//img.uscri.be/pth/9a961e3f3de95cd4cded3dcaf98da8246481e7d7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Tête-de-loup

De
260 pages
Ce livre est un ensemble de pensées « fragmentaires » en trois volets, réflexion composite sur notre temps où l’homme prétend se surpasser en se déshumanisant. Tête-de-loup : sorte de balai-brosse, pourvu d’un long manche permettant d’atteindre dans les hauteurs les toiles d’araignées. Celles de la « toile » du Net et de ses folles promesses, celles de la vulgarisation et du virtuel, celles de l’appauvrissement du paysage littéraire et de la comédie « moderne » (« Le siècle dernier grince sur sa charnière. A mi-parcours, le volet d’une littérature flamboyante se referme pour que s’entrouvre celui d’une production victime de ses dérives idéologiques, de sa mauvaise conscience, bientôt de ses terrorismes successifs »), celles des nouveaux conformismes : « Tête-de-loup, j’avais envie de me hérisser. L’air devient moins respirable. Ce monde n’est plus fait pour moi. Je m’y tiens mal. Ce n’est pas faute d’avoir tenté d’y vivre. Le vent m’est hostile. Il se lève, je me couche. »
Voir plus Voir moins
Ce livre est un ensemble de pensées « fragmentaires » en trois volets, réflexion composite sur notre temps où l’homme prétend se surpasser en se déshumanisant. Tête-de-loup : sorte de balai-brosse, pourvu d’un long manche permettant d’atteindre dans les hauteurs les toiles d’araignées. Celles de la « toile » du Net et de ses folles promesses, celles de la vulgarisation et du virtuel, celles de l’appauvrissement du paysage littéraire et de la comédie « moderne » (« Le siècle dernier grince sur sa charnière. A mi-parcours, le volet d’une littérature flamboyante se referme pour que s’entrouvre celui d’une production victime de ses dérives idéologiques, de sa mauvaise conscience, bientôt de ses terrorismes successifs »), celles des nouveaux conformismes : « Tête-de-loup, j’avais envie de me hérisser. L’air devient moins respirable. Ce monde n’est plus fait pour moi. Je m’y tiens mal. Ce n’est pas faute d’avoir tenté d’y vivre. Le vent m’est hostile. Il se lève, je me couche. »