Le bon usage culturel du nom en Afrique

-

Français
78 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La tendance habituelle à la modification des élements du nom de la personne physique par les Africains prouve que le choix de l'arrangement de ses composants a été mal maîtrisé au départ. Ce guide sert à éviter ces erreurs préjudiciables tant à la mémoire qu'à la tranquilité de l'esprit.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2011
Nombre de lectures 60
EAN13 9782296808775
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème








Le bon usage culturel
du nom

















Papa TSO’O-NGWA’A







Le bon usage culturel
du nom

























Nous sommes conscients que quelques scories subsistent
dans cet ouvrage.
Vu l’utilité du contenu, nous prenons le risque de l’éditer ainsi et

comptons sur votre compréhension.










© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54952-4
EAN : 9782296549524

REMERCIEMENTS

À
Mmes Ebassa Henriette-Bernard, épouse A.;
Tedongmo Alice, épouse T. ; Dongmo Marie épouse L. ;
Ekendi Marthe.

MM. Nzonang enjamin Ernest, Nsana; Mintya
Mfou’ou Joseph; AwoaEssam Charles; NoahJean
Maurice ;Damadeu PETE Firmin et Tchagou Claude
Aimé.

À tous les autres contributeurs à la réalisation de cet
ouvrage qui n’ont pas été cités ici, je dis sincèrement
merci.

INTRODUCTION

Cet ouvrage est une opportunité qui permet de
proposer aux lecteurs l’éclairage sur la confusion
généralisée des termes ci-après: noms de famille et
prénoms de famille, parfois prénoms de branches de
celle-ci. Plus préoccupante encore est l’existence
inaperçue des prénoms traditionnels ou nationaux pour
le cas du Cameroun, ignorés au profit des prénoms
gréco-romains et étrangers, souvent mal placés au regard
de la définition de ce mot prénom. À cela s’ajoute
l’apparition de ce que nous appelons des postnoms. C’est
là une réalité de ce pays, le confirmant une fois de plus
comme l’Afrique en miniature.

C’est un document qui vise à promouvoir la
pertinente richesse socioculturelle de la plupart des noms
propres des personnes physiques: «savoir se présenter
soi-même, c’est bien, et un autre, c’est mieux ».

En outre, il est notre modeste contribution à la
réflexion au problème ci-dessusdont l’importance est de
favoriser la transparence des idées en désignant une
personne. Le nom, l’une des premières choses échangées
au cours d’une communication, indique la personne dont
on parle, renvoie à l’esprit de l’interlocuteur, l’idée de
cette personne. Son usage tient une place primordiale en
politesse, touche même l’amour propre.

La majeure partie de la rentabilité du bon usage
culturel d’un prénom n’est pas quantifiable, mais s’évalue
par rapport au service rendu à l’homme: c’est un bien
immatériel très précieux qui contribue beaucoup en tant
que tel au développement du pays, à l’unité nationale, au
reflet de l’identité culturelle et influence la croissance du

7