//img.uscri.be/pth/efc86519f9cecd41cf1e202daa5b3790c6573a46
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Les Bios (très) interdites

De
304 pages
«Voici réunies les meilleures bios interdites, réécrites pour l'occasion, sur Word, en Times New Roman, afin d'en faire un drôle d'objet nommé Livre!
Pendant deux ans, dans l'émission Le Supplément sur Canal +, je me suis pris pour un biographe, parfois acide, souvent piquant et quelques fois surréaliste, et j'ai écrit et réécrit (un peu? beaucoup?) la vie d'une tripotée d'hommes et de femmes, politiques pour la plupart. C'est ainsi que Najat Vallaud-Belkacem est née au Maroc, à Amiens, que Frédéric Mitterrand est le neveu d'un homme politique d'envergure dont il préfère qu'on taise le nom, que Jean-Luc Mélenchon est devenu une vieille gloire du music-hall, Matthieu Delormeau un poète et François Hollande un homme de gauche.
Le point commun entre tous ces invités? Ils n'ont jamais dit que c'était faux!...»
Voir plus Voir moins
Vincent Dedienne
Les Bios (très) interdites
Flammarion
© Flammarion, 2016.
ISBN Epub : 9782081408760
ISBN PDF Web : 9782081408777
Le livre a été imprimé sous les références : ISBN : 9782081399464
Ouvrage composé et converti parPixellence(59100 Roubaix)
Présentation de l'éditeur « Voici réunies les meilleures bios interdites, réé crites pour l’occasion, sur Word, en Times New Roman et reliées entre elles par un systè me de colle, afin d’en faire un drôle d’objet nommé Livre ! Pendant deux ans, dans l’émission Le Supplément sur Canal +, je me suis pris pour un biographe, parfois acide, souvent piquant et que lques fois surréaliste, et j’ai écrit et réécrit (un peu ? beaucoup ?) la vie d’une tripotée d’hommes et de femmes, politiques pour la plupart. C’est ainsi que Najat Vallaud-Belk acem est née au Maroc, à Amiens, que Frédéric Mitterrand est le neveu d’un homme pol itique d’envergure dont il préfère qu’on taise le nom, que Jean-Luc Mélenchon est deve nu une vieille gloire du music-hall, Matthieu Delormeau un poète et François Holla nde un homme de gauche. Le point commun entre tous ces invités ? Ils n’ont jamais dit que c’était faux !… »
Vincent Dedienne, 29 ans, est acteur. Révélé par so n seul-en-scène S’il se passe quelque chose, il s’est retrouvé d’un seul coup à l a télévision dans Le Supplément sur Canal + (où il écrivait « les bios interdites » des invités) et était également chroniqueur sur France Inter. Depuis septembre, il intervient d ans Quotidien, l’émission de Yann Barthès sur TMC. Et malgré tout ça, il est en bonne santé.
Les Bios (très) interdites
À Marie-Jeanne et Louis-François Dedienne Et à Muriel Robin et François Rollin, Mes parents. À l'enfant que j'étais, et que je suis encore souve nt. À Laurent Bon. Et à Laurence Boccolini, qui m'a appris la gentillesse à la télévision.
« Tu la voyais pas comme ça ta vie, Pas d'attaché-case quand t'étais p'tit, Ton corps enfermé, costume crétin, T'imaginais pas, j'sais bien. Moi aussi j'en ai rêvé des rêves. Tant pis. Tu la voyais grande et c'est une toute petite vie. » Alain Souchon, le Bagad de Lann-Bihoué « Mais Dieu que c'est dommage, vous avez grandi. Vo us n'êtes plus sauvage que le samedi. » Anne Sylvestre, Les Amis d'autrefois
Merci À Juliette Chaigneau,Mélanie LeMoine et AnaïsHarté, mesursetcoauteurs, À Sissou, À Sophie Hazebroucq et Laurent Ruquier, À toute l'équipeduSupplément, Et au logiciel Word,sansquice livre n'existerait pas.
Ce livre a été écrit encollaboration avec trois amiescomédiennes. Afinde mieux vous les présenter, j'aidemandé àchacunedcrire une petite autobio interdite. Juliette Chaigneau Juliette Chaigneau est née un jourde lasemaine, en plein moisde l'année. À 8 anselledéclare : « Plustardje veux êtrechômeuse professionnelle pourpouvoiralleraucirque » etréalise en effet sonrêved'enfant endevenant Intermittenteduspectacle. Elle joue beaucoup, parfoissurdesplanches et parfoisau Pictionnary. Elleconnaîtsadatede mort maispréfère ne pasladivulgueravant le jour J. AnaïsHarAnaïsHarté naît le même jourquedeux yeuxdechat qu'aprèsquelquessitationselledécidede placersurson visage plutôt quesurson abdomen. Quelques mois plus tard, ense hissantsurses pieds, elle invente ledéplacement bipède, puis parvient à formerdessons avecsa bouche pour notammentcommuniquer avecses géniteurs.Maisce n'est qu'en 2012 qu'elledécidedeconjuguer ses talentsde bipédie etde parolat à l'occasiondesarencontre aveccelles etceux qu'elle aime à appeler«sa familledeuretdeculs» : Juliette Chaigneau, Vincent Dedienne,Mélanie LeMoine et Jean-Pierre Papin. Mélanie LeMoine Née à Lillede parents marseillais,Mélanie est assez vitedotéed'un goûtcertain (mais peusûr) pourle paradoxe, l'ironie et la bouillabaisse. C'estdonctout naturellement qu'ellechoisiradesétudes de mathématiquesappliquéespourdevenircomédienne. Unsoirde 2008, l'Amériques'apprête à élire Barack Obama, etMélanies'apprête à embarquerpourle vol 7632 àdestinationde Liverpool avecà son bord Thierry Ardisson et Vincent Dedienne. Après unesale périodede turbulence, une amitié baséesurla peurde l'avion naîtra avecl'undecesdeux individus.
PROLOGUE
Je n'avaisjamaisrêvéde télévision. Etdéjà je mens! (Je préfère vousprévenir,ce livre est truffé de mensonges… In libro pasveritasdu tout !) Dansmachambred'enfant, je jouaisauMaillon Faible, àFort Boyardet à être l'invitéd'honneur deMichel Drucker. Parfoismême, je m'imaginaisque j'étaisleseulcandidatd'une télé-réalité bien triste et je me nominaismoi-même. Maisjamaisje n'auraispensé travaillerà la télévision, être «dansle poste ». Quandon m'a proposéde venirfaire le mariole ledimanche midisurCanal +, j'ai pourtant accepté très vite, et quasimentsans peur. Il m'asemblé qu'auprèsdeMaïtena,dans les jupes (et les jolies chaussures!)d'une fillesichicetsidouée, il ne pourraitrien m'arriverde mal. C'était vrai. Je neconnaissaisrien au mondede la Télévision, j'en avaiscomme tout le monde –desimages plutôt effroyables. J'imaginais quec'était un univers impitoyable desdemi-foussurcocaïnés couraient aprèsgloi la re et le pognond'un bout à l'autredecouloirs qui nediffèrentdescouloirs d'asilesque parl'absenced'infirmiers. Je me trompais. C'est peut-êtrecomme ça quelque part, maisdanslescouloirsduSupplément, je n'aicroisé quedesgensdoux,cultivés,drôles, aveclesquelsje pouvaisparlerd'amouretde théâtre, et qui avaient àurde me faire grandir, etde ne pasm'abîmer. J'ai eu beaucoupdechance. Tant mieux, parce quec'est en aimant que l'on travaille le mieux. C'est parce que j'aimaislesgensaveclesquelsje travaillaisque,semaine aprèssemaine, j'ai eu à urd'essayerde lesépaterCe fut unsacré exercice, périlleux parfois, vertigineux toujours, amusant,difficile et grisant, que de fairecespetitesbiosinterditesune foisparsemaine. C'étaitrigolode plongerla tête la première et le nez farceurdanslesviesdecesfemmesetdeces hommes, politiquespourla plupart. De lesvoirsedébattre avecle pouvoir, le temps, la popularité ou l'oubli. C'était amusantde voiren vrai leursmasquesdiatiques,si parfaitement élaborésetdechercher à les fendiller, pourle temp que sd'unrire,d'une lèvre quisecrispe oud'unsourcil froncé, passe quelquechose. Quelquechosede l'ordrede l'humanité. Si j'avaisune leçon à tirerde toutcela,c'est quec'est bel et bien unedrôledechose quede vivre. Que l'onsoit ministre,styliste, grandchef étoilé, petitroisansgloire, homme, femme, ancien homme devenu femme, que l'on ait tropd'argent ou plusassezdecheveux, que l'onsoit trèsconnu ou un peu moins, que l'onsoit altruiste ou misanthrope, enflure ouchictype, que l'onsoitresté en France ou que l'on ait traînésessemellesaux quatrecoinsduMonde,c'est unedrôledechose à la fin quede vivre, etchacuns'ydébrouillecomme il peut. Loind'aiguiserma misanthropie,cesdeux annéessurCanal + m'ontrendu un peu plusgourmand et amoureuxdesHommes. Je n'ai jamaisréussi àcomprendre que j'étaisregardé parbeaucoupde gens, je n'avaisen tête que le publicsurle plateau et lesgensautourde la table. Vous,derrre vosécrans, à Dax, Le Chambon-Feugerolles, ou Saint-Denisde La Réunion, je n'ai jamaisréussi à envisagerque vouspuissiez être en trainde meregarder, à la tabledurepasdominical,sur lecanapé avant lasieste ou enreplay le lundi matin au bureau. C'est en faisantce livre aujourd'hui, et enréécrivant un peucesbiosinterditesque je pense à vous. Et que je vousremercied'avoirchangé ma vie. Bonne lecture, je vousembrasse.