De l'origine des Fulbés (Peuls) à l'Empire Satigui (Deniyanké)

-

Livres
116 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Peu de populations africaines ont fait couler autant d'encre que les Peuls, ce peuple pasteur nomade qui conduit ses troupeaux à travers toute l'Afrique, pour la raison majeure qu'ils n'ont jamais été considérés comme des autochtones de l'Ouest africain et qu'ils posent un problème ethnocentrique, jusqu'ici non résolu de façon satisfaisante. Incontestablement supérieure, la population peule a fait subir son influence aux populations noires. Nombre de peuplades métissées se forment grâce au mélange de ces deux populations.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2014
Nombre de visites sur la page 71
EAN13 9782336355672
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Ibrahima Mamadou BA

De l’origine des Fulbés (Peuls)
àl’Empire Satigui (Deniyanké)

IIBRAHIMAMAMADOUBA

De l’origine desFulbés (Peuls)
à l’Empire Satigui (Deniyanké)

Ce livre est une petite contribution qui n’apas la
prétentiondel’exhaustivité. Ilestdestinésurtoutaux
jeunescitadins originairesduFouta et qui n’ont paseula
chance de connaîtrel’histoire deleur origine et leur
ascendance.

© L’HARMATTAN, 2014
5-7,rue del’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN:978-2-336-30480-9
EAN:9782336304809

ÀLA MÉMOIRE DE MESPARENTS

Papa, tufule lis baptisé «ondeSinthiou
Bamambe »par les peuplesdu Fouta.
TonancêtreKoli TenguellaBâ futfondateurde
la dynastieDeniyanké du Fouta.ElHadj Omar
FoutiyouTall,lesainthomme disparudans les
falaisesdeBandiagara avaitbéni ta famillelors
deson passage dans tonvillagenatal. Donc,ton
grand destind’éludelaDivinitén’a étonné
personne.
Tufus l’aimé,leloué etaussi l’éludes
Foutankés qui jouissaientdetous tesbiensetdeton
hospitalitélégendaire.
Lesgriotschantèrent tes louanges,sur ton
cheminde combattant pouruneFrancelibre.
Papa,tuétais siattaché àDieuqueta demeure
étaitun lieude culte etde dévotions.
Ta bravoure,toncourage,tatémérité,ton sens
del’honneuret ta dignitéont jalonnétouteton
existence.
Tuétais si respectueuxdelatraditionet tula
valorisais partoutet tous les soirsavecla chaleur
1
deschansonsetdes sonsde fantang detesgriots.

1
Unair musicaldédiéuniquementauxFulbés.

7

Tume disaisde laisser auxautresmapartde
toutes parties, de leur donner lemeilleurdemon
toutetdenejamaisaccaparer leursbiens.
Tum’appris lavérité, en tous lieuxeten tous
temps,le courage,larigueur,lasolidarité et la
justice.
Tum’enseignas lasaveurdenotretradition
2
fulàbé ,la défendre dans lerespectdela culture
desautres.
Etenfin lavaleurdelaparole donnée; tum’en
as souventdonnél’exemplejusqu’àtondernier
souffle dans lavie, à Kaolackde Baye Niasse à
qui tuavais promis ton inhumationdans sasainte
Médinaoùtureposes.
Papa,jeteremercie dem’avoirchoisi lamère
idéale,la fille de Kaédietde Halwar!
Lamèreprotectrice des plusfaiblesdans lavie
sous l’influence desongrand-père,
Elimane Ifra Thiam,le grand érudit,le cousin
d’ElHadj Omar lalumière duFouta.
La grande damepieuse etgénéreuse avecles
voyageurs,les orphelinset tous lesdémunis.
Le chapeletétait sonarmeprécieuse et sa
premièreparure etc’esten l’égrenant qu’elle
rendit l’âme enun jour saintdevendredide
Dakar.
Elle faisaitdesépousesdemon père desamies
qu’elle couvaitcommesesenfantsdontcertaines

2
Lapremière classe delanoblesse al-poular.

8

même étaientchoisies parelle.Elleme disait
d’aimer tous lesenfantsde
Dieucommemoimême.
Elleplanta en moi la foienDieu,la générosité,
l’amourdela famille et le commerce avecles
hommes.
Ellem’interdisait l’abandon,latrahison,la
haineouderefuser l’aide à ceuxqui ne
choisissent pasdem’aimer.
Ellem’instruisait lerespectdelaprière, des
aînés, desanciensetdetous lesêtreshumains.
Mamère,une blancheur parmi lesblancheurs,
fut l’incarnationdela «Salatoul Fatiha », comme
l’a étémasœur Rouguiyatou,si tôtarrachée à
notre affection.
Papa,maman,jenesaurais,riend’autre,que
perpétuervosdeuxmémoires!
Jeveuxêtrevotre fidèlereflet surcetteterre de
crise devaleurs.
Jeveuxêtre commevous levouliez, «un
3
palmierdroitetfécondsur laroute de Dieu».
Et jamais jen’oublierai quejeviensdevotre
sueur, devotrenoblesse,pourvous représenter
sur terre encette findemonde, et toujoursdans la
dignité,l’honneuret l’amourdeshommes.

Votre Mamoudoudit Ibrahima

3
Cette citationestextraite deLumières jaunes,uneœuvre dupoète
sénégalaisMeïssa MatyNdiaye.

9

MamadouBoubouBa (Père del’auteur)

10