche 15 janvier 1961
Dimanche 12 février 1961
Lundi 27 février 1961
Mercredi 15 mars 1961
Vendredi 31 mars 1961
Samedi 22 avril 1961Lundi 24 avril 1961
Mardi 25 avril 1961
Mercredi 26 avril 1961
Vendredi 19 mai 1961
Samedi 20 mai 1961
Lundi 29 mai 1961
erJeudi 1 juin 1961
Vendredi 2 juin 1961
Mardi 13 juin 1961
Mercredi 5 juillet 1961
Mercredi 12 juillet 1961
Mardi 18 juillet 1961
Mercredi 19 juillet 1961
Vendredi 28 juillet 1961
Dimanche 13 août 1961
Mardi 5 septembre 1961
Jeudi 7 septembre 1961
Vendredi 15 septembre 1961
Mardi 17 octobre 1961
Jeudi 23 novembre 1961
1962
1962
Dimanche 14 janvier 1962
Jeudi 18 janvier 1962
Mercredi 24 janvier 1962
Jeudi 8 février 1962
Lundi 19 février 1962Mercredi 14 mars 1962
Lundi 19 mars 1962
Samedi 24 mars 1962
Lundi 26 mars 1962
Mardi 27 mars 1962
Dimanche 8 avril 1962
Samedi 14 avril 1962
Mardi 17 avril 1962
Vendredi 20 avril 1962
Mercredi 25 avril 1962
Mercredi 16 mai 1962
Dimanche 20 mai 1962
Mercredi 23 mai 1962
Mardi 5 juin 1962
Mardi 3 juillet 1962
Vendredi 6 juillet 1962
Mercredi 18 juillet 1962
Août 1962
Mercredi 8 août 1962
Mercredi 22 août 1962
erSamedi 1 septembre 1962
Dimanche 9 septembre 1962
Mercredi 12 septembre 1962
Samedi 15 septembre 1962
Samedi 29 septembre 1962
Vendredi 5 octobre 1962
Samedi 6 octobre 1962Mercredi 10 octobre 1962
Dimanche 28 octobre 1962
Mardi 6 novembre 1962
Dimanche 25 novembre 1962
Mardi 27 novembre 1962
Mercredi 28 novembre 1962
Samedi 29 décembre 1962
1963
Jeudi 10 janvier 1963
Lundi 14 janvier 1963
Mardi 22 janvier 1963
Mercredi 23 janvier 1963
Jeudi 7 février 1963
Jeudi 14 février 1963
Lundi 11 mars 1963
Samedi 16 mars 1963
Mercredi 20 mars 1963
Vendredi 5 avril 1963
Mardi 30 avril 1963
Jeudi 20 juin 1963
Vendredi 21 juin 1963
Samedi 27 juillet 1963
Samedi 3 août 1963
Dimanche 4 août 1963
Jeudi 12 septembre 1963
Mercredi 25 septembre 1963
erMardi 1 octobre 1963Mardi 15 octobre 1963
Lundi 25 novembre 1963
Mardi 3 décembre 1963
1964
1964
erMercredi 1 janvier 1964
Vendredi 10 janvier 1964
Mardi 14 janvier 1964
Dimanche 19 janvier 1964
Vendredi 31 janvier 1964
Dimanche 2 février 1964
Jeudi 20 février 1964
Mardi 25 février 1964
Vendredi 13 mars 1964
Samedi 14 mars 1964
Mardi 24 mars 1964
Mercredi 25 mars 1964
Vendredi 17 avril 1964
Lundi 20 avril 1964
Vendredi 8 mai 1964
Vendredi 15 mai 1964
Mardi 26 mai 1964
Vendredi 29 mai 1964
erLundi 1 juin 1964
Vendredi 5 juin 1964
Samedi 6 juin 1964
Samedi 13 juin 1964Lundi 15 juin 1964
Samedi 27 juin 1964
Juillet 1964
Vendredi 17 juillet 1964
Mercredi 26 août 1964
Vendredi 28 août 1964
Vendredi 11 septembre 1964
Vendredi 16 octobre 1964
Mercredi 21 octobre 1964
Jeudi 29 octobre 1964
Dimanche 22 novembre 1964
Mercredi 16 décembre 1964
Samedi 19 décembre 1964
1965
1965
Vendredi 29 janvier 1965
Jeudi 11 février 1965
Dimanche 21 mars 1965
Jeudi 15 avril 1965
Vendredi 16 avril 1965
Mardi 27 avril 1965
Vendredi 14 mai 1965
Mercredi 26 mai 1965
Vendredi 28 mai 1965
Vendredi 18 juin 1965
Samedi 19 juin 1965
Jeudi 24 juin 1965
Mercredi 30 juin 1965Vendredi 16 juillet 1965
Jeudi 29 juillet 1965
Septembre 1965
Vendredi 10 septembre 1965
Mercredi 29 septembre 1965
Vendredi 29 octobre 1965
Jeudi 4 novembre 1965
Dimanche 5 décembre 1965
Lundi 13 décembre 1965
Dimanche 19 décembre 1965
1966
1966
Dimanche 2 janvier 1966
Samedi 8 janvier 1966
Jeudi 20 janvier 1966
Samedi 29 janvier 1966
erMardi 1 février 1966
Mercredi 16 février 1966
Jeudi 17 février 1966
Lundi 21 février 1966
Lundi 7 mars 1966
Jeudi 31 mars 1966
Dimanche 10 avril 1966
Mercredi 4 mai 1966
Jeudi 5 mai 1966
Mardi 17 mai 1966
Dimanche 29 mai 1966Mercredi 8 juin 1966
erVendredi 1 juillet 1966
Mercredi 13 juillet 1966
Samedi 16 juillet 1966
Mardi 19 juillet 1966
Vendredi 26 août 1966
erJeudi 1 septembre 1966
Dimanche 11 septembre 1966
Mercredi 9 novembre 1966
Samedi 26 novembre 1966
Vendredi 23 décembre 1966
Mercredi 28 décembre 1966
1967
Mercredi 25 janvier 1967
Vendredi 27 janvier 1967
Février 1967
Dimanche 12 mars 1967
erSamedi 1 avril 1967
Vendredi 7 avril 1967
Lundi 17 avril 1967
Mardi 18 avril 1967
Mardi 25 avril 1967
Mercredi 26 avril 1967
Mercredi 10 mai 1967
Samedi 20 mai 1967
Vendredi 2 juin 1967
Lundi 5 juin 1967Jeudi 15 juin 1967
erSamedi 1 juillet 1967
Lundi 3 juillet 1967
Jeudi 13 juillet 1967
Mardi 25 juillet 1967
Jeudi 17 août 1967
Vendredi 18 août 1967
Samedi 9 septembre 1967
Lundi 25 septembre 1967
erDimanche 1 octobre 1967
Mardi 10 octobre 1967
Lundi 27 novembre 1967
Lundi 11 décembre 1967
1968
1968
Mardi 2 janvier 1968
Samedi 27 janvier 1968
Vendredi 9 février 1968
Samedi 24 février 1968
Mercredi 3 avril 1968
Samedi 27 avril 1968
Jeudi 2 mai 1968
Lundi 13 mai 1968
Mardi 14 mai 1968
Dimanche 19 mai 1968
Lundi 27 mai 1968
Mercredi 29 mai 1968Jeudi 30 mai 1968
Mardi 4 juin 1968
Vendredi 7 juin 1968
Vendredi 14 juin 1968
Dimanche 30 juin 1968
Jeudi 11 juillet 1968
Mercredi 21 août 1968
Samedi 24 août 1968
Lundi 9 septembre 1968
Mercredi 2 octobre 1968
Jeudi 10 octobre 1968
Mercredi 30 octobre 1968
Dimanche 24 novembre 1968
Mardi 31 décembre 1968
1969
1969
Lundi 6 janvier 1969
Vendredi 17 janvier 1969
Dimanche 2 février 1969
Mercredi 12 février 1969
Dimanche 2 mars 1969
Lundi 31 mars 1969
Jeudi 10 avril 1969
Lundi 14 avril 1969
Vendredi 25 avril 1969
Dimanche 27 avril 1969
Lundi 28 avril 1969
Mercredi 30 avril 1969Dimanche 15 juin 1969
Jeudi 19 juin 1969
Samedi 21 juin 1969
Vendredi 27 juin 1969
Vendredi 8 août 1969
Mardi 16 septembre 1969
Octobre 1969
Jeudi 9 octobre 1969
Jeudi 30 octobre 1969
Jeudi 6 novembre 1969
Dimanche 9 novembre 1969
Jeudi 11 décembre 1969
Vendredi 12 décembre 1969
1970
1970
Vendredi 9 janvier 1970
Vendredi 27 février 1970
Dimanche 15 mars 1970
Mardi 17 mars 1970
Avril 1970
Mardi 7 avril 1970
Mardi 14 avril 1970
Mercredi 22 avril 1970
erVendredi 1 mai 1970
Jeudi 28 mai 1970
Samedi 27 juin 1970
erMardi 1 septembre 1970Jeudi 8 octobre 1970
Lundi 9 novembre 1970
Mercredi 11 novembre 1970
Jeudi 12 novembre 1970
Vendredi 11 décembre 1970
1971
Vendredi 19 mars 1971
Mardi 9 novembre 1971
Jeudi 18 novembre 1971
1972
Dimanche 18 juin 1972
1974
Mardi 2 avril 1974
Dimanche 19 mai 1974
1978
1978
1979
Jeudi 8 novembre 1979
Décembre 1979
1981
Dimanche 10 mai 1981
1982
Jeudi 25 mars 1982
1986
Dimanche 16 mars 1986
1988
Dimanche 8 mai 1988
1994
Samedi 7 mai 1994
1995Dimanche 7 mai 1995
1996
Lundi 8 janvier 19961 2 1 0
1 2 1 01 2 1 0
Brèves
1 2 1 0
F r a n c e
Un certain Richard de Gaulle reçoit un fief du roi Philippe Auguste.
Philippe Auguste / Gaulle, Richard de / France
Sommaire1 4 0 6
1 4 0 61 4 0 6
Brèves
1 4 0 6
O r l é a n s
Le duc d'Orléans charge le chevalier Jehan de Gaulle, gouverneur de la ville, de traverser
la Seine avec cinq cents hommes en armes pour s'emparer de Charenton.
Orléans / Gaulle, Jehan de
Sommaire1 4 1 5
Mercredi 25 octobre 1415MERCREDI 25 OCTOBRE 1415
Jehan de Gaulle, tacticien d'Azincourt
Azincourt
Jehan de Gaulle est dubitatif. La stratégie qui a été adoptée par Charles d'Orléans pour
contrer les Anglais à Azincourt lui semble vouée à l'échec. La leçon de Crécy n'a pas été
retenue. Mais ce que propose le valeureux chevalier est par trop révolutionnaire : il
prône la guerre de mouvement, alors que la tradition guerrière de la France consiste en
un affrontement direct. Ce qu'il avait prédit est arrivé : les Français ont été défaits.
Jehan de Gaulle n'est pas découragé. Ses frères d'armes veulent étoffer le camp
armagnac et se réunir en « compagnons de Gaulle ».
Orléans, duc Charles d' / Grande-Bretagne / Gaulle, Jehan de / France / Azincourt
Sommaire1 4 1 8
1 4 1 81 4 1 8
Brèves
1 4 1 8
V i r e
Sire Jehan de Gaulle, gouverneur de la ville, refoule les Anglais sur Carentan. Mais ces
derniers finissent par prendre Vire, et, invité à se mettre au service du roi d'Angleterre, le
gouverneur refuse. Il part s'installer en Bourgogne.
Vire / Gaulle, Jehan de / Bourgogne
Sommaire1 7 9 4
Dimanche 27 juillet 1794DIMANCHE 27 JUILLET 1794
Brèves
Juillet 1794
Paris
Jean-Baptiste Philippe de Gaulle (arrière grand-père paternel), avocat au parlement de
Paris depuis 1781, emprisonné sous la Terreur, est délivré.
Paris / Gaulle, Jean-Baptiste Philippe de
Sommaire1 8 3 2
Dimanche 15 avril 1832DIMANCHE 15 AVRIL 1832
Une lignée de juristes et de militaires
France
La Révolution l'avait épargné, le choléra l'a abattu. Jean-Baptiste Philippe de Gaulle est
mort, et c'est sa vie qui restera sa gloire, lui qui fut avocat au parlement de Paris avant
d'être emprisonné sous la Terreur au collège des Ecossais où, hasard de l'histoire, il
croisa Saint-Just qui se dirigeait vers la guillotine. Puis il occupa la prestigieuse fonction
de directeur des Postes militaires à la Grande Armée. Jusqu'à Waterloo… Les travaux
de Julien-Philippe, le fils que son épouse Joséphine lui donna il y a déjà trente et un ans
et qui fut formé à l'Ecole des chartes, ont permis à la famille de Gaulle de se découvrir
héritière de nombreux aïeux au service du droit et de l'épée. Outre Jehan de Gaulle, il a
exhumé un Richard de Gaulle, doté d'un fief par Philippe Auguste ; un Girard Gaulle, puis
eun Jehan Gaulles, en Bourgogne à la fin du xv siècle ; un Nicolas de Gaules, notaire,
dont le fils, au prénom égaré, mourut en 1639, après avoir été conseiller au parlement
de Dijon. Un Antoine de Gaulle s'est aussi fait connaître en Champagne à la fin du
exvii siècle : il est le père de Jean-Baptiste de Gaulle, procureur au parlement de Paris
sous Louis XV et père de Jean-Baptiste Philippe de Gaulle.
Gaulle, Jean-Baptiste Philippe de
Sommaire1 8 3 4
1 8 3 41 8 3 4
Brèves
1 8 3 4
V a l e n c i e n n e s
Julien-Philippe de Gaulle (grand-père paternel) ouvre une école au 27, rue de la
Viéwarde.
Valenciennes / Gaulle, Julien-Philippe de
Sommaire1 8 3 5
Jeudi 26 février 1835JEUDI 26 FÉVRIER 1835
Du sang écossais dans la famille
Lille
Née ce matin, Julia, Marie, Léonie Delannoy est, comme son nom ne l'indique pas,
dotée d'une très forte ascendance irlandaise. Des curieux lui ont en effet découvert un
arrière-grand-père dénommé Joseph MacCartan, lui-même petit-fils d'un compagnon de
eJacques Stuart, et qui fut au xviii siècle une sommité médicale de Valenciennes. L'un
de ses fils, Adronic, lui aussi médecin, dut s'exiler sous la Révolution. Bien lui en prit : il
trouva femme en Ecosse, Françoise, Anne Fleming, aujourd'hui ravie d'être grand-mère.
MacCartan, Joseph / Lille / Fleming, Françoise Anne / Delannoy, Julia Marie Léonie
Sommaire1 8 4 8
Mercredi 22 novembre 1848MERCREDI 22 NOVEMBRE 1848
Henri de Gaulle voit le jour à Paris
Paris
eDix jours après la proclamation de la II République, Julien-Philippe de Gaulle a obtenu
de quoi se consoler de ce qu'il tient pour une calamité. Onze ans après la naissance de
Charles, malheureusement devenu infirme depuis, c'est encore un fils que son épouse
Joséphine a mis au monde. Baptisé Henri, il a toutes les chances d'acquérir rapidement
les meilleures bases dans la vie. Son père a dirigé pendant six ans une école à
Valenciennes. A ses élèves émerveillés, il racontait le jour où, gamin, il avait croisé
l'Empereur…
Gaulle, Julien-Philippe de / Gaulle, Joséphine de / Gaulle, Henri Charles Alexandre de
Sommaire1 8 4 9
1 8 4 91 8 4 9
Brèves
1 8 4 9
P a r i s
Publication par madame Julien-Philippe de Gaulle d'un Itinéraire historique du chemin de
fer du Nord, de Paris à Lille.
Gaulle, Madame Julien-Philippe de
Sommaire1 8 6 0
Samedi 28 avril 1860SAMEDI 28 AVRIL 1860
Brèves
Avril 1860
Lille
Naissance de Jeanne Maillot (mère), fille de Jules Maillot et de Julia Delannoy
(grandsparents maternels).
Maillot, Jules Emile / Maillot, Jeanne Caroline Marie / Lille / Delannoy, Julia Marie Léonie
Sommaire1 8 6 8
Dimanche 12 avril 1868DIMANCHE 12 AVRIL 1868
Brèves
Avril 1868
France
Mariage de Jules Maillot (fils de Henri Maillot et de Louise Kolb) avec Julia Delannoy (fille
de Henri Delannoy et de Marie-Angélique MacCartan Fleming).
Maillot, Jules / Maillot, Henri Honoré Joseph / MacCartan Fleming, Marie-Angélique /
Kolb, Louise Constance / Delannoy, Julia / Delannoy, Henri Louis Alphonse Joseph
Sommaire1 8 7 1
Samedi 28 janvier 1871SAMEDI 28 JANVIER 1871
Henri s'engage et défend la capitale
Saint-Denis
Ainsi la France n'a pas tenu. Face aux Prussiens, elle vient de signer l'armistice. Nom
pudique. « Une capitulation déguisée sous le nom d'armistice », précise Henri de Gaulle,
que la défaite trouve à la défense de Paris, sous-lieutenant élu par ses hommes, blessé
par balle au bras droit, décoré pour sa bravoure, mais écœuré. Volontaire, il avait été
eintégré au 13 bataillon de chasseurs mobiles de la Seine. Il voulait se battre mais,
comme devant Stains au mois de décembre, il était obligé de se replier sans cesse.
Face à un village fortifié, ses hommes n'ont rien pu faire que de se laisser tuer ou
blesser. L'impréparation était totale : le colonel a ordonné de sonner la retraite… au bout
de vingt minutes.
Saint-Denis / Prusse / Gaulle, Henri Charles Alexandre de / France
Sommaire1 8 8 0
1880
erJeudi 1 janvier 18801 8 8 0
Julien-Philippe et Joséphine consacrent leur vie à la littérature
P a r i s
L'ouvrage qui vient de paraître chez Victor Sarlit, éditeur à Paris, ravira l'âme des
honnêtes gens. En livrant les Hommes forts par le travail, la persévérance et la sobriété,
où elle propose les portraits de grands hommes aussi exemplaires que le général Drouot
ou l'abbé Chiarelli, madame Julien-Philippe de Gaulle a conçu un volume qui fera sans
nul doute l'édification de la jeunesse durant plusieurs générations. Ce n'est que
confirmation d'une œuvre déjà abondante, débutée avec les Chants à Marie pour
chaque jour du mois de Mai et poursuivie, entre autres, avec l'Orpheline et la Veuve ou
encore Fastes et légendes du Saint-Sacrement, sans oublier le Théâtre des familles et
des maisons d'éducation qui ne doit pas manquer de trôner à la place d'honneur dans la
bibliothèque des gens de bien. Monsieur Julien-Philippe de Gaulle, son mari, donne lui
aussi de bien belles pages à la littérature française. Son Histoire de Paris et des
environs fut des plus remarquables, à tel point que le grand poète Charles Nodier en
rédigea la préface. Et c'est avec intérêt que les amateurs d'histoire le retrouvent dans
chaque livraison du Journal des savants.
Sarlit, Victor / Gaulle, Madame Julien-Philippe de
SommaireERJEUDI 1 JANVIER 1880
Décès de Charles, Celte excentrique
Paris
Il s'appelait Charles de Gaulle, mais se faisait appeler « Barz Bro C'Hall » (le barde de
Gaulle). Frère aîné d'Henri, Charles est mort à l'âge de 42 ans, après de longues
souffrances dues à une paralysie contractée à l'âge de huit ans. Bien que ses origines
ne l'y rattachaient nullement, il s'était passionné pour la Bretagne au point d'en
apprendre la langue, puis d'occuper le poste de secrétaire de l'Œuvre des Bretons de
Paris. De lui resteront des poésies écrites en breton, tantôt pieuses, tantôt guerrières :
« Dans un camp surpris par une attaque nocturne où chacun lutte contre l'ennemi, l'on ne
demande pas quel est son grade à celui qui lève le drapeau, et pousse le premier cri de
ralliement. »
Gaulle, Charles de
Sommaire1 8 8 6
Samedi 31 juillet 1886SAMEDI 31 JUILLET 1886
Un mariage entre cousins germains
Lille
Comme son père, Henri de Gaulle a intégré l'enseignement. Il professe le français, le
latin et le grec chez les jésuites. Comme son père aussi, le voilà marié avec une
demoiselle Maillot. Il y a quelques mois, Henri de Gaulle a pris le train de Paris pour Lille
et s'est rendu chez son cousin Maillot, rue Princesse. Haut-de-forme et gants blancs,
Henri a demandé la main de sa cousine Jeanne, de douze ans sa cadette. Et cousin
Jules a dit oui. Menue, les traits fins, le regard fier et la foi bien ancrée, Jeanne affiche
l'orgueil des origines irlandaises de sa mère et les bonnes manières de la bourgeoisie
dont son père est issu. Car au départ était Louis-Philippe Kolb, natif du grand duché de
Bade, émigré pour servir dans un régiment suisse sous Louis XVI. Il quitte l'armée sous
la Révolution et épouse à Dunkerque Marie Nicot, héritière des tabacs du même nom
dont il va diriger l'usine de Lille. Une de ses filles, Louise, épouse Henri Maillot qui prend
la direction de la fabrique. Tout irait pour le mieux si le premier Empire ne décidait de
nationaliser le tabac. C'est la ruine pour le grand-père de Jeanne, qui en meurt. Et des
années de labeur dans la dignité pour sa veuve devenue chargée de famille.
Maillot, Jules Emile / Maillot, Jeanne Caroline Marie / Lille / Gaulle, Henri Charles Alexandre
de
Sommaire1 8 8 7
Lundi 14 février 1887LUNDI 14 FÉVRIER 1887
Brèves
Février 1887
Lille
Naissance de Xavier de Gaulle (frère aîné).
Lille / Gaulle, Xavier de
Sommaire1 8 8 9
Lundi 27 mai 1889LUNDI 27 MAI 1889
Brèves
Mai 1889
Paris
Naissance de Marie-Agnès de Gaulle (sœur aînée).
Lille / Gaulle, Marie-Agnès de
Sommaire1890 À 1913
Hors chronologieHORS CHRONOLOGIE
Xavier et Marie-Agnès ont un frère
Lille
Aura-t-il ce même long nez, devenu si caractéristique des De Gaulle qu'on dit d'eux dans
le quartier qu'« ils promènent leur nez devant eux comme le saint sacrement » ? Il est
encore trop tôt pour le dire, après la naissance ce matin, vers trois heures et demie, de
Charles, André, Joseph-Marie de Gaulle, fils de Henri, Charles, Alexandre de Gaulle,
professeur de lettres, et de son épouse née Jeanne, Caroline, Marie Maillot.
L'accouchement a eu lieu dans la demeure familiale de la rue Princesse. Belle adresse
pour une naissance que cette rue baptisée ainsi sous Louis XIV en l'honneur d'une
princesse qui y demeurait, puis désignée sous la Révolution comme la rue de la
eConstitution, et rebaptisée au xix siècle de son nom d'origine ! De toute la matinée, la
demeure familiale, achetée il y a dix-huit ans par les parents de Jeanne, n'a pas
désempli de ses occupants habituels : Jules et Julia Maillot, les propriétaires, ravis
d'être encore une fois grands-parents, Noémie, la sœur de Jeanne, et son mari Gustave
de Corbie, et bien sûr les heureux père et mère, aux anges d'offrir un petit frère à leurs
deux aînés, Xavier, né en 1887, et Marie-Agnès, née l'an passé. On a même vu accourir
Alexandrine, l'ancienne cuisinière des lieux, qui n'a pas pu résister à la curiosité de
découvrir le bambin. A quinze heures, tout le monde est parti pour l'église Saint-André,
pour le baptême de Charles, engoncé et néanmoins superbe dans une longue robe
blanche rehaussée de dentelles, de broderies ajourées et de pans de mousseline que
laissait apparaître la pelisse de soie blanche dont on l'avait recouvert pour le protéger
du froid, si intense à Lille au mois de novembre. Un bonnet de dentelle ainsi qu'un tulle
blanc achevaient de le camoufler. Pour marraine, ses parents lui ont désigné sa tante, la
chère Lucie Maillot, surprise en plein voyage de noces par l'annonce de la venue
prochaine de l'enfant. Son parrain n'est autre que son oncle Gustave de Corbie, éminent
professeur à la faculté de Lille. C'est le père Isaïe Richard qui a baptisé Charles dans
son église baroque, sur des fonts baptismaux de marbre surmontés d'un couvercle où
vient perfidement s'enrouler un serpent…
Une maison de vacances en Dordogne
Dordogne
Heureuse idée qu'a eue Henri de Gaulle. Grâce à ses économies, il a acheté une
propriété en Dordogne. Il y a de la place, et il en faut. Car les enfants de Gaulle sont
cinq : en plus de Xavier, Marie-Agnès et Charles, qui va sur ses douze ans, sont venus
s'ajouter Jacques et Pierre. Il y a là aussi la grand-mère, les de Corbie avec leurs cinq
enfants, et Célestine, qui aide à la tâche. L'expédition, car c'en est une, en vaut la
peine. Des heures de train jusqu'à Angoulême, puis le tortillard pour Mareuil, enfin
l'amusante carriole du métayer pour joindre la longue bâtisse blanche de la Ligerie.
Alors, hormis les devoirs obligatoires, ce ne sont plus que plaisirs campagnards et
enfantins.
Pas de petit rôle pour Charles de Gaulle
Paris
Depuis son entrée en octobre 1900 au collège jésuite de l'Immaculée Conception,
Charles ne s'est guère fait remarquer. Ni par son attitude (il est sage), ni par ses
résultats (ils sont moyens). S'il attendait un rôle à sa taille, il vient de le trouver. La
représentation d'une petite comédie musicale, écrite par le directeur du collège, le père
Auguste Thibault, et intitulée Pages et ménestrels, lui a donné l'occasion de sortir du lot.
On avait besoin d'un roi, Charles a été désigné par ses pairs et par ses maîtres pourincarner le personnage principal : Philippe Auguste. La tête couronnée, la poitrine ornée
d'une grande croix de Malte et le regard fier, il est superbe !
Charles est bien un petit-fils d'écrivains…
La Chapelle-Montligeon
Voici à peine un an que Charles de Gaulle s'est mis à écrire pour son plaisir, et le voilà
déjà publié. Il n'a pas seize ans ! La lecture du premier de ses textes, long d'une
vingtaine de pages, a été réservée à quelques-uns de ses camarades de classe. Il
s'agit d'une nouvelle de politique-fiction où il s'imagine, en 1930, en général de l'armée
française commandant une force de 200 000 hommes levée pour défendre la France
envahie par l'Allemagne. Celui qui vient d'être édité est d'une autre nature. Ecrite en
alexandrins, cette petite pièce, intitulée Une mauvaise rencontre, met aux prises un
bourgeois et un brigand. Elle a été jugée si plaisante par le jury d'un concours littéraire
lillois que le lauréat a eu le choix entre 25 francs et la publication. C'est cette dernière
qu'il a choisie.
Un an de préparation militaire à Arras
Arras
En vertu du principe selon lequel, avant d'apprendre à commander, il faut apprendre à
eobéir, le soldat de Gaulle est envoyé faire ses classes au 33 régiment d'infanterie.
Après, mais après seulement, il pourra faire son entrée à Saint-Cyr. Aujourd'hui, il a été
promu caporal. Certains pourtant l'imaginaient déjà sergent. Le capitaine de Tugny a
expliqué son choix : « Que voulez-vous que je nomme sergent un garçon qui ne se
sentirait à sa place que connétable ! »
Les écoles religieuses ferment en France
France
En conséquence de la loi de 1904 sur les congrégations, qui a prononcé l'abrogation de
la loi Falloux, les écoles religieuses vont devoir fermer leurs établissements. Notification
leur a été faite de cesser dès la fin de l'année scolaire leurs activités. Ainsi ont-elles
perdu la guerre que leur avait déclarée, dès la loi de 1901 sur les associations, la
efraction la plus anticléricale de la III République animée par Emile Combes. Spoliées de
leurs biens, elles n'ont désormais d'autre choix que d'aller dispenser leur enseignement à
l'étranger.
Des études chez les jésuites en Belgique
Antoing
Le 3 octobre dernier, c'est l'esprit conquérant que Charles de Gaulle est arrivé au
collège du Sacré-Cœur à Antoing, en Belgique, près de la frontière française. A son
frère Jacques, il confiait songeur dans le train : « Cela m'impressionne de penser que,
bien tranquilles dans ce wagon, nous franchissons le même parcours en sens inverse
que Clovis et ses Francs. » Après des débuts marqués par ce qu'il a appelé un « grand
emalheur » (une 12 place en mathématiques), la fin d'année le voit promu élève le plus
brillant. Ce matin même, il a eu ces mots : « On reproche aux élèves des jésuites de ne
pas avoir de personnalité ; nous saurons prouver qu'il n'en est rien. Et quant à l'avenir, il
sera grand, car il sera pétri de nos œuvres. »
A Saint-Cyr, on le surnomme « Double-mètre » ou « Asperge »
Saint-Cyr
eQuelle progression ! Entré 119 sur 121, Charles de Gaulle quitte ce soir Saint-Cyr aue13 rang avec le grade de sous-lieutenant. Le major est un certain Alphonse Juin. Le
jugement de ses supérieurs est élogieux, plus que celui de ses camarades qui l'ont
souvent raillé pour sa taille (1,87 m) et son allure hautaine. Quand les plus aimables le
surnommaient « Asperge », les moins bien disposés le traitaient de « dindon » ou de
« sot-en-hauteur »… Mais pour la hiérarchie, rien de tel. Sa conduite est
« irréprochable », son attitude « très belle », son intelligence « très vive » et son zèle
« très soutenu ». Quant à son esprit militaire, il est « très développé ». Bilan : il « fera un
excellent officier ». Seules faiblesses : l'équitation, où il ne dépasse pas la moyenne, et
le tir, où il n'obtient que 8,6 sur 20… Son classement lui a déjà permis de choisir son
arme : ce sera l'infanterie.
Charles rejoint le régiment de Pétain
Arras
eLe sous-lieutenant de Gaulle est donc de retour à Arras. Durant son absence, le 33 RI
a changé de commandement. C'est le colonel Pétain qui, il y a quelques jours, l'a reçu à
ela caserne : « Je vous souhaite la bienvenue dans l'armée. Vous êtes affecté à la 6
compagnie, celle du capitaine Salicetti. » Agé de 56 ans, le regard clair, le colonel
Pétain est auréolé d'un grand prestige. Le sous-lieutenant de Gaulle n'ignore pas qu'il y
a quelques mois, à un émissaire du ministère des Armées qui lui demandait de lui fournir
le nom de ses officiers qui allaient à la messe, le colonel avait répondu sans crainte :
« M'y tenant au premier rang, je n'ai pas l'habitude de me retourner… » Pour l'heure, le
sous-lieutenant de Gaulle s'affaire à accueillir les recrues. Objectif : leur inculquer
« l'esprit d'offensive ».
Brèves
1890 - 1913
Paris
La famille de Gaulle s'installe rue de Staël. Charles découvre l'électricité et l'ascenseur. Il
le prend seul et se fait gronder.
1890 - 1913
Calais
Naissance d'Yvonne, fille de Jacques et Marguerite Vendroux.
1890 - 1913
Paris
Charles de Gaulle fait sa première communion à la chapelle de l'Immaculée Conception,
rue de Vaugirard à Paris.
1890 - 1913
Paris
A l'âge de 15 ans, Charles mesure 1,77 m.
1890 - 1913
Paris
Distribution des prix au collège de l'Immaculée Conception : Charles de Gaulle est cité 10
fois. Il obtient 6 premiers prix, 1 deuxième prix et 3 accessits.
1890 - 1913Paris
A l'âge de 16 ans, Charles mesure 1,85 m.
1890 - 1913
Paris
Charles de Gaulle entre au collège Stanislas, en classe préparatoire à Saint-Cyr.
1890 - 1913
Saint-Cyr
eCharles de Gaulle est reçu 119 sur 121 au concours de l'Ecole militaire.
1890 - 1913
Paris
Publication par le Journal des voyages de la nouvelle la Fille de l'Agha, sous le
pseudonyme de Charles de Lugale.
1890 - 1913
Arras
Charles de Gaulle est promu au grade de sergent.
1890 - 1913
Saint-Cyr
Charles de Gaulle est promu au grade de sous-lieutenant.
1890 - 1913
Arras
Charles de Gaulle est promu au grade de lieutenant.
Sommaire1914 À 1918
Hors chronologieHORS CHRONOLOGIE
Charles étudie la puissance ennemie
Arras
Avant de quitter le régiment à la fin de l'an passé, le colonel Pétain avait jugé « digne de
tous les éloges » le lieutenant de Gaulle. Celui-ci, qui à ses talents d'instructeur se plaît
eà ajouter celui de conférencier, a déjà livré ces derniers mois aux cadres du 3 bataillon
edu 33 RI un exposé sur la péninsule des Balkans et un autre sur le patriotisme, où il
s'est plu à énoncer cette maxime qu'il tient de Paul Déroulède : « Celui qui n'aime pas sa
mère plus que les autres mères, et sa patrie plus que les autres patries, n'aime ni sa
mère ni sa patrie ! » C'est sur l'état de l'armée allemande qu'il discourait cet après-midi.
Son constat : depuis 1871, l'agresseur potentiel ne cesse de renforcer ses effectifs
comme son matériel. Mais si ses sous-officiers sont excellents, la jeunesse de ses
officiers supérieurs l'handicape. Quant au fusil Mannlicher, il est plus maniable mais
moins précis que le Lebel. Conclusion : « La France n'a aucune inquiétude à avoir, car
une armée ne vaut que par les forces morales. C'est à nous, cadres, qu'il appartient de
les créer. »
Mobilisation générale !
Arras
Depuis hier, le lieutenant de Gaulle s'est muni d'un petit carnet. Il veut y noter ses faits,
ses impressions, ses prévisions peut-être. Car même si la mobilisation n'est pas la
guerre, son entrée en vigueur ce matin indique bien que la France et l'Allemagne ne vont
er epas tarder à en découdre. Le lieutenant est affecté au 1 bataillon du 33 RI. Il dirigera
re ela 1 section de la 11 compagnie. Si l'on en croit ses premières notes, aucune fébrilité
ne s'est manifestée : « Calme absolu de la troupe et de la population. Mais inquiétude
sur les visages. » Il a curieusement ajouté, comme s'il s'apprêtait seulement à
commencer à vivre : « Comme les officiers sont quelqu'un maintenant en ville ! »
Blessé à plusieurs reprises, il gagne ses galons de capitaine
Aisne
Promu capitaine à titre temporaire en février, Charles de Gaulle l'est désormais à titre
définitif. C'est la deuxième bonne nouvelle, après la Croix de guerre obtenue en janvier,
parmi bien des malheurs. Le 15 août 1914, sa première montée au feu sur le pont de
Dinant (Belgique) a bien failli lui être fatale. Une balle lui a transpercé le genou droit,
entraînant un début de paralysie du sciatique. Evacué sur Charleroi, deux mois de
convalescence ont été nécessaires et ce n'est qu'au mois d'octobre qu'il a pu rejoindre
ele front de Champagne. Pour constater que, sous ses ordres, la 7 compagnie dont il
avait pris le commandement avait perdu vingt-sept hommes. Et le 10 mars dernier, un
éclat d'obus l'a atteint à la main gauche en Argonne. Trois semaines plus tard, il fallait
l'évacuer. La blessure s'était infectée, provoquant la paralysie de la main et une fièvre
violente. Il n'est de retour sur les lignes que depuis la mi-juin.
Blessé à Douaumont
Douaumont
Est-il mort, blessé, ou seulement fait prisonnier ? On est sans nouvelle du capitaine de
Gaulle depuis ce matin. Il était parti à l'assaut des positions ennemies sous un déluge de
feu entre le lieu-dit le Calvaire et le fort de Douaumont. Les combats furent tels que la
econfusion est extrême. Selon le colonel Boud'hors, la 10 compagnie s'estmagnifiquement battue sous les ordres du capitaine de Gaulle qui « vendit chèrement sa
vie et tomba magnifiquement ». En serait-ce donc fini ? Un espoir renaît avec les
témoignages de plusieurs soldats. Certains garantissent, sans savoir ce qu'il est
devenu, qu'il ne serait que blessé à la cuisse d'un coup de baïonnette. D'autres enfin
sont formels : ils l'ont vu, encerclé par l'ennemi, brandir un drapeau blanc en signe de
reddition.
Cinq fois évadé, il sera cinq fois capturé
Aaschaffenburg
En se glissant, lundi dernier à Wülzburg, dans le panier à linge sale, le capitaine de
Gaulle avait pensé à tout, sauf à attraper une grippe intestinale. Arrivé jusqu'à
Nuremberg, il n'a pas eu la force d'attendre la nuit et a pris le premier train pour
Francfort. C'est avant Aaschaffenburg qu'un policier lui a demandé son ausweis, mettant
fin à sa cinquième évasion depuis deux ans. Ses aventures commencèrent au fort
d'Ingolstadt, en Bavière. Il avait noté que l'hôpital présentait des lacunes en matière de
sécurité. Il absorba une dose d'acide picrique qui lui donna tous les symptômes de
l'ictère et le fit mener au but. Puis moyennant la bienveillance d'un Français et la
coûteuse vénalité d'un Allemand, il put, le 20 octobre 1916, gagner la sortie. Huit jours et
200 cents kilomètres (à pied) plus tard, c'est un garde champêtre qui mit fin à sa fuite.
Sa mine patibulaire suffisait à le dénoncer. Quelques mois passèrent et, en juillet 1917,
il fut envoyé au fort de Rosenberg, en Franconie, pour bonne conduite. Le site était
réputé moins bien gardé qu'Ingolstadt, mais plus escarpé. C'est à cinq qu'on tenta
l'opération, le 15 octobre 1917, heureux jour de pluie diluvienne qui entraîna les
sentinelles au fond des guérites. Le temps de basculer une pierre de la muraille
préalablement descellée, de gravir au moyen d'une échelle de fortune un rempart de
6 mètres, puis de descendre à la corde une bonne trentaine de mètres, et les voilà
libres, pour dix jours de marche. La dixième cache, dans un pigeonnier, ne fut pas la
bonne. Arrestation, et retour à Rosenberg. Le 30 octobre, c'est en tenue civile et
arborant de superbes moustaches qu'il franchit vers 17 heures la porte principale du fort,
confondu avec un employé. Son périple prit fin à 5 heures en gare de Lichtenfels, à la
portière d'un train qui devait le mener à Aix-la-Chapelle. Le retour à Rosenberg ne fut
qu'une étape avant Ingolstadt où 120 jours d'arrêts de rigueur lui étaient réservés, plus 3
semaines pour avoir rappelé les gendarmes zélés de la gare de Lichtenfels « au
sentiment des distances »… Le 10 juin 1918 enfin, il parvint à sortir du camp de
Wülzburg et à profiter du grand air une journée, le temps que des gendarmes lui
demandent de présenter des papiers qu'il fut bien en peine de montrer.
Jeanne retrouve tous ses fils à la victoire
La Ligerie
En mars 1916, Henri de Gaulle, persuadé que Charles n'avait pas survécu à
Douaumont, était rentré chez lui en disant : « Mon fils est mort en faisant son devoir. »
Le voilà pleinement rassuré d'accueillir ses quatre fils à la Ligerie. Charles, le capitaine,
n'est de retour en France que depuis trois jours. L'aîné, Xavier, est capitaine lui aussi.
Pierre, le cadet, incorporé sur le tard, revient sous-lieutenant. Jacques, enfin, est rentré
lieutenant.
Brèves
1914 - 1918
Arras
re eLe lieutenant Charles de Gaulle est nommé à la tête de la 1 section de la 11