//img.uscri.be/pth/16a4841f9fa3b61a8d0c8ba6744781c0e3f51aed
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Une histoire de France

De
512 pages
Ni grand ni petit historien, tout au plus « historien du dimanche » - au sens où Levinas parlait des « talmudistes du dimanche » - Alain Minc se risque ici à nous raconter son histoire personnelle de la France, de la Gaule du IVème siècle jusqu’à l’élection de Nicolas Sarkozy. Promeneur de l’Histoire, il s’autorise tout ce que s’interdisent les historiens professionnels : rompre les enchaînements de faits, chercher des comparaisons dans le présent pour expliquer le passé (péché d’« anachronisme »), repérer les récurrences plutôt que l’unité des événements, établir sa propre hiérarchie des grands carrefours, des nœuds, des points de bascule de notre roman national, au mépris de la linéarité du temps et des vérités établies, imaginer ce qui aurait pu se passer différemment (péché d’« histoire-fiction »). Cette histoire personnelle de la France est donc portée par des partis pris, une forme assumée de superficialité et des choix par définition contestables. Ce n’est pas manque de respect aux maîtres de cette discipline que de se lancer dans une telle aventure. Alain Minc le fait avec la bénédiction posthume de Fernand Braudel qui lui avait murmuré il y a vingt-cinq ans : « Ecrivez une histoire de France : il n’y a pas de plus bel exercice intellectuel. N’ayez pas peur des historiens : ils ont besoin que l’on braconne sur leurs terres ».
Voir plus Voir moins
Ni grand ni petit historien, tout au plus « historien du dimanche » - au sens où Levinas parlait des « talmudistes du dimanche » - Alain Minc se risque ici à nous raconter son histoire personnelle de la France, de la Gaule du IVème siècle jusqu’à l’élection de Nicolas Sarkozy. Promeneur de l’Histoire, il s’autorise tout ce que s’interdisent les historiens professionnels : rompre les enchaînements de faits, chercher des comparaisons dans le présent pour expliquer le passé (péché d’« anachronisme »), repérer les récurrences plutôt que l’unité des événements, établir sa propre hiérarchie des grands carrefours, des nœuds, des points de bascule de notre roman national, au mépris de la linéarité du temps et des vérités établies, imaginer ce qui aurait pu se passer différemment (péché d’« histoire-fiction »). Cette histoire personnelle de la France est donc portée par des partis pris, une forme assumée de superficialité et des choix par définition contestables. Ce n’est pas manque de respect aux maîtres de cette discipline que de se lancer dans une telle aventure. Alain Minc le fait avec la bénédiction posthume de Fernand Braudel qui lui avait murmuré il y a vingt-cinq ans : « Ecrivez une histoire de France : il n’y a pas de plus bel exercice intellectuel. N’ayez pas peur des historiens : ils ont besoin que l’on braconne sur leurs terres ».