145 pages
Français

LA CRISE POLITICO-SECURITAIRE DE 2012 AU MALI : REGARDS CROISES

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cette contribution vise comprendre et expliquer Ia crise politico-sécuritaire de 2012 au Mali. Elle apparait comme la résultante d 'une conjugaison de facteurs å Ia fois locaux, nationaux et internationaux qui se sont renforcés Ies uns par Ies autres pour aboutir au drame que nous avons connu. Elle s'est par Ia suite complexifiée avec I 'entrée des forces étrangéres djihadistes, guerre Franco-Européennes et onusiennes. L'intervention de ces derniéres a permis de stabiliser en partie Ies zones conquises et a empéché Ia sanctuarisation des groupes radicaux violents, sans pour autant réussir å les anéantir totalement. Elles ont contribué å modifier les rapports de force et jouer sur Ies dynamiques conflictuelles. Le conflit fut un désastre pour le Mali. II a réveillé les vieux démons des déchirures politiques, communautaires, interethniques et religieuses dont I 'exorcisation prendra encore du temps. Les conséquences multiformes sont incomensurables pou Ie Mali.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9789995274481
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

LA CRISE POLITICO-SECURITAIRE DE 2012 AU MALI:
REGARDS CROISES
BIRAMA DIAKON
LA CRISE POLITICO-SECURITAIRE DE 2012 AU MALI:
REGARDS CROISES
INNOV EDITIONS Tous droits réservés Siège social: Route de Sotuba, près de l’Ex MINUSMA, Bamako,Mali E-mail : manuscritinnov@gmail.com Tel:(223) 76 04 87 63 / 98 94 14 14 ISBN: 978-99952-74-481 Dépôt légal: Bibliothèque Nationale du Mali 2019
Birama DIAKON
SIGLES ET ABRÉVIATION
ABEFM: Association des banques et Établissement Finan-ciers du Mali ANSIPRJ :Alliance nationale pour la Sauvegarde de l’Identi-té peule et la Restauration de la Justice ANSAREDDINE :Les défenseurs de la foi AQMI: Al-Qaïda au Magreb islamique CEDEAO: Communauté économique des États de l´Afrique occidentale CMFPRCoordination des mouvements et Fronts patrio-tiques de résistance CMA :Coordination des Mouvements de l´Azawad CME :Coordination des Mouvements de l’Entente COMATEX: Compagnie malienne de Textile COPAM : Coordination des organisations patriotiques du Mali CAV/PASCoordination des Associations des Travailleurs : victimes du Programme d´ajustement structurel CPA: Coalition des Peuples de l´Azawad CNRDREComité national pour le Redressement de la : Démocratie et la Restauration de l’État CNASFASOHERE:nationale pour une Convention Afrique Solidaire COREN: Collectif des Ressortissants du nord duMali CTEIA: Comité transitoire de l´État islamique de l´Azawad EUTM :European Union Training Mission (Mission de for-mation de l’Union européenne au Mali) FAMA: Forces armées du Mali FDR: Front uni pour la Sauvegarde de la Démocratie et la
5
La crise politico-sécuritaire de 2012 au Mali
République (FDR). FAREAN KAWULI: Forces alternatives pour le Renouveau et l’Émergence (FARE Anka wuli) GATIA: Groupe d´Autodéfense Touareg Imgad et Alliés G5 SAHEL: Cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de dévelop-pement et de sécurité entre cinq États du Sael : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tcad. HCUA: Haut Conseil pour l´Unité de l´Azawad HCI: Haut Conseil Islamique HCR: Haut-Commissariat aux Refugiés MODEC: Mouvement pour un destin commun MISMA: Mission intégrée de Stabilisation du Mali MINUSMA: Mission intégrée des Nations Unies pour la Sta-bilisation du Mali MUJAO : Mouvement pour l´Unicité du Jiad en Afrique occidentale MNLA: Mouvement national de Libération de l´Azawad MIA: Mouvement islamique de l´Azawad MAA: Mouvement arabe de l´Azawad MP 22 :Mouvement populaire du 22 marsMPSA :Mouvement populaire de Salut de l´Azawad MFUA :Mouvement des Forces unifiées de l´AzawadMPRD :Mouvement patriotique Résistance et DignitéNUSRAT AL ISLAM WAL MUSLIMIN:Groupe de Sou-tien à l’Islam et aux musulmans ONU :Organisation des Nations Unies OCRS: Organisation commune des régions saariennes OCI :Organisation du Conseil Islamique PNUD: Programme des Nations Unies pour le développe-ment
6
Birama DIAKON
PSPSDN:Programme spécial pour la Sécurité et le Dévelop-pement au Nord UNESCO :Organisation des Nations Unies pour l’Éduca-tion et la culture UNICEF: Fonds des Nations unies pour l’enfance URD:Union pour le République et la Démocratie USRDA:Union Soudanaise Rassemblement démocratique africain UNHCR : Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiésODHD :Observatoire du Développement umain durable et de la Lutte contre la PauvretéORTM :Office de Radiodiffusion Télévision du Mali RAVEC :Recensement administratif à Vocation d’État civil SAVAMADCISauvegarde et valorisation des Manus- : crits-Défense de la culture islamique SERVAL :un animal de la famille des félins (nom donné à l’opération militaire française au Mali)
7
Birama DIAKON
INTRODUCTION
L´année 2012 a été pour le Mali une année orrible. Pour-tant au début de celle-ci, la vie politique du pays paraissait bien normale. Les candidats aux élections présidentielles avaient com-mencé à se positionner, soit en effectuant des visites aux autres partis, soit par des cérémonies plus ou moins grandioses d´in-vestiture. La vie quotidienne était certes difficile et les nouvelles provenant du nord pas très bonnes, rien n´augurait cependant pour le commun des Maliens des lendemains aussi douloureux pour la république. Le feu qui couvait dans les régions nord et sud du pays depuis fort longtemps a fini tel un volcan en éruption par enflammer progressivement le pays. Le 17 janvier 2012, le Mouvement na-tional de Libération de l´Azawad(MNLA) attaque les installa-tions militaires de Tarkint marquant ainsi le début de la guerre au Mali. Au sud, le malaise s´empare des camps militaires où vivent les soldats et leurs familles. Les rumeurs sur les atrocités d´Aguel-ok, les informations qui circulaient sur le front, sur les réseaux sociaux à Bamako ont fini par créer un climat délétère ou les gens ont de la peine à faire la différence entre le vrai et l´ivraie. Ainsi le 2 février 2012, les femmes du camp de Kati marcent sur la pré-sidence pour disent-elles recueillir l´information à la source. Elles soupçonnaient le Président ATT d´être de connivence avec les rebelles. Elles retournent, rassurées qu´elles étaient par les propos du Président de la République qui a promis des armes et de meil-leures conditions pour leurs maris au front ou blessés de guerre. La marce des femmes a créé un climat de tension et de mé-fiance entre la iérarcie militaire et les sous-officiers, la première
9
La crise politico-sécuritaire de 2012 au Mali
soupçonnant les seconds d´être à l´origine de la mobilisation fé-minine. La tension éclata au grand jour aux festivités commé-moratives de la journée des femmes le 8 mars 2012 au cours des-quelles, le Président ATT pria les femmes à ne plus s´interposer entre « eux » c’est-à-dire les officiers et les sous-officiers, si dit-il, elles veulent savoir « qui est omme ou pas ». Le message n´est pas passé inaperçu, il traduisait l´agacement du Président par des activités « subversives » en cours dans les camps, particulièrement dans celui de Kati. Dans le souci de les circonscrire, le Président envoie le mi-nistre de la Défense le Général Sadio Gassama au camp de Kati pour apaiser les esprits. Très vite, les négociations tournent mal, l´émissaire est violemment pris à partie par les soldats dans la matinée du 21 mars 2012. Ce fut le début de la mutinerie qui aura raison du pouvoir d´Amadou Toumani Touré. Le 22 mars 2012, au petit matin, les Maliens découvrent à la télévision nationale les visages des auteurs du coup d´État avec à leur tête le Capitaine Amadou Aya Sanogo.  Une nouvelle page de l´istoire du Mali venait d´être ou-verte. Les putscistes informent le peuple de la dissolution de toutes les institutions et la création d´un Comité national pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’État (CNRDRE). Profitant de ce caos institutionnel, les groupes djiadistes renforcent leur présence sur le terrain, matent les re-belles, mettent en difficultés des Fama et menacent de descendre vers le sud notamment, sur la ville de Mopti la capitale de la troisième région administrative du Mali. Ainsi naquit la crise po-litico-institutionnelle et sécuritaire au Mali.
10