Kamerun, l'indépendance piégée

-

Livres
272 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Au lendemain de la guerre d'Indochine, la France coloniale en a mené deux autres, l'Algérie bien sûr, mais aussi celle qu'il faudra reconnaître un jour sous le nom de "Guerre du Cameroun". Une répression, amorcée en 1955 avec l'interdiction de l'UPC et l'assassinat de Um Nyobé, fait des dizaines de milliers de morts. Après une longue période de clandestinité l'UPC réapparaît sur l'avant-scène au début des années 90, poursuivant le combat toujours actuel d'indépendance nationale.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2011
Nombre de visites sur la page 90
EAN13 9782296468788
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
KAMERUN, L’INDÉPENDANCE PIÉGÉE De la lutte de libération à la lutte contre le néocolonialisme
Racines du Présent Collection dirigée par François Manga-Akoa En cette période où le phénomène de la mondialisation conjugué au développement exponentiel des nouvelles technologies de l’information et de la communication contracte l’espace et le temps, les peuples, jadis éloignés, se côtoient, communiquent et collaborent aujourd’hui plus que jamais. Le désir de se connaître et de communiquer les pousse à la découverte mutuelle, à la quête et à l’interrogation de leurs mémoires, histoires et cultures respectives. Les générations, en se succédant, veulent s’enraciner pour mieux s’ouvrir dans une posture proleptique faite de dialogues féconds et exigeants. La collectiondu Présent « Racines »propose des études et des monographies relatives à l’histoire, à la culture et à l’anthropologie des différents peuples d’hier et d’aujourd’hui pour contribuer à l’éveil d’une conscience mondiale réellement en contexte. Déjà parus LABURTHE-TOLRA Philippe,Les seigneurs de la forêt, 2009. MORGEN Curt von,A travers le Cameroun du Sud au Nord(deux volumes), 2009. FOTSO DJEMO Jean-Baptiste,Le regard de l’autre. Médecine traditionnelle africaine, 2009. ADLER Alfred,La mort est le masque du roi,2008. BARRY Boubacar,La Sénégambie du XVe au XIXe siècles,2003.GREVOZ Daniel,Sahara, 1830-1881,2003. RUSCIO Alain,Dien Bien Phu, la fin d'une illusion, 2003. BOUQUET Christian,Tchad, genèse d'un conflit, 2002.LIAUZU Claude, Aux origines des tiers-mondismes. Colonisés et anticolonialistes en France (1919-1939),2002. SENEKE-MODY Cissoko, Contribution à l'histoire politique du Khasso dans le Haut-Sénégal, des origines à 1854,2002.UM NYOBE Ruben,Écrits sous maquis,2002. UM NYOBE Ruben,Le problème national kamerunais, 2002.WONDJI Christophe,La côte ouest-africaine. Du Sénégal à la Côte d'Ivoire, 2002.BATHILY Abdoulaye,Les Portes de l'or. Le royaume de Galam de l'ère musulmane au temps des négriers,2001. BERNARD-DUQUENET Nicole,Le Sénégal et le Front populaire,2001.CAHSAI Berhane, E. CAHSAI-WILLIAMSON, Erythrée : un peuple en marche (XIXe-XXe siècles),2001. DEWITTE Philippe,Les mouvements nègres en France, 1919-1939,2001. MICHEL François,La campagne du Dahomey, 2001. NGANSOP Guy Jérémie,Tchad, vingt ans de crise,2001.
Jean Chatain Augusta Epanya Albert MoutoudouKAMERUN, L’INDÉPENDANCE PIÉGÉE De la lutte de libération à la lutte contre le néocolonialisme Préface d’Odile Tobner
Jean Chatain est l’auteur de : -Clés pour le Japon, Editions sociales, 1974 (en collaboration avec Francis Sauvage). -Petites et moyennes entreprises : l’heure du choix, Editions sociales, 1975 (en collaboration avec Roger Gaudon). -Administrations portes ouvertes : la bureaucratie en question, La documentation française, 1984. -Drancy, le chemin de la vie, Messidor, 1986 (en collaboration avec Maurice Nilès). -Les affaires de M. Le Pen, Messidor, 1987. -Pitchipoï via Drancy. Le camp (1941 – 1944), Messidor, 1991. -Paysage après le génocide. Une justice est-elle possible au Rwanda ?Le temps des cerises, 2007. Albert Moutoudou est l’auteur de : -Le retard des intellectuels africains, L’exemple du Cameroun, L’Harmattan, 2009. © L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55523-5 EAN : 9782296555235
PRĖFACE L'objet de ce livre,Kamerun, l'indépendance piégée. De la lutte de libération à la lutte contre le néocolonialismeest de faire l'histoire de l'UPC (Union des Populations du Cameroun). C'est un travail indispensable pour comprendre l'histoire du Cameroun dans la seconde moitié du XXe siècle. Ce parti politique fondé en 1948 est très vite dominé par la figure exceptionnelle et le charisme de Ruben Um Nyobé, qui lui donne une orientation radicale et révolutionnaire. Pourchassé et interdit par l'administration coloniale, le parti de l'UPC est acculé à la lutte armée. UmNyobé est assassiné le 13 septembre 1958 dans le maquis du pays Bassa où il s'était retranché. Il fut certainement trahi par quelques uns des siens et livré aux troupes coloniales françaises. er L'indépendance du Cameroun, le 1 janvier 1960, amène au pouvoir Ahmadou Ahidjo, qui continue après l'indépendance, avec l'aide d'un corps expéditionnaire français, la lutte pour l'éradication de l'UPC. Les chefs du mouvement sont pourchassés aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du Cameroun. Ainsi Félix Moumié, qui a succédé à Um Nyobé à la tête du parti, meurt le 3 novembre 1960 à Genève, empoisonné par l'espion français William Bechtel. L'économiste Osende Afana est trahi, capturé et décapité le 15 mars 1966 à Ndélélé, alors qu'il tentait de créer un maquis dans le Sud Cameroun. La guerre dure jusqu'en 1970. La lutte armée voit sa fin avec l'arrestation, suivie d'un procès inique et de l'exécution de Ernest Ouandié le 15 janvier 1971 à Bafoussam, dans l'Ouest du Cameroun. Après les années héroïques la répression continue de s'abattre lourdement sur les militants upécistes qui résistent à l'intérieur du Cameroun. Distributions de tracts, grèves sont brutalement réprimées. Pendant toutes les années 70. Les suspects sont arrêtés et déportés sans jugement dans de terribles camps, comme celui de Tcholliré dans le Nord du Cameroun, où ils disparaissent. La mémoire de ces anonymes reste à faire, tout comme le compte des disparus civils des années de guerre. La tâche est loin d'être finie. A partir de 1982, sous Biya qui a succédé à Ahidjo, l'UPC, toujours interdite à l'intérieur du Cameroun, tente de s'organiser à l'extérieur. Dès 1974 a été créé le MANIDEM (Manifeste National
7
pour l'Instauration de la Démocratie) pour former les nouvelles générations de militants. Le tournant des années 1990, après la chute du mur de Berlin qui sonne le glas de l'influence soviétique, avec l'instauration du multipartisme et le développement de la presse indépendante voit rentrer au Cameroun les upécistes en exil. Le début des années 90 voit se développer les révoltes étudiantes et populaires des "villes mortes", dont la répression fait des centaines de victimes. Le pouvoir de Biya entretient la confusion en donnant à certaines factions de l'UPC des postes gouvernementaux. La désespérance générale de la population n'est pas propice à l'activisme et la profusion des mouvements politiques d'opposition atomise les luttes et les revendications. Des révoltes sporadiques, tel le mouvement qui embrase les grandes villes du Cameroun dans les derniers jours de février 2008, dont la brutale répression fait plus de 150 victimes, restent sans lendemain. Ce tableau de l'histoire et des idées de l'UPC, le rappel des figures qui l'ont animée au fil des années, est un jalon dans la réappropriation de l'histoire nationale du Cameroun. Les nombreux documents des archives de l'UPC qui l'illustrent rappellent la lutte et le dévouement des générations de combattants et de militants qui ont essayé de perpétuer l'image du crabe comme symbole de la revendication d'indépendance du Cameroun, toujours à venir. Odile Tobner
8
PREMIERE PARTIE
1955-70 : UNE GUERRE SANS NOM Jean Chatain
Chapitre I Par la force des armes Chapitre II 1945, Quand c’est fini, ça recommence Chapitre III Les leçons françaises d’Indochine et d’Algérie Chapitre IV 1955-60 : La guerre coloniale Chapitre V 1961-70 : L’intervention néocoloniale