Les captifs qui furent interprètes
204 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les captifs qui furent interprètes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
204 pages

Description

Ce livre rend hommage aux interprètes canariens qui facilitèrent jadis la médiation linguistique et culturelle entre les aborigènes des sept îles de l'Archipel et le colonisateur castillan, lors des différentes phases de la conquête qui couvre une période allant du XIVe au XVIe siècle. Il revient sur le thème de l'acculturation dans un contexte à la fois tragique et émouvant, où les faits historiques se parent d'anecdotes saisissantes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2012
Nombre de lectures 15
EAN13 9782296486591
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Les Captifs qui furent interprètes
Couverture : Photogramme du film projeté au musée et parc archéologique Cueva Pintada, Gáldar (Gran Canaria) Auteur : Jorge Molina © Cabildo de Gran Canaria Titre original :Cautivos que fueron intérpretes.La comunicación entre europeos, aborígenes canarios y berberiscos durante la conquista de Canarias y los conatos en el Norte de África (1341-1569).Libros Encasa, Málaga, 2008, ISBN 978-84-95674-49-4.
Marcos Sarmiento Pérez Les Captifs qui furent interprètes La Communication entre Européens, aborigènes canariens et Berbères durant la conquête des Canaries et de l’Afrique du Nord (1341-1569) PRÉFACE DEMARIE-CLAIREDURANDGUIZIOUTRADUCTION DEMARIE-CLAIREDURANDGUIZIOU ETJEAN-MARIEFLORESL’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96343-6 EAN : 9782296963436
Sommaire Préface .................................................................................................. 9 Introduction ........................................................................................ 15Chapitre I. Le contexte linguistique ................................................... 21 I. 1. La langue parlée par les aborigènes dans les sept îles ............ 22 I. 2. Exemples extraits des sources................................................. 24 I. 3. Les aborigènes canariens et les Berbères se comprenaient-ils? ........................................................................................................ 27 I. 4. Les Européens ont-ils appris la langue aborigène canarienne ? ........................................................................................................ 29 I. 5. Terminologie : interprète,lengua, trujamán (trujimán, truchimán, dragomán, drogmán), faraute, adalid, práctico.......... 32Chapitre II. Redécouverte des îles...................................................... 37 II. 1. Contacts entre aborigènes canariens et Arabes...................... 37 II. 2. Contacts entre aborigènes canariens et Portugais. Les premiers captifs ............................................................................................. 39 II. 3. Contacts entre aborigènes canariens et Majorquins et Catalans. Les premiers captifs qui furent interprètes ..................................... 40Chapitre III. L’intervention des interprètes dans la conquête des îlesde señorío................................................................................................ 47 III. 1. La conquête de Lanzarote..................................................... 47 III. 2. La conquête de Fuerteventura .............................................. 50 III. 3. La conquête de El Hierro...................................................... 54 III. 4. La conquête de La Gomera .................................................. 56Chapitre IV. L’intervention des interprètes dans la conquête des îles de realengo......................................................................................... 59 IV.1. La conquête de la Grande Canarie ........................................ 59 IV. 1. 1. La conquête realenga....................................................... 65 IV. 2. La conquête de La Palma ..................................................... 71 IV. 3. La conquête de Ténériffe ..................................................... 74 IV. 3. 1. La conquêterealenga....................................................... 78 IV. 4. La présentation d’esclaves sur les marchés de la Péninsule ibérique ........................................................................................... 83
5
Chapitre V. Après la conquête militaire ............................................. 87 V. 1. Interprètes occasionnels à Ténériffe ...................................... 87 V. 2. Les interprètes lors des interrogatoires de l’Inquisition ........ 92Chapitre VI. Relations entre les Canaries et la Barbarie .................... 99 VI. 1. Les tentatives de conquête de Diego García de Herrera et de ses successeurs ............................................................................. 100 VI. 2. La soumission des tribus du royaume de la Bu-Tata ......... 102 VI. 3. Les rachats(opérations commerciales) .............................. 107 VI. 3. 1. Le contrat d’interprétation.............................................. 107 VI. 4. Les rachats (libérations de captifs)..................................... 110Chapitre VII. Les interprètes ............................................................ 113 VII. 1. L’interprète (présumé) en langue arabe ............................ 113 VII. 2. Les premiers captifs canariens au Portugal....................... 113 VII. 3. Les premiers interprètes anonymes formés à Majorque ... 113 VII. 4. Alfonso et Isabel ............................................................... 115 VII. 5. Augerón ............................................................................ 116 VII. 6. Pedro el Canario................................................................ 118 VII. 7. Juan Canario ..................................................................... 119 VII. 8. María Tazirga.................................................................... 119 VII. 9. Pedro Chemida.................................................................. 120 VII. 10. Juan Negrín (Roi d’armes).............................................. 121 VII. 11. Mateo Alonso.................................................................. 123 VII. 12. Diego López de Illescas (évêque) ................................... 123 VII. 13. Fernán Guerra ................................................................. 124 VII. 14. Juan de Frías (évêque) .................................................... 126 VII. 15. Juan Mayor (« interprète de rois »)................................. 127 VII. 16. Guillén Castellano........................................................... 133 VII. 17. Fernando Guanarteme..................................................... 137 VII. 18. Pedro Delgado (appelé également Pedro de la Lengua) . 142 VII. 19. Antón Guanche ............................................................... 145 VII. 20. Francisca de Gazmira...................................................... 147 VII. 21. Juan de La Palma ............................................................ 150 VII. 22. Antón Azate .................................................................... 151 VII. 23. Sebastián de Tenerife...................................................... 151 VII. 24. Juan Camacho ................................................................. 152 VII. 25. Diego de Cabrera ............................................................ 152 VII. 26. María de Almuñécar ....................................................... 153 VII. 27. Mahoma (appelé également Mohamed) ......................... 153 6
VII. 28. Pedro de Bobadilla.......................................................... 154 VII. 29. Luis Perdomo .................................................................. 154 VII. 30. Pedro Álvarez ................................................................. 154 VII. 31. Juan Daria ....................................................................... 154 VII. 32. Inés de Vega.................................................................... 154 VII. 33. Francisco Pérez Cabrera ................................................. 155Conclusions ...................................................................................... 157 Bibliographie .................................................................................... 161 Notes................................................................................................. 167
Préf ace
Dans son œuvreLes Captifsqui furent interprètes, Marcos Sarmiento Pérez aborde le sujet de la conquête des Îles Canaries au e e cours des XIV et XVI siècles, du point de vue de la communication entre les Européens (visiteurs d’abord, conquistadors ensuite) et les aborigènes des sept îles de l’archipel. Une communication qui s’établira non sans heurts entre les agents externes et les îliens. C’est grâce à l’intelligence de bon nombre de ces derniers que certaines batailles furent évitées. En effet, parmi les captifs déplacés d’île en île ou embarqués en route vers le continent (la France ou l’Espagne), certains jouèrent un rôle essentiel durant les deux siècles de conflits guerriers et de colonisation sur leur propre terre. En mettant, souvent malgré eux, leurs connaissances linguistiques au service du colonisateur, ces esclaves-interprètes connus sous le nom de trujamanes, du françaistruchement,contribuèrent à la conquête des Îles Canaries en tant que médiateurs linguistiques et culturels grâce à leur maîtrise de plusieurs langues romanes et aux parlers locaux dérivés de la langue canarienne. Certes, les violences et les offensives, les escarmouches et les razzias avec captures d’aborigènes vendus en esclavage ne manquèrent pas, mais l’intervention de ces captifs trujamanesd’éviter plus d’une bataille et facilita les permit entendements entre les parties. Dans un ouvrage qui parle de conquête, on s’attend tout d’abord à connaître les batailles, défaites et victoires, consignées par des dates pour se situer dans le temps. L’auteur ne manque pas de baliser son texte avec ces repères proprement historiques, mais c’est vers des personnages hauts en couleur que Sarmiento préfère conduire son lecteur, à travers les différents épisodes et faits marquants de la conquête de cette terre que l’imaginaire a idéalisée depuis l’Antiquité par des noms mythiques comme le Jardin des Hespérides ou les Îles Fortunées. Le livre intéressera l’historien, le sociologue, le linguiste ou tout lecteur soucieux de connaître les péripéties d’une histoire de conquistadors et de captifs qui deviendront les véritables protagonistes de cette conquête. Ces conquérants étaient des Français, un Normand, Jean de Béthencourt et un Gascon, Gadifer de la Salle qui prirent la tête des expéditions guerrières en se mettant au service du roi de
9
Castille. Plus tard le commandement sera espagnol et d’autres incursions seront menées, à partir des îles orientales pour pénétrer dans la Barbarie toute proche, sur le continent africain. C’est donc sur le rôle indéniable des interprètes, aussi esclaves ou captifs soient-ils, que l’auteur va poser son regard. On ne lui reprochera pas son émotion lorsqu’il rapporte les vexations et les souffrances endurées par ces illustres captifs si habiles dans la maîtrise de plusieurs langues, Sarmiento étant lui-même traducteur et interprète. Le domaine dans lequel Sarmiento situe sa recherche a été peu étudié. Certes, plusieurs historiens s’y sont attelés et leurs travaux sont d’un grand secours pour l’auteur qui saura tirer profit des détails incrustés dans les longs récits de batailles, mais il évite de rester dans la chronologie des faits qui se traduisent par des épisodes sanglants pour mettre en évidence l’importance de l’interculturalité, ce creuset de mélanges singuliers où intrigues, accords, mais aussi duperie et trahison font partie des ingrédients. Dans cet aspect de la communication humaine entre personnes de langues et de cultures différentes̶ dans un contexte guerrier d’asservissement plus que d’allégeance, du moins dans un premier temps̶naître finalement va ce que les anthropologues appellent l’acculturation. Ce processus d’intégration prendra deux siècles à se confirmer, et cette période historique de vassalité sera particulièrement riche en témoignages et en anecdotes. L’auteur rappelle que des problèmes linguistiques et partant de communication existaient déjà chez les propres aborigènes. En effet, les dérivés dialectaux provenant de la langue canarienne commune étaient suffisamment différenciés pour poser des problèmes d’intercompréhension. Or les captifs transbahutés d’une île à l’autre apprirent avec une facilité étonnante le parler des aborigènes résidant dans des îles qui n’étaient pas la leur. Habiles dans leurs différents parlers canariens, ils le furent aussi pour assimiler rapidement toute autre langue parlée par les Européens. Cette adresse, ajoutée à leur intelligence devint un atout, tant et si bien que nombre d’entre eux recouvrèrent la liberté. Dès lors, leur rôle fut indiscutable dans les moments forts de la conquête marquée par des actes de grande violence, mais aussi d’épisodes plus calmes où l’intelligence humaine sut mettre à profit la capacité de cestrujamanes, endiguer les pourparlers, démêler plus d’un imbroglio et éviter le prolongement des conflits voués au bain de sang.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents