//img.uscri.be/pth/157578825204bdfc713691cfaa5b1a5c562db3ba
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Jours plissés. Anthropologies vagabondes

De
215 pages
Quand peu à peu, le silence, la chaleur du pays dogon, les rituels, les pierres remplies de sacré, font émerger des images oubliées, cachées, tapies, de l'enfance tunisienne, le sable, le vent, les bleus, obligeront à déplier les jours pour les confondre dans des interrogations sur la tradition d'origine, celle des franges, du Golem, de chiffres de la Kabbale. Pour une autre connivence entre soi et les Autres. C'est le désordre des images qui conduira ce récit anthropoétique.
Voir plus Voir moins
M i c h è l eOD E Y É FI N Z I
A n t h r o p o l o g i e s v a g a b o n d e s
R é c i t a n t h r o p o é t i q u e
Jours plissés Anthropologies vagabondes
Michèle ODEYE-FINZIJOURS PLISSESAnthropologies vagabondes Récit anthropoétique L’Harmattan
Autres ouvrages de l’auteure Afrique Les associations en villes africaines, L’Harmattan, 1985 Nourrir les villes en Afrique subsaharienne, ouvrage collectif, L’Harmattan, 1986 Mil, maïs, sorgho, transformation des céréales locales en Afrique, L’Harmattan, 1987 Solitude d’argile, FPH, L’Harmattan, 1989, Afrique Des machines pour les autres, évolution des techniques appropriées, FPH, 1991 Doumbo, photos M. Denancé, éd. Le bec en l’air, 2009 Miniatures Dogon, un art évincé, l’Anthropo, éd. HMH Maphouse Népal, 2011 Il pleurait de déranger tout le monde, l’Anthropo, Paris, 2013 Népal,photos Thierry Bérot-Inard Le souffle de Lo Manthang, éd. Himalaya Maphouse, Katmandou, 2012 Chamans Tamang, HMH, 2013 Je m’appelle Dolma, HMH, 2013 Le tiji du Mustang, HMH, 2014 Une étrange disparition, L’Harmattan, Paris, 2015 Dögyab, rituel tibétain de conjuration du mal, HMH, 2017 © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13184-9 EAN : 9782343131849
À Rachel et Victor, mes parents, à mes petits-enfants, Jeanne, Agostino, Rose, Sacha Aux Doumbo de Youga nah au Mali Remerciements, Georges Balandier, pour son ouverture sur le monde ; Adrienne, Clotilde et Ber, pour leur écoute bienfaisante.
Avant lecture d’un récit anthropoétique. Venant de Sangha, à pied, à travers la roche, nous marchons lentement, silencieux, vers Youga nah, mars 2003. Pays dogon au Mali. Tout à coup, à quelques dizaines de mètres de l’entrée du village en venant de Youga Piri, un coup de feu en l’air, puis deux ! Nous poussons des cris, et découvrons, devant nous, le chef du village, Ama Toyon, et les habitants qui nous attendent, les femmes ensemble, les enfants plus loin, les hommes sous letoguna juste construit. Ils savent notre arrivée et ces coups de feu, sans que quiconque ne le sache encore, marque le début du chemin que nous parcourons ensemble, jusqu’à aujourd’hui. À l’origine de cet ouvrage, des voyages, des anthropologies, des rencontres et surtout, l’envie de parler de la vie. Michèle se demandera souvent s’il faut écrire ce qu’elle imagine avoir perçu au travers de toutes ces années partagées et comment le faire sans troubler ce qui ne doit pas être dit. Michèle écrit comme elle pense, vite, très vite, comme pour lâcher d’un trait les multiples aspects d’une réalité trop complexe, quasiment impossible à resituer, à expliquer. D’ailleurs, elle n’explique pas, elle dit. Son écriture n’est pas celle de la ponctuation, du point, du retour à la ligne, cette écriture force la pause pourtant. On entre dans ce livre comme on entre en relation, comme on apprend à connaître l’Autre, à partir de détails, comprendre avec toutes les zones d’incertitude, et de flou. Les va-et-vient, les retours, entre sa propre histoire réanimée par celle des Autres rencontrés, contraint de survoler parfois, pour mieux saisir plus loin, se laisser porter, puis poursuivre nous attachant à tout saisir et enfin, nous laisser guider sur des chemins insaisissables. Adrienne et Clotilde O’Deyé
7
« L’espace entre les lettres est un souffle qui n’est pas un 1 vide, et ce silence est l’envers du verbe. » Marek Halter,Le kabbaliste de Prague1 Marek Halter,Le kabbaliste de Prague,Robert Laffont, Paris, 2010, page 75.