//img.uscri.be/pth/a7ae7d4fa03f1a75f030947cd20322482347aef2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Les déssaisis

De
350 pages
On nous parle sans cesse de la France profonde, mais qui donc a pris la peine d'y plonger, d'aller voir ce qui s'y passe, ce qui s'y pense ? Gérard Desportes l'a fait. Son enquête l'a conduit dans un Gers encore préservé en apparence, mais déjà menacé d'un « déssaisissement » des valeurs dans lequel il voit le plus grand danger qui nous guette. Là-bas, à Masseube, il a réveillé le passé, la mémoire d'un camp d'internement oublié. Il y a encore des tombes insolites et des cadavres dans les placards de l'histoire de France. Sont-ils anachroniques, Christian, Georges, artisans, petits entrepreneurs et chefs de clan, « hommes à l'ancienne » volontiers taciturnes ? Ces Français semblent tourner le dos aux préoccupations qu'on prête à leurs concitoyens, et se réfugier dès qu'ils le peuvent, dans les arbres d'où ils guettent le passage des palombes ? Qu'ont-ils voulu dire, en votant Le Pen à la présidentielle, et Non à l'Europe ? La formidable force d'inertie qu'ils opposent au monde d'aujourd'hui, à ses vrais débats en même temps qu'à ses faux-semblants, constitue un des symptômes du nouveau mal français.
Voir plus Voir moins
On nous parle sans cesse de la France profonde, mais qui donc a pris la peine d'y plonger, d'aller voir ce qui s'y passe, ce qui s'y pense ? Gérard Desportes l'a fait. Son enquête l'a conduit dans un Gers encore préservé en apparence, mais déjà menacé d'un « déssaisissement » des valeurs dans lequel il voit le plus grand danger qui nous guette. Là-bas, à Masseube, il a réveillé le passé, la mémoire d'un camp d'internement oublié. Il y a encore des tombes insolites et des cadavres dans les placards de l'histoire de France. Sont-ils anachroniques, Christian, Georges, artisans, petits entrepreneurs et chefs de clan, « hommes à l'ancienne » volontiers taciturnes ? Ces Français semblent tourner le dos aux préoccupations qu'on prête à leurs concitoyens, et se réfugier dès qu'ils le peuvent, dans les arbres d'où ils guettent le passage des palombes ? Qu'ont-ils voulu dire, en votant Le Pen à la présidentielle, et Non à l'Europe ? La formidable force d'inertie qu'ils opposent au monde d'aujourd'hui, à ses vrais débats en même temps qu'à ses faux-semblants, constitue un des symptômes du nouveau mal français.