L'Etat-major en 1914 et la 7e division du 4e corps

-

Livres
282 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dix ans après les faits, le général de Trentinian livre ses conclusions dans L'Etat major en 1914. Son exposé lumineux et impartial des raisons profondes des échecs français pendant les premiers mois de guerre et de l'élimination de nombreux professionnels est illustré par l'examen serein et documenté de ce que subit en conséquence la division qu'il commandait alors.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2014
Nombre de visites sur la page 54
EAN13 9782336358208
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
M
Général de Trentinian
L’État-major en 1914 e e et la 7 division du 4 corps 10 août-22 septembre 1914
Éditions S.P.M.
L’État-major en 1914 et la e e 7 division du 4 corps
Illustration de couverture : Au bois de Boulogne en 1913 (Delton, coll. part.)
Général de Trentinian
L’État-major en 1914 et la e e 7 division du 4 corps 10 août-22 septembre 1914
Avec une biographie de l’auteur en avant-propos par Jacques de Trentinian
Ce volume est le soixante-dix-neuvième de la collection Kronos fondée et dirigée par Eric Ledru SPM 2014
Couverture de l’édition originale publiée à Paris, chez L. Fournier en 1927
© SPM, 2014 Kronos n°79 ISSN : 1148-7933 ISBN : 978-2-917232-26-2
Editions SPM 16, rue des Écoles 75005 Paris Tél. : 01 44 52 54 80 courriel : Lettrage@free.fr - site : www.editions-spm.fr
DIFFUSION – DISTRIBUTION : LHarmattan 5-7 rue de lEcole-Polytechnique 75005 Paris Tél. : 01 40 46 79 20 – télécopie : 01 43 25 82 03 – site : www.harmattan.fr
Au général de Trentinian
Général Archinard « Je vous envoie aussi mes remerciements pour avoir sauvé du naufrage le Soudan et vous être attaché comme vous l’avez fait à cette belle et bonne œuvre. »(31 décembre 1896)
Maréchal Lyautey « Depuis mon apprentissage colonial, il y a dix ans, j’ai été élevé dans l’admiration de votre personne et de votre œuvre et j’ai toujours présents le souvenir et l’intérêt passionné avec lesquels le général Gallienisuivait de Tananarive votre œuvre au Soudan et les termes dans lesquels il m’en parlait. Depuis, Gouraud et tant d’autres ayant servi sous vos ordres m’ont donné un regret croissant de ne pas vous avoir rencontré encore »(15 décembre 1903)
Maréchal Gallieni «J’ai été très heureux de pouvoir insister pour que l’on vous donne une récompense que vous méritez si bien. Je n’oublie pas vos magniques services aux colonies et je vous reste très reconnaissant de la collaboration si énergique que vous m’avez donnée alors que vous exerciez e le commandement de la 7 division, sous mes ordres, pour la bataille de l’Ourcq. »(16 janvier 1916, grand croix de la Légion d’honneur)
Général Lanrezac « Le général Lanrezac, actuellement souffrant, a manifesté le désir qu’à son retour à Paris, vous lui remettiez les insignes de sa dignité de grand ofcier de la Légion d’honneur à laquelle il vient d’être élevé »(Le chef de cabinet du ministre de la Guerre, 20 juillet 1917)
Général Mangin « Au général de Trentinian, mon ancien chef au Soudan, toujours respecté, admiré et aimé. » er (1 décembre 1923)
Maréchal Franchet d’Esperey « J’ai une estime tout à fait particulière pour le général de Trentinian. Je vous serais recon-naissant de dire à notre vénéré doyen l’estime particulière dans laquelle je le tiens. Ses exploits au Tonkin n’ont pas été égalés, il a marqué sa place dans la conquête du Soudan et, dans la Grande er Guerre, il n’a pas eu la place qui lui revenait … »1936)(1 mai
Général Gouraud « À vous, mon Général, ces vieux souvenirsAu Soudanvous diront le souvenirdèle et reconnaissant que vous gardent ceux que leur bonne étoile a placé sous vos ordres ».(1939)
8
L’État-major en 1914
Général Audibert « Je voudrais, mon Général, le jour où je paraîtrai devant le Dieu des Armées, avoir été le e commandant de la 7 Division à la bataille d’Ethe. »(22 août 1937)
Pierre Messmer « …Pour avoir servi moi-même en AOF pendant la décennie 1950-1960, je peux vous dire que le souvenir de “l’organisateur du Soudan français” était encore très vivant, surtout à Bamako dont il a été le véritable fondateur. »(19 juin 1995)
Avant-Propos
Un grand Français méconnu : biographie de l’auteur 1 par Jacques de Trentinian
UNPARCOURSTOUTÀFAITEXCEPTIONNEL
Quels furent les services assez éminents pour valoir à Edgard de Trentinian (1851-1942) une si grande estime de tant de ses contemporains ? Le meilleur historien du Soudan, Jacques Méniaud, campe ainsi notre grand soldat : « Ce patricien gallo-romain de la Narbonnaise, blond aux yeux verts, au regard pétillant et courtois, le verbe net et clair, de taille petite, mais si alerte et vivant qu’il comble tout l’espace où il se trouve – et dont Baudry a sculpté un buste digne de la salle IV du Musée capitolin – fut, 2 me dit-il souvent, immédiatement séduit par l’Administration. » Tel Faidherbe, Archinard, Gallieni, Lyautey, Vollenhoven, Trentinian fut en effet à la fois un organisateur habile et puissant, – et cela dès vingt-deux ans, au Tonkin, comme Seigneur de Haï-Dzuong – et un soldat intrépide. «On est soldat, disait-il,quand on s’étonne, le soir, après la bataille, d’être vivant.»
Cet avant-propos a un double objet : - présenter l’exceptionnelle carrière militaire d’Edgard de Trentinian ; e e - compléter son étude surdivision du 4L’État major en 1914 et la 7 corpspar l’examen du combat mené par l’auteur pour l’honneur et pour la vérité.
Voici donc, parcourue au pas de charge, la randonnée héroïque que fut la vie du général de Trentinian.
1. 2.
Petit-ls du Général. Jacques Méniaud,Sikasso,1935.