Et demain le Tchad... Verbatim

Et demain le Tchad... Verbatim

-

Livres
444 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Parti du Tchad vers l'Occident, Ali Abdel-Rhamane Haggar rentre dans sa patrie et devient Secrétaire Général de la Présidence de la République du Tchad. Il consigne au jour le jour ses observations sur la marche de l'Etat, le jeu des acteurs politiques internes et externes, les ambitions des groupes d'intérêt divers, la dure réalité du pouvoir d'Etat, sa puissance et sa fragilité... C'est une lecture froide, sans complaisance, des réalités du Tchad contemporain.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 octobre 2009
Nombre de lectures 212
EAN13 9782296242029
Langue Français
Signaler un abus

Et

demain

le

Tchad…

Verbatim

Et

ALIAHAGGAR

demain

le

Tchad…

Verbatim

Grandes Figures d’Afrique

Collec
t
ion dirigée par André J
u
lien Mbem

Les ac
t
e
u
rs de la
v
ie poli
t
iq
u
e, in
t
ellec
tu
elle, sociale o
u
c
u
l
tu
relle africaine son
t
les a
x
es
maje
u
rs de ce
tt
e collec
t
ion. Le genre biographiq
u
e a
ut
o
u
r de personnali
t
és marq
u
an
t
es de
l’his
t
oire con
t
emporaine d
u
con
t
inen
t
africain res
t
e à promo
uv
oir. E
t
po
u
r
t
an
t
, dep
u
is
l’accession des pa
y
s africains à l’indépendance, en Afriq
u
e o
u
dans sa diaspora, des
personnages d’
u
ne impor
t
an
t
e densi
t
é occ
u
pen
t
la scène d
u
monde e
t
la q
u
i
tt
en
t
parfois
sans q
u
e soi
t
mis en réci
t
, a
u
besoin a
v
ec le
u
rs conco
u
rs, le
u
rs parco
u
rs. La collec
t
ion
Grandes Figures d’Afrique
pri
v
ilégie l’archi
v
e, le
t
émoignage direc
t
, en
v
eillan
t
a
ut
an
t
q
u
e possible à l’a
ut
hen
t
ici
t
é d
u
ma
t
éria
u
his
t
oriq
u
e.

© L’Harmattan, 2009
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
h
tt
p://
www
.librairieharma
tt
an.com
diff
u
sion.harma
tt
an@
w
anado.fr
harma
tt
an1@
w
anadoo.fr
ISBN : 978-
2
-
2
96-1
0
465-5
EAN : 978
22
961
0
4655

Parus dans la même collection

Bernard Dadié
Itinéraire d’un écrivain africain dans la première moitié du XXème siècle
Frédéric Lemaire

Combattre pour le présent et l’avenir
Charles Pascal Tolno

Les hommes d’église et le pouvoir politique en Afrique noire
Jean-Cla
u
de Djereke

Afrique passion et résistance
Jean Pierre Ndia
y
e

Joseph Ki-Zerbo
Itinéraire d’un intellectuel africain au XXe siècle
Florian Pajo
t

Le Pasteur et le Président (entretiens avec Omar Bongo Ondimba)
Francis Michel Mbadinga

Et L’Afrique brillera de mille feux
Jean Ping

GNASSINGBE EYAGEMA
DISCOURS ET ALLOCUTIONS
Volumes I et II
Te
xt
es présen
t
és par Asiongbor Foli
v
i

5

A mon ami Hassan Chahadallah, décédé sans a
v
oir
vu
le par
t
i de l’a
v
enir ;
A fe
u
Be
y
em Roné
1
à q
u
i j’a
v
ais promis
u
n Verba
t
im ;
A Jacq
u
es A
tt
ali q
u
i a o
uv
er
t
par son Verba
t
im
2
u
n genre poli
t
ico li
tt
éraire
par
t
ic
u
lier ;
E
t
à
t
o
u
s ce
ux
q
u
i aimen
t
le Tchad ;
Je dédie ce li
v
re 

1
Be
y
em Roné,
u
n des pl
u
s grands défense
u
rs de la ca
u
se fédérale a
u
Tchad.
2
Œ
uv
re poli
t
ico-li
tt
éraire de Jacq
u
es A
tt
ali.
6

Réfléchissons ensemble

« Comme
t
o
u
s les grands dirigean
t
s m
u
s
u
lmans de son époq
u
e, Saladin a po
u
r
s
u
ccesse
u
r immédia
t
la g
u
erre ci
v
ile. A peine a-
t
-il dispar
u
q
u
e l’empire es
t
dépecé. Un de ses fils prend l’Eg
y
p
t
e,
u
n a
ut
re Damas,
u
n
t
roisième Alep. For
t
he
u
re
u
semen
t
, la pl
u
par
t
de ses di
x
sep
t
enfan
t
s mâles, ainsi q
u
e son
u
niq
u
e fille,
son
t t
rop je
u
nes po
u
r se ba
tt
re, ce q
u
i limi
t
e q
u
elq
u
e pe
u
le morcellemen
t
. Mais le
s
u
l
t
an laisse a
u
ssi de
ux
frères e
t
pl
u
sie
u
rs ne
v
e
ux
q
u
i
v
e
u
len
t t
o
u
s le
u
r par
t
de
l’héri
t
age e
t
, si possible, le legs
t
o
ut
en
t
ier. Il fa
u
dra près de ne
u
f années de
comba
t
s, d’alliances, de
t
rahisons e
t
d’assassina
t
s po
u
r q
u
e l’empire a
yy
o
u
bide
obéisse à no
uv
ea
u
à
u
n se
u
l chef : Al-Adel, « le j
u
s
t
e », l’habile négocia
t
e
u
r q
u
i a
failli de
v
enir le bea
u
-frère de Richard Cœ
u
r de Lion ».
Les croisades vues par les
arabes
(Amine Maalo
u
f).

7

Avertissement à tous ceux qui voient en toute parole libre une « grenade »
dégoupillée et en toute personne libre un « kamikaze »…

No
t
re pa
y
s es
t
bea
u
. Ne no
u
s
y
asse
y
ons pas comme s’il s’agissai
t
d’
u
n simple
t
abo
u
re
t
-fa
ut
e
u
il cabare
t
ier. Ne le dé
t
r
u
isons pas à l’aide des f
u
sils q
u
e no
u
s ne
fabriq
u
ons pas. Ne le br
û
lons pas a
v
ec le fe
u
de la haine. Ce pa
y
s méri
t
e mie
ux
.
Des fa
ut
e
u
ils e
t
des chaises po
u
r ses écoles, des f
u
sils po
u
r défendre sa fier
t
é e
t
la
liber
t
é de ses fils, d
u
fe
u
po
u
r e
xt
raire
t
o
ut
es ses richesses, c
u
ire les alimen
t
s,
fondre son fer, bâ
t
ir le bien ê
t
re de
t
o
u
s.
Ce n’es
t
ni en « ennemi d
u
régime » o
u
en « ami
z
élé d
u
Présiden
t
» q
u
e j’écris ce
Verba
t
im. Mais en ci
t
o
y
en q
u
i a fidèlemen
t
aidé Idris Deb
y
à ser
v
ir le Tchad, a
u
nom de la fra
t
erni
t
é na
t
ionale, e
t
de no
t
re pa
y
s -
u
n pa
y
s q
u
e no
u
s aimons
t
an
t
,
pe
ut

t
re à des degrés di
v
ers -,
u
n pa
y
s po
u
r leq
u
el les
t
chadiens on
t
sacrifié e
t
con
t
in
u
en
t
de le faire,
t
an
t
de joie e
t
de plaisir de la
v
ie, q
u
e je
t
émoigne. Po
u
r
l’his
t
oire.
J’ai mal a
u

u
r, h
u
mainemen
t
parlan
t
, de
v
oir le Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e
co
u
ler, en
t
raînan
t
ainsi
t
o
ut
le pa
y
s dans la déri
v
e. Un Présiden
t
dans
u
n ba
t
ea
u
, ce
n’es
t
pas
u
n passager anon
y
me  On doi
t
donc l’aider,
t
o
u
jo
u
rs l’aider. Par la
v
éri
t
é. Le
v
e
ut
-il ? C’es
t u
ne a
ut
re q
u
es
t
ion.
Je so
u
ffre de
v
oir ce frère, a
u
sens na
t
ional d
u t
erme, a
v
ec q
u
i j’ai e
u
à passer des
he
u
res en
t
ières à parler d
u
Tchad, descendre sans ascense
u
r dans le
t
ro
u
de
l’his
t
oire,
u
n
t
ro
u
sa
v
ammen
t
cre
u
sé par des personnages pe
u
enclins à la grande
u
r
his
t
oriq
u
e e
t
n
u
llemen
t
so
u
cie
ux
de
v
i
v
re dans le
u
r pa
y
s, so
u
s
u
n arbre, dans
u
n
camp de réf
u
giés o
u
dans
u
ne s
u
i
t
e d’hô
t
el a
u
frais des poches oc
u
l
t
es. Pe
u
le
u
r
impor
t
e, po
u
r
vu
q
u
’ils
v
i
v
en
t
 Le Présiden
t
es
t
en par
t
ie responsable de ce q
u
i l
u
i
arri
v
e. Mais il ne doi
t
pas ê
t
re laissé se
u
l s
u
ppor
t
er
t
o
ut
le fai
x
des échecs
comm
u
ns. Chac
u
n, minis
t
res, conseillers, e
t
c., q
u
elq
u
e par
t
a é
t
é responsable de
q
u
elq
u
e chose. Il fa
ut
a
v
oir le co
u
rage de s’ass
u
mer, donc par
t
ager ce q
u
i es
t
par
t
ageable.
Il es
t v
rai q
u
e lorsq
u

u
n chef, n’impor
t
e leq
u
el, ne se laisse en
t
o
u
rer
majori
t
airemen
t
q
u
e de « grio
t
s » q
u
i prefèren
t
s’asseoir a
u
pied d
u
fa
ut
e
u
il pl
ut
ô
t
q
u
’en face s
u
r des chaises des
t
inées à ce
t
effe
t
, par e
x
emple ; q
u
i so
u
fflen
t
l’informa
t
ion à l’oreille pl
ut
ô
t
q
u
e de la faire
t
ransme
tt
re par les cana
ux
rég
u
liers
de l’E
t
a
t
, q
u
i sal
u
en
t
le chef sans le regarder honnê
t
emen
t
dans les
y
e
ux
, q
u
i se
compor
t
en
t
presq
u
e en « escla
v
es de
t
raîne », il es
t
donc normal q
u
e l’erre
u
r
de
v
ienne la chose la mie
ux
par
t
agée ; il es
t
clair q
u
e le chef ne pilo
t
era q
u
’à
vu
e la
9

socié
t
é ; il es
t
cer
t
ain q
u
e sa joie de
v
i
v
re ne se rés
u
mera q
u
’à q
u
elq
u
es rencon
t
res
f
u
r
t
i
v
es. Le chef es
t u
n homme. Il a droi
t
à la
v
ie, a
u
sommeil, a
u
repos, mais
s
u
r
t
o
ut
à la
v
éri
t
é. En p
u
blic e
t
s
u
r
t
o
ut
en pri
v
é… Une
v
éri
t
é s
u
r le bon
fonc
t
ionnemen
t
d
u
pa
y
s, pas s
u
r la
v
ie pri
v
ée des hommes.
So
y
ons objec
t
ifs. Il
y
a des ré
u
ssi
t
es, e
t
pas des moindres. Des grandes ré
u
ssi
t
es
même. Voilà po
u
rq
u
oi, j’ai décidé de parler. A
tt
en
t
ion, je ne parle pas po
u
r ê
t
re
en
t
end
u
d
u
Présiden
t
e
t
profi
t
er po
u
r re
v
enir « à la mangeoire ». Ce mo
t
dégo
ût
an
t
a ré
u
ssi à déco
u
rager pl
u
sie
u
rs bonnes
v
olon
t
és. Je parle parce q
u
e c’es
t
mon droi
t
de le faire. E
t
s
u
r
t
o
ut
parce q
u
e je crois q
u
e le Présiden
t
a besoin de relire
t
ranq
u
illemen
t
ce q
u
’il a di
t
de bea
u
, de j
u
s
t
e, de re
v
oir le diaposi
t
if de son ac
t
ion
a
u t
ra
v
ers des mo
t
s simples mais sincères.
Le Présiden
t
Idris Deb
y
a l
u
en
200
1 ce doc
u
men
t
e
t
m’
y
a enco
u
ragé, a
v
ec la
réser
v
e q
u
i sied a
ux
hommes d’E
t
a
t
.
A mon a
v
is e
t
en
t
o
ut
e sincéri
t
é, je crois q
u
e ce réci
t
es
t u
ne dédicace
v
i
v
an
t
e e
t
objec
t
i
v
e à l’ac
t
ion de Idriss Deb
y
. Ce
tt
e ac
t
ion, es
t
-elle bonne ? Ma
uv
aise ? Un
pe
u
bonne,
u
n pe
u
ma
uv
aise ? L’his
t
oire en j
u
gera comme elle sai
t
le faire de
t
o
ut
e
chose.
Une chose es
t
néanmoins cer
t
aine : après pl
u
sie
u
rs années de po
uv
oir, il
y
a e
u
des
grands défis q
u
i on
t
é
t
é rele
v
és e
t
des obs
t
acles franchis; c’es
t
le cas des
réalisa
t
ions économiq
u
es indéniables, des ro
ut
es, des écoles, e
t t
an
t
d’infras
t
r
u
c
tu
res socio-éd
u
ca
t
i
v
es. Mais le pl
u
s grand acq
u
is es
t
sans n
u
l do
ut
e la
liber
t
é.
Mais il
y
a a
u
ssi des échecs. E
t
ils son
t
nombre
ux
. Le pl
u
s gros, c’es
t
l’effri
t
emen
t
d
u
sen
t
imen
t
na
t
ional par la len
t
e agonie de l’école p
u
bliq
u
e. L’a
ut
re, non des
moindres, es
t
l’é
t
a
t
de l’armée
t
chadienne q
u
i n’es
t
pas encore
v
éri
t
ablemen
t
na
t
ionale, rendan
t
aléa
t
oire
t
o
ut
e perspec
t
i
v
e sereine de dé
v
eloppemen
t
e
t t
o
ut
e

v
ol
ut
ion d
u
po
uv
oir sans he
u
r
t
. L’armée
t
chadienne a
u
n plé
t
hore d’officiers
inq
u

t
an
t
en
t
erme de projec
t
ion de la pai
x
ci
v
ile. En effe
t
,
t
o
u
s ces généra
ux
q
u
i
fon
t
so
u
rire les
t
chadiens par le
u
rs é
t
oiles son
t
les é
v
en
tu
els seigne
u
rs de g
u
erre de
demain. Il fa
ut
se ba
tt
re a
u
jo
u
rd’h
u
i con
t
re
t
o
ut
ce q
u
e no
u
s prome
tt
en
t
les
seigne
u
rs de g
u
erre de demain. Des généra
ux
, des colonels par
t
rib
u
s, par clan, par
région, c’es
t
dangere
ux

Idriss, fra
t
ernellemen
t
, perme
t
s-moi de
t
e
tut
o
y
er. Nos lang
u
es na
t
ionales e
t
nos
c
u
l
tu
res ne connaissen
t
pas le
v
o
uv
oiemen
t
ha
ut
ain e
t
méprisan
t
imposé par la
colonisa
t
ion. T
u
m’e
x
c
u
seras d’a
v
oir osé a
u
nom de la c
u
l
tu
re d
u t
erroir mais
tu
comprends q
u
e
tu
as besoin de cela po
u
r résis
t
er à la ch
ut
e, occ
u
per la place q
u
i
doi
t
ê
t
re la
t
ienne dans l’his
t
oire de no
t
re pa
y
s le Tchad. Je dis nô
t
re pa
y
s. Je ne
raisonne pas, moi, comme
t
o
u
s ces chan
t
res d
u v
illagisme q
u
i encombren
t
les
1
0

palais, en mili
t
an
t
s a
ux
mille car
t
es e
t v
isages. Ni en dé
t
rac
t
e
u
r s
u
bjec
t
if. Je
t
e parle
en frère : Con
t
in
u
e à oser comme
tu
l’as fai
t
en 1988 : Bra
v
er la dic
t
a
tu
re…
Oser q
u
oi encore ? Préparer l’al
t
ernance e
t
la dé
v
ol
ut
ion d
u
po
uv
oir la
t
ê
t
e ha
ut
e,
c'es
t
-à-dire en sor
t
an
t v
i
v
an
t
des
t
re
t
ea
ux
... A
u
jo
u
rd’h
u
i, demain, pe
u
impor
t
e.
Mais préparer l’al
t
ernance de
t
elle sor
t
e q
u
’il ne soi
t
pl
u
s possible de reco
u
rir a
u
« re
t
o
u
r à l’animali
t
é ». Le po
uv
oir, comme les choses de la
v
ie, obéi
t
a
u
c
y
cle de
la
v
ie. On
y
en
t
re, on prospère e
t
on décline. Les hommes imb
u
s d’his
t
oire q
u
i
tt
en
t
le po
uv
oir a
v
an
t
q
u
’il ne les q
u
i
tt
e, se re
t
iren
t
a
v
an
t
le déclin : le déclin, c’es
t
la
g
u
erre de s
u
ccession po
u
r la dépo
u
ille d
u t
rône. Une g
u
erre sans foi ni loi. Le
chaos. Les
t
chadiens son
t
fa
t
ig
u
és de la danse des lo
u
ps e
t
des
t
rib
u
s q
u
i se
s
u
ccèden
t
a
u
po
uv
oir…dans l’absence absol
u
e d
u v
rai po
uv
oir. Le Tchad n’es
t
pas
u
ne j
u
ngle o
ù
le pl
u
s ap
t
e à mo
u
rir doi
t
cond
u
ire la des
t
inée des hommes e
t
des
femmes q
u
i
v
e
u
len
t
, e
ux
,
v
i
v
re. Le Tchad es
t
, q
u
e je sache,
u
ne rép
u
bliq
u
e, donc la
chose de
t
o
ut
le monde, a
v
ec ses fe
ux
, ses f
u
sils e
t
ses fa
ut
e
u
ils…e
t
ses ro
ut
es q
u
i
fon
t
a
u
jo
u
rd’h
u
i la fier
t
é des
t
chadiens. Preser
v
ons la
v
ie, a
v
ançons 
N’djamena, le 11 mars 2005. Quartier Chawir Rassak ou Repos III.

11

Préface

L’Afriq
u
e es
t u
n con
t
inen
t
riche…Un cons
t
a
t
d’é
v
idence réalisé a
ut
an
t
par des
obser
v
a
t
e
u
rs e
xt
érie
u
rs à l’Afriq
u
e q
u
e par des Africains e
ux
-mêmes. Mais de
q
u
elles richesses s’agi
t
-il ? Ces affirma
t
ions, so
uv
en
t t
ein
t
ées
d’incompréhension e
t
de désola
t
ion, fon
t
référence a
u
scandale géologiq
u
e q
u
e
représen
t
e le con
t
inen
t
africain, à ses immenses a
t
o
ut
s na
tu
rels q
u
e l
u
i en
v
ien
t
d’immenses régions d
u
res
t
e d
u
monde. Mais il n’es
t
de richesses
v
éri
t
ables q
u
e
d’hommes ; a
ut
remen
t
di
t
ce
ux
-là q
u
i, par la force promé
t
héenne de la
v
olon
t
é
e
t
la clair
v
o
y
ance de l’in
t
elligence, fon
t
d
u
plomb reç
u
de la na
tu
re primordiale
de l’or po
u
r le bien-ê
t
re collec
t
if.
Par
t
i d
u
Tchad
v
ers l’Occiden
t
à la q
u
ê
t
e de ces o
ut
ils q
u
i l
u
i perme
tt
ron
t
de lire
a
v
ec pl
u
s de l
u
cidi
t
é dans le
v
as
t
e li
v
re d
u
monde, Ali Abdel-Rhamane Haggar
décide de ren
t
rer dans sa pa
t
rie po
u
r l’enrichir de la somme des e
x
périences e
t
des connaissances indispensables à son dé
v
eloppemen
t
e
t
à son digne main
t
ien
dans le concer
t
des na
t
ions. No
u
s ne déco
uv
rons pas se
u
lemen
t
dans ces pages
le « cahier d’
u
n re
t
o
u
r a
u
pa
y
s na
t
al ». C’es
t
a
u
ssi
u
ne lec
tu
re froide, sans
complaisance, des réali
t
és d
u
Tchad con
t
emporain ; mais encore pl
u
s, l’effor
t
q
u
o
t
idien d’
u
n homme, parfois se
u
l, q
u
i fai
t
face a
ux
pesan
t
e
u
rs de
t
o
ut
es sor
t
es
po
u
r q
u
e pré
v
ale l’in
t
érê
t
général, dans le cadre d’
u
ne d
y
namiq
u
e de
t
ransforma
t
ion sociale, se
u
le à même de sor
t
ir ses compa
t
rio
t
es d
u
c
y
cle
infernale des g
u
erres e
t
d
u
déclin.
Secré
t
aire Général de la Présidence de la Rép
u
bliq
u
e d
u
Tchad,
u
n E
t
a
t
fragile
s
u
r
u
n
t
erri
t
oire immense, q
u
i fai
t
l’obje
t
de
t
en
t
a
t
i
v
es permanen
t
es de
dés
t
abilisa
t
ion, ce grand commis de l’E
t
a
t t
ro
uv
e néanmoins le
t
emps de
consigner, a
u
jo
u
r le jo
u
r, ses obser
vt
ions s
u
r la marche de l’E
t
a
t
, le je
u
des
ac
t
e
u
rs poli
t
iq
u
es in
t
ernes e
t
e
xt
ernes, les ambi
t
ions de gro
u
pes d’in
t
érê
t
s
di
v
ers, la d
u
re réali
t
é d
u
po
uv
oir d’E
t
a
t
, sa p
u
issance e
t
sa fragili
t
é…
Il a
u
rai
t
p
u
ass
u
mer ses fonc
t
ions comme de milliers d’a
ut
res s
u
r le con
t
inen
t
africain q
u
i se s
u
ccèden
t
dep
u
is
u
n demi-siècle d’indépendance a
u
somme
t
de
nos E
t
a
t
s sans lég
u
er à la pos
t
éri
t
é
u
n
t
émoignage de le
u
r passage dans
l’His
t
oire ; ce
t
indispensable ma
t
éria
u
sans leq
u
el dans le monde moderne, il
n’
y
a pas de
t
ransmission possible ni de capi
t
al mémoriel
ut
ile ; po
u
r
t
an
t
indispensables a
ux
généra
t
ions f
utu
res q
u
i doi
v
en
t
cons
t
r
u
ire
u
ne Afriq
u
e
apaisée e
t
prospère.

1
3

« En Afriq
u
e,
u
n
v
ieillard q
u
i me
u
r
t
es
t u
ne biblio
t
hèq
u
e q
u
i br
û
le »,
u
ne
affirma
t
ion pleine de bon sens q
u
e no
u
s reprenons si so
uv
en
t
po
u
r faire le lien
en
t
re sa
v
oir e
t
primogéni
tu
re o
u v
iellesse. Mais q
u
e dire d
u v
iellard q
u
i me
u
r
t
e
t
q
u
i ne
t
ransme
t
rien de son od
y
ssée
t
erres
t
re ? C’es
t
sans do
ut
e ici q
u
e
commence l’incendie de ces biblio
t
hèq
u
es h
u
maines e
t
amb
u
lan
t
es q
u
i
semblen
t
o
u
blier, dans le fe
u
de l’ac
t
ion, q
u
’elles son
t
périssables, se
préocc
u
pan
t
pe
u
d
u
monde q
u
’elles laisseron
t
a
ux
généra
t
ions f
utu
res. Si la
biblio
t
hèq
u
e br
û
le a
v
ec le «
v
ieillard » - E
t
elles con
t
in
u
en
t
de br
û
ler s
u
r le
con
t
inen
t
africain- c’es
t
parce q
u
’ils son
t
nombre
ux
, ces personnages de premier
rang, q
u
i ne se préocc
u
pen
t
g
u
ère de
t
ransme
tt
re e
t
disparaissen
t
de la scène de
l’His
t
oire comme s’ils ne l’a
v
aien
t
jamais
t
ra
v
ersée.
La
v
ieillesse dans le monde moderne
t
ien
t
a
u
ssi bien à l’âge q
u
’à la somme des
e
x
périences e
t
des connaissances di
v
erses acq
u
ises ici o
u
là. A
v
ec ce Verba
t
im,
Ali Abdel-Rhamane Haggar amorce
u
ne
t
endance à la
t
ransmission pérenne e
t
ut
ile de nos parco
u
rs e
t
de nos sa
v
oirs. Le Tchad
t
el q
u
e no
u
s le déco
uv
rons ici,
es
t
le microcosme
v
i
v
an
t
des pesan
t
e
u
rs e
t
des espoirs de nombre d’E
t
a
t
s
africains con
t
emporains. A
u
momen
t
o
ù
,dans de nombre
ux
pa
y
s d’Afriq
u
e, son
t
en
v
isagées des manifes
t
a
t
ions a
ut
o
u
r d
u
cinq
u
an
t
enaire des indépendances, ce
li
v
re no
u
s in
v
i
t
e à réfléchir a
ut
o
u
r d’
u
ne q
u
es
t
ion maje
u
re : « No
u
s, Africains,
q
u
’a
u
rions-no
u
s p
u
faire de no
u
s-mêmes q
u
e no
u
s n’a
v
ons pas fai
t
? »
André Julien Mbem

14

Prologue

Dadi
3
ne lira pas ce li
v
re. Il a
t
ro
uv
é la mor
t
dans
u
n acciden
t
d’a
v
ion. Il re
v
enai
t
d’
u
ne mission d’E
t
a
t
. L’E
t
a
t
? Cer
t
ains jo
u
rs, s
u
r
t
o
ut
lorsq
u
e rien ne marche à la
Présidence, j’aimais
t
aq
u
iner Dadi s
u
r le
t
i
t
re de son li
v
re
4
. Il répondai
t
par
u
ne
mo
u
e dé
t
achée o
u u
n so
u
rire loin
t
ain e
t
f
u
gi
t
if. E
t
ensemble, no
u
s écla
t
ions de rire
comme po
u
r no
u
s défo
u
ler s
u
r
t
o
u
s les « abs
u
rdes » q
u
i fon
t
par
t
ie d
u
décor de
l’E
t
a
t t
chadien; ce
t
E
t
a
t
q
u
e no
u
s aimons bien mais q
u
i no
u
s emmerde
v
raimen
t
t
an
t
. L’E
t
a
t
, chimère e
t
m
yt
he par-ci ; réali
t
é par-là ; es
t
, comme le di
t
Edgar
Pisani
,
u
ne passion. M
yt
he ? O
u
i e
t
non. Mensonge ? Jamais  Réali
t
é ? Pe
ut

t
re.
Ce li
v
re es
t
le rec
u
eil min
ut
ie
ux
, moins
t
o
ut
ce q
u
i pe
ut
n
u
ire, de la
v
ie a
u
q
u
o
t
idien dans le cen
t
re né
v
ralgiq
u
e de l’E
t
a
t t
chadien : La Présidence
5
de la
Rép
u
bliq
u
e d
u
Tchad. C’es
t u
ne sor
t
e de
t
hermomè
t
re q
u
i perme
tt
ra a
u
ci
t
o
y
en
lec
t
e
u
r
t
chadien e
t
pe
ut

t
re africain - les E
t
a
t
s africains se ressemblan
t
par le
u
rs
problèmes - de mes
u
rer la
t
empéra
tu
re des hommes e
t
des femmes q
u
i ser
v
en
t
ce
t
E
t
a
t
; de comprendre les ca
u
ses de cer
t
ains phénomènes
t
els q
u
e la pa
uv
re
t
é, le
so
u
s-dé
v
eloppemen
t
, le re
t
ard socio économiq
u
e, la g
u
erre, e
t
c.; d’éco
ut
er parler
les a
ut
ori
t
és, racon
t
ées par l’
u
n de le
u
rs pl
u
s proches collabora
t
e
u
rs ; de déco
uv
rir
l’E
t
a
t
dans la froide
u
r de ses co
u
ches, e
t
c.
Ce Verba
t
im à la
t
chadienne es
t u
n jo
u
rnal q
u
e j’ai
t
en
u
d
u
11 ao
ût
1997 - da
t
e de
mon en
t
rée à la Présidence de la Rép
u
bliq
u
e , a
u
11 mars 1999 - da
t
e de mon
-
dépar
t
de la Présidence de la Rép
u
bliq
u
e po
u
r la Socié
t
é Na
t
ionale S
u
crière d
u
Tchad. Tenir
u
n jo
u
rnal es
t u
ne maladie q
u
e j’ai con
t
rac
t
ée en e
x
Union des
Rép
u
bliq
u
es Socialis
t
es e
t
So
v

t
iq
u
es o
ù
l’enn
u
i é
t
ai
t
presq
u
e
t
o
t
al...
Ce
tt
e da
t
e co
uv
re l’e
x
ercice d’
u
n se
u
l Premier minis
t
re ; mais elle a
vu
défiler
u
ne
m
u
l
t
i
tu
de de minis
t
res e
t
de conseillers, e
t
jo
u
er pl
u
sie
u
rs pièces de la « comédie
d
u
po
uv
oir ». Théâ
t
re, comédie, ac
t
e
u
rs, ac
t
rices, drames e
t t
ragédies...
J’é
t
ais
t
en
t
é de donner à ce li
v
re
u
n
t
i
t
re en rappor
t
a
v
ec q
u
elq
u
e chose q
u
i
s’apparen
t
erai
t
a
u t

t
ea
u
. Un
t
i
t
re d
u
genre : A
u
Col
y
sée d
u
Palais Rose, e
t
c.
To
ut
efois, po
u
r ne pas choq
u
er cer
t
aines sensibili
t
és à la s
u
scep
t
ibili
t
é à fle
u
r de
pea
u
, la s
u
scep
t
ibili
t
é é
t
an
t u
ne carac
t
éris
t
iq
u
e d
u
comple
x
e d’infériori
t
é e
t
de

3
Abderamane Dadi é
t
ai
t u
n ha
ut
commis de l’E
t
a
t t
chadien. Il a
v
ai
t
en charge pl
u
sie
u
rs
dossiers q
u
’il défendi
t
a
v
ec abnéga
t
ion, e
t
don
t
les pl
u
s conn
u
s d
u
p
u
blic
t
chadien é
t
aien
t
Ao
uz
o
u
e
t
le Pé
t
role.
4
Tchad, l’E
t
a
t
re
t
ro
uv
é.
5
Comm
u
nemen
t
appelée par les
t
chadiens « Palais Rose », à ca
u
se de la co
u
le
u
r rose de
ses m
u
rs.
15

l’inc
u
l
tu
re, j’ai laissé
t
omber  E
t
po
u
r
t
an
t
, la
v
ie dans les palais africains es
t
fai
t
e
de grands e
t
de pe
t
i
t
s ges
t
es scéniq
u
es q
u
i donnen
t
raison à Shakespeare.
« Les no
t
es de ce li
v
re son
t
e
x
cl
u
si
v
emen
t
personnelles, non officielles, consignées
che
z
moi a
u
jo
u
r le jo
u
r, reflé
t
an
t
ce q
u
e j’ai
vu
o
u
en
t
end
u
direc
t
emen
t
o
u
, parfois,
ce q
u
i m’a é
t
é rappor
t
é de cer
t
ains é
v
énemen
t
s lorsq
u
e je n’ai pas p
u
assis
t
er
direc
t
emen
t
. Dans l’ensemble, j’ai essa
y
é de reprod
u
ire les mo
t
s
t
els q
u
’ils on
t
é
t
é
di
t
s o
u
prononcés par ce
ux
à q
u
i ils son
t
prê
t
és. Bien s
û
r la recons
t
i
tut
ion d
u
je
u
t
héâ
t
ral n’engage q
u
e moi-même. Les é
v
en
tu
els démen
t
is à
v
enir ne signifieron
t
pas q
u
e j’ai al
t
éré la
t
ene
u
r de ces propos o
u
en aie in
v
en
t
é cer
t
ains. Cer
t
aines
personnali
t
és encore en ac
t
i
v
i
t
é pe
uv
en
t
j
u
ger inoppor
tu
ne la p
u
blica
t
ion de
cer
t
ains de le
u
rs propos.»
6
Sans ê
t
re his
t
orien, je
v
o
u
drais néanmoins con
t
rib
u
er à l’enrichissemen
t
de
l’his
t
oire na
t
ionale, aider l’his
t
oire à ne pas se répé
t
er néga
t
i
v
emen
t
. Q
u
elle
ambi
t
ion 
Des in
t
erroga
t
ions e
t
des cri
t
iq
u
es
t
o
ut
à fai
t
légi
t
imes pe
uv
en
t
s
u
rgir ça e
t
là. Fasse
Die
u
q
u
’il en soi
t
ainsi sinon j’a
u
rai pris in
ut
ilemen
t
des no
t
es.
Il
y
a
u
ra a
u
ssi des cri
t
iq
u
es néga
t
i
v
es. Ces cri
t
iq
u
es
v
on
t v
enir des co
u
r
t
isans q
u
i
ne lisen
t
jamais mais q
u
i, Ô désas
t
re, s
u
r la base des
on dit
, sa
v
en
t
commen
t
er si
bien les
t
e
xt
es d’a
ut
r
u
i, désinformer « les pa
t
rons », dé
t
r
u
ire par la cens
u
re la
réfle
x
ion, é
t
o
u
ffer la pensée, bâillonner la parole. Ces « a
u
di
t
e
u
rs d
u
li
v
re fermé »,
ces conseillers e
t
consor
t
s po
u
r q
u
i les li
v
res ne son
t
q
u
e des pe
t
i
t
s pos
t
es radio
branchées s
u
r mod
u
la
t
ion de fréq
u
ences bla-bla e
t t
ra la-la,
v
on
t
so
ut
enir à co
u
p s
û
r
q
u
e la ré
v
éla
t
ion () des con
v
ersa
t
ions pri
v
ées
v
a n
u
ire a
ux
in
t
érê
t
s () d
u
Tchad,
fragiliser le régime, renforcer les ennemis de la na
t
ion, di
v
iser les Tchadiens, e
t
c.
Ce son
t
les refrains d’
u
ne chanson conn
u
e : La s
tu
pide e
t ty
ranniq
u
e cens
u
re.
Je réponds simplemen
t
: Il n’en es
t
rien. Dans ce li
v
re, « j’ai pris la préca
ut
ion
d’écar
t
er
t
o
ut
s
u
je
t
don
t
la di
vu
lga
t
ion po
u
rrai
t
prê
t
er le flanc à ce genre de
reproche »
7
. Mais rappor
t
er, par e
x
emple, q
u
e le Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e d
u
Tchad a di
t
q
u
e « l’E
t
a
t
se por
t
e mal d
u
fai
t
de l’absence d’
u
ne armée
v
éri
t
ablemen
t
na
t
ionale », ce n’es
t
pas di
vu
lg
u
er
u
n secre
t
d’E
t
a
t
8
.
6
Verba
tt
im, Jacq
u
es A
tt
ali.
7
Idem.
8
L’absence d’
u
ne armée «
v
éri
t
ablemen
t
na
t
ionale » fai
t
par
t
ie des préocc
u
pa
t
ions
maje
u
res des Tchadiens dep
u
is l’écla
t
emen
t
des é
v
enemen
t
s de 1979, comm
u
nemen
t
appelés « g
u
erre ci
v
ile ». Elle l’es
t
d’a
ut
an
t
pl
u
s q
u
e l’emergence de la démocra
t
ie perme
t
de
v
oir l’al
t
ernance a
v
ec pl
u
s d’op
t
imisme. Le go
uv
ernemen
t
es
t
en
t
rain dep
u
is jan
v
ier
200
5 d’organiser les é
t
a
t
s généra
ux
de l’armée po
u
r perme
tt
re la naissance d’
u
ne armée en
phase a
v
ec la démocra
t
ie. Celle q
u
i e
x
is
t
e a
u
jo
u
rd’h
u
i, malgré ses
v
ic
t
oires indéniables
con
t
re les différen
t
es rébellions, es
t t
o
ut
sa
u
f
u
n ins
t
r
u
men
t
a
u
ser
v
ice de la pai
x
. Parce
q
u
’elle ne perme
t
pas d’en
t
re
v
oir sa ne
ut
rali
t
é poli
t
iq
u
e, personne ne croi
t
à son carac
t
ère
rep
u
blicain.
16

Il n’
y
a malhe
u
re
u
semen
t
pas bea
u
co
u
p d’hommes d’E
t
a
t
a
u
Tchad mais les rares
q
u
i ser
v
en
t
l’E
t
a
t t
chadien selon la dimension
t
echniq
u
e, poli
t
iq
u
e e
t
h
u
maine
q
u
’e
x
ige ce
tt
e mission sa
v
en
t
q
u

u
n homme d’E
t
a
t
sai
t
for
t
bien q
u
e
t
o
ut
e son
ac
t
ion es
t
fai
t
e po
u
r ê
t
re
u
n jo
u
r conn
u
e de
t
o
u
s. Il parle donc en conséq
u
ence,
même en pri
v
é. C’es
t
ce q
u
i le dis
t
ing
u
e d’
u
n poli
t
icien. Si
t
o
u
s les ac
t
e
u
rs de la
v
ie p
u
bliq
u
e agissaien
t
de la sor
t
e, on en a
u
rai
t v
i
t
e fini a
v
ec le do
u
ble langage. Je
me plais à imaginer ce q
u
e de
v
iendrai
t
l’his
t
oire si a
u
c
u
n dic
t
a
t
e
u
r o
u
démagog
u
e
n’é
t
ai
t
à l’abri d’
u
ne promp
t
e p
u
blica
t
ion de l’ensemble de ses propos. La
t
ransparence es
t u
ne garan
t
ie de démocra
t
ie. Abolir o
u
réd
u
ire le secre
t
, c’es
t
à dire
l’appropria
t
ion pri
v
ée de l’informa
t
ion, c’es
t
en
t
amer l’
u
l
t
ime rempar
t
d’éli
t
es
a
ut
oproclamées.
A
u t
o
t
al, la période racon
t
ée dans ce li
v
re cons
t
i
tu
e
u
n momen
t
par
t
ic
u
lièremen
t
riche de l’his
t
oire d
u
Tchad so
u
s le Présiden
t
Idris Deb
y
.
J’ai
vu
Idris Deb
y t
ra
v
ailler, disc
ut
er, réfléchir, s’éner
v
er, s’écla
t
er e
t
se con
t
enir,
s’empor
t
er e
t
se calmer. Ce
t
homme ne méri
t
e pas la fin q
u
e cer
t
ains de ses proches
collabora
t
e
u
rs son
t
en
t
rain de l
u
i prédire. Idris Deb
y
méri
t
e d’ê
t
re aidé
franchemen
t
, con
t
redi
t
co
u
rage
u
semen
t
lorsq
u
’il dérape, dégagé solidairemen
t
lorsq
u
’il s’embo
u
rbe a
u
s
u
d, s’enfonce a
u
cen
t
re o
u
s’ensable a
u
nord d
u
pa
y
s. Il
doi
t
ê
t
re aidé
t
echniq
u
emen
t
, h
u
mainemen
t
, poli
t
iq
u
emen
t
à sor
t
ir par la grande
por
t
e, la por
t
e par laq
u
elle il é
t
ai
t
en
t
ré dans l’his
t
oire
tu
m
u
l
tu
e
u
se d
u
Tchad en
chassan
t
la dic
t
a
tu
re; en l
u
i donnan
t
les garan
t
ies inconce
v
ables dans
u
n E
t
a
t
de
non droi
t
.
Prendre le po
uv
oir en Afriq
u
e n’a jamais é
t
é
u
n e
x
ploi
t
. L’his
t
oire de l’Afriq
u
e es
t
pleine d’épisodes de sergen
t
s par
v
en
u
s a
u
somme
t
des E
t
a
t
s  C’es
t
sa
v
oir e
t
po
uv
oir q
u
i
tt
er le po
uv
oir q
u
i e
x
ige
u
n sacrifice héroïq
u
e cer
t
ain. L’e
x
ploi
t
, c’es
t
par
t
ir debo
ut
, la
t
ê
t
e ha
ut
e, d
u
fa
ut
e
u
il présiden
t
iel. La
v
oie indiq
u
ée po
u
r par
v
enir
à ce
t
e
x
ploi
t
, c’es
t
l’al
t
ernance démocra
t
iq
u
e pacifiq
u
e par le biais d
u
respec
t
des
ins
t
i
tut
ions e
t
des
t
e
xt
es q
u
i les régissen
t
. Sinon, c’es
t
l’é
t
ernel re
t
o
u
r ; la
sempi
t
ernelle danse des lo
u
ps...
Pl
u
s q
u
e
t
o
ut
, il fa
ut
aider Idris Deb
y
à me
tt
re en place
u
ne armée digne de ce nom,
u
ne armée rép
u
blicaine ;
u
ne armée q
u
i l
u
i s
u
r
v
i
v
e, e
t
c. Sinon, ce sera
iné
v
i
t
ablemen
t
le re
t
o
u
r à la case de dépar
t
. Une case q
u
i ne po
u
rrai
t
q
u
e réjo
u
ir les
v
ende
u
rs de bras, de sang, d’armes e
t
d’ill
u
sions d’ici e
t
d’aille
u
rs.
Dans l’en
t
o
u
rage immédia
t
d
u
po
uv
oir, Il
y
a des co
u
r
t
es
vu
es q
u
i so
u
hai
t
en
t v
oir
Idriss Deb
y
cha
v
irer,
t
ablan
t
s
u
r le co
u
r
t t
erme d
u
par
t
age de sa dépo
u
ille. En
laissan
t
Idriss Deb
y
co
u
ler, no
u
s jo
u
ons consciemmen
t
à la prolonga
t
ion d
u
malhe
u
r des Tchadiens ; no
u
s reje
t
ons a
ux
calendes grecq
u
es la recherche de l’E
t
a
t
q
u
’il
v
a falloir
v
raimen
t t
ro
uv
er a
u
jo
u
rd’h
u
i,
t
o
ut
de s
u
i
t
e. To
u
s, sans e
x
cep
t
ion, à
nos
t
élescopes 
Le Tchad, malgré
t
o
ut
es les diffic
u
l
t
és objec
t
i
v
es e
t
/o
u
s
u
bjec
t
i
v
es, connaî
t
des
a
v
ancées no
t
oires dans le domaine d
u
pl
u
ralisme poli
t
iq
u
e e
t
de la liber
t
é
17

d’e
x
pression, e
t
c. Ce n’es
t
pas pe
u
de choses car l’homme ne
v
i
t
pas q
u
e de pain.
Mais
t
o
ut
es ces a
v
ancées, a
u
ssi grandioses soien
t
-elles,
t
o
u
s ces acq
u
is q
u
i fon
t
la
fier
t
é des mendian
t
s de l’espoir, deme
u
reron
t
fragiles e
t
aléa
t
oires a
u
ssi long
t
emps
q
u
e l’E
t
a
t t
el q
u
e décri
t
par fe
u
Dadi ne sera pas
u
ne réali
t
é. L’E
t
a
t
décri
t
par Dadi
é
t
ai
t
na
tu
rellemen
t
à des lie
u
es de l’E
t
a
t
dans leq
u
el
v
éc
ut
Dadi so
u
s la
t
roisième
Rép
u
bliq
u
e de Monsie
u
r Hisséne Habré
9

Dadi, q
u
i s’é
t
ai
t
ba
ttu
corps e
t
âme po
u
r l’in
t
égri
t
é
t
erri
t
oriale d
u
Tchad e
t
l’e
x
ploi
t
a
t
ion d
u

t
role, sa
v
ai
t
mie
ux
q
u
e q
u
iconq
u
e de q
u
oi so
u
ffre l’E
t
a
t
t
chadien. Ce
t
E
t
a
t
a-
t
-il é
t
é re
t
ro
uv
é ? A-
t
-il jamais e
x
is
t
é ? P
u
is anéan
t
i ? Ce
t
E
t
a
t
-
là se cherche-
t
-il
v
raimen
t
? Se recherche-
t
-il ? Ve
ut
-il
v
raimen
t
e
x
is
t
er ? Tra
v
erser
le
t
emps en se corrigean
t
po
u
r le bien des Tchadiens ? Des q
u
es
t
ions,
t
o
u
jo
u
rs 
Des réponses, raremen
t
 E
t
po
u
r
t
an
t
, il fa
ut
bien se réso
u
dre
u
n jo
u
r à faire en
sor
t
e q
u
e l’E
t
a
t
s
u
r
v
i
v
e a
ux
hommes. Commen
t
? Encore
u
ne q
u
es
t
ion parce q
u
e
«
t
o be or no
t
be,
t
ha
t
is
t
he q
u
es
t
ion ».
E
t
q
u
elle reconnaissance po
u
r
t
o
u
s ces hommes e
t t
o
ut
es ces femmes q
u
i on
t
perd
u
la
v
ie o
u u
ne par
t
ie de le
u
r membre en ser
v
ice commandé. Po
u
r q
u
el E
t
a
t
?

9
Hissene Habré, Présiden
t
d
u
Tchad dep
u
is le 7 J
u
in 198
2
, a é
t
é ren
v
ersé par Idriss Deb
y
le
1er decembre 199
0
.
18

I

Après
u
ne année pénible mais in
t
éressan
t
e passée en France dans le cadre d’
u
ne
forma
t
ion po
u
r ha
ut
s commis de l’E
t
a
t
, je ren
t
re a
u
pa
y
s, mon pa
y
s le Tchad.
A Paris, j’habi
t
ais la r
u
e de B
u
ci, si
tu
ée j
u
s
t
e en face d
u

t
ro Mabillon a
u
Bo
u
le
v
ard Sain
t
Germain des Près. Un bo
u
le
v
ard e
t u
n q
u
ar
t
ier animés. On
y
t
ro
uv
e en effe
t t
o
ut
e sor
t
e de mon
u
men
t
s de la li
tt
éra
tu
re, de la poli
t
iq
u
e, bref de
l’his
t
oire de France. Des cafés célèbres en
t
rés dans la pos
t
éri
t
é : le café « Les De
ux
Mago
t
s » o
ù
aimaien
t
, semble-
t
-il, s’asseoir Sar
t
re e
t t
an
t
d’a
ut
res sommi
t
és de la
c
u
l
tu
re française. En face, la célèbre église de pierre cons
t
r
u
i
t
e a
u
Mo
y
en âge  Des
r
u
es e
t
des r
u
elles a
ux
noms é
v
oca
t
e
u
rs. Les r
u
es Sain
t
Bernard, sain
t
Jacob, des
Sain
t
s Pères, son
t
le signe
v
i
v
an
t
d’
u
ne
v
ieille France de pie
t
é e
t
de religiosi
t
é
a
u
jo
u
rd’h
u
i perd
u
es so
u
s les dalles de la laïci
t
é q
u
i es
t u
n des grands acq
u
is de la

v
ol
ut
ion française.
A la maison des élè
v
es de l’ENA,
u
n imme
u
ble 19
ème
siècle, je cô
t
o
y
ais des
collèg
u
es originaires d
u
Bénin, de Pologne, de Chine, des USA, de la T
u
rq
u
ie, de
la B
u
lgarie, de la Grèce, de la Rép
u
bliq
u
e Tchèq
u
e, d
u
Maroc, de la T
u
nisie, de la
RFA, de la R
u
ssie, de Colombie, d
u
Parag
u
a
y
, de l’Irlande e
t
d
u
Ka
z
akhs
t
an. Des
ha
ut
s fonc
t
ionnaires
v
en
u
s se perfec
t
ionner dans le mo
u
le de l’adminis
t
ra
t
ion
française.
J’é
t
ais a
u
5
2
8B4,
u
n F
3
, a
v
ec ma femme e
t
mes de
ux
enfan
t
s. Malgré les bonnes
condi
t
ions d’hébergemen
t
e
t
de séjo
u
r, j’é
t
ais pressé de
t
erminer ma forma
t
ion e
t
ren
t
rer che
z
moi. Je crois q
u
e je ne s
u
is pas fai
t
po
u
r
v
i
v
re en dehors d
u
Tchad,
comme d’aille
u
rs
t
an
t
de Tchadiens q
u
i aimen
t
le Tchad sincèremen
t
e
t
ref
u
sen
t
par e
x
emple la do
u
ble na
t
ionali
t
é j
u
s
t
e parce q
u
’ils on
t
l’impression q
u
e la do
u
ble
na
t
ionali
t
é es
t u
ne forme de démission,
u
ne sor
t
e de
t
rahison à la
t
erre na
t
ale.
Après di
x
ans passés en R
u
ssie, des
v
o
y
ages dans pl
u
sie
u
rs pa
y
s d
u
monde e
t
ce
séjo
u
r en France, je s
u
is par
v
en
u
à
u
ne concl
u
sion simple : Ton pa
y
s, c’es
t t
on
pa
y
s  Re
t
o
u
rnes-
y
car le pa
y
s des a
ut
res
t
e crachera
u
n jo
u
r o
u
l’a
ut
re s
u
r
u
ne
berge inhabi
t
ée.
Les é
tu
des à l’ENA m’on
t
permis d’enrichir mon carne
t
d’adresses e
t
d’affiner ma
percep
t
ion de l’adminis
t
ra
t
ion p
u
bliq
u
e en général e
t
parlemen
t
aire en par
t
ic
u
lier.
A
u
co
u
rs de ce
tt
e forma
t
ion, j’ai e
u
à passer des s
t
ages dans pl
u
sie
u
rs ser
v
ices des
po
uv
oirs e
x
éc
ut
ifs e
t
législa
t
ifs français don
t
q
u
aran
t
e cinq jo
u
rs a
ux
Palais
Bo
u
rbon e
t
d
u
L
ux
embo
u
rg. Les séances d
u
mercredi à l’Assemblée Na
t
ionale
Française son
t t
o
ut
simplemen
t
édifian
t
es
1
0
. Spec
t
acles e
t
série
ux
s’al
t
ernen
t
po
u
r
le pl
u
s grand bien de la démocra
t
ie e
t
de l’E
t
a
t
, donc d
u
ci
t
o
y
en français.

1
0
So
u
s la présidence de Philipe Seg
u
in.
19

C’é
t
ai
t u
n
0
8 ao
ût
à
23
h
00
. Mois pl
uv
ie
ux
. Un a
ut
omne à la
t
chadienne, mais sans
fe
u
illes ja
u
nes q
u
i
t
remblo
t
en
t
so
u
s le
v
en
t
. L’aéropor
t
in
t
erna
t
ional de la capi
t
ale
de mon pa
y
s é
t
ai
t
pe
u
o
u
pro
u
éclairé. L’obsc
u
ri
t
é fai
t
par
t
ie d
u
décor des n
u
i
t
s de
mon pa
y
s. Des gendarmes nonchalan
t
s, presq
u
e fa
t
ig
u
és de ser
v
ir dans
l’indifférence «des « grands », a
tt
enden
t
les passagers a
u
bas de la passerelle de
l’a
v
ion. La nonchalance des gendarmes fai
t
rigoler les
t
o
u
ris
t
es en pro
v
enance
d’E
u
rope. Un gendarme impoli, ça éner
v
e en E
u
rope. Mais en Afriq
u
e, c’es
t
même
normal parce q
u
e c’es
t
comme ça. « Ils son
t
en re
t
ard, il fa
ut
les comprendre. E
t
p
u
is, ils on
t
faim ; faim de
t
o
ut

Q
u
elq
u
es chario
t
s
t
raînen
t
, ça e
t
là, s
u
r la pis
t
e. Des chario
t
s de la déf
u
n
t
e Air
Afriq
u
e. Air Afriq
u
e n’a même pas e
u
le
t
emps de réc
u
pérer ses carcasses. Elle a
é
t
é en
t
errée sans lince
u
l par Billecar
t
.

Trois jo
u
rs pl
u
s
t
ard, le 11 ao
ût
, le Tchad a
t
ren
t
e sep
t
ans. Tren
t
e sep
t
ans dans la
v
ie d’
u
n pa
y
s, c’es
t u
ne go
utt
ele
tt
e d’ea
u
dans la mer de l’his
t
oire des hommes. Je
ne le dis pas par op
t
imisme o
u
org
u
eil mal placé par rappor
t
, par e
x
emple, a
ux
cinq
mille ans de l’his
t
oire de l’Irak don
t
aimai
t
à parler Saddam, pend
u
en
200
6 par les
Américains 

Comme de co
utu
me, je reçois des paren
t
s e
t
des amis
v
en
u
s me so
u
hai
t
er la
bien
v
en
u
e a
u
pa
y
s. Franchemen
t
, je s
u
is con
t
en
t
de re
t
ro
uv
er ce
tt
e a
t
mosphère de
paren
t
s e
t
d’amis. La richesse de l’Afriq
u
e, con
t
rairemen
t
à
t
o
ut
ce q
u
e racon
t
e
Mal
t
hi
u
s, ce son
t
les hommes. Pas les indi
v
id
u
s.
La Minis
t
re Mariam Mahama
t
No
u
r
11
me rend
v
isi
t
e e
t
m’apprend par la même
occasion ma nomina
t
ion comme Conseiller a
ux
Rela
t
ions In
t
erna
t
ionales e
t
à la
Coopéra
t
ion à la Présidence de la Rép
u
bliq
u
e. Q
u
elle he
u
re
u
se coïncidence
1
2

Conseiller d
u
Présiden
t
,
u
n 11 ao
ût
. Je ne s
u
is pas s
u
pers
t
i
t
ie
ux
, mon séjo
u
r à
Leningrad a laminé cer
t
ains fan
t
asmes, mais j’aime q
u
and même les s
y
mboles ; ça
me
v
ien
t
de mon cô
t
é ma
t
ernel. J’appar
t
iens en effe
t
, par ce coin-çi, à
u
ne
v
ieille
famille de l’es
t
d
u
Tchad.

De
ux
jo
u
rs pl
u
s
t
ard,
u
n l
u
ndi à 7h
00
, je me présen
t
e à la Présidence de la
Rép
u
bliq
u
e q
u
i ne m’é
t
ai
t
pas é
t
rangère car j’
y v
enais so
uv
en
t
a
v
ec le Présiden
t
Lol, dans le cadre des cons
u
l
t
a
t
ions en
t
re ins
t
i
tut
ions de la
t
ransi
t
ion démocra
t
iq
u
e
des années 9
3
.
Le Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e me reçoi
t
dans son b
u
rea
u
si
tu
é a
u
premier é
t
age d
u

t
imen
t
principal des ser
v
ices de la Présidence. Ce b
u
rea
u
é
t
ai
t
j
u
sq
u
’à no
t
re

11
Pl
u
sie
u
s fois minis
t
re, Mariam es
t
dep
u
is 1999 ha
ut
cadre d
u
s
y
s
t
ème des Na
t
ions Unies.
1
2
Mon oncle Ibrahaim Mahama
t
O
u
rada, S
u
l
t
an d
u
Dar O
u
addaï, décède le 11Ao
ût 200
4. Il
sera remplacé par son fils Mahama
t
O
u
rada II.
20

nommina
t
ion occ
u
pé par Timane Erdimi, le
t
o
ut
p
u
issan
t
Direc
t
e
u
r de cabine
t
de
Idriss Deb
y
.

Le Présiden
t
me félici
t
e d’abord, p
u
is il m’annonce la reconnaissance de la Chine
Tai
w
an par la Rép
u
bliq
u
e d
u
Tchad. C’es
t
mon premier dossier à la Présidence de
la Rép
u
bliq
u
e. Le Présiden
t
me reme
t
ens
u
i
t
e ses coordonnées e
t
q
u
elq
u
es
indica
t
ions d’
u
sage
t
elles q
u
e de « ne pas a
v
oir pe
u
r de dire la
v
éri
t
é a
u
Présiden
t
 »
Ce
tt
e reconnaissance n’en n ’é
t
ai
t
pas en
v
éri
t
é
u
ne. C’é
t
ai
t
pl
ut
ô
t u
ne espèce de
reno
uv
ellemen
t
de confiance, de reno
u
emen
t
des rela
t
ions diploma
t
iq
u
es co
u
pées
pendan
t
la g
u
erre froide en
t
re progressis
t
es, réac
t
ionnaires e
t
modérés. A
v
an
t
de
s’allier à la Chine Pop
u
laire, le Tchad en
t
re
t
enai
t
déjà des rela
t
ions diploma
t
iq
u
es
a
v
ec Taï
w
an. Ces rela
t
ions n’on
t
d’aille
u
rs é
t
é romp
u
es q
u

u
nila
t
éralemen
t
par
Taï
w
an, selon le principe « pas de
ux
Chines à la fois ». Q
u
elq
u
es années pl
u
s
t
ard,
le fle
uv
e re
v
iendra s
u
r son li
t
e
t
le Tchad reno
u
era ses rela
t
ions a
v
ec la Chine
Pop
u
laire. Les poli
t
iq
u
es é
t
rangères des pa
y
s pa
uv
res é
t
an
t
fondées s
u
r la
mendici
t
é d’E
t
a
t
,
t
o
ut
se comprend aisémen
t
.
Le Présiden
t
m’informe q
u
e le Minis
t
re des affaires é
t
rangères e
t
de la coopéra
t
ion,
Mahama
t
Saleh Annadif, se
t
ro
uv
e à Taïpei po
u
r pea
u
finer les doc
u
men
t
s de la
no
uv
elle coopéra
t
ion e
t
préparer
u
ne
v
isi
t
e officielle d
u
Chef de l’E
t
a
t t
chadien à
Tai
w
an.
Le Présiden
t
me parle de la m
ut
a
t
ion a
u
ni
v
ea
u
mondial. Il me ci
t
e le nom des
pa
y
s africains a
y
an
t
déjà repris le
u
rs rela
t
ions a
v
ec « l’Ile rebelle ». Il s’agi
t
d
u
Sénégal, de la Gambie, d
u
Mo
z
ambiq
u
e, d
u
B
u
rkina, de l’Afriq
u
e d
u
s
u
d. Po
u
r me
con
v
aincre d
u
bien fondé de son choi
x
, il én
u
mère les anciennes réalisa
t
ions de
Taï
w
an a
u
Tchad : l’Hô
t
el la Tchadienne de
v
en
u
e le No
v
o
t
el, l’H
u
ilerie d’Abéché
t
ombée en r
u
ines fa
ut
e de ma
t
ières premières, les Casiers A e
t
B de Bongor po
u
r la
c
u
l
tu
re d
u
ri
z
, e
t
c. Je l’éco
ut
e e
t
je prends no
t
e. Je déco
uv
re, agréablemen
t
, q
u
’en
pri
v
é, le Présiden
t
es
t
moins
t
imide e
t
pl
u
s éloq
u
en
t
.
En ma présence, il fai
t
appeler par le pro
t
ocole d’E
t
a
t
le Premier Minis
t
re e
t
le
Présiden
t
de l’Assemblée Na
t
ionale Kamo
u
g
u
é.
Le Présiden
t
e
x
pliq
u
e la si
tu
a
t
ion a
u
Premier Minis
t
re Nasso
u
r O
u
aido
u
13
e
t
a
u
Présiden
t
de l’Assemblée Na
t
ionale le Général Kamo
u
g
u
é Wadal AbdelKader
14
. Il

1
3
S
t
a
t
is
t
icien Démographe de forma
t
ion, ancien Minis
t
re d
u
plan, de l’éd
u
ca
t
ion na
t
ionale,
Secré
t
aire Général à la Présidence e
t
dep
u
is
2003
Présiden
t
de l’Assemblée Na
t
ionale a
u
t
i
t
re d
u
par
t
i a
u
po
uv
oir, le Mo
uv
emen
t
Pa
t
rio
t
iq
u
e d
u
Sal
ut
(MPS).
14
Un des personnages clé de l’his
t
oire d
u
Tchad à par
t
ir des années 75. Tombe
u
r d
u
Premier Présiden
t
d
u
Tchad François (Ngar
t
a) Tombalba
y
e en 1975, ancien Vice Présiden
t
d
u
Tchad so
u
s le GUNT ( Go
uv
ernemen
t
d’Union Na
t
ionale de Transi
t
ion) de Go
u
ko
u
ni
O
u
eddeï, pl
u
sie
u
rs fois minis
t
re, fonda
t
e
u
r de l’URD (Union po
u
r la Réno
uv
ea
u
e
t
la
2
1

arg
u
men
t
e la no
uv
elle orien
t
a
t
ion d
u
Tchad en ma
t
ière de poli
t
iq
u
e é
t
rangère,
u
n
domaine réser
v
é d
u
Chef de l’E
t
a
t
; ci
t
an
t
De Ga
u
lle selon leq
u
el «
les Etats n’ont
pas d’amis mais des intérêts
». Le Présiden
t
parle d’infras
t
r
u
c
tu
res ro
ut
ières, socio-
éd
u
ca
t
i
v
es, sani
t
aires q
u
i
v
on
t
ê
t
re financées par Tai
w
an. « Il n’
y
a
u
ra pas de
problèmes. Le dépar
t
de la Chine Pop
u
laire ne sera pas ressen
t
i par la pop
u
la
t
ion
parce q
u
e Tai
w
an se propose de remplacer la Grande Chine par
t
o
ut
o
ù
besoin sera.
Le
v
ide sera comblé. No
u
s a
v
ons pensé à
t
o
ut
». E
t
a
u
re
t
o
u
r de la Chine pop
u
laire
a
u
ssi, cer
t
ainemen
t
, car la s
u
i
t
e des é
v
énemen
t
s n’es
t
q
u

u
ne logiq
u
e de ce «
t
o
ut
»
plein de fle
x
ibili
t
é dans les ami
t
iés en
t
re les é
t
a
t
s.
Le Présiden
t
se mon
t
re en
t
ho
u
sias
t
e, op
t
imis
t
e, rass
u
ran
t
e
t t
ransparen
t
dans la
li
v
raison de l’informa
t
ion. Il parle d’
u
n pon
t
à do
u
ble
v
oie à cons
t
r
u
ire s
u
r le Chari
- ce pon
t v
iendrai
t
en app
u
i a
u
pon
t v
é
tu
s
t
e de Chago
u
a (déjà amor
t
i) ,
-
d’add
u
c
t
ion d’ea
u
e
t
d’élec
t
rifica
t
ion d’
u
ne di
z
aine de
v
illes
t
chadiennes.
Le Présiden
t
annonce des chiffres. Il
t
ro
uv
e q
u
e la Grande Chine n’a pas réalisé
grand chose a
u
Tchad, préféran
t
in
v
es
t
ir à comp
t
e-go
utt
es, faisan
t
d
u t
ape l’œil d
u
genre : Le Palais d
u
15 jan
v
ier, l’hôpi
t
al de la liber
t
é, q
u
elq
u
es bo
u
rses d’é
tu
des,
des armes e
t
des
t
en
u
es d’appara
t
po
u
r l’armée
t
chadienne.
« C’es
t
ins
u
ffisan
t
po
u
r se condamner à
u
ne é
t
rein
t
e é
t
ernelle a
u
nom des principes
idéologiq
u
es
t
ombés en dés
u
é
tu
de dep
u
is la ch
ut
e d
u
m
u
r de Berlin. Le
t
emps o
ù
la
Chine Pop
u
laire a
v
ai
t
le
v
en
t
en po
u
pe d
u
fai
t
de sa con
t
rib
ut
ion non négligeable à
la libéra
t
ion d
u
con
t
inen
t
es
t

v
ol
u
. Ce n’es
t
pas de l’ingra
t
i
tu
de. Ce son
t
nos
in
t
érê
t
s q
u
i dic
t
en
t u
n
t
el raisonnemen
t
. », di
t
-il. Les in
t
érê
t
s dic
t
eron
t u
n a
ut
re
compor
t
emen
t
e
t
d’a
ut
res a
tt
i
tu
des après les é
v
énemen
t
s d
u
1
3
a
v
ril
200
6, q
u
i on
t
vu
les rebelles de Mahama
t
No
u
r péné
t
rer N’Djamena en plein jo
u
r...a
v
an
t
d’en
ê
t
re chassés q
u
elq
u
es he
u
res pl
u
s
t
ard.

Le Présiden
t
é
v
al
u
e en francs la coopéra
t
ion a
v
ec la Chine Pop
u
laire p
u
is il la
compare a
v
ec les promesses a
tt
end
u
es de la par
t
des Tai
w
anais. C’es
t
sans
comm
u
ne mes
u
re. Il répè
t
e à pl
u
sie
u
rs reprises la form
u
le magiq
u
e de De Ga
u
lle.
Kamo
u
g
u
é,
u
n sain
t
c
y
rien comme De Ga
u
lle e
t
ancien Minis
t
re des affaires

Démocra
t
ie), par
t
i d’opposi
t
ion, allié modéré de Idriss Deb
y
a
u t
i
t
re de la Démocra
t
ie
Consens
u
elle e
t
Par
t
icipa
t
i
v
e. Dep
u
is
2003
membre de la minori
t
é parlemen
t
aire, opposée à
la ré
v
ision de la Cons
t
i
tut
ion de 1996. La ré
v
ision de la Cons
t
i
tut
ion perme
tt
ra à Idriss
Deb
y
de brig
u
er
u
n
t
roisième manda
t
,
v
oire
u
n q
u
a
t
rième,
u
n cinq
u
ième, e
t
c., j
u
sq
u
’à ce
q
u
e mor
t
s’en s
u
i
v
e. Kamo
u
g
u
é es
t
a
u
jo
u
rd’h
u
i Minis
t
re de la défense après les accords d
u
1
3
ao
ût 200
7. Un accord don
t
la signa
tu
re a é
t
é pilo
t
é de bo
ut
en bo
ut
par le représen
t
an
t
de
l’Union E
u
ropéenne.
22

é
t
rangères so
u
s le Présiden
t
Féli
x
Mallo
u
m
15
, opine posi
t
i
v
emen
t
de la
t
ê
t
e.
Nasso
u
r prend des no
t
es.
« Po
u
rq
u
oi ne pas relancer s
u
r des no
uv
elles bases, des bases commerciales,
t
echniq
u
es, c
u
l
tu
relles,
t
o
ut
e no
t
re coopéra
t
ion a
v
ec les pa
y
s asia
t
iq
u
es ? Le cen
t
re
d’in
t
érê
t
des pa
y
s africains es
t
en
t
rain de se déplacer
v
ers l’Asie q
u
i es
t u
n
con
t
inen
t
a
u

v
eloppemen
t
d
y
namiq
u
e. D’aille
u
rs, je s
u
ggère égalemen
t
d’en
t
reprendre des démarches a
u
près de l’E
t
a
t
hébre
u
po
u
r
u
ne é
v
en
tu
elle reprise
de nos rela
t
ions diploma
t
iq
u
es. Les Israéliens son
t t
o
ut
à cô
t
é de no
u
s, a
u
Camero
u
n, en Ma
u
ri
t
anie, e
t
c. Presq
u
e
t
o
u
s les pa
y
s arabes on
t
repris a
v
ec l’E
t
a
t
hébre
u
. Po
u
rq
u
oi pas no
u
s ? » Kamo
u
g
u
é lance
u
n pa
v
é dans la mare.
« Q
u
i doi
t
faire le premier pas ? Israël o
u
no
u
s ? Q
u
i es
t
demande
u
r ? » In
t
erroge le
Présiden
t
. Il se mon
t
re in
t
éressé par la proposi
t
ion d
u
Présiden
t
de l’Assemblée
Na
t
ionale.
« C’es
t
à é
tu
dier a
v
ec Annadif. Nos
t
echniciens
t
ro
uv
eron
t
la meille
u
re form
u
le.
L’essen
t
iel, c’es
t
, comme
v
o
u
s le di
t
es si bien, de sa
v
oir o
ù
se
t
ro
uv
en
t
nos in
t
érê
t
s.
On gagnerai
t
pl
u
s q
u
’on n’en perdrai
t
. Les Israéliens, c’es
t
l’agric
u
l
tu
re,
l’en
v
ironnemen
t
, les finances, e
t
c. Bea
u
co
u
p de cadres de nos forces de séc
u
ri
t
é e
t
des s
y
ndicalis
t
es
t
chadiens on
t
é
t
é formés en Israël. Mais j’en con
v
iens,
u
ne
t
elle
démarche, ça e
x
ige
u
n cer
t
ain co
u
rage. » di
t
Kamo
u
g
u
é,
t
o
u
jo
u
rs à l’aise a
v
ec son
cade
t
de Présiden
t
.
Le Présiden
t
hési
t
e. Mais il ne fai
t
pas la so
u
rde oreille. Il calc
u
le les a
v
an
t
ages e
t
les incon
v
énien
t
s d’
u
n
t
el choi
x
. Il calc
u
le les risq
u
es, e
t
c. Il doi
t
penser a
v
an
t t
o
ut
à l’épée de Damoclès lib
y
enne e
t
a
ux tu
rbans so
u
danais q
u
i le re
t
iennen
t
presq
u
e
en laisse, l’empêchan
t
de respirer libremen
t
, d’o
uv
rir les fenê
t
res à sa g
u
ise...
L’opinion na
t
ionale, pe
u
a
u
fai
t
de son des
t
in, ne comp
t
e pas dans ce genre de
commerce. N’é
t
an
t
pas encore
t
o
ut
à fai
t
conscien
t
e de son poids, elle ne représen
t
e
pas grand-chose dans les manœ
uv
res de sa ges
t
ion. On ne la cons
u
l
t
e pas. On
l’informe à peine s
u
r le bien fondé des choi
x
s
t
ra
t
égiq
u
es. Après
t
o
ut
, 8
0
% de la
pop
u
la
t
ion ne son
t
-ils pas analphabè
t
es ? Des
ty
pes q
u
i n’on
t
q
u

u
n se
u
l so
u
ci :
t
ro
uv
er à manger 

La reprise a
v
ec Tai
w
an a é
t
é min
ut
ie
u
semen
t
préparée par les de
ux
par
t
ies. Elle a
fai
t
l’obje
t
de long
u
es
t
rac
t
a
t
ions. Ces
t
rac
t
a
t
ions on
t
commencé en 199
3
a
v
ec
l’arri
v
ée a
u
Tchad d’
u
ne déléga
t
ion d’hommes d’affaires
t
ai
w
anais. J’é
t
ais à
l’époq
u
e Secré
t
aire Général d
u
Conseil S
u
périe
u
r de Transi
t
ion (CST)
16
. Lol

15
De
ux
ième Présiden
t
d
u
Tchad indépendan
t
. S’ins
t
alle a
u
Nigéria après les accords de
Kano q
u
i on
t
fai
t
de Lol Mahama
t
Cho
u
a, le
t
roisième Présiden
t
d
u
Tchad. Mallo
u
m ren
t
re
a
u
bercail en
2002
, après de
ux
décénies d’e
x
il a
u
Nigeria. Il me
u
r
t
en j
u
in
200
9.
16
Le CST (Conseil S
u
périe
u
r de Transi
t
ion), parlemen
t
pro
v
isoire, es
t
l’émana
t
ion de la
Conférence Na
t
ionale So
uv
eraine. Composé s
u
r la base d’
u
n dosage géopoli
t
iq
u
e réel (par
t
i
23

Mahama
t
Cho
u
a
17
en é
t
ai
t
le Présiden
t
e
t
Abbas Ali
18
,
le Présiden
t
de la
Commission des affaires é
t
rangères e
t
de la coopéra
t
ion. La déléga
t
ion a é
t
é reç
u
e
par le b
u
rea
u
d
u
Parlemen
t
, assis
t
é d
u
Présiden
t
de la Commission des affaires
é
t
rangères. Mais comp
t
e
t
en
u
d’
u
n cer
t
ain nombre de considéra
t
ions
ps
y
chologiq
u
es, affec
t
i
v
es, l’acc
u
eil n’a pas é
t
é chale
u
re
ux
, à la ha
ut
e
u
r des
a
tt
en
t
es des Taï
w
anais. L’acc
u
eil a é
t
é réd
u
i
t
à q
u
elq
u
es
v
isi
t
es de co
u
r
t
oisie a
ux
« a
ut
ori
t
és », de séance de
t
ra
v
ail a
v
ec la Chambre de Commerce e
t
d’Ind
u
s
t
rie e
t
d’échanges de car
t
es de
v
isi
t
e.
Abbas Ali
,
ancien Ambassade
u
r d
u
Tchad à Pékin, ro
u
lan
t
o
uv
er
t
emen
t
po
u
r la
Chine Pop
u
laire, a pesé de
t
o
ut
son poids e
t u
sé de
t
o
ut
es ses rela
t
ions a
u
CST
19
po
u
r faire capo
t
er le « dossier des Tai
w
anais ».
Abbas n’é
t
ai
t
pas le se
u
l « mili
t
an
t
de la ca
u
se de la Grande Chine ». Pl
u
sie
u
rs
Conseillers, par simple con
v
ic
t
ion an
t
i-impérialis
t
e, s’opposaien
t
à la reprise des
rela
t
ions a
v
ec Tai
w
an. Il
y
a
v
ai
t
des
t
énors comme Mahama
t
Djarma, Dr Idriss
Mo
u
ssa Ya
y
ami
20
, Bang Madi Bernard, Djibrine Assali, Go
u
ara Lasso
u
2
1
, Manga
Djibia Mang
u
é, Do
u
dé Ossoga, Nabia Ndali, Fa
t
imé Issa Ramadan, Bechir
Assamani
22
, Bo
u
rko
u
Lo
u
ise
23
, Abderaman Go
u
ko
u
ni
2
4
, Hassan Yo
u
no
u
s, Ahma
t

poli
t
iq
u
e, socié
t
é ci
v
ile e
t
répresen
t
an
t
d
u
monde r
u
ral), le CST a jo
u
é
u
n rôle de premier
plan dans la ges
t
ion de la
t
ransi
t
ion, en c
u
l
t
i
v
an
t
à fond la démocra
t
ie en son propre sein.
17
Lol a é
t
é Présiden
t
d
u
Tchad po
u
r
u
ne période de 4 mois, en 1979.
18
Ancien Ambassade
u
r d
u
Tchad à Pékin, membre fonda
t
e
u
r de la CSDT (Con
v
en
t
ion des
Socio Démocra
t
es d
u
Tchad). Dép
ut
é à l’Assemblée Na
t
ionale dep
u
is
2003
a
u t
i
t
re d
u
MPS.
19
Il animai
t
pl
u
s o
u
moins bien le gro
u
pe de l’opposi
t
ion à l’in
t
érie
u
r d
u
CST, a
v
ec l’app
u
i
des personnages infl
u
en
t
s de la
v
ie poli
t
iq
u
e na
t
ionale comme Mahama
t
Djarma Kha
t
ir ;
Djibrine Assali, le Secré
t
aire Général de l’Union des S
y
ndica
t
s d
u
Tchad, e
t
c. Dep
u
is
200
6,
Djarma e
t
Assali son
t t
o
u
s les de
ux
membres de la rebellion armée
t
chadienne q
u
i cherche à
ren
v
erser Idriss Deb
y
a
v
ec l’aide d
u
So
u
dan.
20
Dep
u
is
2003
, dép
ut
é e
t
présiden
t
d
u
gro
u
pe parlémen
t
aire d
u
gro
u
pe MPS. Dr Idriss es
t
él
u
présiden
t
d
u
Parlemen
t
africain en mai
200
9.
2
1
Un des officiers
t
ombe
u
rs de Tombalba
y
e, ancien Minis
t
re des affaires é
t
rangères so
u
s
Hissene Habré, Chef d’E
t
a
t
Major Général des Armées so
u
s Idriss Deb
y
.
22
Anima
t
e
u
r de la ca
u
se de la lang
u
e arabe à la CNS, présiden
t
de la lig
u
e des in
t
ellec
tu
els
arabophones don
t
la na
t
ionali
t
é
t
chadienne es
t
con
t
es
t
ée par cer
t
ains de ses paren
t
s d
u
Salama
t
. Leadership poli
t
iq
u
e oblige. En rebellion dep
u
is
200
7.
23
Première femme dép
ut
é d
u
Tchad indépendan
t
, enseignan
t
e de carrière e
t
compagnon de
l
utt
e d
u
Premier Présiden
t
d
u
Tchad.
2
4
Présiden
t
d’
u
n pe
t
i
t
par
t
i poli
t
iq
u
e d’obédience fédéralis
t
e mais allié a
u
po
uv
oir.
Abderaman Go
u
ko
u
ni es
t
conn
u
so
u
s le nom de Mandela d
u
fai
t
d
u
sigle de son par
t
i, le
même q
u
e cel
u
i de Nelson Mandela, l’ANC (African Na
t
ional Congress), (Alliance
Na
t
ionale po
u
r le Changemen
t
).
2
4

Mahama
t
Hassan, Pirkolosso
u
Benoî
t
, Amo
u
la Wa
y
a, e
t
c., q
u
i considéraien
t
Tai
w
an comme
u
ne Ile rebelle « appelée
u
n jo
u
r o
u
l’a
ut
re à re
v
enir à la raison, à
regagner les rangs »
2
5
. Ces conseillers, fig
u
res e
t
anima
t
e
u
rs incon
t
es
t
ables de la
t
ransi
t
ion démocra
t
iq
u
e des années 9
0
, é
t
aien
t
les par
t
isans d’
u
ne cer
t
aine
v
ision d
u
monde bipolaire o
ù
Tai
w
an n’es
t
q
u

u
ne go
ût
e insignifian
t
e dans l’océan h
u
main
chinois. Lol Mahama
t
Cho
u
a q
u
i, a
u
dépar
t
, n’a
v
ai
t
pas de posi
t
ion claire, fini
t
par
se ranger d
u

t
é de la majori
t
é. Cela fai
t
par
t
ie de son réalisme poli
t
iq
u
e. Lol
,
comme il le di
t
l
u
i-même
,
n’aime pas s’adosser s
u
r des sacs
v
ides 
Pl
u
s q
u
e le reje
t
de la reconnaissance de Taï
w
an, Abbas ob
t
ien
t
q
u
e le Parlemen
t
rass
u
re o
uv
er
t
emen
t
l’Ambassade
u
r de la Chine Pop
u
laire q
u
e les représen
t
an
t
s d
u
pe
u
ple
t
chadien ne « laisseron
t
pas passer la
t
rahison de l’ami
t
ié ».
Des recommanda
t
ions, s
u
i
t
e à
u
ne séance consacrée spécialemen
t
à l’ami
t

t
chado-chinoise, on
t
é
t
é fai
t
es a
u
go
uv
ernemen
t
Fidèle Mo
u
ngar
26
. Il a é
t
é in
v
oq
u
é,
en
t
re a
ut
res raisons de con
t
in
u
er à coopérer a
v
ec la Chine Pop
u
laire, la place
q
u
’elle occ
u
pe dans le monde en général e
t
a
u
Conseil de Séc
u
ri
t
é en par
t
ic
u
lier.

Trois ans pl
u
s
t
ard, ce
tt
e arg
u
men
t
a
t
ion sera bala
y
ée a
u
nom de l’in
t
érê
t
d’E
t
a
t
. Il
fa
ut
ajo
ut
er q
u
e les Taï
w
anais on
t
laissé
t
omber les sen
t
iers ba
ttu
s, e
t
empr
u
n
t
é
d’a
ut
res
v
oies, les
v
oies appropriées dans ce genre d’opéra
t
ions : Le ser
v
ice des
hommes bien in
t
rod
u
i
t
s a
u
Palais Rose, no
t
ammen
t
Manso
u
r Cama (
u
n homme
d’affaires sénégalais proche d
u
Présiden
t
Abdo
u
Dio
u
f) e
t
Pierre Aïm,
u
n
commerçan
t
de farine q
u
i se fai
t
passer po
u
r
u
n ami des Présiden
t
s africains e
t
q
u
i
es
t
d’aille
u
rs à
tu
e
t
à
t
oi a
v
ec e
ux
. « T
u
ne pe
ux
pas imaginer combien ce
ty
pe
m’irri
t
e  »
2
7
.
Mon opinion s
u
r ce
tt
e affaire deme
u
re cons
t
an
t
e dep
u
is 199
3
. J’aime la fidéli
t
é en
ami
t
ié e
t
la grande
u
r en poli
t
iq
u
e. J’ai l’impression q
u
e le choi
x
de Tai
w
an es
t u
n
choi
x
de co
u
r
t
e
vu
e même si, s
u
r le plan d
u
« graissage des ro
u
es », il a appor
t
é
bea
u
co
u
p d’h
u
ile à cer
t
ains mo
t
e
u
rs ro
u
illés d
u
pa
y
s. La
v
ieille c
u
l
tu
re chinoise ne
lésine en effe
t
pas s
u
r les mo
y
ens dès q
u
’il s’agi
t
d’ache
t
er po
u
r bien
v
endre
.
28
E
t
cela es
t v
alable po
u
r
t
o
ut
es les Chines.

2
5
Hong Kong, dep
u
is
2000
e
t
bien
t
ô
t
l’île de Macao.
2
6
Premier minis
t
re iss
u
de la CNS. Il a é
t
é ren
v
ersé cinq (5) mois pl
u
s
t
ard par le CST.
2
7
Ce
tt
e phrase es
t
de Abdelrasso
u
l Mahama
t
, ancien DG d
u
pro
t
ocole d’E
t
a
t
, a
u
jo
u
rd’h
u
i
Ambassade
u
r à Bonn.
2
8
Pl
u
sie
u
rs proje
t
s in
t
éressan
t
s po
u
r la pop
u
la
t
ion on
t vu
le jo
u
r : add
u
c
t
ion d’ea
u
,
cons
t
r
u
c
t
ion de pl
u
sie
u
rs châ
t
ea
ux
d’ea
u
, d’
u
n pon
t
à do
u
ble
v
oie s
u
r le Chari, de ro
ut
es,
ins
t
alla
t
ion d’infras
t
r
u
c
tu
res socio éd
u
ca
t
i
v
es, sani
t
aires, e
t
c.
2
5

Le Premier minis
t
re Nasso
u
r ne di
t
rien. Il n’aime pas parler po
u
r parler. Par
réalisme. Les affaires é
t
rangères son
t u
n domaine réser
v
é d
u
Présiden
t
. Le
Présiden
t
de l’Assemblée Na
t
ionale ne décroche pas de son idée de reprendre a
v
ec
l’E
t
a
t
d’Israël.
« No
u
s reno
u
ons a
v
ec Israël e
t
no
u
s no
u
s e
x
pliq
u
erons ens
u
i
t
e a
v
ec nos amis
Lib
y
ens e
t
So
u
danais. J’espère q
u
’ils ne ré
v
eilleron
t
pas des rebellions
nassériennes  »
« T
u
connais bien les Lib
y
ens, Kamo
u
g
u
é  ».
Le Présiden
t tut
oie le Premier Minis
t
re, le Présiden
t
de l’Assemblée Na
t
ionale e
t
t
o
u
s les collabora
t
e
u
rs e
t
alliés en q
u
i il a confiance. Il
v
o
uv
oie les ad
v
ersaires po
u
r
lesq
u
els il a d
u
respec
t
o
u
épro
uv
e d
u
mépris.
Après le dépar
t
des de
ux
digni
t
aires, le Présiden
t
me re
t
ien
t
po
u
r q
u
elq
u
es
min
ut
es. Il me confie les dossiers rela
t
ifs à la ges
t
ion des passepor
t
s diploma
t
iq
u
es
q
u
i « fai
t t
rop de br
u
i
t
s ». Ce doc
u
men
t
é
t
an
t
de
v
en
u
l’obje
t
d’
u
n
v
éri
t
able
t
rafic.
« Il semblerai
t
q
u
e des femmes a
ux

u
rs légères on
t

u
ssi à se le proc
u
rer ». Le
Présiden
t
me demande de s
u
i
v
re la ré
v
ision d
u
décre
t
por
t
an
t

t
en
t
ion d
u
passepor
t
diploma
t
iq
u
e. Il s’agi
t
d
u
proje
t
de décre
t
por
t
an
t
modifica
t
ion d
u
décre
t
réglemen
t
an
t
le passepor
t
na
t
ional
t
chadien e
t
d
u
proje
t
de décre
t

t
erminan
t
la
lis
t
e des bénéficiaires des passepor
t
s diploma
t
iq
u
es e
t
des passepor
t
s de ser
v
ice.
« Ce
tt
e his
t
oire de passepor
t
es
t
ma
uv
aise po
u
r l’image de no
t
re pa
y
s. Un cl
u
b
d’amis s’es
t
formé a
ut
o
u
r de moi. C’es
t u
n écran opaq
u
e e
t
asso
u
rdissan
t
q
u
i
m’empêche de
v
oir e
t
d’éco
ut
er. Voilà po
u
rq
u
oi je m’informe grâce à mes amis
é
t
rangers. Je ne s
u
is pas q
u
elq
u

u
n de compliq
u
é. Je ne ref
u
se pas la
v
éri
t
é. Je sais
reconnaî
t
re mon
t
or
t
. Le problème, c’es
t
q
u
e les gens ne me disen
t
pas la
v
éri
t
é. Ce
q
u
i se racon
t
e dans la r
u
e es
t t
rès impor
t
an
t
. Il fa
ut
apprendre à l’in
t
erpré
t
er. Un
réaj
u
s
t
emen
t
es
t
nécessaire chaq
u
e fois q
u

u
n problème se pose. Il fa
ut
s’informer
po
u
r a
v
oir
u
ne idée précise e
t
décider sans rec
u
l, réagir en
t
o
ut
e conséq
u
ence. »
« C’es
t
j
u
s
t
e, Monsie
u
r le Présiden
t
», dis-je.
Le Présiden
t
me confie ens
u
i
t
e
u
n doc
u
men
t
à reme
tt
re a
u
Chargé de Mission,
Saleh Macki
29
q
u
i doi
t
le représen
t
er à Melfi dans le cadre d
u
lancemen
t
officiel
des ac
t
i
v
i
t
és co
t
onnières a
u
G
u
era. La relance des ac
t
i
v
i
t
és co
t
onnières a
u
G
u
era
fai
t
par
t
ie des promesses élec
t
orales d
u
Présiden
t
. Le dép
ut
é Issakha Mallo
u
a e
t
le
Secré
t
aire Général d
u
Go
uv
ernemen
t
adjoin
t
Mahama
t
Zene Ya
y
a, son
t
les pis
t
ons
de ce
tt
e opéra
t
ion économiq
u
e de charme q
u
i ne fai
t
pas l’
u
nanimi
t
é s
u
r le plan de
la ra
t
ionali
t
é
t
echniq
u
e e
t
financière. Selon les
t
echniciens de la Co
t
on
t
chad, la

2
9
Présiden
t
d’
u
n pe
t
i
t
par
t
i poli
t
iq
u
e allié a
u
MPS.
2
6

région de Melfi ne présen
t
e pas
t
o
ut
es les garan
t
ies infra s
t
r
u
c
tu
relles. « Par o
ù v
a-
t
-on acheminer ce co
t
on? Q
u
elle es
t
la capaci
t
é de l’
u
sine d’égrenage de Melfi ? »
S’in
t
erroge Brahim Mallo
u
m
30
, le Direc
t
e
u
r Général de la mamelle de l’économie
t
chadienne…a
v
an
t
l’e
x
ploi
t
a
t
ion de l’or noir.
Ma première jo
u
rnée de
t
ra
v
ail a
u
ser
v
ice de la ha
ut
e adminis
t
ra
t
ion a é
t
é
v
raimen
t
chargée. Je range mes affaires dans l’armoire e
t
les
t
iroirs de mon b
u
rea
u
e
t
je dis
« a
u
re
v
oir » a
u
plan
t
on Prospère. Il é
t
ai
t
17h passées…

Les jo
u
rs passen
t
e
t
ne se ressemblen
t
pas. Des rencon
t
res e
t
des hommes, des
v
isages, des idées, des so
tt
ises al
t
ernen
t
mes jo
u
rnées de
t
ra
v
ail. Je rencon
t
re
Annadif po
u
r
u
ne disc
u
ssion à bâ
t
ons romp
u
s s
u
r les élémen
t
s de compréhension
rela
t
ifs a
u

t
ablissemen
t
des rela
t
ions diploma
t
iq
u
es d
u
Tchad a
v
ec Tai
w
an. Il me
confirme q
u
e le dossier es
t
en circ
u
i
t
dep
u
is 199
3
e
t
q
u
’il
y
a
v
ai
t
même e
u
des
poin
t
s d’accord pendan
t
la période de
t
ransi
t
ion. Des démarches discrè
t
es a
v
aien
t
é
t
é menées en direc
t
ion de Tai
w
an par les go
uv
ernemen
t
s Mo
u
ngar e
t
Kassiré
3
1
.
Hassan Fado
u
l Ki
t
ir
32
a
v
ai
t
é
t
é l’émissaire d
u
go
uv
ernemen
t
a
u
près des a
ut
ori
t
és
t
ai
w
anaises.
« Mais comp
t
e
t
en
u
de la q
u
es
t
ion de la bande d’Ao
z
o
u
alors occ
u
pée par la Lib
y
e
e
t
don
t
le dossier é
t
ai
t
pendan
t
a
u
ni
v
ea
u
de la Co
u
r In
t
erna
t
ionale de J
u
s
t
ice, il
é
t
ai
t
impr
u
den
t
de se pri
v
er d
u
so
ut
ien de la Chine Pop
u
laire q
u
i dispose d
u
droi
t
de Ve
t
o. Pl
u
s
t
ard, grâce a
ux
bons a
u
spices d
u
Présiden
t
B
u
rkinabais Blaise
Compaoré, le dossier a é
t
é relancé. Saleh Keb
z
abo
33
é
t
ai
t
alors Minis
t
re des

30
Un fin connaisse
u
r de la fibre e
t
d
u
marché mondial d
u
co
t
on. Viré sans menagemen
t
de
la Co
t
on
t
chad, il a é
t
é rec
u
péré e
t
recr
ut
é dep
u
is
200
8 par
u
n gro
u
pe agroalimen
t
aire
français, le gro
u
pe Villegrain.
3
1
No
u
raddine Del
w
a Kassiré Co
u
mako
y
e remplace Mo
u
ngar a
u
pos
t
e de Premier minis
t
re
de la
t
ransi
t
ion. Pl
u
sie
u
rs fois minis
t
re, candida
t
a
ux
élec
t
ions présiden
t
ielles de 1996 e
t
de
200
1 ; dép
ut
é dep
u
is
2003
e
t
allié d
u
MPS po
u
r la ré
v
ision de la loi cons
t
i
tut
ionnelle. Il
re
v
ien
t
po
u
r
u
ne de
ux
ième fois a
u
pos
t
e de Premier Minis
t
re. Dep
u
is
200
8, il es
t
le
Présiden
t
d
u
Conseil Economiq
u
e e
t
Social.
32
Membre fonda
t
e
u
r d
u
MPS, ami d’enfance e
t
camarade de l
utt
e de Idriss Deb
y
a
v
an
t
de
de
v
enir
u
n de ses pl
u
s acharnés ad
v
ersaires poli
t
iq
u
es en e
x
il.
33
Présiden
t
de l’UNDR (Union Na
t
ionale po
u
r lea Démocra
t
ie e
t
le Reno
uv
ea
u
). Pl
u
sie
u
rs
fois minis
t
re e
t
minis
t
re d’é
t
a
t
a
u t
i
t
re de la Démocra
t
ie Consens
uu
elle e
t
Par
t
icipa
t
i
v
e.
Dép
ut
é dep
u
is
2003
.
2
7

affaires é
t
rangères. Amine Abba Siddick
34
a
v
ai
t
s
u
i
v
i po
u
r la Présidence
l’a
v
ancemen
t
d
u
dossier j
u
sq
u
’à son abo
ut
issemen
t
».
Annadif parle de reprise des rela
t
ions diploma
t
iq
u
es s
u
r la base de proje
t
s de

v
eloppemen
t
d
u
Tchad. « Pas s
u
r des cri
t
ères de dollars empochés comme l’on
t
laissé en
t
endre cer
t
ains dé
t
rac
t
e
u
rs ». Le Minis
t
re ci
t
e les promesses, no
t
ammen
t
la
cons
t
r
u
c
t
ion d’
u
n pon
t
à do
u
ble
v
oie, les proje
t
s d’add
u
c
t
ion d’ea
u
, la
réhabili
t
a
t
ion de l’h
u
ilerie d’Abéché, la cons
t
r
u
c
t
ion (bi
tu
mage) de la ro
ut
e
N’djamena-Abéché. 1
30
.
000
.
000
de dollars américains
v
on
t
ê
t
re injec
t
és dans
l’économie d
u
pa
y
s.
« To
ut
cela a déjà é
t
é paraphé. A
v
ons-no
u
s monna
y
é no
t
re so
uv
eraine
t
é ? A
v
ons-
no
u
s bradé no
t
re in
t
égri
t
é, no
t
re digni
t
é ? Je ne le pense pas. No
u
s a
v
ons des
in
t
érê
t
s e
t
ces in
t
érê
t
s, c’es
t
ce q
u
i comp
t
e. Cer
t
ains pa
y
s on
t

v
eloppé la
diploma
t
ie de la mendici
t
é e
t
ça marche. Po
u
rq
u
oi pas no
u
s ? Il fa
ut
sa
v
oir ce
q
u
’on
v
e
ut
. Je
t
’apprends q
u
e la Chine Pop
u
laire
v
ien
t
de s
u
spendre officiellemen
t
ses rela
t
ions a
v
ec no
t
re pa
y
s. Elle cherche
u
n pa
y
s s
u
scep
t
ible de représen
t
er ses
in
t
érê
t
s a
u
Tchad. Ce sera l’Algérie o
u
le So
u
dan, cer
t
ainemen
t
. Les rela
t
ions
in
t
erna
t
ionales, comme le dollar, ça fl
u
c
tu
e. » Annadif se mon
t
re pers
u
asif. Ahma
t
Allami, pl
u
s
t
ard Minis
t
re des Affaires E
t
rangères, dira presq
u
e la même chose, si
x
ans pl
u
s
t
ard, a
ux
jo
u
rnalis
t
es
t
chadiens q
u
i cherchaien
t
à comprendre le
re
v
iremen
t
so
u
dain d
u
pa
y
s de To
u
maï.

« Les Ambassade
u
rs d’Algérie e
t
d
u
So
u
dan ne semblen
t
pas apprécier le no
uv
ea
u
choi
x
d
u
go
uv
ernemen
t t
chadien. Po
u
r dire sincèremen
t
les choses, je ne s
u
is pas
loin de penser comme e
ux
», dis-je.
« T
u
sais, pe
t
i
t
frère, il fa
ut
e
x
pliq
u
er a
ux
gens e
t
ils comprendron
t
. Les Chinois
on
t
compris la men
t
ali
t
é des pe
u
ples africains. Des grands s
t
ades, des gigan
t
esq
u
es
palais d
u
pe
u
ple, des s
u
perbes hôpi
t
a
ux
. Des o
uv
rages
t
ape l’œil. Mais dans le
fond, c’es
t u
ne coopéra
t
ion cre
u
se. T
u
sais a
u
ssi q
u
e le Présiden
t
a fai
t
des
nombre
u
ses promesses lors de la campagne élec
t
orale passée. Il fa
ut
respec
t
er la
parole donnée. Po
u
r ce faire, il l
u
i fa
ut
des mo
y
ens. N’impor
t
e o
ù
, n’impor
t
e
commen
t
. C’es
t
la fin q
u
i j
u
s
t
ifie les mo
y
ens. Les par
t
enaires classiq
u
es son
t
e
x
igean
t
s. La Banq
u
e Mondiale, l’Union E
u
ropéenne, c’es
t t
o
ut
e
u
ne g
y
mnas
t
iq
u
e
ép
u
isan
t
e, des condi
t
ionnali
t
és à n’en poin
t
finir. Tai
w
an ne no
u
s demande q
u
e la
reconnaissance de sa so
uv
eraine
t
é in
t
erna
t
ionale en
t
an
t
q
u
’E
t
a
t
indépendan
t
. Il n’
y
a a
u
c
u
ne a
ut
re con
t
rain
t
e. En con
t
repar
t
ie, ils no
u
s donnen
t
des mo
y
ens q
u
i
v
on
t

3
4
Fils d
u
Dr Abba Siddick,
u
n des pères fonda
t
e
u
rs d
u
FROLINAT (Fron
t
de Libéra
t
ion
Na
t
ionale d
u
Tchad).
2
8

no
u
s perme
tt
re de respec
t
er nos engagemen
t
s
v
is à
v
is des élec
t
e
u
rs. T
u
comprends.»
3
5
No commen
t


« Monsie
u
r le Conseiller, l’ambassade
u
r de France cherche à
v
o
u
s
v
oir. Po
u
rrie
z
-
v
o
u
s l
u
i fi
x
er
u
n rende
z
-
v
o
u
s ? » Me di
t
Béchir Amine, le do
y
en d
u
ser
v
ice d
u
pro
t
ocole. Un garçon affable.
« O
u
i, bien s
û
r  », dis-je.

Alain d
u
Bois Péan
v
ien
t
d’arri
v
er a
u
Tchad. Il me considère comme
u
n ami de la
France. Il me parle long
u
emen
t
des rela
t
ions franco-
t
chadiennes e
t
de ce q
u
’il
en
t
end faire po
u
r les améliorer da
v
an
t
age.
3
6
On échange des
vu
es s
u
r les rela
t
ions
d
u
Tchad a
v
ec les USA, la Chine Pop
u
laire, la Lib
y
e, le So
u
dan. S
u
r Tai
w
an, il di
t
ne pas ê
t
re con
v
ainc
u
par le bien fondé de la décision d
u
go
uv
ernemen
t
. Il a
tt
ire
mon a
tt
en
t
ion en
t
an
t
q
u
e je
u
ne Conseiller en Rela
t
ions In
t
erna
t
ionales d
u
Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e, s
u
r « les ma
uv
aises in
t
en
t
ions des Américains en
Afriq
u
e cen
t
rale ». Ce conseil for
tu
i
t
m’o
uv
re les
y
e
ux
s
u
r les aspira
t
ions réelles
des p
u
issances a
u
Tchad e
t
les enje
ux
géos
t
ra
t
égiq
u
es.
L’Ambassade
u
r cherche à sa
v
oir s’il e
x
is
t
e
u
n lobb
y t
chadien pro-Lib
y
e à
l’in
t
érie
u
r de la Présidence. Il me parle de Ado
u
m Togoï
3
7
s
u
r le
t
on d
u
dégo
ût
.
Ado
u
m l’a
u
rai
t
néga
t
i
v
emen
t
marq
u
é a
u
co
u
rs d’
u
ne disc
u
ssion s
u
r le dossier de
l’armée
t
chadienne. Ado
u
m mili
t
e en effe
t
po
u
r le rééq
u
ilibrage en grade e
t
en
nombre a
u
sein de l’armée. « Ce q
u
i donnerai
t
sep
t
généra
ux
nordis
t
es po
u
r
t
rois
généra
ux
s
u
dis
t
es  » Ce
tt
e ari
t
hmé
t
iq
u
e a choq
u
é le diploma
t
e q
u
i
t
ro
uv
e q
u
e
Ado
u
m ne comprend pas grand chose à l’E
t
a
t
de droi
t
. « Un général, ce n’es
t
pas
u
n cha
u
ffe
u
r de
t
a
x
i  » Ado
u
m Togoi a é
t
é nommé Général en 1995, s
u
r le même
décre
t
q
u
e le Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e.

3
5
Tai
w
an a financé pl
u
sie
u
rs promesses élec
t
orales d
u
Présiden
t
Idriss Deb
y
, no
t
ammen
t
dans les sec
t
e
u
rs socio- éd
u
ca
t
ifs, sani
t
aires, l’h
y
dra
u
liq
u
e pas
t
orale e
t v
illageoise, e
t
c. En
dépi
t
de cer
t
ains râ
t
és d
u
s à la ma
uv
aise ges
t
ion, la coopéra
t
ion a
v
ec la Chine Tai
w
an es
t
concrè
t
e en
t
erme de rés
u
l
t
a
t
s
u
r le
t
errain.
3
6
Il les dé
t
ériora pl
ut
ô
t
e
t
sera déclaré
persona non grata
, s
u
i
t
e a
u
re
t
rai
t
en 1999 de ELF e
t
de SHELL d
u
consor
t
i
u
m pé
t
rolier. En fai
t u
n bo
u
c émissaire sacrifié s
u
r l’a
ut
el des
in
t
rig
u
es e
t
enje
ux

t
roliers.
3
7
Un des personnages clé de la
v
ie poli
t
ico mili
t
aire na
t
ionale. Ado
u
m es
t u
n personnage
abordable e
t
in
t
elligen
t
. Il sai
t
, grâce à
u
n flair poli
t
iq
u
e hors pair,
t
irer son épingle d
u
je
u
.
Sa longe
v
i
t
é es
t
s
u
r
t
o
ut
d
u
e à ce flair e
t
a
u
re
t
o
u
r d’ascensse
u
r q
u
e l
u
i ren
v
oien
t
ce
ux
q
u
i
on
t
e
u
à profi
t
er de ses largesses.
2
9

Ado
u
m Togoï me confiera l
u
i a
u
ssi
u
n jo
u
r q
u
e Alain d
u
Bois Péan ne comprend
rien a
u
Tchad. Ado
u
m Togoï sera d’aille
u
rs de ce
ux
q
u
i, comme Amine Abba
Sidick,
v
on
t
ac
t
i
v
emen
t
mili
t
er po
u
r le ren
v
oi de ce
t
« encombran
t
» diploma
t
e
« a
ux
all
u
res néocolonialis
t
es ». Le ren
v
oi de Alain a
u
ra bel e
t
bien lie
u
le 11 mars
2000
, mais bien après la défec
t
ion de Ado
u
m Togoï q
u
i, s
u
i
t
e à sa bro
u
ille a
v
ec le
po
uv
oir cen
t
ral, regagne l’opposi
t
ion armée de Yo
u
so
u
f Togoïmi
3
8
.
Po
u
r cer
t
ains collèg
u
es de la Présidence, Alain d
u
Bois Péan es
t t
o
ut
simplemen
t
«
u
n pro s
u
dis
t
e q
u
i ne s’en cache pas »,
t
o
ut
j
u
s
t
e le con
t
raire de son prédécesse
u
r
André Janier q
u
i é
t
ai
t
considéré par l’opposi
t
ion radicale comme «
u
n pro nordis
t
e
arabisan
t

3
9
Q
u
’en dira-
t
-on de Jacq
u
es Co
u
rbin le remplaçan
t
de Alain d
u
Bois
Péan ?
4
0

Ma rencon
t
re a
v
ec l’ambassade
u
r de France
t
erminée, je rejoins à son B
u
rea
u
le
Secré
t
aire Général, Haro
u
n Kabadi
41
. Haro
u
n me demande de manager
u
ne
rencon
t
re a
v
ec l’Ambassade
u
r des USA à laq
u
elle doi
v
en
t
assis
t
er le Minis
t
re des
affaires é
t
rangères o
u
le Direc
t
e
u
r Général, M. Allami
42
. L’obje
t
de la rencon
t
re es
t
de por
t
er a
ux
Américains les préocc
u
pa
t
ions d
u
Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e s
u
r
l’é
t
a
t
des rela
t
ions a
v
ec les USA, de
t
ra
v
ailler po
u
r le
u
r améliora
t
ion. « Le
Présiden
t
cherche à é
v
i
t
er les obs
t
acles s
u
r la
v
oie d
u

t
role e
t
aplanir les

3
8
Il finira par régagner le bercail après mo
u
l
t t
rib
u
la
t
ions dignes d’
u
n roman d’a
v
en
tu
re.
3
9
Un
t
alen
tu
e
ux
arabophone. Après le Tchad, Janier sera nommé à Bagdad. Il es
t
le dernier
diploma
t
e occiden
t
al à q
u
i
tt
er l’Irak a
v
an
t
la ch
utt
e de Bagdad en
2003
. Son prédécesse
u
r,
De la Me
zu
ssière, es
t
a
u
jo
u
rd’h
u
i ambassade
u
r en I
t
alie. Son s
u
ccesse
u
r es
t
le PDG de
l’ASECNA. En France, la con
t
in
u
i
t
é n’es
t
pas
u
n mo
t
cre
ux
. A
u
Tchad, par con
t
re, il arri
v
e
de passer d
u
rang de chef de pos
t
e adminsi
t
ra
t
if à cel
u
i de minis
t
re e
t
de dégringoler ens
u
i
t
e
po
u
r n’ê
t
re q
u

u
n simple mili
t
an
t
de base dans
u
n arrondissemen
t
.
4
0
Co
u
rbin re
u
ssi
t
à
t
irer son épingle de l’épine
ux
je
u t
chadien. Il sera remplacé par Jean
Pierre Berco
t
,
u
n diploma
t
e sans gan
t
, ancien mili
t
aire e
t
chiraq
u
ien affiché. Berço
t
sera
remplacé par Br
u
no Fo
u
cher, e
t
c.
41
Pl
u
sie
u
rs fois minis
t
re, p
u
is Premier minis
t
re po
u
r ne
u
f mois. Po
u
r a
v
oir é
tu
dié a
ux
USA
e
t
a
u
Canada, il passe po
u
r
u
n pro américain. Il a é
t
é égalemen
t
le coordonna
t
e
u
r de la
Coordina
t
ion Na
t
ionale d
u
Proje
t
Pe
t
rolier. Ce proje
t
es
t u
ne sor
t
e de minis
t
ère d
u

t
role
q
u
i ne di
t
pas son nom. Il a é
t
é
t
aillé à la dimenssion de Tom Erdimi a
u
jo
u
rd’h
u
i en e
x
il
a
ux
USA. Kabadi remplace à la coordina
t
ion Nasso
u
r O
u
eiddo. Kabadi es
t
re
v
en
u
en j
u
in
200
9 a
u
Secré
t
aria
t
Général de la Présidence. Po
u
r combien de
t
emps…
4
2
Un des brillan
t
s diploma
t
es de la Rép
u
bliq
u
e d
u
Tchad. Pl
u
sie
u
rs fois ambassade
u
r e
t
conseiller à la présidence de la Rép
u
bliq
u
e. Minis
t
re des affaires é
t
rangères dep
u
is ao
ût
200
5. A
u
jo
u
rd’h
u
i à Ne
w
York, représen
t
an
t
permanen
t
d
u
Tchad a
u
près des Na
t
ions
Unies.
30

diffic
u
l
t
és q
u
i pe
uv
en
t
se dresser s
u
r la pis
t
e d
u
fame
ux
proje
t

t
rolier q
u
i l
u
i
t
ien
t
t
an
t
à cœ
u
r »,
4
3
di
t
Haro
u
n.
« Po
u
rq
u
oi ne pas in
v
i
t
er, pendan
t
q
u
’on
y
es
t
, Annadif e
t
en parler. Je l’ai
vu
en
t
rer che
z
le Direc
t
e
u
r de Cabine
t
», dis-je.
« E
x
cellen
t
e idée », di
t
Haro
u
n en so
u
rian
t
. Je le regarde dans les
y
e
ux
e
t
je me
dis : «
v
oilà
u
n gars pas compliq
u
é ». La s
u
i
t
e de ma collabora
t
ion a
v
ec Kabadi me
le confirmera.
« Le Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e pense q
u
e les Américains bo
u
den
t
son régime ;
q
u
’ils son
t
pl
ut
ô
t
a
tt
en
t
ifs a
ux
sirènes de l’opposi
t
ion e
t
des associa
t
ions de la
socié
t
é ci
v
ile. No
u
s gérons l’héri
t
age de l’ancien Ambassade
u
r La
w
rence Pope. Le
Présiden
t
no
u
s demande de no
u
s occ
u
per d
u
no
uv
el Ambassade
u
r a
v
an
t
q
u
e
l’opposi
t
ion ne le prenne en o
t
age e
t
ne le désinforme s
u
r nos in
t
en
t
ions. Il fa
ut
donc l’appeler e
t
l
u
i signifier clairemen
t
q
u
e no
u
s sommes de bonne foi ; é
v
al
u
er
sereinemen
t
a
v
ec l
u
i l’é
t
a
t
de nos rela
t
ions. D’après
v
o
u
s, q
u
el es
t
le ni
v
ea
u
de ces
rela
t
ions, M. Le Minis
t
re ? » di
t
Kabadi, préféran
t
le langage direc
t
a
ux
e
x
pressions
fe
ut
rées de la b
u
rea
u
cra
t
ie.
« Les rela
t
ions a
v
ec les Américains n’on
t
rien de par
t
ic
u
lier dep
u
is mon arri
v
ée à la
t
ê
t
e d
u
dépar
t
emen
t
. Mais il
y
a
v
ai
t
e
u
des an
t
écéden
t
s fâche
ux
a
v
ec Pope
,
no
t
ammen
t
l’inciden
t
malhe
u
re
ux
de sa femme. Le mili
t
aire q
u
i a
v
ai
t t
iré s
u
r Mme
Pope a ré
u
ssi à s’échapper de la maison d’arrê
t
, sans procès. Il a
u
rai
t
bénéficié
d’
u
ne cer
t
aine complici
t
é. Les Américains ne comprennen
t
pas l’imp
u
ni
t
é q
u
i
carac
t
érise le fonc
t
ionnemen
t
de no
t
re appareil j
u
diciaire.
« Pope a
v
ai
t
e
u
des rela
t
ions
t
rès
t
end
u
es a
v
ec le go
uv
ernemen
t
d
u
fai
t
de ses liens
a
v
ec la socié
t
é ci
v
ile, ses immi
xt
ions dans nos affaires e
t
cer
t
ains de ses
engagemen
t
s e
t
prises de posi
t
ions q
u
i é
t
aien
t
incompa
t
ibles a
v
ec son s
t
a
tut
d’Ambassade
u
r. Il paraî
t
q
u
e Pope es
t
d
u
Maine, la pa
t
rie des démocra
t
es e
t
des
aboli
t
ionnis
t
es américains. Il le disai
t
d’aille
u
rs à q
u
i
v
o
u
lai
t
l’en
t
endre q
u
’il es
t
d
u
Maine.
« Il fallai
t
ê
t
re ferme e
t
clair a
v
ec ces gens-là dès le dépar
t
. Mais les Américains,
v
o
u
s sa
v
e
z
 Ils se considèren
t
comme le cen
t
re d
u
monde. Pope é
t
ai
t
ren
t
ré a
v
ec
des idées néga
t
i
v
es s
u
r le régime. Le Présiden
t
n’a pas
v
o
u
l
u
le rece
v
oir lors de son
dépar
t
; ça n’a pas arrangé les choses e
t
j’ai comme l’impression q
u
e q
u
elq
u
e chose
cloche. La q
u
es
t
ion q
u
e je me pose es
t
de sa
v
oir si la posi
t
ion de l’Ambassade
u
r
Pope
v
is-à-
v
is d
u
go
uv
ernemen
t t
chadien déco
u
lai
t
d’
u
ne orien
t
a
t
ion d
u
go
uv
ernemen
t
américain o
u
é
t
ai
t
-ce
u
ne h
u
me
u
r locale d
u
e a
ux
caprices d’
u
n

4
3
Le pé
t
role es
t u
n des principa
ux
challenges de Idriss Deb
y
e
t u
ne de ses pl
u
s grandes
réalisa
t
ions après la ch
utt
e de la dic
t
a
tu
re de Habré. Mais a
u
ssi
u
ne de ses pl
u
s grandes
plaies…
3
1

diploma
t
e ? Le Présiden
t
a-
t
-il des élémen
t
s d’apprécia
t
ion s
u
r les in
t
en
t
ions des
Américains q
u
e no
u
s ignorons ? Ce q
u
i es
t
s
û
r, c’es
t
q
u
’il
y
a des
z
ones
d’incompréhensions s
u
r les q
u
es
t
ions rela
t
i
v
es a
ux
droi
t
s de l’homme. Les
Américains
t
ro
uv
en
t
q
u
e no
u
s ne faisons pas bea
u
co
u
p d’effor
t
s dans ce domaine.
Il fa
ut
faire q
u
elq
u
e chose po
u
r q
u
e les rela
t
ions en
t
re E
t
a
t
s n’aien
t
pas à so
u
ffrir
des inciden
t
s banals de droi
t
comm
u
n. Cro
y
e
z
-
v
o
u
s q
u
’il e
x
is
t
e
u
n plan de
dés
t
abilisa
t
ion don
t
no
u
s faisons par
t
ie ? To
ut
es
t
possible. Le ni
v
ea
u
de nos
rela
t
ions ? Il n’es
t
pas a
u
bea
u
fi
x
e. Les ac
t
i
v
i
t
és des associa
t
ions de défense des
droi
t
s de l’homme son
t
financées par les USA », di
t
Mahama
t
Saleh Annadif
44
.

Le Présiden
t
es
t
préocc
u
pé. Les baille
u
rs son
t
dans nos m
u
rs. Le Programme
d’Aj
u
s
t
emen
t
S
t
r
u
c
tu
rel (PAS) es
t
en diffic
u
l
t
é. Le PAS a é
t
é recond
u
i
t
mais le
rés
u
l
t
a
t
n’es
t
pas concl
u
an
t
. L’engagemen
t
pris n’a pas é
t
é respec
t
é. Les rece
tt
es
son
t
en baisse. Les dépenses son
t
en ha
u
sse dans des sec
t
e
u
rs non priori
t
aires. Il
y
a
le problème d
u
salaire des mili
t
aires q
u
e personne ne maî
t
rise. Il es
t
q
u
es
t
ion
d’ordonnancer
t
o
ut
es les dépenses. Hélas  Bea
u
co
u
p de dépenses non pré
vu
es on
t
é
t
é fai
t
es. Il
y
a e
u
des dépenses q
u
’on a
u
rai
t
p
u
, d
û
é
v
i
t
er. La Banq
u
e Mondiale
n’es
t
pas
t
a
t
illonne. C’es
t
pl
ut
ô
t
le FMI q
u
i es
t

t
ic
u
le
ux
. Il fa
ut
me
tt
re en place
u
n programme de référence.
« Il
y
a pe
ut

t
re
u
ne campagne con
t
re no
u
s. Mais il fa
ut
dire a
u
ssi q
u
e no
u
s
n’a
v
ons pas fai
t
asse
z
d’effor
t
s po
u
r é
v
i
t
er cer
t
aines cri
t
iq
u
es. Le Programme de
référence es
t
à respec
t
er. Sinon, le proje
t

t
rolier ne sera pas financé. »
45
di
t
Kabadi s
u
r ce
t
on de déco
u
ragemen
t
q
u
i carac
t
érise
u
n grand nombre de décide
u
rs
t
chadiens. C
u
rie
u
semen
t
, c’es
t
dans le s
y
s
t
ème q
u
’on
t
ro
uv
e le pl
u
s grand nombre
de po
u
rfende
u
rs d
u
s
y
s
t
ème. La défec
t
ion de So
u
biane, Timane e
t t
an
t
d’a
ut
res
anciens hommes for
t
s d
u
régime es
t
l’e
x
croissance la pl
u
s
v
isible de
l’iceberg…Des minis
t
res disen
t u
ne chose en p
u
blic e
t
son con
t
raire en pri
v
é. Ce
tt
e
a
tt
i
tu
de proche d
u
mercenaria
t
e
x
pliq
u
e cer
t
ainnes diffic
u
l
t
és de l’E
t
a
t t
chadien à
s’ass
u
rer
u
ne cer
t
aine perenni
t
é. Les minis
t
res d’a
u
jo
u
rd’h
u
i f
u
ren
t
les rebelles
d’hier e
t
pe
ut
ê
t
re seron
t
-ils les
v
illipende
u
rs de demain…
« Q
u
elle es
t
la posi
t
ion américaine ? No
u
s ne
t
arderons pas à le sa
v
oir a
v
ec le
no
uv
el Ambassade
u
r. Décrispons la si
tu
a
t
ion. Arrangeons nos affaires. Je ferai le
premier pas. D’ici là, cherchons à comprendre l’é
t
a
t
d’espri
t
d
u
no
uv
el
Ambassade
u
r. Il parai
t
q
u
’il ne parle ni le français, ni l’arabe. C’es
t
la ne
ut
rali
t
é

44
Annadif passe po
u
r
u
n pro-lib
y
en. Mais a
u
q
u
o
t
idien, c’es
t
pl
ut
ô
t u
n éloq
u
en
t
francophone e
t u
n arden
t
e
t
réalis
t
e francophile. Cer
t
aines ma
uv
aises lang
u
es l
u
i prê
t
en
t
q
u
elq
u
es in
t
en
t
ions mais la réali
t
é es
t
aille
u
rs. Mahama
t
Saleh ressemble pl
u
s à
u
n
v
i
z
ir
persan q
u
’à
u
n calife.
45
Effec
t
i
v
emen
t
, le dossier pe
t
rolier connaî
t
ra
u
ne long
u
e, ép
u
isan
t
e e
t
fr
u
s
t
ran
t
e
t
ra
v
ersée
d
u
déser
t
. Le pé
t
role sera finalemen
t
e
x
ploi
t
é le 1
0
Oc
t
obre
2003
.
32

absol
u
e par rappor
t
a
u
biling
u
isme
t
chadien. Les Américains s’in
t
éressen
t
à de
ux
choses : Nos rela
t
ions a
v
ec la Lib
y
e e
t
no
t
re posi
t
ion
v
is à
v
is de la q
u
es
t
ion
Kabila, M
u
se
v
eni, Kagamé. Kabila e
t
M
u
se
v
eni con
t
es
t
en
t
le déco
u
page colonial.
Kagamé di
t
q
u
e le Ki
vu
appar
t
enai
t
a
u
R
w
anda a
v
an
t
la Conférence de Berlin de
1885  To
u
s mili
t
en
t
po
u
r
u
n redéco
u
page des fron
t
ières. Cela risq
u
e de mal finir.
La remise en ca
u
se des fron
t
ières héri
t
ées de la colonisa
t
ion s’inscri
t
dans la
logiq
u
e de la mondialisa
t
ion à l’américaine. Le Présiden
t
es
t
inq
u
ie
t
de ce q
u
i se
passe en Afriq
u
e cen
t
rale e
t
en Afriq
u
e de l’Es
t
o
ù
M
u
sse
v
eni es
t t
rès ac
t
if con
t
re
son ancien allié Kabila
.
Kabila se rapproche de pl
u
s en pl
u
s de Lisso
u
ba q
u
e le
Présiden
t
ne por
t
e pas en cœ
u
r », di
t
Annadif.
« Après les Balkans, c’es
t
a
u t
o
u
r des Afriq
u
es, a
u
pl
u
riel... », Dis-je.
« Hé, malhe
u
re
u
semen
t
, o
u
i  Ils
t
ra
v
aillen
t
s
u
r
u
ne no
uv
elle car
t
e des Afriq
u
es  »,
fi
t
Annadif en griffonnan
t
q
u
elq
u
e mo
t
s s
u
r son carne
t
.
« Je
v
o
u
drais re
v
enir s
u
r … »
« S
u
r les Kabila, n’es
t
ce pas ? », complè
t
e Annadif.
« O
u
i  C’es
t u
ne no
uv
elle généra
t
ion de Présiden
t
s. Je n’aime pas
t
rop Kabila mais
M
u
sse
v
eni, c’es
t
q
u
and même
u
n gars formidable  Di
t
es-moi, q
u
e fai
t
le Présiden
t
a
u
milie
u
des Bongo e
t
des E
y
adema, ce
tt
e généra
t
ion de dic
t
a
t
e
u
rs rec
y
clés à la
démocra
t
ie ? No
u
s a
v
ons des a
t
o
ut
s impor
t
an
t
s. Mais no
u
s con
t
in
u
ons à
v
égé
t
er
dans des aq
u
ari
u
ms o
ù
la
v
isibili
t
é es
t
n
u
lle. »
46
« Il
y
a
u
n
t
ra
v
ail d’informa
t
ion e
t
de sensibilisa
t
ion à faire. Il fa
ut
améliorer
l’image de marq
u
e de no
t
re diploma
t
ie, la rendre ac
t
i
v
e, pré
v
en
t
i
v
e, par
t
icipa
t
i
v
e.
Malhe
u
re
u
semen
t
, no
u
s aimons impro
v
iser a
u
Tchad. Il es
t t
emps d’ins
t
a
u
rer
u
n
déba
t
po
u
r définir les grandes lignes de no
t
re diploma
t
ie », di
t
Annadif. Pr
u
den
t
, il
a préféré changer de s
u
je
t
.
« Nos rela
t
ions a
v
ec la Lib
y
e e
t
le So
u
dan, considérés comme des E
t
a
t
s
v
o
y
o
u
s,
fon
t
grincer les den
t
s des Américains. Mais je crois q
u
e les Américains
comprennen
t
le rôle q
u
e jo
u
en
t
ces de
ux
E
t
a
t
s dans la s
t
abili
t
é, la séc
u
ri
t
é e
t
la pai
x

46
Sans ê
t
re pro-mob
ut
is
t
e, je
t
ro
uv
ais cependan
t
q
u
e Kabila a
u
ne forme d’hippopo
t
ame
incompa
t
ible a
v
ec l’idée q
u
e je me fais d
u
Présiden
t
q
u
i doi
t
diriger le Congo. Je pense la
même chose de son fils q
u
i es
t t
rop pe
t
i
t
po
u
r
u
n a
u
ssi grand pa
y
s q
u
e le Congo... même si
« a
ux
âmes bien nées, la
v
ale
u
r n’a
tt
end poin
t
le nombre des années ». Le Congo
Démocra
t
iq
u
e comp
t
e a
u
jo
u
rd’h
u
i
u
n présiden
t
e
t
cinq
v
ice présiden
t
s. Cela fai
t
1+5=
0
a
ut
ori
t
é 
33

dans no
t
re pa
y
s.
47
», di
t
Kabadi, abordan
t
dans le même sens q
u
e Annadif. Annadif
s
u
ggère ens
u
i
t
e à Kabadi de rece
v
oir le no
uv
el ambassade
u
r le pl
u
s
t
ô
t
possible e
t
disc
ut
er franchemen
t
a
v
ec l
u
i. « Il no
u
s fa
ut u
n lobb
y
ing »

Le Tchad es
t u
n pa
y
s fragile, fragilisé par la frigidi
t
é de ses dirigean
t
s. Po
u
r
u
n o
u
i
o
u u
n non, l’on in
v
oq
u
e la fragili
t
é. Un mo
t
facile à prononcer,
t
an
t
e
t
si bien q
u
’il
a fini par de
v
enir l’a
v
oca
t
de
t
o
ut
es les indécisions. Dep
u
is q
u
elq
u
es jo
u
rs, il
y
a
u
ne agi
t
a
t
ion en l’air. Q
u
elq
u
es par
t
is poli
t
iq
u
es de l’opposi
t
ion,
u
ne
v
ing
t
aine s
u
r
la soi
x
an
t
aine légalisée, créen
t u
ne si
tu
a
t
ion, en fai
t u
n remake à la Frolina
t
. Ces
par
t
is rédigen
t u
ne le
tt
re à l’in
t
en
t
ion de Lionel Jospin, le Premier Minis
t
re de
ga
u
che, l
u
i demandan
t
le dépar
t
des
t
ro
u
pes françaises s
t
a
t
ionnées a
u
Tchad. Selon
les leaders de ces par
t
is, « la force d
u
régime en place dépend é
t
roi
t
emen
t
d
u
parapl
u
ie français », concl
ut u
ne fiche de l’agence de séc
u
ri
t
é
t
ransmise à mon
informa
t
ion par le conseiller à la séc
u
ri
t
é.
Je lis la fiche e
t
je l’e
x
ploi
t
e à ma manière. Je
t
éléphone à Chris
t
ian Tes
t
o
t
, Premier
conseiller à l’Ambassade de France, po
u
r m’enq
u
érir de la cond
u
i
t
e
t
en
u
e a
u
ni
v
ea
u
de l’Ambassade. « C’es
t u
ne pé
t
i
t
ion comme on en
v
oi
t t
o
u
s les jo
u
rs a
u
Tchad dep
u
is le ren
v
ersemen
t
de la dic
t
a
tu
re. Les gens son
t
libres donc ça écri
t
de
par
t
o
ut
. Bon, no
u
s l’a
v
ons
t
ransmise à q
u
i de droi
t
en prenan
t
le soin de la faire
accompagner d’
u
ne no
t
e e
x
plica
t
i
v
e minimisan
t
sa por
t
ée », me di
t
-il.
Po
u
r Tes
t
o
t
, le gro
u
pe dirigé par Abderamane Djasnaba
y
e,
48
conn
u
so
u
s le nom de
« Forces Vi
v
es », n’es
t
q
u

u
n gro
u
pe de « con
t
es
t
a
t
aires sans en
v
erg
u
re
na
t
ionale ». Il me rappelle a
u
ssi q
u
e la q
u
es
t
ion de la présence effec
t
i
v
e des
t
ro
u
pes
françaises a
u
Tchad, « Opéra
t
ion éper
v
ier », fera l’obje
t
d’
u
ne disc
u
ssion dans le
cadre de la Commission mi
xt
e Tchad-France pré
vu
e po
u
r la fin de l’année 1997.

Je rends comp
t
e de ce
t
en
t
re
t
ien à Kabadi q
u
i informe en ma présence Amine, le
Direc
t
e
u
r de cabine
t
ci
v
il d
u
Présiden
t
. Amine a
u
ne idée : Organiser
u
ne con
t
re-
manifes
t
a
t
ion en faisan
t
appel a
ux
par
t
is alliés d
u
« Fron
t
Rép
u
blicain » q
u
i on
t

47
La q
u
es
t
ion es
t
encore à l’ordre d
u
jo
u
r . Voir confli
t
in
t
erso
u
danais à la fron
t
ière
t
chadienne e
t
la crise h
u
mani
t
aire q
u
i en es
t
la conséq
u
ence. Voir Djandja
w
id, e
t
c. Voir
ménace s
u
r la s
t
abili
t
é e
t
la pai
x
a
u
Tchad.
48
Allié a
u
po
uv
oir de Deb
y
dep
u
is la campagne reférendaire de j
u
in
200
5, Djasnaba
y
e es
t
nommé Minis
t
re des Droi
t
s de l’homme, chargé des réla
t
ions a
v
ec le parlemen
t
en ao
ût
200
5. Fidèle parmi les pl
u
s fidèles, Djasnaba
y
e fai
t
par
t
ie a
u
jo
u
rd’h
u
i de ce
ux
q
u
i
défenden
t
le consens
u
s poli
t
iq
u
e. Il é
t
ai
t
déjà l’allié d
u
po
uv
oir en 199
3
, lors de la
Conférence Na
t
ionale So
uv
eraine, a
v
ec Abderamane Kho
u
llamallah q
u
i es
t
a
u
jo
u
rd’h
u
i
l’
u
n des pl
u
s grands por
t
e parole de la rebellion armée so
ut
en
u
e par le So
u
dan.
3
4

so
ut
en
u
la candida
tu
re de Idriss Deb
y
lors des élec
t
ions présiden
t
ielles de 1996.
Kabadi j
u
bile. « Un grand co
u
p de poing dans la g
u
e
u
le des con
t
es
t
a
t
aires par le
biais des mercenaires de la poli
t
iq
u
e, c’es
t
s
u
per  » lance-
t
’il.
J’acq
u
iesce sans en
t
ho
u
siasme car je n’ai jamais é
t
é
u
n bon poli
t
icien. A
l’africaine 
Les jo
u
rnées de
t
ra
v
ail à la Présidence de la Rép
u
bliq
u
e commencen
t t
o
u
s les jo
u
rs
à 7he
u
res. Mais personne ne po
u
rrai
t
dire q
u
and e
t
commen
t
elles finissen
t
. Le pl
u
s
simple es
t
de sa
v
oir jo
u
er. Un je
u
, en effe
t
, c’en é
t
ai
t v
raimen
t u
n. Cer
t
ains le
jo
u
en
t
sincèremen
t
. D’a
ut
res a
v
ec
u
ne h
y
pocrisie déconcer
t
an
t
e.
« Je
t
e présen
t
e Pedro La
z
are. C’es
t u
n ami d
u
régime », me di
t
Hassan Fado
u
l.
Mon ne
v
e
u v
oi
t
en
t
o
u
s ce
ux
q
u
i l
u
i so
u
rien
t
des amis d
u
régime.
Hassan me confie Pedro q
u
i a des choses à m’e
x
pliq
u
er. Pedro ne m’en e
x
pliq
u
era
pas grand chose. Il cherche pl
ut
ô
t
à rencon
t
rer le Présiden
t
par mon in
t
ermédiaire.
Les no
uv
ea
ux
nommés on
t
la clé d
u

u
r d
u
Présiden
t
, semble-
t
-il. Ils ob
t
iennen
t
pl
u
s facilemen
t
des a
u
diences a
v
ec le Chef, en
t
o
ut
cas pl
u
s
v
i
t
e q
u
e les
v
ieilles
marmi
t
es. C’es
t
comme so
u
s l’empire o
tt
oman a
u
palais de Topkappi.
« C’es
t
impor
t
an
t
. Je
v
o
u
drais en
t
re
t
enir le Pa
t
ron d’
u
ne mission q
u
e j’ai accomplie
de mon propre chef en Afriq
u
e d
u
s
u
d o
ù
j’ai p
u
rencon
t
rer
u
n cer
t
ain Léon
Mbongo
.
Ce Monsie
u
r es
t
in
t
éressé par la reprise de la STEE o
u
l’ins
t
alla
t
ion
d’
u
ne
u
sine de prod
u
c
t
ion d’élec
t
rici
t
é à N’djamena d’
u
ne capaci
t
é de
200
méga
w
a
tt
s. Il a les mo
y
ens  Le proje
t
co
ût
erai
t
en
t
re 6
0
à 7
0
milliards de francs
Cfa. Léon représen
t
e les in
t
érê
t
s d’
u
n impor
t
an
t
Gro
u
pe financier q
u
i es
t
présen
t u
n
pe
u
par
t
o
ut
en Afriq
u
e, a
u
Camero
u
n, en G
u
inée éq
u
a
t
oriale, en Gambie e
t
a
u
Ken
y
a, e
t
c. C’es
t
la S
t
andard Bank  Je ne sais pas si
v
o
u
s en a
v
e
z
en
t
end
u
parler ? » « Bien s
û
r q
u
e non  » Dis-je.
Pedro ne lésine s
u
r a
u
c
u
n mo
y
en po
u
r me con
v
aincre. Il parle de Ao
z
o
u
q
u
’il fa
ut
v
iabiliser en
y
en
v
o
y
an
t
des in
v
es
t
isse
u
rs po
u
r l’e
xt
rac
t
ion de l’
u
rani
u
m. Des
in
v
es
t
isse
u
rs à in
v
i
t
er à par
t
ir de la Présidence. Il me mon
t
re
u
ne le
tt
re écri
t
e par
Abdo
u
l
49
, le Direc
t
e
u
r Général d
u
Minis
t
ère des affaires é
t
rangères, q
u
’il ne
t
ro
uv
e
pas d’aille
u
rs claire.
L’opaci
t
é de ce
tt
e missi
v
e a
u
rai
t
même bloq
u
é pl
u
sie
u
rs proje
t
s en co
u
rs. Pedro
considère q
u
e le sec
t
e
u
r minier es
t
prome
tt
e
u
r malgré la non a
tt
rac
t
i
v
i
t
é d
u
code
minier
t
chadien. Il me conseille d’ê
t
re pragma
t
iq
u
e comme les Américains e
t
d’é
v
i
t
er a
u
ma
x
im
u
m les paperasses à la française  « ça
tu
e de rh
u
me », lance-
t
-il
en rian
t
à ha
ut
e
v
oi
x
. Je rie a
u
ssi. Le rire es
t
so
uv
en
t
con
t
agie
ux
. Les ple
u
rs, pas
so
uv
en
t
. He
u
re
u
semen
t
.

49
Brillan
t
diploma
t
e, e
x
Direc
t
e
u
r Général, ambassade
u
r d
u
Tchad à Mosco
u
dep
u
is 1998.
3
5

Pedro a le sens de la comm
u
nicabili
t
é. En pl
u
s de l’élec
t
rici
t
é, le Gro
u
pe de Léon
es
t
in
t
éressé par la cimen
t
erie. Il propose
u
n mon
t
age financier dans leq
u
el le
rembo
u
rsemen
t
des crédi
t
s pe
ut
ê
t
re négocié s
u
r la base d
u t
roc. Co
t
on con
t
re
méga
w
a
tt
s, par e
x
emple 
Pedro m’en
t
re
t
ien
t
ens
u
i
t
e de son propre proje
t
: Une s
t
a
t
ion de
t
élé
v
ision pri
v
ée
appelée Sao Télé. Ce
tt
e ini
t
ia
t
i
v
e rencon
t
re d’énormes obs
t
acles a
u
ni
v
ea
u
d
u
Ha
ut
Conseil de la Comm
u
nica
t
ion (HCC).
« To
u
che
z
moi les gens d
u
HCC  Il paraî
t
q
u
e
v
o
u
s
y
comp
t
e
z
des nombre
ux
amis  »
« J’en comp
t
e
t
rois s
u
r les ne
u
f  » dis-je.
« C’es
t u
ne minori
t
é de blocage  » di
t
-il en rian
t
de pl
u
s belle.

Il
y
a des après midi mémorables. Le Présiden
t
no
u
s in
v
i
t
e, Amine e
t
moi, à
par
t
ager son repas de midi. Une
t
able sobre, dans la p
u
re
t
radi
t
ion d
u
sahel, es
t
dressée. De la
v
iande, d
u
poisson e
t
q
u
elq
u
es gâ
t
eries
t
chadiennes don
t
l’iné
v
i
t
able
kissar de mil à la sa
u
ce de gombo.
No
u
s échangeons des
vu
es s
u
r la poli
t
iq
u
e é
t
rangère e
t
s
u
r Lao
u
kein Bardé Frisson,
le rebelle s
u
dis
t
e q
u
i donne d
u
fils à re
t
ordre à
t
o
ut
le monde. Apparemmen
t
, le
Présiden
t
se mon
t
re s
u
rpris par l’in
t
ransigeance de Lao
u
kein. Mais a
u
fond, je me
demande si le Présiden
t
n’épro
uv
e pas d
u
respec
t
po
u
r ce « Robin des bois à la
t
chadienne »
5
0
s
u
r leq
u
el il con
v
iendrai
t
d’écrire
u
n jo
u
r.
Pendan
t
q
u
e no
u
s dînions,
u
n fa
x t
ombe. Le Présiden
t
se lè
v
e e
t t
ire le message d
u
combiné. Il le li
t
rapidemen
t
, debo
ut
. P
u
is il all
u
me ner
v
e
u
semen
t u
ne cigare
tt
e. Il
t
ire
u
ne long
u
e bo
u
ffée, no
u
s regarde
u
n
t
o
ut
pe
u
perple
x
e p
u
is sans mo
t
dire, il me
t
end le message.
« C’es
t
adressé à Hassan e
t
c’es
t t
ombé par erre
u
r dans mon combiné  Il
y
a des
hasards bi
z
arre », ajo
ut
e-
t
-il s
u
r le
t
on de la ma
uv
aise plaisan
t
erie.
« Je
v
ais le l
u
i reme
tt
re », dis-je sans
v
raimen
t
rien comprendre a
ux
insin
u
a
t
ions d
u
Présiden
t
. To
ut
ce q
u
e je sais cependan
t
c’es
t
q
u

u
ne
v
ieille ami
t
ié lie Idriss Deb
y
à
Hassan Fado
u
l.

5
0
J’ai fai
t
la connaissance de Bardé en 199
3
, en pleine Conférence Na
t
ionale So
uv
eraine.
En 1998, je fais la connaissance de son pe
t
i
t
frère Michel
. C
’é
t
ai
t
à Yao
u
ndé o
ù
il s’é
t
ai
t
réf
u
gié a
v
ec Allamine G
u
irg
u
é, Allasra e
t
d’a
ut
res mili
t
an
t
s des FARF.
3
6

Pl
u
s
t
ard dans l’après midi, je reme
t
s le fa
x
en q
u
es
t
ion à Hassan q
u
i m’a
ut
orise
d’en no
t
er les références. Les déboires d
u
Conseiller spécial Hassan Fado
u
l Ki
t
ir
a
v
ec le régime de son ami Idriss Deb
y v
on
t
commencer à par
t
ir de ce
t
ins
t
an
t
...Le
lai
t
a é
t
é, comme on di
t
, apperç
u
par le cha
t


Chose promise, chose d
u
e  Le premier conseiller Tes
t
o
t
se poin
t
e à l’he
u
re,
accompagné de Béchir l’incon
t
o
u
rnable chef de ser
v
ice d
u
pro
t
ocole. Che
z
les
Béchir, le pro
t
ocole es
t
presq
u
e inné. En effe
t
, il appar
t
ien
t
à la noblesse
o
u
adaïenne chargée d’habiller les no
uv
ea
ux
rois in
t
ronisés. Ce
tt
e noblesse es
t
conn
u
e so
u
s le nom des « Ag
u
id As Sabah » (les digni
t
aires d
u
le
v
an
t
)
Chris
t
ian Tes
t
o
t
a remplacé M. Gilles Bien
v
en
u
e
,
affec
t
é en Amériq
u
e La
t
ine.
No
u
s reparlons de la pé
t
i
t
ion e
t
de ses conséq
u
ences. Tes
t
o
t
me réaffirme q
u
’elle
es
t
passée presq
u
e inaperç
u
e a
u
Q
u
ai d’Orsa
y
.
« Vo
u
s di
t
es presq
u
e  »
« O
u
i, presq
u
e parce q
u
’on es
t
jamais s
û
r de l’
u
sage q
u
’en feraien
t
les non amis d
u
Tchad… »
« Les non amis…Des ennemis »
« Non, pas des ennemis  La n
u
ance es
t
impor
t
an
t
e. Le Tchad n’a pas des ennemis
en France. Mais des non amis, ça e
x
is
t
e. C’es
t
même iné
v
i
t
able »
« C’es
t
même indispensable po
u
r se corriger », dis-je. P
u
is je le remercie a
u
nom
de la Présidence. Mais en nom personnel, je l
u
i fais
u
ne remarq
u
e : « Les a
v
ions
jag
u
ars son
t
so
u
rces de poll
ut
ion e
t
de n
u
isance sonores; e
t
ça fai
t
bea
u
co
u
p de
ra
v
ages che
z
les femmes encein
t
es e
t
les enfan
t
s des q
u
ar
t
iers en
v
ironnan
t
s
l’aéropor
t
mili
t
aire. Il
v
a falloir
t
ro
uv
er
u
ne sol
ut
ion dans le cadre des négocia
t
ions
prochaines. »
51
« Les habi
t
an
t
s de ces q
u
ar
t
iers-là on
t
déposé
u
ne plain
t
e con
t
re l’Opéra
t
ion
Eper
v
ier. C’es
t
la pre
uv
e q
u
e les
t
chadiens apprennen
t
à connaî
t
re le
u
rs droi
t
s. »

Ce
t
en
t
re
t
ien franc e
t
direc
t
a
v
ec Tes
t
o
t
me rappelle cel
u
i q
u
e j’a
v
ais e
u
a
v
ec la
Première Conseillère de l’Ambassade des USA, Mme Hélène La L
y
nn. Une dame

51
En
200
5 encore, les Jag
u
ars con
t
in
u
en
t
de percer le m
u
r d
u
son a
u
grand dam des
ty
mpans des enfan
t
s e
t
des femmes
t
chadiens, d
u
Premier Minis
t
re e
t
d
u
Minis
t
re des
finances don
t
ils s
u
r
v
olen
t
les b
u
rea
ux t
o
u
s les ma
t
ins de bonne he
u
re Le choi
x
es
t
clair
en
t
re l’in
v
iolabili
t
é des
ty
mpans d
u
ci
t
o
y
en e
t
la s
t
abili
t
é polico s
t
ra
t
égiq
u
e d
u t
erri
t
oire.
Ce
ux
q
u
i mili
t
en
t
po
u
r le dépar
t
des bases françaises en Afriq
u
e o
u
blien
t
-ils q
u
e la pl
u
s
grande base es
t
le franc CFA ?
3
7

énergiq
u
e e
t
parfai
t
e francophone. Elle m’e
x
pose pl
u
sie
u
rs problèmes. Elle
t
ro
uv
e
q
u
e la s
t
abili
t
é a
u
Tchad es
t
« presq
u
e » réelle. Elle me fai
t
par
t
de son inq
u

tu
de
q
u
an
t
a
u v
o
y
age officiel d
u
Présiden
t
a
ux
USA. Il
y
a
u
n grain de sable q
u
’il fa
ut
ô
t
er. C’es
t
la q
u
es
t
ion des droi
t
s de l’homme. Po
u
r ce q
u
i es
t
d
u
programme

t
rolier, elle me rass
u
re q
u
e l’Ambassade es
t
en
t
rain de
t
o
ut
faire po
u
r ob
t
enir
q
u
e le représen
t
an
t
américain a
u
conseil d’adminis
t
ra
t
ion des baille
u
rs ne
v
o
t
e pas
con
t
re le proje
t
. « Fa
ut
e de
v
o
t
e en fa
v
e
u
r d
u
proje
t
, on fera
t
o
ut
po
u
r q
u
’il
s’abs
t
ienne. Ce q
u
i n’es
t
pas déjà si mal ». Elle m’informe q
u
e des hommes
d’affaires américains, des
t
echniciens e
t
des économis
t
es son
t
a
tt
end
u
s à
N’djamena. 6
0
médecins mili
t
aires se son
t
égalemen
t
fai
t
annoncer dans le cadre
d
u
Programme de déminage h
u
mani
t
aire q
u
i es
t u
n proje
t
a
u
s
t
ade embr
y
onnaire.

II
Ma jo
u
rnée commence par
u
n appren
t
issage des bonnes manières diploma
t
iq
u
es.
Dep
u
is les é
v
énemen
t
s de 1979, le raffinemen
t
a cédé la place a
u
bricolage e
t
à
l’ama
t
e
u
risme mais Abdel-Rasso
u
l le Direc
t
e
u
r Général d
u
Pro
t
ocole d’E
t
a
t
,
u
n
v
ie
ux
ha
ut
commis de l’E
t
a
t
,
u
ne race d’hommes q
u
i se raréfien
t
a
u
Tchad d
u
fai
t
des nomina
t
ions fan
t
aisis
t
es e
t
des promo
t
ions q
u
i donnen
t
le
v
er
t
ige, se débro
u
ille
t
an
t
bien q
u
e mal, a
v
ec des mo
y
ens de bord so
uv
en
t
dérisoires e
t u
n personnel
pl
ut
ô
t
mili
t
an
t
q
u
e cadres compé
t
en
t
s.
C’es
t u
ne première dans ma
v
ie de conseiller a
ux
rela
t
ions in
t
erna
t
ionales : prendre
par
t
à
u
ne cérémonie de présen
t
a
t
ion des le
tt
res de créances. Le disposi
t
if es
t
prê
t
.
Le
v
ie
ux
pho
t
ographe Do
u
ngo
u
s
u
se ses freins, prê
t
à mi
t
railler ses cibles à l’aide
d’
u
n
v
ie
ux
Yashika en bando
u
lière e
t u
n Canon pendan
t
a
u
co
u
. Do
u
ngo
u
s so
u
rie
raremen
t
bien q
u
’il demande à
t
o
ut
es ses cibles, sans e
x
cep
t
ion, de so
u
rire, so
u
rire
t
o
u
jo
u
rs  « Même à Habré q
u
i é
t
ai
t u
n d
u
r, je l
u
i demandais de so
u
rire. Vo
u
s
sa
v
e
z
, a
u
Tchad, on es
t t
ris
t
e, comme ça, par org
u
eil, par bê
t
ise mais s
u
r
t
o
ut
parce
q
u
e les grands ne fon
t
rien po
u
r arranger la
v
ie a
u
pe
t
i
t
. E
t
les pe
t
i
t
s son
t t
ris
t
es  ».
M. Isack Mo
u
ssa, le no
uv
el ambassade
u
r de RCA a
u
Tchad, félici
t
e le Présiden
t
Idriss Deb
y
e
t
l
u
i
t
ransme
t
les sal
ut
a
t
ions de son « frère » Ange Féli
x
Pa
t
assé
.
52
« La coopéra
t
ion so
u
s régionale es
t
la sol
ut
ion a
ux
nombre
ux
problèmes de nos
pa
y
s q
u
i son
t
appelés à s’in
t
égrer po
u
r
v
aincre le so
u
s dé
v
eloppemen
t
. Vo
u
s a
u
re
z
no
t
re app
u
i po
u
r ré
u
ssir
v
o
t
re mission a
u
Tchad. No
u
s sommes préocc
u
pés par la
si
tu
a
t
ion dans
v
o
t
re pa
y
s mais so
y
e
z
rass
u
rés q
u
e no
t
re so
ut
ien ne
v
o
u
s fera jamais

5
2
Après
u
ne bro
u
ille de fond, Idriss Deb
y
choisira de donner
u
n co
u
p de main à
l’ad
v
ersaire acharné de Pa
t
assé, le Général François Bo
z
i
z
é. Ce co
u
p de main perme
tt
ra à
Bo
z
i
z
é de chasser Pa
t
assé d
u
po
uv
oir en
2003
. Après
u
ne période
t
ransi
t
oire, Bo
z
i
z
é se fai
t
élire démocra
t
iq
u
emen
t
, comme il con
v
ien
t
de le faire en Afriq
u
e dep
u
is la Ba
u
le.
3
8

défa
ut
car séc
u
riser la RCA, c’es
t
séc
u
riser les fron
t
ières
t
chadiennes», di
t
le
Présiden
t
, a
v
ec série
ux
. Il
y
a des pa
y
s q
u
i n’impressionnen
t
pas Idriss Deb
y
. Je
crois q
u
e la RCA e
t
la Lib
y
e en fon
t
par
t
ie. Ses
v
ic
t
oires mili
t
aires son
t
-elles
responsables de ce comple
x
e de s
u
périori
t
é ?
« Merci, M. le Présiden
t
 La na
t
ion cen
t
rafricaine
v
o
u
s es
t
é
t
ernellemen
t
reconnaissan
t
e. La Mission In
t
erafricaine de S
u
r
v
eillance des Accords de Bang
u
i
q
u
i es
t v
o
t
re ini
t
ia
t
i
v
e, a permis le re
t
o
u
r de la pai
x
en Cen
t
rafriq
u
e. Le con
t
ingen
t
t
chadien, pl
u
s q
u
e
t
o
ut
a
ut
re, es
t
conscien
t
de sa responsabili
t
é dans la s
t
abili
t
é en
RCA. Le Présiden
t
Pa
t
assé m’a chargé d’
u
ne
t
rès ha
ut
e mission a
u
près de
v
o
t
re
E
x
cellence. To
ut
sera fai
t
comme il se doi
t
», répond Issack,
u
n ambassade
u
r q
u
e
j’apprendrai à connaî
t
re. C’es
t
le pro
t
o
ty
pe d
u
représen
t
an
t
d’
u
n des pa
y
s les pl
u
s
pa
uv
res d
u
monde, a
u
sens propre comme a
u
fig
u
ré. Les pa
y
s pa
uv
res son
t
nombre
ux
à sacrifier le
u
rs ambassade
u
rs à la raillerie des ci
t
o
y
ens lambda des pa
y
s
d’accrédi
t
a
t
ion. Le Tchad n’en fai
t
pas l’e
x
cep
t
ion. Il s
u
ffi
t
po
u
r cela d’éco
ut
er les
ambassade
u
rs e
t
le
u
rs collabora
t
e
u
rs dans les chancelleries à l’é
t
ranger. Nos pa
y
s
on
t
des grandes ambi
t
ions mais les mo
y
ens ne s
u
i
v
en
t
pas o
u
jamais.
« C’es
t u
n de
v
oir accompli
v
is-à-
v
is des frères africains. Il
y
a des gens q
u
i
cherchen
t
à no
u
s déco
u
rager. Le je
u
poli
t
iq
u
e de
v
ien
t u
ne farce. Les Cen
t
rafricains
son
t
en diffic
u
l
t
é e
t
no
u
s a
v
ons l’e
x
périence de la g
u
erre ci
v
ile. La pai
x
,
v
oilà ce
q
u
e no
u
s défendons », l
u
i répond le Présiden
t
. Abdel-Rassao
u
l se poin
t
e e
t
d’
u
n
ges
t
e, il signe la fin de la cérémonie
.
L’Ambassade
u
r de RCA se re
t
ire
...
après
u
ne
pho
t
o de famille
.
L’ambassade
u
r de RCA par
t
i, le
t
ra
v
ail con
t
in
u
e. Le Présiden
t
se
t
o
u
rne
v
ers
Annadif
.
« Q
u
and es
t
-ce q
u
e l’Ambassade
u
r Salim Taha regagnera Taipei ? »
« Les choses son
t
en co
u
rs, Camarade Présiden
t
»,
5
3
répond Annadif.
« E
t
le Congo ? »
« La
t
ension persis
t
e. »
« Tai
w
an, ça se prépare q
u
and même ? » Ce
tt
e fois Idriss Deb
y
se
t
o
u
rne
v
ers
Kabadi.

5
3
Annadif appelle le Présiden
t
« camarade Présiden
t
». Ils ne son
t
po
u
r
t
an
t
pas d
u
même
bord poli
t
iq
u
e. Annadif es
t
d
u
Par
t
i po
u
r les Liber
t
és e
t
le De
v
éloppemen
t
(PLD) de Ibni
O
u
mar Mahama
t
Saleh e
t
Idriss Deb
y
es
t
le Présiden
t
fonda
t
e
u
r d
u
MPS. En
200
4, après sa
nommina
t
ion a
u
pos
t
e de Direc
t
e
u
r de Cabine
t
d
u
Présiden
t
, so
u
s la pression de la
conjonc
tu
re e
t
des siens, réalisme poli
t
iq
u
e à l’africaine oblige, Annadif regagnera le par
t
i
d
u
Présiden
t
o
ù
comme
t
o
ut
mili
t
an
t
de la «
2
5
ème
he
u
re », « ils » l
u
i feron
t v
oir de
t
o
ut
es
les co
u
le
u
rs e
t
l’ameneron
t
à se sen
t
ir à l’é
t
roi
t
. Je le dis a
v
ec d’a
ut
an
t
pl
u
s d’aise q
u
e,
comme Annadif, j’é
t
ais d’abord d
u
PLD (membre fonda
t
e
u
r) a
v
an
t
de réjoindre le MPS.
3
9

« O
u
i, E
x
cellence. L’éq
u
ipe de
t
ra
v
ail es
t
fin prê
t
e. Elle se compose de pl
u
sie
u
rs
Minis
t
res e
t
d
u
Présiden
t
de la Commission des affaires é
t
rangères de l’Assemblée
Na
t
ionale, M
.
Lol Mahama
t
Cho
u
a».
« Vo
u
s a
v
e
z u
ne idée de la déléga
t
ion q
u
i
v
a m’accompagner. C’es
t
bien.
Mais commen
t v
a-
t
-on s’
y
rendre ? Lo
u
er
u
n a
v
ion de E
t
hiopian o
u
de So
u
dan Air
Line ? Mon Gr
u
man es
t t
rop pe
t
i
t
e
t
p
u
is les Tai
w
anais, comme les Américains,
e
x
igen
t
le respec
t
de cer
t
aines normes en ma
t
ière de n
u
isance sonore. Les Gr
u
man
e
t
les 7
0
7, ça n’a
tt
erri
t
pl
u
s che
z
e
ux
. Il fa
ut t
ro
uv
er des cer
t
ifica
t
s de limi
t
a
t
ion de
n
u
isance. A
v
e
z
-
v
o
u
s pré
vu
dans la déléga
t
ion les Présiden
t
s de la Chambre de
commerce e
t
d
u
Pa
t
rona
t
, Rakhis Manani e
t
Mahama
t
Adam Adji ? Bon,
v
o
u
s
v
erre
z t
o
ut
cela a
v
ec le DG d
u
Pro
t
ocole d’E
t
a
t
. »
« Merci, E
x
cellence Monsie
u
r le Présiden
t
», répond Kabadi. Le Présiden
t
a
u
ne
q
u
ali
t
é : il ne prend pas des no
t
es mais il n’o
u
blie pas les ordres q
u
’il donne.
Kabadi le sai
t
. J’apprendrai à le sa
v
oir a
u
ssi.
« Q
u
el es
t
le sor
t
des Tchadiens a
v
ec
t
o
ut
ce q
u
i se passe a
u
Congo ? Ca ne doi
t
pas ê
t
re gai d
u t
o
ut
. Ils son
t
q
u
elq
u
es
t
rois cen
t
s Tchadiens. No
u
s po
uv
ons le
u
r
en
v
o
y
er
u
n a
v
ion. Q
u
elq
u
es allers e
t
re
t
o
u
rs d
u
C1
30
s
u
ffiraien
t
à les faire
rapa
t
rier. Ve
u
len
t
-ils ren
t
rer che
z
e
ux
? Il paraî
t
q
u
e Sasso
u ut
ilise cer
t
ains d’en
t
re
e
ux
. Il
y
a des anciens d
u
CDR  »,
54
di
t
le Présiden
t
q
u
i, lorsq
u
’il es
t
de bonne
h
u
me
u
r, es
t
comme
t
o
ut
ê
t
re h
u
main, agréable a
u t
ra
v
ail.
« O
u
i, o
u
i  » Le Minis
t
re des affaires é
t
rangères,
u
n homme d’
u
ne finesse
légendaire e
t
c
u
l
t
i
v
an
t
le m
yt
he de la discré
t
ion, préfère changer de s
u
je
t
. Ce q
u
i
me donnera l’occasion de m’occ
u
per de mon dossier e
t
de placer
u
n mo
t
.
« Pékin a choisi l’Algérie po
u
r représen
t
er ses in
t
érê
t
s a
u
Tchad. Il a
tt
end no
t
re
réac
t
ion », dis-je.
« C’es
t
ok E
t
no
u
s, en Chine, nos in
t
érê
t
s seron
t
représen
t
és par q
u
el pa
y
s ? »
« Le Mali, le Gabon ? » dis-je, a
v
ec
u
ne ne
tt
e préférence po
u
r le Mali. Je pense à
mes anciens amis d’é
tu
des, Yaco
u
ba Traoré Don
t
ig
u
i, Balla Camara Ibrahima,
Hao
u
a Djiré, Amado
u
Kassé, Manso
u
r Traoré, Sacko Seïdo
u
le Do
y
en …
« C’es
t
mie
ux
q
u
e ce soi
t
le Mali. Les Maliens on
t
pl
u
s d’in
t
érê
t
s en Chine q
u
e les
Gabonais. Les é
tu
dian
t
s
t
chadiens
v
on
t
de
v
oir s’adresser a
ux
Maliens po
u
r le
u
rs

54
Le Conseil Démocra
t
iq
u
e Re
v
ol
ut
ionnaire a é
t
é crée en 1979 par fe
u
Ac
y
l Ahmed
Akhabach, dispar
u t
ragiq
u
emen
t
dans
u
n acciden
t
d’a
v
ion Cesna en 198
2
, à Laï. Le CDR
comp
t
ai
t
parmi les pl
u
s grandes
t
endances poli
t
ico mili
t
aires des années 8
0
. La dispari
t
ion
s
u
bi
t
e d
u
fonda
t
e
u
r d
u
CDR a donné
u
n grand co
u
p de frein à l’é
v
ol
ut
ion mili
t
aire e
t
poli
t
iq
u
e de ce
tt
e
t
endance for
t
emen
t
app
uy
é par la Lib
y
e, e
t
ce malgré le charisme d
u
s
u
ccesse
u
r de Ac
y
l, Acheikh Ibni O
u
mar.
4
0

pe
t
i
t
s besoins »,
55
di
t
le Présiden
t
. Il a a
u
ssi
u
n faible par
t
ic
u
lier po
u
r le Mali don
t
il es
t
admira
t
e
u
r de son his
t
oire mais s
u
r
t
o
ut
de son Présiden
t
Alpha. Ce q
u
i paraî
t
c
u
rie
ux
a
u
regard de l’i
t
inéraire de ces de
ux
hommes d’é
t
a
t
. Alpha Konaré es
t u
n
démocra
t
e de ga
u
che, con
v
ainc
u
des
v
er
tu
s de l’al
t
ernance. Idriss Deb
y
es
t u
n chef
dans le sens classiq
u
e d
u t
erme : démocra
t
e po
u
r les
u
ns e
t
despo
t
e po
u
r les a
ut
res
o
u
les de
ux
à la fois. Un mélange de genre déro
ut
an
t
po
u
r les anal
y
s
t
es car
t
ésiens
mais
u
n mélange rend
u
possible par l’his
t
oire b
u
rlesq
u
e d
u
Tchad o
ù t
o
ut
es
t
encore, hélas  possible en ma
t
ière de conq
u
ê
t
e d
u
po
uv
oir.
A
u
passage, en
t
re de
ux
idées, comme cela se fai
t
so
uv
en
t
dans les grandes ré
u
nions
o
ù
des décisions se prennen
t
sans en donner l’air, o
ù
chac
u
n po
u
sse son pion de
s
u
je
t
s
u
r l’échiq
u
ier q
u
i
tt
e à gagner o
u
à perdre, Annadif glisse habilemen
t
la
q
u
es
t
ion de la Rép
u
bliq
u
e Arabe Sahrao
u
i Démocra
t
iq
u
e (la RASD). Il
ut
ilise
u
n
arg
u
men
t
for
t
: l’Algérie.
« C’es
t u
ne a
ut
re paire de manche dans nos rela
t
ions a
v
ec l’Algérie. Koïbla
56
e
t
Mahama
t
Ali Abdallah
57
on
t
re
t
iré la reconnaissance à la Rép
u
bliq
u
e Sahrao
u
i a
v
ec
bea
u
co
u
p d’ama
t
e
u
risme. Une déléga
t
ion sahrao
u
ie es
t
dans nos m
u
rs. Q
u
e faire ?
No
u
s de
v
ons ado
u
cir no
t
re posi
t
ion e
t
inscrire le Tchad s
u
r la logiq
u
e de l’ONU.
Q
u
e faire si ce
tt
e déléga
t
ion sollici
t
ai
t u
ne a
u
dience a
v
ec
v
o
u
s ? »
Le Présiden
t
balaie d’
u
n re
v
ers de la main la s
u
b
t
ile sollici
t
a
t
ion a
u

v
isionnisme
de Annadif. Il n’a jamais s
y
mpa
t
hisé a
v
ec les ré
v
ol
ut
ionnaires de ga
u
che. Son
passé dans les Forces Armées d
u
Nord de Habré don
t
le Maroc é
t
ai
t u
n des pl
u
s
grands alliés, les ba
t
ailles rempor
t
ées s
u
r les lib
y
ens proches de la ga
u
che
mondiale, es
t
po
u
r q
u
elq
u
e chose. De
t
o
ut
es les manières, Annadif sai
t
parfai
t
emen
t
q
u
e Mahama
t
Ali e
t
Koïbla n’a
u
raien
t
jamais agi sans l’a
v
al d
u
Présiden
t
. Dans ce genre de je
u
, le Présiden
t
es
t u
n spécialis
t
e des f
u
sibles 
« Vo
u
s
v
erre
z
a
v
ec le Premier Minis
t
re. Po
u
r ce q
u
i es
t
d
u
gro
u
pe des opposan
t
s
t
chadiens a
u
So
u
dan, en
v
o
y
e
z
le
u
r le Média
t
e
u
r e
t
q
u
elq
u

u
n de la Présidence.
Abderamane Dana e
t
Djime
t
Togo
u
on
t
déjà pris con
t
ac
t
a
v
ec e
ux
. Il fa
ut
po
u
rs
u
i
v
re ce
t
élan »
58
.
« C’es
t
en
t
end
u
, Camarade Présiden
t
 »
55
Le Présiden
t
Idriss Deb
y
s’es
t t
o
u
jo
u
rs sen
t
i à l’é
t
roi
t
en Afriq
u
e Cen
t
rale. S’il l
u
i é
t
ai
t
donné de choisir
u
ne
z
one, il choisirai
t
sans n
u
l do
ut
e l’Afriq
u
e de l’o
u
es
t
o
u
de l’es
t
,
c
u
l
tu
rellemen
t
pl
u
s proche d
u
Tchad.
56
Ancien Premier minis
t
re après Kassiré. Média
t
e
u
r de la Rép
u
bliq
u
e dep
u
is 1997. Décédé
en
200
8.
57
Compagnon de l
utt
e de Idriss Deb
y
, pl
u
sie
u
rs fois minis
t
re e
t
ambassade
u
r d
u
Tchad en
France.
58
Il s’agi
t
d’
u
n gro
u
pe dissiden
t
de Mahama
t
Garfa, ancien Chef d’E
t
a
t
Major Général des
Armées e
t
minis
t
re so
u
s Idriss Deb
y
. Après di
x
ans d’e
x
il, le Colonnel Garfa a regagné le
bercail en
200
4. Minis
t
re en ao
ût 200
5.
41

« Je pense q
u
e no
u
s de
v
ons bien ficeler les dossiers de no
t
re coopéra
t
ion a
v
ec
Tai
w
an. Ils son
t
comme les Américains. Ils
v
e
u
len
t
d
u
concre
t
. Il
y
a le
t
riangle
Ango
u
ra-Mongo-Abéché-N’djamena. Ca fai
t
à pe
u
près 8
00
kilomè
t
res. Ce sera
u
n
crédi
t
à long
t
erme à con
t
rac
t
er à
u
n
t
a
ux
so
u
s condi
t
ions pri
v
ilégiées. Si les
Taï
w
anais no
u
s l’accorden
t
, ce sera formidable. C’es
t
le cas de l’add
u
c
t
ion d’ea
u
à
Pala, Bil
t
ine e
t
Doba. Po
u
r les proje
t
s don
t
le financemen
t
es
t
déjà presq
u
e acq
u
is,
il fa
ut
lancer les appels d’offres a
v
an
t
no
t
re dépar
t
po
u
r Taipei. Il parai
t
q
u
e les
socié
t
és françaises son
t
en ordre de ba
t
aille. No
u
s
v
errons cela a
v
ec le Minis
t
re de
l’énergie e
t
des mines, Keb
z
abo ».

Si
t
ô
t
di
t
, si
t
ô
t
fai
t
. Le même jo
u
r, Haro
u
n Kabadi me
t
en place
u
ne cell
u
le de
prépara
t
ion d
u v
o
y
age d
u
Présiden
t
à Tai
w
an. Pl
u
sie
u
rs doc
u
men
t
s on
t
é
t
é
rassemblés. En
v
o
y
an
t t
o
ut
es les proposi
t
ions q
u
i
v
on
t
de l’h
y
dra
u
liq
u
e
v
illageoise
e
t
pas
t
orale à la cons
t
r
u
c
t
ion des ro
ut
es bi
tu
mées, pon
t
s e
t
châ
t
ea
ux
d’ea
u
, on a
l’impression q
u
e les Taï
w
anais
v
on
t t
o
ut
régler à la place des Tchadiens. S’il fa
ut
mendier, alors po
u
rq
u
oi ne pas le faire gaillardemen
t
? Cela s’appelle la
diploma
t
ie de la mendici
t
é don
t
les champions son
t
d
u

t
é de l’Afriq
u
e de l’o
u
es
t
.
Paraî
t
il. Con
t
re ma
uv
aise for
tu
ne, bon cœ
u
r 

Amine Abba Siddick a de la s
u
i
t
e dans les idées. Po
u
r con
t
recarrer le gro
u
pe de
Djasnaba
y
e, il organise à la présidence
u
n dîner a
u
q
u
el son
t
con
v
iés Ali Sossal e
t
Mbang Madi, des incondi
t
ionnels alliés d
u
Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e. Ce dîner
s’inscri
t
s
u
r le regis
t
re de la prépara
t
ion de la con
t
re-a
tt
aq
u
e de l’ini
t
ia
t
i
v
e des
forces
v
i
v
es de Djasnaba
y
e. Le Présiden
t
es
t
con
t
en
t
. Ali Sossal e
t
Mbang Madi
on
t t
o
u
jo
u
rs ré
u
ssi à le dé
t
endre par le
u
r s
ty
le
u
n pe
u
« lo
u
foq
u
e e
t
bo
u
ffon » de
parler de la chose poli
t
iq
u
e e
t
des opposan
t
s q
u
i « crien
t t
rop parce q
u
’ils on
t
faim. To
ut
es
t
dans le fromage, Présiden
t
 »
59
La mission confiée à Mbang Madi e
t
à Ali Sossal consis
t
e à ré
u
nir
t
o
u
s les par
t
is
d
u
Fron
t
Rép
u
blicain po
u
r
u
ne séance de
t
ra
v
ail, dans le b
ut
de déjo
u
er les
manœ
uv
res des Forces
v
i
v
es « q
u
i son
t u
n con
t
re-po
uv
oir q
u
i ne prêche pas
t
o
u
jo
u
rs dans le déser
t
60
» .
« No
u
s allons mon
t
er e
t
coordonner
u
ne ac
t
ion poli
t
iq
u
e en
vu
e de dénoncer le
gro
u
pe de Djasnaba
y
e, e
t
mon
t
rer l’impor
t
ance de l’assis
t
ance mili
t
aire française
a
u
Tchad. No
u
s dirons à la France q
u
e le pe
u
ple
t
chadien l
u
i es
t
reconnaissan
t
»,
di
t
Bang Madi.
« Des
ty
pes comme Lamana, q
u
el es
t
le
u
r
t
ra
v
ail ? Les Français son
t
ses amis.
Di
t
es-l
u
i de se gro
u
iller... », Lance Ali Sossal. Le Présiden
t
de la Rép
u
bliq
u
e

59
« To
ut
es
t
dans le froamge », l’e
x
pression es
t
de Djerambe
t
é le Soromian.
6
0
L’e
x
preession es
t
de La
u
rence Pope, e
x
ambassade
u
r des USA a
u
Tchad. Un fer
v
en
t
defense
u
r de la socié
t
é ci
v
ile.
4
2

écla
t
e de rire. To
ut
es
t
je
u
e
t
le Présiden
t
es
t u
n bon jo
u
e
u
r. Il sai
t
q
u

u
ne bonne
par
t
ie de ses alliés es
t
composée de « n’impor
t
e q
u
oi  » comme il le di
t
l
u
i-même
mais ainsi
v
a le pl
u
ralisme. E
t
il fa
ut
faire a
v
ec  En prenan
t
le soin de donner
l’impression a
ux
alliés q
u
’ils son
t
indispensables, incon
t
o
u
rnables, nécessaires,
e
t
c., il fini
t
par mie
ux
« les enfoncer, les
t
ransformer ».
Après le dépar
t
de Ali Sossal e
t
Mbang Madi, le Présiden
t
me demande de « faire
q
u
elq
u
e chose po
u
r ces de
ux
-là. Les nommer so
u
s-préfe
t
s q
u
elq
u
e par
t
, par
e
x
emple  »
61


Sans ê
t
re
v
raimen
t
proche des Algériens, les « fils de la To
u
ssain
t
», je s
y
mpa
t
hise
q
u
and même a
v
ec l’Ambassade
u
r d’Algérie. Je le reçois so
uv
en
t
po
u
r échanger des
poin
t
s de
vu
e s
u
r l’Afriq
u
e en général e
t
les pa
y
s d
u
Sahara en par
t
ic
u
lier. Nos
échanges on
t t
o
u
jo
u
rs é
t
é francs e
t
direc
t
s. No
u
s a
v
ons en effe
t u
n dénomina
t
e
u
r
comm
u
n : no
u
s
v
enons
t
o
u
s de
ux
de l’
u
ni
v
ersi
t
é 
A
u
jo
u
rd’h
u
i, Mahama
t
Ogap es
t
là po
u
r me signifier clairemen
t
q
u
e la coopéra
t
ion
en
t
re son pa
y
s e
t
le Tchad es
t
a
u
poin
t
mor
t
. La commission mi
xt
e
t
chado-
algérienne q
u
i de
v
ai
t
se ré
u
nir dep
u
is 1988 ne s’é
t
ai
t
pas ré
u
nie. Il
y
a
v
ai
t u
n
cer
t
ain nombre d’accords économiq
u
es e
t
énergé
t
iq
u
es q
u
i son
t t
ombés dans l’ea
u
.
Les Algériens on
t
en
v
o
y
é de
ux
in
v
i
t
a
t
ions ; l’
u
ne lorsq
u
e Keb
z
abo é
t
ai
t
Minis
t
re
des affaires é
t
rangères e
t
l’a
ut
re lorsq
u
’il é
t
ai
t
Minis
t
re de l’énergie. A
u
c
u
ne
réponse 
« E
t
p
u
is,
t
o
ut
é
t
ai
t
ok j
u
sq
u
’a
u
jo
u
r o
ù
le Premier Minis
t
re Djimas
t
a Koïbla a fai
t
sa déclara
t
ion de Raba
t
s
u
r la Rép
u
bliq
u
e Arabe Sahrao
u
i Démocra
t
iq
u
e (RASD).
Ce n’é
t
ai
t
pas la bonne manière d’agir a
v
ec les amis. Mon go
uv
ernemen
t
a mal pris
le re
t
rai
t
de la reconnaissance de la RASD par
v
o
t
re pa
y
s. La RASD n’es
t
pas
u
ne
affaire priori
t
aire po
u
r le Tchad s
u
r
t
o
ut
dep
u
is q
u
e les Na
t
ions Unies à
t
ra
v
ers
James Baker
,
on
t
pris le problème en main. Le Maroc es
t
cer
t
es
u
n pa
y
s
économiq
u
emen
t v
iable. Mais diploma
t
iq
u
emen
t
parlan
t
, c’é
t
ai
t v
raimen
t
, comme
on di
t
,
u
n co
u
p d’épée dans l’ea
u
. J’ai demandé des e
x
plica
t
ions mais personne n’a
p
u
me les fo
u
rnir. Je ne s
u
is pas s
û
r q
u
e le Maroc
v
o
u
s appor
t
e q
u
elq
u
e chose de
pl
u
s q
u
e no
u
s. Je s
u
is gêné dans mon
t
ra
v
ail. Le problème de la RASD es
t u
n
problème de principe po
u
r l’Algérie. Même Habré, po
u
r
t
an
t
pro marocain, n’a pas
fai
t
ça. Ce
tt
e no
uv
elle donne bloq
u
e mes démarches a
u
ni
v
ea
u
des a
ut
ori
t
és de mon
pa
y
s. Le Tchad a besoin de l’Algérie. Ce
tt
e si
tu
a
t
ion doi
t
ê
t
re débloq
u
ée po
u
r q
u
e
la coopéra
t
ion en
t
re nos de
ux
pa
y
s se relance s
u
r de no
uv
elles bases. »

61
Ali Sossal sera nommé so
u
s-préfe
t
à Amdam, mais s’embro
u
illera a
v
ec Yo
u
sso
u
f
Togoïmi, alors prefe
t
à Abéché.
4
3

« Je
v
o
u
s prie de
v
o
u
s rapprocher d
u
Minis
t
ère des Affaires E
t
rangères. Po
u
r ma
par
t
, je
v
o
u
drais
v
o
u
s rass
u
rer q
u
e je rendrai fidèlemen
t
comp
t
e a
u
Présiden
t
de la
Rép
u
bliq
u
e. Sache
z
a
u
ssi q
u
e
v
o
t
re pa
y
s comp
t
e de nombre
ux
amis parmi les
Tchadiens. Il
y
a même
u
ne Associa
t
ion des amis de l’Algérie don
t
le Présiden
t
,
Ismaël Mo
u
kh
t
ar, es
t u
n ami ».
Ogap n’es
t
pas d
u
pe. Il sai
t
q
u
e je s
u
is
u
n mo
uv
ancier donc pl
u
s proche des
posi
t
ions d
u
Présiden
t
q
u
e de celles des affaires é
t
rangères o
ù
les
v
rais diploma
t
es
n’on
t
pas encore pignon s
u
r r
u
e. Voilà pe
ut

t
re po
u
rq
u
oi balb
ut
ie la poli
t
iq
u
e
é
t
rangère
t
chadienne. Tan
t
ô
t
pro ceci,
t
an
t
pro cela ;
t
an
t
ô
t
con
t
re
t
o
ut
le monde,
par des déclara
t
ions q
u
i fon
t
so
u
rire les hommes sensés. Le Tchad es
t
en effe
t
l’
u
n
des rares pa
y
s membres des Na
t
ions Unies o
ù
des minis
t
res déclaren
t
la g
u
erre à
des pa
y
s
v
oisins en
ut
ilisan
t
des radios é
t
rangères
t
elles q
u
e Radio France
In
t
erna
t
ionale, o
u
la BBC…
Je dois franchemen
t
dire, a
v
ec le rec
u
l, q
u
e cer
t
ains propos e
t
disco
u
rs
v
enan
t
de la
par
t
de cer
t
ains ha
ut
s responsables de mon pa
y
s me fon
t
regre
tt
er
t
o
ut
es mes
lec
tu
res. J’ai l’impression, en les éco
ut
an
t
parler, q
u
e le Tchad ne comp
t
e a
u
c
u
n
cen
t
re c
u
l
tu
rel, a
u
c
u
n balle
t
, a
u
c
u
n écri
v
ain, a
u
c
u
n cadi, rien, rien d
u t
o
ut
. Ce
tt
e
image q
u
e donne d
u
Tchad ces ha
ut
-parle
u
rs en co
u
le
u
r fai
t
hon
t
e à la c
u
l
tu
re
millénaire des pe
u
ples d
u
Tchad. Le pl
u
s d
u
r à s
u
ppor
t
er, c’es
t
q
u
e ces ha
ut
-
parle
u
rs passen
t
d’
u
n régime à l’a
ut
re sans
t
ransi
t
ion. De Tombalba
y
e à Mallo
u
m,
de Mallo
u
m à Hissene en passan
t
par Go
u
ko
u
ni e
t
de Habré à Idriss Deb
y
. Il es
t
t
emps q
u
e les présiden
t
s
t
chadiens apprennen
t
à connai
t
re les grio
t
s, à discerner
en
t
re les chroniq
u
e
u
rs, les his
t
oriens e
t
les héra
ut
s…

Il
y
a des jo
u
rs o
ù
je prends par
t
à pl
u
sie
u
rs a
u
diences d
u
Présiden
t
. Ce q
u
i
v
o
u
s
donne
u
n air de « proche » a
ux y
e
ux
des a
ut
res collèg
u
es conseillers q
u
i rongen
t
le
u
rs freins. Cela so
u

v
e a
u
passage q
u
elq
u
es pe
t
i
t
es jalo
u
sies che
z
les parach
ut
és,
nombre
ux
dans les présidences d’Afriq
u
e. J’é
t
ais assis en face de l’Ambassade
u
r
d
u
Tchad en Arabie Sao
u
di
t
e M. Taher G
u
inaso
u
.
6
2
J’épro
uv
e
u
ne s
y
mpa
t
hie
na
tu
relle po
u
r Taher. Po
u
r son calme e
t
sa modes
t
ie con
t
raire à l’arrogance d’
u
n
cer
t
ain nombre de digni
t
aires ridic
u
les. Taher G
u
inasso
u
in
t
rod
u
i
t
Djamal
Agana
y
e,
u
n garçon d
y
namiq
u
e, a
ux
rela
t
ions m
u
l
t
iples e
t u
n soi
t
disan
t
spécialis
t
e
de l’Amériq
u
e La
t
ine. Djamal di
t
connaî
t
re personnellemen
t
Bédié, le Présiden
t
de
la Cô
t
e d’I
v
oire. Bédié par q
u
i commence la r
u
ine de la Cô
t
e d’I
v
oire  Le
Présiden
t
s
u
i
t
a
tt
en
t
i
v
emen
t
Tahir. Il fai
t u
n ges
t
e comme po
u
r me dire de prendre
des no
t
es.
Le Tchad doi
t
s’o
uv
rir a
u
monde. Ce n’es
t
q
u
e normal. C’es
t u
n pa
y
s encla
v
é a
u
propre comme a
u
fig
u
ré. Le Présiden
t
me charge d’approfondir la réfle
x
ion a
v
ec

6
2
Tahir sera remplacé par Mahama
t
No
u
ri q
u
i finira par demissionner, rejoindre la
rebellion, créer son propre fron
t
l’UFDD. Tahir regagnera l’opposi
t
ion armée en
200
7.
44