//img.uscri.be/pth/277c3985570c6a437566c2f62c73bb4c34745d30
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'arrogance du présent

De
252 pages
Il s’agit d’un ouvrage (auto)biographique et philosophique qui traite du mouvement des idées et de la société durant la période allant de 1965 à 1975. Pourquoi ce titre ? Parce que, selon l’auteur, la génération 65-75 a eu, à tort ou à raison, le sentiment qu’elle pouvait penser plus librement que les générations précédentes (trop encombrées de marxisme ou d’idéologies défuntes, de Vichy aux guerres coloniales). Jean-Claude Milner assume son appartenance à cette génération « arrogante » qui se crut, plus qu’une autre, capable de faire « du passé table rase »… Pourquoi les années 65-75 ? Parce que, en même temps, on y assista au début du déclin du marxisme et à la fin de l’après-guerre. La place était libre pour forger de nouveaux concepts. Cette période s’acheva, historiquement, avec la fin des « trente glorieuses » et la progressive disparition du gauchisme européen. Ce livre opère, par ailleurs, une distinction inhabituelle entre le gauchisme et « le mouvement » de Mai 68. Le gauchisme, en effet, désire une révolution tandis que les soixante-huitards ne désirent que le triomphe de l’esprit libertaire. Au centre de ce « désir de révolution » gauchiste,. Milner place l’aventure de la Gauche Prolétarienne – dont il fut l’un des grands acteurs. De plus, ce livre se veut également « autobiographique », dans la mesure où son auteur y a expérimenté sa philosophie. Ce qui l’intéresse : « La rencontre du nom de Révolution par les porteurs du nom juif ». Y avait-il donc, pour les Juifs, un enjeu particulier dans cette redéfinition de l’idée révolutionnaire ? Milner le croit. En ce sens, on peut dire que L’arrogance du présent achève le tryptique qui compte déjà Les penchants criminels de l’Europe démocratique et Le Juif de savoir.
Voir plus Voir moins
Il s’agit d’un ouvrage (auto)biographique et philosophique qui traite du mouvement des idées et de la société durant la période allant de 1965 à 1975. Pourquoi ce titre ? Parce que, selon l’auteur, la génération 65-75 a eu, à tort ou à raison, le sentiment qu’elle pouvait penser plus librement que les générations précédentes (trop encombrées de marxisme ou d’idéologies défuntes, de Vichy aux guerres coloniales). Jean-Claude Milner assume son appartenance à cette génération « arrogante » qui se crut, plus qu’une autre, capable de faire « du passé table rase »… Pourquoi les années 65-75 ? Parce que, en même temps, on y assista au début du déclin du marxisme et à la fin de l’après-guerre. La place était libre pour forger de nouveaux concepts. Cette période s’acheva, historiquement, avec la fin des « trente glorieuses » et la progressive disparition du gauchisme européen. Ce livre opère, par ailleurs, une distinction inhabituelle entre le gauchisme et « le mouvement » de Mai 68. Le gauchisme, en effet, désire une révolution tandis que les soixante-huitards ne désirent que le triomphe de l’esprit libertaire. Au centre de ce « désir de révolution » gauchiste,. Milner place l’aventure de la Gauche Prolétarienne – dont il fut l’un des grands acteurs. De plus, ce livre se veut également « autobiographique », dans la mesure où son auteur y a expérimenté sa philosophie. Ce qui l’intéresse : « La rencontre du nom de Révolution par les porteurs du nom juif ». Y avait-il donc, pour les Juifs, un enjeu particulier dans cette redéfinition de l’idée révolutionnaire ? Milner le croit. En ce sens, on peut dire que L’arrogance du présent achève le tryptique qui compte déjà Les penchants criminels de l’Europe démocratique et Le Juif de savoir.